L’inverse en sens inverse

Dans un article qui vient de paraître, Konnerth (2015) propose le chemin de grammaticalisation suivant en karbi (mikir), une langue du nord-est de l’Inde(si je n’ai pas commis de contresens):

pronom de 2sg > inverse > cislocatif (directionel) > cislocatif (mouvement associé)

L’élément en question est le proclitique naŋ=, dérivé selon l’auteur du pronom de second personne nàŋ. Dans son usage comme marque d’inverse, naŋ= apparaît dans les formes 2/3>1 et 1/3>2 (tableau 2 p.34).

Le chemin proposé va exactement dans le sens inverse du chemin bien attesté (en nez percé en particulier, voir Jacques et Antonov 2014:313):
venir > cislocatif (mouvement associé > directionel) > (action soudaine?) > inverse

Cet article présente donc des données dans grand intérêt pour la typologie diachronique des systèmes d’indexation, et même de la grammaticalisation en général. Il me semble que si les données et la discussion semblent fiables, il manque à ce travail une approche réellement diachronique et comparative. Une telle étude est bien entendu rendue difficile par le fait qu’il n’existe pas de langue suffisamment proche du karbi pour éclairer directement sa diachronie. Il n’est pas inenvisageable malgré tout que le proclitique naŋ= soit grammaticalisé d’un verbe de mouvement qui est sorti de l’usage en karbi actuel (je pense par exemple au verbe qui a donné le Japhug no < *naŋ 'chasser' et le chinois 让 'laisser, ouvrir le passage'). Il est à espérer que cet article ouvre le débat, et que des études de terrain et des travaux de linguistique historique complémentaires sur le karbi et d'autres langues sino-tibétaines permettront de mieux comprendre l'origine de ce marqueur.

Bibliographie
Jacques, Guillaume and Anton Antonov 2014. Language and Linguistics Compass 8/7: 301–318, 10.1111/lnc3.12079
https://www.academia.edu/3619660/Direct-Inverse_systems

Konnerth, Linda. 2015. “A new type of convergence at the deictic center: Second person and cislocative in Karbi (Tibeto-Burman).” Studies in Language 39 (1): 24–45
https://www.academia.edu/13332895/A_new_type_of_convergence_at_the_deictic_center_Second_person_and_cislocative_in_Karbi_Tibeto-Burman_

Les emprunts entre dialectes ou langues proches (1)

Les emprunts à une langue apparentée mais éloignée, comme ceux du tibétain dans les langues gyalrong, sont relativement facile à reconnaître. Identifier ces emprunts, déterminer leurs correspondances avec le tibétain ancien et en déduire les enseignements qu’ils nous apportent sur la phonologie (et la morphologie) historique des langues emprunteuses et du tibétain est même la première tâche que le comparatiste intéressé par ces langues doit entreprendre, car c’est la moins difficile à mener à bien.

Les emprunts entre langues gyalronguiques est une question beaucoup plus épineuse: les emprunts entre langues proches obscurcissent les correspondances phonétiques, et selon la quantité de contact, il peut devenir quasi-impossible de déterminer quels sont les mots empruntés et lesquels sont hérités.

En japhug de Kamnyu, on trouve des emprunts clairs au tshobdun tels que qaliaʁ ‘aigle’ (au lieu de *qarɟaʁ, la forme attendue), qro ‘fourmi’ (au lieu de *qroʁ), tɯɟo ‘démon’ (au lieu de *tɯʑu) etc. Ces emprunts sont aisément reconnaissables car (1) ils présentent des correspondances phonétiques spécifiques au tshobdun (2) ils n’apparaissent pas dans les dialectes japhug parlés plus à l’est, où le contact avec le tshobdun est plus occasionnel.

On trouve aussi des mots nécessairement empruntés tels que rkaŋ ‘fort (physiquement)’, apparenté au japhug rko (*-aŋ passe à -o en japhug et en situ dans le vocabulaire hérité) a eu lieu d’abord en japhug avant d’opérer en situ? Ou d’un emprunt au tshobdun, avant le passage de *-aŋ à -i dans cette langue? Difficile de trancher.

Un cas où le contact semble avoir obscurci les correspondances est le traitement du *-s final, voir déjà ma thèse pp 249-250:

https://www.academia.edu/968764/Phonologie_et_morphologie_du_japhug_rGyalrong_

Le *-s final passe à -t (au lieu de -z) dans de nombreux mots en japhug, mais pas les mêmes mots selon les dialectes. Dans certains cas, on a -t dans tous les dialectes japhug (jmɯt ‘oublier’), et aussi en zbu (lmît ‘oublier’) alors que le situ (jmə̂s) a un -s. Dans d’autres cas, on a -t seulement dans quelques villages japhug, comme pour le suffixe de passé -t (japhug de Kamnyu), -z (tous les dialectes japhug de Gsar.rdzong et Da.tshang); en dehors du japhug, le -t n’apparaît pas (zbu -z, situ -s). Dans les emprunts au tibétain, certains ont -t correspondant à -s (rɟɤskɤt ‘escalier’ < rgʲa.skas) mais l'immense majorité a -z correspondant au tibétain -s.

Seule une étude détaillée, village par village, des correspondances du *-s final pourra peut-être un jour éclaircir cette question épineuse, qui fait intervenir le contact entre dialectes proches.

Comparative Siouan Dictionary

Le Comparative Siouan Dictionary, oeuvre collective monumentale, est désormais publié sur internet:

http://csd.clld.org/

Ce dictionnaire était accessible sous forme d’un fichier PDF distribué aux chercheurs intéressés depuis de nombreuses années, et nous nous en étudions notamment servi lors de la rédaction de notre article sur la nasalité avec Alexis Michaud et Bob Rankin (lui même rédacteur principal du CSD).

Cette version représente un effort considérable pour systématiser les notes et les transcriptions — même s’il reste quelques scories, c’est inévitabel pour un travail de cette ampleur. Depuis le décès de Bob Rankin l’année dernière, j’étais inquiet que ce travail ne tombe dans l’oubli, mais le voici sous une forme finalisée et complètement citable, ce qui va permettre aux études sur la linguistique historiques des langues sioux d’aller de l’avant.

Que reste-t-il de la mythologie pré-tibétaine de la région Gyalrong?

Par comparaison avec les cultures kiranties, qui préservent de riches mythologies peu influencées aussi bien par la culture indo-aryenne que la culture tibétaine (c’est là d’ailleurs un des sujets de recherche principaux du projet Himalco), la culture Gyalrong est très tibétanisée; la quasi-totalité des histoires que j’ai enregistrées sont les versions de contes pan-tibétains, et certaines sont même clairement tirées de sources écrites (c’est notamment le cas cette histoire qui concerne les râkshasî de Sri Lanka).

Une des seules histoires traditionnelles qui préserve peut-être des traces de mythologie pré-tibétaine est celle ci, qui traite du vol de l’eau retenue par un dieu de la montagne dans une corne de chèvre (tshɤʁrɯ). Je vais la traduire prochainement.

Un Wanderwort dans les langues kalapouyennes?

Les langues kalapouyennes, famille disparue de l’Orégon, font partie des moins bien documentées de l’Amérique du nord, et sont connues essentiellement par les données de terrain de Gatschet, de Frachtenberg et de Melville Jacobs (voir Banks 2007 pour ce qui s’approche le plus d’une description utilisable d’une des langues de ce groupe, le santiam).

En lisant Berman (1990:54 — je peux fournir cette références aux lecteurs de ce blog intéressés), j’ai été frappé par le mot pour ‘pomme de terre’, en santiam pdoʔ (et ses cognats en yonkalla gampduʔ, et en tualatin mampdu) qui ressemblent fortement à l’étymon sioux pour ‘pomme de terre’ (bló, en lakhota et bdó en Yankton et en Sisseton, voir Ullrich 2008 et sa version en ligne). La distance géographique entre les langues sioux et l’Orégon est assez considérable, mais cette ressemblance est-elle le seul fruit du hasard? Pour confirmer cette idée, il faudrait trouver des traces de ce Wanderwort potentiel ailleurs.

Banks, Jonathan. 2007. The Verbal Morphology of Santiam Kalapuya. Northwest Journal of Linguistics 1. 1-98.
Berman, Howard. 1990. An outline of Kalapuya historical phonology. International Journal of American Linguistics 56. 27-59.
Ullrich, Jan. 2008. New Lakota dictionary. Bloomington: Lakota Language Consortium.
Zenk, Henry 2006. The Kalapuyan Presence in Oregon’s Geographic Names

Mon travail sur le japhug (1)

La langue japhug est parlée dans la partie tibétaine du Sichuan (par moins de dix mille personnes); j’étudie la variété du village de Kamnyu, situé ici:

J’invite tout d’abord les lecteurs de ce blog de se faire par eux-mêmes une idée de la sonorité de cette langue en consultant le corpus japhug sur l’archive pangloss.

Je travaille sur le japhug depuis 2002; mon travail consiste à collecter des histoires traditionnelles et des conversations, à compiler un dictionnaire multimédia (qui devrait paraître très bientôt sur le site pangloss) et à analyser la grammaire de cette langue à travers des livres et des articles. Cette approche boasienne me semble la seule appropriée pour obtenir des données fiables en linguistique et en ethnologie sur les langues et les cultures de tradition orale menacées.

Voici une photographie de mes informateurs principaux, Tshendzin 陈珍 et Dpalcan 柏尔青, prise chez eux en 2012 (malheureusement je suis un piètre photographe). En plus de séjours de terrain presque tous les ans, je suis en contact téléphonique régulier avec eux et d’autres amis de la région.

IMG_0185

Quel est l’intérêt plus général de travailler sur une langue obscure, inconnue du grand public en Chine et même dans les régions tibétaines, où on la considère comme un dialecte bizarre du tibétain?

Tout d’abord, c’est le véhicule de la culture locale. Le corpus d’histoires traditionnelles et de films que j’ai recueilli (transcrit mais pas encore traduit) contient des descriptions originales de la faune et de la flore locale, ainsi que des informations d’un grand intérêt sur les techniques agricoles, de construction de maisons et de tissage.

Ensuite, c’est une langue dont la structure grammaticale est très particulière, voire unique au monde. Le japhug et quelques langues voisines sont les seules langues en dehors des Amériques à avoir un système d’accord de type direct-inverse, font partie des rares langues à la fois verbe-finales et majoritairement préfixantes, les seules langues de Chine à incorporation nominale et quasiment les seules langues d’Eurasie avec un antipassif qui ne soit pas en même temps moyen, autobénéfactif ou réfléchi. Le japhug est la seule langue au monde dont l’inverse marque aussi le générique du sujet transitif. Il a aussi un système très riche d’idéophones, qui donnent à cette langue forme d’expressivité peu commune.

Enfin, c’est une langue qui présente des traits conservateurs parmi les langues sino-tibétaines du point de vue de la morphologie verbale et de la phonologie. Cette langue permet de mieux comprendre l’histoire de langues littéraires plus “importantes” comme le chinois et le tibétain. Son importance pour la reconstruction de l’histoire des langues sino-tibétaines est comparable à celle du sanskrit pour l’indo-européen. Mais si personne n’oserait se prétendre indo-européaniste sans connaître le sanskrit, le japhug et les autres langues gyalrongs sont malheureusement négligées par les linguistes.

C’est pour cette raison que j’essaie de mettre en place à Paris une équipe de spécialistes de langues gyalronguiques, comprenant pour le moment Lai Yunfan, spécialiste du Khroskyabs et Gong Xun du zbu. Espérons que nous parviendrons à terme à décrire de façon satisfaisantes ces langues vulnérables, et à leur donner la place qu’elle méritent en linguistique historique et typologique. Peut-être qu’un jour la connaissance d’une langue rgyalrong, en plus du chinois et du tibétain, sera un pré-requis pour faire un doctorat en linguistique comparée du sino-tibétain, comme c’est le cas avec le sanskrit en indo-européen.

knech ha thnou

Je l’ignorais jusqu’à récemment, mais il existe un texte arthurien en moyen-breton, An Dialog etre Arzur Roe d’an Bretounet ha Guynglaff datant du quinzième siècle, qui malgré sa brièveté (247 vers) est d’un grand intérêt à plusieurs égards. J’ai reçu aujourd’hui l’édition de Hervé Le Bihan:

http://www.brezhoneg.org/fr/livres/dialog-etre-arzur-roe-d-bretounet-ha-guynglaff-le-dialogue-entre-arthur-roi-des-bretons-et

L’édition comprend une transcription du texte datant du dix-huitième siècle accompagnée d’une traduction, une restitution du texte original, un glossaire détaillé et certains textes en français et en breton permettant de contextualiser ce document, ainsi qu’une introduction détaillée expliquant l’histoire tortueuse de la transmission de ce texte.

Ce texte en vers présente des exemples de rimes internes, et témoigne d’une tradition indigène de versification sophistiquée (je reviendrai sur ce sujet dans un autre billet).

J’ai eu grand plaisir, en feuilletant ce lire, de trouver l’expression knech ha thnou (187) ‘en tous lieux’, correspondant à peu près au français ‘par monts et par vaux’. knech ‘colline’ correspond au breton moderne krec’h, et thnou ‘vallée’, est devenu traoñ dans les dialectes KLT. Dans ces deux mots, le n est devenu r en deuxième élément du groupe, et la nasalité passe sur la voyelle suivante, au moins dans le mot pour ‘vallée’. C’est là un des exemples que nous avions analysés dans l’article Michaud et al. (2012) dans une perspective panchronique. Le Dialog nous offre la plus ancienne attestation de ces mots en moyen-breton, et peu contribuer à déterminer avec une certaine précision la date où ce changement phonétique a eu lieu, et je regrette de ne pas avoir cité ce texte dans notre article. Il s’agit donc d’un nouvel exemple de l’importance fondamentale de la philologie pour la linguistique panchronique.

Bibliographie
Michaud, Alexis, Guillaume Jacques, and Robert Rankin. 2012. Historical transfer of nasality between consonantal onset and vowel : from C to V or from V to C ? Diachronica 29.2 :201–230.

La linguistique de la longue durée

Il existe quatre langues pour lesquelles on dispose d’une documentation quasi-continue sur plus trois mille ans. Il s’agit du grec, du chinois, de l’araméen et de l’égyptien-copte. J’exclus de ce groupe très restreint l’hébreu (qui, s’il n’a jamais été oublié, a cessé d’être une langue maternelle jusqu’à sa renaissance à la fin du dix-neuvième siècle) et les langues indo-aryennes (car d’une part le védique est difficile à dater, et d’autre part les étapes intermédiaires entre sanskrit et langues modernes sont insuffisamment bien attestées).

Ces quatre langues ont un rôle prééminent à jouer en linguistique historique car elles offrent une fenêtre unique sur l’évolution morphosyntaxique sur le long terme. Si la méthode comparative permet de reconstruire phonologie et morphologie, cette méthode est beaucoup plus difficile d’appliquer à la syntaxe, et les études en syntaxique panchronique doivent, à mon avis, se baser en priorité sur des évolutions attestées dans des textes. Pour la plupart des langues du monde, on ne dispose hélas au mieux de plus de deux ou trois siècles d’attestation continue, ce qui est insuffisant pour observer des changements de grande ampleur.

Peu, voir aucun linguiste, ne maîtrise ces quatre langues (même si certains s’en approchent, comme par exemple Eitan Grossman, qui connait le grec et les langues sémitiques du nord-ouest en plus de l’égyptien, sa spécialité première), et les études sur ces langues appartiennent à des traditions d’études assez distinctes, ce qui élève des obstacles à la mise en place d’une linguistique de la longue durée: l’observation détaillées des changements morphosyntaxiques sur plusieurs millénaires et la mesure de la durée et de la vitesse à laquelle ils ont lieu.

Les langues de l’antiquité la plus profonde présentent des difficultés spécifiques: les systèmes d’écritures de ces quatre langues, à leurs stades les plus anciens, ne représentent qu’imparfaitement la prononciation et n’indiquent qu’une faible partie de la morphologie. Le cas le plus évident est celui du chinois, dont l’écriture est difficile à interpréter et omet presque complètement la morphologie dérivationnelle que l’on peut reconstruire indépendamment (Sagart 1999). Néanmoins, pour l’araméen non-vocalisé et l’égyptien (pré-copte), les voyelles, qui pourtant apportent des informations cruciales sur la morphologie (ne serait-ce que la distinction des suffixes de personne à l’accompli), ne sont pas représentées dans l’écriture. Dans le cas du grec, on dispose d’un système perfectionné qui représente de façon relativement fiable le système phonologique du 5ème siècle avant notre ère, mais qui est trompeur pour les textes épiques (où certains passages préservent des vers datant de l’époque où le grec avait encore des r voyelle). Le grec mycénien quand à lui est transcrit dans un système d’écriture profondément inadapté qui rend malaisée l’interprétation des documents les plus anciens dans cette langue. Néanmoins, ces difficultés peuvent être contournées par l’existence de stades ultérieurs mieux attestés de ces langues (y compris les emprunts dans les langues voisines et le comparatisme) qui permettent d’extrapoler les données manquantes.

Les spécialistes de ces quatre domaines pourraient gagner à travailler ensemble et à considérer que l’étude de ces quatre langues (plus l’indo-iranien et éventuellement le latin, car la richesse des langues romanes compense partiellement sa moins grande profondeur historique) forment un sous-domaine cohérent de la linguistique historique. Il faut démocratiser l’accès à la compréhension détaillée de l’histoire de ces langues cruciales, souvent engluées dans une tradition philologique peu abordable, et leur redonner la place centrale qu’elles méritent dans notre discipline.

Bibliographie
Sagart, Laurent 1999. The roots of Old Chinese. Amsterdam: Benjamins.

Les scissions non-conditionnées (2): *st- en brittonique

Les langues brittoniques offrent des exemples intéressants de scissions non-conditionnées, en particulier le traitement du proto-indo-européen *st et *s à l’initiale de mot (Scrijver 399-430, 377). Si la phonologie et la morphologie de ces langues n’est pas élucidée au même niveau que celle du grec ou du sanskrit, ce sont néanmoins des cas très instructifs pour une étude générale des scissions non-conditionnées.

Le groupe *-st- à l’intervocalique correspond régulièrement à -s- en gallois, en cornique en breton, comme dans les exemples suivants:
pIE *upo-sth2o- > proto-celtique *ufosto- > *wostos > breton gwas (m.) ‘homme’, gallois gwas ‘serviteur'; voir aussi l’irlandais foss ‘serviteur’. Le sens originel était ‘celui qui se tient (debout) sous X’ (Scrijver 1995:407); on trouve un correspondant exact en sanskrit upastha- ‘qui se tient sous’, qui est probablement toutefois une création indépendante à partie de matériaux hérités communs.
pIE *kʷeh2s-to- ‘toux’ > proto-celtique *kwasto- > breton pas (m.) ‘toux’, gallois pas ‘id.'; cf sanskrit kās- f. ‘toux’ (Scrijver 1995:408).

En revanche, en initiale de mots, le proto-IE *st- correspond soit à st- soit à s- en breton et soit à yst- soit à s- en gallois (le gallois rajoute toujours une voyelle prothétique aux groupes initiaux en sC-). Non seulement la correspondance avec le pIE est aléatoire, mais la correspondance entre breton et gallois l’est aussi. les quatre paires d’exemples ci-dessous illustrent les quatre possibilités:

(1) pIE *st- : breton st- : gallois yst-
breton stern, starn (m) ‘métier à tisser, harnais’, gallois ystarn (f) ‘harness, saddle’ < *starnā- (plusieurs étymologies possibles, en particulier un dérivé de la racine *sterh3- 'étendre', Schrijver 1995:418)

(2) pIE *st- : breton st- : gallois s-
pCl *stamnā- > breton staoñ f. 'palais', gallois safn f. 'bouche' (cf grec stoma- < *stomn-, Schrijver 1995:422)

(3) pIE *st- : breton s- : gallois yst-
breton sankañ 'enfoncer', gallois ystanc m. 'stake', comparés à la racine *stenk attestée en germanique (vieil anglais stingan 'prick, stab', Schrijver 1995:423)

(4) pIE *st- : breton s- : gallois s-
breton sav-, sevel 'élever', gallois sefyll, verbes dénominaux provenant d'un thème proto-celtique *stamo- < *sth2-mo- (Schrijver 1995:421)

Aucune de ces correspondances n'est attestée par un nombre d'exemples plus important que les autres, et si l'on rajoute le cornique, la situation devient encore plus confuse. Schrijver (p.428) en conclut:

"Thus, we are faced with a basically random distribution of the two reflexes of PCl. *st-. On the one hand, this deprives us of the means to formulate a sound law. But, on the other hand, the randomness itself may provide a clue to the solution."

Selon lui, les mots en *st- en proto-brittonique ont développé une alternance entre *st- (le traitement après les mots finissant en consonne) et *s- (après les mots finissant en voyelle). Un des deux allomorphes a ensuite été généralisé à tous les contextes. Un point important en faveur de cette hypothèse est que la quasi-totalité des verbes hérités de formes en *st- ont s- en breton et en gallois, et que l'on a des paires avec un nom en (y)st- et un verbe en s- (voir l'exemple avec sankañ ‘enfoncer’ ci-dessus). Or, les verbes en celtique portaient généralement des proclitiques de forme CV-, si bien que le radical du verbe devait être le plus souvent en contexte postvocalique; la généralisation de l’allomorphe s- serait donc tout à fait déductible d’autres faits indépendamment attestés.

L’hypothèse de Schrijver pour expliquer les différentes scissions non-conditionnées des langues brittoniques dans la mesure où ces langues on par ailleurs des traces de l’allomorphie généralisée de toutes les consonnes initiales: les fameuses mutations consonantiques.

La généralisation aléatoire d’allomorphes est-elle une source fréquente de scissions non-conditionnées? Les cas bien documentés sont trop rares pour pouvoir encore répondre à cette question. Avant de postuler un changement du même type dans une autre langue, il me semble important qu’il existe par ailleurs dans le groupe de langue en question des cas d’alternance complexes dans le même contexte.

Références
Schrijver, Peter 1995. Studies in British Celtic Historical Phonology. Amsterdam: Rodopi.

Comment écrire un mauvais article de linguistique historique?

Comme me l’avait dit l’inimitable Michel Ferlus il y a de nombreuses années, en me tendant l’un des nombreux ouvrages publiés à compte d’auteur d’un personnage dont je préfère taire le nom par charité, ‘pour devenir un bon chercheur, il ne suffit pas d’étudier les articles de qualité (comprendre: les siens), il faut aussi lire les mauvais.’

L’article de Song (2014) ‘Stop codas in Old Chinese and Proto Sino-Tibetan: A lexical diffusion analysis’, publié dans la nouvelle revue ‘International Journal of Chinese Linguistics’ éditée par Benjamins, nous donne l’occasion de tester les vertus pédagogiques des exemples négatifs.

Certains travaux sont mauvais par absence d’originalité, parce qu’ils contiennent des données douteuses ou une méthodologie erronée. Celui de Song a le mérite d’illustrer tous ces défauts dans le même texte.

Présentons tout d’abord le contexte. Il y a de cela plus de soixante ans, Haudricourt (1954) a démontré que les tons du chinois provenaient de la transphonologisation de consonnes finales. La démonstration exacte a été présentée en détail (et de façon plus claire que dans l’article original) dans de nombreux ouvrages (notamment celui de Baxter 1992:308-311). Les lecteurs intéressés peuvent aussi consulter mon introduction (très perfectible) à la phonologie historique du chinois: https://www.academia.edu/2261546/La_phonologie_historique_du_chinois

Je présente néanmoins un compte-rendu rapide de l’idée fondamentale du travail d’Haudricourt.
Le chinois moyen (7ème siècle de notre ère, le plus ancien état de langue dont le système phonologique soit complètement connu, grâce à un dictionnaire indiquant la prononciation par une méthode que je ne peux décrire ici) comportait trois tons, traditionnellement appelés plat (A), montant (B) et partant (C). La phonologie traditionnelle ajoute un ‘ton rentrant’ (D) comprenant les syllabes à occlusives finales, mais il est plus simple de considérer que l’opposition tonale était neutralisée pour ce type de syllabe.

Pour reconstruire les stades du chinois antérieurs au 7ème siècle, on a recours à cinq types de données:
(1) Les rimes des poèmes antiques (notamment, du Shijing)
(2) Les séries phonétiques des caractères chinois, qui ne sont plus transparentes si on les lit en chinois moderne (par exemple, 率 a deux lectures apparemment sans rapport shuài et lǜ, qui remontent à *s-rut et *rut en chinois archaïque).
(3) Le chinois moyen, les dialectes modernes, et les lectures des caractères chinois en japonais, coréen et vietnamien.
(4) Les différentes couches d’emprunts du chinois dans les autres langues (cette source de données a été très marginalement exploitée avant Baxter et Sagart 2014).
(5) Les cognats entre chinois et les autres langues sino-tibétaines. Cette source est toutefois plus difficile à manier que les autres, à la fois parce que les cognats sont en petit nombre et parce que les langues apparentées au chinois présentent des caractéristiques plus archaïques que les stades les plus anciens du chinois, et nous renseignent donc davantage sur le proto-chinois que sur les chinois archaïque à proprement parler.

Sur la base de (1) et de (2), on remarque que des mots chinois à occlusive finale en chinois moyen (ton ‘rentrant’ D) peuvent rimer avec des mots sans occlusive finale (dans presque tous les cas, mais pas exclusivement, des mots au ton partant C). Par exemple, 路 lu (C) ‘chemin’ appartient à la même série phonétique que 落 lak (D) ‘tomber’. Les mots à occlusives finales -t et -p correspondent à des mots au ton partant (C) avec une finale -j, comme par exemple 入 rù < ɲip (D) 'rentrer' et 内 nèi < nwoj (C) 'intérieur' ou 葉 yè < yep (D) 'feuille' et 世 shì < ɕjej (C) 'génération'.

Karlgren (1923), pour expliquer ce phénomène, propose que le chinois archaïque avait des occlusives finales voisées qui ont chuté, alors que les occlusives sourdes ont été préservées en chinois moyen (en se basant sur un changement phonétique en suédois). On aurait ainsi *lag > lu (C) ‘chemin’ contre *lak > lak (D) ‘tomber’. Cette hypothèse a eu un grand succès: si certains auteurs tels que Wang Li l’ont refusée, la plupart des spécialistes de la phonologie historique du chinois qui ont suivi Karlgren, en particulier Dong Tonghe et Li Fang-kuei (dont la reconstruction complète est parue seulement en 1971, d’ailleurs publiée presque à contre-cœur par l’auteur), l’ont appliquée et systématisée.

L’hypothèse de Karlgren pose trois problèmes fondamentaux:

(1) Appliquée de façon systématique, comme l’a fait Li Fang-kuei, le système reconstruit n’a plus de syllabes ouvertes, et la consonne finale la plus courante est *-g. Un tel système n’a aucun équivalent dans une langue attestée.
(2) Aucune langue sino-tibétaine n’a d’opposition de voisement en fin de syllabe.
(3) Cette reconstruction implique que *-g > zéro, *-d > -j, mais aussi que *-b > -j, avec un changement intermédiaire *-b > *-d > -j, un changement hautement improbable.

Haudricourt, en utilisant le parallèle typologique du vietnamien où les finales *-s et *-ʔ du proto-viet-muong se transphonologisent en tons, propose une solution alternative qui explique les rimes et les séries phonétiques sans les problèmes (1) à (3). Selon Haudricourt, on trouvait en chinois archaïque non seulement une consonne finale *-s (qui donne le ton C), mais aussi des groupes finaux *-ps, *-ts, *-ks. Les mots ayant groupes finaux pouvaient rimer ou apparaître dans la même série phonétique que des mots à occlusive simple *-p, *-t, *-k. Dasn cette théorie, il convient de faire davantage de distinctions que les *-b, *-d et *-g finaux de Karlgren et Li. Là où Li Fang-kuei a *-g au ton (C), Haudricourt reconstruit soit une syllabe à finale *-s, soit *-ks; pour le *-g aux tons (A) et (B), qui ne riment que très rarement avec des mots à occlusive finale -k, Haudricourt reconstruit une syllabe ouverte. Ainsi, il résout les problèmes (1) et (2), tout en rendant compte des rimes et des séries phonétiques: le *-s final n’intervient pas, peu, dans les rimes de l’époque du Shijing et dans les séries phonétiques.

La théorie d’Haudricourt offre aussi une explication lumineuse au problème (3): plutôt qu’un changement *-b > *-d > -j (C), on a en fait *-ps > *-ts > -j (C), avec assimilation de lieu d’articulation, un changement tout à fait banal. Ainsi, avec les exemples ci-dessus 葉 yè < yep (D) 'feuille' et 世 shì < ɕjej (C) 'génération', L’hypothèse d’Haudricourt permet les reconstructions *lap > yep > yè ‘feuille’ et *lhaps > ɕjej (C) > shì.

La théorie d’Haudricourt est acceptée par la quasi-totalité des chercheurs modernes, en Chine continentale ou dans les pays occidentaux, mais certains restent attachés à la reconstruction de Li Fang-kuei. Il convient de dire qu’aucun de ceux qui continuent à soutenir le modèle de Li Fang-kuei n’ont fourni une argumentation construite contre la thèse d’Haudricourt.

Abordons maintenant l’article de Song. Ce travail n’apporte au débat aucune donnée nouvelle — les étymologies et les comparaisons citées viennent d’autres articles; sa contribution est de relier deux idées, l’hypothèse de Karlgren sur les occlusives voisées finales et l’hypothèse de la diffusion lexicale (qui ne fera pas l’objet du présent billet, mais sur laquelle je reviendrai plus tard). Les données sont très mal traitées (en particulier, les exemples tibétains sont pleins de coquilles, au point qu’on peut même douter que l’auteur sache déchiffrer l’alphabet), mais je me concentrerai ici sur les arguments de l’article.

L’auteur propose (pp. 122-123) que le proto-sino-tibétain avait deux séries d’occlusives finales, voisées *-b *-d *-g et non-voisées *-p *-t *-k. Il suppose les changements suivants (je présente ici une copie d’écran de son article, afin d’éviter d’introduire des inexactitudes en recopiant)

Song (2014:122)
Song (2014:122)

(i) Les occlusives voisées donnent régulièrement des occlusives sourdes en chinois moyen *-b *-d *-g > -p -t -k et les occlusives finales notées comme voisées dans l’écriture tibétain -b -d -g.

(ii) Les occlusives sourdes *-p *-t *-k donnent zéro en tibétain, et parfois zéro parfois des occlusives sourdes en chinois archaïque (ce qui explique les rimes et les séries phonétiques), puis zéro en chinois moyen et dans toutes les formes de chinois attestées.

La solution de Song ne constitue pas un progrès par rapport aux travaux précédents: non seulement elle n’apporte d’explication à aucun des problèmes (1), (2) et (3), mais en plus elle rajoute deux nouveaux problèmes:
(4) Un changement non-conditionné de chute des occlusives finales en chinois sans aucun équivalent dans une langue autre que le chinois. Si ce type d’hypothèse semble être acceptable pour les partisans de la diffusion lexicale, il est virtuellement infalsifiable, non parcimonieux, et néglige de rendre prendre en compte l’ensemble des langues de la famille autres que les langues chinoises et tibétaines (soit, en terme de nombre de langues, plus de 90% des données).
(5) La solution de Song n’a même pas le mérite de celle de Karlgren d’être basée sur un parallèle attesté: supposer la chute des occlusives sourdes alors que les voisées sont préservées va à l’encontre de tout ce que l’on connaît sur les changements phonétiques (voir Kümmel 2007).

Si l’auteur cite Baxter et Sagart (2014), il paraît ignorer l’hypothèse d’Haudricourt, qui n’est mentionnée nulle part. Il s’agit donc d’un ‘grand pas en arrière’ dans la phonologie historique du chinois, et il est regrettable que la nouvelle revue International Journal of Chinese Linguistics contienne un tel article dans son premier numéro.

Il semble que l’auteur lui-même ne soit pas le seul a entretenir une certaine confusion sur les notions de base de la recherche en linguistique historique. Il cite un relecteur de la revue: ‘As an anonymous reviewer pointed out the chronology of WT and OC is not the same, as the former has a much recent time depth of seventh to ninth century. When using the WT data for the purpose of comparative reconstruction, this problem always deserves out attention.’

Autrement dit, le relecteur suggère que la comparaison du chinois archaïque avec d’autres langues poserait problème parce qu’ils ne sont pas attestés à la même époque (ce qui implique que les langues autres que le chinois n’ont pas de valeur cruciale pour reconstruire le chinois archaïque). Cette assertion trahit un grave manque de culture linguistique. Comme le sait n’importe quel étudiant en indo-européen ou en sémitique, on observe plusieurs cas où des langues à attestation ancienne sont moins conservatrices sur certaines points que des langues récemment attestées, et qu’ainsi toutes les langues, anciennes et modernes, doivent être prise en compte:
(a) l’akkadien a perdu quasiment toutes les consonnes ‘gutturales’ du proto-sémitique (*h, *ʔ, *ʕ, *ħ etc) et confondu les fricatives interdentales *θ et *ð avec *ʃ et *z respectivement, et conserve donc moins bien le système consonantique du proto-sémitique que l’arabe ou même les langues sud-arabiques modernes.
(b) le hittite (attesté au second millénaire avant notre ère), malgré certains archaïsmes indéniables, a perdu la triple opposition des occlusives (reconstruites traditionnellement comme sourde, voisée simple, voisée aspirée) qui est pourtant préservée, sous une autre forme, en germanique moderne et en grec moderne.

Il est facile de trouver d’autres exemples du même type.

L’article de Song, et les commentaires des relecteurs qui ont accepté un tel article, illustrent que la linguistique historique d’une langue particulière ne peut être étudiée de façon satisfaisante sans une prise en compte des autres langues de la famille et sans une perspective panchronique sur la vraisemblance des hypothèses posées.

Bibliographie
Baxter, William H. (1992), A Handbook of Old Chinese Phonology, Berlin: Mouton de Gruyter.
Baxter, William; Sagart, Laurent (2014). Old Chinese: A New Reconstruction. Oxford University Press.
Haudricourt, André-Georges (1954) Comment reconstruire le chinois archaïque, Word 10(2-3): 351-364.
Karlgren, Bernhard (1923) Analytic Dictionary of Chinese and Sino-Japanese, Paris: Paul Geuthner.
Li Fang-Kuei (1971) 《上古音研究》 The Tsing Hua Journal of Chinese Studies IX(1,2): 1–61.
Kümmel, Martin (2007) Konsonantenwandel: Bausteine zu einer Typologie des Lautwandels und ihre Konsequenzen für die vergleichende Rekonstruktion. Reichert Verlag.
Song, Chenqing (2014) Stop codas in Old Chinese and Proto Sino-Tibetan: A lexical diffusion analysis, International Journal of Chinese Linguistics, 1.1:96 – 135.
https://benjamins.com/#catalog/journals/ijchl.1.1.04son/fulltext

Les changements phonétiques peuvent-ils être conditionnés par la morphologie?

Dans un article récent, Hill (2014) ré-affirme la doctrine néo-grammairienne selon laquelle les changements phonétiques ne sont jamais conditionnés par la morphologie, y compris les frontières morphémique ou les parties du discours.

Il exclut à juste titre les cas, comme en nahualt, où les différentes parties du discours constituent des contextes phonologiques différents: le *p devient zéro en initiale de mot dans le cas des noms mais pas dans celui des verbes. L’explication tient à ce que les radicaux des verbes sont toujours préfixés sauf à la troisième personne des verbes intransitifs de certains tiroirs verbaux (plusieurs tiroirs verbaux sont préfixés d’un ‘augment’). La chute du *p initial dans les formes non-préfixées du paradigme a dû être immédiatement éliminée dans les paradigmes intransitifs du fait de la pression analogique (voir Campbell et Langacker 1978). Une même explication s’applique à beaucoup de changements conditionnés, par exemple, le fait que le *s- initial en arapaho correspond bien à n- en initiale de radical, même dans les formes préfixées (comme celles de l’irréel qui viennent de l’ordre indépendant) alors qu’on s’attendrait à une alternance n-/h- dans ces formes. La aussi, l’analogie les a immédiatement éliminées.

Toutefois, il existe un cas pour lequel une explication en termes d’analogie semble difficile: celui du onbin 音便 en japonais, qui ne s’est produit que de façon sporadique dans les noms composés, mais s’est appliqué régulièrement, à époque historique, exclusivement dans le système verbal, notamment les formes converbales en -te (voir Frellesvig 1995, 2010:192-199):

(yom-) yomite > yonde ‘lire’
(tor-) torite > totte ‘prendre’
(mot-) motite > motte ‘prendre’

Contrairement à l’absence de chute de *p initial dans les verbes en nahualt ou de la réfection du *-s- de l’aoriste en grec, ce phénomène ne peut s’expliquer comme l’annulation d’un changement phonétique par l’analogie. Aucun conditionnement phonologique qui distinguerait les combinaisons -VCit- dans les noms et dans les verbes ne semble non plus apparente.

Il est louable de vouloir préserver la rigueur néogrammairienne et je conçois qu’il est préférable, avant d’abandonner une hypothèse comme l’impossibilité de conditionnement morphologique des changements phonétiques, d’explorer toutes les alternatives. Néanmoins, le cas du onbin me semble un des cas les plus clairs d’exception à ce principe; ceux qui souhaitent le défendre ne peuvent pas omettre de rendre compte de ce cas particulier.

Bibliographie
Campbell, Lyle and Ronald Langacker. (1978) Proto-Aztecan vowels: part II. International Journal of American Linguistics 44(3). 197–210.
Frellesvig, Bjarke (1995) A Case Study in Diachronic Phonology: The Japanese Onbin Sound Changes. Aarhus University Press.
Frellesvig, Bjarke (2010) A History of the Japanese Language. Cambridge University Press.
Hill, Nathan W. (2014) ‘Grammatically Conditioned Sound Change.’ Language and Linguistics Compass 8, 211–22. http://eprints.soas.ac.uk/18595/

Les scissions non-conditionnées: mythe ou réalité?

La linguistique historique de l’indo-européen n’est devenue une discipline rigoureuse que lorsque l’idée de la régularité des changements phonétiques a été adoptée par l’ensemble de la communauté des spécialistes de ce domaine. Ce principe simple a des conséquences nombreuses et parfois inattendues, sur lesquelles nous reviendrons dans d’autres billets. L’une d’entre elles est l’impossibilité des scissions non-conditionnées (unconditioned split).

Ainsi, dans une perspective strictement néo-grammairienne, si entre plusieurs langues on observe des correspondances multiples pour un même son, seules quatre hypothèses sont possibles:

  • Reconstruction d’un phonème qui n’est distinct dans aucune des langues étudiées, mais qui s’est confondu de façon différente dans chaque langue.
  • Changement phonétique conditionné (qui ne s’applique que dans un contexte très précis)
  • Effet de la morphologie (à l’intérieur d’un même paradigme, des effets d’analogie vont obscurcir les lois phonétiques régulières)
  • Mélange de dialectes ou emprunts.

Ce principe a été remis en cause par l’école de la diffusion lexicale (lexical diffusion, voir par exemple Wang 1977), qui ne sera pas l’objet du présent billet mais à propos de laquelle je reviendrai plus tard. Mon but aujourd’hui portera uniquement sur les travaux de chercheurs d’obédience néo-grammairienne, qui souscrivent au principe de la régularité des changements phonétiques.

Plusieurs écoles de linguistique historique admettent néanmoins, souvent implicitement, l’existence de scissions non-conditionnées.

C’est le cas en austronésien, où Blust par exemple (2008) reconstruit *b > b et *b > ɓ dans certaines langues sans conditionnement visible. Dans ce cas, l’idée est que la reconstruction du proto-austronésien est si solide que des ‘aberrations’ spécifiques à une langues ou un petit groupe de langues peuvent être négligée. N’étant pas spécialiste du domaine, il m’est difficile de juger mais je suis peu déçu de ne pas voir un débat sur ce sujet.

En algonquien, on suppose une scission non-conditionnée pour le passage à zéro du *p et du *k en cheyenne (à l’initiale, la correspondance de *k est particulière, voir Leman 1980 et Proulx 1982). Proulx (1982) propose qu’il s’agit là du résultat d’un mélange de dialectes (certains dialectes proto-cheyenne auraient subi *k,p > zéro, et d’autres auraient préservé ces obstruentes comme k et v. Goddard (1988) montre toutefois que cette idée ne mène à rien, car on trouve de nombreux mots dans lesquelles les deux groupes de correspondances *k,p > zéro et *k,p > k,v sont attestées. Le traitement du cheyenne reste inexpliqué; la seule solution viable à mon avis serait de supposer une opposition, par exemple de voisement, neutralisée dans toutes les autres langues, comme *k, p > k, v ; *g, b > zéro. Il faudrait cependant trouver une trace de cette opposition dans une langue autre que le cheyenne pour que cette hypothèse soit satisfaisant; par ailleurs, si une telle opposition doit être supposée pour *k/g et *p/b, on s’attendrait aussi à *t/d, or aucune trace apparente d’une telle opposition n’existe. Bref, le cas du cheyenne est particulièrement épineux, et ne pourra est résolu que si davantage de spécialistes se penchent sur cette question.

Un autre cas auquel je pense est celui du turcique. Les langues oghouzes ont une opposition de voisement qui ne semble pas avoir d’équivalent dans les autres groupes de la famille. Par ailleurs, comme le montre Georg (2004), il existe des preuves claires que le voisement est secondaire, puisque des mots empruntés au persan ayant des sourdes dans cette langue ont des voisées en oghouze. Toutefois, à mon avis, si ces données prouvent que la prononciation voisée est secondaire, elle ne montrent en aucun cas que l’opposition elle-même le soit. Il est tout à fait possible de supposer qu’un autre type d’opposition (disons, aspirée/non-aspirée ou géminée/non-geminée) ait été transphonologisée en voisement après l’emprunt au persan. Même si la nature phonétique de l’opposition pose problème, et même si le turc ancien et les autres variétés de turc ne préservent pas de trace de cette opposition, il me semble préférable de la reconstruire malgré tout à la proto-langue que de sacrifier au principe de régularité des changements phonétiques et supposer une scission non-conditionnée en oghouze.

Références

Antonov, Anton and Jacques, Guillaume 2011. [2012] Turkic kümüš ‘silver’ and the lambdaism vs
sigmatism debate. Turkic Languages 15, 151–170.

Blust, Robert 2008. Is There a Bima-Sumba Subgroup? Oceanic Linguistics. 47.1:45-113.

Georg, Stefan 2004. Starostin, Sergei,  Anna Dybo and Oldeg Mudrak: Etymological Dictionary of the Altaic Languages. Diachronica. 21.2, pp. 445–450.

Goddard, Ives 1988. Pre-Cheyenne *y. in In Honor of Mary Haas, W. Shipley (ed), Berlin: Mouton de Gruyter, pp. 345-360.

Proulx, Paul 1982. Proto-Algonquian *k in Cheyenne. IJAL 48:467-471.

Leman, Wayne 1980. Evidence for a PA *k: Cheyenne n correspondence IJAL 46:316-8.

Wang, William S.-Y. 1977. The Lexicon in Phonological Change. Berlin: Mouton de Gruyter.

L’archer et les soleils

Relisant ces dernier jours le magnum opus de Watkins, How to kill a dragon, j’envie aux indo-européanistes la possibilité de pouvoir non seulement reconstruire des mots et des paradigmes, mais également de parvenir à des reconstructions raisonnables de formules littéraires, voire de proposer des comparaisons de trames mythologiques difficilement explicables par le seul hasard ou le contact.

Dans les autres domaines linguistiques, et en particulier en sino-tibétain, un tel exercice est périlleux, et ceci pour plusieurs raisons. Premièrement, la plupart des langues sont mal décrites et le corpus de textes mythologiques publiés est restreint et peu maniable. Deuxièmement, les lois phonétiques sont mal connues et la reconstruction morphologique encore moins comprise. Troisièmement, même dans le cas de langues littéraires relativement connues comme le tibétain, la philologie est à un stade encore rudimentaire en comparaison avec le latin et le grec (plus d’études telles que celle de Hill 2013 sur les expressions littéraires en tibétain ancien sont une nécessité pour pouvoir progresser). Enfin, le contact est un facteur plus difficile à éliminer dans le cas du sino-tibétain que dans celui de l’indo-européen.

Peut-on entretenir l’espoir d’écrire un jour un livre comparable à celui de Watkins pour le sino-tibétain? Il me semble qu’il serait dommageable de s’interdire l’investigation de la mythologie comparée sino-tibétaine. On retrouve au moins un mythe qui semble spécifique aux peuples sino-tibétains, celui de l’archer qui abat les soleils:

* dans la Chine pré-classique (l’archer Houyi 后羿 – les références abondent sur internet)
* au Manipour (le texte en vieux meithei Numit kap-pa ‘celui qui tire à l’arc sur les soleils’, dont une traduction est donnée dans Hodson 1908, p. 125++)
* chez les Lepcha au Sikkim (de Beauvoir 1925 – une référence que je dois à Heleen Plaisier)
* chez les peuples lolo-birmans (voir l’épopée de Zhyx ge ax lu, selon la transcription standard de son nom en nosu)

Il y a donc un riche matériau qui mériterait d’être exploité (j’ai des copies PDF de ces documents pour ceux qui sont intéressés), même si personne n’a l’expertise nécessaire pour lire tous ces textes dans l’original.

Bibliographie
de Beauvoir Stocks, C. 1925. ‘Folklore and customs of the lap-chas of Sikkim’. Journal and proceedings of the Asiatic Society of Bengal new series 21, 325-505.
Hill, Nathan W. (2013) ‘Come as lord of the black-headed: an Old Tibetan mythic formula.’ In: Cüppers, Cristoph and Mayer, Robert and Walter, Michael, (eds.), Tibet after Empire Culture, Society and Religion between 850-1000. Lumbini: Lumbini International Research Institute, pp. 169-179. http://eprints.soas.ac.uk/18337/
Watkins, Calvert 1995. How to Kill a Dragon: Aspects of Indo-European Poetics, Oxford University Press.
Hodson, Thomas Callan 1908. The Meitheis. London: D. Nutt https://archive.org/details/meitheis00hodsgoog