Archives par mot-clé : langues sino-tibétaines

Les journées d’études sur les langues du Sichuan

La semaine dernière ont eu lieu les quatrièmes journées d’études sur les langues du Sichuan à Seattle, organisées par Zev Handel. Les journées précédentes avaient eu lieu à Paris en 2013.

Cinq doctorants et anciens doctorants de notre équipe étaient présents: Lai Yunfan, Gong Xun, Zhang Shuya, Rao Min et Gao Yang, qui ont chacun présenté des communications sur leurs langues de spécialité respective (khroskyabs, zbu, situ, guiqiong et menya).

Une des communications les plus inattendues de la conférence était celle de Hiroyuki Suzuki et de Tashi Nyima, qui ont révélé l’existence d’une langue jusqu’alors inconnue, le ‘bo-skad (dont le second auteur, bien que résidant en Norvège, est locuteur natif). Cette langue, bien que très clairement gyalronguique, et même plus proche de la branche stau-khroskyabs, est parlée loin du Sichuan, dans le département de Mdzosgang, au district de Chamdo, à plus de 900 km de Mbarkhams par la route. La présence d’une langue gyalronguique aussi loin de la région Gyalrong est très étonnante (bien que des rumeurs circulaient concernant des langues non-tibétaines dans cette région), mais il semble qu’elle ne soit pas isolée.

Cette découverte confirme l’idée d’une expansion « récente » de la langue tibétaine hors du Tibet central (c’est à dire postérieure à l’établissement de l’empire tibétain) sur des régions où étaient parlées plutôt des langues gyalronguiques, dont la région Gyalrong et les poches isolées de Chamdo sont les dernières traces. Il faut souligner l’importance de cette découverte pour notre compréhension de l’histoire du peuplement du Tibet oriental.

Le proto-sino-tibétain, une langue flexionnelle?

Un des plus grands débats en linguistique du sino-tibétain porte sur l’ancienneté de l’indexation en personne qui est présente dans certaines branches (gyalronguique, kiranti, kouki-tchin, dulong/rawang etc) mais absente dans d’autres, et notamment dans les « grandes » langues littéraires comme le chinois, le tibétain et le birman.

Ma position sur la question a déjà été suggérée dans cet article: au vu de la ressemblance frappante entre les paradigmes verbaux du kiranti du sud (bantawa, pouma et chintang) et du rgyalrong situ, et étant donné que certains des affixes marquant la personne dans ces langues ne ressemblent pas aux pronoms, il est difficile de concevoir que cette morphologie ne serait pas reconstructible en partie au moins à l’ancêtre commun du rgyalrongique et du kiranti. Je pense également que les langues sans indexation personnelle, y compris le chinois et le tibétain, l’ont perdue en conservant peut-être quelques traces comme l’irrégularité du verbe « manger », une idée que Sprigg avait eu déjà plus de trente ans auparavant mais n’avait jamais jugé utile de publier.

Ce point de vue est partagé par des auteurs tels que George van Driem et Scott DeLancey, lequel a été très prolifique sur la question et a récemment publié une grande quantité d’articles: 2010, 2011, 2013, 2014, 2015a, 2015b.

Un point de vue opposé, défendu essentiellement par Randy LaPolla (1992, 2003, 2012a, 2012b), et plus récemment soutenu aussi par Bettina Zeisler, serait que les systèmes d’indexation personnelle seraient des innovations indépendantes, que les langues sans indexation telles que le chinois et le tibétain ne l’auraient jamais eu, et que dans certaines langues, comme le tangoute, elle serait très récente et à peine grammaticalisée.

Dans cet article, qui vient d’être publié dans la revue Linguistic Vanguard, je clarifie un certain nombre d’imprécisions concernant l’interprétation des données du tangoute, des langues rgyalronguiques et kiranties, et j’espère ainsi contribuer à ce que cet important débat avance sur des bases saines.

Un petit détour par le tujia (1)

Le tujia est, de toutes les langues sino-tibétaines autres que le chinois, celle qui est parlée le plus au nord-est, dans deux enclaves au milieu de variétés diverses de langues chinoises et de langues hmong-mien, dans le département de Luxi 泸溪县 et celui de Longshan 龙山县 au Hunan.

Il existait encore il y a quelques années un site bilingue (anglais-chinois) avec un corpus multimédia de textes maintenu par Cecilia et Philip Brassett, mais il semble s’être évaporé, ce qui montre l’intérêt de sites avec un fort soutien institutionnel comme celui de Pangloss, qui a de bonnes chances de pérennisation.

Il existe un grand nombre de sources imprimées sur cette langue, et même des articles sur des sujets spécifiques (comme par exemple Xu 2008, pour citer une publication en anglais).

Du fait de sa position géographique, le tujia suscite une interrogation. Il s’agit très vraisemblablement d’un reliquat des langues qui recouvraient l’essentiel du Hunan et de l’est du Sichuan actuels (les royaumes de Ba 巴, Shu 蜀 et Chu 楚 de l’antiquité) plutôt qu’une incursion venant de l’ouest dans une région habitée par des Chinois. A ce titre, sa position phylogénétique est potentiellement intéressante.

Malheureusement (pour ceux qui veulent avoir des réponses rapides) et heureusement (pour ceux qui aiment les mystères et les recherches de longue durée), le tujia est comme les langues na une langue à la phonologie très érodée, qui a perdu les groupes de consonnes initiaux et les consonnes finales, et les lois phonétiques la reliant aux langues plus conservatrices de la famille sont tout sauf évidentes.

En utilisant les données de Chen Kang (2006), qui a l’avantage de présenter une liste de mots avec les deux « dialectes » (de Longshan et de Luxi) en regard, j’ai recherché les mots potentiellement apparentés au japhug, au tibétain et au chinois, y compris les nombreux emprunts à différentes variété de langues chinoises (qui sont très nombreux). Pour ceux qui veulent en savoir plus, le STEDT contient des données lexicales de deux variétés de Tujia, des données proches de celles de la source que j’ai utilisée.

Lorsque l’on étudie une langue de ce type, c’est bien évidemment par les emprunts qu’il faut commencer. La difficulté dans le cas du tujia est qu’il convient de connaître le chinois xiang de Jishou, une langue qui présente la particularité de préserver les voisées du chinois moyen, un archaïsme très inhabituel. Ainsi, lorsque l’on trouve des mots à voisées en Tujia de Luxi (celui de Longshan a perdu les voisées) correspondant aux voisées du chinois moyen, comme bu21 dau21 ‘raisin’ (bu daw 葡萄), il ne faut pas conclure qu’il s’agit nécessairement d’un emprunt datant d’avant la dynastie Ming.

Les mots potentiellement cognats sont plus difficiles. Certains restent relativement reconnaissables, comme le tujia de Luxi a21 si55 ‘pou’ dont la deuxième syllabe est presque certainement cognate (entre autres) avec le japhug zrɯɣ et le tibétain ɕig (voir cet article à propos du groupe initial dans ce mot).

Dans d’autre cas, il faut supposer des lois phonétiques non triviales — par exemple dzi35 « riz, nourriture » (tujia du nord tsi21) est vraisemblablement apparentée à la racine du japhug ndza « manger » et du tibétain za de même sens, ce qui suggère (à moins qu’un suffixe dental soit passé par là) une loi phonétique *-a > -i au moins devant affriquée dentale. Cette hypothèse gagne en plausibilité lorsque l’on découvre d’autres mots comme si35 « viande » (tibétain ɕa ‘viande’), tsi21tsi21 « neveu » (japhug tɯ-ftsa, tibétain tsʰa.bo) etc.

Enfin, on trouve des cas plus acrobatiques. Que dire par exemple de dzi33 « cochon »? Il est tentant de le rapprocher aussi de la racine verbale « manger », mais la différence de ton avec dzi35 « riz, nourriture » cité plus haut n’est pas facilement explicable.

(à suivre)
Référence
陈康 2006. 土家语研究。北京:中央民族大学出版社
Xu Shixuan 2008. Relative clauses in Tujia. Language and Linguistics.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Un petit détour par le tujia (1)," Panchronica, 20/04/2016, http://panchr.hypotheses.org/1247 (ISSN 2494-775X)

L’obstruentisation du *l en jinghpo

Il est bien connu qu’en tibétain ancien, le *l du prétibétain devient -d- dans certains groupes, comme *md-, *Nd- > md-, ‘d-/ld- (d’après les lois de Bodman et de Conrady). Ce changement s’est poursuivi dans les langues tibétaines modernes, où en particulier zl- donne une occlusive ou une affriquée dans la quasi-totalité des variétés modernes (voir la présentation de Gong Xun à ce propos, en cours de relecture en ce moment).

Il est moins connu que le jinghpo a un changement du même type; le phénomène est mentionné dans Matisoff (2003:50-63), et mérite un développement plus détaillé. La table suivante montre les exemples les plus clairs:

Jinghpo sens Tibétain
mă³¹ta̱ʔ⁵⁵ « lécher » ldag < *N-lag
ʃă³ta̱³³ « lune » zla
lă³¹ta̱ʔ⁵⁵ « main » lag.pa
ʃă³¹tai³³ « nombril » lte.ba < *t-le

On remarque qu’il s’agit toujours de mots à présyllabe en jinghpo, jamais de mot en initiale absolue. Mon interprétation de cette correspondance (Matisoff ne propose pas de loi phonétique claire) est que la suite de lois phonétiques suivantes a opéré:
*Cl- > *Cd- > *Cə-d- > Că.t-

Autrement dit, le jinghpo avait originellement de vrais groupes de consonnes. Le *l a subi une fortition en *d lorsqu’il suivait certaines consonnes (au moins *s et les nasales *m et *n; lă³¹ta̱ʔ⁵⁵ vient peut-être de *n-lak > *l-dak comme en tibétain), ce qui explique l’absence de cette correspondance en début de mot.

Le nom pă̱⁵⁵la⁵⁵ ‘flèche’ (tibétain mda *məl-) suggère que l’obstruentalisation n’avait pas lieu devant occlusive (*pl- > *pəl- > pă̱.l).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’obstruentisation du *l en jinghpo," Panchronica, 25/01/2016, http://panchr.hypotheses.org/726 (ISSN 2494-775X)

Les origines du *-s en chinois archaïque

Je viens de rendre disponible sur academia cet article, soumis au Bulletin of Chinese Linguistics, une version modifiée de ma présentation à la conférence de novembre dernier.

Les lecteurs intéressés peuvent me faire part de leurs commentaires en privé ou sur ce site s’ils le souhaitent. Une partie des idées présentées ici sont nouvelles, en particulier (1) le changement phonétique *-t => *-s /C_# (où C représente une consonne labiale ou vélaire) et (2) la comparaison des valeurs passives et antipassives de la dérivation par ton partant en chinois avec le réfléchi en -si du kiranti.

Ce travail soulève une question à laquelle je ne me sens pas nécessairement capable de répondre dans l’immédiat: si les comparaisons proposées sont valides, et si effectivement les suffixes *-s du chinois archaïque ont des origines sino-tibétaines distinctes, avait-on encore synchroniquement en chinois archaïque plusieurs suffixes productifs différents, ou le système s’était-il déjà opacifié à un point qu’ils n’étaient plus distincts?

Si les différentes valeurs de la dérivation par ton partant étaient encore distincte en chinois archaïque, on devrait s’attendre à des différences dans les alternances phonétiques. En particulier, une question que je n’ai pas encore abordée dans la version en ligne de l’article, mais que j’ajouterai dans la version finale, est que le réfléchi en -si du kiranti s’accompagne de la nasalisation des occlusives finales, comme en khaling |ʔipt-si| ‘dormir’ donne ʔʌ̂msiŋʌ अ:म्सिङ ‘je dors’. On s’attend donc en chinois à des paires où la forme passive ou antipassive aurait un ton partant (venant de *-s) et une finale -m -n ou -ŋ en chinois moyen dans certains cas où la forme de base est à occlusive finale -p -t -k (un type d’alternance appelé 对转 en linguistique traditionnelle du chinois). J’ignore encore si de telles paires existent, mais comme personne ne s’est posé cette question en ces termes, il est possible que nous puissions trouver des exemples.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les origines du *-s en chinois archaïque," Panchronica, 17/01/2016, http://panchr.hypotheses.org/718 (ISSN 2494-775X)

La linguistique historique est-elle une démocratie?

Dans un article récent, James A. Matisoff critique sévèrement Nathan W. Hill, entre autre pour l’affirmation suivante, où Nathan suggère qu’il est préférable de baser la reconstruction du proto-lolo-birman sur le birman ancien, avant d’utiliser les langues lolo (dont ont sait qu’elles sont très érodées phonologiquement, et ont une phonologie historique très compliquée et difficile à interpréter).

‘Indo-Europeanists do not customarily give full consideration to the evidence of the Nuristani languages before directly comparing Sanskrit to other ancient languages such as Greek. Full consideration of Loloish languages before employing Old Burmese in the reconstruction of Tibeto-Burman is no more necessary.’

Je suis assez d’accord avec Nathan sur cette question. Il est assez évident pour tout comparatiste que certaines langues préservent davantage de quantité d’information sur la proto-langue que d’autres; le problème est de savoir dans quelle proportion. On peut diviser le problème en au moins trois sous-questions.

(I) Les langues anciennes sont-elles plus importantes que les langues attestées plus récemment pour reconstruire les proto-langues?

La formulation de Nathan pourrait laisser penser que les langues anciennement attestées sont nécessairement plus conservatrices que les langues plus récemment attestées. Même si c’est souvent le cas, des contre-exemples notoires existent, déjà mentionnés dans ce billet. En sino-tibétain, il est indéniable que le tibétain ancien est plus ou moins la proto-langue d’où dérivent les langues tibétaines modernes, et que le birman est nettement plus conservateur que les langues lolo. Au sein de ces sous-branches, il ne fait aucun doute que ces deux langues anciennes sont d’une importance considérable.

Néanmoins ni le tibétain ancien, ni le birman ancien ne sont particulièrement conservatrices par rapport à d’autres langues plus récemment attestées telles que les langues gyalronguiques ou le rawang, en particulier du point de vue de la morphologie: comme je pense l’avoir montré par exemple dans cet article, on trouve en tibétain des traces fossilisées de processus encore productifs en gyalronguique.

(II) Lorsque l’on reconstruit une proto-langue, est-il nécessaire de prendre en compte le témoignage de toutes les langues filles?

S’il serait préférable bien entendu d’utiliser toutes les données de toutes les langues pour établir une reconstruction, dans la pratique les systèmes de reconstruction ayant réussi ont tous été basés sur un échantillon de langues judicieusement choisies, que le linguiste connaissait bien, et qui étaient parmi les plus conservatrices. C’est le cas de:

(a) L’indo-européen (non anatolien), qui est quand même essentiellement grec+sanskrit, avec les autres langues pour combler les trous.
(b) L’algonquien, dont la reconstruction par Bloomfield était basée sur le fox, le cree, l’ojibwe et le menominee (et le fox est de très loin la langue qui préserve le mieux la structure morphologique générale du proto-algonquien, notamment en préservant toutes les voyelles finales).
(c) L’austronésien, que Dempwolff a reconstruit aussi sur la base de quatre langues.

Il n’y a pas de langues « inutiles » pour la linguistique historique. Les langues conservatrices permettent de reconstruire la structure générale du proto-système, tandis que les langues moins conservatrices, même si leur contribution est moindre pour reconstruire le proto-système, permettent d’observer des évolutions, ce qui est intéressant pour une autre raison. En algonquien par exemple, la contribution respective du fox et de l’arapaho à la reconstruction est très déséquilibrée: l’arapaho est une langue qui peut au mieux confirmer des choses que nous connaissons déjà sur la proto-langue; en revanche, son intérêt en tant qu’exemple de changements phonétiques (voir ici et ici) et morphologiques rares est très supérieur à celui du fox.

Il en va de même en lolo-birman et dans l’ensemble du sino-tibétain. La phrase de Nathan n’est pas un jugement de valeur suggérant que les langues lolo moins conservatrices seraient « inférieures » au birman, mais simplement que lorsque l’on établit un système de reconstruction, il faut se concentrer dans un premier temps sur les langues les plus faciles à interpréter (en ST, cela signifie en gros les langues qui ont au moins préservé la plupart des consonnes finales et certains groupes de consonnes) avant d’aborder les langues à phonologie érodée. Les langues érodées peuvent avoir des archaïsmes cachés (c’est certainement le cas de l’arapaho), mais ceux-ci demandent une connaissance technique très avancée pour être mis au jour, et c’est un travail qui ne peut être accompli que par un comparatiste très rodé.

Donc ma réponse à (II) est idéalement oui, mais probablement pas dans un premier temps.

(III) Dispose-t-on de critères objectifs pour déterminer la valeur relative du témoignage de chaque langue?

Cette question est la mère de tous les débats en linguistique historique. Je ne peux pas y répondre de façon complètement satisfaisante dans ce court billet, mais voici des éléments de réponse.

La directionalité des changements phonétiques est le plus souvent assez claire, notamment dans le cas de confusions phonologiques (merger). En ST, les langues sans groupes de consonnes initiaux et sans consonnes finales (comme le lolo-birman, le tujia, le karen, le naish etc), sont objectivement toutes très évoluées phonologiquement, et contribueront donc davantage à la typologie des changements phonétiques qu’à la reconstruction du proto-ST. Les langues ayant des groupes de consonnes en revanche ne sont pas nécessairement conservatrices, car certaines langues, en particulier le rma (qiang), ont créé des groupes de consonnes et des codas secondaires dus à la chute de voyelles (voir entre autre ce billet).

En morphologie, la question de la directionalité est plus ardue. Les langues à morphologie compliquée l’ont-elle innovée, ou celle à la morphologie plus simple l’ont-elle perdue? Le moyen de démontrer qu’une langue a perdu de la morphologie est de trouver des traces fossilisées de celle-ci, qui peuvent s’expliquer en prenant d’autres langues en compte. Je pense que c’est notamment le cas avec l’indexation en personne sur le verbe, qui a été perdue en tibétain, mais dont il subsiste une trace potentielle, une idée que Sprigg avait indépendamment proposée 20 avant moi.

En conclusion, les progrès futurs dans la reconstruction du sino-tibétain viendront du choix des langues sur lesquelles baser le cœur du système de reconstruction. Ce sont à mon avis:

(a) Le rgyalronguique (évidemment…), pour les préfixes et les groupes de consonnes.
(b) le kiranti, pour les suffixes (notamment, ils s’agit des rares langues à préserver les groupes finaux -Ct et -Cs).
(c) le rawang/dulong: moins conservateur pour les préfixes que le rgyalronguique, et moins que le kiranti pour les suffixes, mais très utile comme confirmation des reconstructions.

Le chinois et le tibétain, en revanche, sont beaucoup moins utiles pour bâtir le fondement du système de reconstruction, et c’est l’obstination à se servir de ces deux langues dans les précédents travaux (en particulier ceux de Starostin et de Gong Huangcheng) qui a conduit le domaine dans l’ornière. Le chinois en particulier, même s’il a peut-être quelques archaïsmes marginaux (le maintien du contraste entre *a et *ə), est très érodé phonologiquement (même à l’époque archaïque), et c’est une langue à interpréter au moyen de la reconstruction plutôt qu’une langue qui y contribuera.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La linguistique historique est-elle une démocratie?," Panchronica, 10/01/2016, http://panchr.hypotheses.org/700 (ISSN 2494-775X)

Journées d’étude sur la phonologie historique du chinois

Je viens de participer à deux journées d’étude au SOAS intitulées Recent advances in Old Chinese Historical Phonology à propos de la phonologie historique du chinois, rassemblant des phonologues du chinois, des philologues, des linguistes de terrain comparatistes et des indo-européanistes pour discuter de la nouvelle reconstruction de Baxter et Sagart.

Cette rencontre organisée par Nathan Hill était très dense, et quasiment toutes les interventions étaient riches et intéressantes; il est rare de pouvoir aborder collectivement des questions techniques sur ce sujet un peu ésotérique.

Plusieurs interventions (celles de Marc Miyake, de Laurent Sagart et aussi de Lai Yunfan) portaient entièrement ou en partie sur la question épineuse de l’opposition dite A/B en chinois archaïque, reconstruite, suivante Jerry Norman, comme une opposition de pharyngalisation dans le système de Baxter / Sagart.

Mattis List a présenté un outil d’analyse des rimes du Shijing encore à l’état de prototype, mais qui ouvre des perspectives d’un immense intérêt pour l’usage de ces données dans la reconstruction du chinois archaïque, et notamment facilite l’évaluation immédiate d’hypothèses (il a d’ailleurs été utilisé pour revérifier la réalité de l’opposition entre la rime *-an et la rime *-on du chinois archaïque lors de la discussion d’une des interventions).

D’autres (celles de Gong Xun, de Mark Alves, de Hannes Fellner) ont étudié dans des perspectives différentes le contact entre le chinois et les langues avoisinantes; Gong Xun a proposé une nouvelle reconstruction du proto-Bai qui rend obsolète les travaux précédents sur la question.

Une autre catégorie d’interventions (celles de Christoph Harbsmeier, Marco Caboara, Matthias Richter, Park Haeree and Deng Lin) concernaient plus la philologie, notamment sur l’usage de la reconstruction pour interpréter les parties phonétiques des caractères dans les textes excavés, soit pour comprendre certaines alternances morphologiques à l’intérieur du chinois.

Les présentations de Lai Yunfan, de Yeshes Sotrug, ainsi que la mienne portaient sur les comparaisons morphologiques entre chinois et autres langues sino-tibétaines. J’espère que certaines de ces comparaisons pourront être utiles pour les philologues du chinois pour affiner l’interprétation des alternances lors de la lecture des textes. Je pense que pour que l’étude des alternances morphologiques dans les textes chinois progresse vraiment, il serait hautement désirable que les philologues du chinois aient une expérience directe de lecture de textes dans des langues sino-tibétaines à morphologie riche, notamment rgyalronguiques ou kiranties; à quand une chaire de rgyalrongologie à l’université de Pékin et un enseignement obligatoire du japhug pour tous les étudiants en mastaire de phonologie historique?

Il est à espérer que d’autres événement du même type auront lieu à l’avenir, et que des liens solides pourront se tisser entre linguistes de terrains, philologues et aussi indo-européanistes, qui j’espère pourront nous rejoindre et nous aider à introduire en sino-tibétain la linguistique néogrammairienne.

Le verbe de mouvement ‘voler’ en sino-tibétain

On trouve dans les langues sino-tibétaines de nombreuses racines distinctes pour ‘voler’ (comme un oiseau), dont les trois principales peuvent être illustrées par:

(i) le tibétain ɴpʰur
(ii) le japhug nɯqambɯmbjom < (proto-gyalrong *mbjam)
(iii) le khaling |bʰer| (voir cet article pour plus d’explication sur cette notation)

Laquelle de ces trois racines a le meilleur potentiel d’être proto-sino-tibétaine?

La racine reflétée par le proto-gyalrong *mbjam (et attestée en lolo-birman, entre autres, peut-être une innovation birmo-qianguique) est probablement apparentée à 泛 phjomH (chinois archaïque *p[ro]m-s) ‘flotter’ selon le changement unidirectionnel flotter > planer > voler (je dois cette idée à Laurent Sagart).

La racine du khaling |bʰer|, malgré une distribution limitée (kiranti, tani et trung, voir le STEDT, où le tibétain ɴpʰur est inclus), me semble avoir un meilleur potentiel. On trouve en effet en tibétain bʲer ‘s’enfuir’, attesté par exemple dans l’exemple ci dessous qui provient de ce texte:

(1) | de’i tshe dge slong de dag gis sbrul chen po de’i gzugs de
mthong nas sngangs skrag ste| phyogs su ‘byer par ‘gyur ro|
Then after the form of that great snake is seen by those monks, they will be afraid and unable to breathe and (they) will flee in (all) directions.

Le changement voler > s’envoler > s’enfuir me semble tout à fait naturel, et lui aussi unidirectionnel (les lecteurs de ces blogs sont invités naturellement à proposer des exemples et contre-exemples dans les langues qu’ils connaissent).

En ce qui concerne le tibétain ɴpʰur et le chinois 飞 pjɨj (*Cə.pə[r]), je pense que l’hypothèse de verbes déidéophoniques est plus probable que celle d’héritage sino-tibétain (noter le japhug sɤphɤr ‘battre des ailes, secouer etc’). Le chinois 翩翩 phjien (*pʰe[n]), qui est aussi parfois comparé au tibétain ɴpʰur, est assez évidemment un idéophone.

Naturellement, il semble possible que la racine reflétée par le khaling |bʰer| soit aussi d’origne idéophonique, mais dans ce cas précis la présence d’une voisée initiale (ou probablement originellement prénasalisée, car selon moi c’est une des origines des voisées aspirées du khaling) suggère une dérivation déidéophonique plus ancienne.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le verbe de mouvement ‘voler’ en sino-tibétain," Panchronica, 16/10/2015, http://panchr.hypotheses.org/443 (ISSN 2494-775X)

Comment écrire un mauvais article de linguistique historique?

Comme me l’avait dit l’inimitable Michel Ferlus il y a de nombreuses années, en me tendant l’un des nombreux ouvrages publiés à compte d’auteur d’un personnage dont je préfère taire le nom par charité, ‘pour devenir un bon chercheur, il ne suffit pas d’étudier les articles de qualité (comprendre: les siens), il faut aussi lire les mauvais.’

L’article de Song (2014) ‘Stop codas in Old Chinese and Proto Sino-Tibetan: A lexical diffusion analysis’, publié dans la nouvelle revue ‘International Journal of Chinese Linguistics’ éditée par Benjamins, nous donne l’occasion de tester les vertus pédagogiques des exemples négatifs.

Certains travaux sont mauvais par absence d’originalité, d’autres parce qu’ils contiennent des données douteuses ou une méthodologie erronée. Celui de Song a le mérite d’illustrer tous ces défauts dans le même texte.

Présentons tout d’abord le contexte. Il y a de cela plus de soixante ans, Haudricourt (1954) a démontré que les tons du chinois provenaient de la transphonologisation de consonnes finales. La démonstration exacte a été présentée en détail (et de façon plus claire que dans l’article original) dans de nombreux ouvrages (notamment celui de Baxter 1992:308-311). Les lecteurs intéressés peuvent aussi consulter mon introduction (très perfectible) à la phonologie historique du chinois: https://www.academia.edu/2261546/La_phonologie_historique_du_chinois

Je présente néanmoins un compte-rendu rapide de l’idée fondamentale du travail d’Haudricourt.
Le chinois moyen (VIIe siècle de notre ère, le plus ancien état de langue dont le système phonologique soit complètement connu, grâce à un dictionnaire indiquant la prononciation par une méthode que je ne peux décrire ici) comportait trois tons, traditionnellement appelés plat (A), montant (B) et partant (C). La phonologie traditionnelle ajoute un ‘ton rentrant’ (D) désignant les syllabes à occlusives finales, mais il est plus simple de considérer que l’opposition tonale était neutralisée pour ce type de syllabe.

Pour reconstruire les stades du chinois antérieurs au VIIe siècle, on a recours à cinq types de données:
(1) Les rimes des poèmes antiques (notamment, du Shijing)
(2) Les séries phonétiques des caractères chinois, qui ne sont plus transparentes si on les lit en chinois moderne (par exemple, 率 a deux lectures apparemment sans rapport shuài et lǜ, qui remontent à *s-rut et *rut en chinois archaïque).
(3) Le chinois moyen, les dialectes modernes, et les lectures des caractères chinois en japonais, coréen et vietnamien.
(4) Les différentes couches d’emprunts du chinois dans les autres langues (cette source de données a été très marginalement exploitée avant Baxter et Sagart 2014).
(5) Les cognats entre le chinois et les autres langues sino-tibétaines. Cette source est toutefois plus difficile à manier que les autres, à la fois parce que les cognats sont en petit nombre et parce que les langues apparentées au chinois présentent des caractéristiques plus archaïques que les stades les plus anciens du chinois, et nous renseignent donc davantage sur le proto-chinois que sur les chinois archaïque à proprement parler.

Sur la base de (1) et de (2), on remarque que des mots chinois à occlusive finale en chinois moyen (ton ‘rentrant’ D) peuvent rimer avec des mots sans occlusive finale (dans presque tous les cas, mais pas exclusivement, des mots au ton partant C). Par exemple, 路 lu (C) ‘chemin’ appartient à la même série phonétique que 落 lak (D) ‘tomber’. Les mots à occlusives finales -t et -p correspondent à des mots au ton partant (C) avec une finale -j, comme par exemple 入 rù < ɲip (D) ‘rentrer’ et 内 nèi < nwoj (C) ‘intérieur’ ou 葉 yè < yep (D) ‘feuille’ et 世 shì < ɕjej (C) ‘génération’.

Karlgren (1923), pour expliquer ce phénomène, propose que le chinois archaïque avait des occlusives finales voisées qui ont chuté, alors que les occlusives sourdes ont été préservées en chinois moyen (en se basant sur un changement phonétique en suédois). On aurait ainsi *lag > lu (C) ‘chemin’ contre *lak > lak (D) ‘tomber’. Cette hypothèse a eu un grand succès: si certains auteurs tels que Wang Li l’ont refusée, la plupart des spécialistes de la phonologie historique du chinois qui ont suivi Karlgren, en particulier Dong Tonghe et Li Fang-kuei (dont la reconstruction complète est parue seulement en 1971, d’ailleurs publiée presque à contre-cœur par l’auteur), l’ont appliquée et systématisée.

L’hypothèse de Karlgren pose trois problèmes fondamentaux:

(1) Appliquée de façon systématique, comme l’a fait Li Fang-kuei, le système reconstruit n’a plus de syllabes ouvertes, et la consonne finale la plus courante est *-g. Un tel système n’a aucun équivalent dans une langue attestée.
(2) Aucune langue sino-tibétaine n’a d’opposition de voisement en fin de syllabe.
(3) Cette reconstruction implique que *-g > zéro, *-d > -j, mais aussi que *-b > -j, avec un changement intermédiaire *-b > *-d > -j, un changement hautement improbable.

Haudricourt, en utilisant le parallèle typologique du vietnamien où les finales *-s et *-ʔ du proto-viet-muong se transphonologisent en tons, propose une solution alternative qui explique les rimes et les séries phonétiques sans les problèmes (1) à (3). Selon Haudricourt, on trouvait en chinois archaïque non seulement une consonne finale *-s (qui donne le ton C), mais aussi des groupes finaux *-ps, *-ts, *-ks. Les mots ayant groupes finaux pouvaient rimer ou apparaître dans la même série phonétique que des mots à occlusive simple *-p, *-t, *-k. Dans cette théorie, il convient de faire davantage de distinctions que les *-b, *-d et *-g finaux de Karlgren et Li. Là où Li Fang-kuei a *-g au ton (C), Haudricourt reconstruit soit une syllabe à finale *-s, soit *-ks; pour le *-g aux tons (A) et (B), qui ne riment que très rarement avec des mots à occlusive finale -k, Haudricourt reconstruit une syllabe ouverte. Ainsi, il résout les problèmes (1) et (2), tout en rendant compte des rimes et des séries phonétiques: le *-s final n’intervient pas, ou peu, dans les rimes de l’époque du Shijing et dans les séries phonétiques.

La théorie d’Haudricourt offre aussi une explication lumineuse au problème (3): plutôt qu’un changement *-b > *-d > -j (C), on a en fait *-ps > *-ts > -j (C), avec assimilation de lieu d’articulation, un changement tout à fait banal. Ainsi, avec les exemples ci-dessus 葉 yè < yep (D) ‘feuille’ et 世 shì < ɕjej (C) ‘génération’. L’hypothèse d’Haudricourt permet les reconstructions *lap > yep > yè ‘feuille’ et *lhaps > ɕjej (C) > shì.

La théorie d’Haudricourt est acceptée par la quasi-totalité des chercheurs modernes, en Chine continentale ou dans les pays occidentaux, mais certains restent attachés à la reconstruction de Li Fang-kuei. Il convient de dire qu’aucun de ceux qui continuent à soutenir le modèle de Li Fang-kuei n’ont fourni une argumentation construite contre la thèse d’Haudricourt.

Abordons maintenant l’article de Song. Ce travail n’apporte au débat aucune donnée nouvelle — les étymologies et les comparaisons citées viennent d’autres articles; sa contribution est de relier deux idées, l’hypothèse de Karlgren sur les occlusives voisées finales d’une part, et d’autre part l’hypothèse de la diffusion lexicale (qui ne fera pas l’objet du présent billet, mais sur laquelle je reviendrai plus tard). Les données sont très mal traitées (en particulier, les exemples tibétains sont pleins de coquilles, au point qu’on peut même douter que l’auteur sache déchiffrer l’alphabet), mais je me concentrerai ici sur les arguments de l’article.

L’auteur propose (pp. 122-123) que le proto-sino-tibétain avait deux séries d’occlusives finales, voisées *-b *-d *-g et non-voisées *-p *-t *-k. Il suppose les changements suivants (je présente ici une copie d’écran de son article, afin d’éviter d’introduire des inexactitudes en recopiant)

Song (2014:122)
Song (2014:122)

(i) Les occlusives voisées donnent régulièrement des occlusives sourdes en chinois moyen *-b *-d *-g > -p -t -k et les occlusives finales notées comme voisées dans l’écriture tibétain -b -d -g.

(ii) Les occlusives sourdes *-p *-t *-k donnent zéro en tibétain, et en chinois archaïque parfois zéro parfois des occlusives sourdes (ce qui explique les rimes et les séries phonétiques), puis zéro en chinois moyen et dans toutes les formes de chinois attestées.

La solution de Song ne constitue pas un progrès par rapport aux travaux précédents: non seulement elle n’apporte d’explication à aucun des problèmes (1), (2) et (3), mais en plus elle rajoute deux nouveaux problèmes:
(4) Un changement non-conditionné de chute des occlusives finales en chinois sans aucun équivalent dans une langue autre que le chinois. Si ce type d’hypothèse semble être acceptable pour les partisans de la diffusion lexicale, il est virtuellement infalsifiable, non parcimonieux, et néglige de prendre en compte l’ensemble des langues de la famille autres que les langues chinoises et tibétaines (soit, en terme de nombre de langues, plus de 90% des données).
(5) La solution de Song n’a même pas le mérite de celle de Karlgren d’être basée sur un parallèle attesté: supposer la chute des occlusives sourdes alors que les voisées sont préservées va à l’encontre de tout ce que l’on connaît sur les changements phonétiques (voir Kümmel 2007).

Si l’auteur cite Baxter et Sagart (2014), il paraît ignorer l’hypothèse d’Haudricourt, qui n’est mentionnée nulle part. Il s’agit donc d’un ‘grand pas en arrière’ dans la phonologie historique du chinois, et il est regrettable que la nouvelle revue International Journal of Chinese Linguistics contienne un tel article dans son premier numéro.

Il semble que l’auteur lui-même ne soit pas le seul a entretenir une certaine confusion sur les notions de base de la recherche en linguistique historique. Il cite un relecteur de la revue: ‘As an anonymous reviewer pointed out the chronology of WT and OC is not the same, as the former has a much recent time depth of seventh to ninth century. When using the WT data for the purpose of comparative reconstruction, this problem always deserves our attention.’

Autrement dit, le relecteur suggère que la comparaison du chinois archaïque avec d’autres langues poserait problème parce qu’ils ne sont pas attestés à la même époque (ce qui implique que les langues autres que le chinois n’ont pas de valeur cruciale pour reconstruire le chinois archaïque). Cette assertion trahit un grave manque de culture linguistique. Comme le sait n’importe quel étudiant en indo-européen ou en sémitique, on observe plusieurs cas où des langues à attestation ancienne sont moins conservatrices sur certaines points que des langues récemment attestées, et qu’ainsi toutes les langues, anciennes et modernes, doivent être prise en compte:
(a) l’akkadien a perdu quasiment toutes les consonnes ‘gutturales’ du proto-sémitique (*h, *ʔ, *ʕ, *ħ etc) et confondu les fricatives interdentales *θ et *ð avec *ʃ et *z respectivement, et conserve donc moins bien le système consonantique du proto-sémitique que l’arabe ou même les langues sud-arabiques modernes.
(b) le hittite (attesté au second millénaire avant notre ère), malgré certains archaïsmes indéniables, a perdu la triple opposition des occlusives (reconstruites traditionnellement comme sourde, voisée simple, voisée aspirée) qui est pourtant préservée, sous une autre forme, en germanique moderne et en grec moderne.

Il est facile de trouver d’autres exemples du même type.

L’article de Song, et les commentaires des relecteurs qui ont accepté un tel article, rappellent que la linguistique historique d’une langue particulière ne peut être étudiée de façon satisfaisante sans une prise en compte des autres langues de la famille et sans une perspective panchronique sur la vraisemblance des hypothèses posées.

Bibliographie
Baxter, William H. 1992. A Handbook of Old Chinese Phonology, Berlin: Mouton de Gruyter.
Baxter, William; Sagart, Laurent. 2014. Old Chinese: A New Reconstruction. Oxford University Press.
Haudricourt, André-Georges. 1954. Comment reconstruire le chinois archaïque, Word 10(2-3): 351-364.
Karlgren, Bernhard. 1923. Analytic Dictionary of Chinese and Sino-Japanese, Paris: Paul Geuthner.
Li Fang-Kuei. 1971. 《上古音研究》 The Tsing Hua Journal of Chinese Studies IX(1,2): 1–61.
Kümmel, Martin. 2007. Konsonantenwandel: Bausteine zu einer Typologie des Lautwandels und ihre Konsequenzen für die vergleichende Rekonstruktion. Reichert Verlag.
Song, Chenqing. 2014. Stop codas in Old Chinese and Proto Sino-Tibetan: A lexical diffusion analysis, International Journal of Chinese Linguistics, 1.1:96 – 135.
https://benjamins.com/#catalog/journals/ijchl.1.1.04son/fulltext

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Comment écrire un mauvais article de linguistique historique?," Panchronica, 19/04/2015, http://panchr.hypotheses.org/192 (ISSN 2494-775X)

L’archer et les soleils

Relisant ces dernier jours le magnum opus de Watkins, How to kill a dragon, j’envie aux indo-européanistes la possibilité de pouvoir non seulement reconstruire des mots et des paradigmes, mais également de parvenir à des reconstructions raisonnables de formules littéraires, voire de proposer des comparaisons de trames mythologiques difficilement explicables par le seul hasard ou le contact.

Dans les autres domaines linguistiques, et en particulier en sino-tibétain, un tel exercice est périlleux, et ceci pour plusieurs raisons. Premièrement, la plupart des langues sont mal décrites et le corpus de textes mythologiques publiés est restreint et peu maniable. Deuxièmement, les lois phonétiques sont mal connues et la reconstruction morphologique encore moins comprise. Troisièmement, même dans le cas de langues littéraires relativement connues comme le tibétain, la philologie est à un stade encore rudimentaire en comparaison avec le latin et le grec (plus d’études telles que celle de Hill 2013 sur les expressions littéraires en tibétain ancien sont une nécessité pour pouvoir progresser). Enfin, le contact est un facteur plus difficile à éliminer dans le cas du sino-tibétain que dans celui de l’indo-européen.

Peut-on entretenir l’espoir d’écrire un jour un livre comparable à celui de Watkins pour le sino-tibétain? Il me semble qu’il serait dommageable de s’interdire l’investigation de la mythologie comparée sino-tibétaine. On retrouve au moins un mythe qui semble spécifique aux peuples sino-tibétains, celui de l’archer qui abat les soleils:

* dans la Chine pré-classique (l’archer Houyi 后羿 – les références abondent sur internet)
* au Manipour (le texte en vieux meithei Numit kap-pa ‘celui qui tire à l’arc sur les soleils’, dont une traduction est donnée dans Hodson 1908, p. 125++)
* chez les Lepcha au Sikkim (de Beauvoir 1925 – une référence que je dois à Heleen Plaisier)
* chez les peuples lolo-birmans (voir l’épopée de Zhyx ge ax lu, selon la transcription standard de son nom en nosu)

Il y a donc un riche matériau qui mériterait d’être exploité (j’ai des copies PDF de ces documents pour ceux qui sont intéressés), même si personne n’a l’expertise nécessaire pour lire tous ces textes dans l’original.

Bibliographie
de Beauvoir Stocks, C. 1925. ‘Folklore and customs of the lap-chas of Sikkim’. Journal and proceedings of the Asiatic Society of Bengal new series 21, 325-505.
Hill, Nathan W. (2013) ‘Come as lord of the black-headed: an Old Tibetan mythic formula.’ In: Cüppers, Cristoph and Mayer, Robert and Walter, Michael, (eds.), Tibet after Empire Culture, Society and Religion between 850-1000. Lumbini: Lumbini International Research Institute, pp. 169-179. http://eprints.soas.ac.uk/18337/
Watkins, Calvert. 1995. How to Kill a Dragon: Aspects of Indo-European Poetics, Oxford University Press.
Hodson, Thomas Callan. 1908. The Meitheis. London: D. Nutt https://archive.org/details/meitheis00hodsgoog

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’archer et les soleils," Panchronica, 22/03/2015, http://panchr.hypotheses.org/157 (ISSN 2494-775X)

La parenté des langues et le hasard

Pour de nombreux auteurs écrivant à propos de la parenté des langues dans une perspective générale (comme Campbell et Poser 2008), les ressemblances morphologiques sont considérées comme des indices plus fiables d’une parenté génétique que le vocabulaire commun.

Si même en l’absence d’une quantité significative de vocabulaire commun, l’existence de plusieurs séries communes de paradigmes ou de morphologie irrégulière commune sont des arguments très convaincants (voir par exemple Seefloth 2000 sur l’ouralique et l’eskimo ou Rankin 1996 sur le youtchi et le sioux; voir aussi mon travail non-publié Jacques 2011), il n’en va pas de même de ressemblances dans la morphologie dérivationnelle, même lorsque celle-ci donne l’impression d’un paradigme commun. Un des cas les plus impressionnant est celui des langues ouraliques et des langues « altaïques »: Georg (2011) recense par exemple une vingtaine de suffixes similaires entre une langue ouralique (le tchérémisse) et le turcique, des ressemblances trop fortes pour qu’il puisse s’agir de formes héritées (sans quoi les changements phonétiques auraient rendu ces suffixes, au moins pour une partie d’en eux, assez dissemblables), et il s’agit vraisemblablement en partie de ressemblances fortuites (les suffixes étant pour la plupart constitués d’une seule consonne) et en partie d’affixes empruntés (l’emprunt d’affixes dérivationnels est relativement courant).

Un nouvel exemple amusant de ressemblances purement fortuites entre deux familles non-apparentées (pour lesquelles le contact de langues est exclu) peut être observé entre le sémitique et le sino-tibétain, prenant ici l’akkadien et le japhug comme exemples représentatifs. On trouve en effet les formes suivantes:

* causatif: š-Stamm en akkadien (du proto-sémitique *s selon Huehnergard 2006) et causatif sɯ- en Japhug.
* passif: n-Stamm en akkadien et prénasalisation anticausative en japhug (prɤt > mbrɤt)
* deuxième personne: ta- en akkadien et tɯ- en Japhug

Dans ces trois cas, il s’agit d’affixes (ou de procédés morphologiques) reconstructibles dans les proto-langues respectives (pour le préfixe de seconde personne tɯ- en japhug, cette question est encore controversée; voir Jacques 2012 pour une discussion plus détaillée), et leur fonctions morphosyntaxiques sont relativement proches.

On pourrait multiplier ce type d’exemples avec n’importe quelle paire de famille de langues ayant une morphologie relativement compliquée.

L’existence de telles ressemblances fortuites soulève naturellement une question: comment les distinguer de ressemblances dues au contact ou à une parenté génétique? Je pense qu’on parviendra peut-être un jour à mettre au point un modèle testant les probabilités de ressemblances fortuites entre deux langues, mais pour le moment un tel modèle n’existe pas: les tests qui ont été proposés jusqu’ici l’on été sur le vocabulaire de base (par exemple Manaster-Ramer et Baxter 1999, qui utilise la loi de Poisson). Cet état de fait n’est pas surprenant: il est moins facile de comparer la morphologie entre deux langues que le vocabulaire de façon automatique, car si l’on peut établir des listes de mots comparables entre n’importe quelle paire de langue, il n’en va pas de même dans le cas de la morphologie.

Références
Georg, Stefan. 2011. The poverty of Altaicism, présentation à la journée d’étude « Altaïque ou pas », 10 décembre 2011, INALCO. https://www.academia.edu/1638942/The_Poverty_of_Altaicism

Huehnergard, John. 2006. Proto-Semitic and Proto-Akkadian, in The Akkadian Language in its Semitic Context: Studies in the Akkadian of the Third and Second Millennium BC (ed. G. Deutscher and N.J.C. Kouwenberg; Leiden: NINO). 1–18. https://www.academia.edu/234660/2006_Proto-Semitic_and_Proto-Akkadian

Jacques, Guillaume. 2011. Siouan irregular inflections, unpublished manuscript. https://www.academia.edu/3758247/Siouan_irregular_inflections

Jacques, Guillaume. 2012. Agreement morphology: the case of Rgyalrongic and Kiranti, Language and linguistics 13.1:83-116. https://www.academia.edu/1526166/Agreement_morphology_the_case_of_Rgyalrongic_and_Kiranti

Manaster-Ramer et Baxter. 1999. Beyond lumping and splitting: probabilistic issues in historical linguistics, Symposium on Time Depth in Historical Linguistics, 19–22 August 1999
McDonald Institute for Archaeological Research, Cambridge http://www-personal.umich.edu/~wbaxter/pdf/tdepth.pdf

Rankin, Robert L. 1996. Deeper Genetic Relationships in North America: Some Tempered Pessimism. Proceedings of the Twenty-Second Annual Meeting of the Berkeley Linguistics Society: Special Session on Historical Issues in Native American Languages, pp. 117-128.

Seefloth, Uwe 2000. Die Entstehung polypersonaler Paradigmen im Uralo-Sibirischen. Zentralasiatische Studien, 30, 163-191.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La parenté des langues et le hasard," Panchronica, 04/01/2014, http://panchr.hypotheses.org/134 (ISSN 2494-775X)