Archives par mot-clé : vietnamien

Un emprunt du vietnamien en chinois?

Dans un billet sur le blog Indo-sinica, Alexis Michaud mentionne parmi de multiples sujets l’hypothèse de Michel Ferlus selon laquelle le mot 蠟 lap « cire » serait d’origine vietnamienne. L’hypothèse est audacieuse, car si les emprunts chinois de diverses époques forment une part considérable du vocabulaire vietnamien, aucun emprunt assuré du vietnamien spécifiquement vers le chinois n’a été proposé auparavant, et même les étymologies austroasiatiques suggérées pour certains mots chinois par Norman et Mei, puis par Schuessler, sont très très peu convaincantes (i.e. avec des telles méthodes, on peut aussi trouver des emprunts sioux en chinois).

Néanmoins, à ma grande surprise, l’argument de Michel Ferlus est finalement assez solide, pour deux raisons principalement:

(1) Le mot 蠟 lap « cire » est tardif en chinois (II-IIIe siècle), et n’a aucune étymologie interne claire (et encore moins une étymologie sino-tibétaine)
(2) Le vietnamien sáp « cire » a des cognats dans les langues viet-muong avec un groupe k(h)r- attendu.

La correspondance entre le chinois moyen l- et le vietnamien s- < *k(h)r- (NB: le *s du proto-VM devient t- en vietnamien; le |s| orthographique du vietnamien représente [s] en vietnamien du nord et [ʂ] en vietnamien du sud, la prononciation du sud étant ici plus conservatrice) s’observe dans quelques emprunts anciens, tels que sức « force » emprunté au chinois 力 lik à une époque où ce mot avait un groupe de consonne initial qui s’est simplifié en *r- et a évolué en l- par la suite. C’est d’ailleurs la raison principale pour laquelle 力 lik est reconstruit *k.rək par Baxter et Sagart.

Si sáp « cire » et sức « force » présentent donc les mêmes correspondances entre vietnamien et chinois, il y a néanmoins un problème de chronologie, car le *r- du chinois archaïque était déjà devenu l- au IIe siècle, lorsque 蠟 lap apparaît. Si le mot était venu du chinois en vietnamien, il devrait avoir donc un l- un vietnamien (et un tel mot existe d’ailleurs, la lecture sino-vietnamienne lạp). L’hypothèse que le mot chinois 蠟 lap soit emprunté au vietnamien en revanche ne pose pas de problème, puisque le chinois aurait de toute façon confondu les r- et les l- étrangers en l- après le changement phonétique de *r- vers l-. Donc l’hypothèse de M. Ferlus est bien la plus parcimonieuse, et soulève naturellement la question de savoir si d’autres emprunts dans cette direction n’attendent pas d’être découverts.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Un emprunt du vietnamien en chinois?," Panchronica, 30/01/2016, http://panchr.hypotheses.org/754 (ISSN 2494-775X)