Comment écrire une thèse de linguistique (3)

Suite du billet n°1 et du billet n°2 de cette série.

(4) Ouvrages collectifs
Une particularité de la linguistique par rapport à d’autres domaines est l’importance des ouvrages collectifs, dont le ou les directeur(s) (en anglais editor) se charge de sélectionner les auteurs, de faire relire anonymement les articles et d’harmoniser le tout. La majorité des ouvrages de ce type sont publiés par Benjamins, Mouton de Gruyter, Brill ou Language Science Press. Certains de ces livres collectifs sont indexés dans Scopus, mais la majorité ne l’est pas, ce qui signifie que les contributions à des volumes ont moins de visibilité que des articles de revue. D’un autre côté, certains livres collectifs sont de fait des références de base sur un sujet particulier, et avoir une contribution dedans peut être très utile pour un doctorant / jeune chercheur.

Certains, comme Martin Haspelmath dans ce billet, remettent en question cette omniprésence des ouvrages collectifs dans notre discipline. Je n’ai pas un avis tranché sur la question, j’ai participé moi-même comme auteur et relecteur à de nombreux ouvrages collectifs (jamais comme directeur d’ouvrage toutefois) et j’ai trouvé que les exigences des relecteurs sont en effet souvent moins élevées que pour des articles. Toutefois, il n’est pas certains pour autant que la qualité des contributions à des volumes soit plus basse, si le directeur a bien choisi ses collaborateurs.

Pour un doctorant, publier dans un volume collectif est à double tranchant: la contribution est sans doute moins difficile à publier que dans une revue, mais peut être moins prestigieuse dans le CV. D’un autre côté, un jeune chercheur peut difficilement refuser une invitation de participation à un volume, et c’est l’occasion de prouver au directeur de l’ouvrage sa capacité à tenir un délai. Cette question est d’ailleurs liée à celle des conférences invitées, abordée ci-dessous en (5).

(5) Conférences
En phonétique et en linguistique informatique, certaines conférences sont très prestigieuses, parfois plus qu’un article de revue. Il n’en est pas ainsi en linguistique descriptive/typologique/diachronique. Pour les commissions de spécialistes qui analysent les dossiers, aussi bien à l’université qu’au CNRS, les conférences comptent pour peu, à l’exception des présentations invitées (surtout lorsque ces dernières ont donné lieu à la publication d’un ouvrage collectif).

L’intérêt principal des conférences, pour un doctorant, est donc surtout de se faire connaître et de se créer un réseau de relation. Je ne minimise pas l’importance de ces contacts, mais avec des sites comme Academia, ce rôle des conférences est bien moins important qu’il ne l’était autrefois, et je ne conseille pas aux doctorants d’investir trop de temps dans les conférences — mieux vaut privilégier le terrain, la rédaction de la thèse et la rédaction d’articles (dans cet ordre).

Les conférences invitées, lorsque l’organisateur paie tous les frais de déplacement et de logement aux participants, sont naturellement un cas différent. Il est plus rare qu’un doctorant bénéficie d’invitations de ce type, mais lorsque c’est le cas, il est évident que la présentation en question doit être une priorité pour lui, d’autant qu’elle mène en général à une publication soit dans un ouvrage collectif, soit dans un numéro spécial de revue.

Les conférences les plus importantes dans notre domaine sont celle de l’Association for Linguistic Typology (qui a lieu tous les deux ans) et de la Societas Linguistica Europaea. Ce type de conférence, avec plus de 200 participants en général, sont très utiles pour avoir une vision générale du domaine, mais la brièveté des présentations (20 minutes) et l’organisation en sessions parallèles rend souvent difficile les échanges d’idées fructueux. Une autre conférence du même type est Syntax of the World’s Languages, qui se tient tous les deux ans en alternance avec la conférence de l’ALT.

Pour ma part, je préfère toutefois les journées d’études (workshop) spécialisées sur un domaine en particulier, comme la conférence sur les langues du Sichuan, où les participants disposent de 30 minutes de temps de parole, ce qui implique un nombre plus restreint de présentations, mais avec plus de temps pour comprendre les travaux des collègues.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Comment écrire une thèse de linguistique (3)," Panchronica, 03/04/2016, https://panchr.hypotheses.org/1019 (ISSN 2494-775X)

3 réflexions sur « Comment écrire une thèse de linguistique (3) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *