Archives par mot-clé : morphologie

‘bul et dbul

Si la comparaison sino-tibétaine a plus d’une centaine d’années, et a été menée par de grand savants tels que Li Fang-kuei, South Coblin ou Gong Hwangcherng, la sophistication des comparaisons fait pâle figure en comparaison avec les travaux des collègues indo-européanistes, car la pratique générale est la Wurzeletymologie, où l’on compare des mots du chinois et du tibétain sans égard à leur structure morphologique, comme s’il s’agissait de racines amorphes.

Or, il semble qu’il existe dans les mots comparés entre le chinois et le tibétain des traces de morphologie ancienne, comme par exemple dans la paire suivante due à Gong Hwangcherng:

འབུལ་ ɴbul, pʰul « donner, offrir » = 分 pjun < *pən
དབུལ་པོ་ dbul.po "pauvre" = 貧 bin < *brən

Il est toutefois selon moi malavisé de comparer directement dbul à bin et de baser dessus des lois de correspondances phonétiques, sans essayer d’analyser la morphologie qui se cache derrière. Le problème est que la morphologie du tibétain, et en encore plus celle du chinois, est dans un état tel qu’elle est difficile à interpréter de façon interne.

La morphologie riche et productive des langues rgyalronguiques offre un modèle d’analyse pour interpréter ces alternances, jouant le rôle du sanskrit en indo-européen ou de l’arabe en sémitique. Toutefois, la phonologie très évoluée du tibétain ne permet pas, dans la plupart des cas, une analyse unique. Dans ce billet, j’explore les différentes possibilités pour analyser comment dériver la forme dbul.po « pauvre » à partir du verbe « offrir », interprétée ici comme la forme de base. Je ne prétends pas que d’autres analyses ne seraient pas possibles.

Je suppose admises les idées de cet article et les données sur la dérivations en rgyalronguiques (voir pour commencer cet article). Pour des raisons de temps, je n’explicite pas tous les détails.

Hypothèse I
*pul « distribuer » → *ŋə-pul « être distribué » (passif, japhug a- < *ŋa-, voir cet article et celui-ci, parmi de nombreux autres)
*ŋə-pul « être distribué »→ *kə-ŋə-pul « personne à laquelle on distribue = qui reçoit une aumône » (participe sujet intransitif, japhug kɯ-, voir cet article et celui-ci à propos de l’usage des participes en rgyalronguique).
*kə-ŋə-pul « personne qui reçoit une aumône = mendiant » > dbul « pauvre » (changements phonétiques)

Hypothèse II
*pul « distribuer » → *wə-pul « objet distribué » (infinitif nu avec un préfixe possessif, type Japhug ɯ-ti, voir par exemple cet article).
*wə-pul « objet distribué=offrande » → *nə-pul « quémander des offrandes » (dénominal, Japhug nɯ-/nɤ- type nɤphɯphɯ).
*nə-pul « quémander des offrandes » → *kə-nə-pul « personne qui quémande des offrandes » (participe)
*kə-nə-pul « personne qui quémande des offrandes = mendiant » > dbul « pauvre » (changements phonétiques)

Hypothèse III
*pul « distribuer » → *wə-pul « objet distribué=offrande »
*wə-pul → *ŋə-pul « pourvu d’offrandes » (type japhug aɣɯ-smɤn)
*ŋə-pul « pourvu d’offrandes » → *kə-ŋə-pul « personne qui est pourvu d’offrandes » (participe)
*kə-ŋə-pul « personne qui quémande des offrandes = mendiant » > dbul « pauvre » (changements phonétiques)

Alternativement à un préfixe de participe sujet, on pourrait considérer un préfixe de possession inaliénable dans un adjectif nominal comme le japhug ɯ-mbe « vieux, vieillerie » (voir la section 5 du chapitre sur le japhug, type du japhug tɤ-mbe au lieu de kɯ-mbe), ce qui mène à 6 hypothèses potentielles (qui n’épuisent pas toutes les possibilités théoriques) pour expliquer la forme tibétaine dbul.po.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "‘bul et dbul," Panchronica, 18/06/2017, http://panchr.hypotheses.org/1742 (ISSN 2494-775X)

Un outil pour visualiser les dérivations morphologiques

Johann-Mattis List vient de concevoir une app appelée DERIVIZ qui permet de représenter graphiquement d’une façon claire les arbres de dérivations. Voici un exemple d’arbre de dérivation, correspondant à la famille de mots discutée dans ce récent billet:

grib

Il génère un fichier svg, que l’on peut ensuite convertir si besoin dans un autre format avec un programme comme Inkscape.

Cette app va faciliter la représentation des relations entre étymons et rendre plus facile les discussions de la morphologie historique (sans avoir à chaque fois à créer un arbre avec TikZ, qui est puissant mais un peu lourd). Il y a certainement de nombreuses fonctionnalités potentiellement à rajouter (indiquer une racine, donner des étiquettes aux arêtes, disposer d’un moyen de représenter les dérivations inverse et les formes dues à l’analogie etc), mais c’est déjà un outil simple et élégant dont j’aurai l’usage sur ce blog.

Une famille de mot en tibétain

Dans ce billet, je vais esquisser les relations étymologiques dans une famille de mots particulière en tibétain, et montrer comment les langues gyalrongs peuvent éclairer l’étymologie tibétaine d’une façon qu’une étude interne ne permettrait pas. Le raisonnement présenté ici part de l’idée que les langues gyalronguiques préservent de façon productive des préfixes de nominalination et de dénominalisation qui ont cessé d’être productifs en tibétain mais dont on peut trouver des traces.

Partons dela paire constituée de la forme grib གྲིབ་ (attestée dans grib གྲིབ་ « impureté » et grib.ma གྲིབ་མ་ « ombre ») d’une part et de srib སྲིབ་ ubac (notons aussi sa.srib ས་སྲིབ་ « crépuscule ») d’autre part. Il n’est pas difficile d’admettre que ces deux étymons /grib/ (sens originel probablement * »chose sombre ») et /srib/ (* »endroit/moment sombre ») sont dérivés d’une même racine (signifiant « sombre ») par des préfixes différents g- et s-.

Or, on remarque que les sens impliqués par ces préfixes g- et s- correspond en tous points à ceux des préfixes de nominalisation des langues gyalrong, où kɯ- s’emploie pour les participes sujets et objets, et sɤ- pour les participes obliques, comme l’explique entre autres cet article. Notons que ces préfixes semblent relativement bien attestés dans de nombreuses langues de la famille trans-himâlayenne/sino-tibétaine (voir cet article de Linda Konnerth). On trouve des traces de ces préfixes en tibétain, comme je l’ai suggéré dans cet article.

De grib གྲིབ * »chose sombre, ombre » on dérive ensuite, comme je l’ai déjà suggéré dans cet article, les verbes dénominaux sgrib སྒྲིབ་ « obscurcir » et ɴgrib འགྲིབ་ « diminuer, être caché » — notons qu’ici, le préfixe s- n’est pas selon moi un causatif qui dérive sgrib སྒྲིབ་ « obscurcir » de ɴgrib འགྲིབ་ comme on l’analyse habituellement: ces deux verbes sont indépendamment dérivés du nom (lui-même dérivé d’un verbe statif).

La racine *rib d’où dériveraient grib et srib quant à elle n’est pas directement attestée sous sa forme nue, mais l’on en trouve plusieurs traces:
(a) rab.rib རབ་རིབ་ « flou, sombre; maladie des yeux qui rend aveugle(cataracte?) », variante hrab.hrib ཧྲབ་ཧྲིབ་
(b) mun.rub མུན་རུབ་ « obscurité, crépuscule »

La forme (a) est rédupliquée d’une racine *rib par un processus courant CVC > CaC.CVC. Pour la forme (b), l’hypothèse d’une relation étymologique est plus contestable, car elle implique (1) une harmonie vocalique *mun.rib > mun.rub (il semble y avoir d’autres exemples, mais ce n’est pas un processus productif) et (2) la syllabe rub résultante de cette harmonie aurait été réanalysée comme une nouvelle racine « sombre », et intégrée dans d’autres mots tels que sa.rub ས་རུབ་ « crépuscule ».

Je pense donc que l’hypothèse d’une racine *rib « sombre » d’où dérivent tous ces mots par des processus non productifs mais attestés est possible. La chaîne de dérivation serait:

*rib
> rab.rib
> srib
>> sa.srib
> grib
>> grib.ma
>> sgrib
>> ɴgrib

La racine *rib « être sombre » proposée ici aurait-elle des cognats ailleurs? En japhug soit ta-ʁjɯβ « ombre » soit ta-ʁrɯm « reflet, lumière, ombre projetée » pourraient être des cognats potentiels, mais ces hypothèses sont difficiles à tester pour le moment, tant que nous ne comprenons pas mieux les langues gyalronguiques dans leur ensemble.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Une famille de mot en tibétain," Panchronica, 14/05/2016, http://panchr.hypotheses.org/1273 (ISSN 2494-775X)

Les origines du *-s en chinois archaïque

Je viens de rendre disponible sur academia cet article, soumis au Bulletin of Chinese Linguistics, une version modifiée de ma présentation à la conférence de novembre dernier.

Les lecteurs intéressés peuvent me faire part de leurs commentaires en privé ou sur ce site s’ils le souhaitent. Une partie des idées présentées ici sont nouvelles, en particulier (1) le changement phonétique *-t => *-s /C_# (où C représente une consonne labiale ou vélaire) et (2) la comparaison des valeurs passives et antipassives de la dérivation par ton partant en chinois avec le réfléchi en -si du kiranti.

Ce travail soulève une question à laquelle je ne me sens pas nécessairement capable de répondre dans l’immédiat: si les comparaisons proposées sont valides, et si effectivement les suffixes *-s du chinois archaïque ont des origines sino-tibétaines distinctes, avait-on encore synchroniquement en chinois archaïque plusieurs suffixes productifs différents, ou le système s’était-il déjà opacifié à un point qu’ils n’étaient plus distincts?

Si les différentes valeurs de la dérivation par ton partant étaient encore distincte en chinois archaïque, on devrait s’attendre à des différences dans les alternances phonétiques. En particulier, une question que je n’ai pas encore abordée dans la version en ligne de l’article, mais que j’ajouterai dans la version finale, est que le réfléchi en -si du kiranti s’accompagne de la nasalisation des occlusives finales, comme en khaling |ʔipt-si| ‘dormir’ donne ʔʌ̂msiŋʌ अ:म्सिङ ‘je dors’. On s’attend donc en chinois à des paires où la forme passive ou antipassive aurait un ton partant (venant de *-s) et une finale -m -n ou -ŋ en chinois moyen dans certains cas où la forme de base est à occlusive finale -p -t -k (un type d’alternance appelé 对转 en linguistique traditionnelle du chinois). J’ignore encore si de telles paires existent, mais comme personne ne s’est posé cette question en ces termes, il est possible que nous puissions trouver des exemples.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les origines du *-s en chinois archaïque," Panchronica, 17/01/2016, http://panchr.hypotheses.org/718 (ISSN 2494-775X)

L’étymologie de wemitigoozhi « français » en ojibwe

Avant de souhaiter un bon solstice d’hiver à tous les lecteurs de ce blog, voici une note complémentaire au billet d’hier. Ives Goddard m’a expliqué l’étymologie de wemitigoozhi `français’, et je vais ici la présenter d’une façon complètement explicite; comme cette information ne se trouve pas sur internet et doit être difficile à dénicher par soi-même, il est d’intérêt public que je la rendre disponible.

Le livre auquel j’avais fait référence hier a commis un contresens. Mais avant d’aller plus loin, il est nécessaire de dire deux mots à propos de ce que signifie une étymologie en algonquien. Les verbes algonquiens sont dans leur quasi-totalité bi- ou tripartite: ils comprennent au moins un thème initial (initial stem) et un thème final (final stem, une classe fermée) qui indique la sous-classe de verbe (transitif ou intransitif, animé ou inanimé). Certains verbes ont également un thème du milieu (middle stem) qui correspond notamment au noms incorporés (je parle brièvement de ce sujet dans cet article, voir aussi les articles de Goddard et de Garrett qui y sont cités; en gros historiquement, le thème final est un ancien verbe et tous les verbes bi- ou tripartites sont d’ancien prédicats complexes, déjà fossilisés en proto-algonquien; les lecteurs intéressés peuvent me contacter, je leur enverrai les PDF des articles les plus importants sur la question). Pour étymologiser un mot en algonquien, il faut donc identifier les différents thèmes, et rendre compte dans les cas nécessaires de dérivations entre verbes ou entre verbes et noms.

Pour expliquer wemitigoozhi, il faut partir d’un nom non attesté, mais conforme à la structure des mots algonquiens, (probablement inanimé) *meqtekw-ooš-i < *meqtekw-ooθ-i ‘bateau en bois’, qui comprend l’initiale *meqtekw- « bois » et la finale *ooθ- « bateau » (le *-i est le suffixe des noms inanimés au singulier; *θ se palatalise en *š devant *i en proto-algonquien, mais il y avait à un certain des alternances entre *θ et *š entre singulier et pluriels dans les noms inanimés de ce type; cette alternance existe toujours en ojibwe et dans la plupart des langues algonquiennes dans le système verbal, mais a été analogisée dans le cas des noms). *meqtekw- existe tout seul en ojibwe, on a mitig < *meqtekw-i ‘bâton’ et mitig < *meqtekw-a ‘arbre’. La finale *ooθ- existe en ojibwe sous sa forme non-palatalisée, qui donne régulièrement –oon-; on l’a dans des mots tels que l’adverbe anaam-oon-ag ‘sous le bateau’ (anaam– signifie ici ‘sous’,la nature de –ag est un sujet trop compliqué pour être discuté ici).

On peut dériver régulièrement à partir d’un nom X (sous sa forme possédée à la troisième personne du singulier) un verbe (intransitif inanimé) signifiant `avoir X’ en combinant le nom et la finale *–i. Ce procédé est toujours très productif en ojibwe; on peut citer par exemple:

odikomi < *wet-ehkw-em-i ‘avoir des poux’ (*-em est un suffixe nécessaire à former les formes possédées pour certains noms; *wet- est l’allomorphe du préfixe de possession de troisième personne *we- devant les radicaux en voyelle)

En appliquant le même procédé, on peut donc supposer l’existence d’un verbe *we-meqtekw-ooš-i- ‘avoir un bateau en bois’ (sans le suffixe *-em-; je ne m’étends pas sur cette question pour cause de temps).

Ce verbe aurait donné la forme *omitigoozhi en ojibwe; un tel verbe n’est pas attesté. Le participe à la troisième personne du singulier donnerait régulièrement *wemitigoozhid, avec le suffixe -d et le changement initial régulier o- => we-. On dérive ensuite un nom animé à partir du participe (en supprimant le suffixe de personne; je ne connais pas la fréquence de ce procédé de dérivation), ce qui donne la forme wemitigoozhi ‘Français’, originellement ‘ceux qui ont des bateaux en bois’.

Voilà, ce n’est pas une étymologie triviale, et présenté comme cela c’est un peu long (un vrai algonquianiste vous explique ça en deux phrases…). Pour ceux qui ont tenu jusqu’ici, voici comment dire ‘c’est Noël’ en ojibwe: niibaa-anama’e-giizhigad

C’est un verbe intransitif inanimé qui comporte giizhigad ‘être (le) jour’, dérivé du nom inanimé giizhig ‘jour’ (sur l’étymologie duquel au moins quatre articles ont été écrits), nibaa- est un préverbe signifiant ‘de nuit’ et anama’e– ‘chrétien’.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’étymologie de wemitigoozhi « français » en ojibwe," Panchronica, 24/12/2015, http://panchr.hypotheses.org/686 (ISSN 2494-775X)

Tibétain snod et birman hnut

Le tibétain སྣོད་ snod ‘récipient, réceptacle’ (qui sert à traduire le sanskrit bhâjana– n. भाजनं) a été comparé par le STEDT à la racine correspondant au birman hnut ‘bouche’, qui signifie aussi apparemment ‘utérus’ dans certaines expressions (comme hnut ŋuṃ ‘être enceinte’). Cette comparaison pourrait paraître sémantiquement possible dans la mesure où l’on a le composé བུ་སྣོད་ bu snod ‘utérus’ (=’réceptacle de l’enfant’), et où snod peut aussi désigner des organes internes (snod drug = 六腑).

Je pense toutefois que cette comparaison est fausse, pour plusieurs raisons.

Premièrement, mis à part le birman, aucune langue n’utilise cette racine pour désigner des organes internes, elle désigne soit la bouche, les lèvres, le museau, voir comme en japhug le bout d’un fil (en japhug, l’emprunt au tibétain tɯ-mtɕhi est employé pour désigner la bouche et les lèvres) ou de toute entité filiforme comme un ver de terre, comme dans cet exemple (le texte n’est pas encore sur Pangloss):
(1) pjɯ-sɯ-ɲcɤr ʑo tɕe, ɯ-ɕnɤz nɯ ɯ-mtsioʁ nɯ kɯ tu-rɤɕi tɕe,
(la corneille) appuie (avec une de ses pattes sur l’un des bouts du ver de terre), et tire avec son bec sur (l’autre) bout.

J’ignore d’où viennent les autres acceptions que hnut a en birman, et étant donné mon manque de connaissances dans cette langue, je préfère laisser à d’autres le traitement de cette question.

Deuxièmement (et principalement), le tibétain snod a une étymologie interne, il dérive du verbe ནོད་ nod (présent) / མནོས་ mnos (passé) « recevoir ». Ce verbe s’emploie plutôt pour des concepts abstraits (notamment des enseignements religieux) en tibétain classique, mais en tibétain ancien c’est le verbe normal pour recevoir des objets concrets, notamment dans l’expression སྔ་གཡར་དུ་མནོསྟེ་ snga g.yar-du mnoste ’emprunter’ (littéralement ‘recevoir comme emprunt’):

(2) lha ris gyi stsang las khre shol khal bcu zhig snga g.yar du mnoste
« [the people] borrowed ten khal of millet from the grain of the monastic estate.
PT1104.07 (Takeuchi 1995:225-231)

Mais aussi simplement dans le sens de « recevoir »:
(3) im tsi hvan gis mnoste
« [the millet] was received by Im tsi hvan »
PT.1104.24

snod n’est apparemment pas un calque de bhâjana- dans sa formation morphologique (puisque ce dernier dérive de la racine bhaj– ‘partager’), ce qui n’est pas surprenant puisqu’à part གཟུངས་ gzungs ‘dhâraṇî- धारणी’, les termes sanskrits sont calqués au moyen de morphologie refaite, et non en utilisant la morphologie préfixale ancienne.

La racine est |no| « recevoir » (le passé mnos < *pV-no-s avec le circumfixe b-…-s du passé), et la forme snod comprend le préfixe de nominalisation oblique s- (cognat avec le préfixe de participe oblique sɤ- en japhug, dont l’usage est décrit ici et ici), couplé avec un suffixe de nominalisation -d comme c’est courant pour les noms préfixés en g-/d- ou en s-. C’est donc un nom déverbal qui suit des règles tout à fait régulières de formation en tibétain, aussi bien du point de vue sémantique que morphologique.

Il n’est pas vraisemblable que le nom ɯ-ɕnɤz du japhug et ses cognats soient des noms déverbaux fossilisés (ce qui serait une innovation lexicale du birmo-gyalronguique, le tibétain ayant conservé le verbe d’où ce nom serait dérivé). Premièrement, s’il existe des noms obliques irréguliers non productifs, ils sont toujours formés avec une dentale s- ou z-, jamais avec une palatale ɕ- en gyalronguique, et contrairement au tibétain, les noms déverbaux n’ont jamais deux marques préfixée et suffixée de nominalisation, on a toujours soit l’une soit l’autre en gyalronguique. Deuxièmement, il resterait à expliquer de façon claire l’évolution sémantique de ‘réceptacle > organe interne > bouche’ qui n’est pas très intelligible au moins pour moi.

Bibliographie
Takeuchi, Tsuguhito. 1995. Old Tibetan Contracts from Central Asia. Tokyo: Daizo Shuppan.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Tibétain snod et birman hnut," Panchronica, 29/11/2015, http://panchr.hypotheses.org/554 (ISSN 2494-775X)

Journées d’étude sur la phonologie historique du chinois

Je viens de participer à deux journées d’étude au SOAS intitulées Recent advances in Old Chinese Historical Phonology à propos de la phonologie historique du chinois, rassemblant des phonologues du chinois, des philologues, des linguistes de terrain comparatistes et des indo-européanistes pour discuter de la nouvelle reconstruction de Baxter et Sagart.

Cette rencontre organisée par Nathan Hill était très dense, et quasiment toutes les interventions étaient riches et intéressantes; il est rare de pouvoir aborder collectivement des questions techniques sur ce sujet un peu ésotérique.

Plusieurs interventions (celles de Marc Miyake, de Laurent Sagart et aussi de Lai Yunfan) portaient entièrement ou en partie sur la question épineuse de l’opposition dite A/B en chinois archaïque, reconstruite, suivante Jerry Norman, comme une opposition de pharyngalisation dans le système de Baxter / Sagart.

Mattis List a présenté un outil d’analyse des rimes du Shijing encore à l’état de prototype, mais qui ouvre des perspectives d’un immense intérêt pour l’usage de ces données dans la reconstruction du chinois archaïque, et notamment facilite l’évaluation immédiate d’hypothèses (il a d’ailleurs été utilisé pour revérifier la réalité de l’opposition entre la rime *-an et la rime *-on du chinois archaïque lors de la discussion d’une des interventions).

D’autres (celles de Gong Xun, de Mark Alves, de Hannes Fellner) ont étudié dans des perspectives différentes le contact entre le chinois et les langues avoisinantes; Gong Xun a proposé une nouvelle reconstruction du proto-Bai qui rend obsolète les travaux précédents sur la question.

Une autre catégorie d’interventions (celles de Christoph Harbsmeier, Marco Caboara, Matthias Richter, Park Haeree and Deng Lin) concernaient plus la philologie, notamment sur l’usage de la reconstruction pour interpréter les parties phonétiques des caractères dans les textes excavés, soit pour comprendre certaines alternances morphologiques à l’intérieur du chinois.

Les présentations de Lai Yunfan, de Yeshes Sotrug, ainsi que la mienne portaient sur les comparaisons morphologiques entre chinois et autres langues sino-tibétaines. J’espère que certaines de ces comparaisons pourront être utiles pour les philologues du chinois pour affiner l’interprétation des alternances lors de la lecture des textes. Je pense que pour que l’étude des alternances morphologiques dans les textes chinois progresse vraiment, il serait hautement désirable que les philologues du chinois aient une expérience directe de lecture de textes dans des langues sino-tibétaines à morphologie riche, notamment rgyalronguiques ou kiranties; à quand une chaire de rgyalrongologie à l’université de Pékin et un enseignement obligatoire du japhug pour tous les étudiants en mastaire de phonologie historique?

Il est à espérer que d’autres événement du même type auront lieu à l’avenir, et que des liens solides pourront se tisser entre linguistes de terrains, philologues et aussi indo-européanistes, qui j’espère pourront nous rejoindre et nous aider à introduire en sino-tibétain la linguistique néogrammairienne.

Les noms polysyllabiques khaling

Le vocabulaire du khaling contient une quantité importante de noms polysyllabiques, un fait surprenant pour deux raisons.

Premièrement, les racines verbales et la majorité des noms natifs dont l’étymologie peut être déterminée sont monosyllabiques (voir Jacques et al. 2012 concernant la notion de racine verbale; un dictionnaire des verbes khaling préparé par notre équipe, qui paraîtra d’ici peu). On trouve quelques rares mots polysyllabiques reconstructibles en proto-kiranti, comme le nom « orphelin » (reskʌp रेस्कप् en khaling, yɛtchaba en limbu etc; ce nom a d’ailleurs une importance dans la mythologie kirantie; j’y reviendrai dans un billet ultérieur), mais ils se comptent sur les doigts de la main.

Deuxièmement, on a pu mettre au jour récemment qu’une des origines du ton tombant en khaling est la réduction de dissyllabes en monosyllabes (voir Jacques à paraître), un changement qu’a d’ailleurs subi le nom du peuple khaling lui-même khɛ̂l ख्या:ल् en khaling, venant d’une forme pré-khaling *khali(ŋ), ce nom ayant été emprunté en népali avant le changement.

Or, on trouve des noms polysyllabiques à foison, dont l’étymologie est assez obscure (le nouveau dictionnaire de Toba et Toba 2014 en regorge). Par exemple, le nom koktsiŋgēl कोक्चिङ्‌गेल् « escargot » (un mot facile à mémoriser par sa ressemblance fortuite avec le français « coccinelle ») ne peut pas être facilement décomposé en éléments tels que kok+ tsiŋ + gel. D’autres polysyllabes sont analysables, mais ont une structure étrange, comme keksēr केक्सेर् ‘épouillage » dérivé de la racine |kekt| « pick » et du nom sēr « pou », très inhabituel en étant un composé verbe+nom alors que le khaling est une langue à verbe final strict (l’ordre habituel est agent-patient-verbe). Ce composé ne peut toutefois être ancien, car comme on peut le montrer (cf Jacques à paraître, ci-dessous), le groupe *ks entre deux voyelles s’est réduit de plusieurs façon en pré-khaling, notamment en -s- (comme dans mos मोस् « ours », cognat du dumi moksu). S’il était ancien, on aurait attendu une forme *kes.

L’étymologie de la grande majorité des noms en khaling est donc un mystère. Espérons que ce problème attirera l’intérêt de comparatistes!

Références
Jacques, Guillaume (à paraître). Tonogenesis and tonal alternations in Khaling.
Jacques, Guillaume, Aimée Lahaussois, Boyd Michailovsky and Dhan Bahadur Rai. 2012. An overview of Khaling verbal morphology. Language and Linguistics, 13.6:1095-1170
Toba, Sueyoshi and Ingrid Toba. 2014. Khaling-Nepali-English dictionary. Lalitpur: Nepali National Languages Preservation Institute.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les noms polysyllabiques khaling," Panchronica, 31/07/2015, http://panchr.hypotheses.org/389 (ISSN 2494-775X)

Les emprunts du tibétain dans les langues gyalronguiques

Lorsque l’on étudie la phonologie et la morphologie historique (et même synchronique) des langues des régions tibétanisée, la première tâche à réaliser, avant même de comparer les dialectes proches, me semble être l’étude de la stratification et des propriétés des emprunts tibétains. En effet, nous connaissons à peu près l’ancêtre commun des langues tibétaines (le tibétain ancien ayant un statut similaire à celui du latin et des langues romanes), et nous pouvons sans risque de spéculation déterminer les changements phonétiques ayant eu lieu dans le dialecte tibétain donneur, puis la langue emprunteuse après l’assimilation du mot. Ceci nous renseigne à la fois sur la dialectologie ancienne du tibétain (car les dialectes ayant laissé des traces dans les langues gyalronguiques ne sont plus forcément vivants), la phonologie historique du la langue emprunteuse après l’emprunt (car les emprunts ont alors subi les mêmes changements phonétiques que les mots du vocabulaire local), et aussi la morphologie, si des procédés morphologiques ont été appliqués aux emprunts.

J’ai consacré plus de cent pages à ce sujet dans ma thèse, mais ne prétends pas avoir fait le tour du sujet; l’aspect morphosyntaxique de la comparaison entre tibétain et japhug, présenté brièvement dans un article soumis au Journal of Language Contact, est aussi un sujet d’une grande richesse.

Les dialectologues du tibétain peuvent également découvrir de nouveaux mots tibétains non-attestés dans la langue littéraire ou les dialectes (à ma connaissance). Par exemple, il existe en japhug un verbe βzdɤr ‘ajouter de l’huile/du beurre (dans le thé ou la soupe)’, d’où l’on tire le nom possédé tɤ-βzdɤr ‘beurre ajouté dans le thé’, selon un procédé décrit dans Jacques (2014). Ce verbe est forcément emprunté au tibétain, car le groupe βzd- (comme tous les groupes de type βCC ou fCC) n’est pas conforme à la phonotactique des mots hérités.

Il existe en tibétain un nom sdor ‘aliments que l’on mélange au thé, à la soupe thugpa ou au gruau de riz (en particulier, le beurre)’. Or, on peut dériver en tibétain ancien des verbes dénominaux en appliquant à la racine une conjugaison particulière (N- au présent, b-..-s au passé etc), comme dans Ntɕʰu (passé btɕus, futur btɕu, impératif tɕʰus) ‘puiser de l’eau’ tiré de tɕʰu ‘eau’. De sdor, on peut donc tirer un verbe putatif *sdor, passé *bsdor ‘ajouter du beurre au thé », qui, dans la couche ancienne des emprunts (où -or correspond à -ɤr) donne régulièrement βzdɤr. Le japhug préserve donc un rare verbe dénominal perdu ailleurs, et contribue donc aussi à notre connaissance de la morphologie historique du tibétain, car les exemples de verbes de ce type se comptent sur les doigts d’une main.

Références
Jacques, Guillaume. 2014. Denominal affixes as sources of antipassive markers in Japhug Rgyalrong, Lingua 138:1-22.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les emprunts du tibétain dans les langues gyalronguiques," Panchronica, 14/07/2015, http://panchr.hypotheses.org/355 (ISSN 2494-775X)

A quelle famille appartient le miluk?

L’Orégon était jusqu’à l’invasion des Européens l’une des régions linguistiquement les plus diverses au monde. Le long de la côte (sans compter les langues de l’intérieur), on trouve, du nord au sud, le chinook, le tillamook (langue salish), l’alsea, le siuslaw (deux langues isolées), le miluk et le hanis (traditionnellement considérées comme appartenant à une famille « coosan ») et enfin, à la frontière avec la Californie, le tolowa (une langue athabasque).

Mis à part peut-être le tolowa, toutes ces langues ont disparu, et dans le cas de l’alsea, du siuslaw, du miluk et du hanis, elles sont uniquement connues par des données de la première moitié du vingtième siècle, en particulier celles collectées par Frachtenberg et Melville Jacobs.

Dans une thèse soutenue en 2012 sous la direction de Scott DeLancey, Christopher Doty présente tout d’abord une reconstruction de la phonologie et de la morphologie du miluk sur la base des recueils de textes de Jacobs (1939, 1940); une telle reconstruction est nécessaire car Jacobs, si on doit lui reconnaître le grand mérite d’avoir collecté des textes dans un grand nombre de langues disparues (y compris le kalapouya, dont j’ai parlé dans un précédent billet), transcrivait sans apporter d’analyse phonologique ou grammaticale des langues étudiées. Ainsi, un réel travail de déchiffrement, basé sur la traduction anglaise des textes transcrits, est nécessaire avant de pouvoir utiliser ces données pour des investigations en linguistique historique.

Doty montre ensuite que la parenté supposée du miluk et du hanis (considérée pourtant comme assurée par la plupart des ouvrages de références sur les langues d’Amérique du nord, y compris Mithun 1999) est très contestable.

Enfin, il propose l’hypothèse d’une parenté (lointaine) possible entre le miluk et le salish. Cette conclusion très surprenante est toutefois argumentée de façon très convaincante, et si elle n’a pas gagné l’approbation des spécialistes du domaine (voir par exemple Kroeber 2013), elle me semble tout à fait digne de recherches plus approfondies. Espérons que l’auteur rendra disponible son corpus annoté du miluk, qui pourrait permettre à d’autres chercheurs de naviguer plus rapidement dans le corpus, restreint mais d’un grand intérêt aussi bien pour la typologie morphosyntaxique que pour la linguistique historique.

Références
Doty, Christopher. 2012. A Reassessment of the Genetic Classification of Miluk Coos, thèse de doctorat, université de l’Orégon à Eugene. http://www.csdoty.com/resources/Doty-Dissertation.pdf
Jacobs, Melville. 1939. Coos Narrative and Ethnographic Texts, University of Washington Publications in Anthropology, vol. 8. Seattle, WA: The University of Washington.
Jacobs, Melville. 1940. Coos Myth Texts, University of Washington Publications in Anthropology, vol. 8. Seattle, WA: The University of Washington.
Kroeber, Paul. 2013. Pronominal Clitics and Indexability Hierarchies in Hanis and Miluk Coosan, Anthropological Linguistics 55.2:105-157.

Voir aussi le blog https://shichils.wordpress.com/ qui porte en partie sur les langues de la côte de l’Orégon.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "A quelle famille appartient le miluk?," Panchronica, 11/07/2015, http://panchr.hypotheses.org/343 (ISSN 2494-775X)

Les emprunts entre dialectes ou langues proches (1)

Les emprunts à une langue apparentée mais éloignée, comme ceux du tibétain dans les langues gyalrong, sont relativement facile à reconnaître. Identifier ces emprunts, déterminer leurs correspondances avec le tibétain ancien et en déduire les enseignements qu’ils nous apportent sur la phonologie (et la morphologie) historique des langues emprunteuses et du tibétain est même la première tâche que le comparatiste intéressé par ces langues doit entreprendre, car c’est la moins difficile à mener à bien.

Les emprunts entre langues gyalronguiques constituent une question beaucoup plus épineuse: les emprunts entre langues proches obscurcissent les correspondances phonétiques, et selon la quantité de contact, il peut devenir quasi-impossible de déterminer quels sont les mots empruntés et lesquels sont hérités.

En japhug de Kamnyu, on trouve des emprunts clairs au tshobdun tels que qaliaʁ ‘aigle’ (au lieu de *qarɟaʁ, la forme attendue), qro ‘fourmi’ (au lieu de *qroʁ), tɯɟo ‘démon’ (au lieu de *tɯʑu) etc. Ces emprunts sont aisément reconnaissables car (1) ils présentent des correspondances phonétiques spécifiques au tshobdun (2) ils n’apparaissent pas dans les dialectes japhug parlés plus à l’est, où le contact avec le tshobdun est plus occasionnel.

On trouve aussi des mots nécessairement empruntés tels que rkaŋ ‘fort (physiquement)’, apparenté au japhug rko (*-aŋ passe à -o en japhug et en situ dans le vocabulaire hérité). Le changement a-t-il eu lieu d’abord en japhug avant d’opérer en situ? Ou s’agit-il d’un emprunt au tshobdun, avant le passage de *-aŋ à -i dans cette langue? Difficile de trancher.

Un cas où le contact semble avoir obscurci les correspondances est le traitement du *-s final, voir déjà ma thèse pp 249-250:

https://www.academia.edu/968764/Phonologie_et_morphologie_du_japhug_rGyalrong_

Le *-s final passe à -t (au lieu de -z) dans de nombreux mots en japhug, mais pas les mêmes mots selon les dialectes. Dans certains cas, on a -t dans tous les dialectes japhug (jmɯt ‘oublier’), et aussi en zbu (lmît ‘oublier’) alors que le situ (jmə̂s) a un -s. Dans d’autres cas, on a -t seulement dans quelques villages japhug, comme pour le suffixe de passé -t (japhug de Kamnyu), -z (tous les dialectes japhug de Gsar.rdzong et Da.tshang); en dehors du japhug, le -t n’apparaît pas (zbu -z, situ -s). Dans les emprunts au tibétain, certains ont -t correspondant à -s (rɟɤskɤt ‘escalier’ < rgʲa.skas) mais l’immense majorité a -z correspondant au tibétain -s.

Seule une étude détaillée, village par village, des correspondances du *-s final pourra peut-être un jour éclaircir cette question épineuse, qui fait intervenir le contact entre dialectes proches.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les emprunts entre dialectes ou langues proches (1)," Panchronica, 04/06/2015, http://panchr.hypotheses.org/323 (ISSN 2494-775X)

Les changements phonétiques peuvent-ils être conditionnés par la morphologie?

Dans un article récent, Hill (2014) ré-affirme la doctrine néo-grammairienne selon laquelle les changements phonétiques ne sont jamais conditionnés par la morphologie, y compris les frontières morphémiques ou les parties du discours.

Il exclut à juste titre les cas, comme en nahuatl, où les différentes parties du discours constituent des contextes phonologiques différents: le *p devient zéro en initiale de mot dans le cas des noms mais pas dans celui des verbes. L’explication tient à ce que les radicaux des verbes sont toujours préfixés sauf à la troisième personne des verbes intransitifs de certains tiroirs verbaux (plusieurs tiroirs verbaux sont préfixés d’un ‘augment’). La chute du *p initial dans les formes non-préfixées du paradigme a dû être immédiatement éliminée dans les paradigmes intransitifs du fait de la pression analogique (voir Campbell et Langacker 1978). Une même explication s’applique à beaucoup de changements conditionnés, par exemple, le fait que le *s- initial en arapaho correspond bien à n- en initiale de radical, même dans les formes préfixées (comme celles de l’irréel qui viennent de l’ordre indépendant) alors qu’on s’attendrait à une alternance n-/h- dans ces formes. La aussi, l’analogie les a immédiatement éliminées.

Toutefois, il existe un cas pour lequel une explication en termes d’analogie semble difficile: celui du onbin 音便 en japonais, qui ne s’est produit que de façon sporadique dans les noms composés, mais s’est appliqué régulièrement, à époque historique, exclusivement dans le système verbal, notamment les formes converbales en -te (voir Frellesvig 1995, 2010:192-199):

(yom-) yomite > yonde ‘lire’
(tor-) torite > totte ‘prendre’
(mot-) motite > motte ‘prendre’

Contrairement à l’absence de chute de *p initial dans les verbes en nahualt ou de la réfection du *-s- de l’aoriste en grec, ce phénomène ne peut s’expliquer comme l’annulation d’un changement phonétique par l’analogie. Aucun conditionnement phonologique qui distinguerait les combinaisons -VCit- dans les noms et dans les verbes ne semble non plus apparente.

Il est louable de vouloir préserver la rigueur néogrammairienne et je conçois qu’il est préférable, avant d’abandonner une hypothèse comme l’impossibilité de conditionnement morphologique des changements phonétiques, d’explorer toutes les alternatives. Néanmoins, le cas du onbin me semble un des cas les plus clairs d’exception à ce principe; ceux qui souhaitent le défendre ne peuvent pas omettre de rendre compte de ce cas particulier.

Bibliographie
Campbell, Lyle and Ronald Langacker. (1978) Proto-Aztecan vowels: part II. International Journal of American Linguistics 44(3). 197–210.
Frellesvig, Bjarke. 1995. A Case Study in Diachronic Phonology: The Japanese Onbin Sound Changes. Aarhus University Press.
Frellesvig, Bjarke. 2010. A History of the Japanese Language. Cambridge University Press.
Hill, Nathan W. 2014. ‘Grammatically Conditioned Sound Change.’ Language and Linguistics Compass 8, 211–22. http://eprints.soas.ac.uk/18595/

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les changements phonétiques peuvent-ils être conditionnés par la morphologie?," Panchronica, 18/04/2015, http://panchr.hypotheses.org/184 (ISSN 2494-775X)

La parenté des langues et le hasard

Pour de nombreux auteurs écrivant à propos de la parenté des langues dans une perspective générale (comme Campbell et Poser 2008), les ressemblances morphologiques sont considérées comme des indices plus fiables d’une parenté génétique que le vocabulaire commun.

Si même en l’absence d’une quantité significative de vocabulaire commun, l’existence de plusieurs séries communes de paradigmes ou de morphologie irrégulière commune sont des arguments très convaincants (voir par exemple Seefloth 2000 sur l’ouralique et l’eskimo ou Rankin 1996 sur le youtchi et le sioux; voir aussi mon travail non-publié Jacques 2011), il n’en va pas de même de ressemblances dans la morphologie dérivationnelle, même lorsque celle-ci donne l’impression d’un paradigme commun. Un des cas les plus impressionnant est celui des langues ouraliques et des langues « altaïques »: Georg (2011) recense par exemple une vingtaine de suffixes similaires entre une langue ouralique (le tchérémisse) et le turcique, des ressemblances trop fortes pour qu’il puisse s’agir de formes héritées (sans quoi les changements phonétiques auraient rendu ces suffixes, au moins pour une partie d’en eux, assez dissemblables), et il s’agit vraisemblablement en partie de ressemblances fortuites (les suffixes étant pour la plupart constitués d’une seule consonne) et en partie d’affixes empruntés (l’emprunt d’affixes dérivationnels est relativement courant).

Un nouvel exemple amusant de ressemblances purement fortuites entre deux familles non-apparentées (pour lesquelles le contact de langues est exclu) peut être observé entre le sémitique et le sino-tibétain, prenant ici l’akkadien et le japhug comme exemples représentatifs. On trouve en effet les formes suivantes:

* causatif: š-Stamm en akkadien (du proto-sémitique *s selon Huehnergard 2006) et causatif sɯ- en Japhug.
* passif: n-Stamm en akkadien et prénasalisation anticausative en japhug (prɤt > mbrɤt)
* deuxième personne: ta- en akkadien et tɯ- en Japhug

Dans ces trois cas, il s’agit d’affixes (ou de procédés morphologiques) reconstructibles dans les proto-langues respectives (pour le préfixe de seconde personne tɯ- en japhug, cette question est encore controversée; voir Jacques 2012 pour une discussion plus détaillée), et leur fonctions morphosyntaxiques sont relativement proches.

On pourrait multiplier ce type d’exemples avec n’importe quelle paire de famille de langues ayant une morphologie relativement compliquée.

L’existence de telles ressemblances fortuites soulève naturellement une question: comment les distinguer de ressemblances dues au contact ou à une parenté génétique? Je pense qu’on parviendra peut-être un jour à mettre au point un modèle testant les probabilités de ressemblances fortuites entre deux langues, mais pour le moment un tel modèle n’existe pas: les tests qui ont été proposés jusqu’ici l’on été sur le vocabulaire de base (par exemple Manaster-Ramer et Baxter 1999, qui utilise la loi de Poisson). Cet état de fait n’est pas surprenant: il est moins facile de comparer la morphologie entre deux langues que le vocabulaire de façon automatique, car si l’on peut établir des listes de mots comparables entre n’importe quelle paire de langue, il n’en va pas de même dans le cas de la morphologie.

Références
Georg, Stefan. 2011. The poverty of Altaicism, présentation à la journée d’étude « Altaïque ou pas », 10 décembre 2011, INALCO. https://www.academia.edu/1638942/The_Poverty_of_Altaicism

Huehnergard, John. 2006. Proto-Semitic and Proto-Akkadian, in The Akkadian Language in its Semitic Context: Studies in the Akkadian of the Third and Second Millennium BC (ed. G. Deutscher and N.J.C. Kouwenberg; Leiden: NINO). 1–18. https://www.academia.edu/234660/2006_Proto-Semitic_and_Proto-Akkadian

Jacques, Guillaume. 2011. Siouan irregular inflections, unpublished manuscript. https://www.academia.edu/3758247/Siouan_irregular_inflections

Jacques, Guillaume. 2012. Agreement morphology: the case of Rgyalrongic and Kiranti, Language and linguistics 13.1:83-116. https://www.academia.edu/1526166/Agreement_morphology_the_case_of_Rgyalrongic_and_Kiranti

Manaster-Ramer et Baxter. 1999. Beyond lumping and splitting: probabilistic issues in historical linguistics, Symposium on Time Depth in Historical Linguistics, 19–22 August 1999
McDonald Institute for Archaeological Research, Cambridge http://www-personal.umich.edu/~wbaxter/pdf/tdepth.pdf

Rankin, Robert L. 1996. Deeper Genetic Relationships in North America: Some Tempered Pessimism. Proceedings of the Twenty-Second Annual Meeting of the Berkeley Linguistics Society: Special Session on Historical Issues in Native American Languages, pp. 117-128.

Seefloth, Uwe 2000. Die Entstehung polypersonaler Paradigmen im Uralo-Sibirischen. Zentralasiatische Studien, 30, 163-191.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La parenté des langues et le hasard," Panchronica, 04/01/2014, http://panchr.hypotheses.org/134 (ISSN 2494-775X)