Archives par mot-clé : linguistique de terrain

Comment écrire une thèse de linguistique (1)

Ce billet s’adresse aux étudiants qui écrivent ou se destinent à écrire une thèse en linguistique descriptive, en typologie ou en linguistique historique. Les suggestions qui suivent ne s’appliquent pas à d’autres domaines, comme la phonétique ou la linguistique informatique.

(1) Travail préparatoire
En complément des connaissances en linguistique et en langues indispensables pour envisager une thèse dans ce domaine, il peut être avantageux pour le doctorant ou le futur doctorant d’acquérir un minimum de formation en informatique et dans des domaines annexes.

Tout d’abord, je conseille fortement aux doctorants d’apprendre à utiliser LaTeX pour rédiger leur mémoire de M2 et leur thèse. Si l’usage de LaTeX était confidentiel en linguistique il y a seulement dix ans, depuis qu’il est possible d’utiliser Unicode (avec XeTeX), de plus en plus de linguistes de terrain s’en servent, et la grande majorité des bonnes revues de linguistiques (au moins celles éditées par Mouton de Gruyter, Benjamins et Brill) acceptent les soumissions en LaTeX. Les avantages d’utiliser LaTeX plutôt qu’un traitement de texte sont tellement nombreux qu’il est difficile de les énumérer, mais en particulier:
(a) Avec le package gb4e, il est possible d’aligner automatiquement les exemples glosés, ce qui représente un gain de temps considérable pour quasiment tous les articles de linguistiques, surtout ceux qui portent sur la morphosyntaxe.
(b) Les références croisées, la bibliographie et l’index sont générés automatiquement sans le moindre surcroît de travail (et se modifient sans risque d’erreur).
(c) Avec le package tikz, il est possible de concevoir des figures compliquées avec un effort relativement minime.
(d) Pour les utilisateurs plus avancés, il est possible de combiner LaTeX avec des langages de programmation ou avec R.
Pour les doctorants intéressés étudiant à Paris, Thomas Pellard offre une formation LaTeX à l’INALCO au premier semestre.

Ensuite, pour ceux qui s’intéressent à la morphologie (notamment les linguiste de terrain décrivant des langues à morphologie lourde), il existe des outils tout faits pour générer ou analyser des paradigmes; si l’on peut y parvenir avec des langages tels que Python et Perl (dont la connaissance peut être utile pour tout linguiste), les transducteurs (par exemple XFST) permettent d’appliquer la quasi-totalité des alternances morphonologiques imaginables à des formes abstraites (à l’exception de la réduplication, car ils sont limités aux expressions régulières strictes). Ecrire un programme pour générer des paradigmes (comme je l’ai fait pour le khaling) a l’avantage, outre d’apporter au linguiste un gain de temps considérable, de s’assurer que l’analyse proposée est correcte, ce qui est difficile, voire impossible à faire à la main.

Enfin, des connaissances en mathématiques, en particulier en probabilité et statistique et en théorie des langages formels et automates, peuvent s’avérer très utiles même pour les linguistes typologues / diachroniciens.

(2) Choisir un sujet de thèse
Le choix du sujet de thèse est crucial, et il est préférable de le choisir en concertation avec le directeur pressenti et l’équipe dans laquelle le doctorant souhaite s’insérer. Il faut savoir non seulement éviter les sujets de thèse catastrophiques, mais également déterminer un sujet optimal adapté à soi-même en particulier, en fonction de ses compétences, de ses intérêts, de la faisabilité du projet et de l’intérêt qu’il suscite dans l’équipe. Dans la plupart des disciplines, en particulier en mathématiques, les doctorants ne choisissent pas eux-mêmes leur sujet de recherche.

En linguistique, il devrait en être de même, à une exception près: pour les linguistes de terrain, il est possible de choisir soi-même la langue sur laquelle on souhaite travailler (même si son directeur ou les autres membres de l’équipe ne connaissent aucune langue du même groupe) à condition d’avoir un minimum de garantie concernant l’accès au terrain — il serait suicidaire de choisir pour une thèse une langue inétudiable soit parce que la région étudiée est fermée aux étrangers, soit parce qu’il s’agit d’une zone de guerre ou que la communauté ne souhaite pas partager sa langue.

La description grammaticale d’une langue non-décrite est un sujet possible, qui permet au doctorant de se former en même temps dans tous les domaines de la linguistique, de la phonologie à la pragmatique. Evidemment, décrire exhaustivement une langue inconnue en trois ans est impossible, même pour le plus doué des linguistes, et la faisabilité dépend de la langue et de la communauté, en particulier la facilité à collecter des textes: le don de raconter des histoires de façon cohérente n’est pas donné à tous les informateurs, et il faut donc choisir judicieusement les personnes avec qui travailler.

Toutefois, la rédaction d’une grammaire de référence n’est pas le seul sujet de thèse possible: en fonction des intérêts du doctorant et de son directeur de thèse, combiner terrain, philologie, linguistique historique et typologie me semble également une bonne façon de procéder. Ces quatre disciplines sont en effet complémentaires:

(a) La linguistique de terrain offre au doctorant d’avoir des données originales, qui peuvent lui évitent l’écueil de ressasser inlassablement les mêmes données. C’est aussi l’occasion de découvrir des faits intéressants inattendus, et d’ouvrir son esprit sur des domaines de la linguistique nouveaux (dans mon cas par exemple, j’avoue n’avoir commencé à m’intéresser à la syntaxe qu’à partir du moment où j’ai effectué mon premier terrain sur le japhug — or, c’est maintenant mon sujet de recherche principal).
(b) Il est possible également d’apporter de nouvelles données en étudiant des textes (en particulier des documents inédits) dans des langues anciennes ou disparues. Dans certaines disciplines, comme les études indo-européennes ou sémitiques, la quasi-totalité des linguistes sont en même temps philologues, alors que la linguistique de terrain a un rôle plus marginal.
(c) La typologie permet au descripteur de langue (qu’il soit chercheur de terrain ou philologue) de ne pas commettre des erreurs élémentaires dans sa description, et aussi de déterminer quels phénomènes sont rares, et lesquels sont plus courants (ce qui est bien entendu capital ensuite pour le choix de sujets sur lesquels écrire des articles).
(d) La diachronie permet d’expliquer les irrégularités dans la morphologie, de rendre compte de certaines constructions syntaxiques étranges. En outre, selon la langue étudiée, la contribution des données collectées par le doctorant soit à la typologie des changements linguistiques soit à la reconstruction de la proto-langue et à l’éclairage qu’elle offre sur les langues voisines, mérite d’être valorisée dans la thèse.

La thèse doit être pour le doctorant non seulement l’occasion de contribuer à la linguistique, mais aussi de se former et d’acquérir le plus de nouvelles connaissances possible. A ce titre, il me semble plus formateur de se spécialiser sur une langue que d’effectuer des recherches superficielles sur un grand nombre de langues. Je ne conseille pas, pour une thèse de linguistique, un travail de typologie pure basé exclusivement sur des données de seconde main. En effet, l’expérience montre que les linguistes qui n’ont pas effectué de terrain approfondi pendant leur thèse parviennent très rarement ensuite à s’y mettre, alors que les linguistes de terrain et les philologues n’ont aucun mal à écrire des articles de typologie.

(à suivre)

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Comment écrire une thèse de linguistique (1)," Panchronica, 31/03/2016, https://panchr.hypotheses.org/979 (ISSN 2494-775X)

Dictionnaire khaling: la version népalaise enfin parue

La version papier népalaise du dictionnaire Khaling-népali-anglais a été publiée par le किरात खालिङ राई उत्थान संघ (Kirat Khaling Rai Development association):

khaling_zabdakoS

Cette version diffère de celle publiée sur internet: outre l’adaptation au format A5, elle ne contient que la version en dévanagari des paradigmes verbaux. Il coûte 350 roupies, prix qui reste abordable pour les habitants des villages.

Quand j’ai commencé l’étude du khaling en 2011, frappé par la complexité du système verbal, j’ai décidé de concevoir l’équivalent d’un “Bescherelle” pour le khaling; c’est maintenant chose faite!

Le siuslaw : une langue mal documentée

La lecture des travaux du siècle dernier sur des langues maintenant disparues est souvent instructive pour les linguistes de terrain actuels, à la fois par les informations précieuses qu’ils contiennent, mais aussi par leurs limitations, qui nous invitent à mieux faire.

Le siuslaw, langue (isolée?) de la côté de l’Orégon, dont la documentation est essentiellement limitée aux Lower Umpqua Texts: And Notes on the Kusan Dialects et à l’esquisse grammaticale de Frachtenberg (aussi disponible ici), me semblait une langue relativement mieux documentée que d’autres langues de la région. Cela jusqu’à ce que je lise l’introduction du volume de texte, où Frachtenberg écrit:

The collection of these texts was accomplished under great difficulties […] Louisa’s advanced age rendered her practically useless as a narrator. […] I was forced to resort to her husband’s services as a narrator. Since he was not familiar with the traditions of the Lower Umpqua Indians, the following procedure had to be adopted. He was asked to obtain from his wife, through the medium of Chinook jargon, such stories, and in such form, as she could remember, and to retell them to me in English. I then arranged the facts in what seemed to be the most likely consecutive order, whereupon William was instructed to dictate these facts in the Lower Umpqua language, – a task which at times was too much for his limited intelligence [sic!].”

Autrement dit, l’essentiel du corpus est retraduit de l’anglais, raconté par un locuteur non-natif qui rapportait des traditions qu’il ne connaissait pas lui-même (je passe sur la remarque concernant l’intelligence de son informateur). L’aspect relativement bien organisé des textes siuslaw est donc un artefact de la méthode choisie pour collecter les textes, et il n’est pas clair jusqu’à quel point ces documents sont une représentation fidèle de cette langue. Il eût peut-être mieux valu que F. enregistre les histoires, même décousues, de son informatrice locutrice native (en dépit des passages en jargon chinook), et éventuellement rajouter ensuite des émendations de son mari. Utiliser les textes que nous a laissés Frachtenberg pour faire de la typologie ou de la linguistique historique me semble assez risqué.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le siuslaw : une langue mal documentée," Panchronica, 22/02/2016, https://panchr.hypotheses.org/863 (ISSN 2494-775X)

Deux nouvelles thèses

Deux doctorantes du CRLAO, Gao Yang 高扬 et Rao Min 饶敏, ont soutenu avec succès leurs thèses respectivement sur la grammaire du menya (muya 木雅) et du guiqiong (贵琼).

La thèse de Gao Yang est la première monographie sur le menya (məɲɑ su): on ne disposait jusqu’ici que d’une liste de mots et d’un résumé de grammaire d’une quarantaine de pages. Contrairement aux travaux précédents, la description de la grammaire est basée sur un petit corpus d’histoires traditionnelles. J’ai moi-même travaillé un petit peu sur le menya au Sichuan (et aussi à Paris!); même si je n’ai jamais rien publié sur cette langue, mon travail avec des locuteurs (différents des informateurs de Gao Yang) a considérablement facilité la direction de cette thèse.

J’ai également suivi de près la thèse de Rao Min; j’ai rencontré par hasard la personne qui allait devenir son informateur principal à Dartsemdo (康定) en 2009, sur le chemin du retour de Mbarkham (à l’époque, à cause du tremblement de terre de 2008, il fallait passer par Dartsemdo puis par Rongbrag (丹巴) pour arriver à Mbarkham, soit un détour considérable, le trajet de Chengdu à Mbarkham prenant 14h au lieu de 7h!). J’ai décidé d’en profiter pour passer deux jours à Dartsemdo pour prospecter la région et chercher des locuteurs de langues locales. Suivant les conseils que Nicolas Tournadre m’avait donnés quelques années plus tôt, je me suis donc dirigé au bar tibétain le plus proche. Je me suis assis à une table à côté de quelqu’un qui buvait du chang tout seul. J’engage la conversation, et lui demande son lieu d’origine; il m’affirme être tibétain, mais ne pas savoir parler le “vrai” tibétain, car dans son village, on ne parle qu’un dialecte que personne ne comprend… aussitôt, j’entre en mode “linguistique de terrain”. C’était en fait un locuteur du guiqiong (par un hasard amusant, il s’appelle Gao Yang 高杨); il a affirmé ne pas parler la langue assez bien pour me l’enseigner, et m’a présenté à Du Xiaobing 杜小兵, un chanteur traditionnel renommé localement pour sa connaissance de la langue. C’est ce dernier qui est devenu l’informateur principal de Rao Min.

Les dictionnaires japhug et khaling

Les versions 1.0 des deux dictionnaires multimédia auxquels j’ai participé, le dictionnaire des verbes khaling-népali-anglais et le dictionnaire japhug-chinois-français, sont désormais disponibles sur le site de notre project ANR http://himalco.huma-num.fr/

Le dictionnaire khaling inclut les conjugaisons de chaque verbe, dans l’orthographe devanagarie et en API.

Ces dictionnaires ont chacun une version HMTL, une version PDF sans fichiers sons et une version avec fichiers sons, plus lourde (+200mo).

Les fichiers PDF simples des dictionnaires japhug et khaling sont disponibles sur ce site. Pour les versions pourvues de fichiers sons, voir les liens suivants pour le japhug et le khaling respectivement.

Les versions HTML peuvent être consultées sur à partir des liens suivants: japhug et khaling.

Tous les commentaires susceptibles d’améliorer ces dictionnaires sont bienvenus, car je compte continuer à travailler sur ces dictionnaires, à les compléter et à les corriger à l’avenir.

Mon terrain à Mbarkham

Je suis actuellement depuis une douzaine de jours à Mbarkham (Tibétain ‘bar-khams, chinois 马尔康 ma’erkang), une petite ville (env. 10000 habitants) de la région tibétaine de Rngaba au Sichuan, où je viens régulièrement depuis 2002 pour étudier le japhug et d’autres langues gyalrong. Le site d’hypothèse.org est accessible ici (contrairement à google, par exemple), et j’ai décidé d’écrire quelques billets sur ce blog à propos de mon travail de terrain.

Mbarkham est un endroit plutôt riche (surtout en comparaison avec les districts avoisinants, comme Ndzamthang) et assez modernisé — il n’est toutefois pas représentatif de l’ensemble de la région. Voici une scène de rue typique (je m’excuse pour mon piètre talent de photographe):

Les costumes traditionnels locaux sont toujours portés assez habituellement par les femmes mariées d’un certain âge (y compris mon informatrice principale, Tshendzin), mais les hommes et les jeunes filles sont habillés “à la chinoise”. Le chinois (mandarin standard et sichuanais) est la langue principale de cette ville. Le tibétain n’a jamais été réellement présent comme langue locale dans la région, mais toutes les boutiques dans la rue ont néanmoins leur nom écrit en chinois et en tibétain (avec des fautes, assez souvent), comme on peut le voir ci-dessus.

Dans le district de Mbarkham (qui fait environ cent km de long et 60 km de large), en plus du chinois et du tibétain, cinq langues sont parlées: le situ (langue locale de la ville de Mbarkham), le japhug, le tshobdun, le zbu et le khroskyabs. On peut entendre toutes ces langues parlées dans la rue, car des gens venant de toutes les campagnes de la région se sont établis à la ville.

Ces langues sont toujours parlées par les enfants, mais leur déclin est assez marqué en terme de connaissance du vocabulaire, d’aisance de l’expression et même simplement de la capacité à conjuguer les verbes correctement. Voici une photo prise devant une école:

On peut y lire “Parlez le chinois standard, écrivez correctement les caractères, soyez des gens civilisés”, ce qui en dit long de l’égard des autorités sur les langues locales (ceci dit, la France a encore beaucoup de progrès à faire en ce qui concerne la protection des langues minoritaires, notamment le breton et le basque). Les locuteurs des langues gyalronguiques ont été classés comme tibétains (pour des raisons religieuses), si bien que leurs langues, bien qu’aussi différentes du tibétain que le français l’est du russe, sont considérées comme des “dialectes tibétains”, y compris par les locuteurs eux-mêmes. Cela ne facilite guère la protection de ces langues, dont l’existence embarrasse d’ailleurs certains nationalistes tibétains.

Il est assez surprenant qu’étant donné l’immense intérêt des langues gyalrongs aussi bien pour la linguistique historique que pour la typologie, ces langues soient étudiées par aussi peu de gens. Alors qu’une véritable armée de linguistes étudient les dialectes chinois du nord par exemple (pourtant assez peu différents du mandarin standard), les chercheurs qui travaillent sérieusement sur les langues gyalronguiques (dont la diversité dépasse celle de tous les dialectes chinois mis ensemble) se comptent malheureusement sur les doigts de la main.

Deux étudiants m’ont accompagné cette fois: Gong Xun, qui travaille principalement sur le zbu pour sa thèse, et Zhang Shuya, qui vient just de commencer l’étude du dialecte situ de Bragdbar, assez différent du dialecte de Mbarkham qui est mieux décrit. Etant donné le travail harassant et souvent peu gratifiant que représente la documentation d’une langue à tradition orale (compilation d’un dictionnaire et d’un corpus de textes et rédaction d’une grammaire la plus complète possible), seul un travail en équipe peut permettre d’espérer pouvoir un jour décrire de façon satisfaisante ces langues vulnérables et leur donner une trace pérenne pour la postérité. Nous avons la chance de pouvoir encore travailler avec des locuteurs maîtrisant encore parfaitement leur langue (ceux qui ont actuellement plus de soixante ans, dont les parents ne parlaient pas chinois), mais ces conditions sont précaires et dans une vingtaine d’années, il est à craindre que nous ne pourrons plus trouver d’aussi bons locuteurs.

Ce blog n’est pas le lieu approprié pour entrer dans les détails concernant le contenu concret de mon travail cette année (essentiellement, travail sur des histoires enregistrées, et éclaircissement de certains points de grammaires). Une nouveauté de cette année toutefois: j’ai enfin réussi à recueillir des proverbes. Ni dans les histoires que j’ai enregistrées, ni dans les conversations que j’ai entendues ou enregistrées, je n’ai trouvé d’usage de proverbes, qui m’ont l’air en désuétude. J’ai à plusieurs reprises demandé à mes informateurs des exemples de proverbes, mais jusque là ils affirmaient les avoir oubliés. Cette année, j’ai fini par en trouver quelques uns, dont voici une petite sélection:

zdoŋbu kɯ tɯ-mɲaʁ mɤ-tɕhi, xɕɤndʑu kɯ tɯ-mɲaʁ tɕhi.
La poutre ne perce pas l’oeil, le brin d’herbe perce l’oeil.
= Les grands événements n’influencent pas la vie des gens, mais les petits événements peuvent faire du mal aux individus.

zrɯɣ nɯ-nɤmbɣaʁlaʁ rdɯl mɤ-tɕɤt
Lorsque le pou se roule par terre, il ne soulève pas la poussière
= Il n’y a rien de bien grave.

mdzadi tɤ-sɯqartsɯ tɕe tɯ-mɯ mɤ-ɕaβ
Aussi haut que la puce ne saute en donnant un coup avec ses pattes, elle n’atteindra pas le ciel.
= Aussi fort que tu sois, tu ne peux rien y faire.

tɯʑo tɯ-rŋa qambrɯ tɤ-ari kɯnɤ mɤ́-wɣ-nɯ-mto, tɯrme ra nɯ-rŋa zrɯɣ tɤ-ari kɯnɤ ɣɯ-mto.
Même lorsqu’on a un yak dans l’oeil on ne le voit pas, mais lorsque les gens ont un pou dans l’oeil on les voit.

PS: Si quelqu’un connait des équivalents de ces proverbes en tibétain ou d’autres langues locales, n’hésitez pas à m’en faire part.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Mon terrain à Mbarkham," Panchronica, 30/08/2015, https://panchr.hypotheses.org/426 (ISSN 2494-775X)

Mon travail sur le japhug (1)

La langue japhug est parlée dans la partie tibétaine du Sichuan (par moins de dix mille personnes); j’étudie la variété du village de Kamnyu, situé ici:

J’invite tout d’abord les lecteurs de ce blog à se faire par eux-mêmes une idée de la sonorité de cette langue en consultant le corpus japhug sur l’archive Pangloss.

Je travaille sur le japhug depuis 2002; mon travail consiste à collecter des histoires traditionnelles et des conversations, à compiler un dictionnaire multimédia (qui devrait paraître très bientôt sur le site Pangloss) et à analyser la grammaire de cette langue à travers des livres et des articles. Cette approche boasienne me semble la seule appropriée pour obtenir des données fiables en linguistique et en ethnologie sur les langues et les cultures de tradition orale menacées.

Voici une photographie de mes informateurs principaux, Tshendzin 陈珍 et Dpalcan 柏尔青, prise chez eux en 2012 (malheureusement je suis un piètre photographe). En plus de séjours de terrain presque tous les ans, je suis en contact téléphonique régulier avec eux et d’autres amis de la région.

IMG_0185

Quel est l’intérêt plus général de travailler sur une langue obscure, inconnue du grand public en Chine et même dans les régions tibétaines, où on la considère comme un dialecte bizarre du tibétain?

Tout d’abord, c’est le véhicule de la culture locale. Le corpus d’histoires traditionnelles et de films que j’ai recueilli (transcrit mais pas encore traduit) contient des descriptions originales de la faune et de la flore locale, ainsi que des informations d’un grand intérêt sur les techniques agricoles, de construction de maisons et de tissage.

Ensuite, c’est une langue dont la structure grammaticale est très particulière, voire unique au monde. Le japhug et quelques langues voisines sont les seules langues en dehors des Amériques à avoir un système d’accord de type direct-inverse, font partie des rares langues à la fois verbe-finales et majoritairement préfixantes, les seules langues de Chine à incorporation nominale et quasiment les seules langues d’Eurasie avec un antipassif qui ne soit pas en même temps moyen, autobénéfactif ou réfléchi. Le japhug est la seule langue au monde dont l’inverse marque aussi le générique du sujet transitif. Il a aussi un système très riche d’idéophones, qui donnent à cette langue une forme d’expressivité peu commune.

Enfin, c’est une langue qui présente des traits conservateurs parmi les langues sino-tibétaines du point de vue de la morphologie verbale et de la phonologie. Cette langue permet de mieux comprendre l’histoire de langues littéraires plus “importantes” comme le chinois et le tibétain. Son importance pour la reconstruction de l’histoire des langues sino-tibétaines est comparable à celle du sanskrit pour l’indo-européen. Mais si personne n’oserait se prétendre indo-européaniste sans connaître le sanskrit, le japhug et les autres langues gyalrongs sont malheureusement négligées par les linguistes.

C’est pour cette raison que j’essaie de mettre en place à Paris une équipe de spécialistes de langues gyalronguiques, comprenant pour le moment Lai Yunfan, spécialiste du Khroskyabs et Gong Xun du zbu. Espérons que nous parviendrons à terme à décrire de façon satisfaisante ces langues vulnérables, et à leur donner la place qu’elle méritent en linguistique historique et typologique. Peut-être qu’un jour la connaissance d’une langue rgyalrong, en plus du chinois et du tibétain, sera un pré-requis pour faire un doctorat en linguistique comparée du sino-tibétain, comme c’est le cas avec le sanskrit en indo-européen.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Mon travail sur le japhug (1)," Panchronica, 10/05/2015, https://panchr.hypotheses.org/264 (ISSN 2494-775X)