Carnet de terrain (2016) IX

Le japhug, comme les autres langues rgyalronguiques, a un système d’idéophones (et de verbes déidéophoniques) très complexe, dont cet article offre un court aperçu. Leur usage détaillé et leur sens précis est très difficile à décrire clairement et à traduire correctement, ce qui complique considérablement le travail de lexicographie, mais contribue à l’expressivité et à la richesse de ces langues.
Il suffit de commencer à poser des questions sur ce sujet pour découvrir de nouveaux idéophones et des sens nouveaux à des idéophones déjà connus. Parmi les idéophones que j’ai appris aujourd’hui, il y a par exemple ɟrɯɣɟrɯɣ, qui peut signifier « sensation inconfortable dans le ventre qui annonce une diarrhée » (sans bruit de gargouillement, contrairement au verbe déidéophonique ɣɤɟɯɟrɯɣ « gargouiller ») ou « beaucoup d’objets en désordre » (dans ce sens, presque synonyme de l’idéophone presque identique crɯɣcrɯɣ), thrɤβthrɤβ (avec un groupe de consonne thr peu commun) « dont l’épaisseur n’est pas homogène (à propos de la soupe de riz) » ou crɯcrɯ « crasseux, plein de morve (enfant) ».
Pour les quelques jours qui me restent ici, j’ai décidé d’enregistrer des définitions détaillées du plus grand nombre d’idéophones possible en japhug, ainsi que des comparaisons entre idéophones de sens proche. Il y a matière à rédiger une monographie sur ce sujet, et j’espère tout au moins dans ma future grammaire inclure un inventaire systématique des formes qui existent et celles qui n’existent pas, ainsi qu’un description aussi précise que possible des nuances de sens de ces idéophones.

Carnet de terrain (2016) VIII

Il existe en japhug de nombreuses expressions pour dire « le soleil s’est couché », mais la plus surprenante est sans doute (1):
(1) tɤŋe tɤ-a<nɯ>ri
soleil PFV:HAUT-<VERTITIF>aller[II]
« Le soleil est retourné (vers le haut) »

Avec d’autres verbes, on trouve les directionnels attendu – « vers le bas » ou – « vers l’ouest’:
(2) tɤŋe nɯ-ɕqhlɤt
soleil PFV:OUEST-disparaître
(3) tɤŋe pɯ-ɕqhlɤt
soleil PFV:BAS-disparaître

Pourquoi donc employer le préfixe « vers le haut » en (1), direction qui semble être l’inverse du mouvement apparent du soleil lorsqu’il se couche? J’ai eu aujourd’hui la réponse: le mouvement « vers le haut » en question auquel il est fait référence n’est pas celui du soleil directement mais de l’ombre sur l’adret (rndzɤkɤŋe — il doit y avoir un terme technique en français, je serais reconnaissant pour toute suggestion) qui monte à mesure que le soleil descend.

Cet exemple illustre que les usages apparemment irrationnels des préfixes directionnels dans les langues rgyalronguiques peuvent sans doute avoir une explication lorsque le contexte culturel est bien compris, mais ce type d’information n’est souvent pas disponible.

Carnet de terrain (2016) VII

La compilation d’un dictionnaire est une tâche qui de toute évidence ne peut jamais être tout à fait finie, et qui nécessite un travail constant. Contrairement aux histoires ou aux conversations, où l’on trouve souvent des phrases bancales qui ne sont pas bien graves (car elles sont immergées dans le reste et il suffit de mettre une note dans la transcription), dans le cas d’un dictionnaire il est nécessaire de faire attention à la représentativité des exemples (éviter tout exemple pragmatiquement / culturellement bizarre ou choquant) et à plus forte raisons les phrases incorrectes grammaticalement. La tâche pourrait sembler facile, mais même les locuteurs changent souvent d’avis sur l’opportunité d’inclure tel exemple dans le dictionnaire, et rejettent parfois des phrases qu’ils avaient eux-mêmes prononcées. Travailler à un dictionnaire consiste donc parfois autant à rajouter des exemples qu’à en exclure. A mon avis, mieux vaut mentir par omission qu’en incluant des données douteuses: en cas de doute, supprimer!

Cette année, j’ai décidé de faire le grand ménage, et d’examiner systématiquement tous les exemples douteux dans le dictionnaire, ce qui a pris une part importante des derniers jours et va probablement occuper une grande part de mon temps d’ici jusqu’à mon départ. J’ai par ailleurs atteint aujourd’hui les 7000 mots; mon dictionnaire est de taille modeste en comparaison même de ceux que l’on peut trouver même pour des langues minoritaires d’Europe, voire de certaines langues d’Amérique (Navajo, Lakota), mais la lexicographie des langues rgyalrong du nord part vraiment de zéro, et présente des difficultés particulières (notamment dues au fait que les dérivations sont effectuées par des préfixes dans cette langue, ce qui rend l’ordre du dictionnaire peu maniable).

J’espère pouvoir rendre disponible une version révisée 1.1 du dictionnaire japhug après mon séjour.

Carnet de terrain (2016) VI

On trouve en japhug un nom désignant l’embryon des poulains, ɯ-rti, emprunté au tibétain rteɦu རྟེའུ་ ‘poulain’ (le diminutif de rta རྟ་ ‘cheval’). On dit par exemple pour une jument enceinte rgonma ɯ-rti kɯ-tu avec une relative à tête interne.

Ce mot est intéressant à deux titres. D’abord, le japhug est une langue dans laquelle il y a un mot pour ’embryon de cheval’, mais pas de mots spécifiques pour ceux des autres animaux, y compris les humains (on dit ‘enfant’ tɤ-pɤtso pour un embryon humain). Je n’y avais jamais pensé jusqu’à aujourd’hui, mais je trouve ce fait pour le moins inattendu.
Ensuite, le mot tibétain lui-même désigne le poulain, et il y a un déjà un mot natif en japhug (kɤjpɯ, non emprunté au tibétain) pour désigner les poulains. Par quel chemin ce nom a-t-il eu cette acceptation? S’agit-il d’un changement à l’intérieur de la langue tibétaine qui a donné ce mot, ou d’une évolution interne, après avoir emprunté le nom dans le sens de ‘poulain’?

Carnet de terrain (2016) V

Dans les langues rgyalrongs et kiranties, l’ordre normal pour dire « père et mère » est l’inverse de celui du français, du chinois ou du tibétain; on dit ainsi en japhug a-mu a-wa « ma mère et mon père », avec la mère en premier.

Dans le registre de langue aujourd’hui disparu des nobles (on ne le retrouve guère que dans les histoires traditionnelles) on employait pour désigner les parents les noms d’origine tibétaine -pa ‘père’ et -ma ‘mère’ de ཨ་ཕ་ ʔa.pʰa et ཨ་མ་ ʔa.ma respectivement. Notons que l’absence d’aspiration dans le mot ‘père’ n’est pas un obstacle contre l’étymologie tibétaine: la consonne -p- est en position intervocalique, précédée par le préfixe ʔa-, est n’était pas aspirée dans le dialecte tibétain donneur; à l’inverse, l’expression phama « père et mère » en japhug, non-préfixée, a bien une aspiration comme son équivalent tibétain ཕ་མ་ pʰa.ma.

Or, l’ordre des parents avec ces noms d’origine tibétaine suit celui du tibétain: on dit donc a-pa a-ma « mon père et ma mère » à l’inverse des noms natifs. C’est un cas intéressant qui illustre que l’influence du contact du tibétain sur le japhug ne se limite pas au lexique (à ce propos, voir aussi cet article).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Carnet de terrain (2016) V," Panchronica, 06/07/2016, http://panchr.hypotheses.org/1392 (ISSN 2494-775X)

Carnet de terrain (2016) IV

On trouve en japhug, comme dans les autres langues des régions tibétaines, un type de discours rapporté intermédiaire entre le discours direct et indirect que j’appelle, suivant la terminologie de Tournadre (2008) discours indirect hybride. Le fonctionnement de ce type de discours rapporté est expliqué dans la section 6 (p 24++) de ce document de travail: le verbe de la phrase rapportée prend la forme (personne+temps-aspect-mode) de la phrase originelle, mais les pronoms et les préfixes possessifs sur les noms suit le point de vue du locuteur prononçant la phrase (j’invite les lecteurs de ce blog intéressé d’en savoir plus de se reporter à l’article ci-dessus — je ne peux pas ici présenter le phénomène de façon détaillée).

Ce type de phénomène peut s’étudier au moyen d’un corpus, mais il est quasi-impossible d’en éliciter des exemples. Toutefois, la méthode que j’emploie cette année — traduire des histoires, les faire corriger puis re-raconter, permet de produire de nouveaux exemples de discours indirect hybride sans introduire trop d’artificialité.

Dans l’histoire du petit poucet que je suis en train de traduire (au moment où le personnage éponyme échange les bonnets de ses frères et les couronnes des filles de l’ogre), j’avais tout d’abord écrit (exprès) la phrase suivante:
(1) « iʑora ɯ-me ɲɯ-ŋu-j » a-nɯ-sɯsɤm tɕe a-mɤ-tɤ́-wɣ-ndza-j
1PL 3SG.POSS-fille SENS-être-1SG IRR-PFV-penser[III] CONJ IRR-NEG-PFV-INV-manger-1PL
« Il pensera que nous sommes ses filles et ne nous mangera pas »
avec dans la phrase de discours rapporté (ici les pensées attribuées à l’ogre) la phrase au discours indirect iʑora ɯ-me ɲɯ-ŋu-j « nous sommes ses filles ».

Conformément à mon attente, Tshendzin a corrigé la phrase du discours rapporté comme :

(2) « iʑora ɯ-me ɲɯ-ŋu-nɯ »
1PL 3SG.POSS-fille SENS-être-3PL

avec ici le pronom iʑora représentant le point de vue du petit poucet et la forme du verbe, à la troisième personne du pluriel, le point de vue de l’ogre (comme si l’on disait en français qqch comme « nous sont ses filles »).

Le discours indirect hybride est un phénomène délicat à étudier car son usage n’est jamais obligatoire; l’option d’utiliser le discours direct est toujours possible, et les bons exemples dans les textes ne sont pas en très grande quantité. Le discours indirect en revanche (comme dans l’exemple (1) ci-dessus) est mal toléré par les locuteurs, et tend à être corrigé en discours indirect hybride. L’élicitation par correction est donc un moyen de collecter davantage d’exemples de ce curieux phénomène, afin de pouvoir en proposer une description plus complète.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Carnet de terrain (2016) IV," Panchronica, 05/07/2016, http://panchr.hypotheses.org/1387 (ISSN 2494-775X)

Carnet de terrain (2016) III

Malgré l’omniprésence du chinois, une oreille avertie qui passe dans la rue à Mbarkham peut facilement repérer des conversations bien vivantes en situ, en japhug, en tshobdun et aussi en tibétain amdo. Cette diversité linguistique est précieuse mais potentiellement fragile; qu’en sera-t-il dans cinquante ans?

Parmi les découvertes d’aujourd’hui…

Les langues rgyalrong sont extrêmement verbo-centriques, et en comparaison avec la morphologie verbale, la morphologie nominale fait pâle figure. On trouve toutefois des noms à la structure intéressante. J’ai appris aujourd’hui le mot sɤqrɤcha qui désigne l’alcool d’orge que l’on offre aux invités lors des mariages. Ce mot n’est plus du tout employé et est tombé dans l’oubli, mais nous l’avons retrouvé dans une histoire enregistrée en 2003. C’est un composé de cha ‘alcool’ avec le participe oblique de qru ‘recevoir des hôtes, aller accueillir’, sɤ-qru à dans sa valeur instrumentale ‘ce qui sert à recevoir les hôtes’. Ce participe, servant de premier membre de composé, se met à l’état construit sɤqrɤ- (avec le changement régulier u > ɤ).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Carnet de terrain (2016) III," Panchronica, 03/07/2016, http://panchr.hypotheses.org/1381 (ISSN 2494-775X)

Carnet de terrain (2016) II

Le travail linguistique à Mbarkham est peu éprouvant physiquement, et l’on peut y bénéficier du même confort moderne que dans une grande ville, au point qu’on hésite un peu à parler de « terrain », en comparaison notamment avec le Népal. Mis à part des problèmes d’indigestion, et un morceau de dent que j’ai perdu en 2014 (en mangeant une « pizza » qui contenait un clou — Gong Xun a été témoin de l’incident), je n’ai jamais vraiment souffert lors de mes séjours ici et n’ai pas d’histoire pittoresque à raconter contrairement à certains de mes collègues.

Néanmoins, le terrain réserve des petites surprises auxquelles il faut être préparé. Mon enregistreur (un Tascam DR-100) refuse aujourd’hui sans crier gare de se connecter à l’ordinateur par le câble à prise USB (je passe sur les détails). C’est la première fois qu’un tel accident m’arrive, mais Alexis Michaud que j’ai contacté, m’a appris que ce problème survient parfois avec les enregistreurs. Il est heureusement possible de contourner cet ennui en utilisant un lecteur de carte mémoire. Dans une ville comme Mbarkham où les magasins de portables poussent comme des champignons dans la rue principale, on aurait pu s’attendre à ce que des lecteurs de carte soient faciles à trouver, mais j’ai dû passer par une dizaine de magasins avant d’en trouver un. Moralité: ayez toujours un lecteur de carte mémoire avec vous quand vous partez sur le terrain, en plus de votre enregistreur.

Parmi les découvertes intéressantes d’aujourd’hui…

Une des façons d’exprimer le superlatif en japhug est d’utiliser une construction où le verbe principal est combiné avec un verbe existentiel négatif tel que me ou maŋe, comme dans l’exemple suivant, tiré d’une histoire:

(1) aʑo nɯ kɯ-fse tu-sɯz-a me
1SG DEM NMLZ:S/A-être.ainsi IPFV-savoir ne.pas.exister
‘Il n’y a rien que je connaisse mieux que ceci.’

Le verbe sɯz ‘savoir’ sélectionne normalement la direction ‘vers le bas’, et son imperfectif régulier est donc pjɯ-sɯz-a. Si l’on utilise cette forme, la portée de la négation change, et le sens de la phrase avec:

(2) aʑo nɯ kɯ-fse pjɯ-sɯz-a me
1SG DEM NMLZ:S/A-être.ainsi IPFV-savoir ne.pas.exister
‘Je ne connais rien de tel.’

étonnant, non ?

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Carnet de terrain (2016) II," Panchronica, 02/07/2016, http://panchr.hypotheses.org/1377 (ISSN 2494-775X)

Carnet de terrain (2016) I

Je suis arrivé à Mbarkham hier pour continuer mon étude du japhug, en particulier corriger les transcriptions des histoires enregistrées les années précédentes, parfaire ma connaissance pratique de la langue et enregistrer de nouvelles histoires. Je vais essayer de maintenir un carnet de terrain pour présenter en direct mes réflexions et les données intéressantes que je découvre.

J’ai essayé cette année une nouvelle manière de produire de nouvelles histoires; je traduis tout d’abord une histoire en japhug (j’ai commencé par le petit poucet), et je la corrige phrase par phrase avec Tshendzin, puis après correction complète, je lui demande de raconter l’histoire à nouveau avec ses propres mots. Le résultat aujourd’hui a été très satisfaisant (mais le morceau d’histoire ne faisait que 4 minutes, ce qui est somme toute très court).

Parmi les découvertes intéressantes d’aujourd’hui, je mentionnerais le verbe mdɯt ‘vouloir de tout son cœur réussir à X’, qui dérive selon moi du verbe intransitive mdɯ ‘atteindre’ par l’ajout du suffixe -t d’applicatif. C’est le deuxième exemple d’applicatif en -t en japhug après le verbe ɣɯt ‘apporter’ (ceux-ci sont beaucoup plus courants en kiranti, voir cet article). Ce verbe est donc d’un grand intérêt pour la morphologie historique des langues rgyalronguiques.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Carnet de terrain (2016) I," Panchronica, 30/06/2016, http://panchr.hypotheses.org/1370 (ISSN 2494-775X)

Wir müssen wissen, wir werden wissen

On observe parmi un nombre non-négligeable de linguistes, même en linguistique historique, un courant inductiviste et hyper-sceptique qui jette le doute sur la possibilité même d’établir des étymologies entre formes non-superficiellement similaires, de reconstruire des proto-langues et d’explorer les relations historiques éventuelles entre familles de langue.

Ce triomphe de l’ars nesciendi me semble la pire attitude possible qu’un chercheur peut avoir; refuser par principe de se poser certaines questions sous prétexte de rigueur scientifique équivaut à se complaire dans l’ignorance et à jeter l’anathème sur ceux qui ne s’y résignent pas.

Si l’extrême inverse — celui des spéculations basées sur un examen superficiel de données, contribue à augmenter la proportion de « bruit » dans les publications et nuit aussi à sa façon à la science, il est préférable de poursuivre toute sa vie un mirage que de s’auto-congratuler de son manque d’audace et d’originalité. A condition de se donner les moyens intellectuels nécessaires à réaliser son projet et à se refuser à toute falsification de données et/ou utilisation d’arguments malhonnêtes, un chercheur ne doit pas craindre de proposer des idées non-triviales, même si elles peuvent sembler incompréhensibles par ses pairs; les découvertes brillantes en linguistique historique paraissent souvent être des élucubrations à ceux qui n’ont pas le temps ou les moyens de les comprendre.

A l’aphorisme de Wittgenstein, je préfère l’optimisme de Hilbert: Wir müssen wissen, wir werden wissen. L’ignorance n’est ni tolérable ni inéluctable.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Wir müssen wissen, wir werden wissen," Panchronica, 12/06/2016, http://panchr.hypotheses.org/1351 (ISSN 2494-775X)

La guimbarde au pays Rgyalrong

En lisant cet article sur les voyelles uvularisées du rma du nord, je tombe sur le mot ʁdʐuʶ « guimbarde », qui me rappelle le japhug ʑɴɢro de même sens — notons que les rimes -u du rma du nord et -o du japhug remontent toutes deux à *-aŋ. Le groupe ʁdʐ- doit résulter de façon assez triviale de l’affrication d’un ancien groupe *ɴɢr-.

S’agit-il d’un cognat ou d’un emprunt ancien? Cet instrument (traditionnellement joué par les femmes) n’a plus été en usage dans la région Japhug depuis plus de cinquante ans, mais semble plus utilisé dans le sud de la région Rgyalrong et chez le Qiang/Rma.

Notons que de l’autre côté de l’Himâlaya, chez les khalingois, la guimbarde joŋbem योङ्‍बेम् est un objet culturel important omniprésent durant les festivités.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La guimbarde au pays Rgyalrong," Panchronica, 05/06/2016, http://panchr.hypotheses.org/1341 (ISSN 2494-775X)

Khaling keŋ ‘refroidir’ et la loi de Dempsey

Le khaling |keŋ| केऽन्य ‘refroidir’, qui s’emploie en particulier à propos de la nourriture (jûː kêŋtɛ यु: के:ङ्त्य ‘le repas a refroidi’) pourrait être apparenté au tibétain ɴkʰeŋ འཁེང་ ‘se solidifier après avoir refroidi, geler’ (à ne pas confondre avec le verbe kʰeŋs ཁེངས་ ‘se remplir de’, dont on a parlé dans ce billet).

Cette comparaison soulève néanmoins un problème: d’après la loi de Dempsey, les *-eŋ du pré-tibétain deviennent -iŋ, et par conséquent tous les -eŋ du tibétain sont secondaires: soit des emprunts, soit des formes analogiques. l’explication analogique, qui fonctionne pour les verbes transitifs traités par Hill (2014) et pour kʰeŋs ཁེངས་ ‘se remplir de’ (où l’on pourrait argumenter d’une analogie avec une forme comme kʰebs), n’est en revanche pas possible pour ce verbe. Pourrait-il s’agir d’un mot dialectal emprunté à une variété n’ayant pas subi la loi de Dempsey (il faut signaler que ce mot n’est pas très courant)?

Références
Dempsey, Jakob (2003). Analysis of Rime-Groups in Northern-Burmish. Linguistics of the Tibeto-Burman Area 26.1: 63-124.
Hill, Nathan W. (2014). Some Tibetan verb forms that violate Dempsey’s law, Revue d’Etudes Tibétaines 29. pp. 91-101.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Khaling keŋ ‘refroidir’ et la loi de Dempsey," Panchronica, 01/06/2016, http://panchr.hypotheses.org/1332 (ISSN 2494-775X)

bsam mno et bsam blo

On trouve en tibétain une forme bsam mno བསམ་མནོ་ ‘pensée’ de même sens que le composé plus courant bsam blo བསམ་བློ་ qui comporte le verbe « penser » à son radical passé et le nom blo ‘esprit’.

Que faire de la syllabe mno qui n’apparaît pas vraiment toute seule dans ce sens? Une relation avec nod ནོད་ / mnos མནོས་ ‘recevoir’, dont nous avons déjà parlé dans ce billet, quoique concevable, ne semble pas évidente. Serait-il possible que mno soit la forme nasalisée de blo sous l’effet de la coda -m de bsam བསམ་ ?

Le problème avec une telle hypothèse est que l’on ne s’attendrait pas à une nasalisation complète du groupe de consonne (qui rappelle le lakhota blé ‘je vais’, mni kte lo ‘j’irai’, même si en sioux la nasalisation a lieu dans l’autre sens). En effet, d’après les lois phonétiques connues du tibétain (voir cet article et ceux qu’il cite), le proto-tibétain *ml- donne md- et non pas mn-.

D’un autre côté, (1) il ne doit pas s’agir d’un composé pré-impérial (il est probablement né de la langue de traduction du sanskrit, encore qu’il faudrait le démontrer par la philologie) et (2) on peut concevoir l’existence d’une loi phonétique dialectale n’affectant que les seconds membres de composés. Pour confirmer cette hypothèse, il faudrait trouver d’autres cas similaires de nasalisation inattendue, mais une recherche rapide dans la version électronique du grand dictionnaire tibétain des mots disyllabiques à codas nasales suivi d’une syllabe à initiale nasale (en regex \w*[m|ng|n] [n|m]) n’a pas révélé de candidats potentiels.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "bsam mno et bsam blo," Panchronica, 29/05/2016, http://panchr.hypotheses.org/1321 (ISSN 2494-775X)

Brahma le vénérable

Dans un article paru il y a quelques années, Michel Ferlus propose une nouvelle interprétation du nom de personne 范師蔓 (en mandarin fànshīmàn, chinois moyen bjomX ʂij manH); en se basant sur la reconstruction en chinois archaïque *bromʔ sri man-s. Selon lui, les premières syllabes correspondent à brāhmaṇa- ब्रह्मण: ‘brahmane’ d’une part et à śrī- श्री qu’il traduit par ‘éminent’, le sens qu’il a lorsqu’il est préfixé à un nom personnel, mais qui est aussi un nom féminin que le Monnier-Williams traduit comme « light, lustre, radiance, splendour, glory, beauty, grace, loveliness ». Il interprète la dernière syllabe comme un nom local non-intelligible en sanskrit.

Cette comparaison, qui comme on va le voir n’est pas fausse mais incomplète, a une certaine importance pour la phonologie historique du chinois puisqu’il s’agit d’une des très rares attestations directes potentielle du -r- médian du chinois transcrivant un -r- deuxième élément de groupe de consonne dans un nom étranger. Même dans les plus anciens textes bouddhiques de l’époque Han, les groupes Cr- sont transcrits par deux caractères.

Je propose une interprétation légèrement différente. La première syllabe pourrait être simplement le nom Brahman- ब्रह्मा, au nominatif brahmā, sous une forme thématisée brahma- (on trouve en sanskrit tardif, notamment dans les textes bouddhiques, d’anciens noms à thèmes en consonnes déclinés comme des noms thématiques). Pour le reste, je pense que l’idée de M. Ferlus n’est pas nécessaire; une solution plus simple est de considérer qu’il s’agirait de l’adjectif possessif śrīmat- ‘beautiful, charming, lovely, pleasant, splendid, glorious MBh. Ka1v. &c. ; possessed of fortune, fortunate, auspicious, wealthy, prosperous, eminent, illustrious, venerable’, dont le nominatif masculin singulier est śrīmān श्रीमान् — un mot extrêmement courant au point que citer des exemples de textes serait superflu. Ce mot sanskrit a été entre autres emprunté en népali dans le sens de ‘mari’ (prononcé [siriman]).

Cette solution a trois avantages:

(1) Si śrī était ici le préfixe signifiant ‘éminent’, il devrait se trouver en première place.
(2) Il explique de façon satisfaisante de vocalisme /a/ (=skt ā) de la dernière syllabe, par opposition au /o/ (=skt a) de la première.
(3) Il ne demande pas de faire appel à un nom local inconnu invérifiable.

Elle n’explique pas le qusheng dans le dernier caractère, mais il pourrait s’agir d’un indice que *-s n’est pas la seule origine du qusheng. Encore que… en sandhi précédant un c- ou un t-, le nominatif śrīmān devient śrīmāṃś श्रीमांश्च ou śrīmāṃs श्रीमांस् respectivement — il est toutefois improbable que ces formes de sandhi aient servi de base à la transcription.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Brahma le vénérable," Panchronica, 28/05/2016, http://panchr.hypotheses.org/1309 (ISSN 2494-775X)

*Wékʷos dwityóm

Le deuxième numéro de *wékʷeses est maintenant paru — voici les préfaces de Xavier Delamarre et de Romain Garnier. Comme pour le précédent numéro, l’article le plus court du volume est de votre serviteur.

Outre plusieurs contributions savantes sur l’italique et le celtique, cette année le numéro contient deux articles très approfondis sur l’arménien de Daniel Kölligan et de Vincent Martzloff. Notons que le second, chose rare, utilise pour son argumentation sur l’étymologie du verbe arménien gerem « emmener en captivité » (qui selon lui provient de la racine *wedh-) un parallèle en albanien / vieil oudi où la même phrase est traduite par gerem en arménien et par un verbe signifiant « conduire » en albanien. Cet article présente en outre de façon exhaustive le dossier passionnant du traitement du *-dh- intervocalique en arménien (qui doit correspondre à -r- pour que cette hypothèse soit possible).

Les compte-rendus ne sont pas moins intéressants que les articles, en particulier celui de Romain Garnier sur l’ouvrage récent de Jean-Paul Demoule, dont il montre les auto-contradictions, les imprécisions et les contresens (dont il n’est pas toujours clair s’ils sont involontaires ou feints). Je reviendrai moi-même plus tard, sur ce blog ou dans un article détaillé, sur cet ouvrage au succès médiatique disproportionné.

Carnet de recherches d'un linguiste de terrain