Archives par mot-clé : tangoute

Les réduplications qui n’en sont plus

Les réduplications, lorsqu’elles subissent des changements phonétiques même relativement modérés, peuvent parfois devenir méconnaissables, et synchroniquement immotivées.

Un cas bien connu est celui de la forme d’aoriste/injonctif qui donne le grec εἶπον eipon ‘je dis’ (qui fonctionne comme l’aoriste de φημί phêmi et de λέγω legô « dire ») et le sanskrit vocam (aoriste avec augment avocam). Ces deux formes verbales n’ont aucune réduplication apparente ni en grec ni en sanskrit, mais tous les spécialistes s’accordent pour reconstruire ici un aoriste à réduplication *we-wkʷ-om (ce sujet est discuté dans ce billet). Notons que la 1sg vocam en sanskrit est refaite (on attendrait †vokam) dû à la généralisation de l’alternant palatalisé.

En grec notons que le *w se dissimile en -i- entre deux labiovélaires, une loi qui saigne la règle de boukolos, et qui s’observe dans un autre aoriste rédupliqué moins souvent cité (merci à Romain Garnier pour me l’avoir appris), le participe aoriste εἴβων eíbōn « versant » < *we-wgw-ónt- (de la racine *wegw- qui donne le grec ὑγρός hugrós « humide » < *ugw-ró-).

Le germanique contient aussi un certain nombre de formes rédupliquées fossiles (l'anglais wheel, par exemple).

Des réduplications fossiles sont aussi identifiées dans certaines familles dont la phonologie historique est bien comprise; ainsi, en sémitique on peut citer l’hébreu כוכב kôxāβ < *kabkab "étoile" par exemple.

En sino-tibétain/trans-himalayen, le parent pauvre de la méthode comparative, ce type de phénomène est plus difficile à détecter. Je ne connais pas d'exemple de ce type clairement identifié en chinois, en tibétain ou en rgyalronguique. J'ai proposé dans mon étude du tangoute (Jacques 2014:197) que la voix tendue (marquée par un point souscrit dans la reconstruction) du numéral "trois" sọ¹ (qui peut remonter mécaniquement à quelque chose comme *sə-sum) soit un cas de réduplication fossile; cette proposition, dont j'avoue le caractère hypothétique, n'a pour le moment pas fait l'objet d'une discussion détaillée (voir cependant ce billet de Marc Miyake).

Connaissez-vous d’autres exemples de réduplications fossilisées dans d’autres familles?

======================
Jacques, Guillaume 2014. Esquisse de phonologie et de morphologie historique du tangoute. Global Oriental. Leiden: Brill.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les réduplications qui n’en sont plus," Panchronica, 27/10/2016, http://panchr.hypotheses.org/1506 (ISSN 2494-775X)

Le proto-sino-tibétain, une langue flexionnelle?

Un des plus grands débats en linguistique du sino-tibétain porte sur l’ancienneté de l’indexation en personne qui est présente dans certaines branches (gyalronguique, kiranti, kouki-tchin, dulong/rawang etc) mais absente dans d’autres, et notamment dans les « grandes » langues littéraires comme le chinois, le tibétain et le birman.

Ma position sur la question a déjà été suggérée dans cet article: au vu de la ressemblance frappante entre les paradigmes verbaux du kiranti du sud (bantawa, pouma et chintang) et du rgyalrong situ, et étant donné que certains des affixes marquant la personne dans ces langues ne ressemblent pas aux pronoms, il est difficile de concevoir que cette morphologie ne serait pas reconstructible en partie au moins à l’ancêtre commun du rgyalrongique et du kiranti. Je pense également que les langues sans indexation personnelle, y compris le chinois et le tibétain, l’ont perdue en conservant peut-être quelques traces comme l’irrégularité du verbe « manger », une idée que Sprigg avait eu déjà plus de trente ans auparavant mais n’avait jamais jugé utile de publier.

Ce point de vue est partagé par des auteurs tels que George van Driem et Scott DeLancey, lequel a été très prolifique sur la question et a récemment publié une grande quantité d’articles: 2010, 2011, 2013, 2014, 2015a, 2015b.

Un point de vue opposé, défendu essentiellement par Randy LaPolla (1992, 2003, 2012a, 2012b), et plus récemment soutenu aussi par Bettina Zeisler, serait que les systèmes d’indexation personnelle seraient des innovations indépendantes, que les langues sans indexation telles que le chinois et le tibétain ne l’auraient jamais eu, et que dans certaines langues, comme le tangoute, elle serait très récente et à peine grammaticalisée.

Dans cet article, qui vient d’être publié dans la revue Linguistic Vanguard, je clarifie un certain nombre d’imprécisions concernant l’interprétation des données du tangoute, des langues rgyalronguiques et kiranties, et j’espère ainsi contribuer à ce que cet important débat avance sur des bases saines.

Problème de directionalité sémantique

Ces derniers jours, Marc Miyake discute sur son blog de problèmes de phonologie historique du tangoute, et j’espère trouver le temps d’y participer. Pour le moment, je vais aborder une question très simple, qu’il mentionne dans ce billet.

Le caractère tangoute 2262 dʑjwow correspond à deux mots distincts (homophones), « oiseau » et « voler ». Marc s’interroge sur lequel des deux sens est le plus ancien; je pense qu’on peut apporter une réponse à cette question.

Je rapproche le tangoute dʑjwow dans mon livre sur la phonologie historique du tangoute de la racine verbale *(l)mbjam du proto-gyalronguique reflétée par la dernière syllabe du japhug nɯqambɯmbjom « voler », le situ bjâm « voler » et le khroskyabs jmbjə̂m. Or, dans certaines langues gyalronguiques, dont le situ kə-bjâm « oiseau » et le khroskyabs jbjæbjə̂m « oiseau », le nom « oiseau » est un participe dérivé du verbe « voler » (c’est à dire simplement « celui qui vole »). Il semble assez évident que la même évolution a dû avoir lieu en tangoute; dans cette langue les préfixes de participe en – ont disparu sous l’effet d’une règle générale d’attrition phonologique affectant toutes les présyllabes, si bien que le verbe et le nom dérivé ne peuvent plus être phonétiquement distingués (le même phénomène a d’ailleurs eu lieu en khroskyabs).

Même si mon hypothèse étymologique rapprochant dʑjwow de *(l)mbjam s’avérait fausse, il me semble que le changement sémantique voler ==> oiseau est le seul possible; j’imagine difficilement une langue où le verbe « voler » dérive du nom pour « oiseau ». Dans toutes les langues que je connais, les verbes dérivant de nom d’oiseaux signifient plutôt « chasser des oiseaux » ou « élever des oiseaux » (par exemple le japhug nɯpɣa « chasser des oiseaux » du nom pɣa « oiseau »).

Références
Lai Yunfan. 2013. La morphologie affixale du lavrung wobzi, mémoire de mastaire, université Paris III.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Problème de directionalité sémantique," Panchronica, 01/08/2015, http://panchr.hypotheses.org/397 (ISSN 2494-775X)

L’ode au tripitaka

Dans un nouveau billet sur son blog, Andrew West publie les résultats d’un travail de recherche dont il avait présenté en 2014 un premier aperçu à une conférence sur le tangoute organisée par Galambos Imre.

Andrew montre que le tripitaka tangoute numérote les volumes qu’il comporte au moyen d’une suite de caractères tangoutes à première vue aléatoire, mais qui s’avère en fait être un nouveau texte, et qui plus est un texte en langue secrète! Or, les textes de ce type se comptent sur les doigts de la main, et le travail d’Andrew est donc d’une grande importance non seulement pour l’étude du bouddhisme tangoute, mais aussi de la langue elle-même. Il n’est pas donné à tous les philologues de découvrir un nouveau texte, surtout un texte qui était d’un certain point de vue sous les yeux de tous; je salue ici l’ingéniosité d’Andrew, et espère qu’il trouvera le temps de mettre en forme ce travail pour le publier dans une revue.

Je.I. Kychanov (1932-2013)

Le professeur Kychanov, l’un des meilleurs spécialistes mondiaux de la langue tangoute et de l’histoire du royaume Xixia (1038-1227), nous a quittés le 24 mai 2013.

Le tangoute est la troisième langue sino-tibétaine à avoir été portée à l’écrit (après le chinois et le tibétain), et à ce titre elle est d’un intérêt indéniable pour la linguistique historique de cette famille. Cette langue nous est parvenue dans une écriture complexe et difficile d’interprétation. Non seulement les caractères tangoutes comportent un nombre de traits moyen par caractère qui dépasse n’importe quelle autre système d’écriture, mais le lien entre la structure de ces caractères et la prononciation est très limité.

Par un hasard de l’histoire, la majorité des textes tangoutes se trouvent actuellement à Saint-Pétersbourg. La mission Kozlov en Chine du nord-ouest et en Asie centrale au début du vingtième siècle a découvert une ville morte au milieu du désert, dans une région qui est actuellement rattachée à la Mongolie intérieure en République Populaire de Chine. Le climat désertique était particulièrement propice à la préservation du papier, et les explorateurs ont découverte une immense bibliothèque contenant des milliers de volumes en tangoute, qu’ils ont rapportés en Russie, et qui ont permis à plusieurs générations de savants russes de se consacrer à l’étude de cette langue.

Le premier tangoutologue russe fut Ivanov, qui découvrit le dictionnaire bilingue tangoute-chinois « La perle dans la paume », document fondamental pour le déchiffrement du tangoute car qui contient des indications à la fois sur le sens et la prononciation des mots.

Le second fut Nevsky, un brillant chercheur qui vécut de longues années au Japon, où il travailla non seulement sur le déchiffrement du tangoute, mais aussi sur la documentation des langues du sud des îles Ryûkyû (à propos de ces langues voir le site http://www.thomaspellard.info/ ). Malheureusement, à son retour en union soviétique, il fut victime des purges staliniennes et exécuté en 1938. Ses travaux, ainsi que l’ensemble des documents tangoutes, furent scellés par le NKVD jusqu’aux années cinquante (certains de ces textes n’ont été rendus publics qu’en 1992!).

Une coupure totale dans la tradition tangoutologique russe a donc eu lieu durant la seconde guerre mondiale, et les chercheurs de la génération suivante, dont Kychanov, ont dû se former tout seuls à partir des notes non-publiées de Nevsky lorsque celles-ci furent dé-scellées après la mort de Staline.

Les premiers travaux de Kychanov, en collaboration avec Sofronov, ont porté sur la reconstruction de la prononciation du tangoute, tâche fondamentale mais également d’une difficulté extrême étant donnée la structure particulière de l’écriture de cette langue. Même si ces premiers travaux datant de 1963 sont maintenant dépassés, toutes les recherches qui ont suivi se sont basées sur leur article.

L’essentiel de l’œuvre de Kychanov a porté sur traduction des textes tangoutes non-bouddhiques. Son magnum opus en philologie tangoute est sans nul doute sa traduction du code de lois tangoute, le plus long texte suivi dans cette langue (il comporte plus de cinq cent pages), qui a depuis été re-traduit en chinois et a fait l’objet d’une foule de commentaires. Il y a quelques années, Kychanov a également publié en collaboration avec Arakawa Shintarô un dictionnaire tangoute-anglais-russe-chinois. Slava Zaytsev a préparé une bibliographie exhaustive des travaux de Kychanov:

http://orientalstudies.ru/rus/images/pdf/a_zaytsev_2012.pdf

Je n’ai jamais eu la chance de rencontrer le professeur Kychanov, mais j’ai eu quelques échanges avec lui par l’intermédiaire de Slava Zaytsev, et il m’a envoyé un exemplaire dédicacé d’un de ses derniers ouvrages История тангутского государства, un recueil de travaux sur l’histoire et la philologie tangoutes.

En comparaison avec les années cinquante, la tangoutologie a connu un progrès immense, et une grande partie du mérite en revient à J. Kychanov; c’est l’accumulation progressive de travaux comme les siens qui font que le tangoute n’est plus une curiosité de musée, mais une langue qui peut être utilisée par des linguistes généralistes intéressés par la morphosyntaxe et la phonologie historique.