*āat̰ mraot̰ zaraθuštrō

Le titre de ce billet *āat̰ mraot̰ zaraθuštrō est un essai de retraduction en avestique jeune du fameux “Also sprach Zarathustra.” Il est amusant de noter que cette phrase n’existe pas dans l’Avesta (c’est pourquoi je la marque d’une astérisque), où l’on trouve en revanche de nombreuses attestations de āat̰ mraot̰ ahurō mazdā̊ (ainsi dit Ahura Mazda). Le verbe mraot̰ est une forme de troisième singulier de “l’injonctif” (correspondant plus ou moins au sanskrit abravīt “il dit” sans l’augment).

Le nom zaraθuštra- (au nominatif zaraθuštrō) est intéressant. C’est un composé possessif (que l’on appelle, en indo-européen bahuvrīhi selon la terminologie du sanskrit) composé de zarat- “vieux” (= sankrit jarat- < *ǵerṇt- un participe dérivé de la racine jṝ "vieillir") et de uštra- “chameau” (= sanskrit uṣṭra-), autrement dit, “celui qui a de vieux chameaux” (un nom qui, il faut bien le dire, présume mal de la postérité du personnage).

On attendrait toutefois plutôt quelque chose comme *zaraδuštra- avec le voisement du t par sandhi en composé puis spirantisation intervocalique, plutôt que θ, qui est mal expliqué. Lubotsky (2001), dans son étude sur les mots non-indo-européens communs à l’iranien et à l’indo-aryen, discute du nom du chameau uštra-, pour lequel il reconstruit donc une laryngale *Huštra-, qui au contact du *t- final de l’élément précédent, doit donner un th en sanskrit et un θ en avestique (comme dans la désinence de 2pl du présent -tha en sanskrit, -θa/-θā en avestique, venant de *-th2e, ou raθa– “char” = sanskrit ratha-). Cette solution phonétiquement possible me semble problématique dans la mesure où elle impliquerait de reconstruire un composé *j́arat-Huštra- en proto-indo-iranien, et de supposer que ce composé aurait évolué lautgesetzlich en avestique sans subir d’analogie. Ce serait à la rigueur acceptable s’il s’agissait d’épithète courant (notamment pour un personnage mythologique), mais dans ce cas particulier, cette idée me semble trop mécanique.

Une solution alternative (à laquelle ont sans doute pensé des indo-iranistes, mais je n’ai pas les documents sous la main pour le vérifier), serait de prendre en compte la loi phonétique t > θ devant consonne (Martinez et de Vaan 2014:31), comme dans θraiias- = sanskrit trayas “trois”. En tant que premier élément de composé, zarat- a dû avoir plusieurs allomorphes, dont *zaraθ- lorsque le second membre du composé commençait en consonne. zaraθuštra- résulterait de la surgénéralisation de cet allomorphe à tous les contextes, nivellement peut-être dû à la perte de motivation sémantique de cet élément de composé, comme c’est courant dans les noms de personnes dans les langues indo-européennes.

Références
Lubotsky, A. 2001. The Indo-Iranian Substratum, in: Early Contacts between Uralic and Indo-European: Linguistic and Archaeological Considerations, ed. Chr. Carpelan, A. Parpola, P.Koskikallio (Helsinki, Suomalais- Ugrilainen Seura), pp. 301-317.
Martinez, Javier et Michiel de Vaan 2014. Introduction to Avestan. Leiden: Brill.

šn- > xšn- en iranien

Les langues iraniennes anciennes présentent un changement phonétique inhabituel, l’insertion d’un x avant les groupes šn- et šw- en début de mot (Martinez et de Vaan 2014:31, §11.16; 71 §22.1), comme dans les exemples suivants:

*ǵneh2- > *j́nā- ‘savoir’ > Av. xšnā-, VP xšnā-, Skt jñā– ‘savoir’
*šwaipa ‘queue’ > Av. xšuuaēpā-, Skt śepa-
*sweḱs ‘six’ > Av. xšuuaaš, Skt ṣaṭ
*(yu)šmākam ‘2PL.GEN’ > Av. yūšmākəm, inaccentué xšmākəm

A noter que l’indoeuropéen *ǵn- donne dans certaines formes žn- plutôt que xšn-, comme dans Av žnātar- ‘connaisseur’, Skt jñātar- (le conditionnement n’est pas expliqué dans Martinez et de Vaan).

Ma première réaction pour expliquer cette ajout d’une fricative surnuméraire serait un changement phonétique du type:

s, ʃ > [ɧ] / #_{m,n,w}

Avec un passage à la fricative doublement articulée [ɧ] du suédois, que les scribes achéménides et les rédacteurs de l’Avesta auraient transcrit faute de mieux comme x + š. Néanmoins, connaissant le penchant des inventeurs de l’alphabet avestique pour les signes surnuméraires destinés à noter à l’infini les allophones de tous les phonèmes de la langue, il n’est pas certains que ce soit l’idée la plus simple. Je suis néanmoins curieux de savoir si des explications pour ce changement ont été proposées. Kümmel (2007:234, note 160) mentionne ce ‘x-Vorschlag’ mais sans explication détaillée de la motivation phonétique de ce changement.

Quelque soit sa réalité phonétique, on doit noter que les *šn- se confondent avec les *kšn- en xšn- en avestique; ainsi, le LIV (p.373) donne Skt kṣṇaumi ‘(ich) wetze, schärfe’ comme cognat de l’av. xšnəuuīšā ‘mögest anhören’, avec un changement sémantique en iranien ‘(die Sinne) schärfen’ > ‘achtgeben auf’ > ‘zuhören’).

Bibliographie
Kümmel, Martin 2007. Konsonantenwandel, Bausteine zu einer Typologie des Lautwandels und ihre Konsequenzen für die vergleichende Rekonstruktion. Wiesbaden: Reichert Verlag.
Rix, Helmut et al. 2001 LIV (Lexikon der Indogermanischen Verben). Wiesbaden: Reichert Verlag.
Martinez, Javier et Michiel de Vaan 2014. Introduction to Avestan. Leiden: Brill.

Une contrefactuelle en japhug

Il est difficile de décrire une langue sur la base exclusive de données “naturelles”, c’est à dire en utilisant seulement des phrases tirées de conversations ou d’histoires traditionnelles et en évitant les phrases élicitées. En effet, certaines structures grammaticales peuvent tout simplement ne pas être attestées (pour une raison fortuite) dans le corpus.

C’est ainsi que je n’avais pas trouvé d’exemple satisfaisant de contrefactuelles dans mon corpus de japhug (qui pourtant dépasse les 60 heures) lorsque j’ai écrit mon dernier article (Jacques 2014) sur les subordonnées temporelles et conditionnelles. J’avais dû avoir recours à des exemples élicités pour décrire ces constructions.

Or, la semaine dernière, j’ai appelé au téléphone Tshendzin un peu plus tard que d’habitude pour lui poser des questions, et elle me dit:

ʑatsa pɯ-tɯ-lɤt tɕe pɯ-pe
tôt PST.IPFV-2-jeter LNK PST.IPFV-être.bien
“C’eût été mieux si tu (m’)avais appelé plus tôt”

car elle n’avait plus le temps de me parler à ce moment-là (alors qu’elle en aurait eut une heure plus tôt). J’ai bien fait de l’appeler trop tard, c’était inespéré!

Cet exemple correspond à ce que j’avais pu constater avec les phrases élicitées, notamment l’usage du passé imperfectif dans cette construction. C’est donc une confirmation rassurante des travaux précédents, et une petite pierre de plus dans l’édifice de la grammaire du japhug.

Références
Jacques, Guillaume 2014. Clause linking in Japhug. Linguistics of the Tibeto-Burman Area 37:2:264–328.

Les emprunts du tibétain dans les langues gyalronguiques

Lorsque l’on étudie la phonologie et la morphologie historique (et même synchronique) des langues des régions tibétanisée, la première tâche à réaliser, avant même de comparer les dialectes proches, me semble être l’étude de la stratification et des propriétés des emprunts tibétains. En effet, nous connaissons à peu près l’ancêtre commun des langues tibétaines (le tibétain ancien ayant un statut similaire à celui du latin et des langues romanes), et nous pouvons sans risque de spéculation déterminer les changements phonétiques ayant eu lieu dans le dialecte tibétain donneur, puis la langue emprunteuse après l’assimilation du mot. Ceci nous renseigne à la fois sur la dialectologie ancienne du tibétain (car les dialectes ayant laissé des traces dans les langues gyalronguiques ne sont plus forcément vivants), la phonologie historique du la langue emprunteuse après l’emprunt (car les emprunts ont alors subi les mêmes changements phonétiques que les mots du vocabulaire local), et aussi la morphologie, si des procédés morphologiques ont été appliqués aux emprunts.

J’ai consacré plus de cent pages à ce sujet dans ma thèse, mais ne prétends pas avoir fait le tour du sujet; l’aspect morphosyntaxique de la comparaison entre tibétain et japhug, présenté brièvement dans article soumis au Journal of Language Contact, est aussi un sujet d’une grande richesse.

Les dialectologues du tibétain peuvent également découvrir de nouveaux mots tibétains non-attestés dans la langue littéraire ou les dialectes (à ma connaissance). Par exemple, il existe en japhug un verbe βzdɤr ‘ajouter de l’huile/du beurre (dans le thé ou la soupe)’, d’où l’on tire le nom possédé tɤ-βzdɤr ‘beurre ajouté dans le thé’, selon un procédé décrit dans Jacques (2014). Ce verbe est forcément emprunté au tibétain, car le groupe βzd- (comme tous les groupes de type βCC ou fCC) n’est pas conforme à la phonotactique des mots hérités.

Il existe en tibétain un nom sdor ‘aliments que l’on mélange au thé, à la soupe thugpa ou au gruau de riz (en particulier, le beurre)’. Or, on peut dériver en tibétain ancien des verbes dénominaux en appliquant à la racine une conjugaison particulière (N- au présent, b-..-s au passé etc), comme dans Ntɕʰu (passé btɕus, futur btɕu, impératif tɕʰus) ‘puiser de l’eau’ tiré de tɕʰu ‘eau’. De sdor, on peut donc tirer un verbe putatif *sdor, passé *bsdor ‘ajouter du beurre au thé”, qui, dans la couche ancienne des emprunts (où -or correspond à -ɤr) donne régulièrement βzdɤr. Le japhug préserve donc un rare verbe dénominal perdu ailleurs, et contribue donc aussi à notre connaissance de la morphologie historique du tibétain, car les exemples de verbes de ce type se comptent sur les doigts d’une main.

Références
Jacques, Guillaume 2014. Denominal affixes as sources of antipassive markers in Japhug Rgyalrong, Lingua 138:1-22

A quelle famille appartient le miluk?

L’Orégon était jusqu’à l’invasion des européens l’une des régions linguistiquement les plus diverses au monde. Le long de la côte (sans compter les langues de l’intérieur), on trouve, du nord au sud, le chinook, le tillamook (langue salish), l’alsea, le siuslaw (deux langues isolées), le miluk et le hanis (traditionnellement considérées comme appartenant à une famille “coosan”) et enfin, à la frontière avec la Californie, le tolowa (une langue athabasque).

Mis à part peu être le tolowa, toutes ces langues ont disparu, et dans le cas de l’alsea, du siuslaw, du miluk et du hanis, uniquement connues par des données de la première moitié du vingtième siècle, en particulier celles collectées par Frachtenberg et Melville Jacobs.

Dans une thèse soutenue en 2012 sous la direction de Scott DeLancey, Christopher Doty présente tout d’abord une reconstruction de la phonologie et de la morphologie du miluk sur la base des recueils de textes de Jacobs (1939, 1940); une telle reconstruction est nécessaire car Jacobs, si on doit lui reconnaître le grand mérite d’avoir collecté des textes dans un grand nombre de langues disparues (y compris le kalapouya, dont j’ai parlé dans un précédant billet), transcrivait sans apporter d’analyse phonologique ou grammaticale des langues étudiées. Ainsi, un réel travail de déchiffrement, basé sur la traduction anglaise des textes transcrits, est nécessaire avant de pouvoir utiliser ces données pour des investigations en linguistique historique.

Doty montre ensuite que la parenté supposée du miluk et du hanis (considérée pourtant comme assurée par la plupart des ouvrages de références sur les langues d’Amérique du nord, y compris Mithun 1999) est très contestable.

Enfin, il propose l’hypothèse d’une parenté (lointaine) possible entre le miluk et le salish. Cette conclusion très surprenante est toutefois argumentée de façon très convaincante, et si elle n’a pas gagné l’approbation des spécialistes du domaine (voir par exemple Kroeber 2013) me semble tout à fait digne de recherches plus approfondies. Espérons que l’auteur rendra disponible son corpus annoté du miluk, qui pourrait permettre à d’autres chercheurs de plus rapidement naviguer dans le corpus, restreint mais d’un grand intérêt aussi bien pour la typologie morphosyntaxique que pour la linguistique historique.

Références
Doty, Christopher 2012 A Reassessment of the Genetic Classification of Miluk Coos, thèse de doctorat, université de l’Orégon à Eugene. http://www.csdoty.com/resources/Doty-Dissertation.pdf
Jacobs, Melville. 1939. Coos Narrative and Ethnographic Texts, University of Washington Publications in Anthropology, vol. 8. Seattle, WA: The University of Washington.
Jacobs, Melville. 1940. Coos Myth Texts, University of Washington Publications in Anthropology, vol. 8. Seattle, WA: The University of Washington.
Kroeber, Paul 2013. Pronominal Clitics and Indexability Hierarchies in Hanis and Miluk Coosan, Anthropological Linguistics 55.2:105-157.

Voir aussi le blog https://shichils.wordpress.com/ qui porte en partie sur les langues de la côte de l’Orégon

L’ode au tripitaka

Dans un nouveau billet sur son blog, Andrew West publie les résultats d’un travail de recherche dont il avait présenté en 2014 un premier aperçu à une conférence sur le tangoute organisée par Galambos Imre.

Andrew montre que le tripitaka tangoute numérote les volumes qu’il comporte au moyen d’une suite de caractères tangoutes à première vue aléatoire, mais qui s’avère en fait être un nouveau texte, et qui plus est un texte en langue secrète! Or, les textes de ce type se comptent sur les doigts de la main, et le travail d’Andrew est donc d’une grande importance non seulement pour l’étude du bouddhisme tangoute, mais aussi de la langue elle-même. Il n’est pas donné à tous les philologues de découvrir un nouveau texte, surtout un texte qui était d’un certain point de vue sous les yeux de tous; je salue ici l’ingéniosité d’Andrew, et espère qu’il trouvera le temps de mettre en forme ce travail pour le publier dans une revue.

L’inverse en sens inverse

Dans un article qui vient de paraître, Konnerth (2015) propose le chemin de grammaticalisation suivant en karbi (mikir), une langue du nord-est de l’Inde(si je n’ai pas commis de contresens):

pronom de 2sg > inverse > cislocatif (directionel) > cislocatif (mouvement associé)

L’élément en question est le proclitique naŋ=, dérivé selon l’auteur du pronom de second personne nàŋ. Dans son usage comme marque d’inverse, naŋ= apparaît dans les formes 2/3>1 et 1/3>2 (tableau 2 p.34).

Le chemin proposé va exactement dans le sens inverse du chemin bien attesté (en nez percé en particulier, voir Jacques et Antonov 2014:313):
venir > cislocatif (mouvement associé > directionel) > (action soudaine?) > inverse

Cet article présente donc des données dans grand intérêt pour la typologie diachronique des systèmes d’indexation, et même de la grammaticalisation en général. Il me semble que si les données et la discussion semblent fiables, il manque à ce travail une approche réellement diachronique et comparative. Une telle étude est bien entendu rendue difficile par le fait qu’il n’existe pas de langue suffisamment proche du karbi pour éclairer directement sa diachronie. Il n’est pas inenvisageable malgré tout que le proclitique naŋ= soit grammaticalisé d’un verbe de mouvement qui est sorti de l’usage en karbi actuel (je pense par exemple au verbe qui a donné le Japhug no < *naŋ 'chasser' et le chinois 让 'laisser, ouvrir le passage'). Il est à espérer que cet article ouvre le débat, et que des études de terrain et des travaux de linguistique historique complémentaires sur le karbi et d'autres langues sino-tibétaines permettront de mieux comprendre l'origine de ce marqueur.

Bibliographie
Jacques, Guillaume and Anton Antonov 2014. Language and Linguistics Compass 8/7: 301–318, 10.1111/lnc3.12079
https://www.academia.edu/3619660/Direct-Inverse_systems

Konnerth, Linda. 2015. “A new type of convergence at the deictic center: Second person and cislocative in Karbi (Tibeto-Burman).” Studies in Language 39 (1): 24–45
https://www.academia.edu/13332895/A_new_type_of_convergence_at_the_deictic_center_Second_person_and_cislocative_in_Karbi_Tibeto-Burman_

Les emprunts entre dialectes ou langues proches (1)

Les emprunts à une langue apparentée mais éloignée, comme ceux du tibétain dans les langues gyalrong, sont relativement facile à reconnaître. Identifier ces emprunts, déterminer leurs correspondances avec le tibétain ancien et en déduire les enseignements qu’ils nous apportent sur la phonologie (et la morphologie) historique des langues emprunteuses et du tibétain est même la première tâche que le comparatiste intéressé par ces langues doit entreprendre, car c’est la moins difficile à mener à bien.

Les emprunts entre langues gyalronguiques est une question beaucoup plus épineuse: les emprunts entre langues proches obscurcissent les correspondances phonétiques, et selon la quantité de contact, il peut devenir quasi-impossible de déterminer quels sont les mots empruntés et lesquels sont hérités.

En japhug de Kamnyu, on trouve des emprunts clairs au tshobdun tels que qaliaʁ ‘aigle’ (au lieu de *qarɟaʁ, la forme attendue), qro ‘fourmi’ (au lieu de *qroʁ), tɯɟo ‘démon’ (au lieu de *tɯʑu) etc. Ces emprunts sont aisément reconnaissables car (1) ils présentent des correspondances phonétiques spécifiques au tshobdun (2) ils n’apparaissent pas dans les dialectes japhug parlés plus à l’est, où le contact avec le tshobdun est plus occasionnel.

On trouve aussi des mots nécessairement empruntés tels que rkaŋ ‘fort (physiquement)’, apparenté au japhug rko (*-aŋ passe à -o en japhug et en situ dans le vocabulaire hérité) a eu lieu d’abord en japhug avant d’opérer en situ? Ou d’un emprunt au tshobdun, avant le passage de *-aŋ à -i dans cette langue? Difficile de trancher.

Un cas où le contact semble avoir obscurci les correspondances est le traitement du *-s final, voir déjà ma thèse pp 249-250:

https://www.academia.edu/968764/Phonologie_et_morphologie_du_japhug_rGyalrong_

Le *-s final passe à -t (au lieu de -z) dans de nombreux mots en japhug, mais pas les mêmes mots selon les dialectes. Dans certains cas, on a -t dans tous les dialectes japhug (jmɯt ‘oublier’), et aussi en zbu (lmît ‘oublier’) alors que le situ (jmə̂s) a un -s. Dans d’autres cas, on a -t seulement dans quelques villages japhug, comme pour le suffixe de passé -t (japhug de Kamnyu), -z (tous les dialectes japhug de Gsar.rdzong et Da.tshang); en dehors du japhug, le -t n’apparaît pas (zbu -z, situ -s). Dans les emprunts au tibétain, certains ont -t correspondant à -s (rɟɤskɤt ‘escalier’ < rgʲa.skas) mais l'immense majorité a -z correspondant au tibétain -s.

Seule une étude détaillée, village par village, des correspondances du *-s final pourra peut-être un jour éclaircir cette question épineuse, qui fait intervenir le contact entre dialectes proches.

Comparative Siouan Dictionary

Le Comparative Siouan Dictionary, oeuvre collective monumentale, est désormais publié sur internet:

http://csd.clld.org/

Ce dictionnaire était accessible sous forme d’un fichier PDF distribué aux chercheurs intéressés depuis de nombreuses années, et nous nous en étudions notamment servi lors de la rédaction de notre article sur la nasalité avec Alexis Michaud et Bob Rankin (lui même rédacteur principal du CSD).

Cette version représente un effort considérable pour systématiser les notes et les transcriptions — même s’il reste quelques scories, c’est inévitabel pour un travail de cette ampleur. Depuis le décès de Bob Rankin l’année dernière, j’étais inquiet que ce travail ne tombe dans l’oubli, mais le voici sous une forme finalisée et complètement citable, ce qui va permettre aux études sur la linguistique historiques des langues sioux d’aller de l’avant.

Que reste-t-il de la mythologie pré-tibétaine de la région Gyalrong?

Par comparaison avec les cultures kiranties, qui préservent de riches mythologies peu influencées aussi bien par la culture indo-aryenne que la culture tibétaine (c’est là d’ailleurs un des sujets de recherche principaux du projet Himalco), la culture Gyalrong est très tibétanisée; la quasi-totalité des histoires que j’ai enregistrées sont les versions de contes pan-tibétains, et certaines sont même clairement tirées de sources écrites (c’est notamment le cas cette histoire qui concerne les râkshasî de Sri Lanka).

Une des seules histoires traditionnelles qui préserve peut-être des traces de mythologie pré-tibétaine est celle ci, qui traite du vol de l’eau retenue par un dieu de la montagne dans une corne de chèvre (tshɤʁrɯ). Je vais la traduire prochainement.

Un Wanderwort dans les langues kalapouyennes?

Les langues kalapouyennes, famille disparue de l’Orégon, font partie des moins bien documentées de l’Amérique du nord, et sont connues essentiellement par les données de terrain de Gatschet, de Frachtenberg et de Melville Jacobs (voir Banks 2007 pour ce qui s’approche le plus d’une description utilisable d’une des langues de ce groupe, le santiam).

En lisant Berman (1990:54 — je peux fournir cette références aux lecteurs de ce blog intéressés), j’ai été frappé par le mot pour ‘pomme de terre’, en santiam pdoʔ (et ses cognats en yonkalla gampduʔ, et en tualatin mampdu) qui ressemblent fortement à l’étymon sioux pour ‘pomme de terre’ (bló, en lakhota et bdó en Yankton et en Sisseton, voir Ullrich 2008 et sa version en ligne). La distance géographique entre les langues sioux et l’Orégon est assez considérable, mais cette ressemblance est-elle le seul fruit du hasard? Pour confirmer cette idée, il faudrait trouver des traces de ce Wanderwort potentiel ailleurs.

Banks, Jonathan. 2007. The Verbal Morphology of Santiam Kalapuya. Northwest Journal of Linguistics 1. 1-98.
Berman, Howard. 1990. An outline of Kalapuya historical phonology. International Journal of American Linguistics 56. 27-59.
Ullrich, Jan. 2008. New Lakota dictionary. Bloomington: Lakota Language Consortium.
Zenk, Henry 2006. The Kalapuyan Presence in Oregon’s Geographic Names

Mon travail sur le japhug (1)

La langue japhug est parlée dans la partie tibétaine du Sichuan (par moins de dix mille personnes); j’étudie la variété du village de Kamnyu, situé ici:

J’invite tout d’abord les lecteurs de ce blog de se faire par eux-mêmes une idée de la sonorité de cette langue en consultant le corpus japhug sur l’archive pangloss.

Je travaille sur le japhug depuis 2002; mon travail consiste à collecter des histoires traditionnelles et des conversations, à compiler un dictionnaire multimédia (qui devrait paraître très bientôt sur le site pangloss) et à analyser la grammaire de cette langue à travers des livres et des articles. Cette approche boasienne me semble la seule appropriée pour obtenir des données fiables en linguistique et en ethnologie sur les langues et les cultures de tradition orale menacées.

Voici une photographie de mes informateurs principaux, Tshendzin 陈珍 et Dpalcan 柏尔青, prise chez eux en 2012 (malheureusement je suis un piètre photographe). En plus de séjours de terrain presque tous les ans, je suis en contact téléphonique régulier avec eux et d’autres amis de la région.

IMG_0185

Quel est l’intérêt plus général de travailler sur une langue obscure, inconnue du grand public en Chine et même dans les régions tibétaines, où on la considère comme un dialecte bizarre du tibétain?

Tout d’abord, c’est le véhicule de la culture locale. Le corpus d’histoires traditionnelles et de films que j’ai recueilli (transcrit mais pas encore traduit) contient des descriptions originales de la faune et de la flore locale, ainsi que des informations d’un grand intérêt sur les techniques agricoles, de construction de maisons et de tissage.

Ensuite, c’est une langue dont la structure grammaticale est très particulière, voire unique au monde. Le japhug et quelques langues voisines sont les seules langues en dehors des Amériques à avoir un système d’accord de type direct-inverse, font partie des rares langues à la fois verbe-finales et majoritairement préfixantes, les seules langues de Chine à incorporation nominale et quasiment les seules langues d’Eurasie avec un antipassif qui ne soit pas en même temps moyen, autobénéfactif ou réfléchi. Le japhug est la seule langue au monde dont l’inverse marque aussi le générique du sujet transitif. Il a aussi un système très riche d’idéophones, qui donnent à cette langue forme d’expressivité peu commune.

Enfin, c’est une langue qui présente des traits conservateurs parmi les langues sino-tibétaines du point de vue de la morphologie verbale et de la phonologie. Cette langue permet de mieux comprendre l’histoire de langues littéraires plus “importantes” comme le chinois et le tibétain. Son importance pour la reconstruction de l’histoire des langues sino-tibétaines est comparable à celle du sanskrit pour l’indo-européen. Mais si personne n’oserait se prétendre indo-européaniste sans connaître le sanskrit, le japhug et les autres langues gyalrongs sont malheureusement négligées par les linguistes.

C’est pour cette raison que j’essaie de mettre en place à Paris une équipe de spécialistes de langues gyalronguiques, comprenant pour le moment Lai Yunfan, spécialiste du Khroskyabs et Gong Xun du zbu. Espérons que nous parviendrons à terme à décrire de façon satisfaisantes ces langues vulnérables, et à leur donner la place qu’elle méritent en linguistique historique et typologique. Peut-être qu’un jour la connaissance d’une langue rgyalrong, en plus du chinois et du tibétain, sera un pré-requis pour faire un doctorat en linguistique comparée du sino-tibétain, comme c’est le cas avec le sanskrit en indo-européen.

knech ha thnou

Je l’ignorais jusqu’à récemment, mais il existe un texte arthurien en moyen-breton, An Dialog etre Arzur Roe d’an Bretounet ha Guynglaff datant du quinzième siècle, qui malgré sa brièveté (247 vers) est d’un grand intérêt à plusieurs égards. J’ai reçu aujourd’hui l’édition de Hervé Le Bihan:

http://www.brezhoneg.org/fr/livres/dialog-etre-arzur-roe-d-bretounet-ha-guynglaff-le-dialogue-entre-arthur-roi-des-bretons-et

L’édition comprend une transcription du texte datant du dix-huitième siècle accompagnée d’une traduction, une restitution du texte original, un glossaire détaillé et certains textes en français et en breton permettant de contextualiser ce document, ainsi qu’une introduction détaillée expliquant l’histoire tortueuse de la transmission de ce texte.

Ce texte en vers présente des exemples de rimes internes, et témoigne d’une tradition indigène de versification sophistiquée (je reviendrai sur ce sujet dans un autre billet).

J’ai eu grand plaisir, en feuilletant ce lire, de trouver l’expression knech ha thnou (187) ‘en tous lieux’, correspondant à peu près au français ‘par monts et par vaux’. knech ‘colline’ correspond au breton moderne krec’h, et thnou ‘vallée’, est devenu traoñ dans les dialectes KLT. Dans ces deux mots, le n est devenu r en deuxième élément du groupe, et la nasalité passe sur la voyelle suivante, au moins dans le mot pour ‘vallée’. C’est là un des exemples que nous avions analysés dans l’article Michaud et al. (2012) dans une perspective panchronique. Le Dialog nous offre la plus ancienne attestation de ces mots en moyen-breton, et peu contribuer à déterminer avec une certaine précision la date où ce changement phonétique a eu lieu, et je regrette de ne pas avoir cité ce texte dans notre article. Il s’agit donc d’un nouvel exemple de l’importance fondamentale de la philologie pour la linguistique panchronique.

Bibliographie
Michaud, Alexis, Guillaume Jacques, and Robert Rankin. 2012. Historical transfer of nasality between consonantal onset and vowel : from C to V or from V to C ? Diachronica 29.2 :201–230.

La linguistique de la longue durée

Il existe quatre langues pour lesquelles on dispose d’une documentation quasi-continue sur plus trois mille ans. Il s’agit du grec, du chinois, de l’araméen et de l’égyptien-copte. J’exclus de ce groupe très restreint l’hébreu (qui, s’il n’a jamais été oublié, a cessé d’être une langue maternelle jusqu’à sa renaissance à la fin du dix-neuvième siècle) et les langues indo-aryennes (car d’une part le védique est difficile à dater, et d’autre part les étapes intermédiaires entre sanskrit et langues modernes sont insuffisamment bien attestées).

Ces quatre langues ont un rôle prééminent à jouer en linguistique historique car elles offrent une fenêtre unique sur l’évolution morphosyntaxique sur le long terme. Si la méthode comparative permet de reconstruire phonologie et morphologie, cette méthode est beaucoup plus difficile d’appliquer à la syntaxe, et les études en syntaxique panchronique doivent, à mon avis, se baser en priorité sur des évolutions attestées dans des textes. Pour la plupart des langues du monde, on ne dispose hélas au mieux de plus de deux ou trois siècles d’attestation continue, ce qui est insuffisant pour observer des changements de grande ampleur.

Peu, voir aucun linguiste, ne maîtrise ces quatre langues (même si certains s’en approchent, comme par exemple Eitan Grossman, qui connait le grec et les langues sémitiques du nord-ouest en plus de l’égyptien, sa spécialité première), et les études sur ces langues appartiennent à des traditions d’études assez distinctes, ce qui élève des obstacles à la mise en place d’une linguistique de la longue durée: l’observation détaillées des changements morphosyntaxiques sur plusieurs millénaires et la mesure de la durée et de la vitesse à laquelle ils ont lieu.

Les langues de l’antiquité la plus profonde présentent des difficultés spécifiques: les systèmes d’écritures de ces quatre langues, à leurs stades les plus anciens, ne représentent qu’imparfaitement la prononciation et n’indiquent qu’une faible partie de la morphologie. Le cas le plus évident est celui du chinois, dont l’écriture est difficile à interpréter et omet presque complètement la morphologie dérivationnelle que l’on peut reconstruire indépendamment (Sagart 1999). Néanmoins, pour l’araméen non-vocalisé et l’égyptien (pré-copte), les voyelles, qui pourtant apportent des informations cruciales sur la morphologie (ne serait-ce que la distinction des suffixes de personne à l’accompli), ne sont pas représentées dans l’écriture. Dans le cas du grec, on dispose d’un système perfectionné qui représente de façon relativement fiable le système phonologique du 5ème siècle avant notre ère, mais qui est trompeur pour les textes épiques (où certains passages préservent des vers datant de l’époque où le grec avait encore des r voyelle). Le grec mycénien quand à lui est transcrit dans un système d’écriture profondément inadapté qui rend malaisée l’interprétation des documents les plus anciens dans cette langue. Néanmoins, ces difficultés peuvent être contournées par l’existence de stades ultérieurs mieux attestés de ces langues (y compris les emprunts dans les langues voisines et le comparatisme) qui permettent d’extrapoler les données manquantes.

Les spécialistes de ces quatre domaines pourraient gagner à travailler ensemble et à considérer que l’étude de ces quatre langues (plus l’indo-iranien et éventuellement le latin, car la richesse des langues romanes compense partiellement sa moins grande profondeur historique) forment un sous-domaine cohérent de la linguistique historique. Il faut démocratiser l’accès à la compréhension détaillée de l’histoire de ces langues cruciales, souvent engluées dans une tradition philologique peu abordable, et leur redonner la place centrale qu’elles méritent dans notre discipline.

Bibliographie
Sagart, Laurent 1999. The roots of Old Chinese. Amsterdam: Benjamins.

Les scissions non-conditionnées (2): *st- en brittonique

Les langues brittoniques offrent des exemples intéressants de scissions non-conditionnées, en particulier le traitement du proto-indo-européen *st et *s à l’initiale de mot (Scrijver 399-430, 377). Si la phonologie et la morphologie de ces langues n’est pas élucidée au même niveau que celle du grec ou du sanskrit, ce sont néanmoins des cas très instructifs pour une étude générale des scissions non-conditionnées.

Le groupe *-st- à l’intervocalique correspond régulièrement à -s- en gallois, en cornique en breton, comme dans les exemples suivants:
pIE *upo-sth2o- > proto-celtique *ufosto- > *wostos > breton gwas (m.) ‘homme’, gallois gwas ‘serviteur'; voir aussi l’irlandais foss ‘serviteur’. Le sens originel était ‘celui qui se tient (debout) sous X’ (Scrijver 1995:407); on trouve un correspondant exact en sanskrit upastha- ‘qui se tient sous’, qui est probablement toutefois une création indépendante à partie de matériaux hérités communs.
pIE *kʷeh2s-to- ‘toux’ > proto-celtique *kwasto- > breton pas (m.) ‘toux’, gallois pas ‘id.'; cf sanskrit kās- f. ‘toux’ (Scrijver 1995:408).

En revanche, en initiale de mots, le proto-IE *st- correspond soit à st- soit à s- en breton et soit à yst- soit à s- en gallois (le gallois rajoute toujours une voyelle prothétique aux groupes initiaux en sC-). Non seulement la correspondance avec le pIE est aléatoire, mais la correspondance entre breton et gallois l’est aussi. les quatre paires d’exemples ci-dessous illustrent les quatre possibilités:

(1) pIE *st- : breton st- : gallois yst-
breton stern, starn (m) ‘métier à tisser, harnais’, gallois ystarn (f) ‘harness, saddle’ < *starnā- (plusieurs étymologies possibles, en particulier un dérivé de la racine *sterh3- 'étendre', Schrijver 1995:418)

(2) pIE *st- : breton st- : gallois s-
pCl *stamnā- > breton staoñ f. 'palais', gallois safn f. 'bouche' (cf grec stoma- < *stomn-, Schrijver 1995:422)

(3) pIE *st- : breton s- : gallois yst-
breton sankañ 'enfoncer', gallois ystanc m. 'stake', comparés à la racine *stenk attestée en germanique (vieil anglais stingan 'prick, stab', Schrijver 1995:423)

(4) pIE *st- : breton s- : gallois s-
breton sav-, sevel 'élever', gallois sefyll, verbes dénominaux provenant d'un thème proto-celtique *stamo- < *sth2-mo- (Schrijver 1995:421)

Aucune de ces correspondances n'est attestée par un nombre d'exemples plus important que les autres, et si l'on rajoute le cornique, la situation devient encore plus confuse. Schrijver (p.428) en conclut:

"Thus, we are faced with a basically random distribution of the two reflexes of PCl. *st-. On the one hand, this deprives us of the means to formulate a sound law. But, on the other hand, the randomness itself may provide a clue to the solution."

Selon lui, les mots en *st- en proto-brittonique ont développé une alternance entre *st- (le traitement après les mots finissant en consonne) et *s- (après les mots finissant en voyelle). Un des deux allomorphes a ensuite été généralisé à tous les contextes. Un point important en faveur de cette hypothèse est que la quasi-totalité des verbes hérités de formes en *st- ont s- en breton et en gallois, et que l'on a des paires avec un nom en (y)st- et un verbe en s- (voir l'exemple avec sankañ ‘enfoncer’ ci-dessus). Or, les verbes en celtique portaient généralement des proclitiques de forme CV-, si bien que le radical du verbe devait être le plus souvent en contexte postvocalique; la généralisation de l’allomorphe s- serait donc tout à fait déductible d’autres faits indépendamment attestés.

L’hypothèse de Schrijver pour expliquer les différentes scissions non-conditionnées des langues brittoniques dans la mesure où ces langues on par ailleurs des traces de l’allomorphie généralisée de toutes les consonnes initiales: les fameuses mutations consonantiques.

La généralisation aléatoire d’allomorphes est-elle une source fréquente de scissions non-conditionnées? Les cas bien documentés sont trop rares pour pouvoir encore répondre à cette question. Avant de postuler un changement du même type dans une autre langue, il me semble important qu’il existe par ailleurs dans le groupe de langue en question des cas d’alternance complexes dans le même contexte.

Références
Schrijver, Peter 1995. Studies in British Celtic Historical Phonology. Amsterdam: Rodopi.