Comment écrire une thèse de linguistique? (5)

Suite du billet n°1, du billet n°2, du billet n°3 et du billet n°4 de cette série.

7) Rédaction de la thèse
Pour mener à bien une thèse de doctorat, il ne suffit pas d’avoir des données et des idées originales, il faut également parvenir à rédiger un document construit d’une taille respectable. Dans des domaines comme la linguistique informatique, le corps du texte de la thèse est parfois relativement court (en dessous de 200 pages), mais c’est impossible pour une thèse en linguistique typologique ou diachronique — les bonnes thèses font au moins 400 pages (et atteindre plus de mille pages, comme celle d’Alex François), car simplement exposer les données collectées de façon claire requiert plusieurs centaines de pages.

C’est donc un travail d’une toute autre ampleur que la rédaction d’articles, et il y a plusieurs manières d’y parvenir, selon les intérêts et la personnalité du doctorant. Voici plusieurs suggestions.

(a) La méthode progressive
Une première méthode, adaptée pour les linguistes de terrain qui se destinent écrire une grammaire complète de la langue qu’ils ont choisie pour leur thèse, comporte deux temps: tout d’abord, après le premier terrain, écrire un résumé général de la grammaire de la langue comportant un inventaire phonologique de la langue, un aperçu de la morphologie verbale et nominale et un résumé des constructions grammaticales principales en 20~30 pages, un peu comme ce chapitre sur le japhug.

Ensuite, au cours de ses terrains successifs, le doctorant développe progressivement chacune des parties de ce résumé jusqu’à atteindre la taille attendue pour une thèse.

(b) La méthode concentrée
Cette méthode, qui selon mon expérience est celle adoptée par la plupart des doctorants (moi y compris), est de collecter une masse de données suffisante, puis de rédiger toute la thèse d’une traite. Pour que cette méthode fonctionne, le doctorant doit s’astreindre à un nombre de pages (minimum 2 ou 3) à écrire tous les jours, y compris bien sûr le samedi et le dimanche (et à rattraper lorsque des jours ont été manqués), sans compter le temps passé aux corrections des parties précédentes. Avec un tel rythme, qui n’est pas si difficile à maintenir si l’on a déjà collecté toutes les données et effectué les analyses nécessaires, on peut parvenir à rédiger une thèse respectable en l’espace de sept à huit mois de rédaction intensive.

Le désavantage de cette méthode est de rendre difficile la revérification des données si l’on s’aperçoit d’un problème au cours de la rédaction. On peut y circonvenir si les informateurs sont contactables par téléphone ou par skype. Dans le cas contraire il est sage de retourner sur le terrain une dernière fois après la rédaction presque finale, même brièvement, pour effectuer des revérifications.

(c) La méthode dispersée
Cette méthode consiste à écrire une série d’articles et à les publier, puis à les synthétiser en tout cohérent qui devient le texte de la thèse. Cette pratique est rare dans notre domaine, même si c’est plutôt la façon de faire normale dans de nombreuses disciplines. Elle peut être avantageuse pour les doctorants aux intérêts éclectiques qui ont des idées géniales sur des points très spécialisés mais qui n’ont pas la plume facile.

Je serais curieux de savoir si les lecteurs de ce blogs ont eu des expériences similaires ou différentes durant la rédaction de leur thèse.

(à suivre)

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Comment écrire une thèse de linguistique? (5)," Panchronica, 10/04/2016, https://panchr.hypotheses.org/1079 (ISSN 2494-775X)

2 réflexions sur « Comment écrire une thèse de linguistique? (5) »

  1. c’est plutôt la façon de faire normale dans de nombreuses disciplines

    C’est parce que dans ces disciplines les livres ne comptent pas. Si on écrit sa thèse et la publie après comme un livre, on n’a pas de publications avec un facteur d’impact – on s’applique à des positions de postdoc ou bien des postes effectivement sans avoir un CV. Tout ce n’est pas, heureusement, le cas en linguistique.

    1. Oui, en linguistique par exemple avoir une grammaire de référence chez Mouton de Gruyter vaut plus qu’une dizaine d’articles dans de bonnes revues, et en indo-européen il est nécessaire d’avoir son livre aux Innsbrucker Beiträge zur Sprachwissenschaft ou à Ludwig Reichert Verlag pour être quelqu’un; c’est effectivement une chance pour nous de pouvoir avoir l’option de publier ses recherches sous forme de livre plutôt que de la saucissonner en articles séparés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.