Le manchou, une langue injustement négligée

Je viens de rendre public mon premier travail sur la grammaire du mandchou, co-écrit avec José Andrés Alonso de la Fuente, à propos du mouvement associé dans cette langue.

Le mandchou, langue maintenant préservée de façon vivante uniquement par les Sibe de Cabcal, a la fausse réputation d’une langue « simple » à apprendre, et dont la littérature serait essentiellement traduite du chinois. Ces deux idées reçues sont fausses, et le mandchou mérite d’être davantage étudié qu’il ne l’est actuellement.

Tout d’abord, concernant la simplicité supposée de cette langue; il est vrai que la morphologie verbale du mandchou n’est pas aussi riche que celle d’une langue gyalronguique (ou même tout simplement celle des autres langues toungouses), et contient peu d’irrégularités. Toutefois, comprendre les textes en mandchou peut être difficile, notamment en raison de la polysémie d’un certain nombre de verbes très courants, et de l’ambiguïté de certaines constructions. Par ailleurs, la morphologie du mandchou présente des points typologiquement intéressants, dont le mouvement associé traité dans l’article ci-dessus.

En ce qui concerne les textes mandchou, si effectivement une grande partie de la littérature de cette langue est traduite du chinois, on trouve néanmoins une quantité non négligeable de textes originaux, dont certains sont disponibles en ligne. Je mentionnerai tout d’abord le journal de campagne de Dzengšeo (增寿), qui présente peut-être l’un des seuls témoignages non-officiels sur la rébellion de Wu Sangui, et qui me semble d’un grand intérêt pour les historiens de l’époque Qing.

Pour ceux qui s’intéressent aux langues gyalrong, le mandchou présente un intérêt direct, car en raison des guerres du Jinchuan, on dispose de plusieurs documents historiques en mandchou qui contiennent des informations précieuses sur les toponymes et noms de personnes du pays Gyalrong au dix-huitième siècle, en particulier le Zanla cucin-i ba be necihiyeme toktobuha bodogon-i bithe (dont quelques pages sont traduites dans le manuel de Haenisch, pp 96-106; la version chinoise s’intitule 《平定两川述略》) et cette chanson traduite par le père Amiot, qui était contemporain des faits. Il est possible que je prépare un jour l’édition de ce texte, en vue d’une recherche plus approfondie sur l’histoire du pays Gyalrong.

Le blog Tales of Manchu life présente dans ce billet la traduction d’un court passage du Zanla cucin-i ba be necihiyeme toktobuha bodogon-i bithe.

Les journées d’études sur les langues du Sichuan

La semaine dernière ont eu lieu les quatrièmes journées d’études sur les langues du Sichuan à Seattle, organisées par Zev Handel. Les journées précédentes avaient eu lieu à Paris en 2013.

Cinq doctorants et anciens doctorants de notre équipe étaient présents: Lai Yunfan, Gong Xun, Zhang Shuya, Rao Min et Gao Yang, qui ont chacun présenté des communications sur leurs langues de spécialité respective (khroskyabs, zbu, situ, guiqiong et menya).

Une des communications les plus inattendues de la conférence était celle de Hiroyuki Suzuki et de Tashi Nyima, qui ont révélé l’existence d’une langue jusqu’alors inconnue, le ‘bo-skad (dont le second auteur, bien que résidant en Norvège, est locuteur natif). Cette langue, bien que très clairement gyalronguique, et même plus proche de la branche stau-khroskyabs, est parlée loin du Sichuan, dans le département de Mdzosgang, au district de Chamdo, à plus de 900 km de Mbarkhams par la route. La présence d’une langue gyalronguique aussi loin de la région Gyalrong est très étonnante (bien que des rumeurs circulaient concernant des langues non-tibétaines dans cette région), mais il semble qu’elle ne soit pas isolée.

Cette découverte confirme l’idée d’une expansion « récente » de la langue tibétaine hors du Tibet central (c’est à dire postérieure à l’établissement de l’empire tibétain) sur des régions où étaient parlées plutôt des langues gyalronguiques, dont la région Gyalrong et les poches isolées de Chamdo sont les dernières traces. Il faut souligner l’importance de cette découverte pour notre compréhension de l’histoire du peuplement du Tibet oriental.

Un préfixe de nominalisation en jinghpo

Dans un précédent billet, j’avais mentionné l’existence de la fortition du *l en t en jinghpo après ʃə- et mə-; j’ai depuis trouvé d’autres exceptions à celle fortition, comme mə̀là « âme » (tibétain བླ་ bla, japhug tɯ-rla).

Il est intéressant de noter que cette loi phonétique ne s’applique pas non plus dans les mots dérivés par le préfixe causative ʃə- (sha-). Je me suis posé la question de savoir si c’était le cas aussi avec les préfixes mə-; la grammaire de Dai Qingxia ne semble pas indiquer clairement de dérivation en mə-, mais en fouillant un peu, il est assez évident qu’il existe en fait un préfixe de nominalisation mə- (en orthographe ma-; j’utilise l’orthographe du jinghpo avec les tons et coups de glotte rajoutés dans ce qui suit):

  • gūn « porter sur le dos 背;担任;携带 » => mà-gún « (un) fardeau » (classificateur; exemple suggéré sans explication p115 de la grammaire de Dai), cognat du tibétain ɴkʰur འཁུར་
  • yúʔ « descendre 下 » => mà-yúʔ « contrebas 下坡 »
  • rà « manque, avoir de besoin de, commettre une erreur 差欠;需要;差错 » => mà-rà « erreur, faute 错误;罪 »
  • ràʔ « aimer 爱 » => mà-ràʔ « souhait 意愿 »
  • lún « placer en haut (往高处放东西) » => ma-lún « chemin en pente vers haut 上坡路 » ; noter que lún dérive de lùng « monter » par l’application de la dérivation applicative (*-t), qui se manifeste ici par un changement tonal et -ng > -n
  • lái « échanger 换 » => mà-lái « remplacement 替身;代用品 », cognat du tibétain brdʑe བརྗེ་

Le dernier exemple montre que cette dérivation (quelle que soit l’étymologie de ce préfixe ma-) non plus ne cause pas la fortition des latérales.

Un autre exemple de préfixe ma- est le causatif dans:
lūm « chaud, tiède 温 »=> ma-lūm « cuire (de la soupe de riz) 煮(稀饭) »

La non plus, la fortition ne s’applique pas. La non-fortition dans ces dérivations a plusieurs interprétations:
(i) Réfection analogique (assez probable, mais l’on devrait s’attendre à trouver quelques exceptions fossilisées)
(ii) Conditionnement phonologique des préfixes (Etant donné que certains mots de toute façon échappent à la fortition, comme « âme » mentionné plus haut, on peut imaginer que les mots à fortition avaient en fait de vrais groupes de consonnes, qui auraient été brisés après la fortition par l’insertion d’une voyelle d’anaptyxe (*slV > ʃə-tV etc), tandis que les mots sans fortition, y compris les causatifs et les noms dérivés mentionnés ci-dessus, avaient une voyelle qui empêchait le contact direct entre consonne et latérale)
(iii) Si le préfixe mə- de nominalisation est une innovation (une question qui se pose malgré tout), il n’est pas impossible qu’il ait été grammaticalisé après la fortition.

Une curiosité philologique

En lisant cet article sur le cycle sexagésimal chinois, j’ai appris l’existence d’une liste attestée à l’époque Han (dans le Huainanzi et le Shiji) de noms alternatifs des termes du cycle sexagésimal venant probablement d’une langue inconnue (page 28 et note final 110). Je ne vais pas entrer dans les détails sur l’usage de ce cycle, ni de la relation entre l’usage du cycle pour marquer les années et l’observation du mouvement apparent de Jupiter (太岁), car il existe sur ce sujet de nombreuses publications accessibles en ligne.

On peut facilement trouver des listes de ces termes étranges sur internet, par exemple ici. Des étymologies chinoises tétrapillotractées ont été proposées, (certaines sont recensées dans l’édition du Huainanzi que j’utilise , pp 195-8), mais elles ne valent pas la peine d’être discutées.

Voici les termes du cycle avec le chinois moyen dans une version APIfiée de la transcription de Baxter. Je n’indique pas systématiquement de reconstructions du chinois archaïque, car celles-ci seraient anachroniques pour des noms transcrits à l’époque Han, mais je rajoute quelques reconstructions simplifiées pour certains mots.

J’indique aussi les noms des animaux correspondants dans l’usage du cycle pour noter les années en chinois et dans les langues d’Asie, du Cambodge à la Mongolie. Bien entendu, il n’est pas certains que, quelle que soit la langue d’où proviennent ces mots, il aient quoi que ce soit à voir avec les douze animaux, mais c’est néanmoins une piste au moins concevable.

子 souris 困敦 kʰunH twon
丑 vache 赤奮若 tɕʰek pjunH nyak
寅 tigre 攝提格 ɕep dej kæk < ??*nhep de rkak
卯 lapin 單閼 ɕenH 'at < ??*dars'at
辰 dragon 執徐 tɕip zjo < *tip zla
巳 serpent 大荒落 dajH xwaŋ lak < ??*lats hmaŋ rak
午 cheval 敦牂 twon tsaŋ
未 mouton 協洽 ɣep ɣɛp < *gep grop
申 singe 涒灘 tʰwon than
酉 poulet 作噩 tsak ŋak
戌 chien 閹茂 'jem muwH < *ʔom mus
亥 cochon 大淵獻 dajH 'wen xjʌnH

Aucun de ces mots n'a la moindre ressemblance avec les désignations des animaux en tibétain, tangoute ou en
turcique, ni apparemment dans aucune famille de la région qui me vienne à l’esprit. L’identification de la langue derrière ces transcriptions et leur étymologisation est peut-être un cas désespéré, mais il ne faut pas s’interdire d’y réfléchir.

Les comptines enfantines comme élément de substrat?

Comme la quasi-totalité des bretons de ma génération, j’ai été peu exposé à cette langue durant mon enfance; ne restent que quelques mots de substrat dans mon français (« taguer » pour « s’étouffer », du breton tagañ), le seul contact direct que j’ai eu avec cette langue avant de décider de l’apprendre à l’écrit est une petite comptine sur doigts assez répandue en Bretagne, dont voici la transcription:

(1) həmãnøsdʒweluhat,
(hemañ ‘neus gwel(et) ur c’had)
Celui-ci a vu un lièvre,

(2) həmãnøsti ʁidət
(hemañ ‘neus t’hi redet)
Celui-ci l’a poursuivi,

(3) həmãnøsti tapət
(hemañ ‘neus t’hi tapet)
Celui-ci l’a attrapé,

(4) a həmãnøsti debət
(hag hemañ ‘neus t’hi deb(r)et)
Celui-ci l’a mangé

(5) a nən biãnbiãnbiãnøskəbe mãn,
(hag n’heni bihan (x3) ‘neus ket bet mann)
Et le tout petit n’a rien eu,

(6) a eit dadʒeʁ dəlaʁti mãm
(hag aet d’ar ger da lavaret d’he mamm
Il est allé à la maison le dire à sa maman,

a i mãm nøs gret pitiklaw pitiklaw pitiklaw di ʁeʁ biãn
(hag he mamm ‘neus graet pitiklao (x3) d’e re(v)r bihan)
Et elle lui a fait « pitiklaw » (une fessée) sur son petit derrière.

Ce petit texte mérite quelques commentaires (je remercie Loic Cheveau, spécialiste de dialectologie bretonne et irlandaise, pour son aide):
(1) On remarque un pronom objet « -ti » suffixé; on trouve cette série innovatrice de pronom à l’impératif dans certains dialectes vannetais. Cet article explique comment ces pronoms suffixés ont été créés par fausse coupe: le suffixe féminin de3sg -(h)i donne -ti après les verbes en -t final, et la forme -ti est réanalysée comme le pronom objet et généralisée après tous les verbes. Le dialecte de ma famille (qui vient de la commune de Canihuel) a poussé l’innovation plus loin, généralisant ce pronom objet à des tiroirs verbaux autres que l’impératif.
(2) L’absence de mutation avec le possessif i (on attendrait e vamm « sa mère ») — il pourrait s’agir du féminin, mais dans ce cas on attendrait an heni vihan plus haut (et de toute façon, le nom bis « doigt » est masculin en breton).

La lecture de ce billet sur les versions d’une comptine en arabe et en berbère me fait penser que les comptines font partie des derniers éléments d’une langue à résister à l’oubli, et peuvent par conséquent contenir des informations intéressantes sur les substrats en général. Je n’ai malheureusement jamais réussi à en éliciter ou à en observer en japhug.

Références
Cheveau, Loïc 2007. The Direct Object Personal Pronouns in Lorient Area Breton, Studia Celtica 41:91-102.

Dictionnaire Japhug, version 1.1

Je viens de rendre disponible la version 1.1 de mon dictionnaire japhug, qui contient environ 300 nouvelles entrées, et corrige un certain nombre de phrases imparfaites, voire agrammaticales, que j’avais laissées dans la version précédente.

La version sans son peut être téléchargée aux adresses suivantes:
version 1.1 (sans son), academia.edu
version 1.1 (sans son), Himalco

La version plus lourde, comprenant les fichiers sons, est disponible ici:
version 1.1 (sans son), Himalco

Une langue isolée à Hainan?

Me voici de retour à Paris, et le hasard m’a conduit à feuilleter ce matin sur ce livre sur la phonologie du hlai, basé (avec très peu de modifications) sur cette thèse datant de 2007. Le livre est accompagné d’un appendice en ligne comprenant les reconstructions et les formes des langues utilisées.

Je ne vais pas discuter pour le moment des questions de phonologie historique du kra-dai qui sont liées à cette reconstruction, ni de mon avis sur les solutions choisies par l’auteur. Je n’aborderai qu’un seul point: une des langues parlées par les populations classifiées comme ‘Hlai’ (黎族) par l’administration, le jiamao, serait non pas un dialecte du hlai, mais une langue isolée fortement influencée par plusieurs variétés de hlai (l’auteur distingue au moins deux couches d’emprunts). Resterait une strate de mots natifs non-apparentés au hlai (voir pp 390-6 du PDF de la thèse ci-dessus). Certains d’entre eux sont apparentables au thai, mais la majorité ne ressemble à rien de connu.

Aucune mention n’est faite de la morphologie (le mot n’apparaît même pas dans la thèse), probablement parce que cette langue, comme les langues kra-dai, est très proche d’une langue canoniquement isolante, ce qui nous prive d’un critère important pour la détermination de son affiliation génétique.

Je n’ai pas d’avis pour le moment sur la question de savoir si oui ou non le jiamao appartient au kra-dai, mais je pense qu’elle mériterait un examen plus détaillé; si le jiamao est effectivement la dernière trace d’une famille de langue autrefois parlée à Hainan avant l’arrivée des kra-daiyois et des austronésiens, il est important que davantage de données soient recueillies dessus (en particulier, pas seulement du lexique).

Carnet de terrain (2016) IX

Le japhug, comme les autres langues rgyalronguiques, a un système d’idéophones (et de verbes déidéophoniques) très complexe, dont cet article offre un court aperçu. Leur usage détaillé et leur sens précis est très difficile à décrire clairement et à traduire correctement, ce qui complique considérablement le travail de lexicographie, mais contribue à l’expressivité et à la richesse de ces langues.
Il suffit de commencer à poser des questions sur ce sujet pour découvrir de nouveaux idéophones et des sens nouveaux à des idéophones déjà connus. Parmi les idéophones que j’ai appris aujourd’hui, il y a par exemple ɟrɯɣɟrɯɣ, qui peut signifier « sensation inconfortable dans le ventre qui annonce une diarrhée » (sans bruit de gargouillement, contrairement au verbe déidéophonique ɣɤɟɯɟrɯɣ « gargouiller ») ou « beaucoup d’objets en désordre » (dans ce sens, presque synonyme de l’idéophone presque identique crɯɣcrɯɣ), thrɤβthrɤβ (avec un groupe de consonne thr peu commun) « dont l’épaisseur n’est pas homogène (à propos de la soupe de riz) » ou crɯcrɯ « crasseux, plein de morve (enfant) ».
Pour les quelques jours qui me restent ici, j’ai décidé d’enregistrer des définitions détaillées du plus grand nombre d’idéophones possible en japhug, ainsi que des comparaisons entre idéophones de sens proche. Il y a matière à rédiger une monographie sur ce sujet, et j’espère tout au moins dans ma future grammaire inclure un inventaire systématique des formes qui existent et celles qui n’existent pas, ainsi qu’un description aussi précise que possible des nuances de sens de ces idéophones.

Carnet de terrain (2016) VIII

Il existe en japhug de nombreuses expressions pour dire « le soleil s’est couché », mais la plus surprenante est sans doute (1):
(1) tɤŋe tɤ-a<nɯ>ri
soleil PFV:HAUT-<VERTITIF>aller[II]
« Le soleil est retourné (vers le haut) »

Avec d’autres verbes, on trouve les directionnels attendu – « vers le bas » ou – « vers l’ouest’:
(2) tɤŋe nɯ-ɕqhlɤt
soleil PFV:OUEST-disparaître
(3) tɤŋe pɯ-ɕqhlɤt
soleil PFV:BAS-disparaître

Pourquoi donc employer le préfixe « vers le haut » en (1), direction qui semble être l’inverse du mouvement apparent du soleil lorsqu’il se couche? J’ai eu aujourd’hui la réponse: le mouvement « vers le haut » en question auquel il est fait référence n’est pas celui du soleil directement mais de l’ombre sur l’adret (rndzɤkɤŋe — il doit y avoir un terme technique en français, je serais reconnaissant pour toute suggestion) qui monte à mesure que le soleil descend.

Cet exemple illustre que les usages apparemment irrationnels des préfixes directionnels dans les langues rgyalronguiques peuvent sans doute avoir une explication lorsque le contexte culturel est bien compris, mais ce type d’information n’est souvent pas disponible.

Carnet de terrain (2016) VII

La compilation d’un dictionnaire est une tâche qui de toute évidence ne peut jamais être tout à fait finie, et qui nécessite un travail constant. Contrairement aux histoires ou aux conversations, où l’on trouve souvent des phrases bancales qui ne sont pas bien graves (car elles sont immergées dans le reste et il suffit de mettre une note dans la transcription), dans le cas d’un dictionnaire il est nécessaire de faire attention à la représentativité des exemples (éviter tout exemple pragmatiquement / culturellement bizarre ou choquant) et à plus forte raisons les phrases incorrectes grammaticalement. La tâche pourrait sembler facile, mais même les locuteurs changent souvent d’avis sur l’opportunité d’inclure tel exemple dans le dictionnaire, et rejettent parfois des phrases qu’ils avaient eux-mêmes prononcées. Travailler à un dictionnaire consiste donc parfois autant à rajouter des exemples qu’à en exclure. A mon avis, mieux vaut mentir par omission qu’en incluant des données douteuses: en cas de doute, supprimer!

Cette année, j’ai décidé de faire le grand ménage, et d’examiner systématiquement tous les exemples douteux dans le dictionnaire, ce qui a pris une part importante des derniers jours et va probablement occuper une grande part de mon temps d’ici jusqu’à mon départ. J’ai par ailleurs atteint aujourd’hui les 7000 mots; mon dictionnaire est de taille modeste en comparaison même de ceux que l’on peut trouver même pour des langues minoritaires d’Europe, voire de certaines langues d’Amérique (Navajo, Lakota), mais la lexicographie des langues rgyalrong du nord part vraiment de zéro, et présente des difficultés particulières (notamment dues au fait que les dérivations sont effectuées par des préfixes dans cette langue, ce qui rend l’ordre du dictionnaire peu maniable).

J’espère pouvoir rendre disponible une version révisée 1.1 du dictionnaire japhug après mon séjour.

Carnet de terrain (2016) VI

On trouve en japhug un nom désignant l’embryon des poulains, ɯ-rti, emprunté au tibétain rteɦu རྟེའུ་ ‘poulain’ (le diminutif de rta རྟ་ ‘cheval’). On dit par exemple pour une jument enceinte rgonma ɯ-rti kɯ-tu avec une relative à tête interne.

Ce mot est intéressant à deux titres. D’abord, le japhug est une langue dans laquelle il y a un mot pour ’embryon de cheval’, mais pas de mots spécifiques pour ceux des autres animaux, y compris les humains (on dit ‘enfant’ tɤ-pɤtso pour un embryon humain). Je n’y avais jamais pensé jusqu’à aujourd’hui, mais je trouve ce fait pour le moins inattendu.
Ensuite, le mot tibétain lui-même désigne le poulain, et il y a un déjà un mot natif en japhug (kɤjpɯ, non emprunté au tibétain) pour désigner les poulains. Par quel chemin ce nom a-t-il eu cette acceptation? S’agit-il d’un changement à l’intérieur de la langue tibétaine qui a donné ce mot, ou d’une évolution interne, après avoir emprunté le nom dans le sens de ‘poulain’?

Carnet de terrain (2016) V

Dans les langues rgyalrongs et kiranties, l’ordre normal pour dire « père et mère » est l’inverse de celui du français, du chinois ou du tibétain; on dit ainsi en japhug a-mu a-wa « ma mère et mon père », avec la mère en premier.

Dans le registre de langue aujourd’hui disparu des nobles (on ne le retrouve guère que dans les histoires traditionnelles) on employait pour désigner les parents les noms d’origine tibétaine -pa ‘père’ et -ma ‘mère’ de ཨ་ཕ་ ʔa.pʰa et ཨ་མ་ ʔa.ma respectivement. Notons que l’absence d’aspiration dans le mot ‘père’ n’est pas un obstacle contre l’étymologie tibétaine: la consonne -p- est en position intervocalique, précédée par le préfixe ʔa-, est n’était pas aspirée dans le dialecte tibétain donneur; à l’inverse, l’expression phama « père et mère » en japhug, non-préfixée, a bien une aspiration comme son équivalent tibétain ཕ་མ་ pʰa.ma.

Or, l’ordre des parents avec ces noms d’origine tibétaine suit celui du tibétain: on dit donc a-pa a-ma « mon père et ma mère » à l’inverse des noms natifs. C’est un cas intéressant qui illustre que l’influence du contact du tibétain sur le japhug ne se limite pas au lexique (à ce propos, voir aussi cet article).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Carnet de terrain (2016) V," Panchronica, 06/07/2016, http://panchr.hypotheses.org/1392 (ISSN 2494-775X)

Carnet de terrain (2016) IV

On trouve en japhug, comme dans les autres langues des régions tibétaines, un type de discours rapporté intermédiaire entre le discours direct et indirect que j’appelle, suivant la terminologie de Tournadre (2008) discours indirect hybride. Le fonctionnement de ce type de discours rapporté est expliqué dans la section 6 (p 24++) de ce document de travail: le verbe de la phrase rapportée prend la forme (personne+temps-aspect-mode) de la phrase originelle, mais les pronoms et les préfixes possessifs sur les noms suit le point de vue du locuteur prononçant la phrase (j’invite les lecteurs de ce blog intéressé d’en savoir plus de se reporter à l’article ci-dessus — je ne peux pas ici présenter le phénomène de façon détaillée).

Ce type de phénomène peut s’étudier au moyen d’un corpus, mais il est quasi-impossible d’en éliciter des exemples. Toutefois, la méthode que j’emploie cette année — traduire des histoires, les faire corriger puis re-raconter, permet de produire de nouveaux exemples de discours indirect hybride sans introduire trop d’artificialité.

Dans l’histoire du petit poucet que je suis en train de traduire (au moment où le personnage éponyme échange les bonnets de ses frères et les couronnes des filles de l’ogre), j’avais tout d’abord écrit (exprès) la phrase suivante:
(1) « iʑora ɯ-me ɲɯ-ŋu-j » a-nɯ-sɯsɤm tɕe a-mɤ-tɤ́-wɣ-ndza-j
1PL 3SG.POSS-fille SENS-être-1SG IRR-PFV-penser[III] CONJ IRR-NEG-PFV-INV-manger-1PL
« Il pensera que nous sommes ses filles et ne nous mangera pas »
avec dans la phrase de discours rapporté (ici les pensées attribuées à l’ogre) la phrase au discours indirect iʑora ɯ-me ɲɯ-ŋu-j « nous sommes ses filles ».

Conformément à mon attente, Tshendzin a corrigé la phrase du discours rapporté comme :

(2) « iʑora ɯ-me ɲɯ-ŋu-nɯ »
1PL 3SG.POSS-fille SENS-être-3PL

avec ici le pronom iʑora représentant le point de vue du petit poucet et la forme du verbe, à la troisième personne du pluriel, le point de vue de l’ogre (comme si l’on disait en français qqch comme « nous sont ses filles »).

Le discours indirect hybride est un phénomène délicat à étudier car son usage n’est jamais obligatoire; l’option d’utiliser le discours direct est toujours possible, et les bons exemples dans les textes ne sont pas en très grande quantité. Le discours indirect en revanche (comme dans l’exemple (1) ci-dessus) est mal toléré par les locuteurs, et tend à être corrigé en discours indirect hybride. L’élicitation par correction est donc un moyen de collecter davantage d’exemples de ce curieux phénomène, afin de pouvoir en proposer une description plus complète.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Carnet de terrain (2016) IV," Panchronica, 05/07/2016, http://panchr.hypotheses.org/1387 (ISSN 2494-775X)

Carnet de terrain (2016) III

Malgré l’omniprésence du chinois, une oreille avertie qui passe dans la rue à Mbarkham peut facilement repérer des conversations bien vivantes en situ, en japhug, en tshobdun et aussi en tibétain amdo. Cette diversité linguistique est précieuse mais potentiellement fragile; qu’en sera-t-il dans cinquante ans?

Parmi les découvertes d’aujourd’hui…

Les langues rgyalrong sont extrêmement verbo-centriques, et en comparaison avec la morphologie verbale, la morphologie nominale fait pâle figure. On trouve toutefois des noms à la structure intéressante. J’ai appris aujourd’hui le mot sɤqrɤcha qui désigne l’alcool d’orge que l’on offre aux invités lors des mariages. Ce mot n’est plus du tout employé et est tombé dans l’oubli, mais nous l’avons retrouvé dans une histoire enregistrée en 2003. C’est un composé de cha ‘alcool’ avec le participe oblique de qru ‘recevoir des hôtes, aller accueillir’, sɤ-qru à dans sa valeur instrumentale ‘ce qui sert à recevoir les hôtes’. Ce participe, servant de premier membre de composé, se met à l’état construit sɤqrɤ- (avec le changement régulier u > ɤ).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Carnet de terrain (2016) III," Panchronica, 03/07/2016, http://panchr.hypotheses.org/1381 (ISSN 2494-775X)

Carnet de terrain (2016) II

Le travail linguistique à Mbarkham est peu éprouvant physiquement, et l’on peut y bénéficier du même confort moderne que dans une grande ville, au point qu’on hésite un peu à parler de « terrain », en comparaison notamment avec le Népal. Mis à part des problèmes d’indigestion, et un morceau de dent que j’ai perdu en 2014 (en mangeant une « pizza » qui contenait un clou — Gong Xun a été témoin de l’incident), je n’ai jamais vraiment souffert lors de mes séjours ici et n’ai pas d’histoire pittoresque à raconter contrairement à certains de mes collègues.

Néanmoins, le terrain réserve des petites surprises auxquelles il faut être préparé. Mon enregistreur (un Tascam DR-100) refuse aujourd’hui sans crier gare de se connecter à l’ordinateur par le câble à prise USB (je passe sur les détails). C’est la première fois qu’un tel accident m’arrive, mais Alexis Michaud que j’ai contacté, m’a appris que ce problème survient parfois avec les enregistreurs. Il est heureusement possible de contourner cet ennui en utilisant un lecteur de carte mémoire. Dans une ville comme Mbarkham où les magasins de portables poussent comme des champignons dans la rue principale, on aurait pu s’attendre à ce que des lecteurs de carte soient faciles à trouver, mais j’ai dû passer par une dizaine de magasins avant d’en trouver un. Moralité: ayez toujours un lecteur de carte mémoire avec vous quand vous partez sur le terrain, en plus de votre enregistreur.

Parmi les découvertes intéressantes d’aujourd’hui…

Une des façons d’exprimer le superlatif en japhug est d’utiliser une construction où le verbe principal est combiné avec un verbe existentiel négatif tel que me ou maŋe, comme dans l’exemple suivant, tiré d’une histoire:

(1) aʑo nɯ kɯ-fse tu-sɯz-a me
1SG DEM NMLZ:S/A-être.ainsi IPFV-savoir ne.pas.exister
‘Il n’y a rien que je connaisse mieux que ceci.’

Le verbe sɯz ‘savoir’ sélectionne normalement la direction ‘vers le bas’, et son imperfectif régulier est donc pjɯ-sɯz-a. Si l’on utilise cette forme, la portée de la négation change, et le sens de la phrase avec:

(2) aʑo nɯ kɯ-fse pjɯ-sɯz-a me
1SG DEM NMLZ:S/A-être.ainsi IPFV-savoir ne.pas.exister
‘Je ne connais rien de tel.’

étonnant, non ?

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Carnet de terrain (2016) II," Panchronica, 02/07/2016, http://panchr.hypotheses.org/1377 (ISSN 2494-775X)

Carnet de recherches d'un linguiste de terrain