Skype: un outil pour la linguistique de terrain

Avec la généralisation des téléphones portables et parfois même des connexions internet dans les régions reculées du globe, il devient possible de garder contact avec ses informateurs entre deux terrains, ce qui a un intérêt social (ne pas s’oublier les uns les autres), linguistique (avoir une occasion de parler la langue) et académique (pouvoir poser des questions sur des points précis sans avoir à languir pendant des mois avant d’avoir la réponse).

Avec skype, il est possible d’entregistrer l’ensemble de la conversation au moyen d’outils tels que mp3 Skype Recorder que j’utilise personnellement (mais beaucoup d’autres programmes permettent de faire la même chose). Avantage additionnel: les voix des deux interlocuteurs sont séparées sur deux pistes, ce qui est utile lorsque les deux parlent en même temps, ce qui arrive souvent lors d’une conversation. Même pour parler de la pluie ou du beau temps, ce type de conversation peut être utile et révéler des phrases intéressantes et inattendues.

Même lorsque nos informateurs n’utilisent pas d’ordinateur, il est possible d’appeler un portable par skype. Le prix est assez prohibitif pour des pays comme le Népal, mais pour l’ensemble de la Chine, y compris les régions Gyalrong, les tarifs sont tout à fait abordables. J’appelle presque toutes les semaines Tshendzin au téléphone pour bavarder et poser quelques questions. Certaines des phrases obtenues de cette façon ont été incluses dans la version multimédia du dictionnaire japhug.

La qualité sonore de ce type de fichier son est évidemment assez mauvaise, mais pour les questions autres que celles de phonologie et de phonétique, elle est relativement suffisante si l’on connait déjà la langue (il fait s’attendre toutefois à avoir des problèmes avec les fricatives dont la friction est à des fréquences dépassant 4000 Hz; il peut être parfois difficile de distinguer par exemple entre [z] et [ʐ]). Cette méthode est en revanche naturellement tout à fait inacceptable pour des articles de phonétique, et je suis assez choqué de voir que des articles comme celui-ci, où « Due to difficult access into the language area, all audio recordings were obtained by Skype transmission », ait pu avoir été publiée dans une revue de phonétique.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Skype: un outil pour la linguistique de terrain," Panchronica, 10/04/2016, https://panchr.hypotheses.org/1089 (ISSN 2494-775X)

6 réflexions au sujet de « Skype: un outil pour la linguistique de terrain »

  1. On est au seuil d’une révolution pour la prise de données. Un smartphone (« ordiphone » pour les puristes) permet de bons enregistrements: un micro externe, une bonne application, et en avant la musique. Pour la transmission, ça peut se faire « en différé » (enregistrer des fichiers puis les transmettre); pour la transmission d’audio haute définition en temps réel, ça doit être jouable aussi (avec une application dédiée).
    Les technologies d’Internet permettent non seulement une accessibilité à tout moment et de partout, mais aussi un enrichissement progressif des enregistrements, par l’ajout de traductions dans diverses langues, de transcriptions (et de commentaires et corrections)…
    Si les locuteurs se prennent au jeu, le potentiel est grand, et peut permettre de recueillir en quelques années, pour des milliers de langues et dialectes, des quantités inédites de données.
    Tout cela reste à construire. Un projet de Google qui permet à chacun de mettre en ligne des documents est opérationnel :
    http://endangeredlanguages.com/
    Pour l’instant c’est en demi-sommeil: peu de fonctionnalités. Il est possible de faire beaucoup mieux.
    J’espère qu’on en reparlera bientôt !

  2. I’ve often thought of leaving a Zoom h1 with people to switch on during the Skype conversation so you can record high quality audio during the conversation and then either collect it later or leave them with envelopes to send you the SD cards. You could even start marking up the recording in ELAN if you use it with the low quality recording and then upgrade to the high quality one later.

    (PS apologies for writing in English!)

    1. What you suggest can work very well, but it depends on whether your consultants like to play with it. It may be easier with younger people. One reason why direct calls to the mobile phone is efficient in my case is that it does not require any extra preparation on the part of my main consultant.

      (you don’t need to apologize for using English — readers of this blog are welcome to comment in their native language, or in any language as they see fit).

  3. Et c’est vraiment un problème du type de fichier et pas du microphone ? 4000 Hz me semble très, très bas.

    1. Effectivement c’est très bas; la fréquence d’échantillonnage du téléphone est de 8000 Hz (c’est peut-être plus sur des smartphones modernes, je ne sais pas), donc tu ne peux pas voir les fréquences au-dessus de 4000 Hz. Evidemment, les enregistrements sur le terrain sont à 44kHz, donc la différence de qualité est assez radicale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *