Archives par mot-clé : phonologie

A propos de l’interprétation des « divisions » en tangoute

Si le système phonologique du tangoute est relativement compris du point de vue de sa structure grâce à l’analysis systématique des fanqie des dictionnaires natifs (voir par exemple cette introduction), l’interprétation phonétique des catégories phonologiques est très difficile, et les reconstructions actuellement disponibles du tangoute inspirent peu confiance — je me sers moi-même de celle de Gong Hwang-cherng comme d’une représentation orthographique de l’information phonologique contenue dans les dictionnaires plutôt que comme essai réel de reconstituer la prononciation de cette langue.

Grâce à sa connaissance du zbu et des autres langues rgyalronguiques, Gong Xun a fait des avancées importante sur l’interprétation phonétique des distinctions phonologiques du tangoute. Ses travaux ne sont pas publiés, mais heureusement le SOAS vient de mettre en ligne une vidéo de son intervention à une conférence à Londres l’année dernière, où ses idées sur les uvulaires et les qualités de voix sont présentées en détail:

Même s’il n’a pas été publié au format papier (un article a été soumis, mais la relecture prend un temps inhabituellement long), ce travail est citable sous la forme suivante:

Gong, Xun (2017) ‘Grade II in Tangut and Hexi Late Middle Chinese’. Workshop “Recent Advances in Tangut Studies”, London, SOAS, 28 February 2017.

Il en va de même de cette présentation sur le bai dont nous avions déjà parlé (ici et ici):

Elle n’est malheureusement toujours pas publiée, mais je suggère de citer cette présentation sous la forme suivante:

Gong, Xun (2015) ‘How old is the Chinese in Bái? Reexamining Sino-Bái under the Baxter-Sagart reconstruction’. Workshop “Recent Advances in Old Chinese Historical Phonology”, London, SOAS, 6 November 2015.

La phonologie des auto-corrections

La transcription des textes japhug, activité à laquelle je consacre au moins une demi-heure tous les jours, me donne l’occasion d’observer « en direct » des phénomènes grammaticaux et phonologiques intéressants.

Un phénomène sur lequel je n’ai jamais écrit, mais à propos duquel je commence à disposer d’une quantité de données suffisante pour pouvoir faire des observations non-triviales, est celle des auto-corrections, lorsque le locuteur se trompe et reprend la forme correcte.

Voici quelques exemples que je trouve particulièrement intéressants.

(1) chɯ-sthɯt-nɯ ɯ-tɯ-me sara… saχaʁ ʑo ŋgrɤl
« (lorsqu’ils commencent à tondre les moutons), Ils n’en finissent pas »

Tshendzin prononce ici le verbe statif saχaʁ « être extrêmement » comme sara(ʁ), avec un /r/ qui remplace le /χ/: je suis très surpris par une telle substitution, les deux segments n’ayant aucun traits phonologique en commun dans ce système, et en l’absence d’un mot ressemblant (notons toutefois qu’en tant que locuteur du français, il m’arrive d’intervertir des /r/ et des /ʁ/ lorsque j’apprends des langues ayant les deux phonèmes, mais c’est un cas différent)

(2) tɕe apow ɣɯ ɯ-mɲo… ɯ-jmŋo ku-sɯntɕhɤr pjɤ-ŋu.
« Il apparaissait dans les rêves d’Abao. »

Ici ɯ-jmŋo « rêve » est d’abord prononcé comme /ɯmɲo/: autrement dit, le groupe à trois éléments /jmŋ/ (à l’histoire compliquée, venant de *lm devant voyelle vélarisée, c’est le seul exemple de groupe dans la langue) est remplacé par /mɲ/, un groupe à deux éléments, dont le deuxième combine le lieu d’articulation du /j/ et le mode d’articulation du /ŋ/. Cet exemple précieux nous donne un indice sur la façon dont un groupe comme /jmŋ/ peut se simplifier diachroniquement.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La phonologie des auto-corrections," Panchronica, 27/08/2017, http://panchr.hypotheses.org/1940 (ISSN 2494-775X)