Archives par mot-clé : noms hétéroclitiques

Le nom du « foie » en indo-iranien et l’analogie proportionnelle

Le nom du « foie » en indo-européen fait partie des noms neutres hétéroclitiques, avec une alternance entre r au nominatif/accusatif et n aux cas obliques (voir cet article de Schindler à propos de cette classe de noms). En sanskrit, on a par exemple nom/acc yak-ṛt, abl/gen yak-nas, instr yak-nā, un paradigme alternant qui n’est partagé qu’avec le nom śak-ṛt « excrément, bouse de vache » (notons que la présence du -t au nom/acc est encore mal expliquée, voir la thèse d’Aurelijus Vijūnas pour une discussion de ce sujet).

Or, on trouve dans certaines langues iraniennes des formes remontant à *yakṛna-, combinant les deux thèmes, proto-forme qui sous-tend le khotanais gyagarrä (voir Mayrhofer, EWA, tome II:391). Cette forme a été proposée comme exemple d’analogie non-proportionnelle dans une discussion sur académia. Je pense néanmoins qu’il est possible d’en rendre compte par une analogie proportionnelle stricte.

Le paradigme de ce nom en iranien a dû être:

Nom/acc *yak-ṛ (sans le -t, dont on ne trouve de traces qu’en sanskrit; l’avestique jeune a yākarə)
Gen/Abl *yak-nah

Or, les thèmes en -n neutres on le paradigme suivant en sanskrit (en prenant nāma < *h3nomṇ "nom")
Nom/acc nām-a (le a venant du n syllabique)
Gen/Abl nām-nas

En iranien, le paradigme devait être à peu de choses identique:
Nom/acc *nāma
Gen/Abl *nāmnah

Or, dans un état de langue précédant le khotanais attesté, où les voyelles finales avaient déjà chuté, le paradigme des noms neutres en -n serait:
Nom/acc *nām
Gen/Abl *nāmnah (avec préservation du -a du fait du -h)

A ce stade, les cas obliques des thèmes en -n serait formés synchroniquement par le simple ajout de désinences combinant un élément -n- avec les suffixes des thèmes consonantiques (Instr -nā, Gen/abl -nah etc). Si à ce stade le paradigme de "foie" est réanalysé comme étant un thème en -n neutre (n’oublions pas ici que « foie », comme tous les hétéroclitiques, est neutre), et le *ṛ comme une partie du radical, il devient possible d'appliquer l'analogie proportionnelle:

*nām ==== *yakṛ
*nām-nah ==== X
X=*yakṛ-nah

ce qui donne le prototype du nom khotanais, sans avoir à supposer de changement analogique exotique.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le nom du « foie » en indo-iranien et l’analogie proportionnelle," Panchronica, 08/04/2017, https://panchr.hypotheses.org/1710 (ISSN 2494-775X)

========================
Correctif (12 avril 2017)

Comme l’indique ce livre, p 341, les thèmes en -n neutres du khotanais n’avaient pas perdu le -a final (venant de *-ṇ) en khotanais ancien; c’est une caractéristique du khotanais tardif, et donc l’explication proposée ci-dessus est problématique.