Archives par mot-clé : hébreu

L’hébreu à la rescousse du gyalronguique

Un des problèmes non-résolus de la linguistique gyalronguique est la reconstruction des suffixes d’indexation personnelle. Si certaines langues, comme le situ et le zbu présentent des alternances non-triviales, notamment pour marquer la 1sg, le japhug a un système complètement parallèle entre pronoms, préfixes possessifs et suffixes d’indexation, comme le montre le tableau suivant tiré de cet article:

japhug_pronoms

Etant donné les points communs entre les systèmes d’indexation du gyalronguique et ceux du kiranti (en particulier le situ et le kiranti du sud), notamment les préfixes, le système d’indexation dans son ensemble ne peut pas être une innovation récente des langues rgyalronguiques. Si c’était le cas, outre que les ressemblances avec le kiranti et d’autres langues devraient être considérées comme fortuites, il faudrait admettre que les pronoms aient été grammaticalisés indépendanmment dans chaque langue individuelle, puisque les correspondances irrégulières entre langues gyalrong dans les suffixes d’indexation sont les mêmes que dans les pronoms: ainsi le zbu et le situ ont des suffixes et des pronoms palatalisés pour le pluriel et le duel (-ndʑə et -ɲə), tandis que le tshobdun a des formes non-palatalisés (-ndzə, -nə) et le japhug a seulement le duel qui est palatalisé (-ndʑi, -nɯ).

Une telle hypothèse ne serait acceptée par personne, pas même ceux qui veulent remettre en cause l’antiquité des systèmes d’indexations en ST comme LaPolla. Toutefois, l’isomorphie entre suffixes d’indexation et pronoms/préfixes possessifs néanmoins demande une explication. Il me semble qu’il faut considérer la possibilité d’une analogie massive entre pronoms et suffixes d’indexations. Ce type de cas est rare dans les langues dont l’histoire est bien connue, mais il existe un exemple bien attesté: celui des suffixes d’accompli en hébreu (voir Joüon et Muraoka, pp 122-3).

Observons d’abord le paradigme régulier de l’inaccompli en hébreu (avec le verbe qāṭal « tuer »), comparé avec celui de l’arabe (avec kataba « écrire »). Le formes phonétiquement irrégulières en hébreu sont en gras:

1sg qāṭál-tî — katab-tu
1pl qāṭál-nû — katab-nā

2m.sg qāṭál-tā — katab-ta
2f.sg qāṭal-t — katab-ti
2m.pl qāṭal-tem — katab-tum
2f.pl qāṭal-ten — katab-tunna

3m.sg qāṭal — katab-a
3f.sg qāṭəlâ — katab-at
3pl qāṭəl-û — katab-ū / katab-na

Voici le paradigme des suffixes possessifs (avec sûs « cheval ») et des pronoms:

1sg sûs-î — ʔănî, ʔănōxî
1pl sûsḗ-nû — ănáħnû

2m.sg sûsə-xā — ʔattâ
2f.sg sûsē-x — ʔat
2m.pl sûsə-xem — ʔattem
2f.pl sûsə-xen — ʔatten

3m.sg sûs-ô — hûʔ
3f.sg sûs-āh — hîʔ
3m.pl sûs-ām — hēm, hḗmmâ
3f.pl sûs-ān — hēn, hḗnnâ

Une analyse exhaustive de ces paradigmes dépasse le cadre de ce billet, mais notons que plusieurs suffixes de l’inaccompli ont des formes inexplicables si l’on admet pour le proto-sémitique du nord-ouest des suffixes similaires à ceux de l’arabe:
(i) La 1sg *-ta devrait donner †-t en hébreu, et non -tî, qui ajoute à la désinence le -î du suffixe possessif et du pronom ʔănî.
(ii) La 1pl *-na ou *-nâ devrait donner soit †-n soit †-nô en hébreu; le -nû est rigoureusement identique au suffixe possessif.
(iii) La 2m.sg devrait être †-t comme le féminin, et les formes du pluriel devraient être différentes; on observe le même paradigme -â, zéro, -em, -en entre pronoms, suffixes possessifs et suffixes d’inaccompli.

L’hébreu offre donc un exemple de contamination entre les paradigmes possessifs et pronoms d’une part, et suffixes d’indexation d’autre part, ce qui peut servir de modèle pour expliquer les formes des langues gyalronguiques, qui ont apparemment poussé plus loin cette analogie entre les trois paradigmes — l’analogie semble est restée constamment active, et a maintenu la ressemblance entre les paradigmes en supprimant à intervalles réguliers les accidences dues aux changements phonétiques réguliers.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’hébreu à la rescousse du gyalronguique," Panchronica, 22/01/2017, https://panchr.hypotheses.org/1660 (ISSN 2494-775X)

Les réduplications qui n’en sont plus

Les réduplications, lorsqu’elles subissent des changements phonétiques même relativement modérés, peuvent parfois devenir méconnaissables, et synchroniquement immotivées.

Un cas bien connu est celui de la forme d’aoriste/injonctif qui donne le grec εἶπον eipon ‘je dis’ (qui fonctionne comme l’aoriste de φημί phêmi et de λέγω legô « dire ») et le sanskrit vocam (aoriste avec augment avocam). Ces deux formes verbales n’ont aucune réduplication apparente ni en grec ni en sanskrit, mais tous les spécialistes s’accordent pour reconstruire ici un aoriste à réduplication *we-wkʷ-om (ce sujet est discuté dans ce billet). Notons que la 1sg vocam en sanskrit est refaite (on attendrait †vokam) dû à la généralisation de l’alternant palatalisé.

En grec notons que le *w se dissimile en -i- entre deux labiovélaires, une loi qui saigne la règle de boukolos, et qui s’observe dans un autre aoriste rédupliqué moins souvent cité (merci à Romain Garnier pour me l’avoir appris), le participe aoriste εἴβων eíbōn « versant » < *we-wgw-ónt- (de la racine *wegw- qui donne le grec ὑγρός hugrós « humide » < *ugw-ró-).

Le germanique contient aussi un certain nombre de formes rédupliquées fossiles (l'anglais wheel, par exemple).

Des réduplications fossiles sont aussi identifiées dans certaines familles dont la phonologie historique est bien comprise; ainsi, en sémitique on peut citer l’hébreu כוכב kôxāβ < *kabkab "étoile" par exemple.

En sino-tibétain/trans-himalayen, le parent pauvre de la méthode comparative, ce type de phénomène est plus difficile à détecter. Je ne connais pas d'exemple de ce type clairement identifié en chinois, en tibétain ou en rgyalronguique. J'ai proposé dans mon étude du tangoute (Jacques 2014:197) que la voix tendue (marquée par un point souscrit dans la reconstruction) du numéral "trois" sọ¹ (qui peut remonter mécaniquement à quelque chose comme *sə-sum) soit un cas de réduplication fossile; cette proposition, dont j'avoue le caractère hypothétique, n'a pour le moment pas fait l'objet d'une discussion détaillée (voir cependant ce billet de Marc Miyake).

Connaissez-vous d’autres exemples de réduplications fossilisées dans d’autres familles?

======================
Jacques, Guillaume 2014. Esquisse de phonologie et de morphologie historique du tangoute. Global Oriental. Leiden: Brill.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les réduplications qui n’en sont plus," Panchronica, 27/10/2016, https://panchr.hypotheses.org/1506 (ISSN 2494-775X)