Archives par mot-clé : japhug

Carnet de terrain (2016) V

Dans les langues rgyalrongs et kiranties, l’ordre normal pour dire « père et mère » est l’inverse de celui du français, du chinois ou du tibétain; on dit ainsi en japhug a-mu a-wa « ma mère et mon père », avec la mère en premier.

Dans le registre de langue aujourd’hui disparu des nobles (on ne le retrouve guère que dans les histoires traditionnelles) on employait pour désigner les parents les noms d’origine tibétaine -pa ‘père’ et -ma ‘mère’ de ཨ་ཕ་ ʔa.pʰa et ཨ་མ་ ʔa.ma respectivement. Notons que l’absence d’aspiration dans le mot ‘père’ n’est pas un obstacle contre l’étymologie tibétaine: la consonne -p- est en position intervocalique, précédée par le préfixe ʔa-, est n’était pas aspirée dans le dialecte tibétain donneur; à l’inverse, l’expression phama « père et mère » en japhug, non-préfixée, a bien une aspiration comme son équivalent tibétain ཕ་མ་ pʰa.ma.

Or, l’ordre des parents avec ces noms d’origine tibétaine suit celui du tibétain: on dit donc a-pa a-ma « mon père et ma mère » à l’inverse des noms natifs. C’est un cas intéressant qui illustre que l’influence du contact du tibétain sur le japhug ne se limite pas au lexique (à ce propos, voir aussi cet article).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Carnet de terrain (2016) V," Panchronica, 06/07/2016, http://panchr.hypotheses.org/1392 (ISSN 2494-775X)

Carnet de terrain (2016) IV

On trouve en japhug, comme dans les autres langues des régions tibétaines, un type de discours rapporté intermédiaire entre le discours direct et indirect que j’appelle, suivant la terminologie de Tournadre (2008) discours indirect hybride. Le fonctionnement de ce type de discours rapporté est expliqué dans la section 6 (p 24++) de ce document de travail: le verbe de la phrase rapportée prend la forme (personne+temps-aspect-mode) de la phrase originelle, mais les pronoms et les préfixes possessifs sur les noms suit le point de vue du locuteur prononçant la phrase (j’invite les lecteurs de ce blog intéressé d’en savoir plus de se reporter à l’article ci-dessus — je ne peux pas ici présenter le phénomène de façon détaillée).

Ce type de phénomène peut s’étudier au moyen d’un corpus, mais il est quasi-impossible d’en éliciter des exemples. Toutefois, la méthode que j’emploie cette année — traduire des histoires, les faire corriger puis re-raconter, permet de produire de nouveaux exemples de discours indirect hybride sans introduire trop d’artificialité.

Dans l’histoire du petit poucet que je suis en train de traduire (au moment où le personnage éponyme échange les bonnets de ses frères et les couronnes des filles de l’ogre), j’avais tout d’abord écrit (exprès) la phrase suivante:
(1) « iʑora ɯ-me ɲɯ-ŋu-j » a-nɯ-sɯsɤm tɕe a-mɤ-tɤ́-wɣ-ndza-j
1PL 3SG.POSS-fille SENS-être-1SG IRR-PFV-penser[III] CONJ IRR-NEG-PFV-INV-manger-1PL
« Il pensera que nous sommes ses filles et ne nous mangera pas »
avec dans la phrase de discours rapporté (ici les pensées attribuées à l’ogre) la phrase au discours indirect iʑora ɯ-me ɲɯ-ŋu-j « nous sommes ses filles ».

Conformément à mon attente, Tshendzin a corrigé la phrase du discours rapporté comme :

(2) « iʑora ɯ-me ɲɯ-ŋu-nɯ »
1PL 3SG.POSS-fille SENS-être-3PL

avec ici le pronom iʑora représentant le point de vue du petit poucet et la forme du verbe, à la troisième personne du pluriel, le point de vue de l’ogre (comme si l’on disait en français qqch comme « nous sont ses filles »).

Le discours indirect hybride est un phénomène délicat à étudier car son usage n’est jamais obligatoire; l’option d’utiliser le discours direct est toujours possible, et les bons exemples dans les textes ne sont pas en très grande quantité. Le discours indirect en revanche (comme dans l’exemple (1) ci-dessus) est mal toléré par les locuteurs, et tend à être corrigé en discours indirect hybride. L’élicitation par correction est donc un moyen de collecter davantage d’exemples de ce curieux phénomène, afin de pouvoir en proposer une description plus complète.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Carnet de terrain (2016) IV," Panchronica, 05/07/2016, http://panchr.hypotheses.org/1387 (ISSN 2494-775X)

Carnet de terrain (2016) III

Malgré l’omniprésence du chinois, une oreille avertie qui passe dans la rue à Mbarkham peut facilement repérer des conversations bien vivantes en situ, en japhug, en tshobdun et aussi en tibétain amdo. Cette diversité linguistique est précieuse mais potentiellement fragile; qu’en sera-t-il dans cinquante ans?

Parmi les découvertes d’aujourd’hui…

Les langues rgyalrong sont extrêmement verbo-centriques, et en comparaison avec la morphologie verbale, la morphologie nominale fait pâle figure. On trouve toutefois des noms à la structure intéressante. J’ai appris aujourd’hui le mot sɤqrɤcha qui désigne l’alcool d’orge que l’on offre aux invités lors des mariages. Ce mot n’est plus du tout employé et est tombé dans l’oubli, mais nous l’avons retrouvé dans une histoire enregistrée en 2003. C’est un composé de cha ‘alcool’ avec le participe oblique de qru ‘recevoir des hôtes, aller accueillir’, sɤ-qru à dans sa valeur instrumentale ‘ce qui sert à recevoir les hôtes’. Ce participe, servant de premier membre de composé, se met à l’état construit sɤqrɤ- (avec le changement régulier u > ɤ).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Carnet de terrain (2016) III," Panchronica, 03/07/2016, http://panchr.hypotheses.org/1381 (ISSN 2494-775X)

Carnet de terrain (2016) II

Le travail linguistique à Mbarkham est peu éprouvant physiquement, et l’on peut y bénéficier du même confort moderne que dans une grande ville, au point qu’on hésite un peu à parler de « terrain », en comparaison notamment avec le Népal. Mis à part des problèmes d’indigestion, et un morceau de dent que j’ai perdu en 2014 (en mangeant une « pizza » qui contenait un clou — Gong Xun a été témoin de l’incident), je n’ai jamais vraiment souffert lors de mes séjours ici et n’ai pas d’histoire pittoresque à raconter contrairement à certains de mes collègues.

Néanmoins, le terrain réserve des petites surprises auxquelles il faut être préparé. Mon enregistreur (un Tascam DR-100) refuse aujourd’hui sans crier gare de se connecter à l’ordinateur par le câble à prise USB (je passe sur les détails). C’est la première fois qu’un tel accident m’arrive, mais Alexis Michaud que j’ai contacté, m’a appris que ce problème survient parfois avec les enregistreurs. Il est heureusement possible de contourner cet ennui en utilisant un lecteur de carte mémoire. Dans une ville comme Mbarkham où les magasins de portables poussent comme des champignons dans la rue principale, on aurait pu s’attendre à ce que des lecteurs de carte soient faciles à trouver, mais j’ai dû passer par une dizaine de magasins avant d’en trouver un. Moralité: ayez toujours un lecteur de carte mémoire avec vous quand vous partez sur le terrain, en plus de votre enregistreur.

Parmi les découvertes intéressantes d’aujourd’hui…

Une des façons d’exprimer le superlatif en japhug est d’utiliser une construction où le verbe principal est combiné avec un verbe existentiel négatif tel que me ou maŋe, comme dans l’exemple suivant, tiré d’une histoire:

(1) aʑo nɯ kɯ-fse tu-sɯz-a me
1SG DEM NMLZ:S/A-être.ainsi IPFV-savoir ne.pas.exister
‘Il n’y a rien que je connaisse mieux que ceci.’

Le verbe sɯz ‘savoir’ sélectionne normalement la direction ‘vers le bas’, et son imperfectif régulier est donc pjɯ-sɯz-a. Si l’on utilise cette forme, la portée de la négation change, et le sens de la phrase avec:

(2) aʑo nɯ kɯ-fse pjɯ-sɯz-a me
1SG DEM NMLZ:S/A-être.ainsi IPFV-savoir ne.pas.exister
‘Je ne connais rien de tel.’

étonnant, non ?

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Carnet de terrain (2016) II," Panchronica, 02/07/2016, http://panchr.hypotheses.org/1377 (ISSN 2494-775X)

Carnet de terrain (2016) I

Je suis arrivé à Mbarkham hier pour continuer mon étude du japhug, en particulier corriger les transcriptions des histoires enregistrées les années précédentes, parfaire ma connaissance pratique de la langue et enregistrer de nouvelles histoires. Je vais essayer de maintenir un carnet de terrain pour présenter en direct mes réflexions et les données intéressantes que je découvre.

J’ai essayé cette année une nouvelle manière de produire de nouvelles histoires; je traduis tout d’abord une histoire en japhug (j’ai commencé par le petit poucet), et je la corrige phrase par phrase avec Tshendzin, puis après correction complète, je lui demande de raconter l’histoire à nouveau avec ses propres mots. Le résultat aujourd’hui a été très satisfaisant (mais le morceau d’histoire ne faisait que 4 minutes, ce qui est somme toute très court).

Parmi les découvertes intéressantes d’aujourd’hui, je mentionnerais le verbe mdɯt ‘vouloir de tout son cœur réussir à X’, qui dérive selon moi du verbe intransitive mdɯ ‘atteindre’ par l’ajout du suffixe -t d’applicatif. C’est le deuxième exemple d’applicatif en -t en japhug après le verbe ɣɯt ‘apporter’ (ceux-ci sont beaucoup plus courants en kiranti, voir cet article). Ce verbe est donc d’un grand intérêt pour la morphologie historique des langues rgyalronguiques.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Carnet de terrain (2016) I," Panchronica, 30/06/2016, http://panchr.hypotheses.org/1370 (ISSN 2494-775X)

La guimbarde au pays Rgyalrong

En lisant cet article sur les voyelles uvularisées du rma du nord, je tombe sur le mot ʁdʐuʶ « guimbarde », qui me rappelle le japhug ʑɴɢro de même sens — notons que les rimes -u du rma du nord et -o du japhug remontent toutes deux à *-aŋ. Le groupe ʁdʐ- doit résulter de façon assez triviale de l’affrication d’un ancien groupe *ɴɢr-.

S’agit-il d’un cognat ou d’un emprunt ancien? Cet instrument (traditionnellement joué par les femmes) n’a plus été en usage dans la région Japhug depuis plus de cinquante ans, mais semble plus utilisé dans le sud de la région Rgyalrong et chez le Qiang/Rma.

Notons que de l’autre côté de l’Himâlaya, chez les khalingois, la guimbarde joŋbem योङ्‍बेम् est un objet culturel important omniprésent durant les festivités.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La guimbarde au pays Rgyalrong," Panchronica, 05/06/2016, http://panchr.hypotheses.org/1341 (ISSN 2494-775X)

Une famille de mot en tibétain

Dans ce billet, je vais esquisser les relations étymologiques dans une famille de mots particulière en tibétain, et montrer comment les langues gyalrongs peuvent éclairer l’étymologie tibétaine d’une façon qu’une étude interne ne permettrait pas. Le raisonnement présenté ici part de l’idée que les langues gyalronguiques préservent de façon productive des préfixes de nominalination et de dénominalisation qui ont cessé d’être productifs en tibétain mais dont on peut trouver des traces.

Partons dela paire constituée de la forme grib གྲིབ་ (attestée dans grib གྲིབ་ « impureté » et grib.ma གྲིབ་མ་ « ombre ») d’une part et de srib སྲིབ་ ubac (notons aussi sa.srib ས་སྲིབ་ « crépuscule ») d’autre part. Il n’est pas difficile d’admettre que ces deux étymons /grib/ (sens originel probablement * »chose sombre ») et /srib/ (* »endroit/moment sombre ») sont dérivés d’une même racine (signifiant « sombre ») par des préfixes différents g- et s-.

Or, on remarque que les sens impliqués par ces préfixes g- et s- correspond en tous points à ceux des préfixes de nominalisation des langues gyalrong, où kɯ- s’emploie pour les participes sujets et objets, et sɤ- pour les participes obliques, comme l’explique entre autres cet article. Notons que ces préfixes semblent relativement bien attestés dans de nombreuses langues de la famille trans-himâlayenne/sino-tibétaine (voir cet article de Linda Konnerth). On trouve des traces de ces préfixes en tibétain, comme je l’ai suggéré dans cet article.

De grib གྲིབ * »chose sombre, ombre » on dérive ensuite, comme je l’ai déjà suggéré dans cet article, les verbes dénominaux sgrib སྒྲིབ་ « obscurcir » et ɴgrib འགྲིབ་ « diminuer, être caché » — notons qu’ici, le préfixe s- n’est pas selon moi un causatif qui dérive sgrib སྒྲིབ་ « obscurcir » de ɴgrib འགྲིབ་ comme on l’analyse habituellement: ces deux verbes sont indépendamment dérivés du nom (lui-même dérivé d’un verbe statif).

La racine *rib d’où dériveraient grib et srib quant à elle n’est pas directement attestée sous sa forme nue, mais l’on en trouve plusieurs traces:
(a) rab.rib རབ་རིབ་ « flou, sombre; maladie des yeux qui rend aveugle(cataracte?) », variante hrab.hrib ཧྲབ་ཧྲིབ་
(b) mun.rub མུན་རུབ་ « obscurité, crépuscule »

La forme (a) est rédupliquée d’une racine *rib par un processus courant CVC > CaC.CVC. Pour la forme (b), l’hypothèse d’une relation étymologique est plus contestable, car elle implique (1) une harmonie vocalique *mun.rib > mun.rub (il semble y avoir d’autres exemples, mais ce n’est pas un processus productif) et (2) la syllabe rub résultante de cette harmonie aurait été réanalysée comme une nouvelle racine « sombre », et intégrée dans d’autres mots tels que sa.rub ས་རུབ་ « crépuscule ».

Je pense donc que l’hypothèse d’une racine *rib « sombre » d’où dérivent tous ces mots par des processus non productifs mais attestés est possible. La chaîne de dérivation serait:

*rib
> rab.rib
> srib
>> sa.srib
> grib
>> grib.ma
>> sgrib
>> ɴgrib

La racine *rib « être sombre » proposée ici aurait-elle des cognats ailleurs? En japhug soit ta-ʁjɯβ « ombre » soit ta-ʁrɯm « reflet, lumière, ombre projetée » pourraient être des cognats potentiels, mais ces hypothèses sont difficiles à tester pour le moment, tant que nous ne comprenons pas mieux les langues gyalronguiques dans leur ensemble.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Une famille de mot en tibétain," Panchronica, 14/05/2016, http://panchr.hypotheses.org/1273 (ISSN 2494-775X)

Un petit détour par le tujia (1)

Le tujia est, de toutes les langues sino-tibétaines autres que le chinois, celle qui est parlée le plus au nord-est, dans deux enclaves au milieu de variétés diverses de langues chinoises et de langues hmong-mien, dans le département de Luxi 泸溪县 et celui de Longshan 龙山县 au Hunan.

Il existait encore il y a quelques années un site bilingue (anglais-chinois) avec un corpus multimédia de textes maintenu par Cecilia et Philip Brassett, mais il semble s’être évaporé, ce qui montre l’intérêt de sites avec un fort soutien institutionnel comme celui de Pangloss, qui a de bonnes chances de pérennisation.

Il existe un grand nombre de sources imprimées sur cette langue, et même des articles sur des sujets spécifiques (comme par exemple Xu 2008, pour citer une publication en anglais).

Du fait de sa position géographique, le tujia suscite une interrogation. Il s’agit très vraisemblablement d’un reliquat des langues qui recouvraient l’essentiel du Hunan et de l’est du Sichuan actuels (les royaumes de Ba 巴, Shu 蜀 et Chu 楚 de l’antiquité) plutôt qu’une incursion venant de l’ouest dans une région habitée par des Chinois. A ce titre, sa position phylogénétique est potentiellement intéressante.

Malheureusement (pour ceux qui veulent avoir des réponses rapides) et heureusement (pour ceux qui aiment les mystères et les recherches de longue durée), le tujia est comme les langues na une langue à la phonologie très érodée, qui a perdu les groupes de consonnes initiaux et les consonnes finales, et les lois phonétiques la reliant aux langues plus conservatrices de la famille sont tout sauf évidentes.

En utilisant les données de Chen Kang (2006), qui a l’avantage de présenter une liste de mots avec les deux « dialectes » (de Longshan et de Luxi) en regard, j’ai recherché les mots potentiellement apparentés au japhug, au tibétain et au chinois, y compris les nombreux emprunts à différentes variété de langues chinoises (qui sont très nombreux). Pour ceux qui veulent en savoir plus, le STEDT contient des données lexicales de deux variétés de Tujia, des données proches de celles de la source que j’ai utilisée.

Lorsque l’on étudie une langue de ce type, c’est bien évidemment par les emprunts qu’il faut commencer. La difficulté dans le cas du tujia est qu’il convient de connaître le chinois xiang de Jishou, une langue qui présente la particularité de préserver les voisées du chinois moyen, un archaïsme très inhabituel. Ainsi, lorsque l’on trouve des mots à voisées en Tujia de Luxi (celui de Longshan a perdu les voisées) correspondant aux voisées du chinois moyen, comme bu21 dau21 ‘raisin’ (bu daw 葡萄), il ne faut pas conclure qu’il s’agit nécessairement d’un emprunt datant d’avant la dynastie Ming.

Les mots potentiellement cognats sont plus difficiles. Certains restent relativement reconnaissables, comme le tujia de Luxi a21 si55 ‘pou’ dont la deuxième syllabe est presque certainement cognate (entre autres) avec le japhug zrɯɣ et le tibétain ɕig (voir cet article à propos du groupe initial dans ce mot).

Dans d’autre cas, il faut supposer des lois phonétiques non triviales — par exemple dzi35 « riz, nourriture » (tujia du nord tsi21) est vraisemblablement apparentée à la racine du japhug ndza « manger » et du tibétain za de même sens, ce qui suggère (à moins qu’un suffixe dental soit passé par là) une loi phonétique *-a > -i au moins devant affriquée dentale. Cette hypothèse gagne en plausibilité lorsque l’on découvre d’autres mots comme si35 « viande » (tibétain ɕa ‘viande’), tsi21tsi21 « neveu » (japhug tɯ-ftsa, tibétain tsʰa.bo) etc.

Enfin, on trouve des cas plus acrobatiques. Que dire par exemple de dzi33 « cochon »? Il est tentant de le rapprocher aussi de la racine verbale « manger », mais la différence de ton avec dzi35 « riz, nourriture » cité plus haut n’est pas facilement explicable.

(à suivre)
Référence
陈康 2006. 土家语研究。北京:中央民族大学出版社
Xu Shixuan 2008. Relative clauses in Tujia. Language and Linguistics.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Un petit détour par le tujia (1)," Panchronica, 20/04/2016, http://panchr.hypotheses.org/1247 (ISSN 2494-775X)

Les phrases complétives en japhug

J’ai commencé à travailler sur un article à propos des phrases complétives en japhug, qui est un des derniers points majeurs de la grammaire, après les relatives, les comparatives, les subordonnées circonstancielles et l’évidentialité que j’ai besoin de défricher avant de pouvoir me mettre à la rédaction de la grammaire complète de la langue (ma précédente grammaire est toujours utile, mais déjà périmée).

Le japhug a des phrases infinitives avec dans le cas de certains verbes des restrictions de coréférence similaires à celles qu’on observe en français (je pense venir : le sujet de la phrase principale est nécessairement le même que de celle de la subordonnée infinitive).

La complémentation en japhug pourrait donc sembler un sujet relativement ennuyeux, d’autant qu’il existe déjà un très bon article sur le même sujet à propos du tshobdun, une langue très proche. Toutefois, lorsque l’on étudie ce sujet vraiment en détail, on peut trouver dans le corpus des phrases intéressantes dont je n’aurais pas soupçonné l’existence. Pour illustrer le type de phénomènes que l’on peut observer, et que je vais traiter dans cet article, je ne prendrai qu’un seul exemple.

En japhug, le verb mŋɤm ‘avoir mal’ ne peut pas accepter comme sujet (pour une définition de « sujet » en japhug, voir cet article) qu’une partie du corps (jamais un être humain, en particulier une première ou une deuxième personne), et on exprime la personne qui ressent la douleur par un préfixe possessif sur le nom:
(1) a-xtu ɲɯ-mŋɤm
1SG.POSS-ventre SENS-avoir.mal
« j’ai mal au ventre. »

Toutefois, on trouve la complétive suivante:
(2) aʑo pɯ-xtɕɯxtɕi-a ʑo ri tɯxtɤŋɤm nɯ-atɯɣ-a tɕe, nɯ kɤ-mŋɤm pɯ-rɲo-t-a
1SG PST.IPFV-être.petit-1SG EMPH LOC dysenterie, PFV-rencontrer-1SG CONJ DEM INF-avoir.mal PFV-faire.l’expérience.de-PST:TRANSITIF-1SG
« Quand j’étais petite, j’ai eu (une fois) la dysenterie, j’ai souffert (de douleurs aux ventre) ».

(NB: Ici on peut rajouter a-xtu « mon ventre » avant kɤ-mŋɤm INF-avoir.mal)

Qu’y a-t-il d’étrange dans la phrase (2)? L’infinitif en kɤ- est employé alors qu’il n’y a pas de coréférence entre le sujet de l’infinitive et celui du verbe de la phrase matrice (rɲo ‘faire l’expérience de’, qui a un sens proche de 曾经 en chinois), la coréférence est entre le sujet de la phrase matrice et le possesseur du sujet dans l’infinitive.

En d’autres mots, c’est comme si en français, à côté de la construction:
(3) Il me faut du temps.
le seul moyen de mettre (3) au futur périphrastique en « aller faire » était de dire:
(4) Je vais falloir du temps.
au lieu de « Il va me falloir du temps ».

Étonnant, non ?

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les phrases complétives en japhug," Panchronica, 12/04/2016, http://panchr.hypotheses.org/1095 (ISSN 2494-775X)

Skype: un outil pour la linguistique de terrain

Avec la généralisation des téléphones portables et parfois même des connexions internet dans les régions reculées du globe, il devient possible de garder contact avec ses informateurs entre deux terrains, ce qui a un intérêt social (ne pas s’oublier les uns les autres), linguistique (avoir une occasion de parler la langue) et académique (pouvoir poser des questions sur des points précis sans avoir à languir pendant des mois avant d’avoir la réponse).

Avec skype, il est possible d’entregistrer l’ensemble de la conversation au moyen d’outils tels que mp3 Skype Recorder que j’utilise personnellement (mais beaucoup d’autres programmes permettent de faire la même chose). Avantage additionnel: les voix des deux interlocuteurs sont séparées sur deux pistes, ce qui est utile lorsque les deux parlent en même temps, ce qui arrive souvent lors d’une conversation. Même pour parler de la pluie ou du beau temps, ce type de conversation peut être utile et révéler des phrases intéressantes et inattendues.

Même lorsque nos informateurs n’utilisent pas d’ordinateur, il est possible d’appeler un portable par skype. Le prix est assez prohibitif pour des pays comme le Népal, mais pour l’ensemble de la Chine, y compris les régions Gyalrong, les tarifs sont tout à fait abordables. J’appelle presque toutes les semaines Tshendzin au téléphone pour bavarder et poser quelques questions. Certaines des phrases obtenues de cette façon ont été incluses dans la version multimédia du dictionnaire japhug.

La qualité sonore de ce type de fichier son est évidemment assez mauvaise, mais pour les questions autres que celles de phonologie et de phonétique, elle est relativement suffisante si l’on connait déjà la langue (il fait s’attendre toutefois à avoir des problèmes avec les fricatives dont la friction est à des fréquences dépassant 4000 Hz; il peut être parfois difficile de distinguer par exemple entre [z] et [ʐ]). Cette méthode est en revanche naturellement tout à fait inacceptable pour des articles de phonétique, et je suis assez choqué de voir que des articles comme celui-ci, où « Due to difficult access into the language area, all audio recordings were obtained by Skype transmission », ait pu avoir été publiée dans une revue de phonétique.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Skype: un outil pour la linguistique de terrain," Panchronica, 10/04/2016, http://panchr.hypotheses.org/1089 (ISSN 2494-775X)

Une métonymie inattendue

Il y a quelques jours, Alex François m’a fait part d’un changement sémantique curieux de certaines langues de Vanuatu, où le verbe « dormir » vient d’une racine signifiant certainement « ronfler ». Dresser un inventaire de changements sémantiques saugrenus de ce type promet d’être à la fois amusant et instructif.

Mon fils de deux ans et demi désigne en ce moment le mucus nasal par le terme 鼻孔 bikong « narine »; une métonymie de ce type s’est apparemment produite dans le sens inverse en zbu, où le mot pour « nez » –sɲîv provient de la racine pour « mucus nasal », attestée par le japhug –ɕnaβ « mucus »(voir ma thèse p. 240); la directionalité est ici confirmée par le cognat tibétain སྣབས་ snabs de même sens. Il faut noter que l’étymon « mucus » est probablement un ancien composé dont le premier élément est « nez », -ɕna en japhug et སྣ་ sna en tibétain; la ressemblance phonétique entre « mucus » et « nez » dans l’ancêtre du zbu a pu contribuer à cette confusion.

Les lecteurs de ce blogs connaissent-ils des exemples comparables?

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Une métonymie inattendue," Panchronica, 24/03/2016, http://panchr.hypotheses.org/961 (ISSN 2494-775X)

Un cas de dégrammaticalisation? L’étymologie du nom ɯ-thoʁ « le sol » en japhug

Le japhug ɯ-thoʁ « le sol, par terre » n’est pas un nom comme les autres: il est anormal en ayant un préfixe de troisième personne obligatoire ɯ-, ce qui est peu commun pour un nom désignant le sol. Depuis longtemps, je me posais des questions sur son étymologie, et je crois avoir trouvé la solution.

En tibétain, la syllabe ཐོག་ tʰog, parmi de nombreux autres sens, peu signifier ‘le dessus’, et s’emploie communément comme nom relateur signifiant « sur », en combinaison avec les cas terminatif (ཐོག་ཏུ་ tʰog.tu) et allatif (ཐོག་ལ་ tʰog.la).

Il peut s’employer en particulier pour dire « sur le sol » ou « sur la terre », comme dans སའི་ཐོག་ཏུ་ sa’i tʰog tu (ce n’est pas la manière la plus courante de le dire, je le reconnais, mais c’est attesté). Mon hypothèse est que le japhug a:

(1) Emprunté ཐོག་ tʰog sous la forme attendue ɯ-thoʁ (avec un préfixe de troisième personne comme tous les noms relateurs) dans le sens de « sur ». Il était en compétition avec le mot local ɯ-taʁ « sur » — ce n’est pas très surprenant pour cette langue, où l’on a aussi deux formes en compétition pour le datif, ɯ-phe et et ɯ-ɕki.

(2) Ce nom relateur a dû être souvent employé dans une collocation « sur la terre », peut-être *sɤtɕha ɯ-thoʁ zɯ (avec le zɯ locatif), et a fini par se spécialiser et se restreindre à cette expression. Noter que le japhug utilise le nom tibétain ས་ཆ་ sɤtɕha pour désigner la terre, aussi bien comme matériau que comme extension spatiale.

(3) L’expression *sɤtɕha ɯ-thoʁ zɯ « sur la terre » est réduite en ɯ-thoʁ zɯ « sur la terre », une forme attestée.

(4) On crée par dérivation inverse ɯ-thoʁ « le sol » de ɯ-thoʁ zɯ « sur la terre ».

Cette idée explique le préfixe bizarre dans ce nom ainsi que son étymologie; à ma connaissance il n’existe pas d’étymologie locale potentielle. Je suis curieux de savoir si les lecteurs connaissent des cas similaires dans les langues qu’ils étudient.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Un cas de dégrammaticalisation? L’étymologie du nom ɯ-thoʁ « le sol » en japhug," Panchronica, 06/03/2016, http://panchr.hypotheses.org/904 (ISSN 2494-775X)

Les animaux domestiqués des proto-sino-tibétains

Parmi les rares mots apparentés entre langues gyalrong et chinois (si l’on exclut les emprunts récents et les emprunts passés par le tibétain), on trouve quatre ou cinq mammifères domestiques (le cinquième étant plus spéculatif):

(1) « mouton »:
japhug qaʑo < *-jaŋ « mouton » (qa- est un préfixe de noms d’animaux)
chinois 羊 *jaŋ « ovin » (je pense qu’il faut reconstruire un *j primaire ici en chinois — cette solution diffère de celle de de Baxter/ Sagart, mais je prépare un article sur la question où ce problème sera discuté).

(2) « vache »:
japhug nɯŋa < *-ŋwa (l’élément nɯ- est à mon avis l’état construit de tɯ-nɯ « sein » c’est à dire « la vache à pis »)
chinois 牛 *ŋwə.

(3) « yak »:
japhug qambrɯ « yak mâle » < *mru)
chinois 犛 *mˁrə

(4) « cheval »:
japhug mbro < *mraŋ)
chinois 马 *mˁraʔ

(5) « cochon »:
Laurent Sagart propose que l’étymon correspondant au japhug paʁ « cochon » soit apparenté au chinois 富 *pək-s « riche » ce qui fonctionne phonétiquement et n’est pas absurde du point de vue sémantique, même si cette étymologie ne peut se mettre au même plan que les autres.

Les noms du yak et le cheval sont clairement des Wanderwörter: leur phonologie se correspond mal entre branches éloignées du sino-tibétain, et l’archéologie ne semble pas indiquer une origine suffisamment ancienne pour justifier l’hypothèse que la domestication de ces animaux pré-daterait la séparation du sino-tibétain (voir par exemple cet article sur le yak).

En revanche, les autres mot semblent se conformer aux lois phonétiques des cognats; notamment, le *ə du chinois correspond bien au *a du proto-gyalrong.

Il n’y a guère de doute que la domestication du cochon est très ancienne en Asie orientale; pour le mouton et la vache en revanche, la question est plus compliquée. J’avais l’impression jusqu’ici que les trace d’ovins et de bovins dans les sites archéologiques chinois étaient trop tardifs pour supposer que les proto-sino-tibétains avaient déjà domestiqués ces animaux, et qu’il ne pouvait s’agir que de mots voyageurs très anciens.

Néanmoins, au moins certains travaux indiquent qu’une domestication indépendante de bovins aurait eu lieu en Chine du nord, ce qui pourrait malgré tout ne pas exclure d’office l’hypothèse que le chinois 牛 *ŋwə soit bien un cognat du gyalrong *ŋwa.

Les étymons correspondant au chinois 牛 *ŋwə et 羊 *jaŋ « ovin » sont toutefois mal attestés dans la famille sino-tibétaine. En kiranti par exemple, on ne trouve de cognat que pour « cochon » (Khaling पो: pô: < *pɑk); pour les ovins, les mots sont empruntés à des langues indo-aryennes (bhēnde « mouton » est un emprunt ancien au népali भेडा bheɖa « mouton ») et le mot pour la vache semble spécifique aux langues kiranti (khaling बै: bʌ̂j, Limbu pit < *bit). La question de la reconstructibilité des noms de mammifères domestiques en ST est donc un problème assez compliqué.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les animaux domestiqués des proto-sino-tibétains," Panchronica, 27/02/2016, http://panchr.hypotheses.org/721 (ISSN 2494-775X)

Les relatives à tête interne en japhug

Parmi les nombreux phénomènes grammaticaux passionnants que l’on observe en japhug, l’un des plus courants dans les textes est la présence de relatives à tête interne, c’est à dire où l’élément relativisé (l’antécédent en terme de grammaire traditionnelle, mais dans ce cas précis ce terme est impropre) n’est ni extraposé à gauche de la relative (comme dans les relatives postnominales du français) ni à sa droite (comme dans les prénominales du chinois par exemple), mais se situe dans la subordonnée à la même place (et avec le même marquage casuel) que dans une phrase indépendante. L’exemple suivant, tiré de cet article, illustre un exemple de relative à tête interne typique: qajɣi ‘pain’ est l’élément relativisé, mais il est pourtant placé entre le sujet (ɬamu kɯ) et le verbe, ici à une forme participiale (nɯ-kɤ-mbi ‘ce qu’elle lui avait donné’). (NB: je m’excuse d’insérer un image, mais il n’y a pas de moyen efficace de présenter des exemples glosés alignés autrement sur hypothèse.org).

Ce type d’exemple est très courant, mais les plus déroutants sont ceux où le verbe est en plus à une forme finie, comme le suivant:

où rien n’indique (à part le démonstratif , mais celui-ci n’est pas obligatoire), qu’il s’agit d’une phrase subordonnée.

Les relatives à tête interne sont relativement peu courantes dans les langues du monde; elles sont bien connues en navajo ou en lakota, mais parmi les langues à grande diffusion il n’y a guère que le japonais où elles sont censées exister (et encore, ce n’est certainement pas le type de relative le plus courant dans cette langue).

Or, dans la région tibétaine et aux alentours, elles sont omniprésentes, de l’ao naga jusqu’au japhug en passant par le tibétain de Lhasa (mais pas les langues kiranti à ma connaissance). L’étendue aréale de ce phénomène et aussi son histoire est un sujet qui mériterait une étude plus approfondie (et pour cela, outre des descriptions de langues modernes, nous aurions besoin d’une analyse de l’histoire des constructions relatives dans les textes tibétains de l’époque impériale jusqu’à maintenant; des volontaires?).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les relatives à tête interne en japhug," Panchronica, 20/02/2016, http://panchr.hypotheses.org/836 (ISSN 2494-775X)

Qui et quoi?

Même si l’on peut avoir des réserves sur la notion de vocabulaire de base (un peu trop simpliste à mon goût), il est indéniable que certains éléments lexicaux sont moins facilement remplaçables ou empruntables que d’autres, et que le sens des mots les plus résistants aux changements tend à se retrouver dans des langues non-apparentées historiquement.

Toutes les langues n’ont pas d’opposition entre des interrogatifs « qui » et « quoi » (human/non-humain) (voir la thèse de Dmitry Idiatov à ce sujet). Pour celles qui ont cette opposition, je me disais a priori que l’interrogatif « quoi », étant donné sa grande fréquence, serait plus stable que « qui ». Cette idée est toutefois peut-être démentie par les données.

La liste de Leipzig-Jakarta place certes « qui » au-dessus de « quoi », ce qui semble indiquer que le premier est moins facilement empruntable, mais la fiabilité de la base de données sur lesquelles ces mesures ont été obtenues est contestable (notamment pour le chinois, j’imagine aussi pour d’autres langues), et d’autre part la significativité statistique d’une différence de rang dans cette liste devrait d’abord être calculée.

Je ne vais pas proposer ici une démonstration bien étayée du caractère plus « basique » du pronom interrogatif « qui » par rapport à « quoi », mais quelques indices qui vont dans ce sens:

(a) Dans les langues sino-tibétaines, le pronom « qui » est remarquablement stable (japhug ɕɯ < *ɕu, Tibétain su སུ་, Khaling sʉ̂: स्यु: etc). Les langues ayant perdu cet étymon, comme le chinois, sont vraiment la minorité. En revanche, il n’est pas évident de reconstruire un interrogatif « quoi » (un candidat potentiel est Japhug (dialecte de rqaco) thi, tibétain tɕʰi ཆི་ (Amdo tɕʰə), limbou the etc, mais il est beaucoup moins répandu)
(b) Je connais plusieurs cas de langues ayant emprunté le pronom « quoi », mais qui préservent le pronom « qui ». Par exemple le japhug de Kamnyu a tɕʰi qui ne peut être qu’un emprunt à une forme de tibétain; les autres dialectes japhug ont soit tsʰi (Mangi), tʰi (Rqaco) ou xto (les dialectes de Sarndzu et Tatshi que j’appelle « xtokaviens »…). Je ne connais pas de cas opposés, où « qui » serait emprunté et « quoi » hérité (mais si des lecteurs connaissent des contre-exemples, ils sont bienvenus de les mentionner).
(c) Plus anecdoctique, mon fils Archimède qui commence à parler (il a deux ans) utilise « qui » pour désigner à la fois humains et non-humains (il neutralise donc l’opposition au profit de la forme utilisée pour les humains). J’ignore presque tout des travaux sur l’apprentissage du langage, mais j’imagine que ce doit être courant.

D’un certain point de vue, étant donné l’anthropocentrisme des grammaires humaines (ce que montrent en particulier les systèmes direct-inverse), il n’est pas surprenant que les lexèmes et morphèmes grammaticaux faisant référence aux humains soient plus stables que ceux qui font référence aux inanimés ou aux animés non-humains.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Qui et quoi?," Panchronica, 28/12/2015, http://panchr.hypotheses.org/691 (ISSN 2494-775X)