Archives par mot-clé : japhug

Un dissyllabe commun entre tangoute et gyalrong

Le tangoute a une postposition dissyllabique ɣwə²rjir² (5416-567) 𘁞𗙷 « devant » très courante dans les textes; j’avais déjà dans mon ouvrage de 2014 proposé un lien étymologique entre la syllabe rjir² (567) 𗙷 et la dernière syllabe du japhug ɯ-ʁɤri « devant », considérant le ɣwə² comme un dérivé du mot « tête ». Toutefois, il m’apparaît à la réflexion que les deux syllabes de ce mot sont cognates avec celle du japhug: le ɣwə² peut tout à fait correspondre à la syllabe ʁɤ-, surtout au vu d’un travail de Gong Xun (dont je ne peux pas dire plus car il est actuellement en relecture anonymisée).

Nous avons donc un nouveau composé dissyllabique dont les deux membres sont cognats entre le tangoute et une autre langue rgyalronguique, un indice de plus de l’appartenance du tangoute à ce sous-groupe.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Un dissyllabe commun entre tangoute et gyalrong," Panchronica, 06/12/2017, http://panchr.hypotheses.org/2077 (ISSN 2494-775X)

Un ancien système quinaire en sino-tibétain?

Les numéraux entre « deux » et « neuf » sont généralement cognats entre les langues ST, du moins pour les langues qui préservent leurs numéraux natifs. Parmi ceux-ci, « deux » et « sept » ont des ressemblances qui ont permis de suggérer (j’ignore qui l’a fait en premier) que le système actuel recouvre une ancienne base quinaire.

En japhug, la ressemblance entre ʁnɯz « deux » et kɯɕnɯz « sept » est indéniable, mais les deux numéraux n’ont pas la même rime dans toutes les langues rgyalrong (en situ de cogtse kəniɛ̄s  » deux » et kəɕnə̄s « sept », en bragdbar kənə̂s « deux » et kəɕnɐ̄ʔs « sept »), ce qui minimise la ressemblance, et suggère qu’il pourrait s’agir d’un hasard.

Le numéral « deux » a une coda -s dans les langues qui préservent cette finale, mais le lolo-birman (birman hnac, une rime qui peut provenir de *-ik ou peut-être *-it) est reconstruit avec une coda *-k. En chinois, 二 ɲijH peut provenir de *nis, mais il n’est pas possible non plus d’exclure *nits (si l’on accepte l’hypothèse quinaire, a vu de « sept » 七 tsʰit, dont l’initiale peut venir d’un groupe contenant *ṇ). Peu de langues de la famille préservant le *-s final, il est difficile de réconcilier ces formes.

Même en japhug, langue où ʁnɯz « deux » présente une coda sifflante, on trouve plusieurs formes apparentées sans -z. C’est le cas du duel ni (voir cet article), dont il est difficile d’imaginer qu’il n’ait aucune relation avec ʁnɯz, mais aussi de ʁnaʁna « les deux ». Le quantifieur duel ni pourrait provenir d’une forme phonétiquement rabotée de ʁnɯz (à une époque précédant le changement *-is > -ɯz), mais il pourrait aussi s’agir d’une forme primaire n’ayant pas été préfixée de ʁ- (dont le statut préfixal est confirmé par son absence dans sqa-m-nɯz « douze ») et suffixée de -z, quel que soit l’origine étymologique de ces affixes. La forme ʁnaʁna « les deux », avec un ablaut et sans coda, est encore plus difficile à expliquer.

Si effectivement le -z est suffixal, pourquoi le trouve-t-on depuis le chinois jusqu’au tibétain, et quelle serait sa fonction? S’il ne l’est pas, comment rendre compte des langues où l’on trouve -t, une autre coda, voire rien à la place? Le jour où il existera pour le sino-tibétain une étude sur les numéraux d’une ampleur et d’une rigueur comparable à ce que nous trouvons en indo-européen (voir en particulier cette Habilitationsschrift) est encore lointain.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Un ancien système quinaire en sino-tibétain?," Panchronica, 11/11/2017, http://panchr.hypotheses.org/2048 (ISSN 2494-775X)

La suppression des exemples

La difficulté de compiler un dictionnaire pour une langue peu documentée comme le japhug n’est pas tant d’accumuler des données et découvrir de nouveaux mots — quoique cette tâche demande de longues années de travail — que de s’assurer de la validité des traductions et même des phrases d’exemple elles-mêmes. Que les phrases d’exemples soient tirées d’histoires et de conversations ou bien directement élicitées, il arrive en effet que les informateurs aient des avis divergent sur leur validité, voire même (et c’est assez courant) changent d’avis. Le compilateur du dictionnaire a donc un choix à faire pour décider s’il est préférable de garder ou non une phrase qui ne fait pas l’unanimité; dans ces cas, ma décision est généralement de supprimer l’exemple. C’est pour cette raison que certains exemples présent dans la version 1.0 du dictionnaire ont disparu de la version 1.1, et qu’il en sera de même dans la prochaine version, en cours de préparation.

A titre d’exemple, Dpalcan en 2010, sollicité pour avoir des phrases avec le verbe saʁdɤt « être glissant » (déexpérienceur de aʁdɤt « tomber par terre ») m’a donné la phrase suivante:

(1) qaɟy ɲɯ-saʁdɤt
poisson SENS-être.glissant
« Le poisson (a la peau) glissant(e) »

Or, cette phrase me semblait suspecte car le sens attendu serait « glissant » à propos du sol, mais son emploi pour désigner la peau visqueuse des poissons était quelque peu surprenante. J’ai pu vérifier avec Tshendzin ce matin effectivement que le verbe nɤŋgiolo, dérivation de « direction distribuée » de ŋgio « glisser » (lui-même anticausatif de kio « faire glisser ») était plus approprié pour exprimer ce sens, car:

(2) tɯ-mi nɯnɯ ɯ-thoʁ tɕe ɲɯ-kɯ-ŋgio « ɲɯ-saʁdɤt » tu-kɯ-ti ŋu
GENR.POSS-pied DEM 3SG.POSS-sol LNK IPFV-GENR:S/P-glisser SENS-être.glissant IPFV-GENR-dire être:FACT
« On dit « ɲɯ-saʁdɤt » ‘c’est glissant’ lorsque son pied glisse par terre. »

Le principal problème pour déterminer la correction d’une phrase dans une langue comme le japhug est la taille du corpus. Dans une langue comme le français ou le chinois, une simple requête sur un moteur de recherche permet rapidement d’avoir une idée précise de la variété d’usage d’un mot et de ses collocations (sans parler l’existence d’une armée de dictionnaires diverses), mais dans une langue avec un corpus d’à peine 80 heures, beaucoup de mots sont soit insuffisamment, soit pas du tout attestés, ce qui rend difficile d’avoir des certitudes sur leur emploi afin d’apprendre à parler la langue le mieux possible.

La seule solution est de revérifier plusieurs fois tous les exemples, et surtout de collecter un corpus de la taille la plus conséquente possible. Plus celui-ci sera important et varié, et plus les erreurs et les phrases bancales pourront être facilement détectables (y compris les phrases incorrectes que l’on trouve dans les histoires).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La suppression des exemples," Panchronica, 10/11/2017, http://panchr.hypotheses.org/2045 (ISSN 2494-775X)

L’impératif en tangoute

Il existe un encodage unicode pour les caractères tangoutes, ainsi qu’une police libre créée par Jing Yongshi 景永时, téléchargeable sur le site d’Andrew West. Le tableau de correspondances avec les numéros de référence du dictionnaire de Li Fanwen permet une conversion facile avec les données qui ont été insérées dans les polices pré-unicodes (ce site est aussi très utile).

Malheureusement, l’interface de hypothèses ne permettant pas d’utiliser la police unicode du tangoute, je n’ai que peu écrit sur ce blog à propos de cette langue: j’en suis réduit à insérer des images pour inclure des caractères tangoutes. Voici un premier billet à titre de test.

Le statut des suffixes d’indexation en tangoute est un sujet très controversé (voir cet article et les références mentionnées dans ce billet). Une question débattue, en particulier, concerne le caractère obligatoire ou optionnel des suffixes d’indexation. Dans cet article, j’ai affirmé que les suffixes d’indexation étaient obligatoires, et que les exceptions apparentes étaient dues aux formes converbiales. En particulier, avec le thème B (qui n’apparaît que dans les formes finies de verbes transitifs, avec un sujet de 1SG ou 2SG, et un objet de troisième personne).

Il existe toutefois une autre catégorie d’exceptions apparentes que j’avais laissées de côté pour une autre publication: les formes impératives.

En tangoute, les formes à l’impératif avec un sujet de seconde personne (et un objet à la troisième) peuvent être suffixée en 𘉞 -nja² (2SG) ou en 𗐱 -nji² (1/2PL) comme les autres formes finies. Au singulier, on trouve le thème B pour les verbes qui permettent cette alternance. Néanmoins, il existe bien des exemples de phrases à l’impératif avec le thème B, mais sans suffixe d’indexation, comme les exemples (1) et (2) ci-dessous:

On remarque qu’en (1), le verbe ‘donner’ a le thème B 𘎾 khjɨj¹ (le thème A khjow¹ se trouve en (2); il s’agit d’un verbe très irrégulier, dont l’histoire est compliquée; les formes remontent à *kham et *khim en pré-tangoute — le cognat japhug kʰo « donner, passer » est une Rückbildung basée sur le thème III kʰɤm), alors que l’on ne trouve pas de suffixe -nja², et d’autre part que l’objetdoit normalement être de 1sg (mais ici j’imagine qu’il s’agit d’un calque du chinois — le texte employant le nom 𗂸 bji² « fonctionnaire » à la place d’un pronom, le traducteur a choisi une forme 2sg>3).

Dans l’exemple (2), on a une situation similaire, mais ici on emploie des verbes à une forme invariable suivis de l’auxiliaire « faire » .wjo¹ au thème B, là aussi sans suffixe d’indexation -nja².

Il est donc manifeste que les suffixes d’indexations sont optionnels au moins à l’impératif. Cette observation est néanmoins peu surprenante d’un point de vue rgyalronguique. Dans les langues rgyalrong, l’impératif est isolé parmi les formes finies, par l’absence d’indexation préfixale de deuxième personne. Ainsi, l’impératif 2sg>3 du verbe ndza « manger » en japhug tɤ-ndze comprend le préfixe directionnel – et le thème III du radical |ndze| (utilisé pour les formes à sujet singulier et objet de troisième personne), mais pas le préfixe de seconde personne tɯ-, que l’on trouve sur toutes les autres formes finies de second personne (comme par exemple l’imperfectif 2sg>3 tu-tɯ-ndze avec un préfixe directe et un préfixe de second personne).

Ce sont donc plutôt les formes à l’impératif ayant un suffixe d’indexation qui sont anormales, et qui doivent être analogiques des autres formes finies. Des exemples tels que (1) et (2) ne peuvent démontrer à eux seuls l’optionalité des suffixes d’indexation en général.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’impératif en tangoute," Panchronica, 27/10/2017, http://panchr.hypotheses.org/2015 (ISSN 2494-775X)

Une trace du suffixe de réfléchi en rgyalronguique?

Parmi les langues à morphologie complexe de la famille sino-tibétaine, la branche rgyalronguique est la seule dans laquelle on ne trouve aucune trace apparente du suffixe de réfléchi, attesté non seulement en kiranti, en dulong-rawang et en kham, mais peut-être même en chinois et en tibétain.
A la place, les langues rgyalronguiques ont innové des préfixes comme le Japhug ʑɣɤ- dont l’origine est encore (presque) transparente.

Comme le rgyalronguique est par ailleurs assez clairement conservateur du point de vue morphologique, l’absence complète de toute trace de ce suffixe bien représenté est assez surprenante, et invite à en rechercher des traces potentielle. A quoi pourraient-elles ressembler? Il pourrait s’agir de paires où un verbe transitif a une contrepartie intransitive avec un suffixe -z ou même -t (du fait du changement « sporadique » encore mal compris de *-s > -t, voir ce billet).

Gong Xun présente dans sa thèse (en cours d’écriture) des arguments comparatifs convaincants pour considérer que le m de mɟa « ramasser, trouver » provient de la nasalisation d’un ancien *w (je n’en dis pas plus tant que sa thèse n’est pas publiée), et compare à l’intérieur du japhug le verbe intransitif βɟɤt « obtenir » (la syntaxe de ce verbe est un sujet non trivial, il peut prendre certains type de semi-objets, mais est morphologiquement intransitif). Cette suggestion me semble correcte; le sujet intransitif de βɟɤt correspond au sujet transitif de mɟa, c’est donc une sorte d’antipassif (que je pourrais rajouter à la liste de cet article), une dérivation qui pourrait s’expliquer comme la forme atrophiée d’un suffixe *-s (d’un plus ancien *-si?) ayant subi le changement vers -t. Si effectivement la paire mɟa « ramasser, trouver » / βɟɤt « obtenir » est une trace du suffixe de réfléchi, nous devrions pouvoir en trouver d’autres traces ailleurs en rgyalronguique.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Une trace du suffixe de réfléchi en rgyalronguique?," Panchronica, 15/10/2017, http://panchr.hypotheses.org/1981 (ISSN 2494-775X)

L’étymologie du nom « année » en rgyalronguique

Une des innovations communes au sous-groupe du birmo-rgyalronguique comprenant les langues autres que lolo-birmanes que l’on pourrait appeler « na-gyalronguique » est le nom de l’année correspondant au /pa/ que l’on trouve en japhug tɯ-xpa « une année » et pakuku « tous les ans » (voir cet article). L’étymologie de ce nom est donc importante pour comprendre la classification des langues de ce groupe.

L’usage du verbe pa « faire » dans l’exemple (1) peut contribuer à cette question.

(1) tɕiʑo ni kɤ-amɯfse-tɕi nɤ jinde kɯβdɤsqi ɯ-ro to-pa.
1DU DU PFV-se.reconnaître-1DU LNK maitenant quarante 3SG.POSS-reste IFR-faire
« Cela fait plus de quarante ans que nous nous connaissons. » (voir ce texte)

L’exemple (1) signifie littéralement « Après que nous nous ayons fait connaissance, plus de quarante (ans) se sont passés. »

L’emploi du verbe pa « faire » pour le sens de « s’accomplir » à propos d’une certaine unité de temps suggère que le nom « année » pourrait dériver de cet emploi spécifique de ce verbe (avec lequel il est homophone dans les langues considérées), « (unité de temps) accomplie » => « année ». La difficulté que j’entrevois avec cette idée est le fait que le nom correspondant à /pa/ s’emploie dans les langues autre que rgyalrong pour des adverbes de temps tels que « cette année », « l’année dernière » ou « l’année prochaine », et pas pour les mesures d’années « un an », « deux ans » etc.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’étymologie du nom « année » en rgyalronguique," Panchronica, 24/09/2017, http://panchr.hypotheses.org/1971 (ISSN 2494-775X)

« Oublier » et « se rappeler »

Le bantawa |mitt| ‘to think, remember’ et le yakkha |mit| ‘remember’ reflètent une racine verbale *mit « se rappeler » en proto-kiranti, pour laquelle je n’ai pas suggéré de correspondant extra-kiranti dans cet article.

En rgyalronguique, le japhug jmɯt ‘oublier’, le situ jmə̂s et le khroskyabs lmə̂ (voir la thèse de Lai Yunfan) reflètent une racine proto-rgyalronguique dont la reconstruction approximative doit être *lmîs « oublier ». La possibilité d’une comparaison entre les deux étymons ne me paraît pas impossible, même si elle soulève plusieurs questions: la correspondance du *-s final du rgyalronguique (le japhug -t est secondaire, voir la discussion dans ce billet) au -t du kiranti, et bien entendu la correspondance sémantique. Voir aussi cette entrée du STEDT qui rassemble des mots dont certains sont probablement apparentés, commele jinghpo myìt « penser, pensée » (le sens originel).

Dans les langues ayant des préverbes d’origine adverbiale, comme l’indo-européen ancien, il est tout à fait possible de passer de « se souvenir » à « oublier » par l’ajout d’un préverbe; ainsi, le sanskrit a vismarati « il oublie » dérivé de smarati « il se souvient ». Parfois, des préverbes apparentés ont des effets opposés dans des langues distinctes, comme l’illustre l’exemple amusant du tchèque zapomenout « oublier » au regard du russe запоминать « se rappeler ».

En rgyalronguique, le verbe « oublier » s’emploie par exemple en japhug avec un préverbe dont l’un des usage est le mouvement centrifuge (nɯ-, voir dans cet article); par ailleurs, notons que le sens de « se rappeler » est exprimé par un mot dérivé d’un emprunt au tibétain (ɕɯftaʁ) qui ne peut donc pas être bien ancien. Il est donc loisible de considérer la possibilité qu’à un stade plus ancien le même verbe s’employait pour les deux sens, avec « oublier » lorsqu’on lui mettait le préfixe centrifuge, et « se souvenir » avec le préfixe centripète (en pseudo-japhug *ka-jmɯt), le second ayant donc été perdu dès le proto-rgyalronguique. La différence de sens entre rgyalronguique d’une part, et kiranti d’autre part peut donc s’expliquer par une innovation rgyalronguique.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "« Oublier » et « se rappeler »," Panchronica, 23/09/2017, http://panchr.hypotheses.org/1966 (ISSN 2494-775X)

Un nouveau cognat entre japhug et chinois?

La liste des cognats entre langues rgyalronguiques et chinois n’est pas très étendue, et il est rare de trouver de nouveaux cognats (il en va de même d’ailleurs avec le tibétain, à propos des cognats avec lequel j’ai consacré ce billet et celui-ci).

Le japhug ɕlɯɣ ‘laisser tomber (par erreur) 失手’ a des cognats en situ ɕlə̂k et en khroskyabs slɑ́ɣ / slə̂ɣ « laisser tomber » (Lai 2007:276). Il s’agit d’un causatif lexicalisé du verbe lɯɣ « se détacher, s’échapper, glisser » (comme par exemple un chien qui se détache sans vraiment faire exprès, un couteau qui dérape etc — pour la version volitionnelle il faut dire ʑɣɤ-sɯɣ-lɯɣ « se détacher » avec le causatif régulier et le réfléchi).

Les verbes ɕlɯɣ et lɯɣ me semblent candidats à une comparaison avec le chinois 失 ɕit « perdre » dont la reconstruction en chinois archaïque pourrait être soit *lhit, soit *lhik; si la comparaison est correcte, c’est la deuxième option qu’il faut choisir (avec une correspondance phonétique identique à celle de « pou » zrɯɣ – 虱 ʂit < *srik). Cette comparaison soulève la question de l'origine de la latérale sourde *lh: s'agit-il d'une trace de préfixe causatif (et donc 失 serait cognat de la forme dérivée ɕlɯɣ) ou y a-t-il une autre raison? Notons que 失 appartient à une famille de mot comprenant des formes avec latérale sonore tels que 佚逸 yit < *lik, « se laisser aller, s’échapper » et dont le sens semble bien comparable à celui de lɯɣ. Il s’agit peut-être d’un cas où une paire morphologique est partagée par le chinois et le rgyalronguique (ce qui ne veut pas dire que les deux formes sont forcément héritées — il pourrait s’agir aussi de formation parallèles même si la forme de base est cognate).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Un nouveau cognat entre japhug et chinois?," Panchronica, 07/09/2017, http://panchr.hypotheses.org/1951 (ISSN 2494-775X)

La phonologie des auto-corrections

La transcription des textes japhug, activité à laquelle je consacre au moins une demi-heure tous les jours, me donne l’occasion d’observer « en direct » des phénomènes grammaticaux et phonologiques intéressants.

Un phénomène sur lequel je n’ai jamais écrit, mais à propos duquel je commence à disposer d’une quantité de données suffisante pour pouvoir faire des observations non-triviales, est celle des auto-corrections, lorsque le locuteur se trompe et reprend la forme correcte.

Voici quelques exemples que je trouve particulièrement intéressants.

(1) chɯ-sthɯt-nɯ ɯ-tɯ-me sara… saχaʁ ʑo ŋgrɤl
« (lorsqu’ils commencent à tondre les moutons), Ils n’en finissent pas »

Tshendzin prononce ici le verbe statif saχaʁ « être extrêmement » comme sara(ʁ), avec un /r/ qui remplace le /χ/: je suis très surpris par une telle substitution, les deux segments n’ayant aucun traits phonologique en commun dans ce système, et en l’absence d’un mot ressemblant (notons toutefois qu’en tant que locuteur du français, il m’arrive d’intervertir des /r/ et des /ʁ/ lorsque j’apprends des langues ayant les deux phonèmes, mais c’est un cas différent)

(2) tɕe apow ɣɯ ɯ-mɲo… ɯ-jmŋo ku-sɯntɕhɤr pjɤ-ŋu.
« Il apparaissait dans les rêves d’Abao. »

Ici ɯ-jmŋo « rêve » est d’abord prononcé comme /ɯmɲo/: autrement dit, le groupe à trois éléments /jmŋ/ (à l’histoire compliquée, venant de *lm devant voyelle vélarisée, c’est le seul exemple de groupe dans la langue) est remplacé par /mɲ/, un groupe à deux éléments, dont le deuxième combine le lieu d’articulation du /j/ et le mode d’articulation du /ŋ/. Cet exemple précieux nous donne un indice sur la façon dont un groupe comme /jmŋ/ peut se simplifier diachroniquement.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La phonologie des auto-corrections," Panchronica, 27/08/2017, http://panchr.hypotheses.org/1940 (ISSN 2494-775X)

Morphologie fossile en japhug

Même si le japhug et les autres langues rgyalronguiques ont une morphologie riche et productive, il n’en ont pas moins une quantité non-négligeable de traces de morphologie fossile non analysable. Un exemple est offert par le verbe courant mɯnmu ‘bouger’ qui apparemment contient un préfix mɯ-, car la base nmu est attestée par un verbe qui s’applique uniquement aux tremblements de terre (voir cet article).

Une autre paire de verbes ayant de la morphologie fossile est sna et mna, verbes statifs dont les sens sont les suivants:

sna: être bon (tɯrme ɲɯ-sna « c’est quelqu’un de bon »), être digne de (… mɤ-sna-a « je ne suis pas digne de…), être (kɤ-ndza sna « ça peut se manger »)

mna: être le meilleur (nɯ-kɯ-mna « leur chef », mbro stu kɯ-mna « le meilleur cheval ») guérir, aller mieux (ɯ-kɯ-mŋɤm to-mna « sa maladie a guéri »)

Je ne leur connais pas de cognat en dehors du rgyalronguique, et à moins que la ressemblance de sens entre ces deux mots ne soit un hasard, la nature des préfixes m- et s- que l’on semble pouvoir observer ici, ainsi que celle de la racine « na », est un mystère épais. Des données additionnelles tirées des autres langues rgyalronguiques permettront peut-être de mieux comprendre cette morphologie.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Morphologie fossile en japhug," Panchronica, 12/08/2017, http://panchr.hypotheses.org/1934 (ISSN 2494-775X)

*sr- et *j-

Comme j’en ai discuté à plusieurs reprises déjà dans cet article et sur ce blog (voir ce billet et ce billet), le groupe initial *sr- en sino-tibétain est bien attesté dans plusieurs étymons, dont « pou » (japhug zrɯɣ), « honte » (nɤzraʁ), « racine » (tɤ-zrɤm), et ses réflexes sont japhug zr-, proto-kiranti *s-, tibétain ɕ-, chinois moyen ʂ-, proto-kuki-chin *hr- et jinghpo ts- (par exemple dans tsí’ « pou »).

Le cas de « honte » est intéressant; si le japhug –zraʁ, le LB *hrak et le chinois 色 ʂik < *srək reflètent *sr-, certaines langues, dont le jinghpo gayà’ “害羞” (le coup de glotte final vient d’un *-k) et le hakha lai nı̀ŋ-zak-I, -zaʔ-II, ont une initiale remontant à *j-: on retrouve les mêmes correspondances que dans lai zâa-I, zaat-II  et jinghpo gayá « gratter » (japhug rɤʑa « gratter », voir d’autres cognats dans cet article).

Il me semble inacceptable de postuler ici un groupe plus complexe *srj- donnant *sr- dans certaines langues et *j- dans d’autres (*sr- et *rj- donnent ts- en jinghpo, comme le montre matsát « huit »), et il n’existe pas de processus morphologique permettant une alternance entre *sr- et *j-.

La question se pose donc de savoir si nous avons affaire à une ressemblance fortuite (après tout la correspondance est unique, et la ressemblance est limitée à la rime), s’il s’agit de mots diffusés en jinghpo et en lai à partir d’une langue où *sr- donne j- (mais il faudrait identifier cette langue — par ailleurs, l’emprunt aurait été au moins proto-kuki-chin puisqu’il prédaterait le changement *j- > *z-) ou si une explication plus compliquée encore est justifiée.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "*sr- et *j-," Panchronica, 28/06/2017, http://panchr.hypotheses.org/1859 (ISSN 2494-775X)

‘bul et dbul

Si la comparaison sino-tibétaine a plus d’une centaine d’années, et a été menée par de grand savants tels que Li Fang-kuei, South Coblin ou Gong Hwangcherng, la sophistication des comparaisons fait pâle figure en comparaison avec les travaux des collègues indo-européanistes, car la pratique générale est la Wurzeletymologie, où l’on compare des mots du chinois et du tibétain sans égard à leur structure morphologique, comme s’il s’agissait de racines amorphes.

Or, il semble qu’il existe dans les mots comparés entre le chinois et le tibétain des traces de morphologie ancienne, comme par exemple dans la paire suivante due à Gong Hwangcherng:

འབུལ་ ɴbul, pʰul « donner, offrir » = 分 pjun < *pən
དབུལ་པོ་ dbul.po "pauvre" = 貧 bin < *brən

Il est toutefois selon moi malavisé de comparer directement dbul à bin et de baser dessus des lois de correspondances phonétiques, sans essayer d’analyser la morphologie qui se cache derrière. Le problème est que la morphologie du tibétain, et en encore plus celle du chinois, est dans un état tel qu’elle est difficile à interpréter de façon interne.

La morphologie riche et productive des langues rgyalronguiques offre un modèle d’analyse pour interpréter ces alternances, jouant le rôle du sanskrit en indo-européen ou de l’arabe en sémitique. Toutefois, la phonologie très évoluée du tibétain ne permet pas, dans la plupart des cas, une analyse unique. Dans ce billet, j’explore les différentes possibilités pour analyser comment dériver la forme dbul.po « pauvre » à partir du verbe « offrir », interprétée ici comme la forme de base. Je ne prétends pas que d’autres analyses ne seraient pas possibles.

Je suppose admises les idées de cet article et les données sur la dérivations en rgyalronguiques (voir pour commencer cet article). Pour des raisons de temps, je n’explicite pas tous les détails.

Hypothèse I
*pul « distribuer » → *ŋə-pul « être distribué » (passif, japhug a- < *ŋa-, voir cet article et celui-ci, parmi de nombreux autres)
*ŋə-pul « être distribué »→ *kə-ŋə-pul « personne à laquelle on distribue = qui reçoit une aumône » (participe sujet intransitif, japhug kɯ-, voir cet article et celui-ci à propos de l’usage des participes en rgyalronguique).
*kə-ŋə-pul « personne qui reçoit une aumône = mendiant » > dbul « pauvre » (changements phonétiques)

Hypothèse II
*pul « distribuer » → *wə-pul « objet distribué » (infinitif nu avec un préfixe possessif, type Japhug ɯ-ti, voir par exemple cet article).
*wə-pul « objet distribué=offrande » → *nə-pul « quémander des offrandes » (dénominal, Japhug nɯ-/nɤ- type nɤphɯphɯ).
*nə-pul « quémander des offrandes » → *kə-nə-pul « personne qui quémande des offrandes » (participe)
*kə-nə-pul « personne qui quémande des offrandes = mendiant » > dbul « pauvre » (changements phonétiques)

Hypothèse III
*pul « distribuer » → *wə-pul « objet distribué=offrande »
*wə-pul → *ŋə-pul « pourvu d’offrandes » (type japhug aɣɯ-smɤn)
*ŋə-pul « pourvu d’offrandes » → *kə-ŋə-pul « personne qui est pourvu d’offrandes » (participe)
*kə-ŋə-pul « personne qui quémande des offrandes = mendiant » > dbul « pauvre » (changements phonétiques)

Alternativement à un préfixe de participe sujet, on pourrait considérer un préfixe de possession inaliénable dans un adjectif nominal comme le japhug ɯ-mbe « vieux, vieillerie » (voir la section 5 du chapitre sur le japhug, type du japhug tɤ-mbe au lieu de kɯ-mbe), ce qui mène à 6 hypothèses potentielles (qui n’épuisent pas toutes les possibilités théoriques) pour expliquer la forme tibétaine dbul.po.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "‘bul et dbul," Panchronica, 18/06/2017, http://panchr.hypotheses.org/1742 (ISSN 2494-775X)

Le causatif en jingpo

Dans un article écrit il y a quelques années, je m’intéressais à la question de savoir si le préfixe causatif à sifflante (japhug -, sɯɣ-, z– selon le contexte) était productif ou non dans d’autres langues. En jinghpo, comme en japhug le préfixe cognat a de nombreux allomorphes (sha-, sa-, ja-), mais la grammaire de Dai Qingxia ne précise pas si le préfixe est productif ou non. L’examen des exemples de verbes dérivés dans le dictionnaire permet néanmoins de trancher cette question.

En effet, on trouve (p.734) le verbe shàdáng « 使……挡住 », qui est dérivé du verbe dáng « 挡住 (bloquer) ». Or, ce dernier est de toute évidence un emprunt au chinois mandarin 挡 dǎng de même sens (avec une correspondance tonale attestée par ailleurs), ce qui prouve que le préfixe causatif peut en jinghpo s’appliquer aussi aux emprunts, et donc que ce préfixe est toujours productif. Il serait intéressant d’en recenser plus d’exemples auprès de locuteurs natifs. Cette observation ouvre aussi la question de savoir si d’autres langues que le jinghpo et le japhug ont un préfixe causatif productif en ST.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le causatif en jingpo," Panchronica, 14/06/2017, http://panchr.hypotheses.org/1831 (ISSN 2494-775X)

Langues rgyalrong et textes confucéens

Dans le Mengzi (1.7), on peut lire le passage suivant (la traduction proposée ici n’a aucune prétention littéraire, et suit le texte de près):

(1)「挾太山以超北海,語人曰:『我不能』,是誠不能也;為長者折枝,語人曰:「我不能」,是不為也,非不能也。
« Concernant le fait de sauter au-dessus de la Mer du Nord en tenant le mont Tai sous le bras, Si l’on dit à des gens « je ne peux pas le faire », c’est qu’on ne peut vraiment pas le faire; si l’on dit la même chose à propos de casser des branches pour les personnes âgées, c’est qu’on ne (veut pas prendre la peine de) le faire, et non qu’on ne peut pas le faire. »

Si le sens de littéral de la phrase 為長者折枝 hjweH ʈjaŋX tɕæX tɕet tɕe « casser des branches pour les personnes âgées » ne pose pas de problème, le sens précis de cette expression n’est pas immédiatement clair et fait l’objet de commentaires divergents. Voici une nouvelle interprétation, basée sur la phrase japhug (2) tirée de ce texte (l’histoire de Padma ‘Od’bar).

(2) a-mu rcanɯ ndʑu tɯ-ldʑa cinɤ a-mɤ-pɯ-tɯ-sɯ-qlɯt-nɯ ra
1SG.POSS-mère FOC baguette un-CL même.pas IRR-NEG-PFV-CAUS-casser falloir:FACT
« Faites en sorte que ma mère n’ait même pas besoin de casser (une branche pour faire) une baguette. »

Cette phrase n’est pas dans l’original tibétain pour autant que j’aie pu le voir, et doit être une expression japhug locale. Comme dans le Mengzi, elle fait référence à la tâche la plus facile à exécuter parmi tous les soins et les services aux personnes âgées que se doit d’observer celui qui respecte la piété filiale.

La similitude entre les deux passages ne suggère pas un héritage commun (puisque les mots employés ne sont pas cognats), mais rend vraisemblable l’idée que « casser des branches » dans le passage du Mengzi doive avoir la même interprétation que dans la phrase (2).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Langues rgyalrong et textes confucéens," Panchronica, 17/05/2017, http://panchr.hypotheses.org/1767 (ISSN 2494-775X)

La noix en hmong et en rgyalronguique

Le terme japhug de la noix, ʑɴɢɯloʁ (que je transcrivais autrefois comme ʑɴɢoloʁ car la voyelle de la première syllabe a dans ce mot une prononciation particulière due à son environnement — la transcription ʑɴɢɯloʁ représente la variante lente hyper-articulée), a des cognats dans les autres langues rgyalronguiques; il est encore difficile de déterminer s’il s’agit d’un mot voyageur ou d’un mot hérité au sein du rgyalronguique lui-même (rappelons que le -ʁ du japhug vient d’une coda *-q).

Ratliff (2010, §6.31, §13), sur la base du Zongdi hlə(5) et du Fuyuan qlo(C) reconstruit un proto-hmong *qlow (C) pour « walnut ». Notons que le proto-hmong avait déjà perdu les occlusives finales, mais que le *-k du mien correspond généralement à des rimes au ton C de série haute, ce qui est le cas ici; rien n’interdit donc, du point de vue interne au hmonguique, de supposer qu’une coda *-k a pu avoir existé ici. Ces langues sont parlées au Guizhou, à plus d’un millier de kilomètres au sud-est de la région Rgyalrong, et l’hypothèse d’un mot voyageur pour « noix » présent uniquement en hmong et en rgyalronguique, sans attestation dans les langues situées au milieu, est sans doute contestable. Néanmoins, nous savons qu’il existe en hmong-mien des emprunts anciens à une langue birmo-qianguique, et il est possible que ce mot pour « noix » fasse partie de la même couche. L’étude du rgyalronguique d’une part, et du hmong-mien d’autre part, peuvent bénéficier l’une de l’autre.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La noix en hmong et en rgyalronguique," Panchronica, 17/04/2017, http://panchr.hypotheses.org/1758 (ISSN 2494-775X)