Archives par mot-clé : japhug

Une contrefactuelle en japhug

Il est difficile de décrire une langue sur la base exclusive de données « naturelles », c’est à dire en utilisant seulement des phrases tirées de conversations ou d’histoires traditionnelles et en évitant les phrases élicitées. En effet, certaines structures grammaticales peuvent tout simplement ne pas être attestées (pour une raison fortuite) dans le corpus.

C’est ainsi que je n’avais pas trouvé d’exemple satisfaisant de contrefactuelles dans mon corpus de japhug (qui pourtant dépasse les 60 heures) lorsque j’ai écrit mon dernier article (Jacques 2014) sur les subordonnées temporelles et conditionnelles. J’avais dû recourir à des exemples élicités pour décrire ces constructions.

Or, la semaine dernière, j’ai appelé au téléphone Tshendzin un peu plus tard que d’habitude pour lui poser des questions, et elle me dit:

ʑatsa a-jɤ-tɯ-lɤt tɕe pɯ-pe
tôt IRR-PFV-2-jeter LNK PST.IPFV-être.bien
« C’eût été mieux si tu (m’)avais appelé plus tôt »

car elle n’avait plus le temps de me parler à ce moment-là (alors qu’elle l’aurait eu une heure plus tôt). J’ai bien fait de l’appeler trop tard, c’était inespéré!

Cet exemple correspond à ce que j’avais pu constater avec les phrases élicitées, notamment l’usage du passé imperfectif dans cette construction. C’est donc une confirmation rassurante des travaux précédents, et une petite pierre de plus dans l’édifice de la grammaire du japhug.

Références
Jacques, Guillaume. 2014. Clause linking in Japhug. Linguistics of the Tibeto-Burman Area 37:2:264–328.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Une contrefactuelle en japhug," Panchronica, 17/07/2015, http://panchr.hypotheses.org/362 (ISSN 2494-775X)

Les emprunts du tibétain dans les langues gyalronguiques

Lorsque l’on étudie la phonologie et la morphologie historique (et même synchronique) des langues des régions tibétanisée, la première tâche à réaliser, avant même de comparer les dialectes proches, me semble être l’étude de la stratification et des propriétés des emprunts tibétains. En effet, nous connaissons à peu près l’ancêtre commun des langues tibétaines (le tibétain ancien ayant un statut similaire à celui du latin et des langues romanes), et nous pouvons sans risque de spéculation déterminer les changements phonétiques ayant eu lieu dans le dialecte tibétain donneur, puis la langue emprunteuse après l’assimilation du mot. Ceci nous renseigne à la fois sur la dialectologie ancienne du tibétain (car les dialectes ayant laissé des traces dans les langues gyalronguiques ne sont plus forcément vivants), la phonologie historique du la langue emprunteuse après l’emprunt (car les emprunts ont alors subi les mêmes changements phonétiques que les mots du vocabulaire local), et aussi la morphologie, si des procédés morphologiques ont été appliqués aux emprunts.

J’ai consacré plus de cent pages à ce sujet dans ma thèse, mais ne prétends pas avoir fait le tour du sujet; l’aspect morphosyntaxique de la comparaison entre tibétain et japhug, présenté brièvement dans un article soumis au Journal of Language Contact, est aussi un sujet d’une grande richesse.

Les dialectologues du tibétain peuvent également découvrir de nouveaux mots tibétains non-attestés dans la langue littéraire ou les dialectes (à ma connaissance). Par exemple, il existe en japhug un verbe βzdɤr ‘ajouter de l’huile/du beurre (dans le thé ou la soupe)’, d’où l’on tire le nom possédé tɤ-βzdɤr ‘beurre ajouté dans le thé’, selon un procédé décrit dans Jacques (2014). Ce verbe est forcément emprunté au tibétain, car le groupe βzd- (comme tous les groupes de type βCC ou fCC) n’est pas conforme à la phonotactique des mots hérités.

Il existe en tibétain un nom sdor ‘aliments que l’on mélange au thé, à la soupe thugpa ou au gruau de riz (en particulier, le beurre)’. Or, on peut dériver en tibétain ancien des verbes dénominaux en appliquant à la racine une conjugaison particulière (N- au présent, b-..-s au passé etc), comme dans Ntɕʰu (passé btɕus, futur btɕu, impératif tɕʰus) ‘puiser de l’eau’ tiré de tɕʰu ‘eau’. De sdor, on peut donc tirer un verbe putatif *sdor, passé *bsdor ‘ajouter du beurre au thé », qui, dans la couche ancienne des emprunts (où -or correspond à -ɤr) donne régulièrement βzdɤr. Le japhug préserve donc un rare verbe dénominal perdu ailleurs, et contribue donc aussi à notre connaissance de la morphologie historique du tibétain, car les exemples de verbes de ce type se comptent sur les doigts d’une main.

Références
Jacques, Guillaume. 2014. Denominal affixes as sources of antipassive markers in Japhug Rgyalrong, Lingua 138:1-22.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les emprunts du tibétain dans les langues gyalronguiques," Panchronica, 14/07/2015, http://panchr.hypotheses.org/355 (ISSN 2494-775X)

Les emprunts entre dialectes ou langues proches (1)

Les emprunts à une langue apparentée mais éloignée, comme ceux du tibétain dans les langues gyalrong, sont relativement facile à reconnaître. Identifier ces emprunts, déterminer leurs correspondances avec le tibétain ancien et en déduire les enseignements qu’ils nous apportent sur la phonologie (et la morphologie) historique des langues emprunteuses et du tibétain est même la première tâche que le comparatiste intéressé par ces langues doit entreprendre, car c’est la moins difficile à mener à bien.

Les emprunts entre langues gyalronguiques constituent une question beaucoup plus épineuse: les emprunts entre langues proches obscurcissent les correspondances phonétiques, et selon la quantité de contact, il peut devenir quasi-impossible de déterminer quels sont les mots empruntés et lesquels sont hérités.

En japhug de Kamnyu, on trouve des emprunts clairs au tshobdun tels que qaliaʁ ‘aigle’ (au lieu de *qarɟaʁ, la forme attendue), qro ‘fourmi’ (au lieu de *qroʁ), tɯɟo ‘démon’ (au lieu de *tɯʑu) etc. Ces emprunts sont aisément reconnaissables car (1) ils présentent des correspondances phonétiques spécifiques au tshobdun (2) ils n’apparaissent pas dans les dialectes japhug parlés plus à l’est, où le contact avec le tshobdun est plus occasionnel.

On trouve aussi des mots nécessairement empruntés tels que rkaŋ ‘fort (physiquement)’, apparenté au japhug rko (*-aŋ passe à -o en japhug et en situ dans le vocabulaire hérité). Le changement a-t-il eu lieu d’abord en japhug avant d’opérer en situ? Ou s’agit-il d’un emprunt au tshobdun, avant le passage de *-aŋ à -i dans cette langue? Difficile de trancher.

Un cas où le contact semble avoir obscurci les correspondances est le traitement du *-s final, voir déjà ma thèse pp 249-250:

https://www.academia.edu/968764/Phonologie_et_morphologie_du_japhug_rGyalrong_

Le *-s final passe à -t (au lieu de -z) dans de nombreux mots en japhug, mais pas les mêmes mots selon les dialectes. Dans certains cas, on a -t dans tous les dialectes japhug (jmɯt ‘oublier’), et aussi en zbu (lmît ‘oublier’) alors que le situ (jmə̂s) a un -s. Dans d’autres cas, on a -t seulement dans quelques villages japhug, comme pour le suffixe de passé -t (japhug de Kamnyu), -z (tous les dialectes japhug de Gsar.rdzong et Da.tshang); en dehors du japhug, le -t n’apparaît pas (zbu -z, situ -s). Dans les emprunts au tibétain, certains ont -t correspondant à -s (rɟɤskɤt ‘escalier’ < rgʲa.skas) mais l’immense majorité a -z correspondant au tibétain -s.

Seule une étude détaillée, village par village, des correspondances du *-s final pourra peut-être un jour éclaircir cette question épineuse, qui fait intervenir le contact entre dialectes proches.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les emprunts entre dialectes ou langues proches (1)," Panchronica, 04/06/2015, http://panchr.hypotheses.org/323 (ISSN 2494-775X)

Que reste-t-il de la mythologie pré-tibétaine de la région Gyalrong?

Par comparaison avec les cultures kiranties, qui préservent de riches mythologies peu influencées aussi bien par la culture indo-aryenne que la culture tibétaine (c’est là d’ailleurs un des sujets de recherche principaux du projet Himalco), la culture Gyalrong est très tibétanisée; la quasi-totalité des histoires que j’ai enregistrées sont des versions de contes pan-tibétains, et certaines sont même clairement tirées de sources écrites (c’est notamment le cas de cette histoire qui concerne les râkshasî de Sri Lanka).

Une des seules histoires traditionnelles qui préserve peut-être des traces de mythologie pré-tibétaine est celle-ci, qui traite du vol de l’eau retenue par un dieu de la montagne dans une corne de chèvre (tshɤʁrɯ). Je vais la traduire prochainement.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Que reste-t-il de la mythologie pré-tibétaine de la région Gyalrong?," Panchronica, 23/05/2015, http://panchr.hypotheses.org/307 (ISSN 2494-775X)

Mon travail sur le japhug (1)

La langue japhug est parlée dans la partie tibétaine du Sichuan (par moins de dix mille personnes); j’étudie la variété du village de Kamnyu, situé ici:

J’invite tout d’abord les lecteurs de ce blog à se faire par eux-mêmes une idée de la sonorité de cette langue en consultant le corpus japhug sur l’archive Pangloss.

Je travaille sur le japhug depuis 2002; mon travail consiste à collecter des histoires traditionnelles et des conversations, à compiler un dictionnaire multimédia (qui devrait paraître très bientôt sur le site Pangloss) et à analyser la grammaire de cette langue à travers des livres et des articles. Cette approche boasienne me semble la seule appropriée pour obtenir des données fiables en linguistique et en ethnologie sur les langues et les cultures de tradition orale menacées.

Voici une photographie de mes informateurs principaux, Tshendzin 陈珍 et Dpalcan 柏尔青, prise chez eux en 2012 (malheureusement je suis un piètre photographe). En plus de séjours de terrain presque tous les ans, je suis en contact téléphonique régulier avec eux et d’autres amis de la région.

IMG_0185

Quel est l’intérêt plus général de travailler sur une langue obscure, inconnue du grand public en Chine et même dans les régions tibétaines, où on la considère comme un dialecte bizarre du tibétain?

Tout d’abord, c’est le véhicule de la culture locale. Le corpus d’histoires traditionnelles et de films que j’ai recueilli (transcrit mais pas encore traduit) contient des descriptions originales de la faune et de la flore locale, ainsi que des informations d’un grand intérêt sur les techniques agricoles, de construction de maisons et de tissage.

Ensuite, c’est une langue dont la structure grammaticale est très particulière, voire unique au monde. Le japhug et quelques langues voisines sont les seules langues en dehors des Amériques à avoir un système d’accord de type direct-inverse, font partie des rares langues à la fois verbe-finales et majoritairement préfixantes, les seules langues de Chine à incorporation nominale et quasiment les seules langues d’Eurasie avec un antipassif qui ne soit pas en même temps moyen, autobénéfactif ou réfléchi. Le japhug est la seule langue au monde dont l’inverse marque aussi le générique du sujet transitif. Il a aussi un système très riche d’idéophones, qui donnent à cette langue une forme d’expressivité peu commune.

Enfin, c’est une langue qui présente des traits conservateurs parmi les langues sino-tibétaines du point de vue de la morphologie verbale et de la phonologie. Cette langue permet de mieux comprendre l’histoire de langues littéraires plus « importantes » comme le chinois et le tibétain. Son importance pour la reconstruction de l’histoire des langues sino-tibétaines est comparable à celle du sanskrit pour l’indo-européen. Mais si personne n’oserait se prétendre indo-européaniste sans connaître le sanskrit, le japhug et les autres langues gyalrongs sont malheureusement négligées par les linguistes.

C’est pour cette raison que j’essaie de mettre en place à Paris une équipe de spécialistes de langues gyalronguiques, comprenant pour le moment Lai Yunfan, spécialiste du Khroskyabs et Gong Xun du zbu. Espérons que nous parviendrons à terme à décrire de façon satisfaisante ces langues vulnérables, et à leur donner la place qu’elle méritent en linguistique historique et typologique. Peut-être qu’un jour la connaissance d’une langue rgyalrong, en plus du chinois et du tibétain, sera un pré-requis pour faire un doctorat en linguistique comparée du sino-tibétain, comme c’est le cas avec le sanskrit en indo-européen.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Mon travail sur le japhug (1)," Panchronica, 10/05/2015, http://panchr.hypotheses.org/264 (ISSN 2494-775X)

La parenté des langues et le hasard

Pour de nombreux auteurs écrivant à propos de la parenté des langues dans une perspective générale (comme Campbell et Poser 2008), les ressemblances morphologiques sont considérées comme des indices plus fiables d’une parenté génétique que le vocabulaire commun.

Si même en l’absence d’une quantité significative de vocabulaire commun, l’existence de plusieurs séries communes de paradigmes ou de morphologie irrégulière commune sont des arguments très convaincants (voir par exemple Seefloth 2000 sur l’ouralique et l’eskimo ou Rankin 1996 sur le youtchi et le sioux; voir aussi mon travail non-publié Jacques 2011), il n’en va pas de même de ressemblances dans la morphologie dérivationnelle, même lorsque celle-ci donne l’impression d’un paradigme commun. Un des cas les plus impressionnant est celui des langues ouraliques et des langues « altaïques »: Georg (2011) recense par exemple une vingtaine de suffixes similaires entre une langue ouralique (le tchérémisse) et le turcique, des ressemblances trop fortes pour qu’il puisse s’agir de formes héritées (sans quoi les changements phonétiques auraient rendu ces suffixes, au moins pour une partie d’en eux, assez dissemblables), et il s’agit vraisemblablement en partie de ressemblances fortuites (les suffixes étant pour la plupart constitués d’une seule consonne) et en partie d’affixes empruntés (l’emprunt d’affixes dérivationnels est relativement courant).

Un nouvel exemple amusant de ressemblances purement fortuites entre deux familles non-apparentées (pour lesquelles le contact de langues est exclu) peut être observé entre le sémitique et le sino-tibétain, prenant ici l’akkadien et le japhug comme exemples représentatifs. On trouve en effet les formes suivantes:

* causatif: š-Stamm en akkadien (du proto-sémitique *s selon Huehnergard 2006) et causatif sɯ- en Japhug.
* passif: n-Stamm en akkadien et prénasalisation anticausative en japhug (prɤt > mbrɤt)
* deuxième personne: ta- en akkadien et tɯ- en Japhug

Dans ces trois cas, il s’agit d’affixes (ou de procédés morphologiques) reconstructibles dans les proto-langues respectives (pour le préfixe de seconde personne tɯ- en japhug, cette question est encore controversée; voir Jacques 2012 pour une discussion plus détaillée), et leur fonctions morphosyntaxiques sont relativement proches.

On pourrait multiplier ce type d’exemples avec n’importe quelle paire de famille de langues ayant une morphologie relativement compliquée.

L’existence de telles ressemblances fortuites soulève naturellement une question: comment les distinguer de ressemblances dues au contact ou à une parenté génétique? Je pense qu’on parviendra peut-être un jour à mettre au point un modèle testant les probabilités de ressemblances fortuites entre deux langues, mais pour le moment un tel modèle n’existe pas: les tests qui ont été proposés jusqu’ici l’on été sur le vocabulaire de base (par exemple Manaster-Ramer et Baxter 1999, qui utilise la loi de Poisson). Cet état de fait n’est pas surprenant: il est moins facile de comparer la morphologie entre deux langues que le vocabulaire de façon automatique, car si l’on peut établir des listes de mots comparables entre n’importe quelle paire de langue, il n’en va pas de même dans le cas de la morphologie.

Références
Georg, Stefan. 2011. The poverty of Altaicism, présentation à la journée d’étude « Altaïque ou pas », 10 décembre 2011, INALCO. https://www.academia.edu/1638942/The_Poverty_of_Altaicism

Huehnergard, John. 2006. Proto-Semitic and Proto-Akkadian, in The Akkadian Language in its Semitic Context: Studies in the Akkadian of the Third and Second Millennium BC (ed. G. Deutscher and N.J.C. Kouwenberg; Leiden: NINO). 1–18. https://www.academia.edu/234660/2006_Proto-Semitic_and_Proto-Akkadian

Jacques, Guillaume. 2011. Siouan irregular inflections, unpublished manuscript. https://www.academia.edu/3758247/Siouan_irregular_inflections

Jacques, Guillaume. 2012. Agreement morphology: the case of Rgyalrongic and Kiranti, Language and linguistics 13.1:83-116. https://www.academia.edu/1526166/Agreement_morphology_the_case_of_Rgyalrongic_and_Kiranti

Manaster-Ramer et Baxter. 1999. Beyond lumping and splitting: probabilistic issues in historical linguistics, Symposium on Time Depth in Historical Linguistics, 19–22 August 1999
McDonald Institute for Archaeological Research, Cambridge http://www-personal.umich.edu/~wbaxter/pdf/tdepth.pdf

Rankin, Robert L. 1996. Deeper Genetic Relationships in North America: Some Tempered Pessimism. Proceedings of the Twenty-Second Annual Meeting of the Berkeley Linguistics Society: Special Session on Historical Issues in Native American Languages, pp. 117-128.

Seefloth, Uwe 2000. Die Entstehung polypersonaler Paradigmen im Uralo-Sibirischen. Zentralasiatische Studien, 30, 163-191.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La parenté des langues et le hasard," Panchronica, 04/01/2014, http://panchr.hypotheses.org/134 (ISSN 2494-775X)