Archives par mot-clé : kuki-chin

*sr- et *j-

Comme j’en ai discuté à plusieurs reprises déjà dans cet article et sur ce blog (voir ce billet et ce billet), le groupe initial *sr- en sino-tibétain est bien attesté dans plusieurs étymons, dont « pou » (japhug zrɯɣ), « honte » (nɤzraʁ), « racine » (tɤ-zrɤm), et ses réflexes sont japhug zr-, proto-kiranti *s-, tibétain ɕ-, chinois moyen ʂ-, proto-kuki-chin *hr- et jinghpo ts- (par exemple dans tsí’ « pou »).

Le cas de « honte » est intéressant; si le japhug –zraʁ, le LB *hrak et le chinois 色 ʂik < *srək reflètent *sr-, certaines langues, dont le jinghpo gayà’ “害羞” (le coup de glotte final vient d’un *-k) et le hakha lai nı̀ŋ-zak-I, -zaʔ-II, ont une initiale remontant à *j-: on retrouve les mêmes correspondances que dans lai zâa-I, zaat-II  et jinghpo gayá « gratter » (japhug rɤʑa « gratter », voir d’autres cognats dans cet article).

Il me semble inacceptable de postuler ici un groupe plus complexe *srj- donnant *sr- dans certaines langues et *j- dans d’autres (*sr- et *rj- donnent ts- en jinghpo, comme le montre matsát « huit »), et il n’existe pas de processus morphologique permettant une alternance entre *sr- et *j-.

La question se pose donc de savoir si nous avons affaire à une ressemblance fortuite (après tout la correspondance est unique, et la ressemblance est limitée à la rime), s’il s’agit de mots diffusés en jinghpo et en lai à partir d’une langue où *sr- donne j- (mais il faudrait identifier cette langue — par ailleurs, l’emprunt aurait été au moins proto-kuki-chin puisqu’il prédaterait le changement *j- > *z-) ou si une explication plus compliquée encore est justifiée.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "*sr- et *j-," Panchronica, 28/06/2017, http://panchr.hypotheses.org/1859 (ISSN 2494-775X)

Un étymon kiranti-kuki-chin

En étudiant le proto-kuki-chin, j’ai trouvé le verbe suivant du Hakha Lai tûm-I, tǔm-II ‘beat a drum, play music’ qui remonte à un étymon reconstructible en proto-kuki-chin. Ce verbe rappelle le khaling |tup| त:म्न्य « play music, beat metal », qui se retrouve en proto-kiranti (voir tableau 5 de cet article). Le sens primaire semble être celui de « frapper le métal », d’où dérive ensuite celui de jouer d’un instrument (pas exclusivement à percussion).

On trouve dans certaines langues naga un étymon potentiellement apparenté, voir cette entrée.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Un étymon kiranti-kuki-chin," Panchronica, 16/04/2017, http://panchr.hypotheses.org/1752 (ISSN 2494-775X)

Le destin de *sr- en tibétain

Suite à cet article et à ce billet, voici, en plus des mots tibétain gɕam « le bas » et ɕig « le pou », quelques nouveaux exemples de *sr- > ɕ- en tibétain.

En proto-kuki-chin, selon Van Bik, on trouve les mots suivants:

[1077] *hriat (Hakha hriat, hriaʔ) « comb » qui peut se comparer au tibétain ཤད་ ɕad, bɕad « peigner »
Le ia du KC peut correspondre au *ja ancien, comme dans Hakha pariat « huit » (tibétain བརྒྱད་ brgʲad < *-prjat, situ wurjāt); il ne s'agit donc peut-être pas du traitement de *sr-, mais de celui de *srj- en tibétain.

[1080] *hroom (ɦakha hrôom-I, hrǒom-II) ‘share, distribute’, et tibétain གཤོམ་ gɕom, bɕams « disposer, préparer »; notons la correspondance vocalique de PKC -om à -am ailleurs dans PKC *wom > Hakha vôm ‘bear’, tibétain དོམ་ dom < *t-wam, situ tə-wām "ours")

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le destin de *sr- en tibétain," Panchronica, 14/04/2017, http://panchr.hypotheses.org/1735 (ISSN 2494-775X)

L’étymologie de ginseng

La deuxième syllabe du chinois 人參 rénshēn « ginseng » remonte au chinois moyen ʂim, qui lui-même vient d’une forme *srəm en chinois archaïque. Dans cet article, j’ai proposé une étymologie comparant ce nom au japhug tɤ-zrɤm « racine » (proto-rgyalrong *srɐm) et au khaling स्याम् sɛ̄m « racine » ( *s dès le proto-kiranti).

Ce mot, que je croyais restreint jusqu’ici au chinois, au kiranti et au rgyalronguique, se trouve en fait aussi en kuki-chin, comme en hakha lai où l’on a hram « racine », selon le dictionnaire de Van Bik. Malgré son absence du Stedt, la présence de cet étymon en kuki-chin renforce l’hypothèse d’une origine proto-sino-tibétaine pour ce mot. Il est concevable d’ailleurs que le tibétain གཤམ་ gɕam « le bas » reflète le même étymon, le g- étant la trace du préfixe de possession indéfini (le tɤ- du japhug), qui subi la loi de Saskya Pandita (*t- > g- devant coronale), et le ɕ- représente le traitement de *sr- observé dans ཤིག་ ɕig « pou » (japhug zrɯɣ)

La différence avec les formes concurrentes, notamment celle qui donne le chinois 本 n’est pas encore claire. Notons que la second edonne des sens comme « tronc », voir « arbre » en bodo-garo (garo bol). Il est possible que le mot donnant chinois 本/garo bol désignait les racines d’arbre ou la souche, tandis que celui qui a donné tɤ-zrɤm/hram/參 désignait les racines de plantes plus petites.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’étymologie de ginseng," Panchronica, 12/04/2017, http://panchr.hypotheses.org/1719 (ISSN 2494-775X)