Archives par mot-clé : morphologie verbale

Morphologie fossile en japhug

Même si le japhug et les autres langues rgyalronguiques ont une morphologie riche et productive, il n’en ont pas moins une quantité non-négligeable de traces de morphologie fossile non analysable. Un exemple est offert par le verbe courant mɯnmu ‘bouger’ qui apparemment contient un préfix mɯ-, car la base nmu est attestée par un verbe qui s’applique uniquement aux tremblements de terre (voir cet article).

Une autre paire de verbes ayant de la morphologie fossile est sna et mna, verbes statifs dont les sens sont les suivants:

sna: être bon (tɯrme ɲɯ-sna « c’est quelqu’un de bon »), être digne de (… mɤ-sna-a « je ne suis pas digne de…), être (kɤ-ndza sna « ça peut se manger »)

mna: être le meilleur (nɯ-kɯ-mna « leur chef », mbro stu kɯ-mna « le meilleur cheval ») guérir, aller mieux (ɯ-kɯ-mŋɤm to-mna « sa maladie a guéri »)

Je ne leur connais pas de cognat en dehors du rgyalronguique, et à moins que la ressemblance de sens entre ces deux mots ne soit un hasard, la nature des préfixes m- et s- que l’on semble pouvoir observer ici, ainsi que celle de la racine « na », est un mystère épais. Des données additionnelles tirées des autres langues rgyalronguiques permettront peut-être de mieux comprendre cette morphologie.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Morphologie fossile en japhug," Panchronica, 12/08/2017, http://panchr.hypotheses.org/1934 (ISSN 2494-775X)

A propos des alternances thématiques du kuki-chin et du tangsa

Outre les langues rgyalronguiques et kiranties, dont les alternances de thème sont particulièrement riches et de mieux en mieux documentées (voir par exemple cet article), la famille trans-himalayenne comprend de nombreuses langues ayant des traces d’alternance vocaliques et consonantiques, ce qui soulève naturellement la question de savoir si l’une de ces alternances est reconstructible pour la proto-langue.

Pour le kuki-chin, le livre de VanBik a l’immense mérite d’indiquer les deux thèmes I et II pour plusieurs langues, et donne une reconstruction en proto-kuki-chin, qui est proche de la forme toujours attestée en Hakha Lai. Observons quelques exemples des deux thèmes:

zâa-I, zaat-II ‘itch, tickle’
khàa-I, khaat-II 

zâaŋ-I, zǎan-II ‘light (not heavy)’
kǎaŋ-I, kaŋʔ-II  ‘blaze, burn’

liak-I, liaʔ-II ’lick’
sǎa-I, sak-II  ‘build, connect’

Le thème II ne semble pas complètement prédictible du thème I, ni le thème I du thème II, mais l’on peut offrir quelques généralisations: le thème II semble parfois formé à partir du thème I en rajoutant une coda -t ou en convertissant -ŋ en -n (peut être de *ŋt), ou en convertissant -k en -ʔ (ou -ŋ en -ŋʔ). On sait qu’une des origines de -ʔ en Kuki-chin est *-s (ruʔ « os » , cf tibétain rus.pa རུས་པ་) et il est donc concevable que les formes II sont en partie construites en rajoutant des suffixes *-t ou *-s. Quelle pourrait être la nature de ces suffixes?

Le thème II a une variété d’usages en KC, mais semble refléter une ancienne forme nominalisée; il n’est donc pas illégitime de supposer que ces suffixes puissent être la traces de suffixes de nominalisation, d’autant que *-t et *-s sont attestés comme tels dans de nombreuses langues, dont le tibétain, l’himalayen de l’ouest et le rgyalronguique (voir cet article, section 4.1). Une possibilité alternative serait de comparer le -t du et l’alternance de glottalisation dans le thème II du KC avec le thème 2 des langues rgyalronguiques (le -t est attesté avec le verbe ti, tɯt « dire » en japhug, qui est ici un vrai -t et non pas un ancien *-s). Le champs est ouvert pour tester laquelle de ces deux hypothèses, ou une autre, est la plus prometteuse.

Dans les langues tangsa maintenant, Stephen Morey, dans son chapitre de l’ouvrage collectif « The Sino-Tibetan languages », décrit un système d’alternance thématique qui rappelle fortement celui du kuki-chin. On trouve en Tangsa deux thèmes décrits comme « verbal » et « nominal » respectivement (voir Morey 2017:362-363). Or, certains exemples de verbes ont un thème nominal formé au moyen d’un suffixe *-t, comme le Ngaimong (langue où *-t passe à -l, comme le montre mul¹ « blow » = japhug ɣɤmɯt; le -t est préservé dans certaines variétés de tangsa comme le rinkhu ou le tikhak voir Morey 2017:361, tableau 17.9):

‘roast’: ʃu¹, ə-ʃɔl⁴
‘go’ ka¹, ə-kal⁴

Notons que cette alternance n’est pas productive (certains verbes à syllabe ouverte, au même ton, comme ʒu¹ « flee », n’ont pas de suffixe à la forme nominale).

Je n’ai pas encore trouvé de paire partagée par le KC et le tangsa, et encore moins par le rgyalronguique, mais il me semble que l’étude comparative de ce phénomène ouvre des perspectives fascinantes pour l’histoire de la famille.

========================
Références
Morey, Stephen 2017 Tangsa. In Graham Thurgood & Randy LaPolla (eds.), The Sino-Tibetan Languages, second edition, 350-368 London: Routledge.
Jacques, Guillaume. [2016]2017. How many *-s suffixes in Old Chinese? Bulletin of Chinese Linguistics 9(2). 205–217.
VanBik, Kenneth 2009. Proto-Kuki-Chin: A Reconstructed Ancestor of the Kuki-Chin Languages, STEDT Monograph Series 8, University of California, Berkeley.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "A propos des alternances thématiques du kuki-chin et du tangsa," Panchronica, 29/06/2017, http://panchr.hypotheses.org/1868 (ISSN 2494-775X)

Le causatif en jingpo

Dans un article écrit il y a quelques années, je m’intéressais à la question de savoir si le préfixe causatif à sifflante (japhug -, sɯɣ-, z– selon le contexte) était productif ou non dans d’autres langues. En jinghpo, comme en japhug le préfixe cognat a de nombreux allomorphes (sha-, sa-, ja-), mais la grammaire de Dai Qingxia ne précise pas si le préfixe est productif ou non. L’examen des exemples de verbes dérivés dans le dictionnaire permet néanmoins de trancher cette question.

En effet, on trouve (p.734) le verbe shàdáng « 使……挡住 », qui est dérivé du verbe dáng « 挡住 (bloquer) ». Or, ce dernier est de toute évidence un emprunt au chinois mandarin 挡 dǎng de même sens (avec une correspondance tonale attestée par ailleurs), ce qui prouve que le préfixe causatif peut en jinghpo s’appliquer aussi aux emprunts, et donc que ce préfixe est toujours productif. Il serait intéressant d’en recenser plus d’exemples auprès de locuteurs natifs. Cette observation ouvre aussi la question de savoir si d’autres langues que le jinghpo et le japhug ont un préfixe causatif productif en ST.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le causatif en jingpo," Panchronica, 14/06/2017, http://panchr.hypotheses.org/1831 (ISSN 2494-775X)

Note complémentaire à propos de l’omaha koⁿbthé « je désire »

Comme l’indique le CSD dans l’entrée sur le verbe « désirer », la première syllabe *kǫ- de ce verbe correspond au lakota kúŋ « désirer » et à la forme diminutive kúŋla. La seconde syllabe *-ra en revanche n’est pas cognate de -la en lakota (*-ra donnerait -ya dans cette langue).

Comment rendre compte plus précisément de l’étymologie de ce verbe? Dans le corpus de Dorsey, il s’emploie presque toujours (222 fois sur 235) avec le suffixe -goⁿ « comme », comme en (1): (l’étymologie de ce suffixe est discutée ici)

(1) wi-síthe ki, wi-tóⁿbe koⁿbthé-goⁿ
1>2-penser.à quand 1>2-1sg:voir désirer:1sg-comme
« Quand je pense à toi, j’ai envie de te voir. »

Or, le verbe « penser » (ebthé, ethé) s’emploie toujours en omaha (pas dans les autres langues dhegiha toutefois) aussi avec ce suffixe, au point que le manuel de conjugaison de Eschenberg et Saunsoci donner ethégoⁿ comme radical du verbe « penser ».
Comme je l’explique dans cet article, le verbe ebthé, ethé « penser » est étymologiquement un thème en *y-, ayant incorporé un élément démonstratif *e-, qui a été réanalysé comme un thème en *r- du fait de la confusion à la première personne des groupes *wy- et *wr- en bð-. Dans ce verbe la troisième personne ethé est refaite; on attendrait †ezhé si cette forme était phonétique.

Je pense maintenant que la seconde racine verbale de koⁿbthe, goⁿthe « désirer » doit en fait être la même que celle de ebthé, ethé, et qu’il faut donc reconstruire *kǫ=yA, 1sg *w-kǫ=w-yA en pre-proto-Dhegiha, cette racine subissant ensuite la même analogie que le verbe « penser » (sans quoi la 3sg devrait être †goⁿzhe), donnant la forme *kkǫ-wrA d’où dérivent les formes actuelles.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Note complémentaire à propos de l’omaha koⁿbthé « je désire »," Panchronica, 02/01/2017, http://panchr.hypotheses.org/1634 (ISSN 2494-775X)

Métathèse ou analogie

Avant de proposer de nouvelles idées pour rendre compte des données présentées dans ce billet précédent, il est tout d’abord nécessaire d’expliciter l’hypothèse de Koontz, qui n’est que rapidement esquissée dans son article.

Avant d’entrer dans les détails, notons tout d’abord, comme le dit Koontz, que les thèmes en *p- sont très nombreux en Dhegiha, car ce paradigme s’applique aux verbes pourvus du préfixe instrumental *pa- « en poussant » qui est très productif (voir Marsault 2016 p 120; originellement, probablement un verbe, mais j’aborderai cette question dans un billet ultérieur). S’il existe des préfixes en *k-, ceux-ci suivent une toute autre conjugaison (celle à lénition, voir Marsault 2016 p.80).

En lakota, les verbes à préfixe pa– n’ont pas d’alternance, comme le montre le paradigme du verbe pa-ská « pétrir (la pâte) »:

1sg wa-páska
2sg ya-páska
3sg paská

Rappelons le paradigme d’un verbe pourvu du préfixe ba- (de *pa-) en omaha:

« pousser dans »
1sg pásnu (ppásnu)
2sg shpásnu (špásnu)
3sg basnú (basnú)

Koontz suggère que le paradigme des verbes en *k- aurait prit sa 1sg au paradigme en *p- du fait de la plus grande fréquence de ce dernier, et qu’aucune métathèse n’aurait donc jamais eu lieu en Dhegiha. Autrement dit, à un stade plus ancien du Dhegiha (peut-être l’ancêtre commun au Dhegiha et au Lakhota), on avait pour les verbes à instrumental *pa- le paradigme:

1sg *ppa-
2sg *špa-
3sg *pa-

et pour les verbes en *k-:

1sg *kk-
2sg *šk-
3sg *k-

stade dont seul le verbe gą́ða « désirer » (1sg kką́bðe, 2sg šką́hne) garde une trace.

Ensuite, les formes de première personne en *kk- auraient tout simplement été remplacées par *pp- par analogie. Une telle hypothèse n’est pas absolument impossible, même si ce type de cas (la généralisation brutale d’une forme alternante d’un paradigme à un autre paradigme causant une alternance plus opaque que celle présente originellement) me semble très inhabituel. Il faudrait admettre que la première sg pp- a été réanalysée par fausse coupe comme étant un préfixe qui remplace la consonne initiale; autrement dit la règle synchronique d’alternance b- => pp- est réinterprétée comme (i) suppression du b- (ii) préfixation de pp-.

L’exemple le plus proche auquel je puisse penser est le cas, en Thulung, du suffixe de 1sg>3 -pu (voir ce travail d’Aimée Lahaussois, p14, qui apparemment résulte de la fausse coupe CVp-u > CV-pu des verbes en CVp-, généralisant ce -pu aux verbes à finale -k). Si les lecteurs de ce blog connaissent d’autres exemples comparables, je suis preneur.

Etant donné toutefois le fait que l’étymon *táppa mentionné dans le billet précédent offre une preuve indépendante de la métathèse *pk- > *kp-, l’hypothèse déjà fragile de Koontz devient intenable. Quelle alternative proposer pour expliquer le paradigme du verbe « désirer » et le nom « tortue », qui semblent soutenir l’hypothèse d’un changement *pk- > kk-? Nous discuterons de cette question dans un prochain billet.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Métathèse ou analogie," Panchronica, 30/12/2016, http://panchr.hypotheses.org/1578 (ISSN 2494-775X)

La métathèse *pk- > *kp- > pp- en Dhegiha

Parmi les langues siouanes, les langues Dhegiha (omaha, kansa, osage, quapaw) ont le système verbal le plus irrégulier; ces paradigmes, qui ont été presque intégralement régularisés dans les langues de l’ouest (crow, hidatsa, mandan) et considérablement simplifiés dans toutes les autres langues (à l’exception du hochank et du chiwere), sont riches en information sur la phonologie historique.

Dans ce billet, je discute du cas des verbes à consonne initiale venant de *k- (g- en omaha), comme par exemple le verbe « faire » (données tirées du livre « 500+ Verbs in Umoⁿhoⁿ (Omaha) »de Eschenberg et Saunsoci, dans l’orthographe d’usage et dans la transcription siouaniste; voir le mémoire de Julie Marsault, pp.202-3, pour les correspondances), qui présentent une alternance synchroniquement étrange entre pp- à la première personne et g- à la troisième:

1sg páxe (ppaxe)
2sg shkáxe (škaxe)
3sg gáxa (gáxa)

Les verbes à *p- (>b-)et *t- (>d-) initiaux ont des initiales pp- et tt- respectivement:

« pousser dans »
1sg pásnu (ppásnu)
2sg shpásnu (špásnu)
3sg basnú (basnú)

« voir »
1sg tóⁿbe (ttąbe)
2sg shtóⁿbe (štąbe)
3sg dóⁿba (dąba)

On explique le tt- à la 1sg des thèmes en *t- par l’idée qu’il provient d’un groupe *pt-, lui-même provenant d’une forme plus ancienne *w-t- avec obstruentisation du *w-en position préconsonantique; le *št- lui-même viendrait d’un plus ancien *y-t- obstruentisé.

La reconstruction d’un préfixe *w- à la première personne des verbes à occlusive en Dhegiha vient de l’idée qu’il s’agit de la forme réduite du préfixe wa- de première personne (paradigme actif) que l’on trouve toujours en Lakhota (en Dhegiha la 1sg des verbes réguliers actifs est a-, forme encore inexpliquée), d’où le nom de ‘paradigme à syncope’ employé en linguistique siouane pour les trois paradigmes ci-dessus et d’autres du même type (je reviendrai sur cette question dans un billet futur). Cette idée est confirmée par le fait que le Lakhota pt- correspond systématiquement à tt- en Dhegiha (par exemple, Lakhota pté ‘bison’, Omaha tté).

Pour les verbes en *p-, qui ont pp- à la 1sg, on peut admettre un changement du même type *w-p- > pp- et *y-p- > šp-. Pour les verbes en *k-, en revanche (à l’exception du verbe très particulier gą́ða « désirer », 1sg kką́bðe, 2sg šką́hne qui a une double indiciation du sujet), on a pp- à la première personne au lieu de kk- comme on l’attendrait. Si l’on accepte que la reconstruction *pt- > tt- pour les verbes en *t- est correcte, il est logique de supposer que pour les verbes en *k- du type de « faire », le paradigme était

*w-k- > *pk- > *kp- > pp-
*y-k- > *šk- > *šk- > šk-
*k- > *k- > *k- > g-

Le changement *kp- > pp- n’est pas problématique, car le Lakhota kp- correspond par ailleurs régulièrement à pp- en Dhegiha (L. kpázA « être sombre », O. ppáze « soir »).

A-t-on des preuves indépendantes en Dhegiha de la métathèse *pk- > *kp-? Malheureusement, la phonotactique du lakhota (qui préserve généralement mieux les groupes de consonne que les autres langues siouanes) ne permet pas de groupe †pk-.

Seul un exemple de *pk- à *kp- en Dhegiha est explicitement indiqué dans le CSD : l’étymon *tappa « être court », (doⁿppá en omaha, čáahpa en osage), qui comporte une racine *tap- suivie du suffixe *-ka (très productif en lakhota, voir le New Lakota Dictionary pour une description de ses fonctions); Notons au passage que cette étymologie présente des problèmes non expliqués, comme la nasalisation de la première voyelle en omaha.

La question de la métathèse *pk- > *kp- devient plus complexe lorsque l’on prend en compte la suggestion de John Koontz (1985), selon laquelle les formes verbales archaïques phú « I come », škú « you come », seraient les traces du paradigme à syncope en *k- — il les analyse comme les formes anciennes du verbe « revenir » (vertitif de ‘ú « venir »; les formes actuelles sont régulières, wa-kú, ya-kú).

Pour rendre compte de la 1sg phú, il faudrait admettre que ph- en lakota est le réflexe régulier de *pk-; notons que kp- ne peut pas être une étape intermédiaire de de *pk- à ph- (puisque le kp- ancien existe toujours en lakota).

Koontz note en plus que *pk- semble donner Dhegiha kk- et Lakhota kh- dans certains cas:

(i) Le nom *kké « tortue » (O. kké, L. khé), qui correspond à pké en mandan.

(ii) La forme omaha kką́bðe « je désire » (des formes identiques modulo les changements phonétiques existent dans toutes les langues Dhegiha), qui doit venir d’une protoforme du type *w-ką=w-re.

Comme seule la première page est visible sur le site de IJAL, voici une copie d’écran de la deuxième page de cet article:

koontz

Je suis d’accord avec Koontz avec l’idée que le verbe « venir » en Lakhota prouve que cette langue a connu autrefois des verbes à occlusive à syncope. En revanche, son idée, pour expliquer l’alternance entre vélaires et labiales, d’une analogie avec les thèmes en *p- me semble difficilement acceptable, et irréconciliable avec l’étymon « être court » mentionné ci-dessus. Je reviendrai sur cette question dans un billet ultérieur.

===================
Koontz, John 1985. A Syncopating Conjugation *k-Stem in Lakota. International Journal of American Linguistics, Vol. 51, No. 4, pp. 483-484.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La métathèse *pk- > *kp- > pp- en Dhegiha," Panchronica, 30/12/2016, http://panchr.hypotheses.org/1596 (ISSN 2494-775X)

Un préfixe de nominalisation en jinghpo

Dans un précédent billet, j’avais mentionné l’existence de la fortition du *l en t en jinghpo après ʃə- et mə-; j’ai depuis trouvé d’autres exceptions à celle fortition, comme mə̀là « âme » (tibétain བླ་ bla, japhug tɯ-rla).

Il est intéressant de noter que cette loi phonétique ne s’applique pas non plus dans les mots dérivés par le préfixe causative ʃə- (sha-). Je me suis posé la question de savoir si c’était le cas aussi avec les préfixes mə-; la grammaire de Dai Qingxia ne semble pas indiquer clairement de dérivation en mə-, mais en fouillant un peu, il est assez évident qu’il existe en fait un préfixe de nominalisation mə- (en orthographe ma-; j’utilise l’orthographe du jinghpo avec les tons et coups de glotte rajoutés dans ce qui suit):

  • gūn « porter sur le dos 背;担任;携带 » => mà-gún « (un) fardeau » (classificateur; exemple suggéré sans explication p115 de la grammaire de Dai), cognat du tibétain ɴkʰur འཁུར་
  • yúʔ « descendre 下 » => mà-yúʔ « contrebas 下坡 »
  • rà « manque, avoir de besoin de, commettre une erreur 差欠;需要;差错 » => mà-rà « erreur, faute 错误;罪 »
  • ràʔ « aimer 爱 » => mà-ràʔ « souhait 意愿 »
  • lún « placer en haut (往高处放东西) » => ma-lún « chemin en pente vers haut 上坡路 » ; noter que lún dérive de lùng « monter » par l’application de la dérivation applicative (*-t), qui se manifeste ici par un changement tonal et -ng > -n
  • lái « échanger 换 » => mà-lái « remplacement 替身;代用品 », cognat du tibétain brdʑe བརྗེ་

Le dernier exemple montre que cette dérivation (quelle que soit l’étymologie de ce préfixe ma-) non plus ne cause pas la fortition des latérales.

Un autre exemple de préfixe ma- est le causatif dans:
lūm « chaud, tiède 温 »=> ma-lūm « cuire (de la soupe de riz) 煮(稀饭) »

La non plus, la fortition ne s’applique pas. La non-fortition dans ces dérivations a plusieurs interprétations:
(i) Réfection analogique (assez probable, mais l’on devrait s’attendre à trouver quelques exceptions fossilisées)
(ii) Conditionnement phonologique des préfixes (Etant donné que certains mots de toute façon échappent à la fortition, comme « âme » mentionné plus haut, on peut imaginer que les mots à fortition avaient en fait de vrais groupes de consonnes, qui auraient été brisés après la fortition par l’insertion d’une voyelle d’anaptyxe (*slV > ʃə-tV etc), tandis que les mots sans fortition, y compris les causatifs et les noms dérivés mentionnés ci-dessus, avaient une voyelle qui empêchait le contact direct entre consonne et latérale)
(iii) Si le préfixe mə- de nominalisation est une innovation (une question qui se pose malgré tout), il n’est pas impossible qu’il ait été grammaticalisé après la fortition.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Un préfixe de nominalisation en jinghpo," Panchronica, 18/08/2016, http://panchr.hypotheses.org/1450 (ISSN 2494-775X)

Les comptines enfantines comme élément de substrat?

Comme la quasi-totalité des bretons de ma génération, j’ai été peu exposé à cette langue durant mon enfance; ne restent que quelques mots de substrat dans mon français (« taguer » pour « s’étouffer », du breton tagañ), le seul contact direct que j’ai eu avec cette langue avant de décider de l’apprendre à l’écrit est une petite comptine sur doigts assez répandue en Bretagne, dont voici la transcription:

(1) həmãnøsdʒweluhat,
(hemañ ‘neus gwel(et) ur c’had)
Celui-ci a vu un lièvre,

(2) həmãnøsti ʁidət
(hemañ ‘neus t’hi redet)
Celui-ci l’a poursuivi,

(3) həmãnøsti tapət
(hemañ ‘neus t’hi tapet)
Celui-ci l’a attrapé,

(4) a həmãnøsti debət
(hag hemañ ‘neus t’hi deb(r)et)
Celui-ci l’a mangé

(5) a nən biãnbiãnbiãnøskəbe mãn,
(hag n’heni bihan (x3) ‘neus ket bet mann)
Et le tout petit n’a rien eu,

(6) a eit dadʒeʁ dəlaʁti mãm
(hag aet d’ar ger da lavaret d’he mamm
Il est allé à la maison le dire à sa maman,

a i mãm nøs gret pitiklaw pitiklaw pitiklaw di ʁeʁ biãn
(hag he mamm ‘neus graet pitiklao (x3) d’e re(v)r bihan)
Et elle lui a fait « pitiklaw » (une fessée) sur son petit derrière.

Ce petit texte mérite quelques commentaires (je remercie Loic Cheveau, spécialiste de dialectologie bretonne et irlandaise, pour son aide):
(1) On remarque un pronom objet « -ti » suffixé; on trouve cette série innovatrice de pronom à l’impératif dans certains dialectes vannetais. Cet article explique comment ces pronoms suffixés ont été créés par fausse coupe: le suffixe féminin de3sg -(h)i donne -ti après les verbes en -t final, et la forme -ti est réanalysée comme le pronom objet et généralisée après tous les verbes. Le dialecte de ma famille (qui vient de la commune de Canihuel) a poussé l’innovation plus loin, généralisant ce pronom objet à des tiroirs verbaux autres que l’impératif.
(2) L’absence de mutation avec le possessif i (on attendrait e vamm « sa mère ») — il pourrait s’agir du féminin, mais dans ce cas on attendrait an heni vihan plus haut (et de toute façon, le nom bis « doigt » est masculin en breton).

La lecture de ce billet sur les versions d’une comptine en arabe et en berbère me fait penser que les comptines font partie des derniers éléments d’une langue à résister à l’oubli, et peuvent par conséquent contenir des informations intéressantes sur les substrats en général. Je n’ai malheureusement jamais réussi à en éliciter ou à en observer en japhug.

Références
Cheveau, Loïc 2007. The Direct Object Personal Pronouns in Lorient Area Breton, Studia Celtica 41:91-102.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les comptines enfantines comme élément de substrat?," Panchronica, 06/08/2016, http://panchr.hypotheses.org/1423 (ISSN 2494-775X)

Carnet de terrain (2016) VIII

Il existe en japhug de nombreuses expressions pour dire « le soleil s’est couché », mais la plus surprenante est sans doute (1):
(1) tɤŋe tɤ-a<nɯ>ri
soleil PFV:HAUT-<VERTITIF>aller[II]
« Le soleil est retourné (vers le haut) »

Avec d’autres verbes, on trouve les directionnels attendu – « vers le bas » ou – « vers l’ouest’:
(2) tɤŋe nɯ-ɕqhlɤt
soleil PFV:OUEST-disparaître
(3) tɤŋe pɯ-ɕqhlɤt
soleil PFV:BAS-disparaître

Pourquoi donc employer le préfixe « vers le haut » en (1), direction qui semble être l’inverse du mouvement apparent du soleil lorsqu’il se couche? J’ai eu aujourd’hui la réponse: le mouvement « vers le haut » en question auquel il est fait référence n’est pas celui du soleil directement mais de l’ombre sur l’adret (rndzɤkɤŋe — il doit y avoir un terme technique en français, je serais reconnaissant pour toute suggestion) qui monte à mesure que le soleil descend.

Cet exemple illustre que les usages apparemment irrationnels des préfixes directionnels dans les langues rgyalronguiques peuvent sans doute avoir une explication lorsque le contexte culturel est bien compris, mais ce type d’information n’est souvent pas disponible.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Carnet de terrain (2016) VIII," Panchronica, 17/07/2016, http://panchr.hypotheses.org/1405 (ISSN 2494-775X)

Le proto-sino-tibétain, une langue flexionnelle?

Un des plus grands débats en linguistique du sino-tibétain porte sur l’ancienneté de l’indexation en personne qui est présente dans certaines branches (gyalronguique, kiranti, kouki-tchin, dulong/rawang etc) mais absente dans d’autres, et notamment dans les « grandes » langues littéraires comme le chinois, le tibétain et le birman.

Ma position sur la question a déjà été suggérée dans cet article: au vu de la ressemblance frappante entre les paradigmes verbaux du kiranti du sud (bantawa, pouma et chintang) et du rgyalrong situ, et étant donné que certains des affixes marquant la personne dans ces langues ne ressemblent pas aux pronoms, il est difficile de concevoir que cette morphologie ne serait pas reconstructible en partie au moins à l’ancêtre commun du rgyalrongique et du kiranti. Je pense également que les langues sans indexation personnelle, y compris le chinois et le tibétain, l’ont perdue en conservant peut-être quelques traces comme l’irrégularité du verbe « manger », une idée que Sprigg avait eu déjà plus de trente ans auparavant mais n’avait jamais jugé utile de publier.

Ce point de vue est partagé par des auteurs tels que George van Driem et Scott DeLancey, lequel a été très prolifique sur la question et a récemment publié une grande quantité d’articles: 2010, 2011, 2013, 2014, 2015a, 2015b.

Un point de vue opposé, défendu essentiellement par Randy LaPolla (1992, 2003, 2012a, 2012b), et plus récemment soutenu aussi par Bettina Zeisler, serait que les systèmes d’indexation personnelle seraient des innovations indépendantes, que les langues sans indexation telles que le chinois et le tibétain ne l’auraient jamais eu, et que dans certaines langues, comme le tangoute, elle serait très récente et à peine grammaticalisée.

Dans cet article, qui vient d’être publié dans la revue Linguistic Vanguard, je clarifie un certain nombre d’imprécisions concernant l’interprétation des données du tangoute, des langues rgyalronguiques et kiranties, et j’espère ainsi contribuer à ce que cet important débat avance sur des bases saines.

Le suffixe -im- d’obviatif en ojibwe

Ce matin dans le bus en lisant ce livre, je suis tombé sur une paire minimale illustrant l’usage du suffixe –im– obviatif en ojibwe. C’est un bon exemple que je compte sans doute réutiliser dans des articles sur la question.

Page 162, nous lisons, au paragraphe 7:

(1) Mii sa gaa-izhi-banaaji’ag a’aw waawaashkeshiwayaan.
banaaji’- : « abîmer » verbe transitif à objet animé, –ag est le suffixe de 1sg>3 du conjunct order, gaa– est le préfixe de passé avec le initial change, et –izhi– un préfixe adverbial signifiant « de cette façon ».
a’aw: démonstratif animé, singulier, proximatif
waawaashkeshiwayaan: « peau de cerf », singulier, proximatif (nom du genre animé)
« So I ruined the deerhide. »

Et deux phrases plus loin:
(2) Mii gii-panaaji’imag iniw owaawaashkeshiwayaanan.
gii-panaaji’-im-ag: le même verbe « abîmer » avec une alternance b > p qui apparaît parfois devant certains suffixes:
passé-abîmer-obviatif-1sg>3
iniw: démonstratif animé singulier obviatif
o-waawaashkeshiwayaan-an
3.possessif-peau.de.cerf-obviatif
« I ruined that deerhide of hers. »

Dans la phrase (2), –im– apparaît car l’objet owaawaashkeshiwayaanan « sa peau de cerf » est à l’obviatif, alors qu’il est au proximatif en (1) (non-suffixé au singulier en ojibwe); l’usage de l’obviatif ici est automatique, car ce nom est possédé et en algonquien les noms animés possédés par une troisième personne sont obligatoirement obviatifs.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le suffixe -im- d’obviatif en ojibwe," Panchronica, 14/04/2016, http://panchr.hypotheses.org/1110 (ISSN 2494-775X)

Une trace du suffixe de réfléchi en tibétain?

Comme l’a fait remarquer Nathan W. Hill dans cet article, on trouve en tibétain, non pas deux, mais trois séries de verbes où l’alternance de voisement s’accompagne d’une alternance de transitivité. Voici les exemples qu’il donne dans son article (ici adaptés dans ma transcription du tibétain). Dans la forme B, je n’indique que le présent (la première forme) et le passé (la seconde).

A: འགག་ ɴgag ‘be stopped, break off ’
B: འགེགས་ ɴgegs, བཀག་ bkag ‘hinder, prohibit’
C: ཁེགས་ kʰegs ‘be hindered, be prohibited’

A: གང་ gaŋ ‘fill intr.’
B: འགེངས་ ɴgeŋs, བཀང་ bkaŋ ‘fill tr.’
C: ཁེངས་ kʰeŋs ‘be full’

A: གབ་ gab ‘hide intr.’
B: འགེབས་ ɴgebs, བཀབ་ bkab ‘cover tr.’
C: ཁེབས་ kʰebs ‘be covered over’

A: གྲོལ་ grol ‘be free’
B: འགྲོལ་ ɴgrol བཀྲོལ་ bkrol ‘liberate’
C: ཁྲོལ་ kʰrol ‘unravel’

A: དུལ་ dul ‘be tame’
B: འདུལ ɴdul བཏུལ་ btul ‘tame, subdue’
C: ཐུལ་ tʰul ‘be tame’

A: ཟུག་ zug ‘pierce, penetrate’
B: འཛུགས་ ɴdzugs བཙུགས་ btsugs, gzugs ‘plant, establish, insert’
C: ཚུགས་ tsʰugs ‘go into, begin’

J’ai déjà discuté des séries A et B dans cet article. Je pense que ces séries avaient une non-voisée à l’origine, qui est voisée dans la forme A par une dérivation anticausative et au présent de la forme B par un préfixe historiquement non-apparenté.

La forme C est mystérieuse. On observe qu’elle est intransitive, mais avec une initiale sourde, lorsque la racine a une voyelle /a/ celle-ci subi un umlaut en /e/, et un suffixe -s est rajouté (sauf dans les cas où le groupe résultant aurait été impossible, comme avec le -l final).

Je viens d’avoir une idée pour expliquer ces formes. En kiranti, on trouve un suffixe de réfléchi/moyen dont la forme est -si (parfois sous une forme réduite, comme en wambule). Pour une description de l’usage de ce suffixe, voir par exemple cet article qui porte sur le khaling, qui va bientôt paraître dans LTBA.

Cette hypothèse explique:

(1) Pourquoi on a une initiale sourde (c’est toute simplement l’initiale de la racine)
(2) Pourquoi on a un umlaut (c’est une trace du *i du suffixe)
(3) Pourquoi on a un suffixe -s (c’est tout ce qui reste du suffixe segmentalement)

Un problème avec cette hypothèse, c’est que comme je l’indique dans cet article, les occlusives finales sont nasalisées dans les paradigmes en -si (comme si la forme sous-jacente était qqch comme *-nsi). On s’attendrait donc, si le tibétain était comme le kiranti, à ce que les formes C aient une nasale finale au lieu d’une occlusive orale. Toutefois, je ne pense pas que cette objection soit suffisante pour démolir l’hypothèse — on peut tout à fait imaginer que les alternances complexes liées au suffixe -si aient été simplifiée par analogie en pré-tibétain.

Je suis ouvert à des commentaires sur cette hypothèse, que je compte intégrer à une future version de cet article, en cours de relecture actuellement.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Une trace du suffixe de réfléchi en tibétain?," Panchronica, 22/02/2016, http://panchr.hypotheses.org/875 (ISSN 2494-775X)

Les verbes à radical discontinu en sioux

L’existence de radicaux discontinus est un trait bien connu des langues sioux (voir par exemple cet article). On trouve dans les langues sioux de la vallée du Mississippi (Lakhota-Nakoda, Hochank/Chiwere, Dhegiha) une grande proportion de verbes où les préfixes d’indexation personnelle sont insérés à l’intérieur du radical, comme par exemple en Lakhota wot’é ‘tuer en jetant un projectile’ est à la première personne du singular wowát’e ‘je l’ai tué en jetant un projectile’ avec le préfixe wa-. L’origine de cette discontinuité est toutefois assez triviale: les radicaux en question sont quasiment tous historiquement bipartite, avec pour premier élément un préfixe locatif ou « instrumental », ici wo- « avec un impact à distance » avec le verbe t’é ‘mourir’ (noter au passage l’effet causativisateur du préfixe instrumental, aussi bien connu).

Néanmoins, on trouve des cas où l’origine de la discontinuité des radicaux n’est pas aussi évidente. Je traiterai dans le billet d’aujourd’hui d’un seul exemple, le verbe ‘entendre’, en lakota naȟ’úŋeten omaha na’óⁿ. Ce verbe est discontinu en lakota nawáȟ’uŋ ‘j’entends’ mais pas en omaha aná’oⁿ (NB: le préfixe de 1sg est a- en omaha et wa- en lakota; voir le mémoire de M1 de Julie Marsault pour une présentation des paradigmes verbaux de l’omaha).

L’étymologie de ce verbe est complètement opaque synchroniquement, et le premier élément na- n’a rien à voir avec l’instrument na- ‘avec le pied’. Comme l’indique le Comparative Siouan Dictionary, le radical de ce verbe doit être découpé en *rãx- ‘oreille’ et *ʔũ ‘utiliser’. Si en lakota ‘úŋ « utiliser » existe toujours, il n’en est pas de même de la première partie de ce radical, qui n’est préservée que dans ce mot. Or, il est intéressant de remarquer que le lieu de placement de la marque de personne, na_ȟ’úŋ, ne correspond pas à l’étymologie (on se serait attendu à des formes telles que †naȟwáuŋ si l’insertion du préfixe était conforme à l’étymologie). Il semble donc que la pression analogique avec les verbes à instrumental en na- ‘avec le pied’ comme nat’é ‘tuer en écrasant du pied/ en donnant des coups de pied’, dont la première personne du singulier est nawáte, a servi de modèle à la conjugaison de ce verbe, qui a été refaite sous une forme contraire à celle attendue étant donnée son étymologie. Cet exemple montre que malgré les apparences, l’histoire des verbes à radical discontinu est plus compliquée qu’on ne pourrait le penser au premier abord. Je reviendrai sur cette question dans un autre billet.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les verbes à radical discontinu en sioux," Panchronica, 06/02/2016, http://panchr.hypotheses.org/777 (ISSN 2494-775X)

Quelle est la position du bai?

Comme plusieurs lecteurs de ce blog on exprimé un intérêt pour le ‘problème bai’, voici une réflexion additionnelle.

Si le point de vue de Wang (2006), à savoir que le bai serait un parent proche mais distinct du chinois, a été réfuté par la présentation de Gong Xun, les deux hypothèses alternatives, à savoir (1) que le bai serait une branche divergente du chinois (d’époque Han) à substrat birmo-qianguique ou (2) que le bai serait une langue birmo-qianguiquoïde à fort superstrat chinois (Lee et Sagart 2008) sont toujours en lice.

Je me joins à l’avis assez général que dans les cas ambigus comme celui-ci, la morphologie devrait pouvoir jouer un rôle important. Malheureusement, les différentes formes de bai, au moins telles qu’elles sont décrites, sont assez fortement isolantes, quoique l’on ait des paires de verbes cognates avec celles du chinois qui sont des traces d’alternances figées.

Un phénomène qui frappe l’attention, toutefois, est la marque de négation -u- infixée dans quelques verbes (je cite Xu et Zhao 1984, p 39,qui est toujours malheureusement la source la plus accessible sur le bai):

baineg

L. Sagart avait suggéré oralement il y a quelques années qu’il pourrait s’agir de la trace de la négation à labiale initiale que l’on trouve dans la famille ST (ex, japhug mɤ-). Si c’est le cas, la présence de cet infixe ne peut pas servir pour mettre fin au débat, car on pourrait tout aussi bien proposer qu’il vient d’une des nombreuses négations à labiale du chinois (genre 否 *pəʔ ou 无 *mə). Toutefois, cette idée fait une prédiction: si l’infixe -u- vient bien d’une négation préfixée au verbe à consonne labiale, les mots à présyllabes *m(ə)- ou *p(ə)- du chinois archaïque, selon la reconstruction B/S, devraient eux aussi tous avoir la médiane -u-.

Si cette prédiction n’est pas vérifiée, alors cette hypothèse ne peut être retenue, et une autre origine doit être recherchée pour cet infixe -u-. Je ne vois pas de candidat prometteur — on a certes un préfixe de négation ɨ- en bantawa (< *u-), mais son origine est un problème en soi en kiranti et sa distribution dans le paradigme verbal est assez compliquée et confuse, puisqu’il est homophone avec la trace de l’inverse.

Références
Lee Yeon-Ju and Laurent Sagart. 2008. No limits to borrowing: The case of Bai and Chinese, Diachronica, 25(3):357–385, DOI: 10.1075/dia.25.3.03yeo
Wang, Feng. 2006. Comparison of languages in contact: the distillation method and the case
of Bai. Institute of linguistics, Academia Sinica.
Xu Lin, Zhao Yansun 1984. Baiyu jianzhi. Beijing: Minzu chubanshe.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Quelle est la position du bai?," Panchronica, 12/11/2015, http://panchr.hypotheses.org/511 (ISSN 2494-775X)

Première rencontre avec le thulung

La semaine dernière Gong Xun, Lai Yunfan et moi avons étudié pendant une journée avec Chandra Thulung, qui est venue à Paris pendant deux semaines pour travailler Aimée Lahaussois, sur sa langue éponyme.

Nous avons pu confirmer l’observation d’Aimée selon laquelle dans la variété parlée par Chandra existe une opposition de longueur, dans des paires minimales telles que duŋi (‘boire’, 1pl.incl, Khaling tūŋki तु्ङ्‍कि) et du:ku (‘boire’, 1pl.excl, Khaling tūŋkʌ तु्ङ्‍क), dans ce cas par allongement compensatoire dû à la chute du ŋ dans un contexte particulier. Toutefois, la transcription de la longueur dans cette langue est d’une difficulté redoutable.

Les alternances vocaliques du verbe thulung sont riches et assez différentes de celles observées en khaling, par exemple le verbe ‘faire’ comprend pas moins de quatre radicaux différents (j’indique ici les formes du non-passé):

1sg beu
1du.incl botsi
1pl.incl bi:
3sg by:

On reconnaît ici la racine de ‘faire’ qui se trouve en japhug (pa) et en tibétain (bʲed, bʲas). Les alternances ci-dessus sont caractéristiques des verbes transitifs à racine à syllabe ouverte en *a dans cette langue, et résultent sans doute en partie de fusion avec l’ancien suffixe *-u de patient de troisième personne direct.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Première rencontre avec le thulung," Panchronica, 14/10/2015, http://panchr.hypotheses.org/436 (ISSN 2494-775X)