Archives par mot-clé : morphosyntaxe

Les phrases complétives en japhug

J’ai commencé à travailler sur un article à propos des phrases complétives en japhug, qui est un des derniers points majeurs de la grammaire, après les relatives, les comparatives, les subordonnées circonstancielles et l’évidentialité que j’ai besoin de défricher avant de pouvoir me mettre à la rédaction de la grammaire complète de la langue (ma précédente grammaire est toujours utile, mais déjà périmée).

Le japhug a des phrases infinitives avec dans le cas de certains verbes des restrictions de coréférence similaires à celles qu’on observe en français (je pense venir : le sujet de la phrase principale est nécessairement le même que de celle de la subordonnée infinitive).

La complémentation en japhug pourrait donc sembler un sujet relativement ennuyeux, d’autant qu’il existe déjà un très bon article sur le même sujet à propos du tshobdun, une langue très proche. Toutefois, lorsque l’on étudie ce sujet vraiment en détail, on peut trouver dans le corpus des phrases intéressantes dont je n’aurais pas soupçonné l’existence. Pour illustrer le type de phénomènes que l’on peut observer, et que je vais traiter dans cet article, je ne prendrai qu’un seul exemple.

En japhug, le verb mŋɤm ‘avoir mal’ ne peut pas accepter comme sujet (pour une définition de « sujet » en japhug, voir cet article) qu’une partie du corps (jamais un être humain, en particulier une première ou une deuxième personne), et on exprime la personne qui ressent la douleur par un préfixe possessif sur le nom:
(1) a-xtu ɲɯ-mŋɤm
1SG.POSS-ventre SENS-avoir.mal
« j’ai mal au ventre. »

Toutefois, on trouve la complétive suivante:
(2) aʑo pɯ-xtɕɯxtɕi-a ʑo ri tɯxtɤŋɤm nɯ-atɯɣ-a tɕe, nɯ kɤ-mŋɤm pɯ-rɲo-t-a
1SG PST.IPFV-être.petit-1SG EMPH LOC dysenterie, PFV-rencontrer-1SG CONJ DEM INF-avoir.mal PFV-faire.l’expérience.de-PST:TRANSITIF-1SG
« Quand j’étais petite, j’ai eu (une fois) la dysenterie, j’ai souffert (de douleurs aux ventre) ».

(NB: Ici on peut rajouter a-xtu « mon ventre » avant kɤ-mŋɤm INF-avoir.mal)

Qu’y a-t-il d’étrange dans la phrase (2)? L’infinitif en kɤ- est employé alors qu’il n’y a pas de coréférence entre le sujet de l’infinitive et celui du verbe de la phrase matrice (rɲo ‘faire l’expérience de’, qui a un sens proche de 曾经 en chinois), la coréférence est entre le sujet de la phrase matrice et le possesseur du sujet dans l’infinitive.

En d’autres mots, c’est comme si en français, à côté de la construction:
(3) Il me faut du temps.
le seul moyen de mettre (3) au futur périphrastique en « aller faire » était de dire:
(4) Je vais falloir du temps.
au lieu de « Il va me falloir du temps ».

Étonnant, non ?

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les phrases complétives en japhug," Panchronica, 12/04/2016, http://panchr.hypotheses.org/1095 (ISSN 2494-775X)

Les relatives à tête interne en japhug

Parmi les nombreux phénomènes grammaticaux passionnants que l’on observe en japhug, l’un des plus courants dans les textes est la présence de relatives à tête interne, c’est à dire où l’élément relativisé (l’antécédent en terme de grammaire traditionnelle, mais dans ce cas précis ce terme est impropre) n’est ni extraposé à gauche de la relative (comme dans les relatives postnominales du français) ni à sa droite (comme dans les prénominales du chinois par exemple), mais se situe dans la subordonnée à la même place (et avec le même marquage casuel) que dans une phrase indépendante. L’exemple suivant, tiré de cet article, illustre un exemple de relative à tête interne typique: qajɣi ‘pain’ est l’élément relativisé, mais il est pourtant placé entre le sujet (ɬamu kɯ) et le verbe, ici à une forme participiale (nɯ-kɤ-mbi ‘ce qu’elle lui avait donné’). (NB: je m’excuse d’insérer un image, mais il n’y a pas de moyen efficace de présenter des exemples glosés alignés autrement sur hypothèse.org).

Ce type d’exemple est très courant, mais les plus déroutants sont ceux où le verbe est en plus à une forme finie, comme le suivant:

où rien n’indique (à part le démonstratif , mais celui-ci n’est pas obligatoire), qu’il s’agit d’une phrase subordonnée.

Les relatives à tête interne sont relativement peu courantes dans les langues du monde; elles sont bien connues en navajo ou en lakota, mais parmi les langues à grande diffusion il n’y a guère que le japonais où elles sont censées exister (et encore, ce n’est certainement pas le type de relative le plus courant dans cette langue).

Or, dans la région tibétaine et aux alentours, elles sont omniprésentes, de l’ao naga jusqu’au japhug en passant par le tibétain de Lhasa (mais pas les langues kiranti à ma connaissance). L’étendue aréale de ce phénomène et aussi son histoire est un sujet qui mériterait une étude plus approfondie (et pour cela, outre des descriptions de langues modernes, nous aurions besoin d’une analyse de l’histoire des constructions relatives dans les textes tibétains de l’époque impériale jusqu’à maintenant; des volontaires?).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les relatives à tête interne en japhug," Panchronica, 20/02/2016, http://panchr.hypotheses.org/836 (ISSN 2494-775X)

Le français vulgaire est-il inférieur au français policé?

Il est relativement aisé de remarquer l’absence de certaines conjugaisons et de certaines constructions grammaticales du français écrit en français parlé contemporain, comme celle de l’imparfait du subjonctif ou même du passé simple. L’obsolescence de ces formes grammaticales donne facilement l’impression que le français parlé, surtout dans ses formes les plus innovantes, serait plus simple, voire intrinsèquement inférieur au français écrit et normatif. Est-ce objectivement le cas?

Définir la complexité d’une langue est un sujet intéressant, mais un blog n’est pas un médium adéquat pour traiter d’une telle question. Dans ce billet, je me contenterai de montrer que le français parlé vulgaire présente au moins dans la formation des propositions relatives une plus grande richesse syntaxique que le français écrit. Cette idée m’est venue en donnant un cours de morphosyntaxe la semaine dernière, et n’est pas fondée sur une étude de corpus (je laisse à d’autres le soin d’en tirer une étude approfondie rigoureuse).

Dans un article assez fondamental, Keenan et Comrie ont suggéré une généralisation appelée la hiérarchie d’accessibilité à la relativisation, selon laquelle les arguments et adjoints qui peuvent être relativisés (en terme de grammaire scolaire du français, les antécédents — il y a plusieurs raisons pour lesquelles ce terme n’est pas approprié dans une perspective de linguistique générale) dans une langue particulière ne sont pas distribués de façon aléatoire, mais obéissent à une hiérarchie (ici un peu modifiée):

Sujet > objet direct > objet indirect > oblique > possesseur > standard de la comparaison

Si des travaux ultérieurs ont pu affiner cette hiérarchie et modifier certains détails, l’observation générale de Keenan et Comrie semble assez robuste.

Certaines langues, comme l’anglais, permettent de relativiser tous les arguments et adjoints inclus dans la hiérarchie. Le français écrit, comme le japhug (voir cet article qui paraîtra dans le prochain numéro du Journal of Chinese Linguistics), permet de relativiser tous les éléments de la hiérarchie, à l’exception du standard de la comparaison. De quoi s’agit-il?

Dans une phrase comparative telle que:

(1) Pierre est plus intelligent que Marie

Pierre est le comparé, et Marie le standard. On peut relativiser le comparé:

(2) Celui qui est plus intelligent que Marie.

En revanche c’est impossible pour le standard — essayez par vous-même de dire en français standard l’équivalent de the person than whom I am smarter (ce n’est pas très courant en anglais, mais apparemment c’est possible).

Certaines formes de français parlé généralisent que à la place de presque tous les pronoms relatifs, comme par exemple dont utilisé dans la relativisation des syntagmes prépositionnels en de dans (3).

(3) Le truc que j’ai besoin

à la place de:

(4) La chose dont j’ai besoin

Le relatives en que dans cet état de langue fonctionnent en fait d’une façon très différente des relatives du français standard. Entre autres propriétés, elles permettent de relativiser le standard de la comparaison, dans des exemples tels que:

(5) Le type que je suis plus intelligent que lui.

Je suis à peu près certain qu’une phrase telle que (5) est possible, même si je n’ai pas réussi à en trouver sur Google, du fait de la censure (et l’auto-censure) de la langue parlée et naturelle qui sévit dans les pays francophones (les lecteurs de ce blogs sont invités à indiquer des exemples s’ils en trouvent ou en connaissent — des liens vers des vidéo d’interviews par exemple).

Les relatives en que du français parlé autorisent donc, dans des exemples tels que (5), une plus grande souplesse syntaxique que les relatives normales, et cette possibilité mériterait de pouvoir entrer dans la langue standard afin de l’enrichir, et lui faire rejoindre le cercle très restreint des langues omnirelativisantes.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le français vulgaire est-il inférieur au français policé?," Panchronica, 20/12/2015, http://panchr.hypotheses.org/659 (ISSN 2494-775X)

Une contrefactuelle en japhug

Il est difficile de décrire une langue sur la base exclusive de données « naturelles », c’est à dire en utilisant seulement des phrases tirées de conversations ou d’histoires traditionnelles et en évitant les phrases élicitées. En effet, certaines structures grammaticales peuvent tout simplement ne pas être attestées (pour une raison fortuite) dans le corpus.

C’est ainsi que je n’avais pas trouvé d’exemple satisfaisant de contrefactuelles dans mon corpus de japhug (qui pourtant dépasse les 60 heures) lorsque j’ai écrit mon dernier article (Jacques 2014) sur les subordonnées temporelles et conditionnelles. J’avais dû recourir à des exemples élicités pour décrire ces constructions.

Or, la semaine dernière, j’ai appelé au téléphone Tshendzin un peu plus tard que d’habitude pour lui poser des questions, et elle me dit:

ʑatsa a-jɤ-tɯ-lɤt tɕe pɯ-pe
tôt IRR-PFV-2-jeter LNK PST.IPFV-être.bien
« C’eût été mieux si tu (m’)avais appelé plus tôt »

car elle n’avait plus le temps de me parler à ce moment-là (alors qu’elle l’aurait eu une heure plus tôt). J’ai bien fait de l’appeler trop tard, c’était inespéré!

Cet exemple correspond à ce que j’avais pu constater avec les phrases élicitées, notamment l’usage du passé imperfectif dans cette construction. C’est donc une confirmation rassurante des travaux précédents, et une petite pierre de plus dans l’édifice de la grammaire du japhug.

Références
Jacques, Guillaume. 2014. Clause linking in Japhug. Linguistics of the Tibeto-Burman Area 37:2:264–328.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Une contrefactuelle en japhug," Panchronica, 17/07/2015, http://panchr.hypotheses.org/362 (ISSN 2494-775X)

L’inverse en sens inverse

Dans un article qui vient de paraître, Konnerth (2015) propose le chemin de grammaticalisation suivant en karbi (mikir), une langue du nord-est de l’Inde (si je n’ai pas commis de contresens):

pronom de 2sg > inverse > cislocatif (directionnel) > cislocatif (mouvement associé)

L’élément en question est le proclitique naŋ=, dérivé selon l’auteur du pronom de second personne nàŋ. Dans son usage comme marque d’inverse, naŋ= apparaît dans les formes 2/3>1 et 1/3>2 (tableau 2 p. 34).

Le chemin proposé va exactement dans le sens inverse du chemin bien attesté (en nez percé en particulier, voir Jacques et Antonov 2014:313):
venir > cislocatif (mouvement associé > directionel) > (action soudaine?) > inverse

Cet article présente donc des données d’un grand intérêt pour la typologie diachronique des systèmes d’indexation, et même de la grammaticalisation en général. Il me semble que si les données et la discussion semblent fiables, il manque à ce travail une approche réellement diachronique et comparative. Une telle étude est bien entendu rendue difficile par le fait qu’il n’existe pas de langue suffisamment proche du karbi pour éclairer directement sa diachronie. Il n’est pas inenvisageable malgré tout que le proclitique naŋ= soit grammaticalisé d’un verbe de mouvement qui est sorti de l’usage en karbi actuel (je pense par exemple au verbe qui a donné le Japhug no < *naŋ ‘chasser’ et le chinois 让 ‘laisser, ouvrir le passage’). Il est à espérer que cet article ouvre le débat, et que des études de terrain et des travaux de linguistique historique complémentaires sur le karbi et d’autres langues sino-tibétaines permettront de mieux comprendre l’origine de ce marqueur.

Bibliographie
Jacques, Guillaume et Anton Antonov. 2014. Language and Linguistics Compass 8/7: 301–318, 10.1111/lnc3.12079
https://www.academia.edu/3619660/Direct-Inverse_systems

Konnerth, Linda. 2015. “A new type of convergence at the deictic center: Second person and cislocative in Karbi (Tibeto-Burman).” Studies in Language 39 (1): 24–45
https://www.academia.edu/13332895/A_new_type_of_convergence_at_the_deictic_center_Second_person_and_cislocative_in_Karbi_Tibeto-Burman_

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’inverse en sens inverse," Panchronica, 27/06/2015, http://panchr.hypotheses.org/331 (ISSN 2494-775X)

Les langues sans verbe « pouvoir »

Dans un article paru en 2008 dans Studies in Language, Olesya Khanina a proposé que l’existence d’un verbe signifiant spécifiquement « vouloir » n’était pas universel; en effet, bien que toutes les langues aient un moyen d’exprimer la volonté, une grande partie d’entre elles n’ont pas de verbe ou de construction exclusivement désidérative. Il peut s’agir, par exemple, de langues où le seul verbe utilisable dans le sens correspondant à « vouloir » dans les langues européennes a un sens plus large qui recouvre aussi « penser » ou « aimer ». Cet article a donné lieu à un débat dans la même revue, qui fait partie du numéro libre d’accès du moment : http://benjamins.com/#catalog/journals/sl.34.1/toc (voir Goddard et Wierzbicka 2010, Khanina 2010).

Ce débat m’a rappelé un fait intéressant du nahuatl: si cette langue a bien un verbe vouloir (-nequi, transitif), elle n’a pas de verbe « pouvoir », et la seule construction potentielle se forme avec l’adverbe huel « bien » (Launey 1979:113), comme dans l’exemple (1) tiré du manuel de Launey:

 

aoc huel ni-qu-ilnâmiqui in tlein ô-qu-ihto-h
NEG bien 1A-3O-se.rappeler SUBORD INDEF PRF-3O-dire-PRF

(1) « Je ne peux plus me rappeler ce qu’il a dit. »

La morphologie du nahuatl est riche et productive, et le dictionnaire de Wimmer (2006) comprend de nombreux verbes dérivés de huel. On trouve en particulier des verbes incorporant l’adverbe huel comme ahhuelquîza « ne pas pouvoir partir » (-quîza « partir, intr). On peut y découvrir également l’intransitif hueliti « être capable », un verbe désadverbial formé par le suffix -ti à partir de hueli, forme pleine de huel.

Ainsi, si le nahuatl est intéressant en cela que la façon la plus habituelle pour exprimer le sens correspondant à « pouvoir » dans les langues européenne recouvre beaucoup d’autres sens, il ne s’agit pas stricto sensu d’une langue sans verbe « pouvoir, être capable ». Trouve-t-on des langues n’ayant absolument aucune construction signifiant spécifiquement « pouvoir, être capable »? C’est une question à laquelle il est difficile de répondre, car s’il est facile de prouver qu’un phénomène existe, il est beaucoup plus difficile de prouver qu’une structure particulière n’existe pas dans une langue donnée, surtout dans le cas de langues peu décrites. Dans le cas du nahuatl, l’existence d’une grande quantité de textes et d’excellents dictionnaires permet plus facilement de résoudre de tels problèmes, mais rares sont les langues du monde pour lesquelles une documentation aussi extensive est disponible.

Je suis curieux, en tous cas, de connaître d’autres exemples de langues dont la construction principale pour exprimer le sens de « pouvoir, être capable » n’est pas spécifique à ce sens, comme le huel du nahuatl.

Références

Goddard, Cliff and Anna Wierzbicka. 2010. ‘Want’ is a lexical and conceptual universal. Studies in Language 34.1: 124–130.
Khanina, Olesya. 2008. How universal is wanting? Studies in Language 32:4:818–865.
Khanina, Olesya. 2010. Reply to Goddard and Wierzbicka, Studies in Language 34.1: 124–130.
Launey, Michel. 1979 Introduction à la langue et à la littérature aztèques. Paris: L’Harmattan.
Wimmer, Alexis. 2006. Dictionnaire de la langue nahuatl classique. http://www.sup-infor.com/navigation.htm

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les langues sans verbe « pouvoir »," Panchronica, 17/06/2013, http://panchr.hypotheses.org/57 (ISSN 2494-775X)