Archives par mot-clé : Royaumes combattants

L’onomastique : une source de données pour la phonologie historique du chinois?

La lecture des textes chinois antique est ardue pour de nombreuses raisons; en ce qui me concerne personnellement, n’ayant pas reçu une éducation classique suffisamment sérieuse, je suis assez frustré par ma méconnaissance du contexte historique et en particulier des personnages importants. Il est commun en plus que la même personne soit mentionnée par des noms différents dans plusieurs sources, ce qui rajoute à la confusion pour les non-initiés.

Hier soir, alors que je relisais ce chapitre des Entretiens de Confucius, un nom propre a retenu mon attention.

Au verset 5 de ce chapitre, un nom de personne présente une variante: 公山弗擾 Gongshan Furao; un commentaire indique que ce personnage avait un nom alternatif 公山不狃 Gongshan Buniu. La similitude phonétique entre 弗擾 Furao et 不狃 Buniu n’est pas évidente à priori si l’on se base sur la lecture en mandarin. En chinois archaïque en revanche, on a:

弗擾 pjut ɲewX < *put *niwX
不狃 pjuw ɳjuwX < *pəʔ *Cә.nruʔ

Il convient de noter que le caractère 擾 ɲewX est un peu bizarre au sein de sa série phonétique (il n’est pas inclus dans la liste de Baxter/Sagart, la reconstruction est de moi mais je ne pense pas qu’il y ait ici de grande controverse); les autres caractères de la même série sont de la forme 憂 yōu ‘juw < *ʔ(r)u avec une rime *-u (normalement *-u et -iw n’apparaissent pas dans la même série).

J’ignore comment expliquer le rapport de série phonétique entre 擾 ɲewX et 憂 ‘juw, mais en tous les cas, il ne semble pas complètement inconcevable que le caractère 擾 ait pu avoir été utilisé pour transcrire une syllabe à rime *-u (les caractères utilisés pour noter des noms de personnes ou de lieu ont parfois des lectures qui diffèrent de leur lecture habituelle), auquel cas la ressemblance phonétique entre les deux variantes serait moins spéculative.

Cet exemple suggère à mon avis au moins la possibilité que des traces de variantes dialectales du chinois archaïque se cachent dans les textes classiques. Toutefois, même si c’est le cas, il n’est pas certain que ces variantes soient suffisamment nombreuses et systématiques pour n’être autre chose qu’une curiosité philologique, et qu’elles puissent réellement contribuer à la reconstruction du chinois archaïque.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’onomastique : une source de données pour la phonologie historique du chinois?," Panchronica, 28/01/2016, http://panchr.hypotheses.org/747 (ISSN 2494-775X)