*Wékʷos dwityóm

Le deuxième numéro de *wékʷeses est maintenant paru — voici les préfaces de Xavier Delamarre et de Romain Garnier. Comme pour le précédent numéro, l’article le plus court du volume est de votre serviteur.

Outre plusieurs contributions savantes sur l’italique et le celtique, cette année le numéro contient deux articles très approfondis sur l’arménien de Daniel Kölligan et de Vincent Martzloff. Notons que le second, chose rare, utilise pour son argumentation sur l’étymologie du verbe arménien gerem « emmener en captivité » (qui selon lui provient de la racine *wedh-) un parallèle en albanien / vieil oudi où la même phrase est traduite par gerem en arménien et par un verbe signifiant « conduire » en albanien. Cet article présente en outre de façon exhaustive le dossier passionnant du traitement du *-dh- intervocalique en arménien (qui doit correspondre à -r- pour que cette hypothèse soit possible).

Les compte-rendus ne sont pas moins intéressants que les articles, en particulier celui de Romain Garnier sur l’ouvrage récent de Jean-Paul Demoule, dont il montre les auto-contradictions, les imprécisions et les contresens (dont il n’est pas toujours clair s’ils sont involontaires ou feints). Je reviendrai moi-même plus tard, sur ce blog ou dans un article détaillé, sur cet ouvrage au succès médiatique disproportionné.

Un outil pour visualiser les dérivations morphologiques

Johann-Mattis List vient de concevoir une app appelée DERIVIZ qui permet de représenter graphiquement d’une façon claire les arbres de dérivations. Voici un exemple d’arbre de dérivation, correspondant à la famille de mots discutée dans ce récent billet:

grib

Il génère un fichier svg, que l’on peut ensuite convertir si besoin dans un autre format avec un programme comme Inkscape.

Cette app va faciliter la représentation des relations entre étymons et rendre plus facile les discussions de la morphologie historique (sans avoir à chaque fois à créer un arbre avec TikZ, qui est puissant mais un peu lourd). Il y a certainement de nombreuses fonctionnalités potentiellement à rajouter (indiquer une racine, donner des étiquettes aux arêtes, disposer d’un moyen de représenter les dérivations inverse et les formes dues à l’analogie etc), mais c’est déjà un outil simple et élégant dont j’aurai l’usage sur ce blog.

Un étymon utile pour la paléontologie linguistique

En lisant ce matin un article sur une langue lolo-birmane, je suis tombé sur le mot « banane » (citons simplement le birman hŋak), qui m’a rappelé le khaling leŋaksi लेङाक्सी ‘banane’ (-si ici est un suffixe signifiant « fruit »). En fait, le STEDT a déjà noté cette étymologie: l’étymon « banane » se retrouve dans quasiment toutes les branches primaires de la famille, y compris birmo-gyalronguique, tani et kiranti (mais pas en chinois apparemment).

Etant donné le caractère tropical de cette plante, il pourrait s’agir d’un mot utile pour la paléontologie linguistique, si l’on parvient à exclure la possibilité d’un mot voyageur diffusé dans toutes les langues. Il est trop tôt pour décider de cette question, mais notons déjà qu’en khaling, une forme dissyllabique *ŋaksi dans l’ancêtre commun au khaling et au doumi devrait donner †ŋas en khaling d’après les lois phonétiques décrites dans cet article. Il est donc assez probable qu’il s’agisse en khaling d’un emprunt récent à une autre langue kirantie (ce qui n’empêche pas toutefois qu’il soit d’un mot très ancien en kiranti).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Un étymon utile pour la paléontologie linguistique," Panchronica, 15/05/2016, http://panchr.hypotheses.org/1282.

Une famille de mot en tibétain

Dans ce billet, je vais esquisser les relations étymologiques dans une famille de mots particulière en tibétain, et montrer comment les langues gyalrongs peuvent éclairer l’étymologie tibétaine d’une façon qu’une étude interne ne permettrait pas. Le raisonnement présenté ici part de l’idée que les langues gyalronguiques préservent de façon productive des préfixes de nominalination et de dénominalisation qui ont cessé d’être productifs en tibétain mais dont on peut trouver des traces.

Partons dela paire constituée de la forme grib གྲིབ་ (attestée dans grib གྲིབ་ « impureté » et grib.ma གྲིབ་མ་ « ombre ») d’une part et de srib སྲིབ་ ubac (notons aussi sa.srib ས་སྲིབ་ « crépuscule ») d’autre part. Il n’est pas difficile d’admettre que ces deux étymons /grib/ (sens originel probablement * »chose sombre ») et /srib/ (* »endroit/moment sombre ») sont dérivés d’une même racine (signifiant « sombre ») par des préfixes différents g- et s-.

Or, on remarque que les sens impliqués par ces préfixes g- et s- correspond en tous points à ceux des préfixes de nominalisation des langues gyalrong, où kɯ- s’emploie pour les participes sujets et objets, et sɤ- pour les participes obliques, comme l’explique entre autres cet article. Notons que ces préfixes semblent relativement bien attestés dans de nombreuses langues de la famille trans-himâlayenne/sino-tibétaine (voir cet article de Linda Konnerth). On trouve des traces de ces préfixes en tibétain, comme je l’ai suggéré dans cet article.

De grib གྲིབ * »chose sombre, ombre » on dérive ensuite, comme je l’ai déjà suggéré dans cet article, les verbes dénominaux sgrib སྒྲིབ་ « obscurcir » et ɴgrib འགྲིབ་ « diminuer, être caché » — notons qu’ici, le préfixe s- n’est pas selon moi un causatif qui dérive sgrib སྒྲིབ་ « obscurcir » de ɴgrib འགྲིབ་ comme on l’analyse habituellement: ces deux verbes sont indépendamment dérivés du nom (lui-même dérivé d’un verbe statif).

La racine *rib d’où dériveraient grib et srib quant à elle n’est pas directement attestée sous sa forme nue, mais l’on en trouve plusieurs traces:
(a) rab.rib རབ་རིབ་ « flou, sombre; maladie des yeux qui rend aveugle(cataracte?) », variante hrab.hrib ཧྲབ་ཧྲིབ་
(b) mun.rub མུན་རུབ་ « obscurité, crépuscule »

La forme (a) est rédupliquée d’une racine *rib par un processus courant CVC > CaC.CVC. Pour la forme (b), l’hypothèse d’une relation étymologique est plus contestable, car elle implique (1) une harmonie vocalique *mun.rib > mun.rub (il semble y avoir d’autres exemples, mais ce n’est pas un processus productif) et (2) la syllabe rub résultante de cette harmonie aurait été réanalysée comme une nouvelle racine « sombre », et intégrée dans d’autres mots tels que sa.rub ས་རུབ་ « crépuscule ».

Je pense donc que l’hypothèse d’une racine *rib « sombre » d’où dérivent tous ces mots par des processus non productifs mais attestés est possible. La chaîne de dérivation serait:

*rib
> rab.rib
> srib
>> sa.srib
> grib
>> grib.ma
>> sgrib
>> ɴgrib

La racine *rib « être sombre » proposée ici aurait-elle des cognats ailleurs? En japhug soit ta-ʁjɯβ « ombre » soit ta-ʁrɯm « reflet, lumière, ombre projetée » pourraient être des cognats potentiels, mais ces hypothèses sont difficiles à tester pour le moment, tant que nous ne comprenons pas mieux les langues gyalronguiques dans leur ensemble.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Une famille de mot en tibétain," Panchronica, 14/05/2016, http://panchr.hypotheses.org/1273.

Le proto-sino-tibétain, une langue flexionnelle?

Un des plus grands débats en linguistique du sino-tibétain porte sur l’ancienneté de l’indexation en personne qui est présente dans certaines branches (gyalronguique, kiranti, kouki-tchin, dulong/rawang etc) mais absente dans d’autres, et notamment dans les « grandes » langues littéraires comme le chinois, le tibétain et le birman.

Ma position sur la question a déjà été suggérée dans cet article: au vu de la ressemblance frappante entre les paradigmes verbaux du kiranti du sud (bantawa, pouma et chintang) et du rgyalrong situ, et étant donné que certains des affixes marquant la personne dans ces langues ne ressemblent pas aux pronoms, il est difficile de concevoir que cette morphologie ne serait pas reconstructible en partie au moins à l’ancêtre commun du rgyalrongique et du kiranti. Je pense également que les langues sans indexation personnelle, y compris le chinois et le tibétain, l’ont perdue en conservant peut-être quelques traces comme l’irrégularité du verbe « manger », une idée que Sprigg avait eu déjà plus de trente ans auparavant mais n’avait jamais jugé utile de publier.

Ce point de vue est partagé par des auteurs tels que George van Driem et Scott DeLancey, lequel a été très prolifique sur la question et a récemment publié une grande quantité d’articles: 2010, 2011, 2013, 2014, 2015a, 2015b.

Un point de vue opposé, défendu essentiellement par Randy LaPolla (1992, 2003, 2012a, 2012b), et plus récemment soutenu aussi par Bettina Zeisler, serait que les systèmes d’indexation personnelle seraient des innovations indépendantes, que les langues sans indexation telles que le chinois et le tibétain ne l’auraient jamais eu, et que dans certaines langues, comme le tangoute, elle serait très récente et à peine grammaticalisée.

Dans cet article, qui vient d’être publié dans la revue Linguistic Vanguard, je clarifie un certain nombre d’imprécisions concernant l’interprétation des données du tangoute, des langues rgyalronguiques et kiranties, et j’espère ainsi contribuer à ce que cet important débat avance sur des bases saines.

Un petit détour par le tujia (1)

Le tujia est, de toutes les langues sino-tibétaines autres que le chinois, celle qui est parlée le plus au nord-est, dans deux enclaves au milieu de variétés diverses de langues chinoises et de langues hmong-mien, dans le département de Luxi 泸溪县 et celui de Longshan 龙山县 au Hunan.

Il existait encore il y a quelques années un site bilingue (anglais-chinois) avec un corpus multimédia de textes maintenu par Cecilia et Philip Brassett, mais il semble s’être évaporé, ce qui montre l’intérêt de sites avec un fort soutien institutionnel comme celui de Pangloss, qui a de bonnes chances de pérennisation.

Il existe un grand nombre de sources imprimées sur cette langue, et même des articles sur des sujets spécifiques (comme par exemple Xu 2008, pour citer une publication en anglais).

Du fait de sa position géographique, le tujia suscite une interrogation. Il s’agit très vraisemblablement d’un reliquat des langues qui recouvraient l’essentiel du Hunan et de l’est du Sichuan actuels (les royaumes de Ba 巴, Shu 蜀 et Chu 楚 de l’antiquité) plutôt qu’une incursion venant de l’ouest dans une région habitée par des Chinois. A ce titre, sa position phylogénétique est potentiellement intéressante.

Malheureusement (pour ceux qui veulent avoir des réponses rapides) et heureusement (pour ceux qui aiment les mystères et les recherches de longue durée), le tujia est comme les langues na une langue à la phonologie très érodée, qui a perdu les groupes de consonnes initiaux et les consonnes finales, et les lois phonétiques la reliant aux langues plus conservatrices de la famille sont tout sauf évidentes.

En utilisant les données de Chen Kang (2006), qui a l’avantage de présenter une liste de mots avec les deux « dialectes » (de Longshan et de Luxi) en regard, j’ai recherché les mots potentiellement apparentés au japhug, au tibétain et au chinois, y compris les nombreux emprunts à différentes variété de langues chinoises (qui sont très nombreux). Pour ceux qui veulent en savoir plus, le STEDT contient des données lexicales de deux variétés de Tujia, des données proches de celles de la source que j’ai utilisée.

Lorsque l’on étudie une langue de ce type, c’est bien évidemment par les emprunts qu’il faut commencer. La difficulté dans le cas du tujia est qu’il convient de connaître le chinois xiang de Jishou, une langue qui présente la particularité de préserver les voisées du chinois moyen, un archaïsme très inhabituel. Ainsi, lorsque l’on trouve des mots à voisées en Tujia de Luxi (celui de Longshan a perdu les voisées) correspondant aux voisées du chinois moyen, comme bu21 dau21 ‘raisin’ (bu daw 葡萄), il ne faut pas conclure qu’il s’agit nécessairement d’un emprunt datant d’avant la dynastie Ming.

Les mots potentiellement cognats sont plus difficiles. Certains restent relativement reconnaissables, comme le tujia de Luxi a21 si55 ‘pou’ dont la deuxième syllabe est presque certainement cognate (entre autres) avec le japhug zrɯɣ et le tibétain ɕig (voir cet article à propos du groupe initial dans ce mot).

Dans d’autre cas, il faut supposer des lois phonétiques non triviales — par exemple dzi35 « riz, nourriture » (tujia du nord tsi21) est vraisemblablement apparentée à la racine du japhug ndza « manger » et du tibétain za de même sens, ce qui suggère (à moins qu’un suffixe dental soit passé par là) une loi phonétique *-a > -i au moins devant affriquée dentale. Cette hypothèse gagne en plausibilité lorsque l’on découvre d’autres mots comme si35 « viande » (tibétain ɕa ‘viande’), tsi21tsi21 « neveu » (japhug tɯ-ftsa, tibétain tsʰa.bo) etc.

Enfin, on trouve des cas plus acrobatiques. Que dire par exemple de dzi33 « cochon »? Il est tentant de le rapprocher aussi de la racine verbale « manger », mais la différence de ton avec dzi35 « riz, nourriture » cité plus haut n’est pas facilement explicable.

(à suivre)
Référence
陈康 2006. 土家语研究。北京:中央民族大学出版社
Xu Shixuan 2008. Relative clauses in Tujia. Language and Linguistics.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Un petit détour par le tujia (1)," Panchronica, 20/04/2016, http://panchr.hypotheses.org/1247.

Le suffixe -im- d’obviatif en ojibwe

Ce matin dans le bus en lisant ce livre, je suis tombé sur une paire minimale illustrant l’usage du suffixe –im– obviatif en ojibwe. C’est un bon exemple que je compte sans doute réutiliser dans des articles sur la question.

Page 162, nous lisons, au paragraphe 7:

(1) Mii sa gaa-izhi-banaaji’ag a’aw waawaashkeshiwayaan.
banaaji’- : « abîmer » verbe transitif à objet animé, –ag est le suffixe de 1sg>3 du conjunct order, gaa– est le préfixe de passé avec le initial change, et –izhi– un préfixe adverbial signifiant « de cette façon ».
a’aw: démonstratif animé, singulier, proximatif
waawaashkeshiwayaan: « peau de cerf », singulier, proximatif (nom du genre animé)
« So I ruined the deerhide. »

Et deux phrases plus loin:
(2) Mii gii-panaaji’imag iniw owaawaashkeshiwayaanan.
gii-panaaji’-im-ag: le même verbe « abîmer » avec une alternance b > p qui apparaît parfois devant certains suffixes:
passé-abîmer-obviatif-1sg>3
iniw: démonstratif animé singulier obviatif
o-waawaashkeshiwayaan-an
3.possessif-peau.de.cerf-obviatif
« I ruined that deerhide of hers. »

Dans la phrase (2), –im– apparaît car l’objet owaawaashkeshiwayaanan « sa peau de cerf » est à l’obviatif, alors qu’il est au proximatif en (1) (non-suffixé au singulier en ojibwe); l’usage de l’obviatif ici est automatique, car ce nom est possédé et en algonquien les noms animés possédés par une troisième personne sont obligatoirement obviatifs.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le suffixe -im- d’obviatif en ojibwe," Panchronica, 14/04/2016, http://panchr.hypotheses.org/1110.

Les phrases complétives en japhug

J’ai commencé à travailler sur un article à propos des phrases complétives en japhug, qui est un des derniers points majeurs de la grammaire, après les relatives, les comparatives, les subordonnées circonstancielles et l’évidentialité que j’ai besoin de défricher avant de pouvoir me mettre à la rédaction de la grammaire complète de la langue (ma précédente grammaire est toujours utile, mais déjà périmée).

Le japhug a des phrases infinitives avec dans le cas de certains verbes des restrictions de coréférence similaires à celles qu’on observe en français (je pense venir : le sujet de la phrase principale est nécessairement le même que de celle de la subordonnée infinitive).

La complémentation en japhug pourrait donc sembler un sujet relativement ennuyeux, d’autant qu’il existe déjà un très bon article sur le même sujet à propos du tshobdun, une langue très proche. Toutefois, lorsque l’on étudie ce sujet vraiment en détail, on peut trouver dans le corpus des phrases intéressantes dont je n’aurais pas soupçonné l’existence. Pour illustrer le type de phénomènes que l’on peut observer, et que je vais traiter dans cet article, je ne prendrai qu’un seul exemple.

En japhug, le verb mŋɤm ‘avoir mal’ ne peut pas accepter comme sujet (pour une définition de « sujet » en japhug, voir cet article) qu’une partie du corps (jamais un être humain, en particulier une première ou une deuxième personne), et on exprime la personne qui ressent la douleur par un préfixe possessif sur le nom:
(1) a-xtu ɲɯ-mŋɤm
1SG.POSS-ventre SENS-avoir.mal
« j’ai mal au ventre. »

Toutefois, on trouve la complétive suivante:
(2) aʑo pɯ-xtɕɯxtɕi-a ʑo ri tɯxtɤŋɤm nɯ-atɯɣ-a tɕe, nɯ kɤ-mŋɤm pɯ-rɲo-t-a
1SG PST.IPFV-être.petit-1SG EMPH LOC dysenterie, PFV-rencontrer-1SG CONJ DEM INF-avoir.mal PFV-faire.l’expérience.de-PST:TRANSITIF-1SG
« Quand j’étais petite, j’ai eu (une fois) la dysenterie, j’ai souffert (de douleurs aux ventre) ».

(NB: Ici on peut rajouter a-xtu « mon ventre » avant kɤ-mŋɤm INF-avoir.mal)

Qu’y a-t-il d’étrange dans la phrase (2)? L’infinitif en kɤ- est employé alors qu’il n’y a pas de coréférence entre le sujet de l’infinitive et celui du verbe de la phrase matrice (rɲo ‘faire l’expérience de’, qui a un sens proche de 曾经 en chinois), la coréférence est entre le sujet de la phrase matrice et le possesseur du sujet dans l’infinitive.

En d’autres mots, c’est comme si en français, à côté de la construction:
(3) Il me faut du temps.
le seul moyen de mettre (3) au futur périphrastique en « aller faire » était de dire:
(4) Je vais falloir du temps.
au lieu de « Il va me falloir du temps ».

Étonnant, non ?

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les phrases complétives en japhug," Panchronica, 12/04/2016, http://panchr.hypotheses.org/1095.

Skype: un outil pour la linguistique de terrain

Avec la généralisation des téléphones portables et parfois même des connexions internet dans les régions reculées du globe, il devient possible de garder contact avec ses informateurs entre deux terrains, ce qui a un intérêt social (ne pas s’oublier les uns les autres), linguistique (avoir une occasion de parler la langue) et académique (pouvoir poser des questions sur des points précis sans avoir à languir pendant des mois avant d’avoir la réponse).

Avec skype, il est possible d’entregistrer l’ensemble de la conversation au moyen d’outils tels que mp3 Skype Recorder que j’utilise personnellement (mais beaucoup d’autres programmes permettent de faire la même chose). Avantage additionnel: les voix des deux interlocuteurs sont séparées sur deux pistes, ce qui est utile lorsque les deux parlent en même temps, ce qui arrive souvent lors d’une conversation. Même pour parler de la pluie ou du beau temps, ce type de conversation peut être utile et révéler des phrases intéressantes et inattendues.

Même lorsque nos informateurs n’utilisent pas d’ordinateur, il est possible d’appeler un portable par skype. Le prix est assez prohibitif pour des pays comme le Népal, mais pour l’ensemble de la Chine, y compris les régions Gyalrong, les tarifs sont tout à fait abordables. J’appelle presque toutes les semaines Tshendzin au téléphone pour bavarder et poser quelques questions. Certaines des phrases obtenues de cette façon ont été incluses dans la version multimédia du dictionnaire japhug.

La qualité sonore de ce type de fichier son est évidemment assez mauvaise, mais pour les questions autres que celles de phonologie et de phonétique, elle est relativement suffisante si l’on connait déjà la langue (il fait s’attendre toutefois à avoir des problèmes avec les fricatives dont la friction est à des fréquences dépassant 4000 Hz; il peut être parfois difficile de distinguer par exemple entre [z] et [ʐ]). Cette méthode est en revanche naturellement tout à fait inacceptable pour des articles de phonétique, et je suis assez choqué de voir que des articles comme celui-ci, où « Due to difficult access into the language area, all audio recordings were obtained by Skype transmission », ait pu avoir été publiée dans une revue de phonétique.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Skype: un outil pour la linguistique de terrain," Panchronica, 10/04/2016, http://panchr.hypotheses.org/1089.

Comment écrire une thèse de linguistique? (5)

Suite du billet n°1, du billet n°2, du billet n°3 et du billet n°4 de cette série.

7) Rédaction de la thèse
Pour mener à bien une thèse de doctorat, il ne suffit pas d’avoir des données et des idées originales, il faut également parvenir à rédiger un document construit d’une taille respectable. Dans des domaines comme la linguistique informatique, le corps du texte de la thèse est parfois relativement court (en dessous de 200 pages), mais c’est impossible pour une thèse en linguistique typologique ou diachronique — les bonnes thèses font au moins 400 pages (et atteindre plus de mille pages, comme celle d’Alex François), car simplement exposer les données collectées de façon claire requiert plusieurs centaines de pages.

C’est donc un travail d’une toute autre ampleur que la rédaction d’articles, et il y a plusieurs manières d’y parvenir, selon les intérêts et la personnalité du doctorant. Voici plusieurs suggestions.

(a) La méthode progressive
Une première méthode, adaptée pour les linguistes de terrain qui se destinent écrire une grammaire complète de la langue qu’ils ont choisie pour leur thèse, comporte deux temps: tout d’abord, après le premier terrain, écrire un résumé général de la grammaire de la langue comportant un inventaire phonologique de la langue, un aperçu de la morphologie verbale et nominale et un résumé des constructions grammaticales principales en 20~30 pages, un peu comme ce chapitre sur le japhug.

Ensuite, au cours de ses terrains successifs, le doctorant développe progressivement chacune des parties de ce résumé jusqu’à atteindre la taille attendue pour une thèse.

(b) La méthode concentrée
Cette méthode, qui selon mon expérience est celle adoptée par la plupart des doctorants (moi y compris), est de collecter une masse de données suffisante, puis de rédiger toute la thèse d’une traite. Pour que cette méthode fonctionne, le doctorant doit s’astreindre à un nombre de pages (minimum 2 ou 3) à écrire tous les jours, y compris bien sûr le samedi et le dimanche (et à rattraper lorsque des jours ont été manqués), sans compter le temps passé aux corrections des parties précédentes. Avec un tel rythme, qui n’est pas si difficile à maintenir si l’on a déjà collecté toutes les données et effectué les analyses nécessaires, on peut parvenir à rédiger une thèse respectable en l’espace de sept à huit mois de rédaction intensive.

Le désavantage de cette méthode est de rendre difficile la revérification des données si l’on s’aperçoit d’un problème au cours de la rédaction. On peut y circonvenir si les informateurs sont contactables par téléphone ou par skype. Dans le cas contraire il est sage de retourner sur le terrain une dernière fois après la rédaction presque finale, même brièvement, pour effectuer des revérifications.

(c) La méthode dispersée
Cette méthode consiste à écrire une série d’articles et à les publier, puis à les synthétiser en tout cohérent qui devient le texte de la thèse. Cette pratique est rare dans notre domaine, même si c’est plutôt la façon de faire normale dans de nombreuses disciplines. Elle peut être avantageuse pour les doctorants aux intérêts éclectiques qui ont des idées géniales sur des points très spécialisés mais qui n’ont pas la plume facile.

Je serais curieux de savoir si les lecteurs de ce blogs ont eu des expériences similaires ou différentes durant la rédaction de leur thèse.

(à suivre)

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Comment écrire une thèse de linguistique? (5)," Panchronica, 10/04/2016, http://panchr.hypotheses.org/1079.

Les blogs de linguistique francophones

Il y a quelques années, ce billet se lamentait à juste titre de la pauvreté des blogs francophone de linguistique. Quelques années plus tard, il est réjouissant d’observer que la culture du blog commence à se propager parmi les linguistes non informaticiens en France, ce qui nous offre à mon avis une plateforme pour exposer nos recherches à nos collègues mais aussi à un public plus large.

En linguistique de terrain, typologie et diachronie (pour les autres domaines de la linguistique, je préfère laisser la tâche à d’autres), on trouve à ma connaissance les blogs suivants, avec l’année de fondation indiquée:

(Presque-)Exclusivement francophone:
Panchronica (2013)
Lacito (2015), Alex François, Alexis Michaud et Evangelia Adamou.
Sous le banyan (2013), Agnès Henri.
Cipanglossia (2016), Thomas Pellard.

Partiellement francophones:
Indo-Sinica (2015), Gong Xun, multilingue (anglais, français, chinois, vietnamien etc).
Jabal al-Lughat (2005), Lameen Souag, qui publie essentiellement en anglais, mais qui a écrit quelques billets en français, comme celui-ci.
History and Philosophy of the Language Sciences (2013), multi-auteurs et multilingue, contient quelques billets sur l’histoire de la linguistique historique et de la linguistique de terrain, comme celui-ci.

Il est important à mon avis que dans un domaine comme la linguistique, qui a pour but de préserver la diversité des langues, l’anglais ne deviennent pas la langue exclusive de communication. Espérons que d’autres chercheurs locuteurs natifs de langues autres que l’anglais se décident à blogguer dans leur langue aussi!

Comment écrire une thèse de linguistique (4)

Suite du billet n°1, du billet n°2 et du billet n°3 de cette série.

(6) Terrain
S’il existe de bon linguistes qui n’ont jamais ou peu fait de terrain (notamment dans des domaines comme l’indo-européen ou le sémitique, où la philologie domine), c’est néanmoins une expérience irremplaçable, qui permet à la fois d’acquérir la capacité d’analyser un système phonologique, de s’intéresser à l’ensemble des phénomènes grammaticaux de la langue étudiée, de s’ouvrir à l’ethnologie, et de devenir sensible à la qualité des données d’autres chercheurs de terrain (ce qui est crucial lorsque l’on effectue des recherches en typologie ou en linguistique historique).

Le premier terrain sur une langue inconnue ne peut pas durer moins d’un mois (je dirais même deux mois), car la première tâche du chercheur est d’apprendre à transcrire correctement la langue de façon phonémique, en d’autres termes, de créer une ‘orthographe’ cohérente qui représente correctement toutes les oppositions phonologiques de la langue et n’invente pas des oppositions imaginaires. Même pour des langues à la phonologie claire (celles où les phénomènes suprasegmentaux et les sandhis ne sont pas trop compliqués), il ne faut pas se leurrer: c’est une tâche difficile, qui demande de la part du doctorant une grande rigueur. Certains ne parviennent d’ailleurs jamais à effectuer les transcriptions correctement — l’ensemble de leur travail est alors difficilement réutilisable sans étude complémentaire.

On peut considérer avoir compris l’essentiel du système phonologique d’une langue lorsque l’on parvient à transcrire des histoires traditionnelles avec fluidité. D’après mon expérience, même dans le cas de langues où les segments sont bien distincts, il est quasiment impossible d’y parvenir en moins de trois semaines de travail quotidien intensif, à moins de bien connaître une langue très proche (par exemple, pour une langue tibétaine on peut accélérer le processus si l’on comprend les correspondances phonétiques entre le tibétain ancien et la langue moderne).

Le linguiste de terrain a une responsabilité assez écrasante lorsqu’il est le seul à étudier une langue négligée. S’il commet une erreur dans sa description (ce qui est très facile si l’on ne fait pas attention — j’en ai commis moi-même ma part, lorsque je relis mes premiers travaux sur le japhug) et qu’elle n’est pas corrigée par la suite, on risque de n’avoir pour toute documentation de cette langue qu’une image fautive, qui induira en erreur en boule de neige les typologues et les comparatistes qui voudront se servir de ces données. C’est la raison pour laquelle il est crucial d’effectuer le plus d’enregistrements possible, afin que d’autres chercheurs puissent revérifier les transcriptions, et il est préférable d’apprendre les bonnes pratiques qu’expose Alexis Michaud dans ce billet.

D’un autre côté, même avec le meilleur équipement d’enregistrement au monde, il est impossible de parvenir à transcrire correctement une langue si l’on ne la prononce pas soi-même et si l’on ne se fait pas corriger par ses informateurs lorsque l’on prononce mal. Tous n’ont pas d’ailleurs la patience de le faire systématiquement. Les enregistrements seuls sont difficilement réutilisables, car il n’est pas clair de savoir quels paramètres phonétiques sont distinctifs sur la seule base d’un enregistrement.

Il est dommage qu’il n’existe pas de manuels récents de linguistique de terrain expliquant comment effectuer l’analyse phonologique d’une langue. Les manuels de terrain, comme la « Basic Linguistic Theory » de Dixon, ont pour la phonologie un certain dédain: c’est probablement dû au fait que les auteurs de ces travaux ont travaillé sur des langues où la transcription est relativement intuitive et « facile ». Pour le doctorant qui étudie une langue difficile à transcrire (comme la quasi-totalité des langues oto-mangues, par exemple), il peut falloir plusieurs années avant de parvenir à correctement distinguer toutes les oppositions phonologiques, et tout le reste de la description (morphologie et syntaxe) ne peut s’effectuer de façon satisfaisante que lorsque la phonologie a été résolue. La phonologie ne doit donc pas être traitée à la légère.

Si le doctorant en linguistique de terrain a une responsabilité envers la communauté qui l’accueille et l’humanité en général de collecter le plus de données de bonne qualité possible, il doit aussi finir sa thèse. Je ne pense pas qu’il n’y ait qu’un seul modèle pour effectuer le terrain. Dans l’école de Dixon et Aikhenvald, les doctorants effectuent d’abord un terrain de sept mois, puis en fin de thèse un terrain de trois mois pour corriger les données. C’est une manière de faire excellente, mais qui n’est pas nécessairement applicable à toutes les situations. Avec l’exigence croissante de finir la thèse en trois ou quatre ans (au moins en France), il me semble que la quantité de données minimale pour une thèse de linguistique de terrain devrait être de deux heures d’enregistrements originaux transcrits et glosés — la durée du terrain nécessaire pour y parvenir va varier considérablement selon la communauté.

(à suivre)

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Comment écrire une thèse de linguistique (4)," Panchronica, 09/04/2016, http://panchr.hypotheses.org/1043.

Un corpus inattendu

Le plus grand obstacle à la description et l’étude historique et typologique des langues kiranties et gyalronguiques (et de la majorité des langues du monde, d’ailleurs) est la taille limitée des corpus de textes disponibles. A ce titre, tous les corpus de textes de taille respectable, même incongrus, méritent d’être utilisés.

Etant donné les ressources financières de certains groupes évangélistes américains, il n’est pas surprenant que pour un certain nombre de langues mal dotées, les seuls matériaux disponibles en ligne soient ceux créés par des missionnaires.

Une ressource inattendue, dont j’ai découvert l’existence grâce à ce billet de Yvonne Treis, est le Jesus film, un film sur la vie de Yēšūăʕ bēn Yôsēp̄ (ישוע בן יוסף) de 128 minutes, apparemment traduit dans près de 1000 langues. Dans la liste on ne trouve aucune langue gyalronguique, mais il est traduit dans plusieurs langues kiranties: en limbou, en bantawa, en lohorung et en chamling. En l’absence de sous-titre, ces documents ne sont pas utilisables tels quels sans un certain travail, mais pourraient contenir des données utiles. Par comparaison, le corpus limbou sur Pangloss fait en tout 95 minutes environ.

Pour le khaling, il n’y a apparemment pas de « Jesus film », mais on trouve en revanche quelques documents du même genre sur Youtube. Même si les histoires traditionnelles sont sans le moindre doute un matériau plus intéressant pour étudier ces langues, nous n’avons pas encore assez de documents sur ces langues pour nous permettre de négliger complètement ces données.

Comment écrire une thèse de linguistique (3)

Suite du billet n°1 et du billet n°2 de cette série.

(4) Ouvrages collectifs
Une particularité de la linguistique par rapport à d’autres domaines est l’importance des ouvrages collectifs, dont le ou les directeur(s) (en anglais editor) se charge de sélectionner les auteurs, de faire relire anonymement les articles et d’harmoniser le tout. La majorité des ouvrages de ce type sont publiés par Benjamins, Mouton de Gruyter, Brill ou Language Science Press. Certains de ces livres collectifs sont indexés dans Scopus, mais la majorité ne l’est pas, ce qui signifie que les contributions à des volumes ont moins de visibilité que des articles de revue. D’un autre côté, certains livres collectifs sont de fait des références de base sur un sujet particulier, et avoir une contribution dedans peut être très utile pour un doctorant / jeune chercheur.

Certains, comme Martin Haspelmath dans ce billet, remettent en question cette omniprésence des ouvrages collectifs dans notre discipline. Je n’ai pas un avis tranché sur la question, j’ai participé moi-même comme auteur et relecteur à de nombreux ouvrages collectifs (jamais comme directeur d’ouvrage toutefois) et j’ai trouvé que les exigences des relecteurs sont en effet souvent moins élevées que pour des articles. Toutefois, il n’est pas certains pour autant que la qualité des contributions à des volumes soit plus basse, si le directeur a bien choisi ses collaborateurs.

Pour un doctorant, publier dans un volume collectif est à double tranchant: la contribution est sans doute moins difficile à publier que dans une revue, mais peut être moins prestigieuse dans le CV. D’un autre côté, un jeune chercheur peut difficilement refuser une invitation de participation à un volume, et c’est l’occasion de prouver au directeur de l’ouvrage sa capacité à tenir un délai. Cette question est d’ailleurs liée à celle des conférences invitées, abordée ci-dessous en (5).

(5) Conférences
En phonétique et en linguistique informatique, certaines conférences sont très prestigieuses, parfois plus qu’un article de revue. Il n’en est pas ainsi en linguistique descriptive/typologique/diachronique. Pour les commissions de spécialistes qui analysent les dossiers, aussi bien à l’université qu’au CNRS, les conférences comptent pour peu, à l’exception des présentations invitées (surtout lorsque ces dernières ont donné lieu à la publication d’un ouvrage collectif).

L’intérêt principal des conférences, pour un doctorant, est donc surtout de se faire connaître et de se créer un réseau de relation. Je ne minimise pas l’importance de ces contacts, mais avec des sites comme Academia, ce rôle des conférences est bien moins important qu’il ne l’était autrefois, et je ne conseille pas aux doctorants d’investir trop de temps dans les conférences — mieux vaut privilégier le terrain, la rédaction de la thèse et la rédaction d’articles (dans cet ordre).

Les conférences invitées, lorsque l’organisateur paie tous les frais de déplacement et de logement aux participants, sont naturellement un cas différent. Il est plus rare qu’un doctorant bénéficie d’invitations de ce type, mais lorsque c’est le cas, il est évident que la présentation en question doit être une priorité pour lui, d’autant qu’elle mène en général à une publication soit dans un ouvrage collectif, soit dans un numéro spécial de revue.

Les conférences les plus importantes dans notre domaine sont celle de l’Association for Linguistic Typology (qui a lieu tous les deux ans) et de la Societas Linguistica Europaea. Ce type de conférence, avec plus de 200 participants en général, sont très utiles pour avoir une vision générale du domaine, mais la brièveté des présentations (20 minutes) et l’organisation en sessions parallèles rend souvent difficile les échanges d’idées fructueux. Une autre conférence du même type est Syntax of the World’s Languages, qui se tient tous les deux ans en alternance avec la conférence de l’ALT.

Pour ma part, je préfère toutefois les journées d’études (workshop) spécialisées sur un domaine en particulier, comme la conférence sur les langues du Sichuan, où les participants disposent de 30 minutes de temps de parole, ce qui implique un nombre plus restreint de présentations, mais avec plus de temps pour comprendre les travaux des collègues.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Comment écrire une thèse de linguistique (3)," Panchronica, 03/04/2016, http://panchr.hypotheses.org/1019.

Comment écrire une thèse de linguistique (2)

Suite de ce billet

(3) articles
Pour trouver un poste en linguistique après la thèse, que ce soit à l’université ou au CNRS, il est crucial d’avoir des publications dans des supports reconnus. En linguistique, les livres et les articles comptent à égalité, mais il est néanmoins préférable de commencer ses publications, pendant voire même avant la thèse, par des articles dans des revues à comité de lecture. Il est d’ailleurs important, lors du choix de son sujet de thèse, de bien réfléchir, en concertation avec son directeur et aux autres membre de l’équipe, aux articles potentiels auxquels ce sujet pourrait donner lieu — les bons sujets de thèse doivent ouvrir des perspectives de publications dans les meilleures revues du domaine.

L’auteur d’un article soumettant un article à une revue à comité de lecture, reçoit, après un délai qui peut aller de trois semaines (dans le meilleur des cas, lorsque les relecteurs sont très réactifs) à plus de 18 mois, un ou deux rapports écrits par des relecteurs anonymes, suggérant des corrections et des modifications, et indiquant si oui ou non l’article peut être accepté. Les critères de sélection dépendent de la revue. Les revues plus abordables (par lesquelles je conseille de commencer) sont celles spécialisées sur des aires géographiques particulières. Pour les revues généralistes (comme Linguistic typology ou Diachronica par exemple, il est plus rare d’avoir un article accepté sans deux séries de relectures, ce qui peut prendre près d’un an et demi au total.

La revue par les pairs ralentit considérablement la vitesse de publication, mais permet de garantir un minimum de qualité, et évite parfois des erreurs que l’auteur pourrait regretter d’avoir écrites par la suite. Les commentaires sont presque toujours constructifs (dans mon expérience) et jamais inutiles, même si le relecteur n’a pas compris un point de l’article — c’est sans doute le signe que le passage en question n’a pas été rédigé de façon assez claire. Il est crucial de ne pas se laisser démoraliser lorsque l’on a un article rejeté, cela arrive régulièrement à tous les linguistes, même chevronnés.

Je recommande aux étudiants de viser au moins trois articles parus ou acceptés à l’échéance de leur thèse. Etant donné les délais de publications en linguistique, il est important de songer à la rédaction d’un article le plus tôt possible.

Il est préférable de commencer par des revues plus spécialisées et moins sélectives dans un premier temps.

Pour les doctorants travaillant sur les langues d’Asie, je conseille en particulier pour commencer:
* Cahiers de linguistique — Asie orientale (revue dirigée par votre serviteur — soumissions bienvenues!)
* Journal of Chinese Linguistics
* Linguistics of the Tibeto-Burman Area
* Language and Linguistics

Pour les langues anciennes:
* Bulletin of the School of Asian and African Studies
*
Journal of the American Oriental Society.

Pour les langues des Amériques:
* Amérindia
* Journal de la société des américanistes
* International Journal of American Linguistics

Pour l’austronésien:
* Oceanic Linguistics
* Language and Linguistics

Il existe aussi de bonnes revues de linguistiques généralistes relativement accessibles pour des jeunes chercheurs, en particulier Transactions of the Philological Society (c’est en particulier dans cette revue que Gong Xun et Lai Yunfan ont publiés leur premier article), et en linguistique historique Folia Linguistica Historica.

Après avoir réussi à publier deux articles dans des revues de ce type, le doctorant peut songer à des revues plus sélectives, sachant que le travail sera infiniment plus exigeant, consommera plusieurs mois à temps plein, et pourra malgré tout mener à un rejet de la revue. Voici quelques revues de ce type auxquelles un doctorant peut essayer de s’attaquer:

* Glossa (remplace la défunte Lingua). Revue généraliste (y compris générativiste), sélective mais les relectures sont rapides (entre 2 et 4 mois), ce qui permet d’être fixé sur son sort sans avoir à languir de nombreux mois.
* Linguistic typology. Revue à rapidité moyenne, accepte rarement des articles sur un phénomène particulier dans une seule langue, mais peut être un bon choix si l’on observe un phénomène rarissime dans sa langue de spécialité, ou un phénomène qui contredit un universel proposé.
* Studies in Language. Je conseille en particulier de viser des articles courts dans la section News from the field.
* Diachronica. Pour un(e) doctorant(e) intéressé(e) par la diachronie, s’il(/si elle) découvre un chemin de grammaticalisation ou un changement phonétique rare.

Parvenir pour un doctorant à publier dans une revue de ce type (même comme co-auteur) est un exploit, et mérite d’être tenté.

Ecrire des articles en collaboration avec son directeur de thèse, avec les autres doctorants de l’équipe ou avec des chercheurs d’autres affiliations n’est pas encore une pratique courante chez les linguistes diachroniciens et typologues, mais j’invite vivement les doctorants à tenter cette expérience. On apprend mieux à rédiger et à problématiser ses données en travaillant en collaboration, surtout avec un chercheur plus expérimenté. On entend parfois l’affirmation selon laquelle la thèse serait un travail solitaire; je pense que si c’est le cas dans certains milieux, c’est une pratique à éviter, car un doctorant, même doué et brillant, peut difficilement s’en sortir dans les arcanes du monde académique.

Pour le moment, l’habitude de tout écrire en solitaire parmi les linguistes fait que, contrairement à d’autres domaines, il est indispensable en linguistique d’avoir quelques articles à son seul nom dans sa liste de publication.

Parallèlement aux « vrais » articles, les doctorants peuvent écrire des rapports de conférences ou des compte-rendus d’ouvrages. Ce type de publication ne dispose pas du même prestige (puisque non soumis à relecture anonyme), mais c’est néanmoins une occasion utile de se faire connaître et de présenter ses idées.

(à suivre)

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Comment écrire une thèse de linguistique (2)," Panchronica, 31/03/2016, http://panchr.hypotheses.org/997.

Carnet de recherches d'un linguiste de terrain