Archives par mot-clé : possession

La nasale intrusive en limbou

Les correspondances phonétiques des mots apparentés entre le chinois et le tibétain sont très complexes pour un grand nombre de raisons; l’une d’entre elle est à mon avis la perte dans ces deux langues d’une morphologie plus complexe de type gyalrong-kiranti.

Pour illustrer ce problème, notons par exemple le nom de parenté pour ‘père’, tibétain pʰa ཕ་, chinois 父 bju < *N-paʔ (selon Baxter et Sagart). Si l'on part de l'idée qu'il ne s'agit pas d'un mot d'origine enfantine (une objection tout à fait recevable), on se retrouve façe à une correspondance inexplicable entre p(h)-en tibétain et *N-p- avec prénasalisation anormale en chinois.

Or, en limbou, les noms de parentés (dont pa "père", voir le dictionnaire limbou en ligne) ont à leurs formes possessives un élément nasal intrusif non-expliqué (a-mba « mon père »). En l’occurrence, le nom pa « père » en limbou pose problème du point de vue comparatif (puisque le limbou p vient de proto-kiranti *b, voir cet article), mais la nasale homorganique intrusive pourrait tout à fait être un phénomène ancien.

Si l’on accepte cette dernière idée, le tibétain pourrait représenter la racine nue, et le chinois une généralisation de la forme possédée à la forme nue: *pa « père », *ŋa-N-pa « mon père » aurait été réanalysé comme *N-pa « père », *ŋa-N-pa « mon père ». Cette correspondance irrégulière entre chinois et tibétain ne serait donc pas un problème de phonologie comparée, mais plutôt de morphologie historique. Trouve-t-on d’autres traces de nasales préfixées inexpliquées dans les noms de parentés ?

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La nasale intrusive en limbou," Panchronica, 21/01/2017, http://panchr.hypotheses.org/1654 (ISSN 2494-775X)

Le roi des rgyalrongois

En japhug, la possession est exprimée par un préfixe possessif coréférent avec le possesseur sur le possédé, auquel peut s’adjoindre optionnellement une marque de génitif, comme en (1) et en (2).

(1) rɟɤlpu (ɣɯ) ɯ-ŋga
roi (GEN) 3SG.POSS-habit
« les habits du roi »

(2) jla nɯni (ɣɯ) ndʑi-rpaʁ
yak.hybride DEM.DUEL (GEN) 3DU.POSS-épaule
« Les épaules des deux yaks hybrides »

Pour les possesseurs de troisième personne, ce préfixe est ɯ- au singulier (1), ndʑi- au duel (2) et nɯ- au pluriel.

Un fait intéressant, que je n’ai pas pour le moment observé dans d’autres langues, est que lorsque l’on désigne le seigneur ou le roi d’une région, il est impératif d’employer un préfixe de pluriel, comme dans:

(3) ndzaʁlaŋ ʑɯŋkhɤm nɯ-rɟɤlpu
Jambudvîpa pays 3PL.POSS-roi
« Le roi de Jambudvîpa »

La raison pour ce fait curieux est à mon avis que l’expression signifie en fait non pas « roi de X » mais « roi de ceux de X », car l’on peut ajouter une marque de pluriel optionnelle ra:

(4) iɕqha sɤtɕha ra ɣɯ nɯ-rɟɤlpu
à.l’instant endroit PL GEN 3PL.POSS-roi
« Le roi de (ceux de) cet endroit »

Toutefois, dans les textes que j’ai fait traduire du chinois, cette expression se retrouve même pour des lieux qui ne sont pas censé avoir d’habitants; ainsi « le seigneur du mont Taishan » (泰山之主) est traduit par taishan ra ɣɯ nɯ-rɟɤlpu.

En français et dans les autres langues d’Europe, on trouve au moins deux constructions, illustrées par les titres historiquement attestés de roi de France et de roi des français. Le japhug (et peut-être d’autres langues de la région) semble ne permettre que la seconde possibilité.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le roi des rgyalrongois," Panchronica, 29/10/2016, http://panchr.hypotheses.org/1516 (ISSN 2494-775X)