Archives par mot-clé : typographie

L’astérisque et l’obèle

L’obèle † est un symbole typographique utilisé (en autre) en linguistique historique pour indiquer une forme attendue mais inattestée.

Il s’emploie notamment lorsqu’une forme phonétiquement régulière hypothétique a été remplacée par l’analogie. Par exemple, en grec attique où *kʷ > t devant voyelle antérieure, on attendrait des paradigmes où p et t alternent (mais tous ont été régularisés par analogie). Ainsi, le vocatif de ἄνθρωπος ánthrôpos ‘homme’ devrait être †ἄνθρωτε †ánthrôte; l’obèle permet d’indiquer de façon concise cette absence d’attestation.

On peut aussi se servir de ce symbole pour indiquer les formes non-attestées prédites par une loi phonétique hypothétique, ainsi que tout simplement des formes incorrectes dans une langue particulière (« barbarismes » comme on dit en thème grec).

Dans certains domaines de la linguistique historique, en particulier le sino-tibétain, on emploie l’astérisque à la fois pour indiquer les formes reconstruites, les formes non-attestées et les phrases incorrectes. L’usage de l’obèle est quasiment inconnu dans la discipline, au point que le directeur d’une revue m’a demandé une fois de remplacer ce symbole par une astérisque. Cet emploi généralisé de l’astérisque, indéniablement dû à l’influence de la linguistique chomskyenne, me semble dommageable.

Un système de reconstruction n’est pas à mettre sur le même plan qu’une forme non-attestée synchroniquement; c’est un système hypothétique, d’un certain degré d’abstraction, d’où on peut dériver mécaniquement les formes attestées des langues. Confondre les deux décrédibilise la reconstruction, et justifie la pratique courante parmi les linguistes peu familiers avec la méthode comparative de proposer des reconstructions au gré de leur fantaisie, sans aucun système revérifiable.

NB: L’obèle est parfois aussi utilisé pour l’interprétation d’une transcription ancienne pré-phonémique, comme c’est l’usage dans le Comparative Siouan Dictionary; je ne conseille pas cette pratique, qui ne peut qu’induire davantage de confusion.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’astérisque et l’obèle," Panchronica, 11/02/2016, http://panchr.hypotheses.org/783 (ISSN 2494-775X)