Un dissyllabe commun entre tangoute et gyalrong

Le tangoute a une postposition dissyllabique ɣwə²rjir² (5416-567) 𘁞𗙷 « devant » très courante dans les textes; j’avais déjà dans mon ouvrage de 2014 proposé un lien étymologique entre la syllabe rjir² (567) 𗙷 et la dernière syllabe du japhug ɯ-ʁɤri « devant », considérant le ɣwə² comme un dérivé du mot « tête ». Toutefois, il m’apparaît à la réflexion que les deux syllabes de ce mot sont cognates avec celle du japhug: le ɣwə² peut tout à fait correspondre à la syllabe ʁɤ-, surtout au vu d’un travail de Gong Xun (dont je ne peux pas dire plus car il est actuellement en relecture anonymisée).

Nous avons donc un nouveau composé dissyllabique dont les deux membres sont cognats entre le tangoute et une autre langue rgyalronguique, un indice de plus de l’appartenance du tangoute à ce sous-groupe.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Un dissyllabe commun entre tangoute et gyalrong," Panchronica, 06/12/2017, http://panchr.hypotheses.org/2077 (ISSN 2494-775X)

La langue de Hüis Tolgoi

L’une des plus importantes découvertes de cette année en linguistique est selon moi celle d’une inscription dans une langue para-mongolique, dont la date pourrait se situer dans un intervalle entre le 5ème et le 7ème siècles, non seulement antérieure de plusieurs siècles aux plus anciens monuments dans une langue apparentée au mongol connue jusqu’ici (le kitan), mais même aux plus anciennes inscriptions en langues turciques.

Quatre articles pré-publiés sur academia.edu par une équipe constituée de Alexandre Vovin, Etienne de la Vaissière, Dieter Maue et Mehmet Olmez présentent cette découverte sur des facettes différentes: le contexte général de la découverte, l’écriture, l’interprétation de l’inscription et le contexte historique.

La découverte de la nature para-mongolique de la langue de cette inscription (par Alexandre Vovin) remonte à 2014, mais plusieurs années ont été nécessaires pour monter une expédition en Mongolie et refaire des photographies plus lisibles pour permettre une meilleure étude de ce document. Suite à une discussion sur academia.edu, il me semble qu’un consensus s’est établi parmi les mongolistes et les turcologues sur le fait que cette langue doit être apparentée au mongolique plutôt qu’au turcique. L’importance de cette découverte pour la linguistique historique de cette région et son histoire politique est considérable, et il est probable qu’il ne s’agisse pas d’une inscription isolée.

Un article sur le proto-kiranti

Dans le dernier numéro de Folia Linguistica Historica vient de paraître cet article accompagné de son appendice en ligne. C’est un premier essai, basé sur quatre langues (wamboule, khaling, bantawa et limbou), de rendre compte de façon systématique à la fois des correspondances entre langues et des alternances morphologiques, et d’introduire une approche réellement néo-grammairienne au comparatisme kiranti (et sino-tibétaine en général), en analysant les correspondances observées sur la base exclusive de trois principes: (i) les changements phonétiques sans exceptions, (ii) l’analogie et (iii) les emprunts.

Ce travail est en opposition radicale à deux courants de pensée molle, qui ont causé un dommage considérable au comparatisme sino-tibétain en particulier: la doctrine de la diffusion lexicale, malheureusement très influente en Chine (je réfère le lecteur de ce blog à cet article de Nathan W Hill) et celle des « allofams » qui sous-tend l’ensemble de la base de donnée STEDT).

Il est en revanche dans la continuité directe de la tradition kirantologique, en particulier des travaux de Boyd Michailovsky (en particulier celui-ci). A ce titre, je dois apporter deux corrections concernant certaines références dans l’article:

(a) p. 177++ parmi les travaux concernant la reconstruction interne des verbes kiranti, je ne mentionne que les travaux récent, et ai oublié d’ajouter cet article, qui a servi de base aux travaux qui l’ont suivi.

(b) p 190, § 5.1.1, l’idée d’un stade préglottalisé pour rendre compte des correspondances des séries d’occlusives en kiranti du sud et kiranti de l’ouest et du nord-est est déjà discutée dans cet article que j’ai omis de mentionner dans cette section.

Mon article n’est naturellement qu’une ébauche de reconstruction, et je compte progressivement ajouter des langues, à commencer par le kouloung (dont j’ai déjà préparé une base de donnée comparative) et le yakkha.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Un article sur le proto-kiranti," Panchronica, 25/11/2017, http://panchr.hypotheses.org/2061 (ISSN 2494-775X)

« vingt » en tibétain

Dans le billet d’hier, j’ai mentionné qu’il existait des formes du numéral « deux » en sino-tibétain sans -s final même dans des langues préservant cette coda. Le numéral tibétain གཉིས་ gɲis « deux » a bien cette coda, mais en revanche ཉི་ཤུ་ ɲi.ɕu « vingt » semble n’en avoir aucune trace.

Néanmoins, il est vraisemblable que la second syllabe -ɕu de ཉི་ཤུ་ ɲi.ɕu est apparentée au numéral བཅུ་ btɕu « dix », d’autant que dans les autres dizaines, ont trouve une variante -tɕu sans préinitiale, comme dans སུམ་ཅུ་ sum.tɕu « trente ». La forme régulièrement attendue serait donc quelque chose comme †ɲis.tɕu. Or, Li Fang-kuei (1933:141) a proposé que *stɕ- > ɕ- serait un changement régulier en tibétain; certains de ses exemples demandent à être réexaminés (voir plus bas), mais le changement lui-même n’est pas en doute. Bien que Li Fang-kuei lui-même ne le mentionne pas, cette loi phonétique explique le numéral « vingt »: la forme *ɲis.tɕu supposée ci-dessous par analogie au numéral « trente » donne régulièrement ɲi.ɕu si on lui applique la loi proposée par Li Fang-kuei.

Notons qu’en tibétain ancien, où le changement sts-> s- n’avait pas encore lieu, on trouve déjà la forme ཉི་ཤུ་ ɲi.ɕu « vingt » (par exemple dans cette inscription), ce qui implique que *stɕ- > ɕ- et sts- > s- ont eu lieu à des époques différentes.

Parmi les exemples de stɕ- > ɕ- proposés par Li Fang-kuei, on trouve གཤམ་ gɕam « bas » comparé à la syllabe ཆམ་ tɕʰam de l’expression ཆམ་ལ་འབེབས་པ་ tɕʰam.la.ɴbebs.pa « vaincre, annihiler » (qu’il traduit comme « throw down, cause to lie down » avec le verbe འབེབས་ ɴbebs, phab « jeter vers le bas ». j’ai consacré un billet à གཤམ་ gɕam « bas », et suis toujours convaincu que mon étymologie est valide; elle est incompatible avec la proposition de Li Fang-kuei.

Il me semble qu’interpréter ཆམ་ tɕʰam dans ཆམ་ལ་འབེབས་པ་ tɕʰam.la.ɴbebs.pa comme « le bas » est problématique pour deux raisons. Tout d’abord, le verbe འབེབས་ ɴbebs, lui-même signifie déjà « jeter vers le bas ». Ensuite, la même syllabe ཆམ་ tɕʰam ou sa variante non-aspirée ཅམ་ tɕam apparaissent dans des expressions telles que ཅམ་བཞག་ cam.bʑag « abandonner complètement, arrêter » (avec ་བཞག་ bʑag « poser ») et semble signifier soit « complètement » soit « calmement, progressivement ». Le sens de ཆམ་ལ་འབེབས་པ་ tɕʰam.la.ɴbebs.pa est doinc plutôt littéralement « terrasser complètement », et ཆམ་ tɕʰam (quelle que soit son étymologie; c’est selon moi plutôt un idéophone) n’a donc rien à faire avec གཤམ་ gɕam « bas ». Notons que même si l’on acceptait la proposition de Li Fang-kuei, il faudrait admettre l’existence d’un préfixe *s- dans གཤམ་ gɕam « bas » (qui viendrait de *kə-s-tɕam), ce qui pose plus de problèmes qu’il n’en résout.

====
Correctif: Nathan W. Hill a attiré mon attention sur le fait qu’Abel Zadoks, dans un manuscrit (toujours non-publié) écrit en 2013 sur l’alternance entre dpon et pon et entre btsun et tsun en tibétain ancien, mentionne en passant l’idée que le -ɕ- dans ɲi.ɕu s’explique par *stɕ- > ɕ-. Comme j’ai effectivement lu ce manuscrit il y a quelques années, il est possible que je tienne cette idée du travail d’Abel.

Références
Li Fang-kuei 1933. Certain Phonetic Influences of the Tibetan Prefixes upon the Root Initials, Bulletin of the Institute of History and Philology 6(2): 135-157.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "« vingt » en tibétain," Panchronica, 12/11/2017, http://panchr.hypotheses.org/2052 (ISSN 2494-775X)

Un ancien système quinaire en sino-tibétain?

Les numéraux entre « deux » et « neuf » sont généralement cognats entre les langues ST, du moins pour les langues qui préservent leurs numéraux natifs. Parmi ceux-ci, « deux » et « sept » ont des ressemblances qui ont permis de suggérer (j’ignore qui l’a fait en premier) que le système actuel recouvre une ancienne base quinaire.

En japhug, la ressemblance entre ʁnɯz « deux » et kɯɕnɯz « sept » est indéniable, mais les deux numéraux n’ont pas la même rime dans toutes les langues rgyalrong (en situ de cogtse kəniɛ̄s  » deux » et kəɕnə̄s « sept », en bragdbar kənə̂s « deux » et kəɕnɐ̄ʔs « sept »), ce qui minimise la ressemblance, et suggère qu’il pourrait s’agir d’un hasard.

Le numéral « deux » a une coda -s dans les langues qui préservent cette finale, mais le lolo-birman (birman hnac, une rime qui peut provenir de *-ik ou peut-être *-it) est reconstruit avec une coda *-k. En chinois, 二 ɲijH peut provenir de *nis, mais il n’est pas possible non plus d’exclure *nits (si l’on accepte l’hypothèse quinaire, a vu de « sept » 七 tsʰit, dont l’initiale peut venir d’un groupe contenant *ṇ). Peu de langues de la famille préservant le *-s final, il est difficile de réconcilier ces formes.

Même en japhug, langue où ʁnɯz « deux » présente une coda sifflante, on trouve plusieurs formes apparentées sans -z. C’est le cas du duel ni (voir cet article), dont il est difficile d’imaginer qu’il n’ait aucune relation avec ʁnɯz, mais aussi de ʁnaʁna « les deux ». Le quantifieur duel ni pourrait provenir d’une forme phonétiquement rabotée de ʁnɯz (à une époque précédant le changement *-is > -ɯz), mais il pourrait aussi s’agir d’une forme primaire n’ayant pas été préfixée de ʁ- (dont le statut préfixal est confirmé par son absence dans sqa-m-nɯz « douze ») et suffixée de -z, quel que soit l’origine étymologique de ces affixes. La forme ʁnaʁna « les deux », avec un ablaut et sans coda, est encore plus difficile à expliquer.

Si effectivement le -z est suffixal, pourquoi le trouve-t-on depuis le chinois jusqu’au tibétain, et quelle serait sa fonction? S’il ne l’est pas, comment rendre compte des langues où l’on trouve -t, une autre coda, voire rien à la place? Le jour où il existera pour le sino-tibétain une étude sur les numéraux d’une ampleur et d’une rigueur comparable à ce que nous trouvons en indo-européen (voir en particulier cette Habilitationsschrift) est encore lointain.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Un ancien système quinaire en sino-tibétain?," Panchronica, 11/11/2017, http://panchr.hypotheses.org/2048 (ISSN 2494-775X)

La suppression des exemples

La difficulté de compiler un dictionnaire pour une langue peu documentée comme le japhug n’est pas tant d’accumuler des données et découvrir de nouveaux mots — quoique cette tâche demande de longues années de travail — que de s’assurer de la validité des traductions et même des phrases d’exemple elles-mêmes. Que les phrases d’exemples soient tirées d’histoires et de conversations ou bien directement élicitées, il arrive en effet que les informateurs aient des avis divergent sur leur validité, voire même (et c’est assez courant) changent d’avis. Le compilateur du dictionnaire a donc un choix à faire pour décider s’il est préférable de garder ou non une phrase qui ne fait pas l’unanimité; dans ces cas, ma décision est généralement de supprimer l’exemple. C’est pour cette raison que certains exemples présent dans la version 1.0 du dictionnaire ont disparu de la version 1.1, et qu’il en sera de même dans la prochaine version, en cours de préparation.

A titre d’exemple, Dpalcan en 2010, sollicité pour avoir des phrases avec le verbe saʁdɤt « être glissant » (déexpérienceur de aʁdɤt « tomber par terre ») m’a donné la phrase suivante:

(1) qaɟy ɲɯ-saʁdɤt
poisson SENS-être.glissant
« Le poisson (a la peau) glissant(e) »

Or, cette phrase me semblait suspecte car le sens attendu serait « glissant » à propos du sol, mais son emploi pour désigner la peau visqueuse des poissons était quelque peu surprenante. J’ai pu vérifier avec Tshendzin ce matin effectivement que le verbe nɤŋgiolo, dérivation de « direction distribuée » de ŋgio « glisser » (lui-même anticausatif de kio « faire glisser ») était plus approprié pour exprimer ce sens, car:

(2) tɯ-mi nɯnɯ ɯ-thoʁ tɕe ɲɯ-kɯ-ŋgio « ɲɯ-saʁdɤt » tu-kɯ-ti ŋu
GENR.POSS-pied DEM 3SG.POSS-sol LNK IPFV-GENR:S/P-glisser SENS-être.glissant IPFV-GENR-dire être:FACT
« On dit « ɲɯ-saʁdɤt » ‘c’est glissant’ lorsque son pied glisse par terre. »

Le principal problème pour déterminer la correction d’une phrase dans une langue comme le japhug est la taille du corpus. Dans une langue comme le français ou le chinois, une simple requête sur un moteur de recherche permet rapidement d’avoir une idée précise de la variété d’usage d’un mot et de ses collocations (sans parler l’existence d’une armée de dictionnaires diverses), mais dans une langue avec un corpus d’à peine 80 heures, beaucoup de mots sont soit insuffisamment, soit pas du tout attestés, ce qui rend difficile d’avoir des certitudes sur leur emploi afin d’apprendre à parler la langue le mieux possible.

La seule solution est de revérifier plusieurs fois tous les exemples, et surtout de collecter un corpus de la taille la plus conséquente possible. Plus celui-ci sera important et varié, et plus les erreurs et les phrases bancales pourront être facilement détectables (y compris les phrases incorrectes que l’on trouve dans les histoires).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La suppression des exemples," Panchronica, 10/11/2017, http://panchr.hypotheses.org/2045 (ISSN 2494-775X)

Le prohibitif en tujia

Comme nous l’avons vu dans un précédant billet, en tujia les *-a deviennent -i après dentale (li35 « tigre », tsi21 « riz » = japhug ndza « manger ») et restent -a après vélaire (ŋa35 « moi », ka35 « manger, mordre » = japhug nɤŋka « ronger »).
Le tujia -a a visiblement de nombreuses autres origines, dont *-ak (tha55 « tisser » = japhug taʁ), certaines voyelles antérieures dans un contexte à préciser (-ma55 « suffixe pour les noms d’agent » = japhug tɯrme« homme »)
A ce titre, le prohibitif tha55 est intéressant (example 1, Chen 2006:114)

(1) a55xoŋ55 tha55 ka35
cru NEG manger
« Il ne faut pas manger d’aliments crus. »

Ce marqueur fait immédiatement penser au prohibitif qui se trouve dans beaucoup de langues trans-himalayennes (mais pas le tibétain et le rgyalrong), comme en tangoute 𘅇 1734 tji¹ < *tja¹, où il est homophone du verbe "poser" (japhug ta). Le STEDT considère en effet ce mot tujia comme un réflexe de cet étymon. La voyelle pose toutefois problème; devant dentale, on attendrait un -i.

Toutefois, on remarque que ce marqueur de prohibitif dérive en fait d’un verbe existentiel négatif tha55 (au futur thai35, au perfectif thau35), illustré par l’exemple suivant (Chen 2006:95-96) par une très banale grammaticalisation.

(2) lai53 lau21tshi21 thai35
aujourd’hui soleil ne.pas.avoir:FUT
« Aujourd’hui il n’y aura plus de soleil. »

A moins de supposer donc (i) que le changement *-a > -i après dentale n’a pas eu lieu dans ce mot (pour une raison à préciser) et (ii) que ce marqueur de prohibition a pu être dégrammaticalisé, pour devenir un verbe existentiel négatif, il est donc peu vraisemblable d’imaginer que, malgré la ressemblance superficielle de ce préfixe avec son équivalent en lolo-birman, il y soit apparenté. Même si j’ignore l’étymologie de l’existentiel négatif tha55 (mais aussi celle des mots tujia non empruntés au chinois dans leur très grande majorité), ce cas illustre à quel point il est dangereux et contre-productif de pratiquer l’étymologie à partir de listes de mots, sans s’intéresser à la grammaire et l’histoire détaillée de chaque mot.

Références
陈康 2006. 土家语研究。北京:中央民族大学出版社

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le prohibitif en tujia," Panchronica, 28/10/2017, http://panchr.hypotheses.org/2030 (ISSN 2494-775X)

L’impératif en tangoute

Il existe un encodage unicode pour les caractères tangoutes, ainsi qu’une police libre créée par Jing Yongshi 景永时, téléchargeable sur le site d’Andrew West. Le tableau de correspondances avec les numéros de référence du dictionnaire de Li Fanwen permet une conversion facile avec les données qui ont été insérées dans les polices pré-unicodes (ce site est aussi très utile).

Malheureusement, l’interface de hypothèses ne permettant pas d’utiliser la police unicode du tangoute, je n’ai que peu écrit sur ce blog à propos de cette langue: j’en suis réduit à insérer des images pour inclure des caractères tangoutes. Voici un premier billet à titre de test.

Le statut des suffixes d’indexation en tangoute est un sujet très controversé (voir cet article et les références mentionnées dans ce billet). Une question débattue, en particulier, concerne le caractère obligatoire ou optionnel des suffixes d’indexation. Dans cet article, j’ai affirmé que les suffixes d’indexation étaient obligatoires, et que les exceptions apparentes étaient dues aux formes converbiales. En particulier, avec le thème B (qui n’apparaît que dans les formes finies de verbes transitifs, avec un sujet de 1SG ou 2SG, et un objet de troisième personne).

Il existe toutefois une autre catégorie d’exceptions apparentes que j’avais laissées de côté pour une autre publication: les formes impératives.

En tangoute, les formes à l’impératif avec un sujet de seconde personne (et un objet à la troisième) peuvent être suffixée en 𘉞 -nja² (2SG) ou en 𗐱 -nji² (1/2PL) comme les autres formes finies. Au singulier, on trouve le thème B pour les verbes qui permettent cette alternance. Néanmoins, il existe bien des exemples de phrases à l’impératif avec le thème B, mais sans suffixe d’indexation, comme les exemples (1) et (2) ci-dessous:

On remarque qu’en (1), le verbe ‘donner’ a le thème B 𘎾 khjɨj¹ (le thème A khjow¹ se trouve en (2); il s’agit d’un verbe très irrégulier, dont l’histoire est compliquée; les formes remontent à *kham et *khim en pré-tangoute — le cognat japhug kʰo « donner, passer » est une Rückbildung basée sur le thème III kʰɤm), alors que l’on ne trouve pas de suffixe -nja², et d’autre part que l’objetdoit normalement être de 1sg (mais ici j’imagine qu’il s’agit d’un calque du chinois — le texte employant le nom 𗂸 bji² « fonctionnaire » à la place d’un pronom, le traducteur a choisi une forme 2sg>3).

Dans l’exemple (2), on a une situation similaire, mais ici on emploie des verbes à une forme invariable suivis de l’auxiliaire « faire » .wjo¹ au thème B, là aussi sans suffixe d’indexation -nja².

Il est donc manifeste que les suffixes d’indexations sont optionnels au moins à l’impératif. Cette observation est néanmoins peu surprenante d’un point de vue rgyalronguique. Dans les langues rgyalrong, l’impératif est isolé parmi les formes finies, par l’absence d’indexation préfixale de deuxième personne. Ainsi, l’impératif 2sg>3 du verbe ndza « manger » en japhug tɤ-ndze comprend le préfixe directionnel – et le thème III du radical |ndze| (utilisé pour les formes à sujet singulier et objet de troisième personne), mais pas le préfixe de seconde personne tɯ-, que l’on trouve sur toutes les autres formes finies de second personne (comme par exemple l’imperfectif 2sg>3 tu-tɯ-ndze avec un préfixe directe et un préfixe de second personne).

Ce sont donc plutôt les formes à l’impératif ayant un suffixe d’indexation qui sont anormales, et qui doivent être analogiques des autres formes finies. Des exemples tels que (1) et (2) ne peuvent démontrer à eux seuls l’optionalité des suffixes d’indexation en général.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’impératif en tangoute," Panchronica, 27/10/2017, http://panchr.hypotheses.org/2015 (ISSN 2494-775X)

Un effondrement silencieux

Dans la dernière lettre de l’institut des sciences humaines et sociales du CNRS (p.20), j’écrivais un bref article destiné au grand public où je me lamentais de l’effondrement rapide de la diversité linguistique dans le monde. Cet effondrement n’est malheureusement que l’un des symptômes d’un mal plus général, qui concerne aussi, et en premier lieu, la biodiversité. Dans un article qui vient de paraître dans le journal PLOS One, une équipe de chercheurs documentent la diminution dramatique de 75% des insectes dans les zones non-agricoles censées être protégées au cours des trente dernières années en Allemagne (comme cette semaine est celle du libre accès — voir par exemple à cette occasion ce billet d’Alexis Michaud à propos de Language Science Press — saluons au passage le fait que cette revue soit en accès libre et permette donc à un large public de lire directement les résultats de ces recherches).

Même si une étude comparable n’a peut-être pas encore été menée en France (on peut espérer qu’elle le soit rapidement), il est probable, étant donnée la proximité des climats et des pratiques agricoles intensives, que ces chiffres soient proches de la situation française, d’autant que ceux qui sont nés avant les années 90 peuvent avoir le souvenir d’une époque où les insectes étaient visiblement plus nombreux dans les campagnes.

J’ignore si le plus effrayant est cette nouvelle elle-même, où l’absence complète de réaction qu’elle suscite auprès du public, des hommes politiques censés s’occuper d’écologie, et des partis dont le nom contient les adjectifs « vert » ou « écologiste ». Il est à craindre que la prédiction d’un printemps silencieux dans les années 1960 ne devienne très vite réalité, avec toutes ses conséquences logiques.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Un effondrement silencieux," Panchronica, 26/10/2017, http://panchr.hypotheses.org/1989 (ISSN 2494-775X)

La réception du système de Baxter-Sagart : premier bilan

Depuis sa parution en 2014, le livre de Baxter et Sagart, lauréat du prix Bloomfield, a été l’objet d’une vif débat.

Une conférence dont l’intégralité peut être écoutée sur youtube a porté sur ce livre, et un nombre important de compte-rendus et de réponses à ceux-ci sont parus. Comme le débat commence à devenir touffu et difficile à suivre, il m’a paru utile de présenter la liste des CRs et des réponses.

Parmi ceux-ci, Goldstein (2015) et Ma Kun (2017) sont les plus positifs, Starostin (2015) et Hill (2017) sont relativement sympathiques, tandis que Schuessler (2015), Harbsmeier (2016) (voir aussi la vidéo) et surtout Ho (2016) sont hostiles. Deux articles déjà parus, Jacques (2017) à propos de l’interprétation du buyang et List et al.(2017) concernant la pureté des voyelles dans les rimes (das Vokalreinheitsgebot), répondent sur des points spécifiques du CR de Ho (2016) (les lecteurs de ce blog peuvent se faire un avis par eux-mêmes; je peux fournir le PDF de Ho 2016 sur demande). Baxter et Sagart (2017), qui est sur le point de paraître, répond à Schuessler (2015).

Lai Guolong (2017) contient un commentaire de Pan Wuyun sur OCNR, qui malheureusement illustre à quel point la linguistique néo-grammairienne a été vaincue par la « diffusion lexicale » en Chine: « 在新语法学派的假设下,音变是线性的——一个音段p在条件C下,在某一时代毫无例外地变为p1。但我们发现,许多音会发生非线性音变——音p在相同条件C下,有的变成p1,有的变成p2。[…………]前人已经注意到了这一现象,并试图通过“词汇扩散理论”、“竞争性音变”等理论来解释(王士元、潘悟云等);总之,必须对新语法学派假设进行修正,尤其要重视非线性音变的发生条件。从这个角度看,白-沙体系的构拟有一些混乱之处,其可能原因之一就是没有考虑到非线性音变。 », je traduis rapidement: « D’après l’hypothèse néogrammairienne, les changements phonétiques sont linéaires (= « déterministes ») — le segment p dans le contexte C, à un moment donné donne sans exception p1. Mais on se rend compte que de nombreux sons subissent des changements non-linéaires– un son p dans le même contexte C peut soit devenir p1, soit p2. Ce phénomène a été remarqué par des chercheurs tels que William S. Wang et Pan Wuyun, qui ont essayé de les expliquer au moyen des théories de la diffusion lexicale et de la compétition des changements phonétiques. En résumé, il est nécessaire de corriger l’hypothèse néogrammairienne, et en particulier de porter attention aux contextes dans lesquels les changements phonétiques non-linéaires se produisent. De ce point de vue, les points confus du système Baxter/Sagart sont peut-être dus au fait qu’ils n’ont pas considéré les changements phonétiques non-linéaires. »

Ce passage se passe de commentaire, car il est difficile de débattre avec ceux qui abandonnent les lois phonétiques sans exceptions. Je ne peux que référer les lecteurs de ce blog à l’article de Nathan W Hill (voir aussi ce billet). J’y reviendrai dans un article futur, mais je pense que le manque de succès de la linguistique néogrammairienne en Chine (et aussi dans l’école de Matisoff) est dû au fait que les linguistes chinois (et les matisoviens) étudient peu les langues à morphologie complexe, et n’ont donc pas une conscience aussi aiguë de la nécessité de l’analogie que les indo-européanistes — or la doctrine néogrammairienne est autant basée sur l’analogie que sur les changements phonétiques.

======================
Goldstein, David (2015) Review of: William H. Baxter, Laurent Sagart. Old Chinese. BSOAS, 78(2):413-414. lien

Starostin, Georges (2015) Review of: William H. Baxter, Laurent Sagart. Old Chinese. A New Reconstruction. Oxford: Oxford University Press, 2014. Journal of Language Relationship, 13/4, 2015, pp. 383-389. lien

Schuessler, Axel (2015) New Old Chinese. Diachronica 32(4): 571–598.

Ho, Dah-an. (2016) Such errors could have been avoided. Review of “Old Chinese: A new reconstruction” by William H Baxter and Laurent Sagart. Journal of Chinese Linguistics 44(1): 175–230.
(il existe une version en chinois 這樣的錯誤不該有―評白一平、沙加爾的《上古音新構擬》 qui n’est pas parue apparemment)

Christoph Harbsmeier (2016) Irrefutable Conjectures. A Review of William H. Baxter and Laurent Sagart, Old Chinese. A New Reconstruction, Monumenta Serica, 64(2): 445-504 lien

Hill, Nathan W. (2017) Old Chinese: A New Reconstruction.Archiv Orientální 85(1): 135-140. lien

Jacques, Guillaume 2017. On the status of Buyang presyllables: A Response to Professor Ho Dah-An
Journal of Chinese Linguistics 45(2): 451-457. lien (voir aussi ce billet)

List, Johann-Mattis et al. 2017 Vowel purity and rhyme evidence in Old Chinese reconstruction, Lingua sinica (2017) 3: 5 lien

Baxter, William H. and Laurent Sagart 2017. Old Chinese reconstruction: A response to Schuessler. Diachronica 34(4)

马坤 2017 史比较下的上古汉语构拟——白一平、沙加尔(2014)体系述评,《中国语文》4期 496-509 lien

来过龙 2017 多维视野下的上古音研究《文汇学人》
lien1 lien2

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La réception du système de Baxter-Sagart : premier bilan," Panchronica, 20/10/2017, http://panchr.hypotheses.org/1990 (ISSN 2494-775X)

Une trace du suffixe de réfléchi en rgyalronguique?

Parmi les langues à morphologie complexe de la famille sino-tibétaine, la branche rgyalronguique est la seule dans laquelle on ne trouve aucune trace apparente du suffixe de réfléchi, attesté non seulement en kiranti, en dulong-rawang et en kham, mais peut-être même en chinois et en tibétain.
A la place, les langues rgyalronguiques ont innové des préfixes comme le Japhug ʑɣɤ- dont l’origine est encore (presque) transparente.

Comme le rgyalronguique est par ailleurs assez clairement conservateur du point de vue morphologique, l’absence complète de toute trace de ce suffixe bien représenté est assez surprenante, et invite à en rechercher des traces potentielle. A quoi pourraient-elles ressembler? Il pourrait s’agir de paires où un verbe transitif a une contrepartie intransitive avec un suffixe -z ou même -t (du fait du changement « sporadique » encore mal compris de *-s > -t, voir ce billet).

Gong Xun présente dans sa thèse (en cours d’écriture) des arguments comparatifs convaincants pour considérer que le m de mɟa « ramasser, trouver » provient de la nasalisation d’un ancien *w (je n’en dis pas plus tant que sa thèse n’est pas publiée), et compare à l’intérieur du japhug le verbe intransitif βɟɤt « obtenir » (la syntaxe de ce verbe est un sujet non trivial, il peut prendre certains type de semi-objets, mais est morphologiquement intransitif). Cette suggestion me semble correcte; le sujet intransitif de βɟɤt correspond au sujet transitif de mɟa, c’est donc une sorte d’antipassif (que je pourrais rajouter à la liste de cet article), une dérivation qui pourrait s’expliquer comme la forme atrophiée d’un suffixe *-s (d’un plus ancien *-si?) ayant subi le changement vers -t. Si effectivement la paire mɟa « ramasser, trouver » / βɟɤt « obtenir » est une trace du suffixe de réfléchi, nous devrions pouvoir en trouver d’autres traces ailleurs en rgyalronguique.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Une trace du suffixe de réfléchi en rgyalronguique?," Panchronica, 15/10/2017, http://panchr.hypotheses.org/1981 (ISSN 2494-775X)

Les paradigmes négatifs en khaling

Dans mes publications précédentes sur le khaling (en particulier celle-ci et celle-là), les paradigmes négatifs n’avaient pas été inclus, car leur formation est pour l’essentiel assez prédictible: ils prennent un préfixe mu- (aux formes finies sans préfixe de seconde personne / inverse ʔi-, y compris l’impératif) ou mʌ- (aux formes ayant un préfixe ʔi- au positif et aux formes infinitive et participiales) et au passé, le suffixe -t- du passé est remplacé par le -w- de l’irréel (voir p 1102 de Jacques et al. 2012; comme je l’indique dans cet article, ce -w- est apparenté au verbe « être » du limbou).

En travaillant avec Benoît Sagot sur l’analyseur morphologique du khaling, je me suis rendu compte que les règles ci-dessus n’étaient pas suffisantes pour certaines formes. En effet, dans les cas des verbes à syllabe ouvertes, on a au passé des formes -tnu -त्नु au lieu de -tɛnu -त्यनु à l’intransitif 2pl et 3pl, comme l’illustre le paradigme suivant du passé (tirés de Jacques et al 2012:1124) de |je| ‘venir’ (vers le bas):

1sg jeŋʌtʌ
1di jêjti
1de jêjtu
1pi jektiki
1pe jektʌkʌ
2sg ʔijā:tɛ
2du ʔijêjti
2pl ʔijā:tnu
3sg jā:tɛ
3du jêjti
3pl jā:tnu

Les formes analogiques jā:tɛnu et ʔijā:tɛnu pour les 3pl et 2pl sont toutefois utilisées par certains locuteurs.

Si le négatif des formes autres que 2pl et 3pl peuvent se former selon la procédure indiquée ci-dessus, les 2pl et 3pl sont plus problématiques, puisque la forme attendue †jā:wnu contreviendrait à la phonotactique du khaling. Je n’avais pas noté cette forme dans mes cahiers de terrain, mais elle est heureusement attestée à plusieurs reprises dans cette histoire (enregistrée, transcrite et traduite par Aimée Lahaussois), qui a mujânwɛ मुया:न्‍व्य « ils ne sont pas descendus » (noté mujaːnwɛ, S77, S79, S83 etc). Notons que le conteur de cette histoire fait partie des gens qui disent jā:tɛnu pour la 3pl (et qui pourtant n’a pas formé un négatif †jā:wɛnu!).

La forme mujânwɛ est intéressante, car le ton tombant vient de la chute d’une voyelle haute, ici de toute évidence *u, donc d’un plus ancien *mu-jā:-nu-wɛ, autrement dit, d’une forme où le suffixe de pluriel –nu se positionnait avant le –; on a déjà observé de tels changements dans l’ordre des suffixes (notamment dans le paradigme des verbes réfléchis), et ils sont tout à fait attendus était donné l’origine des verbes bipartites en kiranti.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les paradigmes négatifs en khaling," Panchronica, 09/10/2017, http://panchr.hypotheses.org/1975 (ISSN 2494-775X)

L’étymologie du nom « année » en rgyalronguique

Une des innovations communes au sous-groupe du birmo-rgyalronguique comprenant les langues autres que lolo-birmanes que l’on pourrait appeler « na-gyalronguique » est le nom de l’année correspondant au /pa/ que l’on trouve en japhug tɯ-xpa « une année » et pakuku « tous les ans » (voir cet article). L’étymologie de ce nom est donc importante pour comprendre la classification des langues de ce groupe.

L’usage du verbe pa « faire » dans l’exemple (1) peut contribuer à cette question.

(1) tɕiʑo ni kɤ-amɯfse-tɕi nɤ jinde kɯβdɤsqi ɯ-ro to-pa.
1DU DU PFV-se.reconnaître-1DU LNK maitenant quarante 3SG.POSS-reste IFR-faire
« Cela fait plus de quarante ans que nous nous connaissons. » (voir ce texte)

L’exemple (1) signifie littéralement « Après que nous nous ayons fait connaissance, plus de quarante (ans) se sont passés. »

L’emploi du verbe pa « faire » pour le sens de « s’accomplir » à propos d’une certaine unité de temps suggère que le nom « année » pourrait dériver de cet emploi spécifique de ce verbe (avec lequel il est homophone dans les langues considérées), « (unité de temps) accomplie » => « année ». La difficulté que j’entrevois avec cette idée est le fait que le nom correspondant à /pa/ s’emploie dans les langues autre que rgyalrong pour des adverbes de temps tels que « cette année », « l’année dernière » ou « l’année prochaine », et pas pour les mesures d’années « un an », « deux ans » etc.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’étymologie du nom « année » en rgyalronguique," Panchronica, 24/09/2017, http://panchr.hypotheses.org/1971 (ISSN 2494-775X)

« Oublier » et « se rappeler »

Le bantawa |mitt| ‘to think, remember’ et le yakkha |mit| ‘remember’ reflètent une racine verbale *mit « se rappeler » en proto-kiranti, pour laquelle je n’ai pas suggéré de correspondant extra-kiranti dans cet article.

En rgyalronguique, le japhug jmɯt ‘oublier’, le situ jmə̂s et le khroskyabs lmə̂ (voir la thèse de Lai Yunfan) reflètent une racine proto-rgyalronguique dont la reconstruction approximative doit être *lmîs « oublier ». La possibilité d’une comparaison entre les deux étymons ne me paraît pas impossible, même si elle soulève plusieurs questions: la correspondance du *-s final du rgyalronguique (le japhug -t est secondaire, voir la discussion dans ce billet) au -t du kiranti, et bien entendu la correspondance sémantique. Voir aussi cette entrée du STEDT qui rassemble des mots dont certains sont probablement apparentés, commele jinghpo myìt « penser, pensée » (le sens originel).

Dans les langues ayant des préverbes d’origine adverbiale, comme l’indo-européen ancien, il est tout à fait possible de passer de « se souvenir » à « oublier » par l’ajout d’un préverbe; ainsi, le sanskrit a vismarati « il oublie » dérivé de smarati « il se souvient ». Parfois, des préverbes apparentés ont des effets opposés dans des langues distinctes, comme l’illustre l’exemple amusant du tchèque zapomenout « oublier » au regard du russe запоминать « se rappeler ».

En rgyalronguique, le verbe « oublier » s’emploie par exemple en japhug avec un préverbe dont l’un des usage est le mouvement centrifuge (nɯ-, voir dans cet article); par ailleurs, notons que le sens de « se rappeler » est exprimé par un mot dérivé d’un emprunt au tibétain (ɕɯftaʁ) qui ne peut donc pas être bien ancien. Il est donc loisible de considérer la possibilité qu’à un stade plus ancien le même verbe s’employait pour les deux sens, avec « oublier » lorsqu’on lui mettait le préfixe centrifuge, et « se souvenir » avec le préfixe centripète (en pseudo-japhug *ka-jmɯt), le second ayant donc été perdu dès le proto-rgyalronguique. La différence de sens entre rgyalronguique d’une part, et kiranti d’autre part peut donc s’expliquer par une innovation rgyalronguique.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "« Oublier » et « se rappeler »," Panchronica, 23/09/2017, http://panchr.hypotheses.org/1966 (ISSN 2494-775X)

Un nouveau cognat entre japhug et chinois?

La liste des cognats entre langues rgyalronguiques et chinois n’est pas très étendue, et il est rare de trouver de nouveaux cognats (il en va de même d’ailleurs avec le tibétain, à propos des cognats avec lequel j’ai consacré ce billet et celui-ci).

Le japhug ɕlɯɣ ‘laisser tomber (par erreur) 失手’ a des cognats en situ ɕlə̂k et en khroskyabs slɑ́ɣ / slə̂ɣ « laisser tomber » (Lai 2007:276). Il s’agit d’un causatif lexicalisé du verbe lɯɣ « se détacher, s’échapper, glisser » (comme par exemple un chien qui se détache sans vraiment faire exprès, un couteau qui dérape etc — pour la version volitionnelle il faut dire ʑɣɤ-sɯɣ-lɯɣ « se détacher » avec le causatif régulier et le réfléchi).

Les verbes ɕlɯɣ et lɯɣ me semblent candidats à une comparaison avec le chinois 失 ɕit « perdre » dont la reconstruction en chinois archaïque pourrait être soit *lhit, soit *lhik; si la comparaison est correcte, c’est la deuxième option qu’il faut choisir (avec une correspondance phonétique identique à celle de « pou » zrɯɣ – 虱 ʂit < *srik). Cette comparaison soulève la question de l'origine de la latérale sourde *lh: s'agit-il d'une trace de préfixe causatif (et donc 失 serait cognat de la forme dérivée ɕlɯɣ) ou y a-t-il une autre raison? Notons que 失 appartient à une famille de mot comprenant des formes avec latérale sonore tels que 佚逸 yit < *lik, « se laisser aller, s’échapper » et dont le sens semble bien comparable à celui de lɯɣ. Il s’agit peut-être d’un cas où une paire morphologique est partagée par le chinois et le rgyalronguique (ce qui ne veut pas dire que les deux formes sont forcément héritées — il pourrait s’agir aussi de formation parallèles même si la forme de base est cognate).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Un nouveau cognat entre japhug et chinois?," Panchronica, 07/09/2017, http://panchr.hypotheses.org/1951 (ISSN 2494-775X)

Carnet de recherches d'un linguiste de terrain