Archives par mot-clé : langues de l’Amérique du nord

Les longs couteaux

L’ojibwe, le lakhota et peut-être d’autres langues d’Amérique du nord partagent une expression commune pour désigner les européens, bahuvrîhi- `les longs couteaux’, ce qui en dit long sur la nature des rapports entre colons et amérindiens. Selon le New Lakota Dictionary, cela fait référence aux sabres de la cavalerie américaine.

En lakhota la forme est míla háŋska; mi- est un morphème dépendant signifiant `couteau’, et -la le diminutif.

En ojibwe, la forme est gichi-mookomaan, avec le préfixe gichi- `grand’ qui peut s’adjoindre aussi bien aux noms qu’aux verbes (on l’a dans gichi-manidoo `le grand manitou’). mookomaan est un nom inanimé (pluriel mookomaanan), mais gichi-mookomaan est animé et forme son pluriel comme gichi-mookomaanag. On trouve aussi un verbe dénominal gichi-mookomaani-ayaa `être un Européen’ comme dans cet exemple, tiré des mémoires de Maude Kegg (1991: 142), ouvrage que je recommande à ceux qui veulent s’initier à cette langue. Ce verbe composé (avec ayaa- `être’) apparaît ici avec le suffixe de troisième personne pluriel -wag de la conjugaison intransitive animée de l’ordre indépendant.

(1) Gaawiin ogikendanziinaawaa gegoo go aapiji anishinaabe-izhichigewin. Gegaa go gichi-mookomaani-ayaawag.
They don’t know anything much about the Indian way. They are almost white people.

Notons que les Français ont le privilège d’avoir un nom distinct en lakota et en ojibwe. En lakota, nous sommes appelés wašíču ikčéka `européens ordinaires’ (ont dit háŋpa ikčéka pour moccasin, háŋpa pour chaussure en général en lakota moderne): au dix-neuvième siècle, avant l’arrivée massive de colons américains, les européens que rencontraient les sioux étaient essentiellement des trappeurs français.

En ojibwe, ont dit wemitigoozhi pour `Français’; l’étymologie de ce mot n’est pas évidente, apparemment Ives Goddard a écrit à ce sujet.

Références

Kegg, Maude and John Nichols. 1991. Portage Lake: Memories of an Ojibwe Childhood. University of Alberta Press.
Ullrich, Jan. 2008. New Lakota Dictionary. Bloomington: Lakota Language Consortium.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les longs couteaux," Panchronica, 23/12/2015, http://panchr.hypotheses.org/679 (ISSN 2494-775X)

La diversité linguistique perdue de l’Eurasie

En terme de nombre de familles de langues, l’Eurasie fait pâle figure par rapport aux Amériques ou à la Papouasie. Parmi les langues parlées ou récemment éteintes, on compte seulement 29 familles distinctes en Eurasie (en comptant les isolats: bourouchaski, basque, nahali, kusunda et nivkh comme des familles). Ce chiffre inclut des langues insulaires, qui ne sont pas parlées sur le continent proprement dit: deux groupes des îles Andaman, et le japonique.

C’est exactement le chiffre auquel on parvient si l’on additionne le nombre de familles de langues amérindiennes des régions correspondant aux états actuels de Californie, d’Orégon et de Washington aux Etats-unis. Simplement en Californie, on comptait au minimum, avant le contact avec les européens, au moins 17 familles de langues irréductibles.

La haute diversité linguistique de l’Amérique du nord (surtout sur sa côte ouest) peut sembler surprenante étant donné le peuplement plus tardif des Amériques par rapport à celui de l’Eurasie. Le problème, selon moi, est inverse: ce qu’il convient d’expliquer, c’est la faible diversité de l’Eurasie. Je pense qu’elle a dû connaître à une certaine époque une diversité comparable, mais que celle-ci a été « tuée » par l’expansion de l’agriculture, des grands empires et du nomadisme pastoral scytho-altaïque. De ce point de vue, l’existence d’isolats tels que le basque ou le sumérien n’est pas un « mystère »; ces langues sont plutôt des îlots de normalité.

Les langues isolées disparues qui ont été préservées dans des inscriptions, le sumérien bien sûr, mais aussi le hourrite, l’élamite, le hattien et l’étrusque, témoignent de cette diversité plus ancienne, laminée par les langues indo-européennes et sémitiques au moyen-orient. Il reste également quelques traces indirectes d’autres langues non-identifiables, sous la forme d’emprunts dans des langues attestées, comme par exemple le fameux substrat commun aux langues indo-iraniennes (voir l’article de Lubotsky à ce propos). Toutefois, la majorité des familles de l’Eurasie a été vouée à l’oubli sans laisser la moindre trace.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La diversité linguistique perdue de l’Eurasie," Panchronica, 11/08/2015, http://panchr.hypotheses.org/422 (ISSN 2494-775X)

A quelle famille appartient le miluk?

L’Orégon était jusqu’à l’invasion des Européens l’une des régions linguistiquement les plus diverses au monde. Le long de la côte (sans compter les langues de l’intérieur), on trouve, du nord au sud, le chinook, le tillamook (langue salish), l’alsea, le siuslaw (deux langues isolées), le miluk et le hanis (traditionnellement considérées comme appartenant à une famille « coosan ») et enfin, à la frontière avec la Californie, le tolowa (une langue athabasque).

Mis à part peut-être le tolowa, toutes ces langues ont disparu, et dans le cas de l’alsea, du siuslaw, du miluk et du hanis, elles sont uniquement connues par des données de la première moitié du vingtième siècle, en particulier celles collectées par Frachtenberg et Melville Jacobs.

Dans une thèse soutenue en 2012 sous la direction de Scott DeLancey, Christopher Doty présente tout d’abord une reconstruction de la phonologie et de la morphologie du miluk sur la base des recueils de textes de Jacobs (1939, 1940); une telle reconstruction est nécessaire car Jacobs, si on doit lui reconnaître le grand mérite d’avoir collecté des textes dans un grand nombre de langues disparues (y compris le kalapouya, dont j’ai parlé dans un précédent billet), transcrivait sans apporter d’analyse phonologique ou grammaticale des langues étudiées. Ainsi, un réel travail de déchiffrement, basé sur la traduction anglaise des textes transcrits, est nécessaire avant de pouvoir utiliser ces données pour des investigations en linguistique historique.

Doty montre ensuite que la parenté supposée du miluk et du hanis (considérée pourtant comme assurée par la plupart des ouvrages de références sur les langues d’Amérique du nord, y compris Mithun 1999) est très contestable.

Enfin, il propose l’hypothèse d’une parenté (lointaine) possible entre le miluk et le salish. Cette conclusion très surprenante est toutefois argumentée de façon très convaincante, et si elle n’a pas gagné l’approbation des spécialistes du domaine (voir par exemple Kroeber 2013), elle me semble tout à fait digne de recherches plus approfondies. Espérons que l’auteur rendra disponible son corpus annoté du miluk, qui pourrait permettre à d’autres chercheurs de naviguer plus rapidement dans le corpus, restreint mais d’un grand intérêt aussi bien pour la typologie morphosyntaxique que pour la linguistique historique.

Références
Doty, Christopher. 2012. A Reassessment of the Genetic Classification of Miluk Coos, thèse de doctorat, université de l’Orégon à Eugene. http://www.csdoty.com/resources/Doty-Dissertation.pdf
Jacobs, Melville. 1939. Coos Narrative and Ethnographic Texts, University of Washington Publications in Anthropology, vol. 8. Seattle, WA: The University of Washington.
Jacobs, Melville. 1940. Coos Myth Texts, University of Washington Publications in Anthropology, vol. 8. Seattle, WA: The University of Washington.
Kroeber, Paul. 2013. Pronominal Clitics and Indexability Hierarchies in Hanis and Miluk Coosan, Anthropological Linguistics 55.2:105-157.

Voir aussi le blog https://shichils.wordpress.com/ qui porte en partie sur les langues de la côte de l’Orégon.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "A quelle famille appartient le miluk?," Panchronica, 11/07/2015, http://panchr.hypotheses.org/343 (ISSN 2494-775X)

Comparative Siouan Dictionary

Le Comparative Siouan Dictionary, oeuvre collective monumentale, est désormais publié sur internet:

http://csd.clld.org/

Ce dictionnaire était accessible sous forme d’un fichier PDF distribué aux chercheurs intéressés depuis de nombreuses années, et nous nous en étions notamment servi lors de la rédaction de notre article sur la nasalité avec Alexis Michaud et Bob Rankin (lui même rédacteur principal du CSD).

Cette version représente un effort considérable pour systématiser les notes et les transcriptions — même s’il reste quelques scories, c’est inévitable pour un travail de cette ampleur. Depuis le décès de Bob Rankin l’année dernière, j’étais inquiet que ce travail ne tombe dans l’oubli, mais le voici sous une forme finalisée et complètement citable, ce qui va permettre aux études sur la linguistique historique des langues sioux d’aller de l’avant.

Un Wanderwort dans les langues kalapouyennes?

Les langues kalapouyennes, famille disparue de l’Orégon, font partie des moins bien documentées de l’Amérique du nord, et sont connues essentiellement par les données de terrain de Gatschet, de Frachtenberg et de Melville Jacobs (voir Banks 2007 pour ce qui s’approche le plus d’une description utilisable d’une des langues de ce groupe, le santiam).

En lisant Berman (1990:54 — je peux fournir cette référence aux lecteurs de ce blog intéressés), j’ai été frappé par le mot pour ‘pomme de terre’, en santiam pdoʔ (et ses cognats en yonkalla gampduʔ, et en tualatin mampdu) qui ressemblent fortement à l’étymon sioux pour ‘pomme de terre’ (bló, en lakhota et bdó en Yankton et en Sisseton, voir Ullrich 2008 et sa version en ligne). La distance géographique entre les langues sioux et l’Orégon est assez considérable, mais cette ressemblance est-elle le seul fruit du hasard? Pour confirmer cette idée, il faudrait trouver des traces de ce Wanderwort potentiel ailleurs.

Banks, Jonathan. 2007. The Verbal Morphology of Santiam Kalapuya. Northwest Journal of Linguistics 1. 1-98.
Berman, Howard. 1990. An outline of Kalapuya historical phonology. International Journal of American Linguistics 56. 27-59.
Ullrich, Jan. 2008. New Lakota dictionary. Bloomington: Lakota Language Consortium.
Zenk, Henry. 2006. The Kalapuyan Presence in Oregon’s Geographic Names

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Un Wanderwort dans les langues kalapouyennes?," Panchronica, 19/05/2015, http://panchr.hypotheses.org/296 (ISSN 2494-775X)