Le dialecte de Thebo et le proto-tibétain

En dialectologie tibétaine, le tibétain ancien (ou même simplement le tibétain classique sous sa forme écrite) est souvent pris par défaut comme l’ancêtre commun des langues tibétiques modernes (Tournadre 2014). Or, de la même façon que le latin classique n’est pas l’ancêtre exact des langues romanes modernes (voir notamment cet article pour des exemples de formes romanes qui ne sont pas dérivables du latin classique), il est reconnu qu’assimiler le tibétain impérial ou le tibétain littéraire postérieur au proto-tibétain est une simplification outrancière, et que l’on ne peut exclure l’hypothèse que certaines distinctions phonologiques des dialectes non-représentées dans l’écritures puissent potentiellement être archaïques (Hill 2010, Tournadre 2014).

Néanmoins, la recherche de traits plus archaïques que le tibétain ancien dans les langues tibétiques modernes a été jusqu’ici peu fructueuse. Shafer (1941) avait par exemple proposé que les dialectes tibétains de l’ouest (ladakhi-balti) avaient préservé une opposition phonologique entre *e et *ia confondus en tibétain ancien, mais cette idée s’est révélée basée sur une analyse incorrecte des données (Jacques 2009). Parmi les indices les plus clairs de formes plus archaïques que le tibétain ancien se trouvent la formes des numéraux « 8 » et « 100 » du dialecte de Bayan (Gong 2016), qui semblent avoir échappé à la loi de fortition *ry > rgy-.

L’article de Sangsrgyas Tshering (桑吉次力) sur le tibétain de Thebo (sa langue maternelle), que je me réjouis d’avoir publié dans les Cahiers de linguistique — Asie orientale, est à ce titre à mes yeux une contribution importantes à la linguistique tibétaine: il documente en effet un archaïsme remarquable et inattendu dans cette langue.

L’article porte principalement sur la mise en évidence d’une loi phonétique unique de ce dialecte: en Thebo, la préinitiale b-, lorsqu’elle est située avant une initiale sourde, voise cette dernière, comme on l’observe notamment dans la conjugaison de nombreux verbes transitifs, qui ont le préfixe b- au passé, comme par exemple « couper », qui au passé a une initiale dʒ- correspondant au groupe bc- du tibétain ancien:

進行體 /tʃeʔ/ གཅོད། ⟨gcod⟩ (現在時) -od : -eʔ
完成體 /dʒɛʔ/ བཅད། ⟨bcad⟩ (過去時) -ad : -ɛʔ
命令 /tʃʰeʔ/ ཆོད། ⟨chod⟩ (命令語氣) -od : -eʔ

Cette loi phonétique très étonnante, sans aucun équivalent dans les autres variétés de tibétain, ne fait pas de doute: on peut l’observer dans les données de Lin (2014), même si la loi n’est pas formulée dans cette publication. Cette loi phonétique implique que la préinitiale b- était bien voisée en tibétain ancien, même dans les groupes à initiale sourde. Comme les voisées du tibétain ancien deviennent des sourdes en initiale absolu, ce voisement a dû avoir lieu après le dévoisement des anciennes occlsuives sonores.

Le préfixe b- ne se trouve pas au passé des verbes à initiale labiale en tibétain classique. Ainsi, le verbe འབུབས་ ⁿbubs ཕུབ་ pʰub ཕུབ pʰub་ « couvrir (une maison d’un toit) » dont la racine est |pub| a un passé pʰub provenant selon Coblin (1976) d’un proto-forme *b-pub, avec dissimilation en *pub puis aspiration régulière.

En Thebo toutefois, on trouve plusieurs verbes à initiale labiale, dont le radical au présent et à l’impératif sont aspirés, et celui du passé est voisé, comme le montre les données suivantes (seule une partie est présente dans l’article; l’auteur a aimablement complété les paradigmes à ma demande pour ce billet):

présent: འབུབས་ ⁿbubs /pʰə/
passé: ཕུབ་ pʰub /bʊʔ/
impératif: ཕུབ pʰub /pʰʊʔ/ 蓋(房子)

présent: འབོགས་ ⁿbogs /pʰu/
passé: ཕོགས་ pʰogs /buʔ/
impératif: ཕོག་་ pʰog /pʰuʔ/ 卸(東西)

présent: འབིགས་ ⁿbigs /pʰə/
passé: ཕུག་ pʰug /bʊʔ/
impératif: ཕུགས་ pʰug /pʰʊʔ/ 穿(孔)

présent: ཕྲལ་་ pʰral /tʂiː/
passé: ཕྲལ་ pʰral /dʐɛː/
impératif: ཕྲོལ་་ pʰral /tʂiː/ 弄破

L’aspiration des formes du présent sont analogiques (de l’impératif et des verbes sans alternances de voisement). Le radical du présent provient d’une forme telle que *dprol avec vocalisme o pour expliquer l’alternance vocalique.

Le formes du passés en revanche ne sont pas explicables par analogie, mais ne peuvent pas non plus provenir directement des formes du tibétain classique listées ci-dessus. Sangsrgyas Tshering propose une idée très ingénieuse: le voisement serait la trace du *b- de passé dans ces verbes, qui avait été reconstruit dans ces formes par Coblin en 1976.

Ainsi:
*b-pug > *buk > bʊʔ
*b-pral > *bral > dʐɛː
etc.

Nous sommes ici face à un cas de confirmation à posteriori d’une reconstruction interne par des données sans rapport avec celle-ci, comme le cas des laryngales de l’indo-européen: Sangsrgyas Tshering est donc à Coblin ce que Kuryłowicz était à Saussure.

Cette découverte montre que les langues tibétiques non-littéraires, même celles qui ont une phonologie très innovatrices comme le Thebo, ont un rôle crucial à jouer non seulement pour la typologie des changements phonétiques, mais aussi pour la reconstruction du proto-tibétain. La documentation détaillée de toutes ces langues vulnérables est un impératif pour la discipline.

Références
Coblin, W. South. 1976. Notes on Tibetan Verbal Morphology. T’oung Pao 62. 45–70.
Hill, Nathan W. 2010. An Overview of Old Tibetan Synchronic Phonology. Transactions of the Philological Society 108(2). 110–125.
Gong Xun 2016. A Phonological History of Amdo Tibetan Rhymes. BSOAS, 79,2:347–374. https://www.academia.edu/27924827/A_Phonological_History_of_Amdo_Tibetan_Rhymes
Jacques, Guillaume 2009. Le développement du tibétain ancien -e- dans les dialectes occidentaux. EMSCAT. https://journals.openedition.org/emscat/1500
Lin, You-jing. 2014. Thebo. In Jackson T-S. Sun. Phonological Profile of Little-Studied Tibetic Varieties, 215–268. Taipei: Institute of Linguistics, Academia Sinica.
Sangsrgyas Tshering 桑吉次力 2020. 迭部藏語的“清音濁化”, Cahiers de Linguistique Asie Orientale 49(1):1–20.
Shafer, R. 1941 The Vocalism of Sino-Tibetan II, Journal of the American Oriental Society, 61, pp. 18-31
Tournadre, Nicolas. 2014. The Tibetic languages and their classification. In Thomas Owen Smith, & Nathan Hill (eds.), Trans-Himalayan linguistics, historical and descriptive linguistics of the Himalayan area, 105–130. Berlin: Mouton de Gruyter http://www.nicolas-tournadre.net/wp-content/uploads/multimedia/2014-The_Tibetic_languages.pdf

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le dialecte de Thebo et le proto-tibétain," Panchronica, 22/06/2020, https://panchr.hypotheses.org/3261 (ISSN 2494-775X)

4 réflexions sur « Le dialecte de Thebo et le proto-tibétain »

  1. Je suis heureux de voir une preuve de ce que les préinitiales b-, d-, g- (au moins b-) du vieux tibétain étaient vraiment voisées. Il y a pas mal de comparaisons tibétain-chinois où l’initiale tibétaine voisée correspond à une sourde en chinois, la voisée tibétaine étant précédée d’une préinitiale d- ou g- (la préinitiale b- est souvent morphologique et n’a pas d’effet voisant sur l’initiale en tibétain écrit, bien qu’elle en ait un en Thebo). Par exemple:

    gdung-ma ‘beam, piece of timber’: 棟 *tˤoŋ-s > tuwngH > dòng ‘ridge-pole’
    gdeng ‘confidence, assurance’ : 定 *m-tˤeŋ-s > dengH > dìng ‘make fixed, settle (v.t.); certain’
    gzhil ‘ground, foundation’ : 殿 *tˤə[n]-s > tenH > diàn ‘palace, hall’
    dgar ‘separate’: 間 *kˤre[n] > kean > jiān ‘interval’
    dgu ‘nine’ 九 *[k](r)uʔ > kjuwX > jiǔ ‘nine’
    dbah ‘wave’: 波 *pˤaj > pa > bō ‘wave (n.)’
    dbab ‘descend, cause to descend, bring down’ ; 敗 *pˤra[t]-s > paejH > bài ‘defeat (v.t.)’
    gdugs ‘noon’: 晝 *truk-s > trjuwH > zhòu ‘daytime’
    gdang ‘to open wide, to gape’ : 張 *C.traŋ > trjang > zhāng ‘draw a bow’
    gzhung ‘middle, midst’ : 中 *truŋ > trjuwng > zhōng ‘center’
    gzhung ‘attend, heedful, attention’ : 忠 *truŋ > trjuwng > zhōng ‘loyal, sincere’

    Dans ces exemples, je pense que le chinois archaïque préserve la sourde sino-tibétaine originale. Cette sourde a été voisée par la préinitiale d- ou g- en tibétain.

    1. Si l’on veut soutenir l’idée que les préinitiales notées d- et g- voisent causent un voisement progressif des occlusives qui suivent, il faut tout d’abord rendre compte des groupes dk-, gt- et dp- du tibétains, qui ne sont pas particulièrement rares. Nous en avions discuté, mais je ne suis plus très sûr de quelle était ton explication. Si tu souhaites discuter de ce sujet et as du temps à y consacrer, ma suggestion serait d’exposer tes idées de façon plus détaillée par exemple sur ton blog, pour éviter que je commette des contresens.

Répondre à Laurent Sagart Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.