Archives par mot-clé : typologie

Comment écrire une thèse de linguistique (1)

Ce billet s’adresse aux étudiants qui écrivent ou se destinent à écrire une thèse en linguistique descriptive, en typologie ou en linguistique historique. Les suggestions qui suivent ne s’appliquent pas à d’autres domaines, comme la phonétique ou la linguistique informatique.

(1) Travail préparatoire
En complément des connaissances en linguistique et en langues indispensables pour envisager une thèse dans ce domaine, il peut être avantageux pour le doctorant ou le futur doctorant d’acquérir un minimum de formation en informatique et dans des domaines annexes.

Tout d’abord, je conseille fortement aux doctorants d’apprendre à utiliser LaTeX pour rédiger leur mémoire de M2 et leur thèse. Si l’usage de LaTeX était confidentiel en linguistique il y a seulement dix ans, depuis qu’il est possible d’utiliser Unicode (avec XeTeX), de plus en plus de linguistes de terrain s’en servent, et la grande majorité des bonnes revues de linguistiques (au moins celles éditées par Mouton de Gruyter, Benjamins et Brill) acceptent les soumissions en LaTeX. Les avantages d’utiliser LaTeX plutôt qu’un traitement de texte sont tellement nombreux qu’il est difficile de les énumérer, mais en particulier:
(a) Avec le package gb4e, il est possible d’aligner automatiquement les exemples glosés, ce qui représente un gain de temps considérable pour quasiment tous les articles de linguistiques, surtout ceux qui portent sur la morphosyntaxe.
(b) Les références croisées, la bibliographie et l’index sont générés automatiquement sans le moindre surcroît de travail (et se modifient sans risque d’erreur).
(c) Avec le package tikz, il est possible de concevoir des figures compliquées avec un effort relativement minime.
(d) Pour les utilisateurs plus avancés, il est possible de combiner LaTeX avec des langages de programmation ou avec R.
Pour les doctorants intéressés étudiant à Paris, Thomas Pellard offre une formation LaTeX à l’INALCO au premier semestre.

Ensuite, pour ceux qui s’intéressent à la morphologie (notamment les linguiste de terrain décrivant des langues à morphologie lourde), il existe des outils tout faits pour générer ou analyser des paradigmes; si l’on peut y parvenir avec des langages tels que Python et Perl (dont la connaissance peut être utile pour tout linguiste), les transducteurs (par exemple XFST) permettent d’appliquer la quasi-totalité des alternances morphonologiques imaginables à des formes abstraites (à l’exception de la réduplication, car ils sont limités aux expressions régulières strictes). Ecrire un programme pour générer des paradigmes (comme je l’ai fait pour le khaling) a l’avantage, outre d’apporter au linguiste un gain de temps considérable, de s’assurer que l’analyse proposée est correcte, ce qui est difficile, voire impossible à faire à la main.

Enfin, des connaissances en mathématiques, en particulier en probabilité et statistique et en théorie des langages formels et automates, peuvent s’avérer très utiles même pour les linguistes typologues / diachroniciens.

(2) Choisir un sujet de thèse
Le choix du sujet de thèse est crucial, et il est préférable de le choisir en concertation avec le directeur pressenti et l’équipe dans laquelle le doctorant souhaite s’insérer. Il faut savoir non seulement éviter les sujets de thèse catastrophiques, mais également déterminer un sujet optimal adapté à soi-même en particulier, en fonction de ses compétences, de ses intérêts, de la faisabilité du projet et de l’intérêt qu’il suscite dans l’équipe. Dans la plupart des disciplines, en particulier en mathématiques, les doctorants ne choisissent pas eux-mêmes leur sujet de recherche.

En linguistique, il devrait en être de même, à une exception près: pour les linguistes de terrain, il est possible de choisir soi-même la langue sur laquelle on souhaite travailler (même si son directeur ou les autres membres de l’équipe ne connaissent aucune langue du même groupe) à condition d’avoir un minimum de garantie concernant l’accès au terrain — il serait suicidaire de choisir pour une thèse une langue inétudiable soit parce que la région étudiée est fermée aux étrangers, soit parce qu’il s’agit d’une zone de guerre ou que la communauté ne souhaite pas partager sa langue.

La description grammaticale d’une langue non-décrite est un sujet possible, qui permet au doctorant de se former en même temps dans tous les domaines de la linguistique, de la phonologie à la pragmatique. Evidemment, décrire exhaustivement une langue inconnue en trois ans est impossible, même pour le plus doué des linguistes, et la faisabilité dépend de la langue et de la communauté, en particulier la facilité à collecter des textes: le don de raconter des histoires de façon cohérente n’est pas donné à tous les informateurs, et il faut donc choisir judicieusement les personnes avec qui travailler.

Toutefois, la rédaction d’une grammaire de référence n’est pas le seul sujet de thèse possible: en fonction des intérêts du doctorant et de son directeur de thèse, combiner terrain, philologie, linguistique historique et typologie me semble également une bonne façon de procéder. Ces quatre disciplines sont en effet complémentaires:

(a) La linguistique de terrain offre au doctorant d’avoir des données originales, qui peuvent lui évitent l’écueil de ressasser inlassablement les mêmes données. C’est aussi l’occasion de découvrir des faits intéressants inattendus, et d’ouvrir son esprit sur des domaines de la linguistique nouveaux (dans mon cas par exemple, j’avoue n’avoir commencé à m’intéresser à la syntaxe qu’à partir du moment où j’ai effectué mon premier terrain sur le japhug — or, c’est maintenant mon sujet de recherche principal).
(b) Il est possible également d’apporter de nouvelles données en étudiant des textes (en particulier des documents inédits) dans des langues anciennes ou disparues. Dans certaines disciplines, comme les études indo-européennes ou sémitiques, la quasi-totalité des linguistes sont en même temps philologues, alors que la linguistique de terrain a un rôle plus marginal.
(c) La typologie permet au descripteur de langue (qu’il soit chercheur de terrain ou philologue) de ne pas commettre des erreurs élémentaires dans sa description, et aussi de déterminer quels phénomènes sont rares, et lesquels sont plus courants (ce qui est bien entendu capital ensuite pour le choix de sujets sur lesquels écrire des articles).
(d) La diachronie permet d’expliquer les irrégularités dans la morphologie, de rendre compte de certaines constructions syntaxiques étranges. En outre, selon la langue étudiée, la contribution des données collectées par le doctorant soit à la typologie des changements linguistiques soit à la reconstruction de la proto-langue et à l’éclairage qu’elle offre sur les langues voisines, mérite d’être valorisée dans la thèse.

La thèse doit être pour le doctorant non seulement l’occasion de contribuer à la linguistique, mais aussi de se former et d’acquérir le plus de nouvelles connaissances possible. A ce titre, il me semble plus formateur de se spécialiser sur une langue que d’effectuer des recherches superficielles sur un grand nombre de langues. Je ne conseille pas, pour une thèse de linguistique, un travail de typologie pure basé exclusivement sur des données de seconde main. En effet, l’expérience montre que les linguistes qui n’ont pas effectué de terrain approfondi pendant leur thèse parviennent très rarement ensuite à s’y mettre, alors que les linguistes de terrain et les philologues n’ont aucun mal à écrire des articles de typologie.

(à suivre)

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Comment écrire une thèse de linguistique (1)," Panchronica, 31/03/2016, http://panchr.hypotheses.org/979 (ISSN 2494-775X)

Les relatives à tête interne en japhug

Parmi les nombreux phénomènes grammaticaux passionnants que l’on observe en japhug, l’un des plus courants dans les textes est la présence de relatives à tête interne, c’est à dire où l’élément relativisé (l’antécédent en terme de grammaire traditionnelle, mais dans ce cas précis ce terme est impropre) n’est ni extraposé à gauche de la relative (comme dans les relatives postnominales du français) ni à sa droite (comme dans les prénominales du chinois par exemple), mais se situe dans la subordonnée à la même place (et avec le même marquage casuel) que dans une phrase indépendante. L’exemple suivant, tiré de cet article, illustre un exemple de relative à tête interne typique: qajɣi ‘pain’ est l’élément relativisé, mais il est pourtant placé entre le sujet (ɬamu kɯ) et le verbe, ici à une forme participiale (nɯ-kɤ-mbi ‘ce qu’elle lui avait donné’). (NB: je m’excuse d’insérer un image, mais il n’y a pas de moyen efficace de présenter des exemples glosés alignés autrement sur hypothèse.org).

Ce type d’exemple est très courant, mais les plus déroutants sont ceux où le verbe est en plus à une forme finie, comme le suivant:

où rien n’indique (à part le démonstratif , mais celui-ci n’est pas obligatoire), qu’il s’agit d’une phrase subordonnée.

Les relatives à tête interne sont relativement peu courantes dans les langues du monde; elles sont bien connues en navajo ou en lakota, mais parmi les langues à grande diffusion il n’y a guère que le japonais où elles sont censées exister (et encore, ce n’est certainement pas le type de relative le plus courant dans cette langue).

Or, dans la région tibétaine et aux alentours, elles sont omniprésentes, de l’ao naga jusqu’au japhug en passant par le tibétain de Lhasa (mais pas les langues kiranti à ma connaissance). L’étendue aréale de ce phénomène et aussi son histoire est un sujet qui mériterait une étude plus approfondie (et pour cela, outre des descriptions de langues modernes, nous aurions besoin d’une analyse de l’histoire des constructions relatives dans les textes tibétains de l’époque impériale jusqu’à maintenant; des volontaires?).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les relatives à tête interne en japhug," Panchronica, 20/02/2016, http://panchr.hypotheses.org/836 (ISSN 2494-775X)

Le français vulgaire est-il inférieur au français policé?

Il est relativement aisé de remarquer l’absence de certaines conjugaisons et de certaines constructions grammaticales du français écrit en français parlé contemporain, comme celle de l’imparfait du subjonctif ou même du passé simple. L’obsolescence de ces formes grammaticales donne facilement l’impression que le français parlé, surtout dans ses formes les plus innovantes, serait plus simple, voire intrinsèquement inférieur au français écrit et normatif. Est-ce objectivement le cas?

Définir la complexité d’une langue est un sujet intéressant, mais un blog n’est pas un médium adéquat pour traiter d’une telle question. Dans ce billet, je me contenterai de montrer que le français parlé vulgaire présente au moins dans la formation des propositions relatives une plus grande richesse syntaxique que le français écrit. Cette idée m’est venue en donnant un cours de morphosyntaxe la semaine dernière, et n’est pas basée sur une étude de corpus (je laisse à d’autres le soin d’en tirer une étude approfondie rigoureuse).

Dans un article assez fondamental, Keenan et Comrie ont suggéré une généralisation appelée la hiérarchie d’accessibilité à la relativisation, selon laquelle les arguments et adjoints qui peuvent être relativisés (en terme de grammaire scolaire du français, les antécédents — il y a plusieurs raisons pour lesquelles ce terme n’est pas approprié dans une perspective de linguistique générale) dans une langue particulière ne sont pas distribués de façon aléatoire, mais obéissent à une hiérarchie (ici un peu modifiée):

Sujet > objet direct > objet indirect > oblique > possesseur > standard de la comparaison

Si des travaux ultérieurs ont pu affiner cette hiérarchie et modifier certains détails, l’observation générale de Keenan et Comrie semble assez robuste.

Certaines langues, comme l’anglais, permettent de relativiser tous les arguments et adjoints inclus dans la hiérarchie. Le français écrit, comme le japhug (voir cet article qui paraîtra dans le prochain numéro du Journal of Chinese Linguistics), permet de relativiser tous les éléments de la hiérarchie, à l’exception du standard de la comparaison. De quoi s’agit-il?

Dans une phrase comparative telle que:

(1) Pierre est plus intelligent que Marie

Pierre est le comparé, et Marie le standard. On peut relativiser le comparé:

(2) Celui qui est plus intelligent que Marie.

En revanche c’est impossible pour le standard — essayer par vous-même de dire en français standard l’équivalent de the person than whom I am smarter (ce n’est pas très courant en anglais, mais apparemment c’est possible).

Certaines formes de français parlé généralisent que à la place de presque tous les pronoms relatifs, comme par exemple dont utilisé dans la relativisation des syntagmes prépositionnels en de dans (3).

(3) Le truc que j’ai besoin

à la place de:

(4) La chose dont j’ai besoin

Le relatives en que dans cet état de langue fonctionnent en fait d’une façon très différente des relatives du français standard. Parmi d’autres propriétés, elles permettent de relativiser le standard de la comparaison, dans des exemples tels que:

(5) Le type que je suis plus intelligent que lui.

Je suis à peu près certain qu’une phrase telle que (5) est possible, même si je n’ai pas réussi à en trouver sur google, du fait de la censure (et l’auto-censure) de la langue parlée et naturelle qui sévit dans les pays francophones (les lecteurs de ce blogs sont invités à indiquer des exemples s’ils en trouvent ou en connaissent — des liens à des vidéo d’interviews par exemple).

Les relatives en que du français parlé permettent donc, dans des exemples tels que (5), une plus grande souplesse syntaxique que les relatives normales, et cette possibilité mériterait de pouvoir entrer dans la langue standard afin de l’enrichir, et lui faire rejoindre le cercle très restreint des langues omnirelativisantes.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le français vulgaire est-il inférieur au français policé?," Panchronica, 20/12/2015, http://panchr.hypotheses.org/659 (ISSN 2494-775X)

Mon travail sur le japhug (1)

La langue japhug est parlée dans la partie tibétaine du Sichuan (par moins de dix mille personnes); j’étudie la variété du village de Kamnyu, situé ici:

J’invite tout d’abord les lecteurs de ce blog à se faire par eux-mêmes une idée de la sonorité de cette langue en consultant le corpus japhug sur l’archive Pangloss.

Je travaille sur le japhug depuis 2002; mon travail consiste à collecter des histoires traditionnelles et des conversations, à compiler un dictionnaire multimédia (qui devrait paraître très bientôt sur le site Pangloss) et à analyser la grammaire de cette langue à travers des livres et des articles. Cette approche boasienne me semble la seule appropriée pour obtenir des données fiables en linguistique et en ethnologie sur les langues et les cultures de tradition orale menacées.

Voici une photographie de mes informateurs principaux, Tshendzin 陈珍 et Dpalcan 柏尔青, prise chez eux en 2012 (malheureusement je suis un piètre photographe). En plus de séjours de terrain presque tous les ans, je suis en contact téléphonique régulier avec eux et d’autres amis de la région.

IMG_0185

Quel est l’intérêt plus général de travailler sur une langue obscure, inconnue du grand public en Chine et même dans les régions tibétaines, où on la considère comme un dialecte bizarre du tibétain?

Tout d’abord, c’est le véhicule de la culture locale. Le corpus d’histoires traditionnelles et de films que j’ai recueilli (transcrit mais pas encore traduit) contient des descriptions originales de la faune et de la flore locale, ainsi que des informations d’un grand intérêt sur les techniques agricoles, de construction de maisons et de tissage.

Ensuite, c’est une langue dont la structure grammaticale est très particulière, voire unique au monde. Le japhug et quelques langues voisines sont les seules langues en dehors des Amériques à avoir un système d’accord de type direct-inverse, font partie des rares langues à la fois verbe-finales et majoritairement préfixantes, les seules langues de Chine à incorporation nominale et quasiment les seules langues d’Eurasie avec un antipassif qui ne soit pas en même temps moyen, autobénéfactif ou réfléchi. Le japhug est la seule langue au monde dont l’inverse marque aussi le générique du sujet transitif. Il a aussi un système très riche d’idéophones, qui donnent à cette langue une forme d’expressivité peu commune.

Enfin, c’est une langue qui présente des traits conservateurs parmi les langues sino-tibétaines du point de vue de la morphologie verbale et de la phonologie. Cette langue permet de mieux comprendre l’histoire de langues littéraires plus « importantes » comme le chinois et le tibétain. Son importance pour la reconstruction de l’histoire des langues sino-tibétaines est comparable à celle du sanskrit pour l’indo-européen. Mais si personne n’oserait se prétendre indo-européaniste sans connaître le sanskrit, le japhug et les autres langues gyalrongs sont malheureusement négligées par les linguistes.

C’est pour cette raison que j’essaie de mettre en place à Paris une équipe de spécialistes de langues gyalronguiques, comprenant pour le moment Lai Yunfan, spécialiste du Khroskyabs et Gong Xun du zbu. Espérons que nous parviendrons à terme à décrire de façon satisfaisante ces langues vulnérables, et à leur donner la place qu’elle méritent en linguistique historique et typologique. Peut-être qu’un jour la connaissance d’une langue rgyalrong, en plus du chinois et du tibétain, sera un pré-requis pour faire un doctorat en linguistique comparée du sino-tibétain, comme c’est le cas avec le sanskrit en indo-européen.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Mon travail sur le japhug (1)," Panchronica, 10/05/2015, http://panchr.hypotheses.org/264 (ISSN 2494-775X)