Les noms polysyllabiques khaling

Le vocabulaire du khaling contient une quantité importante de noms polysyllabiques, un fait surprenant pour deux raisons.

Premièrement, les racines verbales et la majorité des noms natifs dont l’étymologie peut être déterminée sont monosyllabiques (voir Jacques et al. 2012 concernant la notion de racine verbale; un dictionnaire des verbes khaling préparé par notre équipe, qui paraîtra d’ici peu). On trouve quelques rares mots polysyllabiques reconstructibles en proto-kiranti, comme le nom « orphelin » (reskʌp रेस्कप् en khaling, yɛtchaba en limbu etc; ce nom a d’ailleurs une importance dans la mythologie kirantie; j’y reviendrai dans un billet ultérieur), mais ils se comptent sur les doigts de la main.

Deuxièmement, on a pu mettre au jour récemment qu’une des origines du ton tombant en khaling est la réduction de dissyllabes en monosyllabes (voir Jacques à paraître), un changement qu’a d’ailleurs subi le nom du peuple khaling lui-même khɛ̂l ख्या:ल् en khaling, venant d’une forme pré-khaling *khali(ŋ), ce nom ayant été emprunté en népali avant le changement.

Or, on trouve des noms polysyllabiques à foison, dont l’étymologie est assez obscure (le nouveau dictionnaire de Toba et Toba 2014 en regorge). Par exemple, le nom koktsiŋgēl कोक्चिङ्‌गेल् « escargot » (un mot facile à mémoriser par sa ressemblance fortuite avec le français « coccinelle ») ne peut pas être facilement décomposé en éléments tels que kok+ tsiŋ + gel. D’autres polysyllabes sont analysables, mais ont une structure étrange, comme keksēr केक्सेर् ‘épouillage » dérivé de la racine |kekt| « pick » et du nom sēr « pou », très inhabituel en étant un composé verbe+nom alors que le khaling est une langue à verbe final strict (l’ordre habituel est agent-patient-verbe). Ce composé ne peut toutefois être ancien, car comme on peut le montrer (cf Jacques à paraître, ci-dessous), le groupe *ks entre deux voyelles s’est réduit de plusieurs façon en pré-khaling, notamment en -s- (comme dans mos मोस् « ours », cognat du dumi moksu). S’il était ancien, on aurait attendu une forme *kes.

L’étymologie de la grande majorité des noms en khaling est donc un mystère. Espérons que ce problème attirera l’intérêt de comparatistes!

Références
Jacques, Guillaume (à paraître). Tonogenesis and tonal alternations in Khaling.
Jacques, Guillaume, Aimée Lahaussois, Boyd Michailovsky and Dhan Bahadur Rai. 2012. An overview of Khaling verbal morphology. Language and Linguistics, 13.6:1095-1170
Toba, Sueyoshi and Ingrid Toba. 2014. Khaling-Nepali-English dictionary. Lalitpur: Nepali National Languages Preservation Institute.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les noms polysyllabiques khaling," Panchronica, 31/07/2015, https://panchr.hypotheses.org/389 (ISSN 2494-775X)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *