A propos de la loi de Meillet

La correspondance de l’arménien rk avec l’indoeuropéen *dw en initiale de mot, observation connue sous le nom de ‘loi de Meillet’, est l’un des cas les plus connus de correspondances phonologiques sans ressemblance phonétique de surface, souvent cité dans les manuels de linguistique historique. Néanmoins, la suite d’étapes intermédiaires menant de *dw à rk ne fait pas encore l’objet d’un consensus. Le problème n’est pas tant la présence d’une occlusive vélaire, puisque le *w passe régulièrement à g en arménien, mais le fait que cette vélaire est sourde. En effet, si les voisées simples de l’IE deviennent sourdes en arménien, ce changement a eu lieu avant *w > g, (sans quoi la correspondance serait *w : k).

Rémy Viredaz propose dans cet article la solution suivante:

*dw > *tw > *tkʷ > *rkʷ > rk

L’étape *dw > *tw ne pose aucun problème, car comme mentionné ci-dessus, les occlusives s’assourdissent régulièrement. *tw > *tkʷ serait un cas particulier du changement *w > *gʷ > g, reflétant le stade où *w et *gʷ ou ẉ et kʷ (en contact avec une obstruante sourde) étaient en variation libre.

A propos de l’étape *tkʷ > *rkʷ, toutefois, R. Viredaz reconnaît que ‘An exact parallel for this step has still not been found’.

Les langues tibétaines offrent cependant un bon exemple d’un changement de ce type. Le groupe écrit dk- du tibétain ancien était probablement prononcé d’abord *tə-k-, puis *tk-, car l’opposition de voisement est neutralisée en coda et comme premier élément de groupe de consonne, et l’écriture tibétaine note l’occlusive voisée dans tous les contextes à neutralisation. Ce groupe devient rk- (phonétiquement ʂk- ou ṛk-), se confondant avec l’ancien rk-, dans un grand nombre de langues modernes, y compris dans la couche principale des emprunts au tibétain en japhug (où dkon ‘rare’ par exemple devient rkɯn), le dialecte tibétain donneur ayant subi ce changement phonétique.

Cet exemple d’un changement phonétique tk- > rk-, se confondant avec l’ancien rk-, offre donc un parallèle à l’arménien, et évacue la dernière objection contre la suite de changements phonétiques proposée par R. Viredaz pour expliquer la loi de Meillet.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "A propos de la loi de Meillet," Panchronica, 18/10/2015, https://panchr.hypotheses.org/485 (ISSN 2494-775X)

Le verbe de mouvement ‘voler’ en sino-tibétain

On trouve dans les langues sino-tibétaines de nombreuses racines distinctes pour ‘voler’ (comme un oiseau), dont les trois principales peuvent être illustrées par:

(i) le tibétain ɴpʰur
(ii) le japhug nɯqambɯmbjom < (proto-gyalrong *mbjam)
(iii) le khaling |bʰer| (voir cet article pour plus d’explication sur cette notation)

Laquelle de ces trois racines a le meilleur potentiel d’être proto-sino-tibétaine?

La racine reflétée par le proto-gyalrong *mbjam (et attestée en lolo-birman, entre autres, peut-être une innovation birmo-qianguique) est probablement apparentée à 泛 phjomH (chinois archaïque *p[ro]m-s) ‘flotter’ selon le changement unidirectionnel flotter > planer > voler (je dois cette idée à Laurent Sagart).

La racine du khaling |bʰer|, malgré une distribution limitée (kiranti, tani et trung, voir le STEDT, où le tibétain ɴpʰur est inclus), me semble avoir un meilleur potentiel. On trouve en effet en tibétain bʲer ‘s’enfuir’, attesté par exemple dans l’exemple ci dessous qui provient de ce texte:

(1) | de’i tshe dge slong de dag gis sbrul chen po de’i gzugs de
mthong nas sngangs skrag ste| phyogs su ‘byer par ‘gyur ro|
Then after the form of that great snake is seen by those monks, they will be afraid and unable to breathe and (they) will flee in (all) directions.

Le changement voler > s’envoler > s’enfuir me semble tout à fait naturel, et lui aussi unidirectionnel (les lecteurs de ces blogs sont invités naturellement à proposer des exemples et contre-exemples dans les langues qu’ils connaissent).

En ce qui concerne le tibétain ɴpʰur et le chinois 飞 pjɨj (*Cə.pə[r]), je pense que l’hypothèse de verbes déidéophoniques est plus probable que celle d’héritage sino-tibétain (noter le japhug sɤphɤr ‘battre des ailes, secouer etc’). Le chinois 翩翩 phjien (*pʰe[n]), qui est aussi parfois comparé au tibétain ɴpʰur, est assez évidemment un idéophone.

Naturellement, il semble possible que la racine reflétée par le khaling |bʰer| soit aussi d’origne idéophonique, mais dans ce cas précis la présence d’une voisée initiale (ou probablement originellement prénasalisée, car selon moi c’est une des origines des voisées aspirées du khaling) suggère une dérivation déidéophonique plus ancienne.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le verbe de mouvement ‘voler’ en sino-tibétain," Panchronica, 16/10/2015, https://panchr.hypotheses.org/443 (ISSN 2494-775X)

Première rencontre avec le thulung

La semaine dernière Gong Xun, Lai Yunfan et moi avons étudié pendant une journée avec Chandra Thulung, qui est venue à Paris pendant deux semaines pour travailler Aimée Lahaussois, sur sa langue éponyme.

Nous avons pu confirmer l’observation d’Aimée selon laquelle dans la variété parlée par Chandra existe une opposition de longueur, dans des paires minimales telles que duŋi (‘boire’, 1pl.incl, Khaling tūŋki तु्ङ्‍कि) et du:ku (‘boire’, 1pl.excl, Khaling tūŋkʌ तु्ङ्‍क), dans ce cas par allongement compensatoire dû à la chute du ŋ dans un contexte particulier. Toutefois, la transcription de la longueur dans cette langue est d’une difficulté redoutable.

Les alternances vocaliques du verbe thulung sont riches et assez différentes de celles observées en khaling, par exemple le verbe ‘faire’ comprend pas moins de quatre radicaux différents (j’indique ici les formes du non-passé):

1sg beu
1du.incl botsi
1pl.incl bi:
3sg by:

On reconnaît ici la racine de ‘faire’ qui se trouve en japhug (pa) et en tibétain (bʲed, bʲas). Les alternances ci-dessus sont caractéristiques des verbes transitifs à racine à syllabe ouverte en *a dans cette langue, et résultent sans doute en partie de fusion avec l’ancien suffixe *-u de patient de troisième personne direct.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Première rencontre avec le thulung," Panchronica, 14/10/2015, https://panchr.hypotheses.org/436 (ISSN 2494-775X)

Mon terrain à Mbarkham

Je suis actuellement depuis une douzaine de jours à Mbarkham (Tibétain ‘bar-khams, chinois 马尔康 ma’erkang), une petite ville (env. 10000 habitants) de la région tibétaine de Rngaba au Sichuan, où je viens régulièrement depuis 2002 pour étudier le japhug et d’autres langues gyalrong. Le site d’hypothèse.org est accessible ici (contrairement à google, par exemple), et j’ai décidé d’écrire quelques billets sur ce blog à propos de mon travail de terrain.

Mbarkham est un endroit plutôt riche (surtout en comparaison avec les districts avoisinants, comme Ndzamthang) et assez modernisé — il n’est toutefois pas représentatif de l’ensemble de la région. Voici une scène de rue typique (je m’excuse pour mon piètre talent de photographe):

Les costumes traditionnels locaux sont toujours portés assez habituellement par les femmes mariées d’un certain âge (y compris mon informatrice principale, Tshendzin), mais les hommes et les jeunes filles sont habillés « à la chinoise ». Le chinois (mandarin standard et sichuanais) est la langue principale de cette ville. Le tibétain n’a jamais été réellement présent comme langue locale dans la région, mais toutes les boutiques dans la rue ont néanmoins leur nom écrit en chinois et en tibétain (avec des fautes, assez souvent), comme on peut le voir ci-dessus.

Dans le district de Mbarkham (qui fait environ cent km de long et 60 km de large), en plus du chinois et du tibétain, cinq langues sont parlées: le situ (langue locale de la ville de Mbarkham), le japhug, le tshobdun, le zbu et le khroskyabs. On peut entendre toutes ces langues parlées dans la rue, car des gens venant de toutes les campagnes de la région se sont établis à la ville.

Ces langues sont toujours parlées par les enfants, mais leur déclin est assez marqué en terme de connaissance du vocabulaire, d’aisance de l’expression et même simplement de la capacité à conjuguer les verbes correctement. Voici une photo prise devant une école:

On peut y lire « Parlez le chinois standard, écrivez correctement les caractères, soyez des gens civilisés », ce qui en dit long de l’égard des autorités sur les langues locales (ceci dit, la France a encore beaucoup de progrès à faire en ce qui concerne la protection des langues minoritaires, notamment le breton et le basque). Les locuteurs des langues gyalronguiques ont été classés comme tibétains (pour des raisons religieuses), si bien que leurs langues, bien qu’aussi différentes du tibétain que le français l’est du russe, sont considérées comme des « dialectes tibétains », y compris par les locuteurs eux-mêmes. Cela ne facilite guère la protection de ces langues, dont l’existence embarrasse d’ailleurs certains nationalistes tibétains.

Il est assez surprenant qu’étant donné l’immense intérêt des langues gyalrongs aussi bien pour la linguistique historique que pour la typologie, ces langues soient étudiées par aussi peu de gens. Alors qu’une véritable armée de linguistes étudient les dialectes chinois du nord par exemple (pourtant assez peu différents du mandarin standard), les chercheurs qui travaillent sérieusement sur les langues gyalronguiques (dont la diversité dépasse celle de tous les dialectes chinois mis ensemble) se comptent malheureusement sur les doigts de la main.

Deux étudiants m’ont accompagné cette fois: Gong Xun, qui travaille principalement sur le zbu pour sa thèse, et Zhang Shuya, qui vient just de commencer l’étude du dialecte situ de Bragdbar, assez différent du dialecte de Mbarkham qui est mieux décrit. Etant donné le travail harassant et souvent peu gratifiant que représente la documentation d’une langue à tradition orale (compilation d’un dictionnaire et d’un corpus de textes et rédaction d’une grammaire la plus complète possible), seul un travail en équipe peut permettre d’espérer pouvoir un jour décrire de façon satisfaisante ces langues vulnérables et leur donner une trace pérenne pour la postérité. Nous avons la chance de pouvoir encore travailler avec des locuteurs maîtrisant encore parfaitement leur langue (ceux qui ont actuellement plus de soixante ans, dont les parents ne parlaient pas chinois), mais ces conditions sont précaires et dans une vingtaine d’années, il est à craindre que nous ne pourrons plus trouver d’aussi bons locuteurs.

Ce blog n’est pas le lieu approprié pour entrer dans les détails concernant le contenu concret de mon travail cette année (essentiellement, travail sur des histoires enregistrées, et éclaircissement de certains points de grammaires). Une nouveauté de cette année toutefois: j’ai enfin réussi à recueillir des proverbes. Ni dans les histoires que j’ai enregistrées, ni dans les conversations que j’ai entendues ou enregistrées, je n’ai trouvé d’usage de proverbes, qui m’ont l’air en désuétude. J’ai à plusieurs reprises demandé à mes informateurs des exemples de proverbes, mais jusque là ils affirmaient les avoir oubliés. Cette année, j’ai fini par en trouver quelques uns, dont voici une petite sélection:

zdoŋbu kɯ tɯ-mɲaʁ mɤ-tɕhi, xɕɤndʑu kɯ tɯ-mɲaʁ tɕhi.
La poutre ne perce pas l’oeil, le brin d’herbe perce l’oeil.
= Les grands événements n’influencent pas la vie des gens, mais les petits événements peuvent faire du mal aux individus.

zrɯɣ nɯ-nɤmbɣaʁlaʁ rdɯl mɤ-tɕɤt
Lorsque le pou se roule par terre, il ne soulève pas la poussière
= Il n’y a rien de bien grave.

mdzadi tɤ-sɯqartsɯ tɕe tɯ-mɯ mɤ-ɕaβ
Aussi haut que la puce ne saute en donnant un coup avec ses pattes, elle n’atteindra pas le ciel.
= Aussi fort que tu sois, tu ne peux rien y faire.

tɯʑo tɯ-rŋa qambrɯ tɤ-ari kɯnɤ mɤ́-wɣ-nɯ-mto, tɯrme ra nɯ-rŋa zrɯɣ tɤ-ari kɯnɤ ɣɯ-mto.
Même lorsqu’on a un yak dans l’oeil on ne le voit pas, mais lorsque les gens ont un pou dans l’oeil on les voit.

PS: Si quelqu’un connait des équivalents de ces proverbes en tibétain ou d’autres langues locales, n’hésitez pas à m’en faire part.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Mon terrain à Mbarkham," Panchronica, 30/08/2015, https://panchr.hypotheses.org/426 (ISSN 2494-775X)

La diversité linguistique perdue de l’Eurasie

En terme de nombre de familles de langues, l’Eurasie fait pâle figure par rapport aux Amériques ou à la Papouasie. Parmi les langues parlées ou récemment éteintes, on compte seulement 29 familles distinctes en Eurasie (en comptant les isolats: bourouchaski, basque, nahali, kusunda et nivkh comme des familles). Ce chiffre inclut des langues insulaires, qui ne sont pas parlées sur le continent proprement dit: deux groupes des îles Andaman, et le japonique.

C’est exactement le chiffre auquel on parvient si l’on additionne le nombre de familles de langues amérindiennes des régions correspondant aux états actuels de Californie, d’Orégon et de Washington aux Etats-unis. Simplement en Californie, on comptait au minimum, avant le contact avec les européens, au moins 17 familles de langues irréductibles.

La haute diversité linguistique de l’Amérique du nord (surtout sur sa côte ouest) peut sembler surprenante étant donné le peuplement plus tardif des Amériques par rapport à celui de l’Eurasie. Le problème, selon moi, est inverse: ce qu’il convient d’expliquer, c’est la faible diversité de l’Eurasie. Je pense qu’elle a dû connaître à une certaine époque une diversité comparable, mais que celle-ci a été « tuée » par l’expansion de l’agriculture, des grands empires et du nomadisme pastoral scytho-altaïque. De ce point de vue, l’existence d’isolats tels que le basque ou le sumérien n’est pas un « mystère »; ces langues sont plutôt des îlots de normalité.

Les langues isolées disparues qui ont été préservées dans des inscriptions, le sumérien bien sûr, mais aussi le hourrite, l’élamite, le hattien et l’étrusque, témoignent de cette diversité plus ancienne, laminée par les langues indo-européennes et sémitiques au moyen-orient. Il reste également quelques traces indirectes d’autres langues non-identifiables, sous la forme d’emprunts dans des langues attestées, comme par exemple le fameux substrat commun aux langues indo-iraniennes (voir l’article de Lubotsky à ce propos). Toutefois, la majorité des familles de l’Eurasie a été vouée à l’oubli sans laisser la moindre trace.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La diversité linguistique perdue de l’Eurasie," Panchronica, 11/08/2015, https://panchr.hypotheses.org/422 (ISSN 2494-775X)

Les emprunts sanskrit en japhug

Même si les langues gyalrong ne sont pas en contact direct avec les langues indo-aryennes, on trouve néanmoins quelques emprunts au sanskrit, tous passés par l’intermédiaire du tibétain.

Le seul « vrai » emprunt au sanskrit en japhug est le nom tɯ-kɤpɤla « sommet de la tête » du sanskrit kapāla- कपाल: ‘bol’ > ‘sommet du crâne’ (NB: le préfixe tɯ- en japhug est celui de possesseur indéfini, car c’est un nom inaliénablement possédé, comme tous ceux de partie du corps). Comme ce mot n’est pas vraiment utilisé en tibétain, on peut s’interroger sur la façon dont il a pu se retrouver en japhug. Il ne peut toutefois pas s’agir d’un mot local, même si la syllabe kɤ- peut ressembler à l’état construit du nom tɯ-ku « tête »; il n’y a pas de formes en japhug qui pourraient correspondre à la partie « -pɤla » de ce mot.

On a sinon des emprunts à des mots indo-aryens, mais pas forcément sanskrit, comme sɯŋgi ‘lion’ du tibétain seŋ.ge, un Wanderwort qui se retrouve en sanskrit siṃha- « lion ».

Enfin, on trouve parmi les emprunts au tibétain quelques mots calqués sur le sanskrit, comme tɯ-rnamɕɤz « âme » < rnam.ɕes = rnam.par.ɕes.pa, calque du sanskrit vijñāna– (voir cette page pour plus d’information sur le sens de ce concept en philosophie bouddhique). En tibétain, le préfixe du sanskrit vi– (qui correspond du point de vue du sens au grec dia– « de part et d’autre, d’un côté à l’autre ») est calqué par rnam.par-, qui est abrégé habituellement en rnam-, et la racine verbale jñā- « savoir » par le verbe ɕes « savoir ».

L’étude des contacts de langue ne doit donc pas se réduire aux langues en contact direct, mais inclure également les influences lexicales indirectes, transmises par une langue intermédiaire.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les emprunts sanskrit en japhug," Panchronica, 09/08/2015, https://panchr.hypotheses.org/416 (ISSN 2494-775X)

L’impératif en japhug et en khaling

Une coïncidence amusante entre le japhug et le khaling est la présence d’un marqueur d’impératif en e / je.

En khaling, il s’agit d’un suffixe attaché au radical, qui génère même certaines alternances de radical particulières. Avec les verbes transitifs à consonne finale, il a deux formes en variation libre -e et -je, comme par exemple dans l’impératif de 1sg du verb |lop| « attraper » lɵ̄ːb-e ल्योऽबे ou lɵp-je ल्योप्‌ये (on peut montrer, mais c’est trop compliqué à faire ici sur le blog, que la seconde est analogique). Avec les verbes intransitifs à finale |-t|, on a une forme irrégulière qui nécessite une règle morphonologique spécifique, par exemple |khot| « aller » donne khɵtstse ख्योच्‍चे alors qu’on attendrait quelque chose comme *khɵsje.

En japhug, il existe une particule de fin de phrase optionnelle je qui peut se combiner avec la forme d’impératif ou d’irréel, comme dans nɯ-sɤŋo je « écoute » (le verbe sɤŋo « écouter » à l’impératif, avec le préfixe directionnel nɯ-).

Bien que le japhug et le khaling soient des langues apparentées, et que leurs systèmes verbaux partagent certains affixes, notamment des morphèmes dérivationnels (le -t applicatif, l’alternance de voisement anticausative) mais aussi certains affixes d’indexation personnelle (voir cet article pour plus d’information), il est peu probable que ces morphèmes soit réellement cognats entre ces deux langues.

Tout d’abord, il n’y a pas à ma connaissance un seul exemple de e du khaling correspondant à e en japhug (et ceci, aussi bien en syllabe ouverte ou en syllabe fermée). Ensuite, si c’était réellement un morphème ancien en japhug, on s’attendrait à ce qu’il soit fusionné avec le radical verbal, voire même qu’il ait donné lieu à une alternance vocalique. Les particules de fin de phrase du japhug sont vraisemblablement toutes d’origine récente (bien qu’une démonstration complète de cette hypothèse n’est pas possible tant que toutes les langues rgyalronguiques ne sont pas encore décrites). Enfin, les autres langues rgyalronguiques et kiranties (et les autres langues de la famille sino-tibétaine) n’ont pas à ma connaissance de forme comparable pour marquer l’impératif.

Problème de directionalité sémantique

Ces derniers jours, Marc Miyake discute sur son blog de problèmes de phonologie historique du tangoute, et j’espère trouver le temps d’y participer. Pour le moment, je vais aborder une question très simple, qu’il mentionne dans ce billet.

Le caractère tangoute 2262 dʑjwow correspond à deux mots distincts (homophones), « oiseau » et « voler ». Marc s’interroge sur lequel des deux sens est le plus ancien; je pense qu’on peut apporter une réponse à cette question.

Je rapproche le tangoute dʑjwow dans mon livre sur la phonologie historique du tangoute de la racine verbale *(l)mbjam du proto-gyalronguique reflétée par la dernière syllabe du japhug nɯqambɯmbjom « voler », le situ bjâm « voler » et le khroskyabs jmbjə̂m. Or, dans certaines langues gyalronguiques, dont le situ kə-bjâm « oiseau » et le khroskyabs jbjæbjə̂m « oiseau », le nom « oiseau » est un participe dérivé du verbe « voler » (c’est à dire simplement « celui qui vole »). Il semble assez évident que la même évolution a dû avoir lieu en tangoute; dans cette langue les préfixes de participe en – ont disparu sous l’effet d’une règle générale d’attrition phonologique affectant toutes les présyllabes, si bien que le verbe et le nom dérivé ne peuvent plus être phonétiquement distingués (le même phénomène a d’ailleurs eu lieu en khroskyabs).

Même si mon hypothèse étymologique rapprochant dʑjwow de *(l)mbjam s’avérait fausse, il me semble que le changement sémantique voler ==> oiseau est le seul possible; j’imagine difficilement une langue où le verbe « voler » dérive du nom pour « oiseau ». Dans toutes les langues que je connais, les verbes dérivant de nom d’oiseaux signifient plutôt « chasser des oiseaux » ou « élever des oiseaux » (par exemple le japhug nɯpɣa « chasser des oiseaux » du nom pɣa « oiseau »).

Références
Lai Yunfan. 2013. La morphologie affixale du lavrung wobzi, mémoire de mastaire, université Paris III.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Problème de directionalité sémantique," Panchronica, 01/08/2015, https://panchr.hypotheses.org/397 (ISSN 2494-775X)

Les noms polysyllabiques khaling

Le vocabulaire du khaling contient une quantité importante de noms polysyllabiques, un fait surprenant pour deux raisons.

Premièrement, les racines verbales et la majorité des noms natifs dont l’étymologie peut être déterminée sont monosyllabiques (voir Jacques et al. 2012 concernant la notion de racine verbale; un dictionnaire des verbes khaling préparé par notre équipe, qui paraîtra d’ici peu). On trouve quelques rares mots polysyllabiques reconstructibles en proto-kiranti, comme le nom « orphelin » (reskʌp रेस्कप् en khaling, yɛtchaba en limbu etc; ce nom a d’ailleurs une importance dans la mythologie kirantie; j’y reviendrai dans un billet ultérieur), mais ils se comptent sur les doigts de la main.

Deuxièmement, on a pu mettre au jour récemment qu’une des origines du ton tombant en khaling est la réduction de dissyllabes en monosyllabes (voir Jacques à paraître), un changement qu’a d’ailleurs subi le nom du peuple khaling lui-même khɛ̂l ख्या:ल् en khaling, venant d’une forme pré-khaling *khali(ŋ), ce nom ayant été emprunté en népali avant le changement.

Or, on trouve des noms polysyllabiques à foison, dont l’étymologie est assez obscure (le nouveau dictionnaire de Toba et Toba 2014 en regorge). Par exemple, le nom koktsiŋgēl कोक्चिङ्‌गेल् « escargot » (un mot facile à mémoriser par sa ressemblance fortuite avec le français « coccinelle ») ne peut pas être facilement décomposé en éléments tels que kok+ tsiŋ + gel. D’autres polysyllabes sont analysables, mais ont une structure étrange, comme keksēr केक्सेर् ‘épouillage » dérivé de la racine |kekt| « pick » et du nom sēr « pou », très inhabituel en étant un composé verbe+nom alors que le khaling est une langue à verbe final strict (l’ordre habituel est agent-patient-verbe). Ce composé ne peut toutefois être ancien, car comme on peut le montrer (cf Jacques à paraître, ci-dessous), le groupe *ks entre deux voyelles s’est réduit de plusieurs façon en pré-khaling, notamment en -s- (comme dans mos मोस् « ours », cognat du dumi moksu). S’il était ancien, on aurait attendu une forme *kes.

L’étymologie de la grande majorité des noms en khaling est donc un mystère. Espérons que ce problème attirera l’intérêt de comparatistes!

Références
Jacques, Guillaume (à paraître). Tonogenesis and tonal alternations in Khaling.
Jacques, Guillaume, Aimée Lahaussois, Boyd Michailovsky and Dhan Bahadur Rai. 2012. An overview of Khaling verbal morphology. Language and Linguistics, 13.6:1095-1170
Toba, Sueyoshi and Ingrid Toba. 2014. Khaling-Nepali-English dictionary. Lalitpur: Nepali National Languages Preservation Institute.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les noms polysyllabiques khaling," Panchronica, 31/07/2015, https://panchr.hypotheses.org/389 (ISSN 2494-775X)

*āat̰ mraot̰ zaraθuštrō

Le titre de ce billet *āat̰ mraot̰ zaraθuštrō est un essai de retraduction en avestique jeune du fameux « Also sprach Zarathustra. » Il est amusant de noter que cette phrase n’existe pas dans l’Avesta (c’est pourquoi je la marque d’une astérisque), où l’on trouve en revanche de nombreuses attestations de āat̰ mraot̰ ahurō mazdā̊ (ainsi dit Ahura Mazda). Le verbe mraot̰ est une forme de troisième singulier de « l’injonctif » (correspondant plus ou moins au sanskrit abravīt « il dit » sans l’augment).

Le nom zaraθuštra- (au nominatif zaraθuštrō) est intéressant. C’est un composé possessif (que l’on appelle, en indo-européen bahuvrīhi selon la terminologie du sanskrit) composé de zarat- « vieux » (= sankrit jarat- < *ǵerṇt- un participe dérivé de la racine jṝ « vieillir ») et de uštra- « chameau » (= sanskrit uṣṭra-), autrement dit, « celui qui a de vieux chameaux » (un nom qui, il faut bien le dire, présume mal de la postérité du personnage).

On attendrait toutefois plutôt quelque chose comme *zaraδuštra- avec le voisement du t par sandhi en composé puis spirantisation intervocalique, plutôt que θ, qui est mal expliqué. Lubotsky (2001), dans son étude sur les mots non-indo-européens communs à l’iranien et à l’indo-aryen, discute du nom du chameau uštra-, pour lequel il reconstruit donc une laryngale *Huštra-, qui au contact du *t- final de l’élément précédent, doit donner un th en sanskrit et un θ en avestique (comme dans la désinence de 2pl du présent -tha en sanskrit, -θa/-θā en avestique, venant de *-th2e, ou raθa– « char » = sanskrit ratha-). Cette solution phonétiquement possible me semble problématique dans la mesure où elle impliquerait de reconstruire un composé *j́arat-Huštra- en proto-indo-iranien, et de supposer que ce composé aurait évolué lautgesetzlich en avestique sans subir d’analogie. Ce serait à la rigueur acceptable s’il s’agissait d’un épithète courant (notamment pour un personnage mythologique), mais dans ce cas particulier, cette idée me semble trop mécanique.

Une solution alternative (à laquelle ont sans doute pensé des indo-iranistes, mais je n’ai pas les documents sous la main pour le vérifier) serait de prendre en compte la loi phonétique t > θ devant consonne (Martinez et de Vaan 2014:31), comme dans θraiias- = sanskrit trayas « trois ». En tant que premier élément de composé, zarat- a dû avoir plusieurs allomorphes, dont *zaraθ- lorsque le second membre du composé commençait en consonne. zaraθuštra- résulterait de la surgénéralisation de cet allomorphe à tous les contextes, nivellement peut-être dû à la perte de motivation sémantique de cet élément de composé, comme c’est courant dans les noms de personnes dans les langues indo-européennes.

Références
Lubotsky, A. 2001. The Indo-Iranian Substratum, in: Early Contacts between Uralic and Indo-European: Linguistic and Archaeological Considerations, ed. Chr. Carpelan, A. Parpola, P.Koskikallio (Helsinki, Suomalais- Ugrilainen Seura), pp. 301-317.
Martinez, Javier et Michiel de Vaan. 2014. Introduction to Avestan. Leiden: Brill.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "*āat̰ mraot̰ zaraθuštrō," Panchronica, 28/07/2015, https://panchr.hypotheses.org/378 (ISSN 2494-775X)

šn- > xšn- en iranien

Les langues iraniennes anciennes présentent un changement phonétique inhabituel, l’insertion d’un x avant les groupes šn- et šw- en début de mot (Martinez et de Vaan 2014:31, §11.16; 71 §22.1), comme dans les exemples suivants:

*ǵneh2- > *j́nā- ‘savoir’ > Av. xšnā-, VP xšnā-, Skt jñā– ‘savoir’
*šwaipa ‘queue’ > Av. xšuuaēpā-, Skt śepa-
*sweḱs ‘six’ > Av. xšuuaaš, Skt ṣaṭ
*(yu)šmākam ‘2PL.GEN’ > Av. yūšmākəm, inaccentué xšmākəm

A noter que l’indoeuropéen *ǵn- donne dans certaines formes žn- plutôt que xšn-, comme dans Av žnātar- ‘connaisseur’, Skt jñātar- (le conditionnement n’est pas expliqué dans Martinez et de Vaan).

Ma première réaction pour expliquer cet ajout d’une fricative surnuméraire serait un changement phonétique du type:

s, ʃ > [ɧ] / #_{m,n,w}

Avec un passage à la fricative doublement articulée [ɧ] du suédois, que les scribes achéménides et les rédacteurs de l’Avesta auraient transcrite faute de mieux comme x + š. Néanmoins, connaissant le penchant des inventeurs de l’alphabet avestique pour les signes surnuméraires destinés à noter à l’infini les allophones de tous les phonèmes de la langue, il n’est pas certain que ce soit l’idée la plus simple. Je suis néanmoins curieux de savoir si des explications pour ce changement ont été proposées. Kümmel (2007:234, note 160) mentionne ce ‘x-Vorschlag’ mais sans explication détaillée de la motivation phonétique de ce changement.

Quelle que soit sa réalité phonétique, on doit noter que les *šn- se confondent avec les *kšn- en xšn- en avestique; ainsi, le LIV (p.373) donne Skt kṣṇaumi ‘(ich) wetze, schärfe’ comme cognat de l’av. xšnəuuīšā ‘mögest anhören’, avec un changement sémantique en iranien ‘(die Sinne) schärfen’ > ‘achtgeben auf’ > ‘zuhören’).

Bibliographie
Kümmel, Martin. 2007. Konsonantenwandel, Bausteine zu einer Typologie des Lautwandels und ihre Konsequenzen für die vergleichende Rekonstruktion. Wiesbaden: Reichert Verlag.
Rix, Helmut et al. 2001 LIV (Lexikon der Indogermanischen Verben). Wiesbaden: Reichert Verlag.
Martinez, Javier et Michiel de Vaan. 2014. Introduction to Avestan. Leiden: Brill.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "šn- > xšn- en iranien," Panchronica, 26/07/2015, https://panchr.hypotheses.org/370 (ISSN 2494-775X)

Une contrefactuelle en japhug

Il est difficile de décrire une langue sur la base exclusive de données « naturelles », c’est à dire en utilisant seulement des phrases tirées de conversations ou d’histoires traditionnelles et en évitant les phrases élicitées. En effet, certaines structures grammaticales peuvent tout simplement ne pas être attestées (pour une raison fortuite) dans le corpus.

C’est ainsi que je n’avais pas trouvé d’exemple satisfaisant de contrefactuelles dans mon corpus de japhug (qui pourtant dépasse les 60 heures) lorsque j’ai écrit mon dernier article (Jacques 2014) sur les subordonnées temporelles et conditionnelles. J’avais dû recourir à des exemples élicités pour décrire ces constructions.

Or, la semaine dernière, j’ai appelé au téléphone Tshendzin un peu plus tard que d’habitude pour lui poser des questions, et elle me dit:

ʑatsa a-jɤ-tɯ-lɤt tɕe pɯ-pe
tôt IRR-PFV-2-jeter LNK PST.IPFV-être.bien
« C’eût été mieux si tu (m’)avais appelé plus tôt »

car elle n’avait plus le temps de me parler à ce moment-là (alors qu’elle l’aurait eu une heure plus tôt). J’ai bien fait de l’appeler trop tard, c’était inespéré!

Cet exemple correspond à ce que j’avais pu constater avec les phrases élicitées, notamment l’usage du passé imperfectif dans cette construction. C’est donc une confirmation rassurante des travaux précédents, et une petite pierre de plus dans l’édifice de la grammaire du japhug.

Références
Jacques, Guillaume. 2014. Clause linking in Japhug. Linguistics of the Tibeto-Burman Area 37:2:264–328.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Une contrefactuelle en japhug," Panchronica, 17/07/2015, https://panchr.hypotheses.org/362 (ISSN 2494-775X)

Les emprunts du tibétain dans les langues gyalronguiques

Lorsque l’on étudie la phonologie et la morphologie historique (et même synchronique) des langues des régions tibétanisée, la première tâche à réaliser, avant même de comparer les dialectes proches, me semble être l’étude de la stratification et des propriétés des emprunts tibétains. En effet, nous connaissons à peu près l’ancêtre commun des langues tibétaines (le tibétain ancien ayant un statut similaire à celui du latin et des langues romanes), et nous pouvons sans risque de spéculation déterminer les changements phonétiques ayant eu lieu dans le dialecte tibétain donneur, puis la langue emprunteuse après l’assimilation du mot. Ceci nous renseigne à la fois sur la dialectologie ancienne du tibétain (car les dialectes ayant laissé des traces dans les langues gyalronguiques ne sont plus forcément vivants), la phonologie historique du la langue emprunteuse après l’emprunt (car les emprunts ont alors subi les mêmes changements phonétiques que les mots du vocabulaire local), et aussi la morphologie, si des procédés morphologiques ont été appliqués aux emprunts.

J’ai consacré plus de cent pages à ce sujet dans ma thèse, mais ne prétends pas avoir fait le tour du sujet; l’aspect morphosyntaxique de la comparaison entre tibétain et japhug, présenté brièvement dans un article soumis au Journal of Language Contact, est aussi un sujet d’une grande richesse.

Les dialectologues du tibétain peuvent également découvrir de nouveaux mots tibétains non-attestés dans la langue littéraire ou les dialectes (à ma connaissance). Par exemple, il existe en japhug un verbe βzdɤr ‘ajouter de l’huile/du beurre (dans le thé ou la soupe)’, d’où l’on tire le nom possédé tɤ-βzdɤr ‘beurre ajouté dans le thé’, selon un procédé décrit dans Jacques (2014). Ce verbe est forcément emprunté au tibétain, car le groupe βzd- (comme tous les groupes de type βCC ou fCC) n’est pas conforme à la phonotactique des mots hérités.

Il existe en tibétain un nom sdor ‘aliments que l’on mélange au thé, à la soupe thugpa ou au gruau de riz (en particulier, le beurre)’. Or, on peut dériver en tibétain ancien des verbes dénominaux en appliquant à la racine une conjugaison particulière (N- au présent, b-..-s au passé etc), comme dans Ntɕʰu (passé btɕus, futur btɕu, impératif tɕʰus) ‘puiser de l’eau’ tiré de tɕʰu ‘eau’. De sdor, on peut donc tirer un verbe putatif *sdor, passé *bsdor ‘ajouter du beurre au thé », qui, dans la couche ancienne des emprunts (où -or correspond à -ɤr) donne régulièrement βzdɤr. Le japhug préserve donc un rare verbe dénominal perdu ailleurs, et contribue donc aussi à notre connaissance de la morphologie historique du tibétain, car les exemples de verbes de ce type se comptent sur les doigts d’une main.

Références
Jacques, Guillaume. 2014. Denominal affixes as sources of antipassive markers in Japhug Rgyalrong, Lingua 138:1-22.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les emprunts du tibétain dans les langues gyalronguiques," Panchronica, 14/07/2015, https://panchr.hypotheses.org/355 (ISSN 2494-775X)

A quelle famille appartient le miluk?

L’Orégon était jusqu’à l’invasion des Européens l’une des régions linguistiquement les plus diverses au monde. Le long de la côte (sans compter les langues de l’intérieur), on trouve, du nord au sud, le chinook, le tillamook (langue salish), l’alsea, le siuslaw (deux langues isolées), le miluk et le hanis (traditionnellement considérées comme appartenant à une famille « coosan ») et enfin, à la frontière avec la Californie, le tolowa (une langue athabasque).

Mis à part peut-être le tolowa, toutes ces langues ont disparu, et dans le cas de l’alsea, du siuslaw, du miluk et du hanis, elles sont uniquement connues par des données de la première moitié du vingtième siècle, en particulier celles collectées par Frachtenberg et Melville Jacobs.

Dans une thèse soutenue en 2012 sous la direction de Scott DeLancey, Christopher Doty présente tout d’abord une reconstruction de la phonologie et de la morphologie du miluk sur la base des recueils de textes de Jacobs (1939, 1940); une telle reconstruction est nécessaire car Jacobs, si on doit lui reconnaître le grand mérite d’avoir collecté des textes dans un grand nombre de langues disparues (y compris le kalapouya, dont j’ai parlé dans un précédent billet), transcrivait sans apporter d’analyse phonologique ou grammaticale des langues étudiées. Ainsi, un réel travail de déchiffrement, basé sur la traduction anglaise des textes transcrits, est nécessaire avant de pouvoir utiliser ces données pour des investigations en linguistique historique.

Doty montre ensuite que la parenté supposée du miluk et du hanis (considérée pourtant comme assurée par la plupart des ouvrages de références sur les langues d’Amérique du nord, y compris Mithun 1999) est très contestable.

Enfin, il propose l’hypothèse d’une parenté (lointaine) possible entre le miluk et le salish. Cette conclusion très surprenante est toutefois argumentée de façon très convaincante, et si elle n’a pas gagné l’approbation des spécialistes du domaine (voir par exemple Kroeber 2013), elle me semble tout à fait digne de recherches plus approfondies. Espérons que l’auteur rendra disponible son corpus annoté du miluk, qui pourrait permettre à d’autres chercheurs de naviguer plus rapidement dans le corpus, restreint mais d’un grand intérêt aussi bien pour la typologie morphosyntaxique que pour la linguistique historique.

Références
Doty, Christopher. 2012. A Reassessment of the Genetic Classification of Miluk Coos, thèse de doctorat, université de l’Orégon à Eugene. http://www.csdoty.com/resources/Doty-Dissertation.pdf
Jacobs, Melville. 1939. Coos Narrative and Ethnographic Texts, University of Washington Publications in Anthropology, vol. 8. Seattle, WA: The University of Washington.
Jacobs, Melville. 1940. Coos Myth Texts, University of Washington Publications in Anthropology, vol. 8. Seattle, WA: The University of Washington.
Kroeber, Paul. 2013. Pronominal Clitics and Indexability Hierarchies in Hanis and Miluk Coosan, Anthropological Linguistics 55.2:105-157.

Voir aussi le blog https://shichils.wordpress.com/ qui porte en partie sur les langues de la côte de l’Orégon.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "A quelle famille appartient le miluk?," Panchronica, 11/07/2015, https://panchr.hypotheses.org/343 (ISSN 2494-775X)

L’ode au tripitaka

Dans un nouveau billet sur son blog, Andrew West publie les résultats d’un travail de recherche dont il avait présenté en 2014 un premier aperçu à une conférence sur le tangoute organisée par Galambos Imre.

Andrew montre que le tripitaka tangoute numérote les volumes qu’il comporte au moyen d’une suite de caractères tangoutes à première vue aléatoire, mais qui s’avère en fait être un nouveau texte, et qui plus est un texte en langue secrète! Or, les textes de ce type se comptent sur les doigts de la main, et le travail d’Andrew est donc d’une grande importance non seulement pour l’étude du bouddhisme tangoute, mais aussi de la langue elle-même. Il n’est pas donné à tous les philologues de découvrir un nouveau texte, surtout un texte qui était d’un certain point de vue sous les yeux de tous; je salue ici l’ingéniosité d’Andrew, et espère qu’il trouvera le temps de mettre en forme ce travail pour le publier dans une revue.

Carnet de recherches d'un linguiste de terrain