Archives de catégorie : Actualités / News

Deux nouvelles thèses

Deux doctorantes du CRLAO, Gao Yang 高扬 et Rao Min 饶敏, ont soutenu avec succès leurs thèses respectivement sur la grammaire du menya (muya 木雅) et du guiqiong (贵琼).

La thèse de Gao Yang est la première monographie sur le menya (məɲɑ su): on ne disposait jusqu’ici que d’une liste de mots et d’un résumé de grammaire d’une quarantaine de pages. Contrairement aux travaux précédents, la description de la grammaire est basée sur un petit corpus d’histoires traditionnelles. J’ai moi-même travaillé un petit peu sur le menya au Sichuan (et aussi à Paris!); même si je n’ai jamais rien publié sur cette langue, mon travail avec des locuteurs (différents des informateurs de Gao Yang) a considérablement facilité la direction de cette thèse.

J’ai également suivi de près la thèse de Rao Min; j’ai rencontré par hasard la personne qui allait devenir son informateur principal à Dartsemdo (康定) en 2009, sur le chemin du retour de Mbarkham (à l’époque, à cause du tremblement de terre de 2008, il fallait passer par Dartsemdo puis par Rongbrag (丹巴) pour arriver à Mbarkham, soit un détour considérable, le trajet de Chengdu à Mbarkham prenant 14h au lieu de 7h!). J’ai décidé d’en profiter pour passer deux jours à Dartsemdo pour prospecter la région et chercher des locuteurs de langues locales. Suivant les conseils que Nicolas Tournadre m’avait donnés quelques années plus tôt, je me suis donc dirigé au bar tibétain le plus proche. Je me suis assis à une table à côté de quelqu’un qui buvait du chang tout seul. J’engage la conversation, et lui demande son lieu d’origine; il m’affirme être tibétain, mais ne pas savoir parler le « vrai » tibétain, car dans son village, on ne parle qu’un dialecte que personne ne comprend… aussitôt, j’entre en mode « linguistique de terrain ». C’était en fait un locuteur du guiqiong (par un hasard amusant, il s’appelle Gao Yang 高杨); il a affirmé ne pas parler la langue assez bien pour me l’enseigner, et m’a présenté à Du Xiaobing 杜小兵, un chanteur traditionnel renommé localement pour sa connaissance de la langue. C’est ce dernier qui est devenu l’informateur principal de Rao Min.

Les dictionnaires japhug et khaling

Les versions 1.0 des deux dictionnaires multimédia auxquels j’ai participé, le dictionnaire des verbes khaling-népali-anglais et le dictionnaire japhug-chinois-français, sont désormais disponibles sur le site de notre project ANR http://himalco.huma-num.fr/

Le dictionnaire khaling inclut les conjugaisons de chaque verbe, dans l’orthographe devanagarie et en API.

Ces dictionnaires ont chacun une version HMTL, une version PDF sans fichiers sons et une version avec fichiers sons, plus lourde (+200mo).

Les fichiers PDF simples des dictionnaires japhug et khaling sont disponibles sur ce site. Pour les versions pourvues de fichiers sons, voir les liens suivants pour le japhug et le khaling respectivement.

Les versions HTML peuvent être consultées sur à partir des liens suivants: japhug et khaling.

Tous les commentaires susceptibles d’améliorer ces dictionnaires sont bienvenus, car je compte continuer à travailler sur ces dictionnaires, à les compléter et à les corriger à l’avenir.

Les carnets du Lacito

Mes collègues du LACITO ont récemment fondé un blog francophone, Les carnets du Lacito, sur lequel Alexis Michaud et Alex François ont déjà posté des billets d’un grand intérêt, et je le recommande à tous les lecteurs de Panchronica.

Les carnets de recherche francophones de linguistique sont malheureusement très peu nombreux, car d’une part cette activité n’est pas entrée dans la culture de recherche en France (au moins parmi les linguistes), et d’autre part les rares chercheurs qui s’y adonnent (moi y compris) ont plutôt le réflexe d’écrire en anglais, ce qui est un peu dommage.

Les billets de blogs sont d’une nature différente des articles de recherche, n’étant pas a priori destinés à être cités. Pour moi, il s’agit surtout (a) d’un lieu où partager avec d’autres mes idées du moment, sans avoir à suer sang et eau pour écrire un article publiable (mieux vaut un billet de blog plutôt que d’abandonner une idée dans un tiroir) (b) d’une plateforme pour présenter mes recherches à un public de non-spécialistes (NB: les billets de type (a) et de type (b) sont donc des ensembles mutuellement exclusifs).

Plus informels et plus ouvert à l’interaction avec les lecteurs, les billets de blogs peuvent contribuer à faire vivre et à nourrir la discipline d’une façon complémentaire au format traditionnel (livres et articles).

Le prix Bloomfield 2016

La livre de Baxter et Sagart sur la reconstruction du chinois archaïque vient d’obtenir le prix Bloomfield de la Linguistic Society of America. C’est une excellente nouvelle non seulement pour notre équipe, mais également pour la linguistique néo-grammairienne, car c’est la première fois qu’une contribution concrète à la reconstruction phonologique d’une famille de langue (par opposition à des travaux de synthèse comme ceux de Lyle Campbell ou de William Labov parmi les précédents lauréats) est récompensé par ce prix.

Ce livre génère déjà un foisonnement de travaux sur la phonologie et la morphologie historique du chinois et de toutes les familles de langue d’Asie, comme en témoigne la conférence qui a eu lieu au début du mois sur laquelle j’ai déjà écrit un billet, et contribue à relier les domaines jusqu’alors hermétiquement séparés que sont la phonologie du chinois, la linguistique historique (du sino-tibétain, du kra-dai, du hmong-mien, du mon-khmer et même de l’indo-européen), la paléographie du chinois et l’archéologie.

Journées d’étude sur la phonologie historique du chinois

Je viens de participer à deux journées d’étude au SOAS intitulées Recent advances in Old Chinese Historical Phonology à propos de la phonologie historique du chinois, rassemblant des phonologues du chinois, des philologues, des linguistes de terrain comparatistes et des indo-européanistes pour discuter de la nouvelle reconstruction de Baxter et Sagart.

Cette rencontre organisée par Nathan Hill était très dense, et quasiment toutes les interventions étaient riches et intéressantes; il est rare de pouvoir aborder collectivement des questions techniques sur ce sujet un peu ésotérique.

Plusieurs interventions (celles de Marc Miyake, de Laurent Sagart et aussi de Lai Yunfan) portaient entièrement ou en partie sur la question épineuse de l’opposition dite A/B en chinois archaïque, reconstruite, suivante Jerry Norman, comme une opposition de pharyngalisation dans le système de Baxter / Sagart.

Mattis List a présenté un outil d’analyse des rimes du Shijing encore à l’état de prototype, mais qui ouvre des perspectives d’un immense intérêt pour l’usage de ces données dans la reconstruction du chinois archaïque, et notamment facilite l’évaluation immédiate d’hypothèses (il a d’ailleurs été utilisé pour revérifier la réalité de l’opposition entre la rime *-an et la rime *-on du chinois archaïque lors de la discussion d’une des interventions).

D’autres (celles de Gong Xun, de Mark Alves, de Hannes Fellner) ont étudié dans des perspectives différentes le contact entre le chinois et les langues avoisinantes; Gong Xun a proposé une nouvelle reconstruction du proto-Bai qui rend obsolète les travaux précédents sur la question.

Une autre catégorie d’interventions (celles de Christoph Harbsmeier, Marco Caboara, Matthias Richter, Park Haeree and Deng Lin) concernaient plus la philologie, notamment sur l’usage de la reconstruction pour interpréter les parties phonétiques des caractères dans les textes excavés, soit pour comprendre certaines alternances morphologiques à l’intérieur du chinois.

Les présentations de Lai Yunfan, de Yeshes Sotrug, ainsi que la mienne portaient sur les comparaisons morphologiques entre chinois et autres langues sino-tibétaines. J’espère que certaines de ces comparaisons pourront être utiles pour les philologues du chinois pour affiner l’interprétation des alternances lors de la lecture des textes. Je pense que pour que l’étude des alternances morphologiques dans les textes chinois progresse vraiment, il serait hautement désirable que les philologues du chinois aient une expérience directe de lecture de textes dans des langues sino-tibétaines à morphologie riche, notamment rgyalronguiques ou kiranties; à quand une chaire de rgyalrongologie à l’université de Pékin et un enseignement obligatoire du japhug pour tous les étudiants en mastaire de phonologie historique?

Il est à espérer que d’autres événement du même type auront lieu à l’avenir, et que des liens solides pourront se tisser entre linguistes de terrains, philologues et aussi indo-européanistes, qui j’espère pourront nous rejoindre et nous aider à introduire en sino-tibétain la linguistique néogrammairienne.