Voir > entendre

Je suis en train de préparer une liste de racines verbales reconstructibles au proto-kiranti, et je pense que le cognat khaling du limbou √nis « savoir, voir » doit être ङिन्य |ŋi| « entendre ». Les finales -s ont toutes été perdues en khaling dans les radicaux verbaux (si c’est effectivement un *-s qu’il faut reconstruire ici, une question pas du tout triviale), et le limbou confond *ŋ et *n du proto-kiranti en n- en début de mot.

On trouve cette racine verbale dans d’autres langues (par exemple le yakkha nis- « voir, regarder »; le yakkha garde les ŋ- initiaux mais semble avoir néanmoins neutralisé l’opposition entre ŋ- et n- devant -i). Je ne connais pas de cognats extra-kiranti, mais il est plus vraisemblable que le sens originel de cette racine ait été « voir » (avec l’extension vers « connaitre » comme en indo-européen), et qu’il soit passé à « entendre » en khaling. Il est curieux que ce changement sémantique ait eu lieu précisément dans la langue qui a innové un démonstratif auditif, mais avant d’en tirer des conclusions capillotractées sur les rapports entre grammaire et culture, et sur la place de l’audition par rapport aux autres sens chez les khaling, il faut noter que ces deux innovations n’ont pas eu lieu en même temps, puisque le passage de « voir » vers « entendre » pour cette racine est au moins partagé avec le doumi, où l’on trouve le cognat ŋyiːnɨ « entendre ».

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Voir > entendre," Panchronica, 16/02/2016, https://panchr.hypotheses.org/803 (ISSN 2494-775X)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *