Archives par mot-clé : ojibwe

Arapaho noohow- ‘voir’

La plupart des langues algonquiennes (sauf les langues de l’est) ont une série de verbes signifiant « voir » dont la racine initiale est *wāp- (qui signifie également « blanc, clair »), comme en ojibwe le VTA waabam-, le VTI waabandan- et le VAI waabi- « avoir une vision », avec des finales différentes (pour une définition de VTA, VTI et VAI, voir par exemple cette page). Même le cheyenne, dont la phonologie est très innovatrice, a un cognat de ces verbes comme le VTA vóom (voir dans ce dictionnaire avec des fichiers sons), le cognat exact de l’ojibwe waabam- (proto-algonquien *wāp-am-(ēwa)).

Si des cognats de ces verbes existaient en arapaho, nous devrions avoir †nookow- et †nookoot pour les verbes correspondants à waabam et waabandan, selon les lois phonétiques découvertes par Kroeber et Goddard (voir cet article et celui-ci). Or les verbes que l’on trouve (et qui sont d’ailleurs utilisés comme exemples dans les tableaux de conjugaison de la grammaire de Cowell and Moss 2008) sont VTA noohow– et VTI noohoot-, avec un h à la place du k attendu. Je ne pense pas que ces verbes, malgré leur ressemblance superficielle, soient apparentés à waabam et waabandan.

Les proto-formes possibles pour noohow– et sa contrepartie VTI sont assez nombreuses; la partie -ow-/-ob- est obligatoirement la finale *-am-, mais l’initiale pourrait être *[wrs]aas- (le *y devient aussi n, mais n’existe pas en début de mot en proto-algonquien). On trouve en ojibwe la forme waazakone ‘glow’ (apparemment d’un proto-algonquien *wās-askweθē-), avec une initiale apparemment provenant de *wās-. Le problème avec l’hypothèse que cette initiale serait cognate avec celle de l’arapaho est que la forme normale de cette initiale est waas– en ojibwe (avoir quelques exemples d’autres verbes ayant cette initiale). Ives Goddard, auquel j’ai soumis mon idée, pense que le z dans waazakone résulte de la dissimilation avec le k (phonétiquement géminé [kk]) suivant, d’après une loi phonétique attestée par ailleurs en ojibwe (voir Goddard 1973:47, dans des mots comme noozhishenh « mon petit-fils » à la place d’une forme †nooshish attendue d’après la reconstruction *nōhšihsa basée sur les autres langues).

Le mystère reste donc assez épais concernant l’étymologie de ces verbes; sans avoir la prétention d’y avoir apporté une réponse, j’espère au moins pouvoir avoir suscité l’intérêt de lecteurs de ce blog à cette question et à la linguistique historique de l’arapaho en général.

=====
Cowell, Andrew; Moss, Alonzo, Sr. (2008). The Arapaho Language. University Press of Colorado. ISBN 978-0-87081-901-8.
Goddard, Ives (1973). Delaware kinship terminology. Studies in linguistics, 23, 39–56.
Goddard, Ives (1974). « An Outline of the Historical Phonology of Arapaho and Atsina ». International Journal of American Linguistics. 40: 102–16.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Arapaho noohow- ‘voir’," Panchronica, 10/06/2017, http://panchr.hypotheses.org/1816 (ISSN 2494-775X)

Le suffixe -im- d’obviatif en ojibwe

Ce matin dans le bus en lisant ce livre, je suis tombé sur une paire minimale illustrant l’usage du suffixe –im– obviatif en ojibwe. C’est un bon exemple que je compte sans doute réutiliser dans des articles sur la question.

Page 162, nous lisons, au paragraphe 7:

(1) Mii sa gaa-izhi-banaaji’ag a’aw waawaashkeshiwayaan.
banaaji’- : « abîmer » verbe transitif à objet animé, –ag est le suffixe de 1sg>3 du conjunct order, gaa– est le préfixe de passé avec le initial change, et –izhi– un préfixe adverbial signifiant « de cette façon ».
a’aw: démonstratif animé, singulier, proximatif
waawaashkeshiwayaan: « peau de cerf », singulier, proximatif (nom du genre animé)
« So I ruined the deerhide. »

Et deux phrases plus loin:
(2) Mii gii-panaaji’imag iniw owaawaashkeshiwayaanan.
gii-panaaji’-im-ag: le même verbe « abîmer » avec une alternance b > p qui apparaît parfois devant certains suffixes:
passé-abîmer-obviatif-1sg>3
iniw: démonstratif animé singulier obviatif
o-waawaashkeshiwayaan-an
3.possessif-peau.de.cerf-obviatif
« I ruined that deerhide of hers. »

Dans la phrase (2), –im– apparaît car l’objet owaawaashkeshiwayaanan « sa peau de cerf » est à l’obviatif, alors qu’il est au proximatif en (1) (non-suffixé au singulier en ojibwe); l’usage de l’obviatif ici est automatique, car ce nom est possédé et en algonquien les noms animés possédés par une troisième personne sont obligatoirement obviatifs.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le suffixe -im- d’obviatif en ojibwe," Panchronica, 14/04/2016, http://panchr.hypotheses.org/1110 (ISSN 2494-775X)

L’étymologie de wemitigoozhi « français » en ojibwe

Avant de souhaiter un bon solstice d’hiver à tous les lecteurs de ce blog, voici une note complémentaire au billet d’hier. Ives Goddard m’a expliqué l’étymologie de wemitigoozhi `français’, et je vais ici la présenter d’une façon complètement explicite; comme cette information ne se trouve pas sur internet et doit être difficile à dénicher par soi-même, il est d’intérêt public que je la rendre disponible.

Le livre auquel j’avais fait référence hier a commis un contresens. Mais avant d’aller plus loin, il est nécessaire de dire deux mots à propos de ce que signifie une étymologie en algonquien. Les verbes algonquiens sont dans leur quasi-totalité bi- ou tripartite: ils comprennent au moins un thème initial (initial stem) et un thème final (final stem, une classe fermée) qui indique la sous-classe de verbe (transitif ou intransitif, animé ou inanimé). Certains verbes ont également un thème du milieu (middle stem) qui correspond notamment au noms incorporés (je parle brièvement de ce sujet dans cet article, voir aussi les articles de Goddard et de Garrett qui y sont cités; en gros historiquement, le thème final est un ancien verbe et tous les verbes bi- ou tripartites sont d’ancien prédicats complexes, déjà fossilisés en proto-algonquien; les lecteurs intéressés peuvent me contacter, je leur enverrai les PDF des articles les plus importants sur la question). Pour étymologiser un mot en algonquien, il faut donc identifier les différents thèmes, et rendre compte dans les cas nécessaires de dérivations entre verbes ou entre verbes et noms.

Pour expliquer wemitigoozhi, il faut partir d’un nom non attesté, mais conforme à la structure des mots algonquiens, (probablement inanimé) *meqtekw-ooš-i < *meqtekw-ooθ-i ‘bateau en bois’, qui comprend l’initiale *meqtekw- « bois » et la finale *ooθ- « bateau » (le *-i est le suffixe des noms inanimés au singulier; *θ se palatalise en *š devant *i en proto-algonquien, mais il y avait à un certain des alternances entre *θ et *š entre singulier et pluriels dans les noms inanimés de ce type; cette alternance existe toujours en ojibwe et dans la plupart des langues algonquiennes dans le système verbal, mais a été analogisée dans le cas des noms). *meqtekw- existe tout seul en ojibwe, on a mitig < *meqtekw-i ‘bâton’ et mitig < *meqtekw-a ‘arbre’. La finale *ooθ- existe en ojibwe sous sa forme non-palatalisée, qui donne régulièrement –oon-; on l’a dans des mots tels que l’adverbe anaam-oon-ag ‘sous le bateau’ (anaam– signifie ici ‘sous’,la nature de –ag est un sujet trop compliqué pour être discuté ici).

On peut dériver régulièrement à partir d’un nom X (sous sa forme possédée à la troisième personne du singulier) un verbe (intransitif inanimé) signifiant `avoir X’ en combinant le nom et la finale *–i. Ce procédé est toujours très productif en ojibwe; on peut citer par exemple:

odikomi < *wet-ehkw-em-i ‘avoir des poux’ (*-em est un suffixe nécessaire à former les formes possédées pour certains noms; *wet- est l’allomorphe du préfixe de possession de troisième personne *we- devant les radicaux en voyelle)

En appliquant le même procédé, on peut donc supposer l’existence d’un verbe *we-meqtekw-ooš-i- ‘avoir un bateau en bois’ (sans le suffixe *-em-; je ne m’étends pas sur cette question pour cause de temps).

Ce verbe aurait donné la forme *omitigoozhi en ojibwe; un tel verbe n’est pas attesté. Le participe à la troisième personne du singulier donnerait régulièrement *wemitigoozhid, avec le suffixe -d et le changement initial régulier o- => we-. On dérive ensuite un nom animé à partir du participe (en supprimant le suffixe de personne; je ne connais pas la fréquence de ce procédé de dérivation), ce qui donne la forme wemitigoozhi ‘Français’, originellement ‘ceux qui ont des bateaux en bois’.

Voilà, ce n’est pas une étymologie triviale, et présenté comme cela c’est un peu long (un vrai algonquianiste vous explique ça en deux phrases…). Pour ceux qui ont tenu jusqu’ici, voici comment dire ‘c’est Noël’ en ojibwe: niibaa-anama’e-giizhigad

C’est un verbe intransitif inanimé qui comporte giizhigad ‘être (le) jour’, dérivé du nom inanimé giizhig ‘jour’ (sur l’étymologie duquel au moins quatre articles ont été écrits), nibaa- est un préverbe signifiant ‘de nuit’ et anama’e– ‘chrétien’.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’étymologie de wemitigoozhi « français » en ojibwe," Panchronica, 24/12/2015, http://panchr.hypotheses.org/686 (ISSN 2494-775X)

Les longs couteaux

L’ojibwe, le lakhota et peut-être d’autres langues d’Amérique du nord partagent une expression commune pour désigner les européens, bahuvrîhi- `les longs couteaux’, ce qui en dit long sur la nature des rapports entre colons et amérindiens. Selon le New Lakota Dictionary, cela fait référence aux sabres de la cavalerie américaine.

En lakhota la forme est míla háŋska; mi- est un morphème dépendant signifiant `couteau’, et -la le diminutif.

En ojibwe, la forme est gichi-mookomaan, avec le préfixe gichi- `grand’ qui peut s’adjoindre aussi bien aux noms qu’aux verbes (on l’a dans gichi-manidoo `le grand manitou’). mookomaan est un nom inanimé (pluriel mookomaanan), mais gichi-mookomaan est animé et forme son pluriel comme gichi-mookomaanag. On trouve aussi un verbe dénominal gichi-mookomaani-ayaa `être un Européen’ comme dans cet exemple, tiré des mémoires de Maude Kegg (1991: 142), ouvrage que je recommande à ceux qui veulent s’initier à cette langue. Ce verbe composé (avec ayaa- `être’) apparaît ici avec le suffixe de troisième personne pluriel -wag de la conjugaison intransitive animée de l’ordre indépendant.

(1) Gaawiin ogikendanziinaawaa gegoo go aapiji anishinaabe-izhichigewin. Gegaa go gichi-mookomaani-ayaawag.
They don’t know anything much about the Indian way. They are almost white people.

Notons que les Français ont le privilège d’avoir un nom distinct en lakota et en ojibwe. En lakota, nous sommes appelés wašíču ikčéka `européens ordinaires’ (ont dit háŋpa ikčéka pour moccasin, háŋpa pour chaussure en général en lakota moderne): au dix-neuvième siècle, avant l’arrivée massive de colons américains, les européens que rencontraient les sioux étaient essentiellement des trappeurs français.

En ojibwe, ont dit wemitigoozhi pour `Français’; l’étymologie de ce mot n’est pas évidente, apparemment Ives Goddard a écrit à ce sujet.

Références

Kegg, Maude and John Nichols. 1991. Portage Lake: Memories of an Ojibwe Childhood. University of Alberta Press.
Ullrich, Jan. 2008. New Lakota Dictionary. Bloomington: Lakota Language Consortium.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les longs couteaux," Panchronica, 23/12/2015, http://panchr.hypotheses.org/679 (ISSN 2494-775X)

Apprenons l’ojibwe

Je reviendrai dans un prochain billet sur les raisons qui, à mon avis, justifient qu’un linguiste non spécialiste de l’algonquien, ou même tout simplement qu’un honnête homme du XXIe siècle, puisse consacrer le temps nécessaire pour apprendre à lire une langue telle que l’ojibwe. Le but du présent billet est plutôt de faire une liste des ressources qui peuvent permettre d’atteindre ce but.

Simplement sur internet, on dispose de toutes les ressources nécessaires, à savoir la triade boasienne : textes, dictionnaire et grammaire (triade que Jackson Sun appelle avec raison le « tripiṭaka- त्रिपिटक » 三藏 des linguistes).

En terme de textes, je recommande particulièrement la revue en ligne Oshkaabewis (‘le messager’), éditée entre autres par Anton Treuer (un linguiste locuteur natif), où sont présentés des textes bilingues, avec vocabulaire et enregistrements. Il n’y a malheureusement plus de nouveaux volumes parus depuis 2011, mais l’ensemble de ces volumes constitue déjà une masse considérable de documents faciles d’accès pour tous ceux qui souhaitent apprendre à lire l’ojibwe. La pérennisation de ces matériaux précieux me semble d’ailleurs importante, j’ai téléchargé tous ces fichiers, au cas où le site ferme (ce qui arrive souvent, malheureusement).

Un autre site précieux est celui de Kees van Kolmeschate, qui a transcrit des textes ojibwe et cree du XIXe siècle, ainsi que le dictionnaire de Baraga.

Comme dictionnaire, outre celui de Baraga, on dispose du magnifique Ojibwe People’s dictionary, qui contient des enregistrement de mots et de phrases par de nombreux locuteurs, et des photographies d’objets traditionnels. Malgré tout, le Concise Dictionary of Minnesota Ojibwe de Nichols et Nyholm reste très utile, car il est très pratique et facile à transporter.

Enfin, le site russe et anglais Weshki-aayaad contient une petite grammaire avec des paradigmes grammaticaux, un manuel et quelques textes. Cette liste de liens est aussi très utile.

La grammaire la plus complète (indispensable pour tous ceux qui souhaitent approfondir leur étude) est la monumentale Nishnaabemwin Reference Grammar de Rand Valentine, qui décrit les dialectes qui ont subi des élisions de voyelles (donc (A)nish(i)naabem(o)win > Nishnaabemwin).