Archives par mot-clé : tissage

L’usage de la vidéo en documentation linguistique

Dans un précédent billet, j’avais mentionné un film expliquant les techniques de tissage. La première partie de ce film (avec la transcription complète) est maintenant disponible sur l’archive Pangloss. C’est le premier document vidéo de la collection sur le japhug.

Ce document illustre entre autre pourquoi la vidéo n’est pas un simple gadget, mais un outil indispensable à la documentation des langues. Dans le cas des textes procéduraux (qui expliquent comment réaliser une activité traditionnelle), en effet, il est très courant que le locuteur se serve de gestes et autres signaux non-verbaux pour expliquer une action, qui de toute évidence sont perdus si l’on ne dispose que d’un enregistrement audio. Ainsi, la phrase la plus courante du texte sur le tissage (les lecteurs de ce blog peuvent s’en convaincre par eux-même) est (1), qui est absolument ininterprétable sans vidéo.

(1) ki tú-wɣ-stu tɕe
DEM/PROX IPFV-INV-faire.ainsi LNK
On fait de cette façon.

Mais non seulement la vidéo permet de mieux comprendre les phrases ambiguës ou insuffisamment spécifiques, elle rend aussi possible de saisir les emplois précis de certains affixes ou constructions grammaticales en contexte. C’est notamment le ça ici avec les préfixes directionnels. Certains verbes (comme taʁ « tisser » βzu « faire », ʑa « commencer ») apparaissent dans ce texte avec deux préfixes directionnels imperfectifs: lu- (vers l’amont) et chɯ- (vers l’aval). Le premier (lú-wɣ-ʑa « on commence », lú-wɣ-taʁ « on tisse ») s’emploie pour désigner les mouvements depuis la partie du métier à tisser la plus éloignée du tisserand, tandis que le second est utilisé lorsque le mouvement part de la partie la plus proche du tisserand. Autrement dit, la dimension fluviale amont-aval est métaphoriquement étendue à l’axe des fils de chaîne.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’usage de la vidéo en documentation linguistique," Panchronica, 03/12/2016, http://panchr.hypotheses.org/1553 (ISSN 2494-775X)

Le métier à tisser en sino-tibétain

Parmi les rares mots communs aux langues rgyalronguiques et au chinois, on trouve deux verbes désignant des activités de tissage:

’tisser’: japhug taʁ, tibétain འཐག་ ɴtʰag, btags, chinois 織 *tək
‘filer’: japhug pɣo < *paˠŋ, tibétain འཕང་མ་ ɴpʰaŋ.ma ‘quenouille’, chinois 紡 *paŋʔ

Je pense néanmoins qu’il est probablement possible de reconstruire davantage de termes techniques liés à cette activité. Aujourd’hui, en feuillant un dictionnaire de birman, je suis tombé sur le mot hnat ‘(织布机上的)综’ (à lire ici zèng), un terme qui se traduit en français par lice, et qui désigne un élément du métier à tisser qui sert à croiser les fils de chaînes et à les séparer pour permettre le passage de la navette (织布机上使经线交错着上下分开以便梭子通过的装置).

Ceci me fait immédiatement penser au japhug ɕnat, qui désigne un fil (en chinois local 提线; voir ci-dessous sur la photographie, en violet, noir et blanc; Tshendzin indique du doigt le ɕnat violet) qui sert précisément à cela (ɯ-sqar ɯ-tu-kɯ-sɯ-βzu ɣɯ tɤ-ri ŋu = c’est le fil qui sert à faire l’intersection des fils de chaînes). NB: cette photographie est tirée d’un film assez détaillé sur le tissage que je publierai un jour, il est déjà transcrit.

Cnat

J’avais déjà remarqué le tibétain སྣས་ snas qui a l’air de vouloir dire la même chose, et je me demandais depuis ma thèse s’il s’agissait d’un emprunt très nativisé du tibétain en gyalrong. La découverte de ce cognat birman montre qu’il n’en est rien, il s’agit d’un mot (à l’étymologie par ailleurs opaque) qui doit être reconstruit à l’ancêtre commun du birmo-gyalronguique et du tibétain, voire plus loin si nous parvenons à trouver des cognats dans des langues plus éloignées. Je n’ai pas d’explication pour la différence de consonne finale. Si des lecteurs de ce blog ont des idées sur des étymologies dans d’autres langues, elles sont les bienvenues.

Il y a sans doute de nombreux autres termes du tissage dans le vocabulaire sino-tibétain. La reconstructibilité de ces termes me semble avoir une importance pour la détermination de l’Urheimat de la famille.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le métier à tisser en sino-tibétain," Panchronica, 28/11/2015, http://panchr.hypotheses.org/548 (ISSN 2494-775X)