Une langue isolée à Hainan?

Me voici de retour à Paris, et le hasard m’a conduit à feuilleter ce matin sur ce livre sur la phonologie du hlai, basé (avec très peu de modifications) sur cette thèse datant de 2007. Le livre est accompagné d’un appendice en ligne comprenant les reconstructions et les formes des langues utilisées.

Je ne vais pas discuter pour le moment des questions de phonologie historique du kra-dai qui sont liées à cette reconstruction, ni de mon avis sur les solutions choisies par l’auteur. Je n’aborderai qu’un seul point: une des langues parlées par les populations classifiées comme ‘Hlai’ (黎族) par l’administration, le jiamao, serait non pas un dialecte du hlai, mais une langue isolée fortement influencée par plusieurs variétés de hlai (l’auteur distingue au moins deux couches d’emprunts). Resterait une strate de mots natifs non-apparentés au hlai (voir pp 390-6 du PDF de la thèse ci-dessus). Certains d’entre eux sont apparentables au thai, mais la majorité ne ressemble à rien de connu.

Aucune mention n’est faite de la morphologie (le mot n’apparaît même pas dans la thèse), probablement parce que cette langue, comme les langues kra-dai, est très proche d’une langue canoniquement isolante, ce qui nous prive d’un critère important pour la détermination de son affiliation génétique.

Je n’ai pas d’avis pour le moment sur la question de savoir si oui ou non le jiamao appartient au kra-dai, mais je pense qu’elle mériterait un examen plus détaillé; si le jiamao est effectivement la dernière trace d’une famille de langue autrefois parlée à Hainan avant l’arrivée des kra-daiyois et des austronésiens, il est important que davantage de données soient recueillies dessus (en particulier, pas seulement du lexique).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *