Archives par mot-clé : phonologie historique

Un emprunt du vietnamien en chinois?

Dans un billet sur le blog Indo-sinica, Alexis Michaud mentionne parmi de multiples sujets l’hypothèse de Michel Ferlus selon laquelle le mot 蠟 lap « cire » serait d’origine vietnamienne. L’hypothèse est audacieuse, car si les emprunts chinois de diverses époques forment une part considérable du vocabulaire vietnamien, aucun emprunt assuré du vietnamien spécifiquement vers le chinois n’a été proposé auparavant, et même les étymologies austroasiatiques suggérées pour certains mots chinois par Norman et Mei, puis par Schuessler, sont très très peu convaincantes (i.e. avec des telles méthodes, on peut aussi trouver des emprunts sioux en chinois).

Néanmoins, à ma grande surprise, l’argument de Michel Ferlus est finalement assez solide, pour deux raisons principalement:

(1) Le mot 蠟 lap « cire » est tardif en chinois (II-IIIe siècle), et n’a aucune étymologie interne claire (et encore moins une étymologie sino-tibétaine)
(2) Le vietnamien sáp « cire » a des cognats dans les langues viet-muong avec un groupe k(h)r- attendu.

La correspondance entre le chinois moyen l- et le vietnamien s- < *k(h)r- (NB: le *s du proto-VM devient t- en vietnamien; le |s| orthographique du vietnamien représente [s] en vietnamien du nord et [ʂ] en vietnamien du sud, la prononciation du sud étant ici plus conservatrice) s’observe dans quelques emprunts anciens, tels que sức « force » emprunté au chinois 力 lik à une époque où ce mot avait un groupe de consonne initial qui s’est simplifié en *r- et a évolué en l- par la suite. C’est d’ailleurs la raison principale pour laquelle 力 lik est reconstruit *k.rək par Baxter et Sagart.

Si sáp « cire » et sức « force » présentent donc les mêmes correspondances entre vietnamien et chinois, il y a néanmoins un problème de chronologie, car le *r- du chinois archaïque était déjà devenu l- au IIe siècle, lorsque 蠟 lap apparaît. Si le mot était venu du chinois en vietnamien, il devrait avoir donc un l- un vietnamien (et un tel mot existe d’ailleurs, la lecture sino-vietnamienne lạp). L’hypothèse que le mot chinois 蠟 lap soit emprunté au vietnamien en revanche ne pose pas de problème, puisque le chinois aurait de toute façon confondu les r- et les l- étrangers en l- après le changement phonétique de *r- vers l-. Donc l’hypothèse de M. Ferlus est bien la plus parcimonieuse, et soulève naturellement la question de savoir si d’autres emprunts dans cette direction n’attendent pas d’être découverts.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Un emprunt du vietnamien en chinois?," Panchronica, 30/01/2016, http://panchr.hypotheses.org/754 (ISSN 2494-775X)

L’onomastique : une source de données pour la phonologie historique du chinois?

La lecture des textes chinois antique est ardue pour de nombreuses raisons; en ce qui me concerne personnellement, n’ayant pas reçu une éducation classique suffisamment sérieuse, je suis assez frustré par ma méconnaissance du contexte historique et en particulier des personnages importants. Il est commun en plus que la même personne soit mentionnée par des noms différents dans plusieurs sources, ce qui rajoute à la confusion pour les non-initiés.

Hier soir, alors que je relisais ce chapitre des Entretiens de Confucius, un nom propre a retenu mon attention.

Au verset 5 de ce chapitre, un nom de personne présente une variante: 公山弗擾 Gongshan Furao; un commentaire indique que ce personnage avait un nom alternatif 公山不狃 Gongshan Buniu. La similitude phonétique entre 弗擾 Furao et 不狃 Buniu n’est pas évidente à priori si l’on se base sur la lecture en mandarin. En chinois archaïque en revanche, on a:

弗擾 pjut ɲewX < *put *niwX
不狃 pjuw ɳjuwX < *pəʔ *Cә.nruʔ

Il convient de noter que le caractère 擾 ɲewX est un peu bizarre au sein de sa série phonétique (il n’est pas inclus dans la liste de Baxter/Sagart, la reconstruction est de moi mais je ne pense pas qu’il y ait ici de grande controverse); les autres caractères de la même série sont de la forme 憂 yōu ‘juw < *ʔ(r)u avec une rime *-u (normalement *-u et -iw n’apparaissent pas dans la même série).

J’ignore comment expliquer le rapport de série phonétique entre 擾 ɲewX et 憂 ‘juw, mais en tous les cas, il ne semble pas complètement inconcevable que le caractère 擾 ait pu avoir été utilisé pour transcrire une syllabe à rime *-u (les caractères utilisés pour noter des noms de personnes ou de lieu ont parfois des lectures qui diffèrent de leur lecture habituelle), auquel cas la ressemblance phonétique entre les deux variantes serait moins spéculative.

Cet exemple suggère à mon avis au moins la possibilité que des traces de variantes dialectales du chinois archaïque se cachent dans les textes classiques. Toutefois, même si c’est le cas, il n’est pas certain que ces variantes soient suffisamment nombreuses et systématiques pour n’être autre chose qu’une curiosité philologique, et qu’elles puissent réellement contribuer à la reconstruction du chinois archaïque.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’onomastique : une source de données pour la phonologie historique du chinois?," Panchronica, 28/01/2016, http://panchr.hypotheses.org/747 (ISSN 2494-775X)

L’obstruentisation du *l en jinghpo

Il est bien connu qu’en tibétain ancien, le *l du prétibétain devient -d- dans certains groupes, comme *md-, *Nd- > md-, ‘d-/ld- (d’après les lois de Bodman et de Conrady). Ce changement s’est poursuivi dans les langues tibétaines modernes, où en particulier zl- donne une occlusive ou une affriquée dans la quasi-totalité des variétés modernes (voir la présentation de Gong Xun à ce propos, en cours de relecture en ce moment).

Il est moins connu que le jinghpo a un changement du même type; le phénomène est mentionné dans Matisoff (2003:50-63), et mérite un développement plus détaillé. La table suivante montre les exemples les plus clairs:

Jinghpo sens Tibétain
mă³¹ta̱ʔ⁵⁵ « lécher » ldag < *N-lag
ʃă³ta̱³³ « lune » zla
lă³¹ta̱ʔ⁵⁵ « main » lag.pa
ʃă³¹tai³³ « nombril » lte.ba < *t-le

On remarque qu’il s’agit toujours de mots à présyllabe en jinghpo, jamais de mot en initiale absolue. Mon interprétation de cette correspondance (Matisoff ne propose pas de loi phonétique claire) est que la suite de lois phonétiques suivantes a opéré:
*Cl- > *Cd- > *Cə-d- > Că.t-

Autrement dit, le jinghpo avait originellement de vrais groupes de consonnes. Le *l a subi une fortition en *d lorsqu’il suivait certaines consonnes (au moins *s et les nasales *m et *n; lă³¹ta̱ʔ⁵⁵ vient peut-être de *n-lak > *l-dak comme en tibétain), ce qui explique l’absence de cette correspondance en début de mot.

Le nom pă̱⁵⁵la⁵⁵ ‘flèche’ (tibétain mda *məl-) suggère que l’obstruentalisation n’avait pas lieu devant occlusive (*pl- > *pəl- > pă̱.l).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’obstruentisation du *l en jinghpo," Panchronica, 25/01/2016, http://panchr.hypotheses.org/726 (ISSN 2494-775X)

Le prix Bloomfield 2016

La livre de Baxter et Sagart sur la reconstruction du chinois archaïque vient d’obtenir le prix Bloomfield de la Linguistic Society of America. C’est une excellente nouvelle non seulement pour notre équipe, mais également pour la linguistique néo-grammairienne, car c’est la première fois qu’une contribution concrète à la reconstruction phonologique d’une famille de langue (par opposition à des travaux de synthèse comme ceux de Lyle Campbell ou de William Labov parmi les précédents lauréats) est récompensé par ce prix.

Ce livre génère déjà un foisonnement de travaux sur la phonologie et la morphologie historique du chinois et de toutes les familles de langue d’Asie, comme en témoigne la conférence qui a eu lieu au début du mois sur laquelle j’ai déjà écrit un billet, et contribue à relier les domaines jusqu’alors hermétiquement séparés que sont la phonologie du chinois, la linguistique historique (du sino-tibétain, du kra-dai, du hmong-mien, du mon-khmer et même de l’indo-européen), la paléographie du chinois et l’archéologie.

Une métathèse en tibétain?

Les discussions ces derniers jours sur les *-r- du chinois archaïque m’amènent à songer à un problème de la phonologie du tibétain ancien: l’absence de groupes *rp- dans cette langue (notons que par contre rb- et rm- sont attestés, mais le premier dans peu de mots).
Or, dans la liste très réduite des quelques cognats entre gyalronguique et tibétain, on trouve le mot pour ‘épaule’, tɯ-rpaʁ en japhug, phrag(pa) en tibétain, dont la correspondance n’est pas expliquée. Si l’on suppose un changement phonétique *rp > *pr- > phr- en tibétain (qui serait restreint à ce groupe), il devient possible de relier ces deux observations.
Si cette hypothèse est valide, alors (1) aucune langue autre que le tibétain ne devrait avoir pr- dans l’étymon ‘épaule’ (à première vue, ça a l’air d’être le cas), (2) on devrait trouver d’autres cognats entre tibétain et langues préservant les groupes initiaux où phr- en tibétain correspond à rp- ou rəp- ailleurs.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Une métathèse en tibétain?," Panchronica, 19/11/2015, http://panchr.hypotheses.org/527 (ISSN 2494-775X)

Le problème des *-r- du chinois archaïque

Tous les systèmes de reconstruction du chinois archaïque actuellement utilisés, y compris celui de Baxter et Sagart, reconstruisent des médianes *-r- en grande quantité, pour des raisons essentiellement internes au chinois. La proportion des syllabes ayant des médianes *-r- est bien supérieure à celle que l’on trouve en tibétain et en rgyalronguique (voir
cet article), et même sans doute à celle de n’importe quelle langue humaine attestée (si l’on compte tout, on dépasse 30% des syllabes de la langue!). A la différence des autres langues sino-tibétaines, on trouve beaucoup de groupes de type dentale+r (en rgyalronguique, ils sont restreints aux mots d’origine idéophoniques, car *tr > tʂ, et en tibétain, on ne trouve que dr-, ou d- est toujours un préfixes).

Le problème toutefois que je trouve le plus gênant est l’absence presque complète de preuves directes de *-r- dans les emprunts au chinois archaïque en viêtique et en kra-dai, langues qui pourtant ont des médianes -r-. (Dans les cognats du chinois en tibétain et en rgyalronguique, les correspondances de la médiane *-r- sont assez peu claires, mais ce problème peut être dû à la morphologie, et je n’entre pas dans le débat ici.)

Je pense que c’est le signe que ce que nous reconstruisons comme *-r- doit résulter de la confusion de nombreux types de groupes de consonnes différents. Notons d’emblée que dans les langues dont l’histoire est mieux connue, la rétroflexion a de nombreuses origines — notons la loi de ruki par exemple en indo-iranien.

Je ne vais toutefois pas résoudre ce problème d’une immense complexité dans ce petit billet (mais les lecteurs de ce blogs peuvent réagir à ces idées préliminaires).

Dans cet article, Zev Handel a proposé qu’une des origines pour les syllabes reconstruites traditionnellement comme ayant des *-r- avaient en fait des préinitiales *r-, en particulier les dentales; ainsi les occlusives rétroflexes du chinois moyen ʈ, ʈʰ et ɖ (traditionnellement appelées 知徹澄) viendraient de *rt-, *rtʰ, *rd-.

Je pense que cette idée, bien qu’elle n’ait pas fait l’objet d’une discussion ouverte de la part des spécialistes du domaine est assez certainement correcte. Elle ne résout pas le problème du *-r- (car même si on compte en tibétain ou en rgyalronguique les syllabes à attaque de Cr- ET rC-, ont est toujours très très loin du compte pour parvenir à une langue aussi rhotophile que le chinois archaïque traditionnellement reconstruit), mais c’est déjà un premier pas.

A la lecture de l’article de Zev, Michel Ferlus avait fait part d’un doute concernant la vraisemblance phonétique d’un changement tel que *rt > ʈ, et avait proposé qu’une métathèse avait dû avoir lieu.
Je pense toutefois que c’est une hypothèse inutile. Nous avons un parallèle typologique extrêmement bien attesté pour un changement direct de type *rt > ʈ, le sanskrit et les prakrits.

En sanskrit, selon la loi de Fortunatov, le groupe *-lt- de l’indo-européen devient ट (ʈ); dans les prakrits, on a ensuite une correspondance généralisée de *rT vers les rétroflexes, comme vartate > vaṭṭai avec un gémination (voir l’article de Burrow; je peux envoyer un PDF aux lecteurs intéressés). Le passage de *rt à -ʈʈ- en moyen-indien n’a pas pu passer par une étape *tr, car tr > t sans rétroflexion.

Il me semble donc qu’il n’y a pas d’obstacle à accepter l’hypothèse de Zev Handel; toutefois, ce n’est qu’un premier pas pour tenter de rassembler des hypothèses additionnelles pour expliquer le surplus de *-r- dans la reconstruction actuelle (quelles sont, mis à part *r, les segments rhotogènes dans les langues du monde?).

Références
Handel, Zev. 2002. Rethinking the medials of Old Chinese : where are the r’s ? Cahiers de linguistique – Asie orientale 31(1): 3-32. https://www.academia.edu/11754167/On_the_cluster_sr_in_Sino-Tibetan

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le problème des *-r- du chinois archaïque," Panchronica, 16/11/2015, http://panchr.hypotheses.org/518 (ISSN 2494-775X)

Journées d’étude sur la phonologie historique du chinois

Je viens de participer à deux journées d’étude au SOAS intitulées Recent advances in Old Chinese Historical Phonology à propos de la phonologie historique du chinois, rassemblant des phonologues du chinois, des philologues, des linguistes de terrain comparatistes et des indo-européanistes pour discuter de la nouvelle reconstruction de Baxter et Sagart.

Cette rencontre organisée par Nathan Hill était très dense, et quasiment toutes les interventions étaient riches et intéressantes; il est rare de pouvoir aborder collectivement des questions techniques sur ce sujet un peu ésotérique.

Plusieurs interventions (celles de Marc Miyake, de Laurent Sagart et aussi de Lai Yunfan) portaient entièrement ou en partie sur la question épineuse de l’opposition dite A/B en chinois archaïque, reconstruite, suivante Jerry Norman, comme une opposition de pharyngalisation dans le système de Baxter / Sagart.

Mattis List a présenté un outil d’analyse des rimes du Shijing encore à l’état de prototype, mais qui ouvre des perspectives d’un immense intérêt pour l’usage de ces données dans la reconstruction du chinois archaïque, et notamment facilite l’évaluation immédiate d’hypothèses (il a d’ailleurs été utilisé pour revérifier la réalité de l’opposition entre la rime *-an et la rime *-on du chinois archaïque lors de la discussion d’une des interventions).

D’autres (celles de Gong Xun, de Mark Alves, de Hannes Fellner) ont étudié dans des perspectives différentes le contact entre le chinois et les langues avoisinantes; Gong Xun a proposé une nouvelle reconstruction du proto-Bai qui rend obsolète les travaux précédents sur la question.

Une autre catégorie d’interventions (celles de Christoph Harbsmeier, Marco Caboara, Matthias Richter, Park Haeree and Deng Lin) concernaient plus la philologie, notamment sur l’usage de la reconstruction pour interpréter les parties phonétiques des caractères dans les textes excavés, soit pour comprendre certaines alternances morphologiques à l’intérieur du chinois.

Les présentations de Lai Yunfan, de Yeshes Sotrug, ainsi que la mienne portaient sur les comparaisons morphologiques entre chinois et autres langues sino-tibétaines. J’espère que certaines de ces comparaisons pourront être utiles pour les philologues du chinois pour affiner l’interprétation des alternances lors de la lecture des textes. Je pense que pour que l’étude des alternances morphologiques dans les textes chinois progresse vraiment, il serait hautement désirable que les philologues du chinois aient une expérience directe de lecture de textes dans des langues sino-tibétaines à morphologie riche, notamment rgyalronguiques ou kiranties; à quand une chaire de rgyalrongologie à l’université de Pékin et un enseignement obligatoire du japhug pour tous les étudiants en mastaire de phonologie historique?

Il est à espérer que d’autres événement du même type auront lieu à l’avenir, et que des liens solides pourront se tisser entre linguistes de terrains, philologues et aussi indo-européanistes, qui j’espère pourront nous rejoindre et nous aider à introduire en sino-tibétain la linguistique néogrammairienne.

A propos de la loi de Meillet

La correspondance de l’arménien rk avec l’indoeuropéen *dw en initiale de mot, observation connue sous le nom de ‘loi de Meillet’, est l’un des cas les plus connus de correspondances phonologiques sans ressemblance phonétique de surface, souvent cité dans les manuels de linguistique historique. Néanmoins, la suite d’étapes intermédiaires menant de *dw à rk ne fait pas encore l’objet d’un consensus. Le problème n’est pas tant la présence d’une occlusive vélaire, puisque le *w passe régulièrement à g en arménien, mais le fait que cette vélaire est sourde. En effet, si les voisées simples de l’IE deviennent sourdes en arménien, ce changement a eu lieu avant *w > g, (sans quoi la correspondance serait *w : k).

Rémy Viredaz propose dans cet article la solution suivante:

*dw > *tw > *tkʷ > *rkʷ > rk

L’étape *dw > *tw ne pose aucun problème, car comme mentionné ci-dessus, les occlusives s’assourdissent régulièrement. *tw > *tkʷ serait un cas particulier du changement *w > *gʷ > g, reflétant le stade où *w et *gʷ ou ẉ et kʷ (en contact avec une obstruante sourde) étaient en variation libre.

A propos de l’étape *tkʷ > *rkʷ, toutefois, R. Viredaz reconnaît que ‘An exact parallel for this step has still not been found’.

Les langues tibétaines offrent cependant un bon exemple d’un changement de ce type. Le groupe écrit dk- du tibétain ancien était probablement prononcé d’abord *tə-k-, puis *tk-, car l’opposition de voisement est neutralisée en coda et comme premier élément de groupe de consonne, et l’écriture tibétaine note l’occlusive voisée dans tous les contextes à neutralisation. Ce groupe devient rk- (phonétiquement ʂk- ou ṛk-), se confondant avec l’ancien rk-, dans un grand nombre de langues modernes, y compris dans la couche principale des emprunts au tibétain en japhug (où dkon ‘rare’ par exemple devient rkɯn), le dialecte tibétain donneur ayant subi ce changement phonétique.

Cet exemple d’un changement phonétique tk- > rk-, se confondant avec l’ancien rk-, offre donc un parallèle à l’arménien, et évacue la dernière objection contre la suite de changements phonétiques proposée par R. Viredaz pour expliquer la loi de Meillet.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "A propos de la loi de Meillet," Panchronica, 18/10/2015, http://panchr.hypotheses.org/485 (ISSN 2494-775X)

Les emprunts du tibétain dans les langues gyalronguiques

Lorsque l’on étudie la phonologie et la morphologie historique (et même synchronique) des langues des régions tibétanisée, la première tâche à réaliser, avant même de comparer les dialectes proches, me semble être l’étude de la stratification et des propriétés des emprunts tibétains. En effet, nous connaissons à peu près l’ancêtre commun des langues tibétaines (le tibétain ancien ayant un statut similaire à celui du latin et des langues romanes), et nous pouvons sans risque de spéculation déterminer les changements phonétiques ayant eu lieu dans le dialecte tibétain donneur, puis la langue emprunteuse après l’assimilation du mot. Ceci nous renseigne à la fois sur la dialectologie ancienne du tibétain (car les dialectes ayant laissé des traces dans les langues gyalronguiques ne sont plus forcément vivants), la phonologie historique du la langue emprunteuse après l’emprunt (car les emprunts ont alors subi les mêmes changements phonétiques que les mots du vocabulaire local), et aussi la morphologie, si des procédés morphologiques ont été appliqués aux emprunts.

J’ai consacré plus de cent pages à ce sujet dans ma thèse, mais ne prétends pas avoir fait le tour du sujet; l’aspect morphosyntaxique de la comparaison entre tibétain et japhug, présenté brièvement dans un article soumis au Journal of Language Contact, est aussi un sujet d’une grande richesse.

Les dialectologues du tibétain peuvent également découvrir de nouveaux mots tibétains non-attestés dans la langue littéraire ou les dialectes (à ma connaissance). Par exemple, il existe en japhug un verbe βzdɤr ‘ajouter de l’huile/du beurre (dans le thé ou la soupe)’, d’où l’on tire le nom possédé tɤ-βzdɤr ‘beurre ajouté dans le thé’, selon un procédé décrit dans Jacques (2014). Ce verbe est forcément emprunté au tibétain, car le groupe βzd- (comme tous les groupes de type βCC ou fCC) n’est pas conforme à la phonotactique des mots hérités.

Il existe en tibétain un nom sdor ‘aliments que l’on mélange au thé, à la soupe thugpa ou au gruau de riz (en particulier, le beurre)’. Or, on peut dériver en tibétain ancien des verbes dénominaux en appliquant à la racine une conjugaison particulière (N- au présent, b-..-s au passé etc), comme dans Ntɕʰu (passé btɕus, futur btɕu, impératif tɕʰus) ‘puiser de l’eau’ tiré de tɕʰu ‘eau’. De sdor, on peut donc tirer un verbe putatif *sdor, passé *bsdor ‘ajouter du beurre au thé », qui, dans la couche ancienne des emprunts (où -or correspond à -ɤr) donne régulièrement βzdɤr. Le japhug préserve donc un rare verbe dénominal perdu ailleurs, et contribue donc aussi à notre connaissance de la morphologie historique du tibétain, car les exemples de verbes de ce type se comptent sur les doigts d’une main.

Références
Jacques, Guillaume. 2014. Denominal affixes as sources of antipassive markers in Japhug Rgyalrong, Lingua 138:1-22.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les emprunts du tibétain dans les langues gyalronguiques," Panchronica, 14/07/2015, http://panchr.hypotheses.org/355 (ISSN 2494-775X)

Les emprunts entre dialectes ou langues proches (1)

Les emprunts à une langue apparentée mais éloignée, comme ceux du tibétain dans les langues gyalrong, sont relativement facile à reconnaître. Identifier ces emprunts, déterminer leurs correspondances avec le tibétain ancien et en déduire les enseignements qu’ils nous apportent sur la phonologie (et la morphologie) historique des langues emprunteuses et du tibétain est même la première tâche que le comparatiste intéressé par ces langues doit entreprendre, car c’est la moins difficile à mener à bien.

Les emprunts entre langues gyalronguiques constituent une question beaucoup plus épineuse: les emprunts entre langues proches obscurcissent les correspondances phonétiques, et selon la quantité de contact, il peut devenir quasi-impossible de déterminer quels sont les mots empruntés et lesquels sont hérités.

En japhug de Kamnyu, on trouve des emprunts clairs au tshobdun tels que qaliaʁ ‘aigle’ (au lieu de *qarɟaʁ, la forme attendue), qro ‘fourmi’ (au lieu de *qroʁ), tɯɟo ‘démon’ (au lieu de *tɯʑu) etc. Ces emprunts sont aisément reconnaissables car (1) ils présentent des correspondances phonétiques spécifiques au tshobdun (2) ils n’apparaissent pas dans les dialectes japhug parlés plus à l’est, où le contact avec le tshobdun est plus occasionnel.

On trouve aussi des mots nécessairement empruntés tels que rkaŋ ‘fort (physiquement)’, apparenté au japhug rko (*-aŋ passe à -o en japhug et en situ dans le vocabulaire hérité). Le changement a-t-il eu lieu d’abord en japhug avant d’opérer en situ? Ou s’agit-il d’un emprunt au tshobdun, avant le passage de *-aŋ à -i dans cette langue? Difficile de trancher.

Un cas où le contact semble avoir obscurci les correspondances est le traitement du *-s final, voir déjà ma thèse pp 249-250:

https://www.academia.edu/968764/Phonologie_et_morphologie_du_japhug_rGyalrong_

Le *-s final passe à -t (au lieu de -z) dans de nombreux mots en japhug, mais pas les mêmes mots selon les dialectes. Dans certains cas, on a -t dans tous les dialectes japhug (jmɯt ‘oublier’), et aussi en zbu (lmît ‘oublier’) alors que le situ (jmə̂s) a un -s. Dans d’autres cas, on a -t seulement dans quelques villages japhug, comme pour le suffixe de passé -t (japhug de Kamnyu), -z (tous les dialectes japhug de Gsar.rdzong et Da.tshang); en dehors du japhug, le -t n’apparaît pas (zbu -z, situ -s). Dans les emprunts au tibétain, certains ont -t correspondant à -s (rɟɤskɤt ‘escalier’ < rgʲa.skas) mais l’immense majorité a -z correspondant au tibétain -s.

Seule une étude détaillée, village par village, des correspondances du *-s final pourra peut-être un jour éclaircir cette question épineuse, qui fait intervenir le contact entre dialectes proches.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les emprunts entre dialectes ou langues proches (1)," Panchronica, 04/06/2015, http://panchr.hypotheses.org/323 (ISSN 2494-775X)

knech ha thnou

Je l’ignorais jusqu’à récemment, mais il existe un texte arthurien en moyen-breton, An Dialog etre Arzur Roe d’an Bretounet ha Guynglaff datant du quinzième siècle, qui malgré sa brièveté (247 vers) est d’un grand intérêt à plusieurs égards. J’ai reçu aujourd’hui l’édition de Hervé Le Bihan:

http://www.brezhoneg.org/fr/livres/dialog-etre-arzur-roe-d-bretounet-ha-guynglaff-le-dialogue-entre-arthur-roi-des-bretons-et

L’édition comprend une transcription du texte datant du dix-huitième siècle accompagnée d’une traduction, une restitution du texte original, un glossaire détaillé et certains textes en français et en breton permettant de contextualiser ce document, ainsi qu’une introduction détaillée expliquant l’histoire tortueuse de la transmission de ce texte.

Ce texte en vers présente des exemples de rimes internes, et témoigne d’une tradition indigène de versification sophistiquée (je reviendrai sur ce sujet dans un autre billet).

J’ai eu le grand plaisir, en feuilletant ce livre, de trouver l’expression knech ha thnou (187) ‘en tous lieux’, correspondant à peu près au français ‘par monts et par vaux’. knech ‘colline’ correspond au breton moderne krec’h, et thnou ‘vallée’, est devenu traoñ dans les dialectes KLT. Dans ces deux mots, le n est devenu r en deuxième élément du groupe, et la nasalité passe sur la voyelle suivante, au moins dans le mot pour ‘vallée’. C’est là un des exemples que nous avions analysés dans l’article Michaud et al. (2012) dans une perspective panchronique. Le Dialog nous offre la plus ancienne attestation de ces mots en moyen-breton, et peut contribuer à déterminer avec une certaine précision la date où ce changement phonétique a eu lieu, et je regrette de ne pas avoir cité ce texte dans notre article. Il s’agit donc d’un nouvel exemple de l’importance fondamentale de la philologie pour la linguistique panchronique.

Bibliographie
Michaud, Alexis, Guillaume Jacques, and Robert Rankin. 2012. Historical transfer of nasality between consonantal onset and vowel : from C to V or from V to C ? Diachronica 29.2 :201–230.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "knech ha thnou," Panchronica, 07/05/2015, http://panchr.hypotheses.org/252 (ISSN 2494-775X)

Les scissions non-conditionnées (2): *st- en brittonique

Les langues brittoniques offrent des exemples intéressants de scissions non-conditionnées, en particulier le traitement du proto-indo-européen *st et *s à l’initiale de mot (Scrijver 399-430, 377). Si la phonologie et la morphologie de ces langues n’est pas élucidée au même niveau que celle du grec ou du sanskrit, ce sont néanmoins des cas très instructifs pour une étude générale des scissions non-conditionnées.

Le groupe *-st- à l’intervocalique correspond régulièrement à -s- en gallois, en cornique en breton, comme dans les exemples suivants:
pIE *upo-sth2o- > proto-celtique *ufosto- > *wostos > breton gwas (m.) ‘homme’, gallois gwas ‘serviteur’; voir aussi l’irlandais foss ‘serviteur’. Le sens originel était ‘celui qui se tient (debout) sous X’ (Scrijver 1995:407); on trouve un correspondant exact en sanskrit upastha- ‘qui se tient sous’, qui est probablement toutefois une création indépendante à partie de matériaux hérités communs.
pIE *kʷeh2s-to- ‘toux’ > proto-celtique *kwasto- > breton pas (m.) ‘toux’, gallois pas ‘id.’; cf sanskrit kās- f. ‘toux’ (Scrijver 1995:408).

En revanche, en initiale de mots, le proto-IE *st- correspond soit à st- soit à s- en breton et soit à yst- soit à s- en gallois (le gallois rajoute toujours une voyelle prothétique aux groupes initiaux en sC-). Non seulement la correspondance avec le pIE est aléatoire, mais la correspondance entre breton et gallois l’est aussi. Les quatre paires d’exemples ci-dessous illustrent les quatre possibilités:

(1) pIE *st- : breton st- : gallois yst-
breton stern, starn (m) ‘métier à tisser, harnais’, gallois ystarn (f) ‘harness, saddle’ < *starnā- (plusieurs étymologies possibles, en particulier un dérivé de la racine *sterh3- ‘étendre’, Schrijver 1995:418)

(2) pIE *st- : breton st- : gallois s-
pCl *stamnā- > breton staoñ f. ‘palais’, gallois safn f. ‘bouche’ (cf grec stoma- < *stomn-, Schrijver 1995:422)

(3) pIE *st- : breton s- : gallois yst-
breton sankañ ‘enfoncer’, gallois ystanc m. ‘stake’, comparés à la racine *stenk attestée en germanique (vieil anglais stingan ‘prick, stab’, Schrijver 1995:423)

(4) pIE *st- : breton s- : gallois s-
breton sav-, sevel ‘élever’, gallois sefyll, verbes dénominaux provenant d’un thème proto-celtique *stamo- < *sth2-mo- (Schrijver 1995:421)

Aucune de ces correspondances n’est attestée par un nombre d’exemples plus important que les autres, et si l’on rajoute le cornique, la situation devient encore plus confuse. Schrijver (p.428) en conclut:

« Thus, we are faced with a basically random distribution of the two reflexes of PCl. *st-. On the one hand, this deprives us of the means to formulate a sound law. But, on the other hand, the randomness itself may provide a clue to the solution. »

Selon lui, les mots en *st- en proto-brittonique ont développé une alternance entre *st- (le traitement après les mots finissant en consonne) et *s- (après les mots finissant en voyelle). Un des deux allomorphes a ensuite été généralisé à tous les contextes. Un point important en faveur de cette hypothèse est que la quasi-totalité des verbes hérités de formes en *st- ont s- en breton et en gallois, et que l’on a des paires avec un nom en (y)st- et un verbe en s- (voir l’exemple avec sankañ ‘enfoncer’ ci-dessus). Or, les verbes en celtique portaient généralement des proclitiques de forme CV-, si bien que le radical du verbe devait être le plus souvent en contexte postvocalique; la généralisation de l’allomorphe s- serait donc tout à fait déductible d’autres faits indépendamment attestés.

L’hypothèse de Schrijver pour expliquer les différentes scissions non-conditionnées des langues brittoniques est convaincante dans la mesure où ces langues on par ailleurs des traces de l’allomorphie généralisée de toutes les consonnes initiales: les fameuses mutations consonantiques.

La généralisation aléatoire d’allomorphes est-elle une source fréquente de scissions non-conditionnées? Les cas bien documentés sont trop rares pour pouvoir encore répondre à cette question. Avant de postuler un changement du même type dans une autre langue, il me semble important qu’il existe par ailleurs dans le groupe de langue en question des cas d’alternances complexes dans le même contexte.

Références
Schrijver, Peter. 1995. Studies in British Celtic Historical Phonology. Amsterdam: Rodopi.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les scissions non-conditionnées (2): *st- en brittonique," Panchronica, 26/04/2015, http://panchr.hypotheses.org/228 (ISSN 2494-775X)

Les changements phonétiques peuvent-ils être conditionnés par la morphologie?

Dans un article récent, Hill (2014) ré-affirme la doctrine néo-grammairienne selon laquelle les changements phonétiques ne sont jamais conditionnés par la morphologie, y compris les frontières morphémiques ou les parties du discours.

Il exclut à juste titre les cas, comme en nahuatl, où les différentes parties du discours constituent des contextes phonologiques différents: le *p devient zéro en initiale de mot dans le cas des noms mais pas dans celui des verbes. L’explication tient à ce que les radicaux des verbes sont toujours préfixés sauf à la troisième personne des verbes intransitifs de certains tiroirs verbaux (plusieurs tiroirs verbaux sont préfixés d’un ‘augment’). La chute du *p initial dans les formes non-préfixées du paradigme a dû être immédiatement éliminée dans les paradigmes intransitifs du fait de la pression analogique (voir Campbell et Langacker 1978). Une même explication s’applique à beaucoup de changements conditionnés, par exemple, le fait que le *s- initial en arapaho correspond bien à n- en initiale de radical, même dans les formes préfixées (comme celles de l’irréel qui viennent de l’ordre indépendant) alors qu’on s’attendrait à une alternance n-/h- dans ces formes. La aussi, l’analogie les a immédiatement éliminées.

Toutefois, il existe un cas pour lequel une explication en termes d’analogie semble difficile: celui du onbin 音便 en japonais, qui ne s’est produit que de façon sporadique dans les noms composés, mais s’est appliqué régulièrement, à époque historique, exclusivement dans le système verbal, notamment les formes converbales en -te (voir Frellesvig 1995, 2010:192-199):

(yom-) yomite > yonde ‘lire’
(tor-) torite > totte ‘prendre’
(mot-) motite > motte ‘prendre’

Contrairement à l’absence de chute de *p initial dans les verbes en nahualt ou de la réfection du *-s- de l’aoriste en grec, ce phénomène ne peut s’expliquer comme l’annulation d’un changement phonétique par l’analogie. Aucun conditionnement phonologique qui distinguerait les combinaisons -VCit- dans les noms et dans les verbes ne semble non plus apparente.

Il est louable de vouloir préserver la rigueur néogrammairienne et je conçois qu’il est préférable, avant d’abandonner une hypothèse comme l’impossibilité de conditionnement morphologique des changements phonétiques, d’explorer toutes les alternatives. Néanmoins, le cas du onbin me semble un des cas les plus clairs d’exception à ce principe; ceux qui souhaitent le défendre ne peuvent pas omettre de rendre compte de ce cas particulier.

Bibliographie
Campbell, Lyle and Ronald Langacker. (1978) Proto-Aztecan vowels: part II. International Journal of American Linguistics 44(3). 197–210.
Frellesvig, Bjarke. 1995. A Case Study in Diachronic Phonology: The Japanese Onbin Sound Changes. Aarhus University Press.
Frellesvig, Bjarke. 2010. A History of the Japanese Language. Cambridge University Press.
Hill, Nathan W. 2014. ‘Grammatically Conditioned Sound Change.’ Language and Linguistics Compass 8, 211–22. http://eprints.soas.ac.uk/18595/

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les changements phonétiques peuvent-ils être conditionnés par la morphologie?," Panchronica, 18/04/2015, http://panchr.hypotheses.org/184 (ISSN 2494-775X)

Les scissions non-conditionnées: mythe ou réalité?

La linguistique historique de l’indo-européen n’est devenue une discipline rigoureuse que lorsque l’idée de la régularité des changements phonétiques a été adoptée par l’ensemble de la communauté des spécialistes de ce domaine. Ce principe simple a des conséquences nombreuses et parfois inattendues, sur lesquelles nous reviendrons dans d’autres billets. L’une d’entre elles est l’impossibilité des scissions non-conditionnées (unconditioned split).

Ainsi, dans une perspective strictement néo-grammairienne, si entre plusieurs langues on observe des correspondances multiples pour un même son, seulement quatre hypothèses sont possibles:

  • Reconstruction d’un phonème qui n’est distinct dans aucune des langues étudiées, mais qui s’est confondu de façon différente dans chaque langue.
  • Changement phonétique conditionné (qui ne s’applique que dans un contexte très précis)
  • Effet de la morphologie (à l’intérieur d’un même paradigme, des effets d’analogie vont obscurcir les lois phonétiques régulières)
  • Mélange de dialectes ou emprunts.

Ce principe a été remis en cause par l’école de la diffusion lexicale (lexical diffusion, voir par exemple Wang 1977), qui ne sera pas l’objet du présent billet mais à propos de laquelle je reviendrai plus tard. Mon but aujourd’hui portera uniquement sur les travaux de chercheurs d’obédience néo-grammairienne, qui souscrivent au principe de la régularité des changements phonétiques.

Plusieurs écoles de linguistique historique admettent néanmoins, souvent implicitement, l’existence de scissions non-conditionnées.

C’est le cas en austronésien, où Blust par exemple (2008) reconstruit *b > b et *b > ɓ dans certaines langues sans conditionnement visible. Dans ce cas, l’idée est que la reconstruction du proto-austronésien est si solide que des ‘aberrations’ spécifiques à une langues ou un petit groupe de langues peuvent être négligée. N’étant pas spécialiste du domaine, il m’est difficile de juger mais je suis peu déçu de ne pas voir un débat sur ce sujet.

En algonquien, on suppose une scission non-conditionnée pour le passage à zéro du *p et du *k en cheyenne (à l’initiale, la correspondance de *k est particulière, voir Leman 1980 et Proulx 1982). Proulx (1982) propose qu’il s’agit là du résultat d’un mélange de dialectes (certains dialectes proto-cheyenne auraient subi *k,p > zéro, et d’autres auraient préservé ces obstruentes comme k et v). Goddard (1988) montre toutefois que cette idée ne mène à rien, car on trouve de nombreux mots dans lesquelles les deux groupes de correspondances *k,p > zéro et *k,p > k,v sont attestées. Le traitement du cheyenne reste inexpliqué; la seule solution viable à mon avis serait de supposer une opposition, par exemple de voisement, neutralisée dans toutes les autres langues, comme *k, p > k, v ; *g, b > zéro. Il faudrait cependant trouver une trace de cette opposition dans une langue autre que le cheyenne pour que cette hypothèse soit satisfaisante; par ailleurs, si une telle opposition doit être supposée pour *k/g et *p/b, on s’attendrait aussi à *t/d, or aucune trace apparente d’une telle opposition n’existe. Bref, le cas du cheyenne est particulièrement épineux, et ne pourra être résolu que si davantage de spécialistes se penchent sur cette question.

Un autre cas auquel je pense est celui du turcique. Les langues oghouzes ont une opposition de voisement qui ne semble pas avoir d’équivalent dans les autres groupes de la famille. Par ailleurs, comme le montre Georg (2004), il existe des preuves claires que le voisement est secondaire, puisque des mots empruntés au persan ayant des sourdes dans cette langue ont des voisées en oghouze. Toutefois, à mon avis, si ces données prouvent que la prononciation voisée est secondaire, elle ne montrent en aucun cas que l’opposition elle-même le soit. Il est tout à fait possible de supposer qu’un autre type d’opposition (disons, aspirée/non-aspirée ou géminée/non-géminée) ait été transphonologisée en voisement après l’emprunt au persan. Même si la nature phonétique de l’opposition pose problème, et même si le turc ancien et les autres variétés de turc ne préservent pas de trace de cette opposition, il me semble préférable de la reconstruire malgré tout à la proto-langue que de sacrifier le principe de régularité des changements phonétiques et supposer une scission non-conditionnée en oghouze.

Références

Antonov, Anton and Jacques, Guillaume. 2011. [2012] Turkic kümüš ‘silver’ and the lambdaism vs
sigmatism debate. Turkic Languages 15, 151–170.

Blust, Robert. 2008. Is There a Bima-Sumba Subgroup? Oceanic Linguistics. 47.1:45-113.

Georg, Stefan. 2004. Starostin, Sergei,  Anna Dybo and Oldeg Mudrak: Etymological Dictionary of the Altaic Languages. Diachronica. 21.2, pp. 445–450.

Goddard, Ives. 1988. Pre-Cheyenne *y. in In Honor of Mary Haas, W. Shipley (ed), Berlin: Mouton de Gruyter, pp. 345-360.

Proulx, Paul. 1982. Proto-Algonquian *k in Cheyenne. IJAL 48:467-471.

Leman, Wayne. 1980. Evidence for a PA *k: Cheyenne n correspondence IJAL 46:316-8.

Wang, William S.-Y. 1977. The Lexicon in Phonological Change. Berlin: Mouton de Gruyter.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les scissions non-conditionnées: mythe ou réalité?," Panchronica, 18/04/2015, http://panchr.hypotheses.org/44 (ISSN 2494-775X)

Cours sur la phonologie panchronique

Voici une vidéo du cours que j’ai donné sur la phonologie panchronique et la question de l’unidirectionalité des changements phonétiques à l’école d’été du LACITO à Roscoff:

Pour plus d’informations sur les données, voir:

Jacques, Guillaume. 2011. A panchronic study of aspirated fricatives, with new evidence from Pumi. Lingua 121:1518–1538.