L’usage de la vidéo en documentation linguistique

Dans un précédent billet, j’avais mentionné un film expliquant les techniques de tissage. La première partie de ce film (avec la transcription complète) est maintenant disponible sur l’archive Pangloss. C’est le premier document vidéo de la collection sur le japhug.

Ce document illustre entre autre pourquoi la vidéo n’est pas un simple gadget, mais un outil indispensable à la documentation des langues. Dans le cas des textes procéduraux (qui expliquent comment réaliser une activité traditionnelle), en effet, il est très courant que le locuteur se serve de gestes et autres signaux non-verbaux pour expliquer une action, qui de toute évidence sont perdus si l’on ne dispose que d’un enregistrement audio. Ainsi, la phrase la plus courante du texte sur le tissage (les lecteurs de ce blog peuvent s’en convaincre par eux-même) est (1), qui est absolument ininterprétable sans vidéo.

(1) ki tú-wɣ-stu tɕe
DEM/PROX IPFV-INV-faire.ainsi LNK
On fait de cette façon.

Mais non seulement la vidéo permet de mieux comprendre les phrases ambiguës ou insuffisamment spécifiques, elle rend aussi possible de saisir les emplois précis de certains affixes ou constructions grammaticales en contexte. C’est notamment le ça ici avec les préfixes directionnels. Certains verbes (comme taʁ « tisser » βzu « faire », ʑa « commencer ») apparaissent dans ce texte avec deux préfixes directionnels imperfectifs: lu- (vers l’amont) et chɯ- (vers l’aval). Le premier (lú-wɣ-ʑa « on commence », lú-wɣ-taʁ « on tisse ») s’emploie pour désigner les mouvements depuis la partie du métier à tisser la plus éloignée du tisserand, tandis que le second est utilisé lorsque le mouvement part de la partie la plus proche du tisserand. Autrement dit, la dimension fluviale amont-aval est métaphoriquement étendue à l’axe des fils de chaîne.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’usage de la vidéo en documentation linguistique," Panchronica, 03/12/2016, http://panchr.hypotheses.org/1553 (ISSN 2494-775X)

Journées d’étude sur le kiranti

Aimée Lahaussois et moi-même avons organisé ces 1 et 2 décembre des journées d’études sur les langues kiranties, dont le programme est disponible ici. Les présentations ont porté sur des sujets variés, de la linguistique descriptive à la typologie en passant par la linguistique historique. Contrepartie népalaise de la conférence sur les langues du Sichuan, cette manifestation a été l’occasion de rassembler les trop rares spécialistes de ces langues, et aussi d’engager des interactions entre rgyalrongologues et kirantologues, car j’ai la ferme conviction que la linguistique sino-tibétaine/trans-himalayenne ne pourra se développer sur des bases saines que lorsque davantage des linguistes se seront familiarisés avec les langues à morphologie complexes des deux côtés de l’Himâlaya.

J’en profite pour mentionner que Nathan Hill a rendu public les enregistrements de la conférence sur la phonologie du chinois archaïque qui a eu lieu l’année dernière; voici ma présentation, celle de Lai Yunfan et de celle de Gong Xun.

Sauvons les arbres

Johann-Mattis List et moi-même avons mis en ligne la première version d’un article (qui sera soumis à un numéro spécial du Journal of Historical Linguistics) où nous défendons l’usage des arbres phylogénétiques en linguistique. Il y a en effet plusieurs courants phylosceptiques de plus en plus influents en linguistique; l’un des plus intéressants est la glottométrie d’Alexandre François (voir par exemple cet article en français, celui-ci et surtout celui-là). Il nous a semblé utile d’apporter des pistes de réponses aux questions importantes soulevées par ces travaux.

Un nom galate dans une inscription phrygienne

Cet article présente une inscription gréco-phrygienne qui contient le nom de personne Βρογιμαρος Ἐπικράτου (Brogimaros Epikratou). L’article ne le mentionne pas, mais ce nom est sans le moindre doute celtique, composé de brogi– « pays, marche » (= breton bro) et -maros « grand » (=breton meur), deux éléments amplement attestés dans l’onomastique gauloise (voir Delamarre 2001), signifiant « dont le pays est grand/qui a un grand pays ». Xavier Delamarre a d’ailleurs pu me confirmer que ce nom Brogimaros est attesté ailleurs.

La présence d’un nom celtique en Phrygie n’a rien de surprenant, surtout au troisième siècle de notre ère, longtemps après la conquête de ce pays par les galates, dont la langue était très proche du gaulois. Etant donnée néanmoins la taille réduite du corpus d’inscriptions phrygiennes, la présence d’un nom galate dans une de ces inscriptions me semble intéressante et révélatrice de la situation linguistique de l’époque; je serais curieux de savoir si d’autres cas existent dans le corpus néo-phrygien.

Addendum: L’étymologie celtique de ce nom avait déjà été remarquée par Alexandru Avram dans son article sur cette inscription en 2015.

==============
Delamarre, Xavier 2001. Dictionnaire de la langue gauloise. Paris: Editions errance.

L’harmonie d’uvularité en japhug

Même s’il existe certains indices dans des langues tibétaines modernes périphériques suggérant que le tibétain commun ait pu avoir des uvulaires non représentées dans l’écriture, cette question est encore mal comprise. Les emprunts tibétains en japhug, langue ayant une opposition phonémique entre uvulaires et vélaires, pourraient contribuer à ce débat.

Parmi les mots ayant une occlusive uvulaire en japhug correspondant à une vélaire se trouve le nom tɯ-qhoχpa « organes, état d’esprit », qui provient du tibétain ཁོག་པ་ kʰog.pa. Cette forme apporterait-elle la preuve que le radical /kʰog/ avait une uvulaire en tibétain commun ?
Dans le cas particulier de ce mot, une explication interne au japhug est possible. En effet, il existe dans cette langue une contrainte phonotactique synchronique liée à la distribution des consonnes dorsales : lorsqu’une syllabe a une consonne initiale et une coda dorsale, les deux doivent être soit vélaires (kɤɣ « courber ») ou uvulaires (qaʁ « éplucher, écorcher, enlever la peau »). Cette contrainte ne s’applique pas aux consonnes médianes ou préinitiales (par exemple mbɣaʁ « se retourner »).

Or, les rimes -ag(s)/-eg(s) et -og(s) du tibétain sont régulièrement empruntées comme -aʁ et -oʁ respectivement; la présence d’une uvulaire est ici due au fait que, aussi bien en japhug qu’en tibétain (ancien et amdo, voir dans cet article), les codas uvulaires et vélaires sont en distribution complémentaire. Ainsi, on s’attendrait à ce que kʰog.pa soit emprunté comme *(tɯ-)kʰoχpa. Or, une telle forme violerait la contrainte phonotactique d’harmonie d’uvularité mentionnée ci-dessus. Le nom tɯ-qhoχpa peut donc s’expliquer si l’on admet l’existence d’une loi phonétique *k(ʰ)Vʁ > q(ʰ)Vʁ en japhug. Il existe des preuves indépendantes de cette loi phonétique dans le vocabulaire natif (sujet qui est traité dans un article en train d’être écrit par Gong Xun).

Cette étymologie montre donc que les données des emprunts dans les langues gyalronguiques doivent être utilisées avec précaution pour reconstruire l’histoire du tibétain.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’harmonie d’uvularité en japhug," Panchronica, 04/11/2016, http://panchr.hypotheses.org/1528 (ISSN 2494-775X)

Le roi des rgyalrongois

En japhug, la possession est exprimée par un préfixe possessif coréférent avec le possesseur sur le possédé, auquel peut s’adjoindre optionnellement une marque de génitif, comme en (1) et en (2).

(1) rɟɤlpu (ɣɯ) ɯ-ŋga
roi (GEN) 3SG.POSS-habit
« les habits du roi »

(2) jla nɯni (ɣɯ) ndʑi-rpaʁ
yak.hybride DEM.DUEL (GEN) 3DU.POSS-épaule
« Les épaules des deux yaks hybrides »

Pour les possesseurs de troisième personne, ce préfixe est ɯ- au singulier (1), ndʑi- au duel (2) et nɯ- au pluriel.

Un fait intéressant, que je n’ai pas pour le moment observé dans d’autres langues, est que lorsque l’on désigne le seigneur ou le roi d’une région, il est impératif d’employer un préfixe de pluriel, comme dans:

(3) ndzaʁlaŋ ʑɯŋkhɤm nɯ-rɟɤlpu
Jambudvîpa pays 3PL.POSS-roi
« Le roi de Jambudvîpa »

La raison pour ce fait curieux est à mon avis que l’expression signifie en fait non pas « roi de X » mais « roi de ceux de X », car l’on peut ajouter une marque de pluriel optionnelle ra:

(4) iɕqha sɤtɕha ra ɣɯ nɯ-rɟɤlpu
à.l’instant endroit PL GEN 3PL.POSS-roi
« Le roi de (ceux de) cet endroit »

Toutefois, dans les textes que j’ai fait traduire du chinois, cette expression se retrouve même pour des lieux qui ne sont pas censé avoir d’habitants; ainsi « le seigneur du mont Taishan » (泰山之主) est traduit par taishan ra ɣɯ nɯ-rɟɤlpu.

En français et dans les autres langues d’Europe, on trouve au moins deux constructions, illustrées par les titres historiquement attestés de roi de France et de roi des français. Le japhug (et peut-être d’autres langues de la région) semble ne permettre que la seconde possibilité.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le roi des rgyalrongois," Panchronica, 29/10/2016, http://panchr.hypotheses.org/1516 (ISSN 2494-775X)

Les réduplications qui n’en sont plus

Les réduplications, lorsqu’elles subissent des changements phonétiques même relativement modérés, peuvent parfois devenir méconnaissables, et synchroniquement immotivées.

Un cas bien connu est celui de la forme d’aoriste/injonctif qui donne le grec εἶπον eipon ‘je dis’ (qui fonctionne comme l’aoriste de φημί phêmi et de λέγω legô « dire ») et le sanskrit vocam (aoriste avec augment avocam). Ces deux formes verbales n’ont aucune réduplication apparente ni en grec ni en sanskrit, mais tous les spécialistes s’accordent pour reconstruire ici un aoriste à réduplication *we-wkʷ-om (ce sujet est discuté dans ce billet). Notons que la 1sg vocam en sanskrit est refaite (on attendrait †vokam) dû à la généralisation de l’alternant palatalisé.

En grec notons que le *w se dissimile en -i- entre deux labiovélaires, une loi qui saigne la règle de boukolos, et qui s’observe dans un autre aoriste rédupliqué moins souvent cité (merci à Romain Garnier pour me l’avoir appris), le participe aoriste εἴβων eíbōn « versant » < *we-wgw-ónt- (de la racine *wegw- qui donne le grec ὑγρός hugrós « humide » < *ugw-ró-).

Le germanique contient aussi un certain nombre de formes rédupliquées fossiles (l'anglais wheel, par exemple).

Des réduplications fossiles sont aussi identifiées dans certaines familles dont la phonologie historique est bien comprise; ainsi, en sémitique on peut citer l’hébreu כוכב kôxāβ < *kabkab "étoile" par exemple.

En sino-tibétain/trans-himalayen, le parent pauvre de la méthode comparative, ce type de phénomène est plus difficile à détecter. Je ne connais pas d'exemple de ce type clairement identifié en chinois, en tibétain ou en rgyalronguique. J'ai proposé dans mon étude du tangoute (Jacques 2014:197) que la voix tendue (marquée par un point souscrit dans la reconstruction) du numéral "trois" sọ¹ (qui peut remonter mécaniquement à quelque chose comme *sə-sum) soit un cas de réduplication fossile; cette proposition, dont j'avoue le caractère hypothétique, n'a pour le moment pas fait l'objet d'une discussion détaillée (voir cependant ce billet de Marc Miyake).

Connaissez-vous d’autres exemples de réduplications fossilisées dans d’autres familles?

======================
Jacques, Guillaume 2014. Esquisse de phonologie et de morphologie historique du tangoute. Global Oriental. Leiden: Brill.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les réduplications qui n’en sont plus," Panchronica, 27/10/2016, http://panchr.hypotheses.org/1506 (ISSN 2494-775X)

Un article à propos de la diffusion lexicale

Dans un billet écrit il y a plus d’un an, j’avais présenté une critique de certains problèmes liés à cet article paru dans la nouvelle revue International Journal of Chinese Linguistic. Nathan W. Hill a récemment rendu disponible sa réponse à cet article, qui paraîtra très prochainement dans la même revue.

L’article de Nathan a le mérite, outre de réfuter très en détail l’article calamiteux, de présenter une critique claire et convaincante de la « diffusion lexicale », et de la supériorité de l’approche néogrammairienne sur celle-ci.

=======
Hill, Nathan W. (2016) ‘A refutation of Song’s (2014) explanation of the ‘stop coda problem’ in Old Chinese.’ International Journal of Chinese Linguistics, 3(2): 272–283

L’unification d’étymons distincts par pression homophonique

Lorsqu’une langue subit des changements phonétiques massifs, il peut arriver que des mots sans relations étymologiques mais de sens proches deviennent fortuitement homophones. Le cas le plus extrême que je connaisse est celui du chinois 指 zhǐ « doigt » et 趾 zhǐ « doigt de pied » (qui en mandarin ne s’emploient que comme éléments de composés, notamment 手指 shǒuzhǐ « doigt (de la main) » et 脚趾 jiǎozhǐ « doigt de pied »).

En chinois moyen, ces deux syllabes étaient encore légèrement différentes; leur consonne initiale était la même (章 tɕ-), elles avaient le même ton, mais leurs rimes n’étaient pas identiques (脂 -ij vs 之 -i). En chinois archaïque en revanche (et ceci quel que soit le système de reconstruction adopté), les deux étymons étaient radicalement différents. 趾 zhǐ < tɕiX "doigt de pied" provient de façon non-ambiguë d'une forme *təʔ, tandis que 指 zhǐ < tɕijX "doigt de la main" fait partie des mots à initiale vélaire ayant subi une palatalisation tardive (devant voyelles antérieures) et remonte à *kijʔ (Baxter et Sagart 2014:79 reconstruisent *mə-kijʔ). La présence d'une vélaire ici est prouvée par (a) le fait que certaines langues chinoises min ont échappé à cette palatalisation (建瓯 jianou ki6 "doigt"), (b) dans certaines conditions, les vélaires devant voyelles antérieures ne palatalisent pas, si bien que certains mots des mêmes séries phonétiques ont toujours une vélaire en chinois moyen (comme 耆 gij).

Si l'écriture chinoise n'existait pas et que l'on ignorait tout des langues min, aurait-on eu l'idée que ces deux mots aient pu avoir une origine différente et aient été aussi divergent phonétiquement à une époque antérieure? Connaissez-vous d'autres exemples du même type?

==========
Baxter, William and Laurent Sagart. 2014. Old Chinese: A New Reconstruction. Oxford: Oxford University Press.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’unification d’étymons distincts par pression homophonique," Panchronica, 16/10/2016, http://panchr.hypotheses.org/1461 (ISSN 2494-775X)

Le pentaglotte mandchou-mongol-tibétain-gyalrong-ouighour

Outre la documentation historique, un autre intérêt du mandchou pour les gyalrongologues est l’existence d’un remarquable document pentaglotte mandchou-mongol-tibétain-gyalrong-ouighour (en chinois 《满蒙藏嘉戎维五体字书》), qui est brièvement étudié dans cet article paru dans la revue 满语研究 « études mandchoues » (il est normalement possible d’avoir un aperçu de l’article sur ce site, au moins au moment où j’écris ces lignes).

L’intérêt de ce document est de contenir non seulement des mots, mais des phrases entières avec des verbes conjugués; si l’on prend la première phrase de la page 61:

(1) no pebrang i desdebiye nadenin
Si gemun hecen-de udu aniya te-he
Combien d’années as-tu vécu à Pékin?

on reconnait immédiatement les mots en transcription:

no = no (Situ de Cogtse), nɤʑo (Japhug)
-i : locatif
desdebiye = thəstiɛ-pâ « combien d’années » (Situ de Cogtse) = thɤstɯ-xpa (Japhug)
nadenin = na-tə-nī-n (PASSE-2-s’asseoir-2) « tu es resté » (Situ de Cogtse), na-tə-nə̄-n (Situ de Bragdbar)

On remarque que ce dialecte a subi le changement -a > -iɛ dans le mot « année » (-pâ transcrit comme -biye ), comme c’est le cas dans les dialectes Situ du sud.

Ce document ne peut pas révolutionner la linguistique gyalronguique, car d’une part la transcription est approximative, et d’autre part sa taille reste malgré tout limitée, mais il peut néanmoins nous renseigner sur l’histoire du gyalrong situ.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le pentaglotte mandchou-mongol-tibétain-gyalrong-ouighour," Panchronica, 04/10/2016, http://panchr.hypotheses.org/1486 (ISSN 2494-775X)

Le manchou, une langue injustement négligée

Je viens de rendre public mon premier travail sur la grammaire du mandchou, co-écrit avec José Andrés Alonso de la Fuente, à propos du mouvement associé dans cette langue.

Le mandchou, langue maintenant préservée de façon vivante uniquement par les Sibe de Cabcal, a la fausse réputation d’une langue « simple » à apprendre, et dont la littérature serait essentiellement traduite du chinois. Ces deux idées reçues sont fausses, et le mandchou mérite d’être davantage étudié qu’il ne l’est actuellement.

Tout d’abord, concernant la simplicité supposée de cette langue; il est vrai que la morphologie verbale du mandchou n’est pas aussi riche que celle d’une langue gyalronguique (ou même tout simplement celle des autres langues toungouses), et contient peu d’irrégularités. Toutefois, comprendre les textes en mandchou peut être difficile, notamment en raison de la polysémie d’un certain nombre de verbes très courants, et de l’ambiguïté de certaines constructions. Par ailleurs, la morphologie du mandchou présente des points typologiquement intéressants, dont le mouvement associé traité dans l’article ci-dessus.

En ce qui concerne les textes mandchou, si effectivement une grande partie de la littérature de cette langue est traduite du chinois, on trouve néanmoins une quantité non négligeable de textes originaux, dont certains sont disponibles en ligne. Je mentionnerai tout d’abord le journal de campagne de Dzengšeo (增寿), qui présente peut-être l’un des seuls témoignages non-officiels sur la rébellion de Wu Sangui, et qui me semble d’un grand intérêt pour les historiens de l’époque Qing.

Pour ceux qui s’intéressent aux langues gyalrong, le mandchou présente un intérêt direct, car en raison des guerres du Jinchuan, on dispose de plusieurs documents historiques en mandchou qui contiennent des informations précieuses sur les toponymes et noms de personnes du pays Gyalrong au dix-huitième siècle, en particulier le Zanla cucin-i ba be necihiyeme toktobuha bodogon-i bithe (dont quelques pages sont traduites dans le manuel de Haenisch, pp 96-106; la version chinoise s’intitule 《平定两川述略》) et cette chanson traduite par le père Amiot, qui était contemporain des faits. Il est possible que je prépare un jour l’édition de ce texte, en vue d’une recherche plus approfondie sur l’histoire du pays Gyalrong.

Le blog Tales of Manchu life présente dans ce billet la traduction d’un court passage du Zanla cucin-i ba be necihiyeme toktobuha bodogon-i bithe.

Les journées d’études sur les langues du Sichuan

La semaine dernière ont eu lieu les quatrièmes journées d’études sur les langues du Sichuan à Seattle, organisées par Zev Handel. Les journées précédentes avaient eu lieu à Paris en 2013.

Cinq doctorants et anciens doctorants de notre équipe étaient présents: Lai Yunfan, Gong Xun, Zhang Shuya, Rao Min et Gao Yang, qui ont chacun présenté des communications sur leurs langues de spécialité respective (khroskyabs, zbu, situ, guiqiong et menya).

Une des communications les plus inattendues de la conférence était celle de Hiroyuki Suzuki et de Tashi Nyima, qui ont révélé l’existence d’une langue jusqu’alors inconnue, le ‘bo-skad (dont le second auteur, bien que résidant en Norvège, est locuteur natif). Cette langue, bien que très clairement gyalronguique, et même plus proche de la branche stau-khroskyabs, est parlée loin du Sichuan, dans le département de Mdzosgang, au district de Chamdo, à plus de 900 km de Mbarkhams par la route. La présence d’une langue gyalronguique aussi loin de la région Gyalrong est très étonnante (bien que des rumeurs circulaient concernant des langues non-tibétaines dans cette région), mais il semble qu’elle ne soit pas isolée.

Cette découverte confirme l’idée d’une expansion « récente » de la langue tibétaine hors du Tibet central (c’est à dire postérieure à l’établissement de l’empire tibétain) sur des régions où étaient parlées plutôt des langues gyalronguiques, dont la région Gyalrong et les poches isolées de Chamdo sont les dernières traces. Il faut souligner l’importance de cette découverte pour notre compréhension de l’histoire du peuplement du Tibet oriental.

Un préfixe de nominalisation en jinghpo

Dans un précédent billet, j’avais mentionné l’existence de la fortition du *l en t en jinghpo après ʃə- et mə-; j’ai depuis trouvé d’autres exceptions à celle fortition, comme mə̀là « âme » (tibétain བླ་ bla, japhug tɯ-rla).

Il est intéressant de noter que cette loi phonétique ne s’applique pas non plus dans les mots dérivés par le préfixe causative ʃə- (sha-). Je me suis posé la question de savoir si c’était le cas aussi avec les préfixes mə-; la grammaire de Dai Qingxia ne semble pas indiquer clairement de dérivation en mə-, mais en fouillant un peu, il est assez évident qu’il existe en fait un préfixe de nominalisation mə- (en orthographe ma-; j’utilise l’orthographe du jinghpo avec les tons et coups de glotte rajoutés dans ce qui suit):

  • gūn « porter sur le dos 背;担任;携带 » => mà-gún « (un) fardeau » (classificateur; exemple suggéré sans explication p115 de la grammaire de Dai), cognat du tibétain ɴkʰur འཁུར་
  • yúʔ « descendre 下 » => mà-yúʔ « contrebas 下坡 »
  • rà « manque, avoir de besoin de, commettre une erreur 差欠;需要;差错 » => mà-rà « erreur, faute 错误;罪 »
  • ràʔ « aimer 爱 » => mà-ràʔ « souhait 意愿 »
  • lún « placer en haut (往高处放东西) » => ma-lún « chemin en pente vers haut 上坡路 » ; noter que lún dérive de lùng « monter » par l’application de la dérivation applicative (*-t), qui se manifeste ici par un changement tonal et -ng > -n
  • lái « échanger 换 » => mà-lái « remplacement 替身;代用品 », cognat du tibétain brdʑe བརྗེ་

Le dernier exemple montre que cette dérivation (quelle que soit l’étymologie de ce préfixe ma-) non plus ne cause pas la fortition des latérales.

Un autre exemple de préfixe ma- est le causatif dans:
lūm « chaud, tiède 温 »=> ma-lūm « cuire (de la soupe de riz) 煮(稀饭) »

La non plus, la fortition ne s’applique pas. La non-fortition dans ces dérivations a plusieurs interprétations:
(i) Réfection analogique (assez probable, mais l’on devrait s’attendre à trouver quelques exceptions fossilisées)
(ii) Conditionnement phonologique des préfixes (Etant donné que certains mots de toute façon échappent à la fortition, comme « âme » mentionné plus haut, on peut imaginer que les mots à fortition avaient en fait de vrais groupes de consonnes, qui auraient été brisés après la fortition par l’insertion d’une voyelle d’anaptyxe (*slV > ʃə-tV etc), tandis que les mots sans fortition, y compris les causatifs et les noms dérivés mentionnés ci-dessus, avaient une voyelle qui empêchait le contact direct entre consonne et latérale)
(iii) Si le préfixe mə- de nominalisation est une innovation (une question qui se pose malgré tout), il n’est pas impossible qu’il ait été grammaticalisé après la fortition.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Un préfixe de nominalisation en jinghpo," Panchronica, 18/08/2016, http://panchr.hypotheses.org/1450 (ISSN 2494-775X)

Une curiosité philologique

En lisant cet article sur le cycle sexagésimal chinois, j’ai appris l’existence d’une liste attestée à l’époque Han (dans le Huainanzi et le Shiji) de noms alternatifs des termes du cycle sexagésimal venant probablement d’une langue inconnue (page 28 et note final 110). Je ne vais pas entrer dans les détails sur l’usage de ce cycle, ni de la relation entre l’usage du cycle pour marquer les années et l’observation du mouvement apparent de Jupiter (太岁), car il existe sur ce sujet de nombreuses publications accessibles en ligne.

On peut facilement trouver des listes de ces termes étranges sur internet, par exemple ici. Des étymologies chinoises capillotractées ont été proposées, (certaines sont recensées dans l’édition du Huainanzi que j’utilise , pp 195-8), mais elles ne valent pas la peine d’être discutées.

Voici les termes du cycle avec le chinois moyen dans une version APIfiée de la transcription de Baxter. Je n’indique pas systématiquement de reconstructions du chinois archaïque, car celles-ci seraient anachroniques pour des noms transcrits à l’époque Han, mais je rajoute quelques reconstructions simplifiées pour certains mots.

J’indique aussi les noms des animaux correspondants dans l’usage du cycle pour noter les années en chinois et dans les langues d’Asie, du Cambodge à la Mongolie. Bien entendu, il n’est pas certains que, quelle que soit la langue d’où proviennent ces mots, il aient quoi que ce soit à voir avec les douze animaux, mais c’est néanmoins une piste au moins concevable.

子 souris 困敦 kʰunH twon
丑 vache 赤奮若 tɕʰek pjunH nyak
寅 tigre 攝提格 ɕep dej kæk < ??*nhep de rkak
卯 lapin 單閼 ɕenH 'at < ??*dars'at
辰 dragon 執徐 tɕip zjo < *tip zla
巳 serpent 大荒落 dajH xwaŋ lak < ??*lats hmaŋ rak
午 cheval 敦牂 twon tsaŋ
未 mouton 協洽 ɣep ɣɛp < *gep grop
申 singe 涒灘 tʰwon than
酉 poulet 作噩 tsak ŋak
戌 chien 閹茂 'jem muwH < *ʔom mus
亥 cochon 大淵獻 dajH 'wen xjʌnH

Aucun de ces mots n'a la moindre ressemblance avec les désignations des animaux en tibétain, tangoute ou en
turcique, ni apparemment dans aucune famille de la région qui me vienne à l’esprit. L’identification de la langue derrière ces transcriptions et leur étymologisation est peut-être un cas désespéré, mais il ne faut pas s’interdire d’y réfléchir.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Une curiosité philologique," Panchronica, 14/08/2016, http://panchr.hypotheses.org/1442 (ISSN 2494-775X)

Les comptines enfantines comme élément de substrat?

Comme la quasi-totalité des bretons de ma génération, j’ai été peu exposé à cette langue durant mon enfance; ne restent que quelques mots de substrat dans mon français (« taguer » pour « s’étouffer », du breton tagañ), le seul contact direct que j’ai eu avec cette langue avant de décider de l’apprendre à l’écrit est une petite comptine sur doigts assez répandue en Bretagne, dont voici la transcription:

(1) həmãnøsdʒweluhat,
(hemañ ‘neus gwel(et) ur c’had)
Celui-ci a vu un lièvre,

(2) həmãnøsti ʁidət
(hemañ ‘neus t’hi redet)
Celui-ci l’a poursuivi,

(3) həmãnøsti tapət
(hemañ ‘neus t’hi tapet)
Celui-ci l’a attrapé,

(4) a həmãnøsti debət
(hag hemañ ‘neus t’hi deb(r)et)
Celui-ci l’a mangé

(5) a nən biãnbiãnbiãnøskəbe mãn,
(hag n’heni bihan (x3) ‘neus ket bet mann)
Et le tout petit n’a rien eu,

(6) a eit dadʒeʁ dəlaʁti mãm
(hag aet d’ar ger da lavaret d’he mamm
Il est allé à la maison le dire à sa maman,

a i mãm nøs gret pitiklaw pitiklaw pitiklaw di ʁeʁ biãn
(hag he mamm ‘neus graet pitiklao (x3) d’e re(v)r bihan)
Et elle lui a fait « pitiklaw » (une fessée) sur son petit derrière.

Ce petit texte mérite quelques commentaires (je remercie Loic Cheveau, spécialiste de dialectologie bretonne et irlandaise, pour son aide):
(1) On remarque un pronom objet « -ti » suffixé; on trouve cette série innovatrice de pronom à l’impératif dans certains dialectes vannetais. Cet article explique comment ces pronoms suffixés ont été créés par fausse coupe: le suffixe féminin de3sg -(h)i donne -ti après les verbes en -t final, et la forme -ti est réanalysée comme le pronom objet et généralisée après tous les verbes. Le dialecte de ma famille (qui vient de la commune de Canihuel) a poussé l’innovation plus loin, généralisant ce pronom objet à des tiroirs verbaux autres que l’impératif.
(2) L’absence de mutation avec le possessif i (on attendrait e vamm « sa mère ») — il pourrait s’agir du féminin, mais dans ce cas on attendrait an heni vihan plus haut (et de toute façon, le nom bis « doigt » est masculin en breton).

La lecture de ce billet sur les versions d’une comptine en arabe et en berbère me fait penser que les comptines font partie des derniers éléments d’une langue à résister à l’oubli, et peuvent par conséquent contenir des informations intéressantes sur les substrats en général. Je n’ai malheureusement jamais réussi à en éliciter ou à en observer en japhug.

Références
Cheveau, Loïc 2007. The Direct Object Personal Pronouns in Lorient Area Breton, Studia Celtica 41:91-102.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les comptines enfantines comme élément de substrat?," Panchronica, 06/08/2016, http://panchr.hypotheses.org/1423 (ISSN 2494-775X)

Carnet de recherches d'un linguiste de terrain