Archives par mot-clé : étymologie

Une famille de mot en tibétain

Dans ce billet, je vais esquisser les relations étymologiques dans une famille de mots particulière en tibétain, et montrer comment les langues gyalrongs peuvent éclairer l’étymologie tibétaine d’une façon qu’une étude interne ne permettrait pas. Le raisonnement présenté ici part de l’idée que les langues gyalronguiques préservent de façon productive des préfixes de nominalination et de dénominalisation qui ont cessé d’être productifs en tibétain mais dont on peut trouver des traces.

Partons dela paire constituée de la forme grib གྲིབ་ (attestée dans grib གྲིབ་ « impureté » et grib.ma གྲིབ་མ་ « ombre ») d’une part et de srib སྲིབ་ ubac (notons aussi sa.srib ས་སྲིབ་ « crépuscule ») d’autre part. Il n’est pas difficile d’admettre que ces deux étymons /grib/ (sens originel probablement * »chose sombre ») et /srib/ (* »endroit/moment sombre ») sont dérivés d’une même racine (signifiant « sombre ») par des préfixes différents g- et s-.

Or, on remarque que les sens impliqués par ces préfixes g- et s- correspond en tous points à ceux des préfixes de nominalisation des langues gyalrong, où kɯ- s’emploie pour les participes sujets et objets, et sɤ- pour les participes obliques, comme l’explique entre autres cet article. Notons que ces préfixes semblent relativement bien attestés dans de nombreuses langues de la famille trans-himâlayenne/sino-tibétaine (voir cet article de Linda Konnerth). On trouve des traces de ces préfixes en tibétain, comme je l’ai suggéré dans cet article.

De grib གྲིབ * »chose sombre, ombre » on dérive ensuite, comme je l’ai déjà suggéré dans cet article, les verbes dénominaux sgrib སྒྲིབ་ « obscurcir » et ɴgrib འགྲིབ་ « diminuer, être caché » — notons qu’ici, le préfixe s- n’est pas selon moi un causatif qui dérive sgrib སྒྲིབ་ « obscurcir » de ɴgrib འགྲིབ་ comme on l’analyse habituellement: ces deux verbes sont indépendamment dérivés du nom (lui-même dérivé d’un verbe statif).

La racine *rib d’où dériveraient grib et srib quant à elle n’est pas directement attestée sous sa forme nue, mais l’on en trouve plusieurs traces:
(a) rab.rib རབ་རིབ་ « flou, sombre; maladie des yeux qui rend aveugle(cataracte?) », variante hrab.hrib ཧྲབ་ཧྲིབ་
(b) mun.rub མུན་རུབ་ « obscurité, crépuscule »

La forme (a) est rédupliquée d’une racine *rib par un processus courant CVC > CaC.CVC. Pour la forme (b), l’hypothèse d’une relation étymologique est plus contestable, car elle implique (1) une harmonie vocalique *mun.rib > mun.rub (il semble y avoir d’autres exemples, mais ce n’est pas un processus productif) et (2) la syllabe rub résultante de cette harmonie aurait été réanalysée comme une nouvelle racine « sombre », et intégrée dans d’autres mots tels que sa.rub ས་རུབ་ « crépuscule ».

Je pense donc que l’hypothèse d’une racine *rib « sombre » d’où dérivent tous ces mots par des processus non productifs mais attestés est possible. La chaîne de dérivation serait:

*rib
> rab.rib
> srib
>> sa.srib
> grib
>> grib.ma
>> sgrib
>> ɴgrib

La racine *rib « être sombre » proposée ici aurait-elle des cognats ailleurs? En japhug soit ta-ʁjɯβ « ombre » soit ta-ʁrɯm « reflet, lumière, ombre projetée » pourraient être des cognats potentiels, mais ces hypothèses sont difficiles à tester pour le moment, tant que nous ne comprenons pas mieux les langues gyalronguiques dans leur ensemble.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Une famille de mot en tibétain," Panchronica, 14/05/2016, http://panchr.hypotheses.org/1273 (ISSN 2494-775X)

Un petit détour par le tujia (1)

Le tujia est, de toutes les langues sino-tibétaines autres que le chinois, celle qui est parlée le plus au nord-est, dans deux enclaves au milieu de variétés diverses de langues chinoises et de langues hmong-mien, dans le département de Luxi 泸溪县 et celui de Longshan 龙山县 au Hunan.

Il existait encore il y a quelques années un site bilingue (anglais-chinois) avec un corpus multimédia de textes maintenu par Cecilia et Philip Brassett, mais il semble s’être évaporé, ce qui montre l’intérêt de sites avec un fort soutien institutionnel comme celui de Pangloss, qui a de bonnes chances de pérennisation.

Il existe un grand nombre de sources imprimées sur cette langue, et même des articles sur des sujets spécifiques (comme par exemple Xu 2008, pour citer une publication en anglais).

Du fait de sa position géographique, le tujia suscite une interrogation. Il s’agit très vraisemblablement d’un reliquat des langues qui recouvraient l’essentiel du Hunan et de l’est du Sichuan actuels (les royaumes de Ba 巴, Shu 蜀 et Chu 楚 de l’antiquité) plutôt qu’une incursion venant de l’ouest dans une région habitée par des Chinois. A ce titre, sa position phylogénétique est potentiellement intéressante.

Malheureusement (pour ceux qui veulent avoir des réponses rapides) et heureusement (pour ceux qui aiment les mystères et les recherches de longue durée), le tujia est comme les langues na une langue à la phonologie très érodée, qui a perdu les groupes de consonnes initiaux et les consonnes finales, et les lois phonétiques la reliant aux langues plus conservatrices de la famille sont tout sauf évidentes.

En utilisant les données de Chen Kang (2006), qui a l’avantage de présenter une liste de mots avec les deux « dialectes » (de Longshan et de Luxi) en regard, j’ai recherché les mots potentiellement apparentés au japhug, au tibétain et au chinois, y compris les nombreux emprunts à différentes variété de langues chinoises (qui sont très nombreux). Pour ceux qui veulent en savoir plus, le STEDT contient des données lexicales de deux variétés de Tujia, des données proches de celles de la source que j’ai utilisée.

Lorsque l’on étudie une langue de ce type, c’est bien évidemment par les emprunts qu’il faut commencer. La difficulté dans le cas du tujia est qu’il convient de connaître le chinois xiang de Jishou, une langue qui présente la particularité de préserver les voisées du chinois moyen, un archaïsme très inhabituel. Ainsi, lorsque l’on trouve des mots à voisées en Tujia de Luxi (celui de Longshan a perdu les voisées) correspondant aux voisées du chinois moyen, comme bu21 dau21 ‘raisin’ (bu daw 葡萄), il ne faut pas conclure qu’il s’agit nécessairement d’un emprunt datant d’avant la dynastie Ming.

Les mots potentiellement cognats sont plus difficiles. Certains restent relativement reconnaissables, comme le tujia de Luxi a21 si55 ‘pou’ dont la deuxième syllabe est presque certainement cognate (entre autres) avec le japhug zrɯɣ et le tibétain ɕig (voir cet article à propos du groupe initial dans ce mot).

Dans d’autre cas, il faut supposer des lois phonétiques non triviales — par exemple dzi35 « riz, nourriture » (tujia du nord tsi21) est vraisemblablement apparentée à la racine du japhug ndza « manger » et du tibétain za de même sens, ce qui suggère (à moins qu’un suffixe dental soit passé par là) une loi phonétique *-a > -i au moins devant affriquée dentale. Cette hypothèse gagne en plausibilité lorsque l’on découvre d’autres mots comme si35 « viande » (tibétain ɕa ‘viande’), tsi21tsi21 « neveu » (japhug tɯ-ftsa, tibétain tsʰa.bo) etc.

Enfin, on trouve des cas plus acrobatiques. Que dire par exemple de dzi33 « cochon »? Il est tentant de le rapprocher aussi de la racine verbale « manger », mais la différence de ton avec dzi35 « riz, nourriture » cité plus haut n’est pas facilement explicable.

(à suivre)
Référence
陈康 2006. 土家语研究。北京:中央民族大学出版社
Xu Shixuan 2008. Relative clauses in Tujia. Language and Linguistics.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Un petit détour par le tujia (1)," Panchronica, 20/04/2016, http://panchr.hypotheses.org/1247 (ISSN 2494-775X)

Une métonymie inattendue

Il y a quelques jours, Alex François m’a fait part d’un changement sémantique curieux de certaines langues de Vanuatu, où le verbe « dormir » vient d’une racine signifiant certainement « ronfler ». Dresser un inventaire de changements sémantiques saugrenus de ce type promet d’être à la fois amusant et instructif.

Mon fils de deux ans et demi désigne en ce moment le mucus nasal par le terme 鼻孔 bikong « narine »; une métonymie de ce type s’est apparemment produite dans le sens inverse en zbu, où le mot pour « nez » –sɲîv provient de la racine pour « mucus nasal », attestée par le japhug –ɕnaβ « mucus »(voir ma thèse p. 240); la directionalité est ici confirmée par le cognat tibétain སྣབས་ snabs de même sens. Il faut noter que l’étymon « mucus » est probablement un ancien composé dont le premier élément est « nez », -ɕna en japhug et སྣ་ sna en tibétain; la ressemblance phonétique entre « mucus » et « nez » dans l’ancêtre du zbu a pu contribuer à cette confusion.

Les lecteurs de ce blogs connaissent-ils des exemples comparables?

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Une métonymie inattendue," Panchronica, 24/03/2016, http://panchr.hypotheses.org/961 (ISSN 2494-775X)

A propos d’un compte-rendu de Baxter et Sagart (2014)

Dans le dernier numéro du Journal of Chinese Linguistics, où est aussi paru cet article de votre serviteur sur les relatives du japhug, se trouve un compte-rendu assez sévère, voire injurieux, du livre de Baxter et Sagart par He Da’an 何大安, où l’on peut lire par exemple « the authors know nothing about 训诂学 xunguxue » et autres délicatesses.

Est-il justifié? Comme je ne connais moi-même probablement rien à propos du xunguxue, je ne commenterai donc pas les parties de son long compte-rendu (57 pages!) portant sur la philologie. Je vais me contenter de discuter l’un des six reproches à l’encontre de ce livre, et qui porte sur le mot buyang ma lɔk 11 « cerf ». Le buyang est une langue assez extraordinaire, c’est la seule parmi les langues kra-dai à préserver les dissyllabes hérités de l’autronésien (voir à ce propos les comparaisons dans le tableau 6 de cet article) dont l’existence avaient été pressentie par Haudricourt.

Selon BS2014, le buyang, ayant maintenu ces dissyllabes, a également préservé les présyllabes dans les mots empruntés au chinois à l’époque antique, et selon leur interprétation ma lɔk 11 « cerf », qui provient de 鹿 lù (chinois médiéval luwk) « cerf » à une époque où ce mot avait encore une présyllabe *mə, d’où leur reconstruction *mə-rˁok (la présence d’une préinitiale est confirmée par d’autres données).

He Da’an objecte en affirmant que ce mot est d’origine Zhuang, et que la présyllabe a été rajoutée par un mécanisme morphologique. Sur quoi se base la première affirmation? He Daan cite Li Jinfang (1999) de la façon suivante:

Ainsi, comme le mot ma lɔk 11 est au ton 11, il serait nécessairement un emprunt, d’après l’interprétation que He Da’an propose de cette source. Il cite aussi l’original, et j’ai revérifié ce matin que la citation est bien exacte:

Toutefois, He Da’an ne s’est pas rendu compte que la phrase était ambiguë. En effet dans:

塞声韵只出现在11、54调上,少数出现在31调,是壮语借词

la dernière proposition (是壮语借词 « ce sont des emprunts zhuang ») n’a de portée que sur la proposition qui précède immédiatement (少数出现在31调 « il y en a une minorité (de mots à occlusives finales) qui apparaissent au ton 31 ») et non pas sur la précédente (塞声韵只出现在11、54调上 « les rimes à occlusives n’apparaissent qu’aux tons 11 et 54 »). La traduction de He Da’an est donc erronée, et il faut comprendre:

Les rimes à occlusives finales n’apparaissent qu’aux tons 11 et 54; une minorité apparaissent au ton 31, ce sont des emprunts zhuang.

La phrase étant ambiguë, comment puis-je affirmer avec certitude que le découpage syntaxique de He Daan est incorrect, et que le mien l’est? Il suffit de regarder quelques mots au ton 11, comme « l’oiseau » ma nuk 11, dont la première syllabe correspond clairement à celle du mot austronésien *manuk, alors le zhuang de Wuming a ɣok avec lénition (d’autres dialectes on des initiales différentes comme l-, mais pas n-) du *n dans les mots à anciennes présyllabes. De toute évidence, ce mot ne peut pas être un emprunt au zhuang (et l’on peut citer une montagne d’exemples du même type).

Donc, l’argument de He Da’an sur l’origine Zhuang prétendue de ce mot ne tient pas. Chacun a le droit de commettre des erreurs (et j’en ai commis moi-même, notamment lorsque j’ai le malheur de citer du birman sans tout revérifier…), mais même les philologues ont parfois besoin d’explication de texte.

Un cas de dégrammaticalisation? L’étymologie du nom ɯ-thoʁ « le sol » en japhug

Le japhug ɯ-thoʁ « le sol, par terre » n’est pas un nom comme les autres: il est anormal en ayant un préfixe de troisième personne obligatoire ɯ-, ce qui est peu commun pour un nom désignant le sol. Depuis longtemps, je me posais des questions sur son étymologie, et je crois avoir trouvé la solution.

En tibétain, la syllabe ཐོག་ tʰog, parmi de nombreux autres sens, peu signifier ‘le dessus’, et s’emploie communément comme nom relateur signifiant « sur », en combinaison avec les cas terminatif (ཐོག་ཏུ་ tʰog.tu) et allatif (ཐོག་ལ་ tʰog.la).

Il peut s’employer en particulier pour dire « sur le sol » ou « sur la terre », comme dans སའི་ཐོག་ཏུ་ sa’i tʰog tu (ce n’est pas la manière la plus courante de le dire, je le reconnais, mais c’est attesté). Mon hypothèse est que le japhug a:

(1) Emprunté ཐོག་ tʰog sous la forme attendue ɯ-thoʁ (avec un préfixe de troisième personne comme tous les noms relateurs) dans le sens de « sur ». Il était en compétition avec le mot local ɯ-taʁ « sur » — ce n’est pas très surprenant pour cette langue, où l’on a aussi deux formes en compétition pour le datif, ɯ-phe et et ɯ-ɕki.

(2) Ce nom relateur a dû être souvent employé dans une collocation « sur la terre », peut-être *sɤtɕha ɯ-thoʁ zɯ (avec le zɯ locatif), et a fini par se spécialiser et se restreindre à cette expression. Noter que le japhug utilise le nom tibétain ས་ཆ་ sɤtɕha pour désigner la terre, aussi bien comme matériau que comme extension spatiale.

(3) L’expression *sɤtɕha ɯ-thoʁ zɯ « sur la terre » est réduite en ɯ-thoʁ zɯ « sur la terre », une forme attestée.

(4) On crée par dérivation inverse ɯ-thoʁ « le sol » de ɯ-thoʁ zɯ « sur la terre ».

Cette idée explique le préfixe bizarre dans ce nom ainsi que son étymologie; à ma connaissance il n’existe pas d’étymologie locale potentielle. Je suis curieux de savoir si les lecteurs connaissent des cas similaires dans les langues qu’ils étudient.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Un cas de dégrammaticalisation? L’étymologie du nom ɯ-thoʁ « le sol » en japhug," Panchronica, 06/03/2016, http://panchr.hypotheses.org/904 (ISSN 2494-775X)

« Chauve-souris » en sino-tibétain

On trouve dans le vocabulaire potentiellement reconstructible du sino-tibétain (je dis « potentiellement » car sommes très loin d’avoir quoi que ce soit ressemblant à un système de reconstruction) des mots inattendus, pour lesquels aucun étymon équivalent n’existe dans le vocabulaire hérité de familles mieux connues comme l’indo-européen.

L’un de ces étymons est celui de la chauve-souris; le STEDT présente une liste de mots qui sont assez certainement cognats, et qui incluent le Khaling पाक्ति pakti et le chinois 蝠 *pɨk. En kiranti, ce mot n’est attesté sinon à ma connaissance qu’en dumi (on l’on a प्वाक्ती pwakti dans le dictionnaire de Netramani Rai; le -w- est inattendu).

Le fait que cet étymon soit attesté en chinois, en sal (bobo-garo, naga du nord), en kuki-chin et en kiranti mais pas en tibéto-birman central (tibétain, birmo-qianguique) est à mon avis une bonne indication qu’il n’a pas pu être transmis par contact, et qu’il est donc très certainement hérité dans toutes ces langues. Par contraste, en indo-européen chaque branche a créé, et renouvelé en permanence, le vocabulaire pour désigner cet animal. Comment expliquer sa préservation en ST? Peut-être son usage culinaire?
En tous les cas, je doute que cette information soit cruciale pour déterminer l’emplacement de l’Urheimat sino-tibétaine, car on trouve des espèces de chauves-souris dans toutes les régions pour lesquelles le berceau de la famille a été proposé (y compris la Chine du nord, le Sichuan, l’Arunachal, le Bhutan etc).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "« Chauve-souris » en sino-tibétain," Panchronica, 28/02/2016, http://panchr.hypotheses.org/885 (ISSN 2494-775X)

Voir > entendre

Je suis en train de préparer une liste de racines verbales reconstructibles au proto-kiranti, et je pense que le cognat khaling du limbou √nis « savoir, voir » doit être ङिन्य |ŋi| « entendre ». Les finales -s ont toutes été perdues en khaling dans les radicaux verbaux (si c’est effectivement un *-s qu’il faut reconstruire ici, une question pas du tout triviale), et le limbou confond *ŋ et *n du proto-kiranti en n- en début de mot.

On trouve cette racine verbale dans d’autres langues (par exemple le yakkha nis- « voir, regarder »; le yakkha garde les ŋ- initiaux mais semble avoir néanmoins neutralisé l’opposition entre ŋ- et n- devant -i). Je ne connais pas de cognats extra-kiranti, mais il est plus vraisemblable que le sens originel de cette racine ait été « voir » (avec l’extension vers « connaitre » comme en indo-européen), et qu’il soit passé à « entendre » en khaling. Il est curieux que ce changement sémantique ait eu lieu précisément dans la langue qui a innové un démonstratif auditif, mais avant d’en tirer des conclusions capillotractées sur les rapports entre grammaire et culture, et sur la place de l’audition par rapport aux autres sens chez les khaling, il faut noter que ces deux innovations n’ont pas eu lieu en même temps, puisque le passage de « voir » vers « entendre » pour cette racine est au moins partagé avec le doumi, où l’on trouve le cognat ŋyiːnɨ « entendre ».

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Voir > entendre," Panchronica, 16/02/2016, http://panchr.hypotheses.org/803 (ISSN 2494-775X)

L’étymologie de wemitigoozhi « français » en ojibwe

Avant de souhaiter un bon solstice d’hiver à tous les lecteurs de ce blog, voici une note complémentaire au billet d’hier. Ives Goddard m’a expliqué l’étymologie de wemitigoozhi `français’, et je vais ici la présenter d’une façon complètement explicite; comme cette information ne se trouve pas sur internet et doit être difficile à dénicher par soi-même, il est d’intérêt public que je la rendre disponible.

Le livre auquel j’avais fait référence hier a commis un contresens. Mais avant d’aller plus loin, il est nécessaire de dire deux mots à propos de ce que signifie une étymologie en algonquien. Les verbes algonquiens sont dans leur quasi-totalité bi- ou tripartite: ils comprennent au moins un thème initial (initial stem) et un thème final (final stem, une classe fermée) qui indique la sous-classe de verbe (transitif ou intransitif, animé ou inanimé). Certains verbes ont également un thème du milieu (middle stem) qui correspond notamment au noms incorporés (je parle brièvement de ce sujet dans cet article, voir aussi les articles de Goddard et de Garrett qui y sont cités; en gros historiquement, le thème final est un ancien verbe et tous les verbes bi- ou tripartites sont d’ancien prédicats complexes, déjà fossilisés en proto-algonquien; les lecteurs intéressés peuvent me contacter, je leur enverrai les PDF des articles les plus importants sur la question). Pour étymologiser un mot en algonquien, il faut donc identifier les différents thèmes, et rendre compte dans les cas nécessaires de dérivations entre verbes ou entre verbes et noms.

Pour expliquer wemitigoozhi, il faut partir d’un nom non attesté, mais conforme à la structure des mots algonquiens, (probablement inanimé) *meqtekw-ooš-i < *meqtekw-ooθ-i ‘bateau en bois’, qui comprend l’initiale *meqtekw- « bois » et la finale *ooθ- « bateau » (le *-i est le suffixe des noms inanimés au singulier; *θ se palatalise en *š devant *i en proto-algonquien, mais il y avait à un certain des alternances entre *θ et *š entre singulier et pluriels dans les noms inanimés de ce type; cette alternance existe toujours en ojibwe et dans la plupart des langues algonquiennes dans le système verbal, mais a été analogisée dans le cas des noms). *meqtekw- existe tout seul en ojibwe, on a mitig < *meqtekw-i ‘bâton’ et mitig < *meqtekw-a ‘arbre’. La finale *ooθ- existe en ojibwe sous sa forme non-palatalisée, qui donne régulièrement –oon-; on l’a dans des mots tels que l’adverbe anaam-oon-ag ‘sous le bateau’ (anaam– signifie ici ‘sous’,la nature de –ag est un sujet trop compliqué pour être discuté ici).

On peut dériver régulièrement à partir d’un nom X (sous sa forme possédée à la troisième personne du singulier) un verbe (intransitif inanimé) signifiant `avoir X’ en combinant le nom et la finale *–i. Ce procédé est toujours très productif en ojibwe; on peut citer par exemple:

odikomi < *wet-ehkw-em-i ‘avoir des poux’ (*-em est un suffixe nécessaire à former les formes possédées pour certains noms; *wet- est l’allomorphe du préfixe de possession de troisième personne *we- devant les radicaux en voyelle)

En appliquant le même procédé, on peut donc supposer l’existence d’un verbe *we-meqtekw-ooš-i- ‘avoir un bateau en bois’ (sans le suffixe *-em-; je ne m’étends pas sur cette question pour cause de temps).

Ce verbe aurait donné la forme *omitigoozhi en ojibwe; un tel verbe n’est pas attesté. Le participe à la troisième personne du singulier donnerait régulièrement *wemitigoozhid, avec le suffixe -d et le changement initial régulier o- => we-. On dérive ensuite un nom animé à partir du participe (en supprimant le suffixe de personne; je ne connais pas la fréquence de ce procédé de dérivation), ce qui donne la forme wemitigoozhi ‘Français’, originellement ‘ceux qui ont des bateaux en bois’.

Voilà, ce n’est pas une étymologie triviale, et présenté comme cela c’est un peu long (un vrai algonquianiste vous explique ça en deux phrases…). Pour ceux qui ont tenu jusqu’ici, voici comment dire ‘c’est Noël’ en ojibwe: niibaa-anama’e-giizhigad

C’est un verbe intransitif inanimé qui comporte giizhigad ‘être (le) jour’, dérivé du nom inanimé giizhig ‘jour’ (sur l’étymologie duquel au moins quatre articles ont été écrits), nibaa- est un préverbe signifiant ‘de nuit’ et anama’e– ‘chrétien’.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’étymologie de wemitigoozhi « français » en ojibwe," Panchronica, 24/12/2015, http://panchr.hypotheses.org/686 (ISSN 2494-775X)

Les longs couteaux

L’ojibwe, le lakhota et peut-être d’autres langues d’Amérique du nord partagent une expression commune pour désigner les européens, bahuvrîhi- `les longs couteaux’, ce qui en dit long sur la nature des rapports entre colons et amérindiens. Selon le New Lakota Dictionary, cela fait référence aux sabres de la cavalerie américaine.

En lakhota la forme est míla háŋska; mi- est un morphème dépendant signifiant `couteau’, et -la le diminutif.

En ojibwe, la forme est gichi-mookomaan, avec le préfixe gichi- `grand’ qui peut s’adjoindre aussi bien aux noms qu’aux verbes (on l’a dans gichi-manidoo `le grand manitou’). mookomaan est un nom inanimé (pluriel mookomaanan), mais gichi-mookomaan est animé et forme son pluriel comme gichi-mookomaanag. On trouve aussi un verbe dénominal gichi-mookomaani-ayaa `être un Européen’ comme dans cet exemple, tiré des mémoires de Maude Kegg (1991: 142), ouvrage que je recommande à ceux qui veulent s’initier à cette langue. Ce verbe composé (avec ayaa- `être’) apparaît ici avec le suffixe de troisième personne pluriel -wag de la conjugaison intransitive animée de l’ordre indépendant.

(1) Gaawiin ogikendanziinaawaa gegoo go aapiji anishinaabe-izhichigewin. Gegaa go gichi-mookomaani-ayaawag.
They don’t know anything much about the Indian way. They are almost white people.

Notons que les Français ont le privilège d’avoir un nom distinct en lakota et en ojibwe. En lakota, nous sommes appelés wašíču ikčéka `européens ordinaires’ (ont dit háŋpa ikčéka pour moccasin, háŋpa pour chaussure en général en lakota moderne): au dix-neuvième siècle, avant l’arrivée massive de colons américains, les européens que rencontraient les sioux étaient essentiellement des trappeurs français.

En ojibwe, ont dit wemitigoozhi pour `Français’; l’étymologie de ce mot n’est pas évidente, apparemment Ives Goddard a écrit à ce sujet.

Références

Kegg, Maude and John Nichols. 1991. Portage Lake: Memories of an Ojibwe Childhood. University of Alberta Press.
Ullrich, Jan. 2008. New Lakota Dictionary. Bloomington: Lakota Language Consortium.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les longs couteaux," Panchronica, 23/12/2015, http://panchr.hypotheses.org/679 (ISSN 2494-775X)

Les ressemblances fortuites entre mots apparentés

Le rma du nord (qiang) zdɤm ‘nuage’ ressemble furieusement au japhug zdɯm de même sens, et la quasi-identité entre les deux mots semble indiquer un rapport de cognation parfait. Si personne ne doute que ces mots sont apparentés, cette correspondance n’est pas aussi parfaite qu’elle en a l’air; en effet, les langues rma en général ont perdu les consonnes finales, et en particulier le –m final dans les mots natifs (par exemple, le numéral ‘trois’, χsɯm en japhug, a la forme khsə en rma du nord).

Le –m du rma ici est en fait un allomorphe de mu ‘ciel’ (cognat du japhug tɯ-mɯ de même sens) avec perte de la voyelle comme c’est régulier pour les éléments de composés non-accentués. Le japhug zdɯm ‘nuage’ correspond donc à proprement parler à la partie zdɤ- de la forme du rma, et cet exemple ne peut donc pas être utilisé pour proposer un correspondance de -m final entre japhug et rma.

Les cas paradoxaux de ce type, où un changement morphologique a rendu deux mots apparentés plus ressemblants qu’ils ne devraient l’être étant données les lois phonétiques régulières, sont rares mais en aucun cas exceptionnels. Les comparatistes doivent garder en tête les exemples de ce type pour éviter de proposer hâtivement des correspondances phonétiques fautives par un examen trop superficiel des données.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les ressemblances fortuites entre mots apparentés," Panchronica, 08/12/2015, http://panchr.hypotheses.org/616 (ISSN 2494-775X)

Tibétain phrin ‘message, information’

Je viens de trouver un nouveau cognat entre tibétain et gyalronguique, un mot pourtant assez évident: le tibétain ཕྲིན་ pʰrin / འཕྲིན་ ⁿpʰrin ‘message’ et le japhug tɯpri de même sens. Le préfixe est ici le préfixe de possesseur indéfini qui a été réanalysé comme partie du radical, comme dans de nombreux noms (comme tɯrme ‘homme’, qui en situ est un nom inaliénablement possédé).

La correspondance entre -pri et ཕྲིན་ pʰrin est parfaite. L’initiale est triviale (cf. cet article de Nathan Hill), et la correspondance de -i à -in se retrouve dans d’autres mots, comme le Japhug smi ‘cuit’ et tibétain སྨིན་ smin ‘mûr’.

En japhug, cette racine a servi à construire des verbes dénominaux, comme znɯxpri ‘prendre pour prétexte’ (ce qui est étrange, car tɯpri n’a pas le sens de prétexte, il s’agit donc d’une innovation sémantique propre à ce verbe, qui devrait signifier ‘faire donner un message’).

J’en profite pour mentionner le rapport probable entre le tibétain སྤྲིང་ spriŋ ‘envoyer’ (j’y pense car འཕྲིན་སྤྲིང ⁿpʰrin spriŋ ‘envoyer un message’ est une collocation très courante) et le khaling फुऽन्य |pʰiŋ| ‘envoyer’; pourrait-il s’agir d’un cas de préfixation en *r- avec métathèse (cf ce billet)?

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Tibétain phrin ‘message, information’," Panchronica, 04/12/2015, http://panchr.hypotheses.org/610 (ISSN 2494-775X)

Tibétain mdzangs.pa ‘intelligent, sage, noble’

Le chinois 匠 dzjaŋH ‘artisan’ est reconstruit par Baxter et Sagart(2014) comme *s-baŋ-s, sur la base de l’idée que 匚 pjang < *paŋ serait phonétique.

Je viens d’avoir une idée alternative; à mon avis, on peut comparer 匠 dzjaŋH à མཛངས་པ་ mdzangs.pa ‘intelligent, sage, noble’ (emprunté en japhug et verbalisé comme rɯndzaŋspa ‘faire attention’). Ce mot me semble lui-même motivé à l’intérieur du tibétain: on trouve l’adjectif བཟང་ bzaŋ < *p-dzaŋ ‘bon’, d’où il serait dérivé par un préfixe nasalisant *N- et le nominalisateur -s (*mdzaŋs < *N-p-dzaŋ-s)– il y a plusieurs possibilités quant à la nature de ce préfixe *N-; peut-être un usage comparable à l’applicatif – du japhug ‘être bon’ > ‘bien agir’ > (nominalisateur) ‘qui agit bien’.

Notons que bzaŋ ‘bon’ lui-même fait partie des rares mots à avoir des cognats en Bodo-Garo (Bodo məzaŋ  ‘beau, bon, propre’) et en chinois 臧 tsaŋ < *[ts]ˤaŋ ‘bon’, qui dans cette hypothèse ferait partie de la même famille de mot que 匠 dzjaŋH ‘artisan’.

匠 dzjaŋH ‘artisan’ a *dzh- en proto-Min et *dz- dans le proto-HM de Ratliff (2010), et si j’interprète correctement les lois phonétiques de B&S (2014: 161) pourrait aussi être compatible avec des reconstructions telles que *k-dzaŋ-s (pour *m.dzaŋ-s on aurait bien *dzh en min mais on attendrait à priori *ndz- en HM, voir B&S 2014:132). Pour rendre compte de la relation avec 臧 tsaŋ < *[ts]ˤaŋ ‘bon’, il faudrait peut-être même postuler *k-N-tsaŋ-s, une reconstruction qui correspond à ce que je connais par ailleurs (*k-…-s nominalisation circumfixale comme en tibétain, *N- applicatif).

Dans cette hypothèse, le caractère 匠 devrait être expliqué autrement — peut-être simplement comme un 会意 huiyi (une hache sur une planche carrée?).

Références
Baxter, William H., and Laurent Sagart. 2014. Old Chinese: a new reconstruction. New York: Oxford University Press.
Ratliff, Martha. 2010. Hmong-Mien Language History. Canberra: Pacific Linguistics.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Tibétain mdzangs.pa ‘intelligent, sage, noble’," Panchronica, 30/11/2015, http://panchr.hypotheses.org/571 (ISSN 2494-775X)

Tibétain snod et birman hnut

Le tibétain སྣོད་ snod ‘récipient, réceptacle’ (qui sert à traduire le sanskrit bhâjana– n. भाजनं) a été comparé par le STEDT à la racine correspondant au birman hnut ‘bouche’, qui signifie aussi apparemment ‘utérus’ dans certaines expressions (comme hnut ŋuṃ ‘être enceinte’). Cette comparaison pourrait paraître sémantiquement possible dans la mesure où l’on a le composé བུ་སྣོད་ bu snod ‘utérus’ (=’réceptacle de l’enfant’), et où snod peut aussi désigner des organes internes (snod drug = 六腑).

Je pense toutefois que cette comparaison est fausse, pour plusieurs raisons.

Premièrement, mis à part le birman, aucune langue n’utilise cette racine pour désigner des organes internes, elle désigne soit la bouche, les lèvres, le museau, voir comme en japhug le bout d’un fil (en japhug, l’emprunt au tibétain tɯ-mtɕhi est employé pour désigner la bouche et les lèvres) ou de toute entité filiforme comme un ver de terre, comme dans cet exemple (le texte n’est pas encore sur Pangloss):
(1) pjɯ-sɯ-ɲcɤr ʑo tɕe, ɯ-ɕnɤz nɯ ɯ-mtsioʁ nɯ kɯ tu-rɤɕi tɕe,
(la corneille) appuie (avec une de ses pattes sur l’un des bouts du ver de terre), et tire avec son bec sur (l’autre) bout.

J’ignore d’où viennent les autres acceptions que hnut a en birman, et étant donné mon manque de connaissances dans cette langue, je préfère laisser à d’autres le traitement de cette question.

Deuxièmement (et principalement), le tibétain snod a une étymologie interne, il dérive du verbe ནོད་ nod (présent) / མནོས་ mnos (passé) « recevoir ». Ce verbe s’emploie plutôt pour des concepts abstraits (notamment des enseignements religieux) en tibétain classique, mais en tibétain ancien c’est le verbe normal pour recevoir des objets concrets, notamment dans l’expression སྔ་གཡར་དུ་མནོསྟེ་ snga g.yar-du mnoste ’emprunter’ (littéralement ‘recevoir comme emprunt’):

(2) lha ris gyi stsang las khre shol khal bcu zhig snga g.yar du mnoste
« [the people] borrowed ten khal of millet from the grain of the monastic estate.
PT1104.07 (Takeuchi 1995:225-231)

Mais aussi simplement dans le sens de « recevoir »:
(3) im tsi hvan gis mnoste
« [the millet] was received by Im tsi hvan »
PT.1104.24

snod n’est apparemment pas un calque de bhâjana- dans sa formation morphologique (puisque ce dernier dérive de la racine bhaj– ‘partager’), ce qui n’est pas surprenant puisqu’à part གཟུངས་ gzungs ‘dhâraṇî- धारणी’, les termes sanskrits sont calqués au moyen de morphologie refaite, et non en utilisant la morphologie préfixale ancienne.

La racine est |no| « recevoir » (le passé mnos < *pV-no-s avec le circumfixe b-…-s du passé), et la forme snod comprend le préfixe de nominalisation oblique s- (cognat avec le préfixe de participe oblique sɤ- en japhug, dont l’usage est décrit ici et ici), couplé avec un suffixe de nominalisation -d comme c’est courant pour les noms préfixés en g-/d- ou en s-. C’est donc un nom déverbal qui suit des règles tout à fait régulières de formation en tibétain, aussi bien du point de vue sémantique que morphologique.

Il n’est pas vraisemblable que le nom ɯ-ɕnɤz du japhug et ses cognats soient des noms déverbaux fossilisés (ce qui serait une innovation lexicale du birmo-gyalronguique, le tibétain ayant conservé le verbe d’où ce nom serait dérivé). Premièrement, s’il existe des noms obliques irréguliers non productifs, ils sont toujours formés avec une dentale s- ou z-, jamais avec une palatale ɕ- en gyalronguique, et contrairement au tibétain, les noms déverbaux n’ont jamais deux marques préfixée et suffixée de nominalisation, on a toujours soit l’une soit l’autre en gyalronguique. Deuxièmement, il resterait à expliquer de façon claire l’évolution sémantique de ‘réceptacle > organe interne > bouche’ qui n’est pas très intelligible au moins pour moi.

Bibliographie
Takeuchi, Tsuguhito. 1995. Old Tibetan Contracts from Central Asia. Tokyo: Daizo Shuppan.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Tibétain snod et birman hnut," Panchronica, 29/11/2015, http://panchr.hypotheses.org/554 (ISSN 2494-775X)

Le métier à tisser en sino-tibétain

Parmi les rares mots communs aux langues rgyalronguiques et au chinois, on trouve deux verbes désignant des activités de tissage:

’tisser’: japhug taʁ, tibétain འཐག་ ɴtʰag, btags, chinois 織 *tək
‘filer’: japhug pɣo < *paˠŋ, tibétain འཕང་མ་ ɴpʰaŋ.ma ‘quenouille’, chinois 紡 *paŋʔ

Je pense néanmoins qu’il est probablement possible de reconstruire davantage de termes techniques liés à cette activité. Aujourd’hui, en feuillant un dictionnaire de birman, je suis tombé sur le mot hnat ‘(织布机上的)综’ (à lire ici zèng), un terme qui se traduit en français par lice, et qui désigne un élément du métier à tisser qui sert à croiser les fils de chaînes et à les séparer pour permettre le passage de la navette (织布机上使经线交错着上下分开以便梭子通过的装置).

Ceci me fait immédiatement penser au japhug ɕnat, qui désigne un fil (en chinois local 提线; voir ci-dessous sur la photographie, en violet, noir et blanc; Tshendzin indique du doigt le ɕnat violet) qui sert précisément à cela (ɯ-sqar ɯ-tu-kɯ-sɯ-βzu ɣɯ tɤ-ri ŋu = c’est le fil qui sert à faire l’intersection des fils de chaînes). NB: cette photographie est tirée d’un film assez détaillé sur le tissage que je publierai un jour, il est déjà transcrit.

Cnat

J’avais déjà remarqué le tibétain སྣས་ snas qui a l’air de vouloir dire la même chose, et je me demandais depuis ma thèse s’il s’agissait d’un emprunt très nativisé du tibétain en gyalrong. La découverte de ce cognat birman montre qu’il n’en est rien, il s’agit d’un mot (à l’étymologie par ailleurs opaque) qui doit être reconstruit à l’ancêtre commun du birmo-gyalronguique et du tibétain, voire plus loin si nous parvenons à trouver des cognats dans des langues plus éloignées. Je n’ai pas d’explication pour la différence de consonne finale. Si des lecteurs de ce blog ont des idées sur des étymologies dans d’autres langues, elles sont les bienvenues.

Il y a sans doute de nombreux autres termes du tissage dans le vocabulaire sino-tibétain. La reconstructibilité de ces termes me semble avoir une importance pour la détermination de l’Urheimat de la famille.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le métier à tisser en sino-tibétain," Panchronica, 28/11/2015, http://panchr.hypotheses.org/548 (ISSN 2494-775X)

Chevrons, avant-toits et uvulaires en chinois archaïque

Le mot tibétain lcam-shing (ltɕam.ɕiŋ dans ma transcription) désigne le chevron (en chinois 椽子 chuánzi). Une origine possible du tibétain lcam est *lhjam (voir cet article).

Cette reconstruction me fait penser au chinois 檐 yem ‘avant-toit’, dont la classe de rime en chinois archaïque (韵部) est *-am de façon non-ambiguë. Une des origines du chinois moyen y- est bien la latérale *l-, donc *lam serait une forme qui pourrait mécaniquement donner le chinois moyen yem et les formes qui en dérivent dans les langues chinoises modernes. Admettons pour le moment cette reconstruction, je reviendrai plus bas dans ce billet sur les problèmes qu’elle soulève.

Le proto-tibétain *lhjam et le chinois archaïque *lam se ressemblent suffisamment pour justifier une étude plus détaillée de la possibilité d’une relation entre les deux mots. Sémantiquement, le rapport entre ‘avant-toit’ et ‘chevron’ n’est pas immédiatement évident, mais comme le montre cette photographie, les chevrons sont en fait assez visibles sur les avant-toits dans l’architecture chinoise, et par conséquent il n’est pas exclu que le terme ‘avant-toit’ puisse avoir été formé à partir de celui désignant le chevron:

Phonétiquement, on observe deux différences entre la forme pré-tibétaine *lhjam et la reconstruction en chinois archaïque proposée *lam. Tout d’abord, la différence d’aspiration, sur laquelle je n’ai pas d’explication. Deuxièmement, la présence de palatalisation en tibétain, qui pourrait s’expliquer de deux façons: (1) lcam serait un emprunt au chinois 檐 yem < *lam à une étape intermédiaire (époque Han) où la palatalisation commençait à apparaître, mais avant la disparition de la latérale. (2) un certain nombre de mots tibétains natifs présentent une palatalisation mal expliquée (que je discute dans cet article), due dans certains cas à l’usage de la palatalisation pour former des mots du vocabulaire honorifique (ce qui n’est sans doute pas le cas ici).

Il semble peu probable qu’un mot aussi technique puisse être cognat entre les deux langues, mais nous ne pouvons pas exclure un emprunt dans un sens ou l’autre: la présence d’emprunts au chinois archaïque en tibétain est un fait avéré (lcags < *lhjaks ‘fer’ de 铁 *l̥ˤik, me.long ‘miroir’ de 铜 *lˁoŋ ‘bronze’ etc), ou du tibétain ou d’une langue himalayenne vers le chinois, comme c’est le cas pour le mot ‘yak’ (voir ce manuscrit).

Cette étymologie pose néanmoins un problème dans la nouvelle reconstruction de B. Baxter et L. Sagart (2014). En effet, alors que d’autres systèmes de reconstruction du chinois archaïque reconstruisent *l pour tous les y- du chinois moyen, Baxter et Sagart reconstruisent une uvulaire *ɢ dans certains cas, pour des raisons très convaincantes mais trop longues à expliquer sur ce blog. Dans leur nouvelle reconstruction, 檐 yem ‘avant-toit’ est reconstruit comme *Cə.[ɢ]am avec une uvulaire, et non avec une latérale.

La comparaison proposée avec le tibétain est-elle impossible pour cette raison? C’est là que la philologie du chinois doit entrer en jeu (malheureusement, ce n’est pas mon point fort). La reconstruction avec uvulaire dépend crucialement de l’usage de 詹 comme élément phonétique dans ce caractère, et une étude sur les textes excavés de l’usage de ce phonétique serait bien utile, mais je suis mal équipé pour m’en charger.
La série phonétique qui contient ce caractère a des occlusives dentales (膽 tamX < [t]ˤamʔ) et des affriquées alvéolo-palatales (瞻 tɕem, reconstruit *[t.q]am), mais pas à ma connaissance de caractères imposant une reconstruction d’uvulaire dans cette série. Ainsi, il serait tout aussi possible, dans le système de Baxter et Sagart, de reconstruire cette série comme une série à latérale:

yem < *lam
tamX < *t-lˤamʔ
tɕem < *t-lam

Dans cette hypothèse, la comparaison entre tibétain lcam et chinois 檐 yem ne serait pas un mirage de la reconstruction.

Références

Baxter, William H., and Laurent Sagart. 2014. Old Chinese: a new reconstruction. New York: Oxford University Press.
Jacques, Guillaume. 2013. On pre-Tibetan semi-vowels. Bulletin of the School of African and Oriental Studies 76.2:289–300.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Chevrons, avant-toits et uvulaires en chinois archaïque," Panchronica, 24/10/2015, http://panchr.hypotheses.org/490 (ISSN 2494-775X)