Archives par mot-clé : Mengzi

Langues rgyalrong et textes confucéens

Dans le Mengzi (1.7), on peut lire le passage suivant (la traduction proposée ici n’a aucune prétention littéraire, et suit le texte de près):

(1)「挾太山以超北海,語人曰:『我不能』,是誠不能也;為長者折枝,語人曰:「我不能」,是不為也,非不能也。
« Concernant le fait de sauter au-dessus de la Mer du Nord en tenant le mont Tai sous le bras, Si l’on dit à des gens « je ne peux pas le faire », c’est qu’on ne peut vraiment pas le faire; si l’on dit la même chose à propos de casser des branches pour les personnes âgées, c’est qu’on ne (veut pas prendre la peine de) le faire, et non qu’on ne peut pas le faire. »

Si le sens de littéral de la phrase 為長者折枝 hjweH ʈjaŋX tɕæX tɕet tɕe « casser des branches pour les personnes âgées » ne pose pas de problème, le sens précis de cette expression n’est pas immédiatement clair et fait l’objet de commentaires divergents. Voici une nouvelle interprétation, basée sur la phrase japhug (2) tirée de ce texte (l’histoire de Padma ‘Od’bar).

(2) a-mu rcanɯ ndʑu tɯ-ldʑa cinɤ a-mɤ-pɯ-tɯ-sɯ-qlɯt-nɯ ra
1SG.POSS-mère FOC baguette un-CL même.pas IRR-NEG-PFV-CAUS-casser falloir:FACT
« Faites en sorte que ma mère n’ait même pas besoin de casser (une branche pour faire) une baguette. »

Cette phrase n’est pas dans l’original tibétain pour autant que j’aie pu le voir, et doit être une expression japhug locale. Comme dans le Mengzi, elle fait référence à la tâche la plus facile à exécuter parmi tous les soins et les services aux personnes âgées que se doit d’observer celui qui respecte la piété filiale.

La similitude entre les deux passages ne suggère pas un héritage commun (puisque les mots employés ne sont pas cognats), mais rend vraisemblable l’idée que « casser des branches » dans le passage du Mengzi doive avoir la même interprétation que dans la phrase (2).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Langues rgyalrong et textes confucéens," Panchronica, 17/05/2017, http://panchr.hypotheses.org/1767 (ISSN 2494-775X)