Archives par mot-clé : indo-européen

*Wékʷos dwityóm

Le deuxième numéro de *wékʷeses est maintenant paru — voici les préfaces de Xavier Delamarre et de Romain Garnier. Comme pour le précédent numéro, l’article le plus court du volume est de votre serviteur.

Outre plusieurs contributions savantes sur l’italique et le celtique, cette année le numéro contient deux articles très approfondis sur l’arménien de Daniel Kölligan et de Vincent Martzloff. Notons que le second, chose rare, utilise pour son argumentation sur l’étymologie du verbe arménien gerem « emmener en captivité » (qui selon lui provient de la racine *wedh-) un parallèle en albanien / vieil oudi où la même phrase est traduite par gerem en arménien et par un verbe signifiant « conduire » en albanien. Cet article présente en outre de façon exhaustive le dossier passionnant du traitement du *-dh- intervocalique en arménien (qui doit correspondre à -r- pour que cette hypothèse soit possible).

Les compte-rendus ne sont pas moins intéressants que les articles, en particulier celui de Romain Garnier sur l’ouvrage récent de Jean-Paul Demoule, dont il montre les auto-contradictions, les imprécisions et les contresens (dont il n’est pas toujours clair s’ils sont involontaires ou feints). Je reviendrai moi-même plus tard, sur ce blog ou dans un article détaillé, sur cet ouvrage au succès médiatique disproportionné.

Indo-européen et linguistique historique

La linguistique indo-européenne a une place à part parmi les sous-domaines de la linguistique historique. Cette discipline, née de la combinaison de la grammaire paninéenne et de la philologie classique du latin et du grec, a une avancée considérable sur les études portant sur les autres familles de langues, et un degré de sophistication inégalé.

Cette avancée est due à une combinaison de plusieurs facteurs. Tout d’abord, à l’exception de la famille afro-asiatique, l’indo-européen est la seule famille pour laquelle on dispose d’autant de données anciennes remontant pour certaines à l’âge du bronze. Ensuite, le nombre d’indo-européanistes est bien supérieur à l’ensemble des spécialistes de linguistique historique de toutes les autres familles de langue combinés — c’est dû en grande partie au fait que les linguistes dans les départements d’études gréco-latines (qui malheureusement sont en train de dépérir dans tous les pays, sauf la Chine) étaient tous traditionnellement des indo-européanistes. Enfin, la méthode comparative néogrammairienne a été développée tout d’abord en indo-européen, avant d’avoir été appliquée à d’autres familles.

Il existe bien sûr des traditions remarquables de linguistique comparée en dehors de l’indo-européen, en particulier pour le sémitique, l’ouralique, l’algonquien, l’austronésien et le bantou, mais (mis à part peut-être le cas de l’austronésien) le nombre de chercheurs dans ces spécialités est trop restreint pour permettre des études d’un niveau de détail comparable. Par exemple, alors que des dictionnaires étymologiques existent pour les plus obscures des langues indo-européennes, pas une seule langue algonquienne n’a de dictionnaire étymologique (en sino-tibétain de même: même le tibétain n’en a pas).

Pour les spécialistes d’autres familles de langues, même de langues sans contact historique avec des langues indo-européennes, une connaissance de l’indo-européen est d’une grande utilité, voire indispensable si l’on s’intéresse à la morphologie historique. En effet, on ne peut pas étudier la linguistique historique en lisant passivement des manuels, on ne peut l’apprendre qu’en s’exerçant sur des données réelles. Pour les étudiants qui se destinent à une spécialisation en linguistique historique, voici mes suggestions:

(1) Etudier les bases du sanskrit (je conseille en particulier les Textes épiques sanskrits de Romain Garnier). Si l’on ne doit apprendre qu’une langue indo-européenne ancienne, c’est celle-là, sans discussion.
(2) Prendre un manuel d’indo-européen (comme celui de Fortson ou de Schmidt-Brandt; malheureusement il n’y a pas l’équivalent en français) et regarder les listes de cognats et les paradigmes comparés un par un mais cacher les reconstructions, et essayer de parvenir à des reconstructions soi-même.
(3) Prendre les paradigmes reconstruits et essayer d’appliquer mécaniquement les lois phonétiques: cet exercice simple permet de se rendre compte qu’absolument aucun paradigme dans aucune langue, même celui de οἶδα ‘je sais’ (sans doute le plus archaïque et le plus bizarre de tous les paradigmes indo-européen), n’est parvenu jusqu’à nous sans changement analogique. Essayer par soi-même de déterminer quels changements analogiques ont eu lieu, puis lire la « solution » dans les manuels.

Le but de cet exercice n’est pas de devenir indo-européaniste, mais de bien comprendre l’interaction entre changements phonétiques et analogie, et de mémoriser des exemples qui pourront ensuite servir de parallèle à l’analyse des données d’autres familles de langues. En outre, il est crucial à mon avis, plus que d’apprendre une solution particulière (qui peut être fausse), de se faire une opinion personnelle, même sur la base de données restreintes et pré-sélectionnées. Ainsi, c’est pour moi un non-sens que d’apprendre les reconstructions à laryngales sans avoir au préalable essayé d’analyser les classes de présent du sanskrit.

L’astérisque et l’obèle

L’obèle † est un symbole typographique utilisé (en autre) en linguistique historique pour indiquer une forme attendue mais inattestée.

Il s’emploie notamment lorsqu’une forme phonétiquement régulière hypothétique a été remplacée par l’analogie. Par exemple, en grec attique où *kʷ > t devant voyelle antérieure, on attendrait des paradigmes où p et t alternent (mais tous ont été régularisés par analogie). Ainsi, le vocatif de ἄνθρωπος ánthrôpos ‘homme’ devrait être †ἄνθρωτε †ánthrôte; l’obèle permet d’indiquer de façon concise cette absence d’attestation.

On peut aussi se servir de ce symbole pour indiquer les formes non-attestées prédites par une loi phonétique hypothétique, ainsi que tout simplement des formes incorrectes dans une langue particulière (« barbarismes » comme on dit en thème grec).

Dans certains domaines de la linguistique historique, en particulier le sino-tibétain, on emploie l’astérisque à la fois pour indiquer les formes reconstruites, les formes non-attestées et les phrases incorrectes. L’usage de l’obèle est quasiment inconnu dans la discipline, au point que le directeur d’une revue m’a demandé une fois de remplacer ce symbole par une astérisque. Cet emploi généralisé de l’astérisque, indéniablement dû à l’influence de la linguistique chomskyenne, me semble dommageable.

Un système de reconstruction n’est pas à mettre sur le même plan qu’une forme non-attestée synchroniquement; c’est un système hypothétique, d’un certain degré d’abstraction, d’où on peut dériver mécaniquement les formes attestées des langues. Confondre les deux décrédibilise la reconstruction, et justifie la pratique courante parmi les linguistes peu familiers avec la méthode comparative de proposer des reconstructions au gré de leur fantaisie, sans aucun système revérifiable.

NB: L’obèle est parfois aussi utilisé pour l’interprétation d’une transcription ancienne pré-phonémique, comme c’est l’usage dans le Comparative Siouan Dictionary; je ne conseille pas cette pratique, qui ne peut qu’induire davantage de confusion.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’astérisque et l’obèle," Panchronica, 11/02/2016, http://panchr.hypotheses.org/783 (ISSN 2494-775X)

A propos de la loi de Meillet

La correspondance de l’arménien rk avec l’indoeuropéen *dw en initiale de mot, observation connue sous le nom de ‘loi de Meillet’, est l’un des cas les plus connus de correspondances phonologiques sans ressemblance phonétique de surface, souvent cité dans les manuels de linguistique historique. Néanmoins, la suite d’étapes intermédiaires menant de *dw à rk ne fait pas encore l’objet d’un consensus. Le problème n’est pas tant la présence d’une occlusive vélaire, puisque le *w passe régulièrement à g en arménien, mais le fait que cette vélaire est sourde. En effet, si les voisées simples de l’IE deviennent sourdes en arménien, ce changement a eu lieu avant *w > g, (sans quoi la correspondance serait *w : k).

Rémy Viredaz propose dans cet article la solution suivante:

*dw > *tw > *tkʷ > *rkʷ > rk

L’étape *dw > *tw ne pose aucun problème, car comme mentionné ci-dessus, les occlusives s’assourdissent régulièrement. *tw > *tkʷ serait un cas particulier du changement *w > *gʷ > g, reflétant le stade où *w et *gʷ ou ẉ et kʷ (en contact avec une obstruante sourde) étaient en variation libre.

A propos de l’étape *tkʷ > *rkʷ, toutefois, R. Viredaz reconnaît que ‘An exact parallel for this step has still not been found’.

Les langues tibétaines offrent cependant un bon exemple d’un changement de ce type. Le groupe écrit dk- du tibétain ancien était probablement prononcé d’abord *tə-k-, puis *tk-, car l’opposition de voisement est neutralisée en coda et comme premier élément de groupe de consonne, et l’écriture tibétaine note l’occlusive voisée dans tous les contextes à neutralisation. Ce groupe devient rk- (phonétiquement ʂk- ou ṛk-), se confondant avec l’ancien rk-, dans un grand nombre de langues modernes, y compris dans la couche principale des emprunts au tibétain en japhug (où dkon ‘rare’ par exemple devient rkɯn), le dialecte tibétain donneur ayant subi ce changement phonétique.

Cet exemple d’un changement phonétique tk- > rk-, se confondant avec l’ancien rk-, offre donc un parallèle à l’arménien, et évacue la dernière objection contre la suite de changements phonétiques proposée par R. Viredaz pour expliquer la loi de Meillet.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "A propos de la loi de Meillet," Panchronica, 18/10/2015, http://panchr.hypotheses.org/485 (ISSN 2494-775X)

šn- > xšn- en iranien

Les langues iraniennes anciennes présentent un changement phonétique inhabituel, l’insertion d’un x avant les groupes šn- et šw- en début de mot (Martinez et de Vaan 2014:31, §11.16; 71 §22.1), comme dans les exemples suivants:

*ǵneh2- > *j́nā- ‘savoir’ > Av. xšnā-, VP xšnā-, Skt jñā– ‘savoir’
*šwaipa ‘queue’ > Av. xšuuaēpā-, Skt śepa-
*sweḱs ‘six’ > Av. xšuuaaš, Skt ṣaṭ
*(yu)šmākam ‘2PL.GEN’ > Av. yūšmākəm, inaccentué xšmākəm

A noter que l’indoeuropéen *ǵn- donne dans certaines formes žn- plutôt que xšn-, comme dans Av žnātar- ‘connaisseur’, Skt jñātar- (le conditionnement n’est pas expliqué dans Martinez et de Vaan).

Ma première réaction pour expliquer cet ajout d’une fricative surnuméraire serait un changement phonétique du type:

s, ʃ > [ɧ] / #_{m,n,w}

Avec un passage à la fricative doublement articulée [ɧ] du suédois, que les scribes achéménides et les rédacteurs de l’Avesta auraient transcrite faute de mieux comme x + š. Néanmoins, connaissant le penchant des inventeurs de l’alphabet avestique pour les signes surnuméraires destinés à noter à l’infini les allophones de tous les phonèmes de la langue, il n’est pas certain que ce soit l’idée la plus simple. Je suis néanmoins curieux de savoir si des explications pour ce changement ont été proposées. Kümmel (2007:234, note 160) mentionne ce ‘x-Vorschlag’ mais sans explication détaillée de la motivation phonétique de ce changement.

Quelle que soit sa réalité phonétique, on doit noter que les *šn- se confondent avec les *kšn- en xšn- en avestique; ainsi, le LIV (p.373) donne Skt kṣṇaumi ‘(ich) wetze, schärfe’ comme cognat de l’av. xšnəuuīšā ‘mögest anhören’, avec un changement sémantique en iranien ‘(die Sinne) schärfen’ > ‘achtgeben auf’ > ‘zuhören’).

Bibliographie
Kümmel, Martin. 2007. Konsonantenwandel, Bausteine zu einer Typologie des Lautwandels und ihre Konsequenzen für die vergleichende Rekonstruktion. Wiesbaden: Reichert Verlag.
Rix, Helmut et al. 2001 LIV (Lexikon der Indogermanischen Verben). Wiesbaden: Reichert Verlag.
Martinez, Javier et Michiel de Vaan. 2014. Introduction to Avestan. Leiden: Brill.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "šn- > xšn- en iranien," Panchronica, 26/07/2015, http://panchr.hypotheses.org/370 (ISSN 2494-775X)

Le comparatisme est-il un primitivisme?

Aux yeux des non-spécialistes, la linguistique historique comparative apparaît comme un domaine ésotérique et difficile d’accès. La légitimité de proposer des reconstructions et de prétendre reconstruire des proto-langues, c’est à dire des formes hypothétiques supposées représenter l’ancêtre commun d’un groupe de langues particulier, peut par ailleurs sembler contestable. En particulier, une critique récurrente à l’encontre du comparatisme est qu’il s’agirait d’un « primitivisme », autrement dit que les pratiquants de ce domaine s’intéressent davantage aux états pré-historiques reconstruits des langues qu’aux données réelles, et que leur but ultime n’est pas d’expliquer le fonctionnement des langues, mais de remonter à l’état le plus ancien possible.

Dans ce billet, je ne vais pas retracer l’histoire de la discipline (il existe pour cela des références nombreuses sur internet), mais plutôt exposer mon point de vue épistémologique personnel sur la question.

Aux yeux des comparatistes, la reconstruction n’est pas un but en soi, mais c’est en revanche un outil nécessaire pour établir un modèle revérifiable d’évolution des langues. Les reconstructions permettent de rendre compte à la fois des correspondances observées entre langues apparentées, et aussi d’expliquer les formes irrégulières (ce dernier point serait traité dans un autre billet). Il faut insister aussi sur le fait que dans un modèle de reconstruction complet, il n’y a pas « une » reconstruction dans la proto-langue pour un mot particulier: on établit plutôt une suite de reconstructions, une proto-forme suivie d’étapes intermédiaires jusqu’aux formes attestées dans les différentes langues.

Qu’est ce qu’une proto-forme et comment s’en servir? Je ne parlerai pas ici de la méthodologie de la reconstruction (comment établir un système de reconstruction et comment parvenir à une proto-forme pour un étymon particulier), sujet que j’aborderai sans doute dans d’autres billets. La question ici sera comment interpréter les reconstructions.

Pour qu’un comparatiste propose une forme reconstruite (avec une étoile *), deux conditions préliminaires doivent être respectées.

Premièrement, il doit exister un système de lois phonétiques permettant de dériver de cette proto-forme les formes des langues modernes de façon mécanique. Autrement dit, il est possible de représenter le passage de la proto-langue aux langues attestées comme une suite d’expressions régulières s’appliquant à l’ensemble du vocabulaire hérité. Cette manière de procéder est basée sur l’hypothèse de la régularité des changements phonétiques (die Ausnahmslosigkeit der Lautgesetze), autrement dit qu’en dehors des mots empruntés ou remodelés par l’analogie, le changement linguistique est déterministe.

Deuxièmement, il doit exister au moins une forme dans une des langues attestées pouvant descendre de la proto-forme par les lois phonétiques définies auparavant.

Malheureusement, ces conditions ne sont pas toujours explicitées dans les articles de linguistique; les spécialistes d’autres domaines, lisant donc des travaux faisant usage de reconstructions, ne sont pas forcément en mesure de juger de la validité de ces hypothèses et peuvent regarder cette discipline avec suspicion. Pire, certains comparatistes proposent des reconstructions sans que la condition (1) ne soit satisfaite. C’est la cas notamment pour les essais de reconstruction de proto-langues très anciennes comme le proto-sino-tibétain ou le proto-niger-congo.

Pour toute vraie reconstruction, il est possible d’écrire un programme appliquant les lois phonétiques qui dérive régulièrement les formes modernes à partir des formes anciennes. A mon avis, l’avenir de la linguistique historique va de pair avec l’usage de la programmation, d’abord pour s’assurer que les lois phonétiques ont été correctement définies, et d’autre part pour fournir aux lecteurs non-spécialistes un moyen aisé de revérifier immédiatement la cohérence d’une hypothèse historique particulière. Dans l’ensemble, les reconstructions de familles telles que l’indo-européen ou l’algonquien fonctionnent de façon assez satisfaisante (les exceptions aux lois phonétiques sont relativement peu nombreuses).

Pour tester la validité de la reconstruction du proto-algonquien, j’ai moi-même écrit un programme dérivant les formes de l’arapaho (une des langues à la phonologie historique la plus complexe dans la famille). Les lois phonétiques sont basées sur les travaux de Goddard (1974, 1998). Voici le résultat de l’application de ce programme pour deux mots (choisis parce qu’ils présentent des correspondances récurrentes, mais aussi pour la différence formelle frappante avec le proto-algonquien).

sens: écorce sens:foie
*welakeeθki *weθkweni
01-02. olakeeθki 01-02. oθkoni
01-02. ilakeeθki 01-02. iθkini
32. ilakeeʃki 32. iʃkini
31. ilakeeʃki 31. iʃkini
29. ilakeeʃki 29. iʃkini
30. ilakeeʃki 30. iʃkini
04. ilakeeʃki 04. iʃkini
03. inakeeʃki 03. iʃkini
39-41. inakeeʃki 39-41. iʃkini
36. inakeeʃki 36. iʃkini
43-44. inakeeʃk 43-44. iʃkin
11. inakeeʃk 11. iʃkin
38. inakeeʃk 38. iʃkin
05. inaeeʃ 05. iʃin
??. inaeeʃ ??. iʃin
??. inaeeʃ ??. iʃin
??. inaeeʃ ??. iʃin
12-14. inoeeʃ 12-14. iʃin
16. inoeeʃ 16. iʃin
17-19. inoeex 17-19. ixin
26. inooox 26. ixin
15. inooox 15. ixin
20-25. inooox 20-25. isin
10. inooox 10. isin
07-09. inooox 07-09. isin
06. inooox 06. isin
33. hinooox 33. hisin
34. hinooox 34. hisin
35. hinooox 35. hisin
37. hinooox 37. hisin
30. hinooox 30. hisin
47. hinooox 47. hisi
48. hinooox 48. hisə
47. hinooox 47. hisə
49. hinooox 49. his

Le lecteur intéressé pourra revérifier les formes de l’arapaho générées ici (n°49) avec celles du dictionnaire de L. Conathan: http://linguistics.berkeley.edu/~arapaho/arapaho_english.html

Reconstruire le proto-algonquien n’est pas le but ultime de cet exercice (d’ailleurs, le proto-algonquien avait originellement été reconstruit sans l’arapaho, c’est dans un second temps que l’on s’est aperçu qu’il permettait aussi de prédire les formes de cette langue). C’est plutôt la première étape nécessaire à une étude approfondie de l’histoire des langues de cette famille. Le proto-algonquien n’est pas intrinsèquement plus intéressant que l’arapaho ou les autres langues algonquiennes attestées, mais sans ce modèle, l’étude de leur histoire ne serait pas possible de façon aussi détaillée.

Par ailleurs, cette étude permet de contribuer à l’étude des principes généraux des changements phonétiques dans une perspective panchronique, intéressée non seulement à établir l’inventaire des changements phonétiques possibles, mais aussi à déterminer les conditions dans lesquelles ces changements ont lieu.

Concernant ce dernier objectif, certains lecteurs pourraient objecter qu’il est préférable, si l’on s’intéresse aux principes généraux des changements linguistiques, de travailler en priorité sur des langues dont la forme ancienne est attestée par des textes, comme les langues romanes (avec le latin), les langues tibétaines ou les « dialectes » arabes, et éviter de se baser sur des reconstructions, qui ne sont après tout que des hypothèses.

Le problème de ce point de vue est que nous ne disposons de données anciennes que pour une infime minorité des langues du monde, et presque exclusivement en Eurasie. Se limiter à ces données serait dommageable à un projet de recherche prétendant s’intéresser aux changements linguistiques indépendamment d’un groupe de langues particulier. Un nombre considérable de changements phonétiques ne sont en effet pas du tout attestés dans les langues ayant une histoire écrite; par exemple, l’arapaho connaît un changement en chaîne *k > 0, *p > k qui contribue fortement à rendre méconnaissables les étymons hérités. Ce changement n’est à ma connaissance attesté dans aucune autre langue et s’il n’avait pas été mis à jour en arapaho, il est fort probable qu’il aurait été considéré comme impossible. La linguistique historique ne peut donc pas se limiter aux langues à écriture, et l’usage de reconstructions satisfaisant les deux conditions exposées ci-dessus est par conséquent nécessaire.

Les comparatistes doivent toutefois faire en sorte de faciliter la revérifiabilité de leur travail en rendant accessibles des outils permettant de tester leurs modèles. Il est nécessaire d’abandonner le style ésotérique et les raisonnements implicites qui sont habituels, en particulier dans les travaux d’indo-européen.

Biliographie
Goddard, Ives. 1974. An Outline of the Historical Phonology of Arapaho and Atsina. International Journal of American Linguistics 40.2: 102–116.

Goddard, Ives. 1998. Recovering Arapaho etymologies by reconstructing forwards. In Melchert, Craig & Jasanoff, Jay H. (eds.) Mír Curad: Studies in Honor of Calvert Watkins, Innsbruck: Institut für Sprachwissenschaft der Universität Innsbruck, Innsbrucker Beiträge zur Sprachwissenschaft 92, pp.183–200.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le comparatisme est-il un primitivisme?," Panchronica, 12/10/2013, http://panchr.hypotheses.org/77 (ISSN 2494-775X)

La beauté des étymologies

Le programme de recherche le plus important de la linguistique historique est sans nul doute d’établir les principes généraux des changements linguistiques et de comprendre les conséquences de ces principes sur la structure des langues. Néanmoins, il serait fâcheux de développer l’approche panchronique sur l’histoire des langues en négligeant entièrement l’art de l’étymologie.

L’étymologie apparaît au premier abord comme une science du détail futile et de la contingence. Ce jugement, qui semble partagé par de nombreux linguistes et spécialistes d’autres disciplines, est toutefois injuste, et délétère pour le développement de la linguistique dans son ensemble.

Il est vrai que les articles avancés d’étymologie, surtout dans des disciplines comme l’indoeuropéen où les connaissances accumulées depuis près de deux siècles sont considérables, sont souvent d’un abord très difficile voire impossible pour les non-spécialistes. Les raccourcis que s’autorisent souvent les auteurs de tels articles contribuent à rendre des raisonnements subtils complètement opaques et donnent l’apparence d’élucubrations et de châteaux de cartes spéculatifs.

C’est toutefois la combinaison du raisonnement spéculatif avec la rigueur technique qui fait la beauté de certains articles, une beauté malheureusement difficilement communicable aux non-initiés. Toutes les étymologies ne sont pas d’une beauté égale. Les étymologies évidentes (par exemple les numéraux de l’indoeuropéen, comme la comparaison du russe dva au latin duo « deux »), si elles sont par ailleurs utiles pour établir les lois phonétiques, n’ont aucun attrait esthétique.

Il en va de même pour des étymologies moins évidentes au premier abord, mais triviales une fois que les lois phonétiques sont connues. Ainsi j’hésiterais à considérer comme « belle » l’étymologie rapprochant l’ojibwe wanagek « écorce » à l’arapaho hinóoox et au blackfoot otokssksi de même sens (proto-algonquien *welakeeθkwa) car malgré leur différence de surface impressionnante, ces trois mots ont des sens identiques et se correspondent presque parfaitement lorsque l’on connaît les lois phonétiques de cette famille; leur rapprochement en est une conséquence mécanique (voir Goddard 1974 et Proulx 2005 pour la démonstration de ces lois; si des lecteurs du blog en font la demande, j’exposerai l’évolution détaillée de ces trois formes).

Les étymologies les plus belles ont toutes en elle une étincelle de génie, une idée surprenante qui résout un problème resté insoluble depuis des générations, et qui paraît évidente une fois que l’on connaît la solution. Je n’en donnerai ici qu’un exemple, même si je reviendrai sans doute sur ce sujet dans de prochains billets.
L’étymologie de la négation du grec ancien oukí (et ses variantes ouk et ou) par Warren Cowgill (1960) est probablement l’une des plus impressionnantes du vingtième siècle. Il s’agit d’un des mot les plus courants de la langue dont l’histoire a été la mieux étudiée de toutes. Néanmoins, il se trouvait sans correspondant certain dans les autres langues de la famille, qui présentent toutes des formes remontant directement ou indirectement à *né; aucun indoeuropéaniste ne pouvait rester insensible à ce problème, et pourtant plus d’une centaine d’années se sont passées entre les débuts de la grammaire comparée et la parution de cet article.

Dans cet article, le savant américain montre qu’il est vain de chercher un mot à sens négatif correspondant à oukí; au contraire, il faut partir d’une locution originelle signifiant « jamais » *ne Hoyu kʷit, où *ne est la négation normale de l’indoeuropéen (sanskrit na), *Hoyu un nom neutre signifiant « durée de la vie » (sanskrit āyu-« durée de la vie ») et *kʷit
l’indéfini « un quelconque » (sanskrit cit). Suivant un cycle de Jespersen (voir Jespersen 1917, comme la négation française « pas »), la négation originelle *ne a été perdue et le sens de négation a été reporté sur l’ancien syntagme indéfini *Hoyu kʷit. Phonétiquement, cette proposition est parfaite: en grec *H disparaît en début de mot, *y chute toujours entre voyelles et *kʷ se délabialise en *k au contact du *u précédent (sinon on attendrait *oupi ou *outi selon les dialectes grecs).

La solution de Cowgill résout deux problèmes en même temps. Premièrement, elle éclaire d’une façon simple l’origine de cette négation sans équivalent ailleurs (sauf en arménien). Deuxièmement, elle explique pourquoi le grec a deux formes ouk(i) et ou (la première vient de *Hoyukʷit et la seconde de *Hoyu).

La beauté de cette étymologie tient en cela que son auteur a pensé à recourir à un principe général bien connu (le remplacement cyclique des négations) pour rechercher une solution à ce problème particulier. Cet article n’est toutefois pas qu’une ingénieuse trouvaille sur un point de détail. C’est une contribution importante à l’étude des cycles de Jespersen, et la première application de ces cycles à des états de langues non-attestés (Jespersen travaillait uniquement sur l’histoire attestée par des textes). Après l’article de Cowgill, un comparatiste travaillant sur une autre famille de langues et observant une négation difficile à étymologiser pensera au même principe d’analyse.

La linguistique panchronique et l’étymologie sont deux disciplines qui peuvent bénéficier considérablement l’une de l’autre: les principes généraux des changements ne peuvent être établis qu’en compilant un grand nombre d’études de cas particuliers; à l’inverse, les cas particuliers difficiles à résoudre peuvent bénéficier de l’éclairage de principes généraux.

Références:
Cowgill, Warren. 1960. Greek ou and Armenian oč. Language 36.3:347-350.
Jespersen, Otto. 1917. Negation in English and other languages. Det Kgl. Danske Videnskabemes Selskab. Historisk-filologiske Meddelelser 1: 1-151.
Proulx, Paul. 2005. Initial change in Blackfoot. Calgary Papers in Linguistics 26.
Goddard, Ives. 1974. An outline of the historical phonology of Arapaho and Atsina. International Journal of American Linguistics 40.2: 102–116.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La beauté des étymologies," Panchronica, 28/05/2013, http://panchr.hypotheses.org/15 (ISSN 2494-775X)