Le pentaglotte mandchou-mongol-tibétain-gyalrong-ouighour

Outre la documentation historique, un autre intérêt du mandchou pour les gyalrongologues est l’existence d’un remarquable document pentaglotte mandchou-mongol-tibétain-gyalrong-ouighour (en chinois 《满蒙藏嘉戎维五体字书》), qui est brièvement étudié dans cet article paru dans la revue 满语研究 « études mandchoues » (il est normalement possible d’avoir un aperçu de l’article sur ce site, au moins au moment où j’écris ces lignes).

L’intérêt de ce document est de contenir non seulement des mots, mais des phrases entières avec des verbes conjugués; si l’on prend la première phrase de la page 61:

(1) no pebrang i desdebiye nadenin
Si gemun hecen-de udu aniya te-he
Combien d’années as-tu vécu à Pékin?

on reconnait immédiatement les mots en transcription:

no = no (Situ de Cogtse), nɤʑo (Japhug)
-i : locatif
desdebiye = thəstiɛ-pâ « combien d’années » (Situ de Cogtse) = thɤstɯ-xpa (Japhug)
nadenin = na-tə-nī-n (PASSE-2-s’asseoir-2) « tu es resté » (Situ de Cogtse), na-tə-nə̄-n (Situ de Bragdbar)

On remarque que ce dialecte a subi le changement -a > -iɛ dans le mot « année » (-pâ transcrit comme -biye ), comme c’est le cas dans les dialectes Situ du sud.

Ce document ne peut pas révolutionner la linguistique gyalronguique, car d’une part la transcription est approximative, et d’autre part sa taille reste malgré tout limitée, mais il peut néanmoins nous renseigner sur l’histoire du gyalrong situ.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le pentaglotte mandchou-mongol-tibétain-gyalrong-ouighour," Panchronica, 04/10/2016, https://panchr.hypotheses.org/1486 (ISSN 2494-775X)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *