Archives par mot-clé : kalapouyen

Une attestation ancienne du kalapouyen ?

Dans un numéro de la revue Anthropological Linguistics paru cette année (NB: cette revue a un an de retard systématique) se trouve l’article ‘Francis Drake’s 1579 Voyage: Assessing Linguistic Evidence for an Oregon Landing’ par John Lyon, dont une version est accessible en ligne.

Il analyse une liste de mots transcrits au seizième siècle (l’antiquité, pour l’Amérique du nord) par des membres des expéditions de Francis Drake.

Parmi les mots discutés se trouve la forme petáh ‘root whereof they make a kind of meal, and either bake it into bread or eat it raw’, à laquelle John Lyon compare le kalapouyen pdoʔ, à propos de laquelle j’avais consacré un billet il y a quelques années. Si cette comparaison est confirmée, il s’agirait de la plus ancienne attestation d’une langue kalapouyenne.

D’après cet article, pdoʔ désigne plus particulièrement la plante Sagittaria latifolia, et une forme ressemblante (peut-être empruntée au kalapouyen, comme le suggèrent Zenk et al. 2010, à l’entrée waptʰu) se retrouve en chinook sous la forme wapato, le wa- étant un préfixe possessif féminin en chinook (voir cet article de Sapir). Ce mot chinook lui-même, par l’intermédiaire du jargon chinook, est devenu un mot d’usage en anglais américain pour cette plante.

Dans mon billet précédant, j’avais proposé qu’il pouvait s’agir d’un mot voyageur aussi reflété par le Lakhota bló ‘pomme de terre’ (voir les cognats de ce mots dans les autres langues siouanes). La ressemblance du kalapouyen pdoʔ avec laforme bdó des dialectes sioux en d- est moins évidente lorsque le chinook et cette ancienne attestation sont prises en considération, d’autant qu’il ne s’agit pas du tout de la même plante malgré les traductions par ‘potato’ en anglais qui sont données.

Références
Lyon, John 2016. Francis Drake’s 1579 Voyage: Assessing Linguistic Evidence for an Oregon Landing, Anthropological Linguistics 58(1):1-51. PDF
Zenk, Henry, Tony Johnson, Sarah Braun Hamilton 2010. Chinuk Wawa (Chinook Jargon) etymologies PDF

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Une attestation ancienne du kalapouyen ?," Panchronica, 15/07/2017, http://panchr.hypotheses.org/1883 (ISSN 2494-775X)

Des langues qui attendent d’être déchiffrées

Mis à part la documentation de langues non (ou mal) décrites et la reconstruction des proto-langues, l’un des plus grand défis intellectuels qui existent en linguistique est le déchiffrement des langues inconnues. Si certaines langues pourtant presque complètement désespérées comme l’étrusque ou le lemnien attirent une foule de travaux érudits (comme par exemple celui-ci) ou plus fantaisistes, les linguistes et anthropologues de la première moitié du siècle dernier nous ont laissé des données brutes non analysées sur de nombreuses langues maintenant défuntes. Un cas notable est celui de Melville Jacobs, un anthropologue qui a étudié de nombreuses langues et cultures de l’Orégon et du Nord-Ouest des Etats-Unis et qui était apparemment plus doué en transcription phonétique et en méthodologie de terrain que son prédécesseur Frachtenberg (dont j’ai parlé dans ce billet). Jacobs a transcrit une grande quantité de textes dans les langues kalapouyennes, en alsea, en hanis et en milouk, sur lesquelles on a peu de documentation par ailleurs. Toutefois, il n’employait pas de gloses morphémiques et n’a pas produit de travaux sur la grammaires de ces langues. C’est particulièrement critique pour les langues kalapouyennes, sur lesquelles on ne dispose quasiment pas d’autre documentation. Le linguiste qui s’attaque à l’étude de ces langues est donc dans une situation comparable à celle des déchiffreurs du tokharien: on dispose de textes bilingues dans une écriture facile à interpréter, mais l’on n’a quasiment aucune indication sur la grammaire ou le vocabulaire de ces langues, qu’ils faut reconstituer à partir des textes.

Si la priorité de la recherche en linguistique doit naturellement être la documentation des langues encore parlées, il ne faut pas s’interdire de s’intéresser à ces documents. Les travaux de Banks (2007) et Doty (2012) représentent des contributions importantes au déchiffrement de ces langues, mais ces documents restent sous-exploités. En particulier, les langues kalapouyennes autres que le santiam sont presque complètement inconnues, bien que des textes publiés soient disponibles, et que des textes non-publiés accumulent la poussière (ou pire) dans d’obscures archives. Si une fraction des amateurs étruscologues s’intéressaient plutôt à ces langues, un travail magnifique pourrait être réalisé!

Références
Banks, Jonathan. 2007. The Verbal Morphology of Santiam Kalapuya. Northwest Journal of Linguistics 1. 1-98.
Doty, Christopher 2012 A Reassessment of the Genetic Classification of Miluk Coos, thèse de doctorat, université de l’Orégon à Eugene.
Jacobs, Melville. 1939. Coos Narrative and Ethnographic Texts, University of Washington Publications in Anthropology, vol. 8. Seattle, WA: The University of Washington.
Jacobs, Melville. 1940. Coos Myth Texts, University of Washington Publications in Anthropology, vol. 8. Seattle, WA: The University of Washington.
Jacobs, Melville. 1945. Kalapuya Texts. Seattle: University of Washington.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Des langues qui attendent d’être déchiffrées," Panchronica, 06/03/2016, http://panchr.hypotheses.org/912 (ISSN 2494-775X)

Un Wanderwort dans les langues kalapouyennes?

Les langues kalapouyennes, famille disparue de l’Orégon, font partie des moins bien documentées de l’Amérique du nord, et sont connues essentiellement par les données de terrain de Gatschet, de Frachtenberg et de Melville Jacobs (voir Banks 2007 pour ce qui s’approche le plus d’une description utilisable d’une des langues de ce groupe, le santiam).

En lisant Berman (1990:54 — je peux fournir cette référence aux lecteurs de ce blog intéressés), j’ai été frappé par le mot pour ‘pomme de terre’, en santiam pdoʔ (et ses cognats en yonkalla gampduʔ, et en tualatin mampdu) qui ressemblent fortement à l’étymon sioux pour ‘pomme de terre’ (bló, en lakhota et bdó en Yankton et en Sisseton, voir Ullrich 2008 et sa version en ligne). La distance géographique entre les langues sioux et l’Orégon est assez considérable, mais cette ressemblance est-elle le seul fruit du hasard? Pour confirmer cette idée, il faudrait trouver des traces de ce Wanderwort potentiel ailleurs.

Banks, Jonathan. 2007. The Verbal Morphology of Santiam Kalapuya. Northwest Journal of Linguistics 1. 1-98.
Berman, Howard. 1990. An outline of Kalapuya historical phonology. International Journal of American Linguistics 56. 27-59.
Ullrich, Jan. 2008. New Lakota dictionary. Bloomington: Lakota Language Consortium.
Zenk, Henry. 2006. The Kalapuyan Presence in Oregon’s Geographic Names

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Un Wanderwort dans les langues kalapouyennes?," Panchronica, 19/05/2015, http://panchr.hypotheses.org/296 (ISSN 2494-775X)