Archives par mot-clé : tujia

Le prohibitif en tujia

Comme nous l’avons vu dans un précédant billet, en tujia les *-a deviennent -i après dentale (li35 « tigre », tsi21 « riz » = japhug ndza « manger ») et restent -a après vélaire (ŋa35 « moi », ka35 « manger, mordre » = japhug nɤŋka « ronger »).
Le tujia -a a visiblement de nombreuses autres origines, dont *-ak (tha55 « tisser » = japhug taʁ), certaines voyelles antérieures dans un contexte à préciser (-ma55 « suffixe pour les noms d’agent » = japhug tɯrme« homme »)
A ce titre, le prohibitif tha55 est intéressant (example 1, Chen 2006:114)

(1) a55xoŋ55 tha55 ka35
cru NEG manger
« Il ne faut pas manger d’aliments crus. »

Ce marqueur fait immédiatement penser au prohibitif qui se trouve dans beaucoup de langues trans-himalayennes (mais pas le tibétain et le rgyalrong), comme en tangoute 𘅇 1734 tji¹ < *tja¹, où il est homophone du verbe "poser" (japhug ta). Le STEDT considère en effet ce mot tujia comme un réflexe de cet étymon. La voyelle pose toutefois problème; devant dentale, on attendrait un -i.

Toutefois, on remarque que ce marqueur de prohibitif dérive en fait d’un verbe existentiel négatif tha55 (au futur thai35, au perfectif thau35), illustré par l’exemple suivant (Chen 2006:95-96) par une très banale grammaticalisation.

(2) lai53 lau21tshi21 thai35
aujourd’hui soleil ne.pas.avoir:FUT
« Aujourd’hui il n’y aura plus de soleil. »

A moins de supposer donc (i) que le changement *-a > -i après dentale n’a pas eu lieu dans ce mot (pour une raison à préciser) et (ii) que ce marqueur de prohibition a pu être dégrammaticalisé, pour devenir un verbe existentiel négatif, il est donc peu vraisemblable d’imaginer que, malgré la ressemblance superficielle de ce préfixe avec son équivalent en lolo-birman, il y soit apparenté. Même si j’ignore l’étymologie de l’existentiel négatif tha55 (mais aussi celle des mots tujia non empruntés au chinois dans leur très grande majorité), ce cas illustre à quel point il est dangereux et contre-productif de pratiquer l’étymologie à partir de listes de mots, sans s’intéresser à la grammaire et l’histoire détaillée de chaque mot.

Références
陈康 2006. 土家语研究。北京:中央民族大学出版社

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le prohibitif en tujia," Panchronica, 28/10/2017, http://panchr.hypotheses.org/2030 (ISSN 2494-775X)

Un petit détour par le tujia (1)

Le tujia est, de toutes les langues sino-tibétaines autres que le chinois, celle qui est parlée le plus au nord-est, dans deux enclaves au milieu de variétés diverses de langues chinoises et de langues hmong-mien, dans le département de Luxi 泸溪县 et celui de Longshan 龙山县 au Hunan.

Il existait encore il y a quelques années un site bilingue (anglais-chinois) avec un corpus multimédia de textes maintenu par Cecilia et Philip Brassett, mais il semble s’être évaporé, ce qui montre l’intérêt de sites avec un fort soutien institutionnel comme celui de Pangloss, qui a de bonnes chances de pérennisation.

Il existe un grand nombre de sources imprimées sur cette langue, et même des articles sur des sujets spécifiques (comme par exemple Xu 2008, pour citer une publication en anglais).

Du fait de sa position géographique, le tujia suscite une interrogation. Il s’agit très vraisemblablement d’un reliquat des langues qui recouvraient l’essentiel du Hunan et de l’est du Sichuan actuels (les royaumes de Ba 巴, Shu 蜀 et Chu 楚 de l’antiquité) plutôt qu’une incursion venant de l’ouest dans une région habitée par des Chinois. A ce titre, sa position phylogénétique est potentiellement intéressante.

Malheureusement (pour ceux qui veulent avoir des réponses rapides) et heureusement (pour ceux qui aiment les mystères et les recherches de longue durée), le tujia est comme les langues na une langue à la phonologie très érodée, qui a perdu les groupes de consonnes initiaux et les consonnes finales, et les lois phonétiques la reliant aux langues plus conservatrices de la famille sont tout sauf évidentes.

En utilisant les données de Chen Kang (2006), qui a l’avantage de présenter une liste de mots avec les deux « dialectes » (de Longshan et de Luxi) en regard, j’ai recherché les mots potentiellement apparentés au japhug, au tibétain et au chinois, y compris les nombreux emprunts à différentes variété de langues chinoises (qui sont très nombreux). Pour ceux qui veulent en savoir plus, le STEDT contient des données lexicales de deux variétés de Tujia, des données proches de celles de la source que j’ai utilisée.

Lorsque l’on étudie une langue de ce type, c’est bien évidemment par les emprunts qu’il faut commencer. La difficulté dans le cas du tujia est qu’il convient de connaître le chinois xiang de Jishou, une langue qui présente la particularité de préserver les voisées du chinois moyen, un archaïsme très inhabituel. Ainsi, lorsque l’on trouve des mots à voisées en Tujia de Luxi (celui de Longshan a perdu les voisées) correspondant aux voisées du chinois moyen, comme bu21 dau21 ‘raisin’ (bu daw 葡萄), il ne faut pas conclure qu’il s’agit nécessairement d’un emprunt datant d’avant la dynastie Ming.

Les mots potentiellement cognats sont plus difficiles. Certains restent relativement reconnaissables, comme le tujia de Luxi a21 si55 ‘pou’ dont la deuxième syllabe est presque certainement cognate (entre autres) avec le japhug zrɯɣ et le tibétain ɕig (voir cet article à propos du groupe initial dans ce mot).

Dans d’autre cas, il faut supposer des lois phonétiques non triviales — par exemple dzi35 « riz, nourriture » (tujia du nord tsi21) est vraisemblablement apparentée à la racine du japhug ndza « manger » et du tibétain za de même sens, ce qui suggère (à moins qu’un suffixe dental soit passé par là) une loi phonétique *-a > -i au moins devant affriquée dentale. Cette hypothèse gagne en plausibilité lorsque l’on découvre d’autres mots comme si35 « viande » (tibétain ɕa ‘viande’), tsi21tsi21 « neveu » (japhug tɯ-ftsa, tibétain tsʰa.bo) etc.

Enfin, on trouve des cas plus acrobatiques. Que dire par exemple de dzi33 « cochon »? Il est tentant de le rapprocher aussi de la racine verbale « manger », mais la différence de ton avec dzi35 « riz, nourriture » cité plus haut n’est pas facilement explicable.

(à suivre)
Référence
陈康 2006. 土家语研究。北京:中央民族大学出版社
Xu Shixuan 2008. Relative clauses in Tujia. Language and Linguistics.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Un petit détour par le tujia (1)," Panchronica, 20/04/2016, http://panchr.hypotheses.org/1247 (ISSN 2494-775X)