Archives par mot-clé : négation

Le prohibitif en tujia

Comme nous l’avons vu dans un précédant billet, en tujia les *-a deviennent -i après dentale (li35 « tigre », tsi21 « riz » = japhug ndza « manger ») et restent -a après vélaire (ŋa35 « moi », ka35 « manger, mordre » = japhug nɤŋka « ronger »).
Le tujia -a a visiblement de nombreuses autres origines, dont *-ak (tha55 « tisser » = japhug taʁ), certaines voyelles antérieures dans un contexte à préciser (-ma55 « suffixe pour les noms d’agent » = japhug tɯrme« homme »)
A ce titre, le prohibitif tha55 est intéressant (example 1, Chen 2006:114)

(1) a55xoŋ55 tha55 ka35
cru NEG manger
« Il ne faut pas manger d’aliments crus. »

Ce marqueur fait immédiatement penser au prohibitif qui se trouve dans beaucoup de langues trans-himalayennes (mais pas le tibétain et le rgyalrong), comme en tangoute 𘅇 1734 tji¹ < *tja¹, où il est homophone du verbe "poser" (japhug ta). Le STEDT considère en effet ce mot tujia comme un réflexe de cet étymon. La voyelle pose toutefois problème; devant dentale, on attendrait un -i.

Toutefois, on remarque que ce marqueur de prohibitif dérive en fait d’un verbe existentiel négatif tha55 (au futur thai35, au perfectif thau35), illustré par l’exemple suivant (Chen 2006:95-96) par une très banale grammaticalisation.

(2) lai53 lau21tshi21 thai35
aujourd’hui soleil ne.pas.avoir:FUT
« Aujourd’hui il n’y aura plus de soleil. »

A moins de supposer donc (i) que le changement *-a > -i après dentale n’a pas eu lieu dans ce mot (pour une raison à préciser) et (ii) que ce marqueur de prohibition a pu être dégrammaticalisé, pour devenir un verbe existentiel négatif, il est donc peu vraisemblable d’imaginer que, malgré la ressemblance superficielle de ce préfixe avec son équivalent en lolo-birman, il y soit apparenté. Même si j’ignore l’étymologie de l’existentiel négatif tha55 (mais aussi celle des mots tujia non empruntés au chinois dans leur très grande majorité), ce cas illustre à quel point il est dangereux et contre-productif de pratiquer l’étymologie à partir de listes de mots, sans s’intéresser à la grammaire et l’histoire détaillée de chaque mot.

Références
陈康 2006. 土家语研究。北京:中央民族大学出版社

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le prohibitif en tujia," Panchronica, 28/10/2017, http://panchr.hypotheses.org/2030 (ISSN 2494-775X)

Les paradigmes négatifs en khaling

Dans mes publications précédentes sur le khaling (en particulier celle-ci et celle-là), les paradigmes négatifs n’avaient pas été inclus, car leur formation est pour l’essentiel assez prédictible: ils prennent un préfixe mu- (aux formes finies sans préfixe de seconde personne / inverse ʔi-, y compris l’impératif) ou mʌ- (aux formes ayant un préfixe ʔi- au positif et aux formes infinitive et participiales) et au passé, le suffixe -t- du passé est remplacé par le -w- de l’irréel (voir p 1102 de Jacques et al. 2012; comme je l’indique dans cet article, ce -w- est apparenté au verbe « être » du limbou).

En travaillant avec Benoît Sagot sur l’analyseur morphologique du khaling, je me suis rendu compte que les règles ci-dessus n’étaient pas suffisantes pour certaines formes. En effet, dans les cas des verbes à syllabe ouvertes, on a au passé des formes -tnu -त्नु au lieu de -tɛnu -त्यनु à l’intransitif 2pl et 3pl, comme l’illustre le paradigme suivant du passé (tirés de Jacques et al 2012:1124) de |je| ‘venir’ (vers le bas):

1sg jeŋʌtʌ
1di jêjti
1de jêjtu
1pi jektiki
1pe jektʌkʌ
2sg ʔijā:tɛ
2du ʔijêjti
2pl ʔijā:tnu
3sg jā:tɛ
3du jêjti
3pl jā:tnu

Les formes analogiques jā:tɛnu et ʔijā:tɛnu pour les 3pl et 2pl sont toutefois utilisées par certains locuteurs.

Si le négatif des formes autres que 2pl et 3pl peuvent se former selon la procédure indiquée ci-dessus, les 2pl et 3pl sont plus problématiques, puisque la forme attendue †jā:wnu contreviendrait à la phonotactique du khaling. Je n’avais pas noté cette forme dans mes cahiers de terrain, mais elle est heureusement attestée à plusieurs reprises dans cette histoire (enregistrée, transcrite et traduite par Aimée Lahaussois), qui a mujânwɛ मुया:न्‍व्य « ils ne sont pas descendus » (noté mujaːnwɛ, S77, S79, S83 etc). Notons que le conteur de cette histoire fait partie des gens qui disent jā:tɛnu pour la 3pl (et qui pourtant n’a pas formé un négatif †jā:wɛnu!).

La forme mujânwɛ est intéressante, car le ton tombant vient de la chute d’une voyelle haute, ici de toute évidence *u, donc d’un plus ancien *mu-jā:-nu-wɛ, autrement dit, d’une forme où le suffixe de pluriel –nu se positionnait avant le –; on a déjà observé de tels changements dans l’ordre des suffixes (notamment dans le paradigme des verbes réfléchis), et ils sont tout à fait attendus était donné l’origine des verbes bipartites en kiranti.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les paradigmes négatifs en khaling," Panchronica, 09/10/2017, http://panchr.hypotheses.org/1975 (ISSN 2494-775X)

Quelle est la position du bai?

Comme plusieurs lecteurs de ce blog on exprimé un intérêt pour le ‘problème bai’, voici une réflexion additionnelle.

Si le point de vue de Wang (2006), à savoir que le bai serait un parent proche mais distinct du chinois, a été réfuté par la présentation de Gong Xun, les deux hypothèses alternatives, à savoir (1) que le bai serait une branche divergente du chinois (d’époque Han) à substrat birmo-qianguique ou (2) que le bai serait une langue birmo-qianguiquoïde à fort superstrat chinois (Lee et Sagart 2008) sont toujours en lice.

Je me joins à l’avis assez général que dans les cas ambigus comme celui-ci, la morphologie devrait pouvoir jouer un rôle important. Malheureusement, les différentes formes de bai, au moins telles qu’elles sont décrites, sont assez fortement isolantes, quoique l’on ait des paires de verbes cognates avec celles du chinois qui sont des traces d’alternances figées.

Un phénomène qui frappe l’attention, toutefois, est la marque de négation -u- infixée dans quelques verbes (je cite Xu et Zhao 1984, p 39,qui est toujours malheureusement la source la plus accessible sur le bai):

baineg

L. Sagart avait suggéré oralement il y a quelques années qu’il pourrait s’agir de la trace de la négation à labiale initiale que l’on trouve dans la famille ST (ex, japhug mɤ-). Si c’est le cas, la présence de cet infixe ne peut pas servir pour mettre fin au débat, car on pourrait tout aussi bien proposer qu’il vient d’une des nombreuses négations à labiale du chinois (genre 否 *pəʔ ou 无 *mə). Toutefois, cette idée fait une prédiction: si l’infixe -u- vient bien d’une négation préfixée au verbe à consonne labiale, les mots à présyllabes *m(ə)- ou *p(ə)- du chinois archaïque, selon la reconstruction B/S, devraient eux aussi tous avoir la médiane -u-.

Si cette prédiction n’est pas vérifiée, alors cette hypothèse ne peut être retenue, et une autre origine doit être recherchée pour cet infixe -u-. Je ne vois pas de candidat prometteur — on a certes un préfixe de négation ɨ- en bantawa (< *u-), mais son origine est un problème en soi en kiranti et sa distribution dans le paradigme verbal est assez compliquée et confuse, puisqu’il est homophone avec la trace de l’inverse.

Références
Lee Yeon-Ju and Laurent Sagart. 2008. No limits to borrowing: The case of Bai and Chinese, Diachronica, 25(3):357–385, DOI: 10.1075/dia.25.3.03yeo
Wang, Feng. 2006. Comparison of languages in contact: the distillation method and the case
of Bai. Institute of linguistics, Academia Sinica.
Xu Lin, Zhao Yansun 1984. Baiyu jianzhi. Beijing: Minzu chubanshe.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Quelle est la position du bai?," Panchronica, 12/11/2015, http://panchr.hypotheses.org/511 (ISSN 2494-775X)