Archives par mot-clé : parenté linguistique

Une langue isolée à Hainan?

Me voici de retour à Paris, et le hasard m’a conduit à feuilleter ce matin sur ce livre sur la phonologie du hlai, basé (avec très peu de modifications) sur cette thèse datant de 2007. Le livre est accompagné d’un appendice en ligne comprenant les reconstructions et les formes des langues utilisées.

Je ne vais pas discuter pour le moment des questions de phonologie historique du kra-dai qui sont liées à cette reconstruction, ni de mon avis sur les solutions choisies par l’auteur. Je n’aborderai qu’un seul point: une des langues parlées par les populations classifiées comme ‘Hlai’ (黎族) par l’administration, le jiamao, serait non pas un dialecte du hlai, mais une langue isolée fortement influencée par plusieurs variétés de hlai (l’auteur distingue au moins deux couches d’emprunts). Resterait une strate de mots natifs non-apparentés au hlai (voir pp 390-6 du PDF de la thèse ci-dessus). Certains d’entre eux sont apparentables au thai, mais la majorité ne ressemble à rien de connu.

Aucune mention n’est faite de la morphologie (le mot n’apparaît même pas dans la thèse), probablement parce que cette langue, comme les langues kra-dai, est très proche d’une langue canoniquement isolante, ce qui nous prive d’un critère important pour la détermination de son affiliation génétique.

Je n’ai pas d’avis pour le moment sur la question de savoir si oui ou non le jiamao appartient au kra-dai, mais je pense qu’elle mériterait un examen plus détaillé; si le jiamao est effectivement la dernière trace d’une famille de langue autrefois parlée à Hainan avant l’arrivée des kra-daiyois et des austronésiens, il est important que davantage de données soient recueillies dessus (en particulier, pas seulement du lexique).

Quelle est la position du bai?

Comme plusieurs lecteurs de ce blog on exprimé un intérêt pour le ‘problème bai’, voici une réflexion additionnelle.

Si le point de vue de Wang (2006), à savoir que le bai serait un parent proche mais distinct du chinois, a été réfuté par la présentation de Gong Xun, les deux hypothèses alternatives, à savoir (1) que le bai serait une branche divergente du chinois (d’époque Han) à substrat birmo-qianguique ou (2) que le bai serait une langue birmo-qianguiquoïde à fort superstrat chinois (Lee et Sagart 2008) sont toujours en lice.

Je me joins à l’avis assez général que dans les cas ambigus comme celui-ci, la morphologie devrait pouvoir jouer un rôle important. Malheureusement, les différentes formes de bai, au moins telles qu’elles sont décrites, sont assez fortement isolantes, quoique l’on ait des paires de verbes cognates avec celles du chinois qui sont des traces d’alternances figées.

Un phénomène qui frappe l’attention, toutefois, est la marque de négation -u- infixée dans quelques verbes (je cite Xu et Zhao 1984, p 39,qui est toujours malheureusement la source la plus accessible sur le bai):

baineg

L. Sagart avait suggéré oralement il y a quelques années qu’il pourrait s’agir de la trace de la négation à labiale initiale que l’on trouve dans la famille ST (ex, japhug mɤ-). Si c’est le cas, la présence de cet infixe ne peut pas servir pour mettre fin au débat, car on pourrait tout aussi bien proposer qu’il vient d’une des nombreuses négations à labiale du chinois (genre 否 *pəʔ ou 无 *mə). Toutefois, cette idée fait une prédiction: si l’infixe -u- vient bien d’une négation préfixée au verbe à consonne labiale, les mots à présyllabes *m(ə)- ou *p(ə)- du chinois archaïque, selon la reconstruction B/S, devraient eux aussi tous avoir la médiane -u-.

Si cette prédiction n’est pas vérifiée, alors cette hypothèse ne peut être retenue, et une autre origine doit être recherchée pour cet infixe -u-. Je ne vois pas de candidat prometteur — on a certes un préfixe de négation ɨ- en bantawa (< *u-), mais son origine est un problème en soi en kiranti et sa distribution dans le paradigme verbal est assez compliquée et confuse, puisqu’il est homophone avec la trace de l’inverse.

Références
Lee Yeon-Ju and Laurent Sagart. 2008. No limits to borrowing: The case of Bai and Chinese, Diachronica, 25(3):357–385, DOI: 10.1075/dia.25.3.03yeo
Wang, Feng. 2006. Comparison of languages in contact: the distillation method and the case
of Bai. Institute of linguistics, Academia Sinica.
Xu Lin, Zhao Yansun 1984. Baiyu jianzhi. Beijing: Minzu chubanshe.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Quelle est la position du bai?," Panchronica, 12/11/2015, http://panchr.hypotheses.org/511 (ISSN 2494-775X)

La diversité linguistique perdue de l’Eurasie

En terme de nombre de familles de langues, l’Eurasie fait pâle figure par rapport aux Amériques ou à la Papouasie. Parmi les langues parlées ou récemment éteintes, on compte seulement 29 familles distinctes en Eurasie (en comptant les isolats: bourouchaski, basque, nahali, kusunda et nivkh comme des familles). Ce chiffre inclut des langues insulaires, qui ne sont pas parlées sur le continent proprement dit: deux groupes des îles Andaman, et le japonique.

C’est exactement le chiffre auquel on parvient si l’on additionne le nombre de familles de langues amérindiennes des régions correspondant aux états actuels de Californie, d’Orégon et de Washington aux Etats-unis. Simplement en Californie, on comptait au minimum, avant le contact avec les européens, au moins 17 familles de langues irréductibles.

La haute diversité linguistique de l’Amérique du nord (surtout sur sa côte ouest) peut sembler surprenante étant donné le peuplement plus tardif des Amériques par rapport à celui de l’Eurasie. Le problème, selon moi, est inverse: ce qu’il convient d’expliquer, c’est la faible diversité de l’Eurasie. Je pense qu’elle a dû connaître à une certaine époque une diversité comparable, mais que celle-ci a été « tuée » par l’expansion de l’agriculture, des grands empires et du nomadisme pastoral scytho-altaïque. De ce point de vue, l’existence d’isolats tels que le basque ou le sumérien n’est pas un « mystère »; ces langues sont plutôt des îlots de normalité.

Les langues isolées disparues qui ont été préservées dans des inscriptions, le sumérien bien sûr, mais aussi le hourrite, l’élamite, le hattien et l’étrusque, témoignent de cette diversité plus ancienne, laminée par les langues indo-européennes et sémitiques au moyen-orient. Il reste également quelques traces indirectes d’autres langues non-identifiables, sous la forme d’emprunts dans des langues attestées, comme par exemple le fameux substrat commun aux langues indo-iraniennes (voir l’article de Lubotsky à ce propos). Toutefois, la majorité des familles de l’Eurasie a été vouée à l’oubli sans laisser la moindre trace.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La diversité linguistique perdue de l’Eurasie," Panchronica, 11/08/2015, http://panchr.hypotheses.org/422 (ISSN 2494-775X)

A quelle famille appartient le miluk?

L’Orégon était jusqu’à l’invasion des Européens l’une des régions linguistiquement les plus diverses au monde. Le long de la côte (sans compter les langues de l’intérieur), on trouve, du nord au sud, le chinook, le tillamook (langue salish), l’alsea, le siuslaw (deux langues isolées), le miluk et le hanis (traditionnellement considérées comme appartenant à une famille « coosan ») et enfin, à la frontière avec la Californie, le tolowa (une langue athabasque).

Mis à part peut-être le tolowa, toutes ces langues ont disparu, et dans le cas de l’alsea, du siuslaw, du miluk et du hanis, elles sont uniquement connues par des données de la première moitié du vingtième siècle, en particulier celles collectées par Frachtenberg et Melville Jacobs.

Dans une thèse soutenue en 2012 sous la direction de Scott DeLancey, Christopher Doty présente tout d’abord une reconstruction de la phonologie et de la morphologie du miluk sur la base des recueils de textes de Jacobs (1939, 1940); une telle reconstruction est nécessaire car Jacobs, si on doit lui reconnaître le grand mérite d’avoir collecté des textes dans un grand nombre de langues disparues (y compris le kalapouya, dont j’ai parlé dans un précédent billet), transcrivait sans apporter d’analyse phonologique ou grammaticale des langues étudiées. Ainsi, un réel travail de déchiffrement, basé sur la traduction anglaise des textes transcrits, est nécessaire avant de pouvoir utiliser ces données pour des investigations en linguistique historique.

Doty montre ensuite que la parenté supposée du miluk et du hanis (considérée pourtant comme assurée par la plupart des ouvrages de références sur les langues d’Amérique du nord, y compris Mithun 1999) est très contestable.

Enfin, il propose l’hypothèse d’une parenté (lointaine) possible entre le miluk et le salish. Cette conclusion très surprenante est toutefois argumentée de façon très convaincante, et si elle n’a pas gagné l’approbation des spécialistes du domaine (voir par exemple Kroeber 2013), elle me semble tout à fait digne de recherches plus approfondies. Espérons que l’auteur rendra disponible son corpus annoté du miluk, qui pourrait permettre à d’autres chercheurs de naviguer plus rapidement dans le corpus, restreint mais d’un grand intérêt aussi bien pour la typologie morphosyntaxique que pour la linguistique historique.

Références
Doty, Christopher. 2012. A Reassessment of the Genetic Classification of Miluk Coos, thèse de doctorat, université de l’Orégon à Eugene. http://www.csdoty.com/resources/Doty-Dissertation.pdf
Jacobs, Melville. 1939. Coos Narrative and Ethnographic Texts, University of Washington Publications in Anthropology, vol. 8. Seattle, WA: The University of Washington.
Jacobs, Melville. 1940. Coos Myth Texts, University of Washington Publications in Anthropology, vol. 8. Seattle, WA: The University of Washington.
Kroeber, Paul. 2013. Pronominal Clitics and Indexability Hierarchies in Hanis and Miluk Coosan, Anthropological Linguistics 55.2:105-157.

Voir aussi le blog https://shichils.wordpress.com/ qui porte en partie sur les langues de la côte de l’Orégon.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "A quelle famille appartient le miluk?," Panchronica, 11/07/2015, http://panchr.hypotheses.org/343 (ISSN 2494-775X)

La parenté des langues et le hasard

Pour de nombreux auteurs écrivant à propos de la parenté des langues dans une perspective générale (comme Campbell et Poser 2008), les ressemblances morphologiques sont considérées comme des indices plus fiables d’une parenté génétique que le vocabulaire commun.

Si même en l’absence d’une quantité significative de vocabulaire commun, l’existence de plusieurs séries communes de paradigmes ou de morphologie irrégulière commune sont des arguments très convaincants (voir par exemple Seefloth 2000 sur l’ouralique et l’eskimo ou Rankin 1996 sur le youtchi et le sioux; voir aussi mon travail non-publié Jacques 2011), il n’en va pas de même de ressemblances dans la morphologie dérivationnelle, même lorsque celle-ci donne l’impression d’un paradigme commun. Un des cas les plus impressionnant est celui des langues ouraliques et des langues « altaïques »: Georg (2011) recense par exemple une vingtaine de suffixes similaires entre une langue ouralique (le tchérémisse) et le turcique, des ressemblances trop fortes pour qu’il puisse s’agir de formes héritées (sans quoi les changements phonétiques auraient rendu ces suffixes, au moins pour une partie d’en eux, assez dissemblables), et il s’agit vraisemblablement en partie de ressemblances fortuites (les suffixes étant pour la plupart constitués d’une seule consonne) et en partie d’affixes empruntés (l’emprunt d’affixes dérivationnels est relativement courant).

Un nouvel exemple amusant de ressemblances purement fortuites entre deux familles non-apparentées (pour lesquelles le contact de langues est exclu) peut être observé entre le sémitique et le sino-tibétain, prenant ici l’akkadien et le japhug comme exemples représentatifs. On trouve en effet les formes suivantes:

* causatif: š-Stamm en akkadien (du proto-sémitique *s selon Huehnergard 2006) et causatif sɯ- en Japhug.
* passif: n-Stamm en akkadien et prénasalisation anticausative en japhug (prɤt > mbrɤt)
* deuxième personne: ta- en akkadien et tɯ- en Japhug

Dans ces trois cas, il s’agit d’affixes (ou de procédés morphologiques) reconstructibles dans les proto-langues respectives (pour le préfixe de seconde personne tɯ- en japhug, cette question est encore controversée; voir Jacques 2012 pour une discussion plus détaillée), et leur fonctions morphosyntaxiques sont relativement proches.

On pourrait multiplier ce type d’exemples avec n’importe quelle paire de famille de langues ayant une morphologie relativement compliquée.

L’existence de telles ressemblances fortuites soulève naturellement une question: comment les distinguer de ressemblances dues au contact ou à une parenté génétique? Je pense qu’on parviendra peut-être un jour à mettre au point un modèle testant les probabilités de ressemblances fortuites entre deux langues, mais pour le moment un tel modèle n’existe pas: les tests qui ont été proposés jusqu’ici l’on été sur le vocabulaire de base (par exemple Manaster-Ramer et Baxter 1999, qui utilise la loi de Poisson). Cet état de fait n’est pas surprenant: il est moins facile de comparer la morphologie entre deux langues que le vocabulaire de façon automatique, car si l’on peut établir des listes de mots comparables entre n’importe quelle paire de langue, il n’en va pas de même dans le cas de la morphologie.

Références
Georg, Stefan. 2011. The poverty of Altaicism, présentation à la journée d’étude « Altaïque ou pas », 10 décembre 2011, INALCO. https://www.academia.edu/1638942/The_Poverty_of_Altaicism

Huehnergard, John. 2006. Proto-Semitic and Proto-Akkadian, in The Akkadian Language in its Semitic Context: Studies in the Akkadian of the Third and Second Millennium BC (ed. G. Deutscher and N.J.C. Kouwenberg; Leiden: NINO). 1–18. https://www.academia.edu/234660/2006_Proto-Semitic_and_Proto-Akkadian

Jacques, Guillaume. 2011. Siouan irregular inflections, unpublished manuscript. https://www.academia.edu/3758247/Siouan_irregular_inflections

Jacques, Guillaume. 2012. Agreement morphology: the case of Rgyalrongic and Kiranti, Language and linguistics 13.1:83-116. https://www.academia.edu/1526166/Agreement_morphology_the_case_of_Rgyalrongic_and_Kiranti

Manaster-Ramer et Baxter. 1999. Beyond lumping and splitting: probabilistic issues in historical linguistics, Symposium on Time Depth in Historical Linguistics, 19–22 August 1999
McDonald Institute for Archaeological Research, Cambridge http://www-personal.umich.edu/~wbaxter/pdf/tdepth.pdf

Rankin, Robert L. 1996. Deeper Genetic Relationships in North America: Some Tempered Pessimism. Proceedings of the Twenty-Second Annual Meeting of the Berkeley Linguistics Society: Special Session on Historical Issues in Native American Languages, pp. 117-128.

Seefloth, Uwe 2000. Die Entstehung polypersonaler Paradigmen im Uralo-Sibirischen. Zentralasiatische Studien, 30, 163-191.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La parenté des langues et le hasard," Panchronica, 04/01/2014, http://panchr.hypotheses.org/134 (ISSN 2494-775X)