Archives par mot-clé : kiranti

Un article sur le proto-kiranti

Dans le dernier numéro de Folia Linguistica Historica vient de paraître cet article accompagné de son appendice en ligne. C’est un premier essai, basé sur quatre langues (wamboule, khaling, bantawa et limbou), de rendre compte de façon systématique à la fois des correspondances entre langues et des alternances morphologiques, et d’introduire une approche réellement néo-grammairienne au comparatisme kiranti (et sino-tibétaine en général), en analysant les correspondances observées sur la base exclusive de trois principes: (i) les changements phonétiques sans exceptions, (ii) l’analogie et (iii) les emprunts.

Ce travail est en opposition radicale à deux courants de pensée molle, qui ont causé un dommage considérable au comparatisme sino-tibétain en particulier: la doctrine de la diffusion lexicale, malheureusement très influente en Chine (je réfère le lecteur de ce blog à cet article de Nathan W Hill) et celle des « allofams » qui sous-tend l’ensemble de la base de donnée STEDT).

Il est en revanche dans la continuité directe de la tradition kirantologique, en particulier des travaux de Boyd Michailovsky (en particulier celui-ci). A ce titre, je dois apporter deux corrections concernant certaines références dans l’article:

(a) p. 177++ parmi les travaux concernant la reconstruction interne des verbes kiranti, je ne mentionne que les travaux récent, et ai oublié d’ajouter cet article, qui a servi de base aux travaux qui l’ont suivi.

(b) p 190, § 5.1.1, l’idée d’un stade préglottalisé pour rendre compte des correspondances des séries d’occlusives en kiranti du sud et kiranti de l’ouest et du nord-est est déjà discutée dans cet article que j’ai omis de mentionner dans cette section.

Mon article n’est naturellement qu’une ébauche de reconstruction, et je compte progressivement ajouter des langues, à commencer par le kouloung (dont j’ai déjà préparé une base de donnée comparative) et le yakkha.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Un article sur le proto-kiranti," Panchronica, 25/11/2017, http://panchr.hypotheses.org/2061 (ISSN 2494-775X)

Une trace des groupes de consonnes en kulung?

Le kulung fait partie des langues kiranties qui ont perdu les groupes initiaux; citons ainsi les paires suivantes (données de Tolsma 2006 et khaling de ce dictionnaire). Notons que comme le montre Boyd Michailovsky, les voisées *b, *d *g du proto-kiranti correspondent à des voisées en khaling et à des sourdes en kulung, et que les *p et *t du proto-kiranti correspondent à des voisées en kulung (Starostin et Opgenort posent une série additionnelle d’occlusive, maise c’est selon moi une erreur, voir cet article.

kumma |kup| « brood » :: Khaling |glumt|
khəmma |khəp| « cover, put the lid on » :: Khaling |khropt|
khumma |khum| « bury » :: Khaling |khlum|
phamma |phap| « bend over, fold » :: Khaling |phlɛpt|
puima |put| « boil » :: Khaling |bhlitt|
etc..

Or, on trouve deux verbes ayant s- en kulung correspondant à kr- en khaling, tous deux devant i:

simma |sip| « cut (moving the object towards the knife), cut one’s hand, saw » :: khaling |kript| « cut » (avec des exemples comme ʔʌ̄msu-ʔɛ ʔarasʌ̄ŋ krʌptɛsu. « They sawed the wood. »)
simma |sip| « close the eyes » :: khaling |krim| « close the eyes » (la correspondance de consonne finale n’est pas isolée).

Je n’ai pas d’autre exemple pour le moment, mais il semble vraisemblable de supposer, sur la base de ces exemples qui sont sémantiquement convaincants, un changement *kr- > s- /_i. Ainsi, même si le kulung a perdu les groupes de consonnes, ceux-ci n’auraient pas toujours disparu impunément.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Une trace des groupes de consonnes en kulung?," Panchronica, 26/05/2017, http://panchr.hypotheses.org/1778 (ISSN 2494-775X)

Journées d’étude sur le kiranti

Aimée Lahaussois et moi-même avons organisé ces 1 et 2 décembre des journées d’études sur les langues kiranties, dont le programme est disponible ici. Les présentations ont porté sur des sujets variés, de la linguistique descriptive à la typologie en passant par la linguistique historique. Contrepartie népalaise de la conférence sur les langues du Sichuan, cette manifestation a été l’occasion de rassembler les trop rares spécialistes de ces langues, et aussi d’engager des interactions entre rgyalrongologues et kirantologues, car j’ai la ferme conviction que la linguistique sino-tibétaine/trans-himalayenne ne pourra se développer sur des bases saines que lorsque davantage des linguistes se seront familiarisés avec les langues à morphologie complexes des deux côtés de l’Himâlaya.

J’en profite pour mentionner que Nathan Hill a rendu public les enregistrements de la conférence sur la phonologie du chinois archaïque qui a eu lieu l’année dernière; voici ma présentation, celle de Lai Yunfan et de celle de Gong Xun.

Le proto-sino-tibétain, une langue flexionnelle?

Un des plus grands débats en linguistique du sino-tibétain porte sur l’ancienneté de l’indexation en personne qui est présente dans certaines branches (gyalronguique, kiranti, kouki-tchin, dulong/rawang etc) mais absente dans d’autres, et notamment dans les « grandes » langues littéraires comme le chinois, le tibétain et le birman.

Ma position sur la question a déjà été suggérée dans cet article: au vu de la ressemblance frappante entre les paradigmes verbaux du kiranti du sud (bantawa, pouma et chintang) et du rgyalrong situ, et étant donné que certains des affixes marquant la personne dans ces langues ne ressemblent pas aux pronoms, il est difficile de concevoir que cette morphologie ne serait pas reconstructible en partie au moins à l’ancêtre commun du rgyalrongique et du kiranti. Je pense également que les langues sans indexation personnelle, y compris le chinois et le tibétain, l’ont perdue en conservant peut-être quelques traces comme l’irrégularité du verbe « manger », une idée que Sprigg avait eu déjà plus de trente ans auparavant mais n’avait jamais jugé utile de publier.

Ce point de vue est partagé par des auteurs tels que George van Driem et Scott DeLancey, lequel a été très prolifique sur la question et a récemment publié une grande quantité d’articles: 2010, 2011, 2013, 2014, 2015a, 2015b.

Un point de vue opposé, défendu essentiellement par Randy LaPolla (1992, 2003, 2012a, 2012b), et plus récemment soutenu aussi par Bettina Zeisler, serait que les systèmes d’indexation personnelle seraient des innovations indépendantes, que les langues sans indexation telles que le chinois et le tibétain ne l’auraient jamais eu, et que dans certaines langues, comme le tangoute, elle serait très récente et à peine grammaticalisée.

Dans cet article, qui vient d’être publié dans la revue Linguistic Vanguard, je clarifie un certain nombre d’imprécisions concernant l’interprétation des données du tangoute, des langues rgyalronguiques et kiranties, et j’espère ainsi contribuer à ce que cet important débat avance sur des bases saines.

« Chauve-souris » en sino-tibétain

On trouve dans le vocabulaire potentiellement reconstructible du sino-tibétain (je dis « potentiellement » car sommes très loin d’avoir quoi que ce soit ressemblant à un système de reconstruction) des mots inattendus, pour lesquels aucun étymon équivalent n’existe dans le vocabulaire hérité de familles mieux connues comme l’indo-européen.

L’un de ces étymons est celui de la chauve-souris; le STEDT présente une liste de mots qui sont assez certainement cognats, et qui incluent le Khaling पाक्ति pakti et le chinois 蝠 *pɨk. En kiranti, ce mot n’est attesté sinon à ma connaissance qu’en dumi (on l’on a प्वाक्ती pwakti dans le dictionnaire de Netramani Rai; le -w- est inattendu).

Le fait que cet étymon soit attesté en chinois, en sal (bobo-garo, naga du nord), en kuki-chin et en kiranti mais pas en tibéto-birman central (tibétain, birmo-qianguique) est à mon avis une bonne indication qu’il n’a pas pu être transmis par contact, et qu’il est donc très certainement hérité dans toutes ces langues. Par contraste, en indo-européen chaque branche a créé, et renouvelé en permanence, le vocabulaire pour désigner cet animal. Comment expliquer sa préservation en ST? Peut-être son usage culinaire?
En tous les cas, je doute que cette information soit cruciale pour déterminer l’emplacement de l’Urheimat sino-tibétaine, car on trouve des espèces de chauves-souris dans toutes les régions pour lesquelles le berceau de la famille a été proposé (y compris la Chine du nord, le Sichuan, l’Arunachal, le Bhutan etc).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "« Chauve-souris » en sino-tibétain," Panchronica, 28/02/2016, http://panchr.hypotheses.org/885 (ISSN 2494-775X)

Une trace du suffixe de réfléchi en tibétain?

Comme l’a fait remarquer Nathan W. Hill dans cet article, on trouve en tibétain, non pas deux, mais trois séries de verbes où l’alternance de voisement s’accompagne d’une alternance de transitivité. Voici les exemples qu’il donne dans son article (ici adaptés dans ma transcription du tibétain). Dans la forme B, je n’indique que le présent (la première forme) et le passé (la seconde).

A: འགག་ ɴgag ‘be stopped, break off ’
B: འགེགས་ ɴgegs, བཀག་ bkag ‘hinder, prohibit’
C: ཁེགས་ kʰegs ‘be hindered, be prohibited’

A: གང་ gaŋ ‘fill intr.’
B: འགེངས་ ɴgeŋs, བཀང་ bkaŋ ‘fill tr.’
C: ཁེངས་ kʰeŋs ‘be full’

A: གབ་ gab ‘hide intr.’
B: འགེབས་ ɴgebs, བཀབ་ bkab ‘cover tr.’
C: ཁེབས་ kʰebs ‘be covered over’

A: གྲོལ་ grol ‘be free’
B: འགྲོལ་ ɴgrol བཀྲོལ་ bkrol ‘liberate’
C: ཁྲོལ་ kʰrol ‘unravel’

A: དུལ་ dul ‘be tame’
B: འདུལ ɴdul བཏུལ་ btul ‘tame, subdue’
C: ཐུལ་ tʰul ‘be tame’

A: ཟུག་ zug ‘pierce, penetrate’
B: འཛུགས་ ɴdzugs བཙུགས་ btsugs, gzugs ‘plant, establish, insert’
C: ཚུགས་ tsʰugs ‘go into, begin’

J’ai déjà discuté des séries A et B dans cet article. Je pense que ces séries avaient une non-voisée à l’origine, qui est voisée dans la forme A par une dérivation anticausative et au présent de la forme B par un préfixe historiquement non-apparenté.

La forme C est mystérieuse. On observe qu’elle est intransitive, mais avec une initiale sourde, lorsque la racine a une voyelle /a/ celle-ci subi un umlaut en /e/, et un suffixe -s est rajouté (sauf dans les cas où le groupe résultant aurait été impossible, comme avec le -l final).

Je viens d’avoir une idée pour expliquer ces formes. En kiranti, on trouve un suffixe de réfléchi/moyen dont la forme est -si (parfois sous une forme réduite, comme en wambule). Pour une description de l’usage de ce suffixe, voir par exemple cet article qui porte sur le khaling, qui va bientôt paraître dans LTBA.

Cette hypothèse explique:

(1) Pourquoi on a une initiale sourde (c’est toute simplement l’initiale de la racine)
(2) Pourquoi on a un umlaut (c’est une trace du *i du suffixe)
(3) Pourquoi on a un suffixe -s (c’est tout ce qui reste du suffixe segmentalement)

Un problème avec cette hypothèse, c’est que comme je l’indique dans cet article, les occlusives finales sont nasalisées dans les paradigmes en -si (comme si la forme sous-jacente était qqch comme *-nsi). On s’attendrait donc, si le tibétain était comme le kiranti, à ce que les formes C aient une nasale finale au lieu d’une occlusive orale. Toutefois, je ne pense pas que cette objection soit suffisante pour démolir l’hypothèse — on peut tout à fait imaginer que les alternances complexes liées au suffixe -si aient été simplifiée par analogie en pré-tibétain.

Je suis ouvert à des commentaires sur cette hypothèse, que je compte intégrer à une future version de cet article, en cours de relecture actuellement.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Une trace du suffixe de réfléchi en tibétain?," Panchronica, 22/02/2016, http://panchr.hypotheses.org/875 (ISSN 2494-775X)

Les emprunts entre langues kiranti

Les verbes conjugués en kiranti, contrairement à ceux des langues gyalronguiques, sont une classe quasi-fermée; il est très difficile d’ajouter de nouvelles racines verbales, et la façon productive de créer de nouveaux verbes est d’utiliser une construction avec auxiliaire. Les emprunts de verbes sont très rares. En khaling, je ne connais que याल्न्य |jal| ‘frapper’ (emprunté au thulung yalmu, voir cet article p.1110) et हेल्न्य |ɦel| « détourner l’eau », qui vient du népali हेल्नु helnu de même sens). On peut s’interroger aussi sur le verbe |pil| « traire, presser », qui pourrait être emprunté à pelnu « presser », mais si c’était le cas, l’emprunt aurait eu lieu en proto-kiranti, ce qui semble peu probable, car des cognats existent ailleurs pour ce mot. Il est intéressant qu’il s’agisse de mots à finale -l: c’est une des rares consonnes finales sans alternance en khaling, ce qui a pu favoriser l’empruntabilité de racines de ce type.

Les emprunts de noms en revanche sont probablement très courants, mais il est encore difficile d’avoir des critères stricts pour les distinguer des cognats. Ce matin, en travaillant sur le wambule, j’ai trouvé deux noms ressemblant au khaling, dont il est difficile de dire à ce stade s’il s’agit d’emprunts ou de cognats: khalamba « rhume » (khaling ख्यल्याम्ब्य khɛ́lɛmbɛ) et lima « mensonge » (khaling लेम lémʌ). La loi de réduction des syllabes ne devrait pas s’appliquer dans ces mots (puisqu’il n’y a pas de voyelle haute), et l’on ne peut donc facilement prouver qu’il s’agit d’emprunts, mais la structure de ces mots est complètement opaque et ne semble pas analysable historiquement. Si ce sont vraiment des cognats (au moins reconstructibles à l’ancêtre commun du khaling et du wambule, ce qui n’est pas forcément le proto-kiranti), cela impliquerait qu’il existait déjà des mots trisyllabiques dans cette proto-langue.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les emprunts entre langues kiranti," Panchronica, 19/02/2016, http://panchr.hypotheses.org/830 (ISSN 2494-775X)

L’origine des -u finaux en khaling

Dans un article qui va bientôt paraître, je propose une série de lois phonétiques en khaling pour expliquer l’origine des tons et de certaines alternances vocalique dans la flexion verbale de cette langue. Une question laissée en suspens dans ce travail est celle de l’origine des -u et des -o finaux: normalement, les -u et -o deviennent -ʉ et -ɵ respectivement, sauf lorsqu’ils sont suivis de vélaires auquel cas on observe *-uk > -ûː (*kruk > क्रू: krûː « il mugit ») et *-uŋ > -uŋ (*luŋ > लुङ् lūŋ « pierre »). Comment donc expliquer les noms en -u (मुपु mupu « ventre ») et les suffixes verbaux en -u (comme la 1sg>3 des verbes transitifs)?

La 1sg>3 -u correspond à -uŋ dans les autres langues (au moins celles qui préservent le -ŋ final, bien sûr) comme le limbou. Mais si des noms comme लुङ् lūŋ « pierre » ont toujours le -ŋ final, pourquoi donc est-il tombé dans लोबु lobu « j’attrape », si effectivement cette forme vient de *lop-uŋ? De même, le -pu de मुपु mupu « ventre » semble correspondre à une syllabe en -k final dans d’autres langues (limbou sappok « ventre »), mais si elle provient de qqch comme *mupuk, pourquoi n’a-t-on pas *mʉpûː ?

Je pense que la réponse doit avoir à faire avec le placement de l’accent à un certain stade du proto-khaling, voire du proto-kiranti: les correspondances *-uk > -ûː et *-uŋ > -uŋ s’appliquent dans les monosyllabes et les syllabes accentuées (notons que l’on a aussi *-uŋ > -ūː devant certaines consonnes, mais laissons cette question de côté pour le moment), mais ces rimes donnaient -u dans les syllabes finales non-accentuées. Ainsi, *lópuŋ > *lɵbu > lobu (notons que la première syllabe est toujours celle qui est accentuée) et *múpuk > *mʉ́pu > mupu (avec harmonie vocalique régulière).

Le problème avec cette hypothèse, c’est qu’elle n’est pas complètement compatible avec l’embryon de modèle de reconstruction de l’accent proposé dans l’article ci-dessus, puisque selon lui l’accent dans les formes verbales en première syllabe allonge la voyelle, pour expliquer les formes de 3sg>3 *lópu > ल्योऽब्यु lɵ̄ːbʉ « il l’attrape » avec voyelle longue. Si la piste de l’accentuation pour expliquer les -u finaux est correcte, alors il faut rendre compte de l’allongement vocalique à la 3sg>3 d’une autre façon (ou en supposant des lois phonétiques accentuelles à époques différentes). Malheureusement, les langues les plus proches (doumi et koyi) ne sont pas assez informatives pour élucider cette question, car elles font moins de distinctions phonologiques que le khaling.

J’espère que ce mystère attirera d’autres chercheurs; nous disposons pour le kiranti de suffisamment de données fiables sur près de la moitié des langues pour commencer à entreprendre une vraie reconstruction néo-grammairienne de la phonologie et de morphologie de ce groupe.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’origine des -u finaux en khaling," Panchronica, 04/02/2016, http://panchr.hypotheses.org/769 (ISSN 2494-775X)

Première rencontre avec le thulung

La semaine dernière Gong Xun, Lai Yunfan et moi avons étudié pendant une journée avec Chandra Thulung, qui est venue à Paris pendant deux semaines pour travailler Aimée Lahaussois, sur sa langue éponyme.

Nous avons pu confirmer l’observation d’Aimée selon laquelle dans la variété parlée par Chandra existe une opposition de longueur, dans des paires minimales telles que duŋi (‘boire’, 1pl.incl, Khaling tūŋki तु्ङ्‍कि) et du:ku (‘boire’, 1pl.excl, Khaling tūŋkʌ तु्ङ्‍क), dans ce cas par allongement compensatoire dû à la chute du ŋ dans un contexte particulier. Toutefois, la transcription de la longueur dans cette langue est d’une difficulté redoutable.

Les alternances vocaliques du verbe thulung sont riches et assez différentes de celles observées en khaling, par exemple le verbe ‘faire’ comprend pas moins de quatre radicaux différents (j’indique ici les formes du non-passé):

1sg beu
1du.incl botsi
1pl.incl bi:
3sg by:

On reconnaît ici la racine de ‘faire’ qui se trouve en japhug (pa) et en tibétain (bʲed, bʲas). Les alternances ci-dessus sont caractéristiques des verbes transitifs à racine à syllabe ouverte en *a dans cette langue, et résultent sans doute en partie de fusion avec l’ancien suffixe *-u de patient de troisième personne direct.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Première rencontre avec le thulung," Panchronica, 14/10/2015, http://panchr.hypotheses.org/436 (ISSN 2494-775X)

Les noms polysyllabiques khaling

Le vocabulaire du khaling contient une quantité importante de noms polysyllabiques, un fait surprenant pour deux raisons.

Premièrement, les racines verbales et la majorité des noms natifs dont l’étymologie peut être déterminée sont monosyllabiques (voir Jacques et al. 2012 concernant la notion de racine verbale; un dictionnaire des verbes khaling préparé par notre équipe, qui paraîtra d’ici peu). On trouve quelques rares mots polysyllabiques reconstructibles en proto-kiranti, comme le nom « orphelin » (reskʌp रेस्कप् en khaling, yɛtchaba en limbu etc; ce nom a d’ailleurs une importance dans la mythologie kirantie; j’y reviendrai dans un billet ultérieur), mais ils se comptent sur les doigts de la main.

Deuxièmement, on a pu mettre au jour récemment qu’une des origines du ton tombant en khaling est la réduction de dissyllabes en monosyllabes (voir Jacques à paraître), un changement qu’a d’ailleurs subi le nom du peuple khaling lui-même khɛ̂l ख्या:ल् en khaling, venant d’une forme pré-khaling *khali(ŋ), ce nom ayant été emprunté en népali avant le changement.

Or, on trouve des noms polysyllabiques à foison, dont l’étymologie est assez obscure (le nouveau dictionnaire de Toba et Toba 2014 en regorge). Par exemple, le nom koktsiŋgēl कोक्चिङ्‌गेल् « escargot » (un mot facile à mémoriser par sa ressemblance fortuite avec le français « coccinelle ») ne peut pas être facilement décomposé en éléments tels que kok+ tsiŋ + gel. D’autres polysyllabes sont analysables, mais ont une structure étrange, comme keksēr केक्सेर् ‘épouillage » dérivé de la racine |kekt| « pick » et du nom sēr « pou », très inhabituel en étant un composé verbe+nom alors que le khaling est une langue à verbe final strict (l’ordre habituel est agent-patient-verbe). Ce composé ne peut toutefois être ancien, car comme on peut le montrer (cf Jacques à paraître, ci-dessous), le groupe *ks entre deux voyelles s’est réduit de plusieurs façon en pré-khaling, notamment en -s- (comme dans mos मोस् « ours », cognat du dumi moksu). S’il était ancien, on aurait attendu une forme *kes.

L’étymologie de la grande majorité des noms en khaling est donc un mystère. Espérons que ce problème attirera l’intérêt de comparatistes!

Références
Jacques, Guillaume (à paraître). Tonogenesis and tonal alternations in Khaling.
Jacques, Guillaume, Aimée Lahaussois, Boyd Michailovsky and Dhan Bahadur Rai. 2012. An overview of Khaling verbal morphology. Language and Linguistics, 13.6:1095-1170
Toba, Sueyoshi and Ingrid Toba. 2014. Khaling-Nepali-English dictionary. Lalitpur: Nepali National Languages Preservation Institute.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les noms polysyllabiques khaling," Panchronica, 31/07/2015, http://panchr.hypotheses.org/389 (ISSN 2494-775X)

Cours sur la phonologie panchronique

Voici une vidéo du cours que j’ai donné sur la phonologie panchronique et la question de l’unidirectionalité des changements phonétiques à l’école d’été du LACITO à Roscoff:

Pour plus d’informations sur les données, voir:

Jacques, Guillaume. 2011. A panchronic study of aspirated fricatives, with new evidence from Pumi. Lingua 121:1518–1538.