Archives par mot-clé : thulung

D’où viennent les -ā:p et -am du khaling?

Les lois phonétiques du khaling présentées dans cet article montrent que les *a du pré-khaling ne restent a que lorsque suivies de vélaires, et deviennent ɛ en syllabe ouverte et suivies des codas labiales et dentales. Toutefois, on trouve un nombre non-négligeable de noms en -ap et en -am. Quelle peut-être donc leur origine?

L’étymon khaling dhâm धाःम् « ciel » offre peut-être la solution. Son cognat thulung est dha:mu (les données thulung viennent d’Aimée Lahaussois). La correspondance entre le ton tombant et le -u final perdu de la seconde syllabe est attendue (voir cet article). Le limbou a quant à lui taŋsaŋba « ciel » (données limbou tirées de ce dictionnaire). Je proposerais donc une reconstruction *daŋ en proto-kiranti, avec une proto-forme intermédiaire *daŋmu dans l’ancêtre commun au thulung et au khaling; la seconde syllabe pourrait être cognate de l’étymon reflété par le japhug tɯ-mɯ « ciel, pluie », qui a des cognats répandus); le limbou aurait de son côté formé un composé différent (notons que le changement *d- > t- est parfaitement régulier en limbou, voir cet article parmi d’autres).

En khaling, le *-ŋ a dû disparaître tardivement, après le passage de *a > ɛ et probablement avant la chute des voyelles hautes finales:

*daŋmu > *da:mu > dʰâm

En thulung, le -N a chuté avec allongement compensatoire de la voyelle précédente, sans modifier le timbre de la voyelle.

La reconstruction proposée ici diffère fondammentalement de celle de Starostin, qui n’a pas pris en compte le mot limbou.

La même règle s’observe dans le nom khaling ʔā:p आप् « pin », qui correspond au limbou aːŋ « pin », et aussi peut-être khaling -tā:p -ताप् « soi-même » que l’on pourrait comparer au limbou thaŋbɛn « young man »(d’un pré-khaling *taŋbi ?). Notons que cette idée a le mérite additionnel d’expliquer pourquoi les noms « pin » et « soi-même » ont une voyelle longue en khaling au ton plat suivie d’une occlusive finale (normalement ce type de syllabe n’est pas possible dans cette langue).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "D’où viennent les -ā:p et -am du khaling?," Panchronica, 23/02/2017, http://panchr.hypotheses.org/1684 (ISSN 2494-775X)

Métathèse ou analogie

Avant de proposer de nouvelles idées pour rendre compte des données présentées dans ce billet précédent, il est tout d’abord nécessaire d’expliciter l’hypothèse de Koontz, qui n’est que rapidement esquissée dans son article.

Avant d’entrer dans les détails, notons tout d’abord, comme le dit Koontz, que les thèmes en *p- sont très nombreux en Dhegiha, car ce paradigme s’applique aux verbes pourvus du préfixe instrumental *pa- « en poussant » qui est très productif (voir Marsault 2016 p 120; originellement, probablement un verbe, mais j’aborderai cette question dans un billet ultérieur). S’il existe des préfixes en *k-, ceux-ci suivent une toute autre conjugaison (celle à lénition, voir Marsault 2016 p.80).

En lakota, les verbes à préfixe pa– n’ont pas d’alternance, comme le montre le paradigme du verbe pa-ská « pétrir (la pâte) »:

1sg wa-páska
2sg ya-páska
3sg paská

Rappelons le paradigme d’un verbe pourvu du préfixe ba- (de *pa-) en omaha:

« pousser dans »
1sg pásnu (ppásnu)
2sg shpásnu (špásnu)
3sg basnú (basnú)

Koontz suggère que le paradigme des verbes en *k- aurait prit sa 1sg au paradigme en *p- du fait de la plus grande fréquence de ce dernier, et qu’aucune métathèse n’aurait donc jamais eu lieu en Dhegiha. Autrement dit, à un stade plus ancien du Dhegiha (peut-être l’ancêtre commun au Dhegiha et au Lakhota), on avait pour les verbes à instrumental *pa- le paradigme:

1sg *ppa-
2sg *špa-
3sg *pa-

et pour les verbes en *k-:

1sg *kk-
2sg *šk-
3sg *k-

stade dont seul le verbe gą́ða « désirer » (1sg kką́bðe, 2sg šką́hne) garde une trace.

Ensuite, les formes de première personne en *kk- auraient tout simplement été remplacées par *pp- par analogie. Une telle hypothèse n’est pas absolument impossible, même si ce type de cas (la généralisation brutale d’une forme alternante d’un paradigme à un autre paradigme causant une alternance plus opaque que celle présente originellement) me semble très inhabituel. Il faudrait admettre que la première sg pp- a été réanalysée par fausse coupe comme étant un préfixe qui remplace la consonne initiale; autrement dit la règle synchronique d’alternance b- => pp- est réinterprétée comme (i) suppression du b- (ii) préfixation de pp-.

L’exemple le plus proche auquel je puisse penser est le cas, en Thulung, du suffixe de 1sg>3 -pu (voir ce travail d’Aimée Lahaussois, p14, qui apparemment résulte de la fausse coupe CVp-u > CV-pu des verbes en CVp-, généralisant ce -pu aux verbes à finale -k). Si les lecteurs de ce blog connaissent d’autres exemples comparables, je suis preneur.

Etant donné toutefois le fait que l’étymon *táppa mentionné dans le billet précédent offre une preuve indépendante de la métathèse *pk- > *kp-, l’hypothèse déjà fragile de Koontz devient intenable. Quelle alternative proposer pour expliquer le paradigme du verbe « désirer » et le nom « tortue », qui semblent soutenir l’hypothèse d’un changement *pk- > kk-? Nous discuterons de cette question dans un prochain billet.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Métathèse ou analogie," Panchronica, 30/12/2016, http://panchr.hypotheses.org/1578 (ISSN 2494-775X)

Les emprunts entre langues kiranti

Les verbes conjugués en kiranti, contrairement à ceux des langues gyalronguiques, sont une classe quasi-fermée; il est très difficile d’ajouter de nouvelles racines verbales, et la façon productive de créer de nouveaux verbes est d’utiliser une construction avec auxiliaire. Les emprunts de verbes sont très rares. En khaling, je ne connais que याल्न्य |jal| ‘frapper’ (emprunté au thulung yalmu, voir cet article p.1110) et हेल्न्य |ɦel| « détourner l’eau », qui vient du népali हेल्नु helnu de même sens). On peut s’interroger aussi sur le verbe |pil| « traire, presser », qui pourrait être emprunté à pelnu « presser », mais si c’était le cas, l’emprunt aurait eu lieu en proto-kiranti, ce qui semble peu probable, car des cognats existent ailleurs pour ce mot. Il est intéressant qu’il s’agisse de mots à finale -l: c’est une des rares consonnes finales sans alternance en khaling, ce qui a pu favoriser l’empruntabilité de racines de ce type.

Les emprunts de noms en revanche sont probablement très courants, mais il est encore difficile d’avoir des critères stricts pour les distinguer des cognats. Ce matin, en travaillant sur le wambule, j’ai trouvé deux noms ressemblant au khaling, dont il est difficile de dire à ce stade s’il s’agit d’emprunts ou de cognats: khalamba « rhume » (khaling ख्यल्याम्ब्य khɛ́lɛmbɛ) et lima « mensonge » (khaling लेम lémʌ). La loi de réduction des syllabes ne devrait pas s’appliquer dans ces mots (puisqu’il n’y a pas de voyelle haute), et l’on ne peut donc facilement prouver qu’il s’agit d’emprunts, mais la structure de ces mots est complètement opaque et ne semble pas analysable historiquement. Si ce sont vraiment des cognats (au moins reconstructibles à l’ancêtre commun du khaling et du wambule, ce qui n’est pas forcément le proto-kiranti), cela impliquerait qu’il existait déjà des mots trisyllabiques dans cette proto-langue.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les emprunts entre langues kiranti," Panchronica, 19/02/2016, http://panchr.hypotheses.org/830 (ISSN 2494-775X)

Première rencontre avec le thulung

La semaine dernière Gong Xun, Lai Yunfan et moi avons étudié pendant une journée avec Chandra Thulung, qui est venue à Paris pendant deux semaines pour travailler Aimée Lahaussois, sur sa langue éponyme.

Nous avons pu confirmer l’observation d’Aimée selon laquelle dans la variété parlée par Chandra existe une opposition de longueur, dans des paires minimales telles que duŋi (‘boire’, 1pl.incl, Khaling tūŋki तु्ङ्‍कि) et du:ku (‘boire’, 1pl.excl, Khaling tūŋkʌ तु्ङ्‍क), dans ce cas par allongement compensatoire dû à la chute du ŋ dans un contexte particulier. Toutefois, la transcription de la longueur dans cette langue est d’une difficulté redoutable.

Les alternances vocaliques du verbe thulung sont riches et assez différentes de celles observées en khaling, par exemple le verbe ‘faire’ comprend pas moins de quatre radicaux différents (j’indique ici les formes du non-passé):

1sg beu
1du.incl botsi
1pl.incl bi:
3sg by:

On reconnaît ici la racine de ‘faire’ qui se trouve en japhug (pa) et en tibétain (bʲed, bʲas). Les alternances ci-dessus sont caractéristiques des verbes transitifs à racine à syllabe ouverte en *a dans cette langue, et résultent sans doute en partie de fusion avec l’ancien suffixe *-u de patient de troisième personne direct.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Première rencontre avec le thulung," Panchronica, 14/10/2015, http://panchr.hypotheses.org/436 (ISSN 2494-775X)