Archives par mot-clé : tangsa

A propos des alternances thématiques du kuki-chin et du tangsa

Outre les langues rgyalronguiques et kiranties, dont les alternances de thème sont particulièrement riches et de mieux en mieux documentées (voir par exemple cet article), la famille trans-himalayenne comprend de nombreuses langues ayant des traces d’alternance vocaliques et consonantiques, ce qui soulève naturellement la question de savoir si l’une de ces alternances est reconstructible pour la proto-langue.

Pour le kuki-chin, le livre de VanBik a l’immense mérite d’indiquer les deux thèmes I et II pour plusieurs langues, et donne une reconstruction en proto-kuki-chin, qui est proche de la forme toujours attestée en Hakha Lai. Observons quelques exemples des deux thèmes:

zâa-I, zaat-II ‘itch, tickle’
khàa-I, khaat-II 

zâaŋ-I, zǎan-II ‘light (not heavy)’
kǎaŋ-I, kaŋʔ-II  ‘blaze, burn’

liak-I, liaʔ-II ’lick’
sǎa-I, sak-II  ‘build, connect’

Le thème II ne semble pas complètement prédictible du thème I, ni le thème I du thème II, mais l’on peut offrir quelques généralisations: le thème II semble parfois formé à partir du thème I en rajoutant une coda -t ou en convertissant -ŋ en -n (peut être de *ŋt), ou en convertissant -k en -ʔ (ou -ŋ en -ŋʔ). On sait qu’une des origines de -ʔ en Kuki-chin est *-s (ruʔ « os » , cf tibétain rus.pa རུས་པ་) et il est donc concevable que les formes II sont en partie construites en rajoutant des suffixes *-t ou *-s. Quelle pourrait être la nature de ces suffixes?

Le thème II a une variété d’usages en KC, mais semble refléter une ancienne forme nominalisée; il n’est donc pas illégitime de supposer que ces suffixes puissent être la traces de suffixes de nominalisation, d’autant que *-t et *-s sont attestés comme tels dans de nombreuses langues, dont le tibétain, l’himalayen de l’ouest et le rgyalronguique (voir cet article, section 4.1). Une possibilité alternative serait de comparer le -t du et l’alternance de glottalisation dans le thème II du KC avec le thème 2 des langues rgyalronguiques (le -t est attesté avec le verbe ti, tɯt « dire » en japhug, qui est ici un vrai -t et non pas un ancien *-s). Le champs est ouvert pour tester laquelle de ces deux hypothèses, ou une autre, est la plus prometteuse.

Dans les langues tangsa maintenant, Stephen Morey, dans son chapitre de l’ouvrage collectif « The Sino-Tibetan languages », décrit un système d’alternance thématique qui rappelle fortement celui du kuki-chin. On trouve en Tangsa deux thèmes décrits comme « verbal » et « nominal » respectivement (voir Morey 2017:362-363). Or, certains exemples de verbes ont un thème nominal formé au moyen d’un suffixe *-t, comme le Ngaimong (langue où *-t passe à -l, comme le montre mul¹ « blow » = japhug ɣɤmɯt; le -t est préservé dans certaines variétés de tangsa comme le rinkhu ou le tikhak voir Morey 2017:361, tableau 17.9):

‘roast’: ʃu¹, ə-ʃɔl⁴
‘go’ ka¹, ə-kal⁴

Notons que cette alternance n’est pas productive (certains verbes à syllabe ouverte, au même ton, comme ʒu¹ « flee », n’ont pas de suffixe à la forme nominale).

Je n’ai pas encore trouvé de paire partagée par le KC et le tangsa, et encore moins par le rgyalronguique, mais il me semble que l’étude comparative de ce phénomène ouvre des perspectives fascinantes pour l’histoire de la famille.

========================
Références
Morey, Stephen 2017 Tangsa. In Graham Thurgood & Randy LaPolla (eds.), The Sino-Tibetan Languages, second edition, 350-368 London: Routledge.
Jacques, Guillaume. [2016]2017. How many *-s suffixes in Old Chinese? Bulletin of Chinese Linguistics 9(2). 205–217.
VanBik, Kenneth 2009. Proto-Kuki-Chin: A Reconstructed Ancestor of the Kuki-Chin Languages, STEDT Monograph Series 8, University of California, Berkeley.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "A propos des alternances thématiques du kuki-chin et du tangsa," Panchronica, 29/06/2017, http://panchr.hypotheses.org/1868 (ISSN 2494-775X)