Archives par mot-clé : sino-tibétain

Un article à propos de la diffusion lexicale

Dans un billet écrit il y a plus d’un an, j’avais présenté une critique de certains problèmes liés à cet article paru dans la nouvelle revue International Journal of Chinese Linguistic. Nathan W. Hill a récemment rendu disponible sa réponse à cet article, qui paraîtra très prochainement dans la même revue.

L’article de Nathan a le mérite, outre de réfuter très en détail l’article calamiteux, de présenter une critique claire et convaincante de la « diffusion lexicale », et de la supériorité de l’approche néogrammairienne sur celle-ci.

=======
Hill, Nathan W. (2016) ‘A refutation of Song’s (2014) explanation of the ‘stop coda problem’ in Old Chinese.’ International Journal of Chinese Linguistics, 3(2): 272–283

Un étymon utile pour la paléontologie linguistique

En lisant ce matin un article sur une langue lolo-birmane, je suis tombé sur le mot « banane » (citons simplement le birman hŋak), qui m’a rappelé le khaling leŋaksi लेङाक्सी ‘banane’ (-si ici est un suffixe signifiant « fruit »). En fait, le STEDT a déjà noté cette étymologie: l’étymon « banane » se retrouve dans quasiment toutes les branches primaires de la famille, y compris birmo-gyalronguique, tani et kiranti (mais pas en chinois apparemment).

Etant donné le caractère tropical de cette plante, il pourrait s’agir d’un mot utile pour la paléontologie linguistique, si l’on parvient à exclure la possibilité d’un mot voyageur diffusé dans toutes les langues. Il est trop tôt pour décider de cette question, mais notons déjà qu’en khaling, une forme dissyllabique *ŋaksi dans l’ancêtre commun au khaling et au doumi devrait donner †ŋas en khaling d’après les lois phonétiques décrites dans cet article. Il est donc assez probable qu’il s’agisse en khaling d’un emprunt récent à une autre langue kirantie (ce qui n’empêche pas toutefois qu’il soit d’un mot très ancien en kiranti).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Un étymon utile pour la paléontologie linguistique," Panchronica, 15/05/2016, http://panchr.hypotheses.org/1282 (ISSN 2494-775X)

Indo-européen et linguistique historique

La linguistique indo-européenne a une place à part parmi les sous-domaines de la linguistique historique. Cette discipline, née de la combinaison de la grammaire paninéenne et de la philologie classique du latin et du grec, a une avancée considérable sur les études portant sur les autres familles de langues, et un degré de sophistication inégalé.

Cette avancée est due à une combinaison de plusieurs facteurs. Tout d’abord, à l’exception de la famille afro-asiatique, l’indo-européen est la seule famille pour laquelle on dispose d’autant de données anciennes remontant pour certaines à l’âge du bronze. Ensuite, le nombre d’indo-européanistes est bien supérieur à l’ensemble des spécialistes de linguistique historique de toutes les autres familles de langue combinés — c’est dû en grande partie au fait que les linguistes dans les départements d’études gréco-latines (qui malheureusement sont en train de dépérir dans tous les pays, sauf la Chine) étaient tous traditionnellement des indo-européanistes. Enfin, la méthode comparative néogrammairienne a été développée tout d’abord en indo-européen, avant d’avoir été appliquée à d’autres familles.

Il existe bien sûr des traditions remarquables de linguistique comparée en dehors de l’indo-européen, en particulier pour le sémitique, l’ouralique, l’algonquien, l’austronésien et le bantou, mais (mis à part peut-être le cas de l’austronésien) le nombre de chercheurs dans ces spécialités est trop restreint pour permettre des études d’un niveau de détail comparable. Par exemple, alors que des dictionnaires étymologiques existent pour les plus obscures des langues indo-européennes, pas une seule langue algonquienne n’a de dictionnaire étymologique (en sino-tibétain de même: même le tibétain n’en a pas).

Pour les spécialistes d’autres familles de langues, même de langues sans contact historique avec des langues indo-européennes, une connaissance de l’indo-européen est d’une grande utilité, voire indispensable si l’on s’intéresse à la morphologie historique. En effet, on ne peut pas étudier la linguistique historique en lisant passivement des manuels, on ne peut l’apprendre qu’en s’exerçant sur des données réelles. Pour les étudiants qui se destinent à une spécialisation en linguistique historique, voici mes suggestions:

(1) Etudier les bases du sanskrit (je conseille en particulier les Textes épiques sanskrits de Romain Garnier). Si l’on ne doit apprendre qu’une langue indo-européenne ancienne, c’est celle-là, sans discussion.
(2) Prendre un manuel d’indo-européen (comme celui de Fortson ou de Schmidt-Brandt; malheureusement il n’y a pas l’équivalent en français) et regarder les listes de cognats et les paradigmes comparés un par un mais cacher les reconstructions, et essayer de parvenir à des reconstructions soi-même.
(3) Prendre les paradigmes reconstruits et essayer d’appliquer mécaniquement les lois phonétiques: cet exercice simple permet de se rendre compte qu’absolument aucun paradigme dans aucune langue, même celui de οἶδα ‘je sais’ (sans doute le plus archaïque et le plus bizarre de tous les paradigmes indo-européen), n’est parvenu jusqu’à nous sans changement analogique. Essayer par soi-même de déterminer quels changements analogiques ont eu lieu, puis lire la « solution » dans les manuels.

Le but de cet exercice n’est pas de devenir indo-européaniste, mais de bien comprendre l’interaction entre changements phonétiques et analogie, et de mémoriser des exemples qui pourront ensuite servir de parallèle à l’analyse des données d’autres familles de langues. En outre, il est crucial à mon avis, plus que d’apprendre une solution particulière (qui peut être fausse), de se faire une opinion personnelle, même sur la base de données restreintes et pré-sélectionnées. Ainsi, c’est pour moi un non-sens que d’apprendre les reconstructions à laryngales sans avoir au préalable essayé d’analyser les classes de présent du sanskrit.

« Tibéto-birman »: un terme à abandonner

Le terme « tibéto-birman », dont l’usage est très répandu aussi bien parmi les linguistes généralistes que chez les spécialistes du domaine, pose à mon avis un problème fondamental. Il est généralement compris comme englobant toutes les langues sino-tibétaines mis à part le chinois, et permet ainsi d’opposer artificiellement le chinois aux autres langues. Or:

(1) Il n’existe pas la moindre ombre de preuve que le chinois est la première branche de la famille — aucune innovation commune à toutes les langues sino-tibétaines non-chinoise ne permet de suggérer qu’elles forment un clade auquel le chinois n’appartiendrait pas (les apparences d’innovations communes, comme la confusion supposée de l’opposition entre *a et *ə, sont dues à un examen superficiel des données des langues autres que le chinois). La différence manifeste des langues chinoises avec le reste peut tout aussi bien s’expliquer par des innovations massives du côté chinois. Il n’est pas absolument impossible que le chinois soit le premier embranchement de la famille, mais tant que les lois phonétiques et surtout la morphologie de la famille sont aussi mal comprises, ce n’est pas à mes yeux la question prioritaire, d’autant que le chinois, très innovateur, va de toute façon peu contribuer dans l’ensemble à la reconstruction du sino-tibétain. Son importance est essentiellement due aux emprunts qu’il a diffusés dans une grande partie des langues de la région, et qui doivent être minutieusement distingués des mots cognats.

(2) La diversité typologique des langues ST non-chinoises est immense (c’est même potentiellement la famille la plus diverse au monde du point de vue de la diversité morphosyntaxique), et même donc en tant que groupement typologique, la notion de « tibéto-birman » ne tient pas la route — le birman par exemple ressemble beaucoup plus typologiquement au chinois qu’aux langues gyalronguiques (même si phylogénétiquement il est assez clair qu’il existe un groupe birmo-gyalronguique).

Malheureusement, le fait que le mot « tibéto-birman » existe rend possible de parler de ce groupement artificiel comme s’il s’agissait d’une entité réelle, un peu comme s’il existait un mot pour désigner « les langues indo-européennes autres que l’anglais ». Cela a plusieurs conséquences délétères sur la discipline. Du côté des linguistes spécialistes du chinois, c’est un prétexte de plus pour ignorer complètement les autres langues de la famille. Pour ceux qui s’intéressent au comparatisme sino-tibétain, cela divise la discipline en deux camps qui jusqu’à récemment communiquaient peu, les « tibéto-birmanistes » (ceux qui font du terrain sur des langues à tradition orale et du comparatisme sur la base de langues modernes) et les sino-tibétanistes (qui comparent la reconstruction du chinois archaïque avec la reconstruction du « proto-tibéto-birman »). Le résultat est que les premiers n’intègrent pas le chinois dans leur reconstruction (mais lui donnent néanmoins implicitement un rôle prééminent, suggérant que le chinois vaut autant que toutes les autres langues réunies) et que les seconds se contentent d’étudier le chinois, et ne connaissent aucune autre langue de la famille.

Outre un cloisonnement disciplinaire, je pense que la notion de « tibéto-birman » est profondément sinocentrique et dénigre la valeur des langues à tradition orale de la famille. Il contribue à marginaliser des langues déjà trop peu étudiées en minimisant leur diversité et leur valeur propre individuelle. A mon avis il est préférable d’adopter des périphrases du type « les langues ST autres que le chinois » si besoin est plutôt que de continuer à promouvoir ce terme.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "« Tibéto-birman »: un terme à abandonner," Panchronica, 05/03/2016, http://panchr.hypotheses.org/900 (ISSN 2494-775X)

« Chauve-souris » en sino-tibétain

On trouve dans le vocabulaire potentiellement reconstructible du sino-tibétain (je dis « potentiellement » car sommes très loin d’avoir quoi que ce soit ressemblant à un système de reconstruction) des mots inattendus, pour lesquels aucun étymon équivalent n’existe dans le vocabulaire hérité de familles mieux connues comme l’indo-européen.

L’un de ces étymons est celui de la chauve-souris; le STEDT présente une liste de mots qui sont assez certainement cognats, et qui incluent le Khaling पाक्ति pakti et le chinois 蝠 *pɨk. En kiranti, ce mot n’est attesté sinon à ma connaissance qu’en dumi (on l’on a प्वाक्ती pwakti dans le dictionnaire de Netramani Rai; le -w- est inattendu).

Le fait que cet étymon soit attesté en chinois, en sal (bobo-garo, naga du nord), en kuki-chin et en kiranti mais pas en tibéto-birman central (tibétain, birmo-qianguique) est à mon avis une bonne indication qu’il n’a pas pu être transmis par contact, et qu’il est donc très certainement hérité dans toutes ces langues. Par contraste, en indo-européen chaque branche a créé, et renouvelé en permanence, le vocabulaire pour désigner cet animal. Comment expliquer sa préservation en ST? Peut-être son usage culinaire?
En tous les cas, je doute que cette information soit cruciale pour déterminer l’emplacement de l’Urheimat sino-tibétaine, car on trouve des espèces de chauves-souris dans toutes les régions pour lesquelles le berceau de la famille a été proposé (y compris la Chine du nord, le Sichuan, l’Arunachal, le Bhutan etc).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "« Chauve-souris » en sino-tibétain," Panchronica, 28/02/2016, http://panchr.hypotheses.org/885 (ISSN 2494-775X)

Les animaux domestiqués des proto-sino-tibétains

Parmi les rares mots apparentés entre langues gyalrong et chinois (si l’on exclut les emprunts récents et les emprunts passés par le tibétain), on trouve quatre ou cinq mammifères domestiques (le cinquième étant plus spéculatif):

(1) « mouton »:
japhug qaʑo < *-jaŋ « mouton » (qa- est un préfixe de noms d’animaux)
chinois 羊 *jaŋ « ovin » (je pense qu’il faut reconstruire un *j primaire ici en chinois — cette solution diffère de celle de de Baxter/ Sagart, mais je prépare un article sur la question où ce problème sera discuté).

(2) « vache »:
japhug nɯŋa < *-ŋwa (l’élément nɯ- est à mon avis l’état construit de tɯ-nɯ « sein » c’est à dire « la vache à pis »)
chinois 牛 *ŋwə.

(3) « yak »:
japhug qambrɯ « yak mâle » < *mru)
chinois 犛 *mˁrə

(4) « cheval »:
japhug mbro < *mraŋ)
chinois 马 *mˁraʔ

(5) « cochon »:
Laurent Sagart propose que l’étymon correspondant au japhug paʁ « cochon » soit apparenté au chinois 富 *pək-s « riche » ce qui fonctionne phonétiquement et n’est pas absurde du point de vue sémantique, même si cette étymologie ne peut se mettre au même plan que les autres.

Les noms du yak et le cheval sont clairement des Wanderwörter: leur phonologie se correspond mal entre branches éloignées du sino-tibétain, et l’archéologie ne semble pas indiquer une origine suffisamment ancienne pour justifier l’hypothèse que la domestication de ces animaux pré-daterait la séparation du sino-tibétain (voir par exemple cet article sur le yak).

En revanche, les autres mot semblent se conformer aux lois phonétiques des cognats; notamment, le *ə du chinois correspond bien au *a du proto-gyalrong.

Il n’y a guère de doute que la domestication du cochon est très ancienne en Asie orientale; pour le mouton et la vache en revanche, la question est plus compliquée. J’avais l’impression jusqu’ici que les trace d’ovins et de bovins dans les sites archéologiques chinois étaient trop tardifs pour supposer que les proto-sino-tibétains avaient déjà domestiqués ces animaux, et qu’il ne pouvait s’agir que de mots voyageurs très anciens.

Néanmoins, au moins certains travaux indiquent qu’une domestication indépendante de bovins aurait eu lieu en Chine du nord, ce qui pourrait malgré tout ne pas exclure d’office l’hypothèse que le chinois 牛 *ŋwə soit bien un cognat du gyalrong *ŋwa.

Les étymons correspondant au chinois 牛 *ŋwə et 羊 *jaŋ « ovin » sont toutefois mal attestés dans la famille sino-tibétaine. En kiranti par exemple, on ne trouve de cognat que pour « cochon » (Khaling पो: pô: < *pɑk); pour les ovins, les mots sont empruntés à des langues indo-aryennes (bhēnde « mouton » est un emprunt ancien au népali भेडा bheɖa « mouton ») et le mot pour la vache semble spécifique aux langues kiranti (khaling बै: bʌ̂j, Limbu pit < *bit). La question de la reconstructibilité des noms de mammifères domestiques en ST est donc un problème assez compliqué.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les animaux domestiqués des proto-sino-tibétains," Panchronica, 27/02/2016, http://panchr.hypotheses.org/721 (ISSN 2494-775X)

L’astérisque et l’obèle

L’obèle † est un symbole typographique utilisé (en autre) en linguistique historique pour indiquer une forme attendue mais inattestée.

Il s’emploie notamment lorsqu’une forme phonétiquement régulière hypothétique a été remplacée par l’analogie. Par exemple, en grec attique où *kʷ > t devant voyelle antérieure, on attendrait des paradigmes où p et t alternent (mais tous ont été régularisés par analogie). Ainsi, le vocatif de ἄνθρωπος ánthrôpos ‘homme’ devrait être †ἄνθρωτε †ánthrôte; l’obèle permet d’indiquer de façon concise cette absence d’attestation.

On peut aussi se servir de ce symbole pour indiquer les formes non-attestées prédites par une loi phonétique hypothétique, ainsi que tout simplement des formes incorrectes dans une langue particulière (« barbarismes » comme on dit en thème grec).

Dans certains domaines de la linguistique historique, en particulier le sino-tibétain, on emploie l’astérisque à la fois pour indiquer les formes reconstruites, les formes non-attestées et les phrases incorrectes. L’usage de l’obèle est quasiment inconnu dans la discipline, au point que le directeur d’une revue m’a demandé une fois de remplacer ce symbole par une astérisque. Cet emploi généralisé de l’astérisque, indéniablement dû à l’influence de la linguistique chomskyenne, me semble dommageable.

Un système de reconstruction n’est pas à mettre sur le même plan qu’une forme non-attestée synchroniquement; c’est un système hypothétique, d’un certain degré d’abstraction, d’où on peut dériver mécaniquement les formes attestées des langues. Confondre les deux décrédibilise la reconstruction, et justifie la pratique courante parmi les linguistes peu familiers avec la méthode comparative de proposer des reconstructions au gré de leur fantaisie, sans aucun système revérifiable.

NB: L’obèle est parfois aussi utilisé pour l’interprétation d’une transcription ancienne pré-phonémique, comme c’est l’usage dans le Comparative Siouan Dictionary; je ne conseille pas cette pratique, qui ne peut qu’induire davantage de confusion.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’astérisque et l’obèle," Panchronica, 11/02/2016, http://panchr.hypotheses.org/783 (ISSN 2494-775X)

Le métier à tisser en sino-tibétain

Parmi les rares mots communs aux langues rgyalronguiques et au chinois, on trouve deux verbes désignant des activités de tissage:

’tisser’: japhug taʁ, tibétain འཐག་ ɴtʰag, btags, chinois 織 *tək
‘filer’: japhug pɣo < *paˠŋ, tibétain འཕང་མ་ ɴpʰaŋ.ma ‘quenouille’, chinois 紡 *paŋʔ

Je pense néanmoins qu’il est probablement possible de reconstruire davantage de termes techniques liés à cette activité. Aujourd’hui, en feuillant un dictionnaire de birman, je suis tombé sur le mot hnat ‘(织布机上的)综’ (à lire ici zèng), un terme qui se traduit en français par lice, et qui désigne un élément du métier à tisser qui sert à croiser les fils de chaînes et à les séparer pour permettre le passage de la navette (织布机上使经线交错着上下分开以便梭子通过的装置).

Ceci me fait immédiatement penser au japhug ɕnat, qui désigne un fil (en chinois local 提线; voir ci-dessous sur la photographie, en violet, noir et blanc; Tshendzin indique du doigt le ɕnat violet) qui sert précisément à cela (ɯ-sqar ɯ-tu-kɯ-sɯ-βzu ɣɯ tɤ-ri ŋu = c’est le fil qui sert à faire l’intersection des fils de chaînes). NB: cette photographie est tirée d’un film assez détaillé sur le tissage que je publierai un jour, il est déjà transcrit.

Cnat

J’avais déjà remarqué le tibétain སྣས་ snas qui a l’air de vouloir dire la même chose, et je me demandais depuis ma thèse s’il s’agissait d’un emprunt très nativisé du tibétain en gyalrong. La découverte de ce cognat birman montre qu’il n’en est rien, il s’agit d’un mot (à l’étymologie par ailleurs opaque) qui doit être reconstruit à l’ancêtre commun du birmo-gyalronguique et du tibétain, voire plus loin si nous parvenons à trouver des cognats dans des langues plus éloignées. Je n’ai pas d’explication pour la différence de consonne finale. Si des lecteurs de ce blog ont des idées sur des étymologies dans d’autres langues, elles sont les bienvenues.

Il y a sans doute de nombreux autres termes du tissage dans le vocabulaire sino-tibétain. La reconstructibilité de ces termes me semble avoir une importance pour la détermination de l’Urheimat de la famille.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le métier à tisser en sino-tibétain," Panchronica, 28/11/2015, http://panchr.hypotheses.org/548 (ISSN 2494-775X)

Quelle est la position du bai?

Comme plusieurs lecteurs de ce blog on exprimé un intérêt pour le ‘problème bai’, voici une réflexion additionnelle.

Si le point de vue de Wang (2006), à savoir que le bai serait un parent proche mais distinct du chinois, a été réfuté par la présentation de Gong Xun, les deux hypothèses alternatives, à savoir (1) que le bai serait une branche divergente du chinois (d’époque Han) à substrat birmo-qianguique ou (2) que le bai serait une langue birmo-qianguiquoïde à fort superstrat chinois (Lee et Sagart 2008) sont toujours en lice.

Je me joins à l’avis assez général que dans les cas ambigus comme celui-ci, la morphologie devrait pouvoir jouer un rôle important. Malheureusement, les différentes formes de bai, au moins telles qu’elles sont décrites, sont assez fortement isolantes, quoique l’on ait des paires de verbes cognates avec celles du chinois qui sont des traces d’alternances figées.

Un phénomène qui frappe l’attention, toutefois, est la marque de négation -u- infixée dans quelques verbes (je cite Xu et Zhao 1984, p 39,qui est toujours malheureusement la source la plus accessible sur le bai):

baineg

L. Sagart avait suggéré oralement il y a quelques années qu’il pourrait s’agir de la trace de la négation à labiale initiale que l’on trouve dans la famille ST (ex, japhug mɤ-). Si c’est le cas, la présence de cet infixe ne peut pas servir pour mettre fin au débat, car on pourrait tout aussi bien proposer qu’il vient d’une des nombreuses négations à labiale du chinois (genre 否 *pəʔ ou 无 *mə). Toutefois, cette idée fait une prédiction: si l’infixe -u- vient bien d’une négation préfixée au verbe à consonne labiale, les mots à présyllabes *m(ə)- ou *p(ə)- du chinois archaïque, selon la reconstruction B/S, devraient eux aussi tous avoir la médiane -u-.

Si cette prédiction n’est pas vérifiée, alors cette hypothèse ne peut être retenue, et une autre origine doit être recherchée pour cet infixe -u-. Je ne vois pas de candidat prometteur — on a certes un préfixe de négation ɨ- en bantawa (< *u-), mais son origine est un problème en soi en kiranti et sa distribution dans le paradigme verbal est assez compliquée et confuse, puisqu’il est homophone avec la trace de l’inverse.

Références
Lee Yeon-Ju and Laurent Sagart. 2008. No limits to borrowing: The case of Bai and Chinese, Diachronica, 25(3):357–385, DOI: 10.1075/dia.25.3.03yeo
Wang, Feng. 2006. Comparison of languages in contact: the distillation method and the case
of Bai. Institute of linguistics, Academia Sinica.
Xu Lin, Zhao Yansun 1984. Baiyu jianzhi. Beijing: Minzu chubanshe.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Quelle est la position du bai?," Panchronica, 12/11/2015, http://panchr.hypotheses.org/511 (ISSN 2494-775X)

Chevrons, avant-toits et uvulaires en chinois archaïque

Le mot tibétain lcam-shing (ltɕam.ɕiŋ dans ma transcription) désigne le chevron (en chinois 椽子 chuánzi). Une origine possible du tibétain lcam est *lhjam (voir cet article).

Cette reconstruction me fait penser au chinois 檐 yem ‘avant-toit’, dont la classe de rime en chinois archaïque (韵部) est *-am de façon non-ambiguë. Une des origines du chinois moyen y- est bien la latérale *l-, donc *lam serait une forme qui pourrait mécaniquement donner le chinois moyen yem et les formes qui en dérivent dans les langues chinoises modernes. Admettons pour le moment cette reconstruction, je reviendrai plus bas dans ce billet sur les problèmes qu’elle soulève.

Le proto-tibétain *lhjam et le chinois archaïque *lam se ressemblent suffisamment pour justifier une étude plus détaillée de la possibilité d’une relation entre les deux mots. Sémantiquement, le rapport entre ‘avant-toit’ et ‘chevron’ n’est pas immédiatement évident, mais comme le montre cette photographie, les chevrons sont en fait assez visibles sur les avant-toits dans l’architecture chinoise, et par conséquent il n’est pas exclu que le terme ‘avant-toit’ puisse avoir été formé à partir de celui désignant le chevron:

Phonétiquement, on observe deux différences entre la forme pré-tibétaine *lhjam et la reconstruction en chinois archaïque proposée *lam. Tout d’abord, la différence d’aspiration, sur laquelle je n’ai pas d’explication. Deuxièmement, la présence de palatalisation en tibétain, qui pourrait s’expliquer de deux façons: (1) lcam serait un emprunt au chinois 檐 yem < *lam à une étape intermédiaire (époque Han) où la palatalisation commençait à apparaître, mais avant la disparition de la latérale. (2) un certain nombre de mots tibétains natifs présentent une palatalisation mal expliquée (que je discute dans cet article), due dans certains cas à l’usage de la palatalisation pour former des mots du vocabulaire honorifique (ce qui n’est sans doute pas le cas ici).

Il semble peu probable qu’un mot aussi technique puisse être cognat entre les deux langues, mais nous ne pouvons pas exclure un emprunt dans un sens ou l’autre: la présence d’emprunts au chinois archaïque en tibétain est un fait avéré (lcags < *lhjaks ‘fer’ de 铁 *l̥ˤik, me.long ‘miroir’ de 铜 *lˁoŋ ‘bronze’ etc), ou du tibétain ou d’une langue himalayenne vers le chinois, comme c’est le cas pour le mot ‘yak’ (voir ce manuscrit).

Cette étymologie pose néanmoins un problème dans la nouvelle reconstruction de B. Baxter et L. Sagart (2014). En effet, alors que d’autres systèmes de reconstruction du chinois archaïque reconstruisent *l pour tous les y- du chinois moyen, Baxter et Sagart reconstruisent une uvulaire *ɢ dans certains cas, pour des raisons très convaincantes mais trop longues à expliquer sur ce blog. Dans leur nouvelle reconstruction, 檐 yem ‘avant-toit’ est reconstruit comme *Cə.[ɢ]am avec une uvulaire, et non avec une latérale.

La comparaison proposée avec le tibétain est-elle impossible pour cette raison? C’est là que la philologie du chinois doit entrer en jeu (malheureusement, ce n’est pas mon point fort). La reconstruction avec uvulaire dépend crucialement de l’usage de 詹 comme élément phonétique dans ce caractère, et une étude sur les textes excavés de l’usage de ce phonétique serait bien utile, mais je suis mal équipé pour m’en charger.
La série phonétique qui contient ce caractère a des occlusives dentales (膽 tamX < [t]ˤamʔ) et des affriquées alvéolo-palatales (瞻 tɕem, reconstruit *[t.q]am), mais pas à ma connaissance de caractères imposant une reconstruction d’uvulaire dans cette série. Ainsi, il serait tout aussi possible, dans le système de Baxter et Sagart, de reconstruire cette série comme une série à latérale:

yem < *lam
tamX < *t-lˤamʔ
tɕem < *t-lam

Dans cette hypothèse, la comparaison entre tibétain lcam et chinois 檐 yem ne serait pas un mirage de la reconstruction.

Références

Baxter, William H., and Laurent Sagart. 2014. Old Chinese: a new reconstruction. New York: Oxford University Press.
Jacques, Guillaume. 2013. On pre-Tibetan semi-vowels. Bulletin of the School of African and Oriental Studies 76.2:289–300.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Chevrons, avant-toits et uvulaires en chinois archaïque," Panchronica, 24/10/2015, http://panchr.hypotheses.org/490 (ISSN 2494-775X)

Le verbe de mouvement ‘voler’ en sino-tibétain

On trouve dans les langues sino-tibétaines de nombreuses racines distinctes pour ‘voler’ (comme un oiseau), dont les trois principales peuvent être illustrées par:

(i) le tibétain ɴpʰur
(ii) le japhug nɯqambɯmbjom < (proto-gyalrong *mbjam)
(iii) le khaling |bʰer| (voir cet article pour plus d’explication sur cette notation)

Laquelle de ces trois racines a le meilleur potentiel d’être proto-sino-tibétaine?

La racine reflétée par le proto-gyalrong *mbjam (et attestée en lolo-birman, entre autres, peut-être une innovation birmo-qianguique) est probablement apparentée à 泛 phjomH (chinois archaïque *p[ro]m-s) ‘flotter’ selon le changement unidirectionnel flotter > planer > voler (je dois cette idée à Laurent Sagart).

La racine du khaling |bʰer|, malgré une distribution limitée (kiranti, tani et trung, voir le STEDT, où le tibétain ɴpʰur est inclus), me semble avoir un meilleur potentiel. On trouve en effet en tibétain bʲer ‘s’enfuir’, attesté par exemple dans l’exemple ci dessous qui provient de ce texte:

(1) | de’i tshe dge slong de dag gis sbrul chen po de’i gzugs de
mthong nas sngangs skrag ste| phyogs su ‘byer par ‘gyur ro|
Then after the form of that great snake is seen by those monks, they will be afraid and unable to breathe and (they) will flee in (all) directions.

Le changement voler > s’envoler > s’enfuir me semble tout à fait naturel, et lui aussi unidirectionnel (les lecteurs de ces blogs sont invités naturellement à proposer des exemples et contre-exemples dans les langues qu’ils connaissent).

En ce qui concerne le tibétain ɴpʰur et le chinois 飞 pjɨj (*Cə.pə[r]), je pense que l’hypothèse de verbes déidéophoniques est plus probable que celle d’héritage sino-tibétain (noter le japhug sɤphɤr ‘battre des ailes, secouer etc’). Le chinois 翩翩 phjien (*pʰe[n]), qui est aussi parfois comparé au tibétain ɴpʰur, est assez évidemment un idéophone.

Naturellement, il semble possible que la racine reflétée par le khaling |bʰer| soit aussi d’origne idéophonique, mais dans ce cas précis la présence d’une voisée initiale (ou probablement originellement prénasalisée, car selon moi c’est une des origines des voisées aspirées du khaling) suggère une dérivation déidéophonique plus ancienne.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le verbe de mouvement ‘voler’ en sino-tibétain," Panchronica, 16/10/2015, http://panchr.hypotheses.org/443 (ISSN 2494-775X)