Archives par mot-clé : zoroastrisme

*āat̰ mraot̰ zaraθuštrō

Le titre de ce billet *āat̰ mraot̰ zaraθuštrō est un essai de retraduction en avestique jeune du fameux « Also sprach Zarathustra. » Il est amusant de noter que cette phrase n’existe pas dans l’Avesta (c’est pourquoi je la marque d’une astérisque), où l’on trouve en revanche de nombreuses attestations de āat̰ mraot̰ ahurō mazdā̊ (ainsi dit Ahura Mazda). Le verbe mraot̰ est une forme de troisième singulier de « l’injonctif » (correspondant plus ou moins au sanskrit abravīt « il dit » sans l’augment).

Le nom zaraθuštra- (au nominatif zaraθuštrō) est intéressant. C’est un composé possessif (que l’on appelle, en indo-européen bahuvrīhi selon la terminologie du sanskrit) composé de zarat- « vieux » (= sankrit jarat- < *ǵerṇt- un participe dérivé de la racine jṝ « vieillir ») et de uštra- « chameau » (= sanskrit uṣṭra-), autrement dit, « celui qui a de vieux chameaux » (un nom qui, il faut bien le dire, présume mal de la postérité du personnage).

On attendrait toutefois plutôt quelque chose comme *zaraδuštra- avec le voisement du t par sandhi en composé puis spirantisation intervocalique, plutôt que θ, qui est mal expliqué. Lubotsky (2001), dans son étude sur les mots non-indo-européens communs à l’iranien et à l’indo-aryen, discute du nom du chameau uštra-, pour lequel il reconstruit donc une laryngale *Huštra-, qui au contact du *t- final de l’élément précédent, doit donner un th en sanskrit et un θ en avestique (comme dans la désinence de 2pl du présent -tha en sanskrit, -θa/-θā en avestique, venant de *-th2e, ou raθa– « char » = sanskrit ratha-). Cette solution phonétiquement possible me semble problématique dans la mesure où elle impliquerait de reconstruire un composé *j́arat-Huštra- en proto-indo-iranien, et de supposer que ce composé aurait évolué lautgesetzlich en avestique sans subir d’analogie. Ce serait à la rigueur acceptable s’il s’agissait d’un épithète courant (notamment pour un personnage mythologique), mais dans ce cas particulier, cette idée me semble trop mécanique.

Une solution alternative (à laquelle ont sans doute pensé des indo-iranistes, mais je n’ai pas les documents sous la main pour le vérifier) serait de prendre en compte la loi phonétique t > θ devant consonne (Martinez et de Vaan 2014:31), comme dans θraiias- = sanskrit trayas « trois ». En tant que premier élément de composé, zarat- a dû avoir plusieurs allomorphes, dont *zaraθ- lorsque le second membre du composé commençait en consonne. zaraθuštra- résulterait de la surgénéralisation de cet allomorphe à tous les contextes, nivellement peut-être dû à la perte de motivation sémantique de cet élément de composé, comme c’est courant dans les noms de personnes dans les langues indo-européennes.

Références
Lubotsky, A. 2001. The Indo-Iranian Substratum, in: Early Contacts between Uralic and Indo-European: Linguistic and Archaeological Considerations, ed. Chr. Carpelan, A. Parpola, P.Koskikallio (Helsinki, Suomalais- Ugrilainen Seura), pp. 301-317.
Martinez, Javier et Michiel de Vaan. 2014. Introduction to Avestan. Leiden: Brill.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "*āat̰ mraot̰ zaraθuštrō," Panchronica, 28/07/2015, http://panchr.hypotheses.org/378 (ISSN 2494-775X)