Les journées d’études sur les langues du Sichuan

La semaine dernière ont eu lieu les quatrièmes journées d’études sur les langues du Sichuan à Seattle, organisées par Zev Handel. Les journées précédentes avaient eu lieu à Paris en 2013.

Cinq doctorants et anciens doctorants de notre équipe étaient présents: Lai Yunfan, Gong Xun, Zhang Shuya, Rao Min et Gao Yang, qui ont chacun présenté des communications sur leurs langues de spécialité respective (khroskyabs, zbu, situ, guiqiong et menya).

Une des communications les plus inattendues de la conférence était celle de Hiroyuki Suzuki et de Tashi Nyima, qui ont révélé l’existence d’une langue jusqu’alors inconnue, le ‘bo-skad (dont le second auteur, bien que résidant en Norvège, est locuteur natif). Cette langue, bien que très clairement gyalronguique, et même plus proche de la branche stau-khroskyabs, est parlée loin du Sichuan, dans le département de Mdzosgang, au district de Chamdo, à plus de 900 km de Mbarkhams par la route. La présence d’une langue gyalronguique aussi loin de la région Gyalrong est très étonnante (bien que des rumeurs circulaient concernant des langues non-tibétaines dans cette région), mais il semble qu’elle ne soit pas isolée.

Cette découverte confirme l’idée d’une expansion « récente » de la langue tibétaine hors du Tibet central (c’est à dire postérieure à l’établissement de l’empire tibétain) sur des régions où étaient parlées plutôt des langues gyalronguiques, dont la région Gyalrong et les poches isolées de Chamdo sont les dernières traces. Il faut souligner l’importance de cette découverte pour notre compréhension de l’histoire du peuplement du Tibet oriental.


Une réflexion au sujet de « Les journées d’études sur les langues du Sichuan »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *