Archives par mot-clé : étymologie

La racine sino-tibétaine « traverser »

En lisant cet article qui parle entre autres du verbe 越 hjwot < *ɢwat "traverser" en chinois et de ses dérivés, je me suis rappelé du verbe khaling |wett| « cross over a ridge » (voir aussi ce lien au cas où l’autre ne fonctionnerait plus).

Cette comparaison fonctionne du point du vue du sens (on dit communément en chinois 翻山越岭, bien qu’il faudrait revérifier l’antiquité de cette collocation). La comparaison phonétique est aussi presque parfaite, mais mérite quelques commentaires.

Tout d’abord, la correspondance du chinois *a au khaling *e n’est pas surprenante. Dans cet article sur le proto-kiranti, je postule au §6.2.4, Table 19, un changement de *a > *ɛ (> e en khaling) dans les rimes fermées en *-t et *-l. Ce verbe est un exemple de plus qui confirme cette correspondance.

Ensuite, la correspondance de la consonne initiale que Baxter et Sagart reconstruisent *ɢw- et que d’autres systèmes reconstruisent comme *w- au proto-kiranti *w- (khaling w-) est attestée par d’autres exemples, en particulier le Limbu |wa| ‘be, exist’ et le chinois 有 *ɢwəʔ.

La double consonne finale -tt est une question d’ordre morphologique (voir cet article); elle mérite un examen plus détaillé, mais qui requiert la recherche de cognats de la racine khaling |wett| dans d’autres langues kiranti.

La comparaison avec le tibétain སྐྱོད་ skʲod, un verbe qui signifie « agiter (par exemple, un drapeau) » ou « aller » est quant à elle en fait assez douteuse. Le /o/ du tibétain peut sans doute provenir d’un plus ancien *wa (c’est la loi de Laufer, à propose de laquelle voir cet article, celui-ci et celui-là (Tableau 11)), mais un ancien *s-wat devrait donner †sod; difficile d’accepter une comparaison qui pose de tels problèmes sémantiques et phonétiques sans exemples additionnels d’une telle correspondance.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La racine sino-tibétaine « traverser »," Panchronica, 11/02/2017, http://panchr.hypotheses.org/1676 (ISSN 2494-775X)

Note complémentaire à propos de l’omaha koⁿbthé « je désire »

Comme l’indique le CSD dans l’entrée sur le verbe « désirer », la première syllabe *kǫ- de ce verbe correspond au lakota kúŋ « désirer » et à la forme diminutive kúŋla. La seconde syllabe *-ra en revanche n’est pas cognate de -la en lakota (*-ra donnerait -ya dans cette langue).

Comment rendre compte plus précisément de l’étymologie de ce verbe? Dans le corpus de Dorsey, il s’emploie presque toujours (222 fois sur 235) avec le suffixe -goⁿ « comme », comme en (1): (l’étymologie de ce suffixe est discutée ici)

(1) wi-síthe ki, wi-tóⁿbe koⁿbthé-goⁿ
1>2-penser.à quand 1>2-1sg:voir désirer:1sg-comme
« Quand je pense à toi, j’ai envie de te voir. »

Or, le verbe « penser » (ebthé, ethé) s’emploie toujours en omaha (pas dans les autres langues dhegiha toutefois) aussi avec ce suffixe, au point que le manuel de conjugaison de Eschenberg et Saunsoci donner ethégoⁿ comme radical du verbe « penser ».
Comme je l’explique dans cet article, le verbe ebthé, ethé « penser » est étymologiquement un thème en *y-, ayant incorporé un élément démonstratif *e-, qui a été réanalysé comme un thème en *r- du fait de la confusion à la première personne des groupes *wy- et *wr- en bð-. Dans ce verbe la troisième personne ethé est refaite; on attendrait †ezhé si cette forme était phonétique.

Je pense maintenant que la seconde racine verbale de koⁿbthe, goⁿthe « désirer » doit en fait être la même que celle de ebthé, ethé, et qu’il faut donc reconstruire *kǫ=yA, 1sg *w-kǫ=w-yA en pre-proto-Dhegiha, cette racine subissant ensuite la même analogie que le verbe « penser » (sans quoi la 3sg devrait être †goⁿzhe), donnant la forme *kkǫ-wrA d’où dérivent les formes actuelles.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Note complémentaire à propos de l’omaha koⁿbthé « je désire »," Panchronica, 02/01/2017, http://panchr.hypotheses.org/1634 (ISSN 2494-775X)

Une curiosité philologique

En lisant cet article sur le cycle sexagésimal chinois, j’ai appris l’existence d’une liste attestée à l’époque Han (dans le Huainanzi et le Shiji) de noms alternatifs des termes du cycle sexagésimal venant probablement d’une langue inconnue (page 28 et note final 110). Je ne vais pas entrer dans les détails sur l’usage de ce cycle, ni de la relation entre l’usage du cycle pour marquer les années et l’observation du mouvement apparent de Jupiter (太岁), car il existe sur ce sujet de nombreuses publications accessibles en ligne.

On peut facilement trouver des listes de ces termes étranges sur internet, par exemple ici. Des étymologies chinoises capillotractées ont été proposées, (certaines sont recensées dans l’édition du Huainanzi que j’utilise , pp 195-8), mais elles ne valent pas la peine d’être discutées.

Voici les termes du cycle avec le chinois moyen dans une version APIfiée de la transcription de Baxter. Je n’indique pas systématiquement de reconstructions du chinois archaïque, car celles-ci seraient anachroniques pour des noms transcrits à l’époque Han, mais je rajoute quelques reconstructions simplifiées pour certains mots.

J’indique aussi les noms des animaux correspondants dans l’usage du cycle pour noter les années en chinois et dans les langues d’Asie, du Cambodge à la Mongolie. Bien entendu, il n’est pas certains que, quelle que soit la langue d’où proviennent ces mots, il aient quoi que ce soit à voir avec les douze animaux, mais c’est néanmoins une piste au moins concevable.

子 souris 困敦 kʰunH twon
丑 vache 赤奮若 tɕʰek pjunH nyak
寅 tigre 攝提格 ɕep dej kæk < ??*nhep de rkak
卯 lapin 單閼 ɕenH 'at < ??*dars'at
辰 dragon 執徐 tɕip zjo < *tip zla
巳 serpent 大荒落 dajH xwaŋ lak < ??*lats hmaŋ rak
午 cheval 敦牂 twon tsaŋ
未 mouton 協洽 ɣep ɣɛp < *gep grop
申 singe 涒灘 tʰwon than
酉 poulet 作噩 tsak ŋak
戌 chien 閹茂 'jem muwH < *ʔom mus
亥 cochon 大淵獻 dajH 'wen xjʌnH

Aucun de ces mots n'a la moindre ressemblance avec les désignations des animaux en tibétain, tangoute ou en
turcique, ni apparemment dans aucune famille de la région qui me vienne à l’esprit. L’identification de la langue derrière ces transcriptions et leur étymologisation est peut-être un cas désespéré, mais il ne faut pas s’interdire d’y réfléchir.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Une curiosité philologique," Panchronica, 14/08/2016, http://panchr.hypotheses.org/1442 (ISSN 2494-775X)

Carnet de terrain (2016) VI

On trouve en japhug un nom désignant l’embryon des poulains, ɯ-rti, emprunté au tibétain rteɦu རྟེའུ་ ‘poulain’ (le diminutif de rta རྟ་ ‘cheval’). On dit par exemple pour une jument enceinte rgonma ɯ-rti kɯ-tu avec une relative à tête interne.

Ce mot est intéressant à deux titres. D’abord, le japhug est une langue dans laquelle il y a un mot pour ’embryon de cheval’, mais pas de mots spécifiques pour ceux des autres animaux, y compris les humains (on dit ‘enfant’ tɤ-pɤtso pour un embryon humain). Je n’y avais jamais pensé jusqu’à aujourd’hui, mais je trouve ce fait pour le moins inattendu.
Ensuite, le mot tibétain lui-même désigne le poulain, et il y a un déjà un mot natif en japhug (kɤjpɯ, non emprunté au tibétain) pour désigner les poulains. Par quel chemin ce nom a-t-il eu cette acceptation? S’agit-il d’un changement à l’intérieur de la langue tibétaine qui a donné ce mot, ou d’une évolution interne, après avoir emprunté le nom dans le sens de ‘poulain’?

Carnet de terrain (2016) III

Malgré l’omniprésence du chinois, une oreille avertie qui passe dans la rue à Mbarkham peut facilement repérer des conversations bien vivantes en situ, en japhug, en tshobdun et aussi en tibétain amdo. Cette diversité linguistique est précieuse mais potentiellement fragile; qu’en sera-t-il dans cinquante ans?

Parmi les découvertes d’aujourd’hui…

Les langues rgyalrong sont extrêmement verbo-centriques, et en comparaison avec la morphologie verbale, la morphologie nominale fait pâle figure. On trouve toutefois des noms à la structure intéressante. J’ai appris aujourd’hui le mot sɤqrɤcha qui désigne l’alcool d’orge que l’on offre aux invités lors des mariages. Ce mot n’est plus du tout employé et est tombé dans l’oubli, mais nous l’avons retrouvé dans une histoire enregistrée en 2003. C’est un composé de cha ‘alcool’ avec le participe oblique de qru ‘recevoir des hôtes, aller accueillir’, sɤ-qru à dans sa valeur instrumentale ‘ce qui sert à recevoir les hôtes’. Ce participe, servant de premier membre de composé, se met à l’état construit sɤqrɤ- (avec le changement régulier u > ɤ).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Carnet de terrain (2016) III," Panchronica, 03/07/2016, http://panchr.hypotheses.org/1381 (ISSN 2494-775X)

Wir müssen wissen, wir werden wissen

On observe parmi un nombre non-négligeable de linguistes, même en linguistique historique, un courant inductiviste et hyper-sceptique qui jette le doute sur la possibilité même d’établir des étymologies entre formes non-superficiellement similaires, de reconstruire des proto-langues et d’explorer les relations historiques éventuelles entre familles de langue.

Ce triomphe de l’ars nesciendi me semble la pire attitude possible qu’un chercheur peut avoir; refuser par principe de se poser certaines questions sous prétexte de rigueur scientifique équivaut à se complaire dans l’ignorance et à jeter l’anathème sur ceux qui ne s’y résignent pas.

Si l’extrême inverse — celui des spéculations basées sur un examen superficiel de données, contribue à augmenter la proportion de « bruit » dans les publications et nuit aussi à sa façon à la science, il est préférable de poursuivre toute sa vie un mirage que de s’auto-congratuler de son manque d’audace et d’originalité. A condition de se donner les moyens intellectuels nécessaires à réaliser son projet et à se refuser à toute falsification de données et/ou utilisation d’arguments malhonnêtes, un chercheur ne doit pas craindre de proposer des idées non-triviales, même si elles peuvent sembler incompréhensibles par ses pairs; les découvertes brillantes en linguistique historique paraissent souvent être des élucubrations à ceux qui n’ont pas le temps ou les moyens de les comprendre.

A l’aphorisme de Wittgenstein, je préfère l’optimisme de Hilbert: Wir müssen wissen, wir werden wissen. L’ignorance n’est ni tolérable ni inéluctable.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Wir müssen wissen, wir werden wissen," Panchronica, 12/06/2016, http://panchr.hypotheses.org/1351 (ISSN 2494-775X)

La guimbarde au pays Rgyalrong

En lisant cet article sur les voyelles uvularisées du rma du nord, je tombe sur le mot ʁdʐuʶ « guimbarde », qui me rappelle le japhug ʑɴɢro de même sens — notons que les rimes -u du rma du nord et -o du japhug remontent toutes deux à *-aŋ. Le groupe ʁdʐ- doit résulter de façon assez triviale de l’affrication d’un ancien groupe *ɴɢr-.

S’agit-il d’un cognat ou d’un emprunt ancien? Cet instrument (traditionnellement joué par les femmes) n’a plus été en usage dans la région Japhug depuis plus de cinquante ans, mais semble plus utilisé dans le sud de la région Rgyalrong et chez le Qiang/Rma.

Notons que de l’autre côté de l’Himâlaya, chez les khalingois, la guimbarde joŋbem योङ्‍बेम् est un objet culturel important omniprésent durant les festivités.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La guimbarde au pays Rgyalrong," Panchronica, 05/06/2016, http://panchr.hypotheses.org/1341 (ISSN 2494-775X)

Khaling keŋ ‘refroidir’ et la loi de Dempsey

Le khaling |keŋ| केऽन्य ‘refroidir’, qui s’emploie en particulier à propos de la nourriture (jûː kêŋtɛ यु: के:ङ्त्य ‘le repas a refroidi’) pourrait être apparenté au tibétain ɴkʰeŋ འཁེང་ ‘se solidifier après avoir refroidi, geler’ (à ne pas confondre avec le verbe kʰeŋs ཁེངས་ ‘se remplir de’, dont on a parlé dans ce billet).

Cette comparaison soulève néanmoins un problème: d’après la loi de Dempsey, les *-eŋ du pré-tibétain deviennent -iŋ, et par conséquent tous les -eŋ du tibétain sont secondaires: soit des emprunts, soit des formes analogiques. l’explication analogique, qui fonctionne pour les verbes transitifs traités par Hill (2014) et pour kʰeŋs ཁེངས་ ‘se remplir de’ (où l’on pourrait argumenter d’une analogie avec une forme comme kʰebs), n’est en revanche pas possible pour ce verbe. Pourrait-il s’agir d’un mot dialectal emprunté à une variété n’ayant pas subi la loi de Dempsey (il faut signaler que ce mot n’est pas très courant)?

Références
Dempsey, Jakob (2003). Analysis of Rime-Groups in Northern-Burmish. Linguistics of the Tibeto-Burman Area 26.1: 63-124.
Hill, Nathan W. (2014). Some Tibetan verb forms that violate Dempsey’s law, Revue d’Etudes Tibétaines 29. pp. 91-101.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Khaling keŋ ‘refroidir’ et la loi de Dempsey," Panchronica, 01/06/2016, http://panchr.hypotheses.org/1332 (ISSN 2494-775X)

Un étymon utile pour la paléontologie linguistique

En lisant ce matin un article sur une langue lolo-birmane, je suis tombé sur le mot « banane » (citons simplement le birman hŋak), qui m’a rappelé le khaling leŋaksi लेङाक्सी ‘banane’ (-si ici est un suffixe signifiant « fruit »). En fait, le STEDT a déjà noté cette étymologie: l’étymon « banane » se retrouve dans quasiment toutes les branches primaires de la famille, y compris birmo-gyalronguique, tani et kiranti (mais pas en chinois apparemment).

Etant donné le caractère tropical de cette plante, il pourrait s’agir d’un mot utile pour la paléontologie linguistique, si l’on parvient à exclure la possibilité d’un mot voyageur diffusé dans toutes les langues. Il est trop tôt pour décider de cette question, mais notons déjà qu’en khaling, une forme dissyllabique *ŋaksi dans l’ancêtre commun au khaling et au doumi devrait donner †ŋas en khaling d’après les lois phonétiques décrites dans cet article. Il est donc assez probable qu’il s’agisse en khaling d’un emprunt récent à une autre langue kirantie (ce qui n’empêche pas toutefois qu’il soit d’un mot très ancien en kiranti).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Un étymon utile pour la paléontologie linguistique," Panchronica, 15/05/2016, http://panchr.hypotheses.org/1282 (ISSN 2494-775X)

Une famille de mot en tibétain

Dans ce billet, je vais esquisser les relations étymologiques dans une famille de mots particulière en tibétain, et montrer comment les langues gyalrongs peuvent éclairer l’étymologie tibétaine d’une façon qu’une étude interne ne permettrait pas. Le raisonnement présenté ici part de l’idée que les langues gyalronguiques préservent de façon productive des préfixes de nominalination et de dénominalisation qui ont cessé d’être productifs en tibétain mais dont on peut trouver des traces.

Partons dela paire constituée de la forme grib གྲིབ་ (attestée dans grib གྲིབ་ « impureté » et grib.ma གྲིབ་མ་ « ombre ») d’une part et de srib སྲིབ་ ubac (notons aussi sa.srib ས་སྲིབ་ « crépuscule ») d’autre part. Il n’est pas difficile d’admettre que ces deux étymons /grib/ (sens originel probablement * »chose sombre ») et /srib/ (* »endroit/moment sombre ») sont dérivés d’une même racine (signifiant « sombre ») par des préfixes différents g- et s-.

Or, on remarque que les sens impliqués par ces préfixes g- et s- correspond en tous points à ceux des préfixes de nominalisation des langues gyalrong, où kɯ- s’emploie pour les participes sujets et objets, et sɤ- pour les participes obliques, comme l’explique entre autres cet article. Notons que ces préfixes semblent relativement bien attestés dans de nombreuses langues de la famille trans-himâlayenne/sino-tibétaine (voir cet article de Linda Konnerth). On trouve des traces de ces préfixes en tibétain, comme je l’ai suggéré dans cet article.

De grib གྲིབ * »chose sombre, ombre » on dérive ensuite, comme je l’ai déjà suggéré dans cet article, les verbes dénominaux sgrib སྒྲིབ་ « obscurcir » et ɴgrib འགྲིབ་ « diminuer, être caché » — notons qu’ici, le préfixe s- n’est pas selon moi un causatif qui dérive sgrib སྒྲིབ་ « obscurcir » de ɴgrib འགྲིབ་ comme on l’analyse habituellement: ces deux verbes sont indépendamment dérivés du nom (lui-même dérivé d’un verbe statif).

La racine *rib d’où dériveraient grib et srib quant à elle n’est pas directement attestée sous sa forme nue, mais l’on en trouve plusieurs traces:
(a) rab.rib རབ་རིབ་ « flou, sombre; maladie des yeux qui rend aveugle(cataracte?) », variante hrab.hrib ཧྲབ་ཧྲིབ་
(b) mun.rub མུན་རུབ་ « obscurité, crépuscule »

La forme (a) est rédupliquée d’une racine *rib par un processus courant CVC > CaC.CVC. Pour la forme (b), l’hypothèse d’une relation étymologique est plus contestable, car elle implique (1) une harmonie vocalique *mun.rib > mun.rub (il semble y avoir d’autres exemples, mais ce n’est pas un processus productif) et (2) la syllabe rub résultante de cette harmonie aurait été réanalysée comme une nouvelle racine « sombre », et intégrée dans d’autres mots tels que sa.rub ས་རུབ་ « crépuscule ».

Je pense donc que l’hypothèse d’une racine *rib « sombre » d’où dérivent tous ces mots par des processus non productifs mais attestés est possible. La chaîne de dérivation serait:

*rib
> rab.rib
> srib
>> sa.srib
> grib
>> grib.ma
>> sgrib
>> ɴgrib

La racine *rib « être sombre » proposée ici aurait-elle des cognats ailleurs? En japhug soit ta-ʁjɯβ « ombre » soit ta-ʁrɯm « reflet, lumière, ombre projetée » pourraient être des cognats potentiels, mais ces hypothèses sont difficiles à tester pour le moment, tant que nous ne comprenons pas mieux les langues gyalronguiques dans leur ensemble.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Une famille de mot en tibétain," Panchronica, 14/05/2016, http://panchr.hypotheses.org/1273 (ISSN 2494-775X)

Un petit détour par le tujia (1)

Le tujia est, de toutes les langues sino-tibétaines autres que le chinois, celle qui est parlée le plus au nord-est, dans deux enclaves au milieu de variétés diverses de langues chinoises et de langues hmong-mien, dans le département de Luxi 泸溪县 et celui de Longshan 龙山县 au Hunan.

Il existait encore il y a quelques années un site bilingue (anglais-chinois) avec un corpus multimédia de textes maintenu par Cecilia et Philip Brassett, mais il semble s’être évaporé, ce qui montre l’intérêt de sites avec un fort soutien institutionnel comme celui de Pangloss, qui a de bonnes chances de pérennisation.

Il existe un grand nombre de sources imprimées sur cette langue, et même des articles sur des sujets spécifiques (comme par exemple Xu 2008, pour citer une publication en anglais).

Du fait de sa position géographique, le tujia suscite une interrogation. Il s’agit très vraisemblablement d’un reliquat des langues qui recouvraient l’essentiel du Hunan et de l’est du Sichuan actuels (les royaumes de Ba 巴, Shu 蜀 et Chu 楚 de l’antiquité) plutôt qu’une incursion venant de l’ouest dans une région habitée par des Chinois. A ce titre, sa position phylogénétique est potentiellement intéressante.

Malheureusement (pour ceux qui veulent avoir des réponses rapides) et heureusement (pour ceux qui aiment les mystères et les recherches de longue durée), le tujia est comme les langues na une langue à la phonologie très érodée, qui a perdu les groupes de consonnes initiaux et les consonnes finales, et les lois phonétiques la reliant aux langues plus conservatrices de la famille sont tout sauf évidentes.

En utilisant les données de Chen Kang (2006), qui a l’avantage de présenter une liste de mots avec les deux « dialectes » (de Longshan et de Luxi) en regard, j’ai recherché les mots potentiellement apparentés au japhug, au tibétain et au chinois, y compris les nombreux emprunts à différentes variété de langues chinoises (qui sont très nombreux). Pour ceux qui veulent en savoir plus, le STEDT contient des données lexicales de deux variétés de Tujia, des données proches de celles de la source que j’ai utilisée.

Lorsque l’on étudie une langue de ce type, c’est bien évidemment par les emprunts qu’il faut commencer. La difficulté dans le cas du tujia est qu’il convient de connaître le chinois xiang de Jishou, une langue qui présente la particularité de préserver les voisées du chinois moyen, un archaïsme très inhabituel. Ainsi, lorsque l’on trouve des mots à voisées en Tujia de Luxi (celui de Longshan a perdu les voisées) correspondant aux voisées du chinois moyen, comme bu21 dau21 ‘raisin’ (bu daw 葡萄), il ne faut pas conclure qu’il s’agit nécessairement d’un emprunt datant d’avant la dynastie Ming.

Les mots potentiellement cognats sont plus difficiles. Certains restent relativement reconnaissables, comme le tujia de Luxi a21 si55 ‘pou’ dont la deuxième syllabe est presque certainement cognate (entre autres) avec le japhug zrɯɣ et le tibétain ɕig (voir cet article à propos du groupe initial dans ce mot).

Dans d’autre cas, il faut supposer des lois phonétiques non triviales — par exemple dzi35 « riz, nourriture » (tujia du nord tsi21) est vraisemblablement apparentée à la racine du japhug ndza « manger » et du tibétain za de même sens, ce qui suggère (à moins qu’un suffixe dental soit passé par là) une loi phonétique *-a > -i au moins devant affriquée dentale. Cette hypothèse gagne en plausibilité lorsque l’on découvre d’autres mots comme si35 « viande » (tibétain ɕa ‘viande’), tsi21tsi21 « neveu » (japhug tɯ-ftsa, tibétain tsʰa.bo) etc.

Enfin, on trouve des cas plus acrobatiques. Que dire par exemple de dzi33 « cochon »? Il est tentant de le rapprocher aussi de la racine verbale « manger », mais la différence de ton avec dzi35 « riz, nourriture » cité plus haut n’est pas facilement explicable.

(à suivre)
Référence
陈康 2006. 土家语研究。北京:中央民族大学出版社
Xu Shixuan 2008. Relative clauses in Tujia. Language and Linguistics.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Un petit détour par le tujia (1)," Panchronica, 20/04/2016, http://panchr.hypotheses.org/1247 (ISSN 2494-775X)

Une métonymie inattendue

Il y a quelques jours, Alex François m’a fait part d’un changement sémantique curieux de certaines langues de Vanuatu, où le verbe « dormir » vient d’une racine signifiant certainement « ronfler ». Dresser un inventaire de changements sémantiques saugrenus de ce type promet d’être à la fois amusant et instructif.

Mon fils de deux ans et demi désigne en ce moment le mucus nasal par le terme 鼻孔 bikong « narine »; une métonymie de ce type s’est apparemment produite dans le sens inverse en zbu, où le mot pour « nez » –sɲîv provient de la racine pour « mucus nasal », attestée par le japhug –ɕnaβ « mucus »(voir ma thèse p. 240); la directionalité est ici confirmée par le cognat tibétain སྣབས་ snabs de même sens. Il faut noter que l’étymon « mucus » est probablement un ancien composé dont le premier élément est « nez », -ɕna en japhug et སྣ་ sna en tibétain; la ressemblance phonétique entre « mucus » et « nez » dans l’ancêtre du zbu a pu contribuer à cette confusion.

Les lecteurs de ce blogs connaissent-ils des exemples comparables?

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Une métonymie inattendue," Panchronica, 24/03/2016, http://panchr.hypotheses.org/961 (ISSN 2494-775X)

A propos d’un compte-rendu de Baxter et Sagart (2014)

Dans le dernier numéro du Journal of Chinese Linguistics, où est aussi paru cet article de votre serviteur sur les relatives du japhug, se trouve un compte-rendu assez sévère, voire injurieux, du livre de Baxter et Sagart par He Da’an 何大安, où l’on peut lire par exemple « the authors know nothing about 训诂学 xunguxue » et autres délicatesses.

Est-il justifié? Comme je ne connais moi-même probablement rien à propos du xunguxue, je ne commenterai donc pas les parties de son long compte-rendu (57 pages!) portant sur la philologie. Je vais me contenter de discuter l’un des six reproches à l’encontre de ce livre, et qui porte sur le mot buyang ma lɔk 11 « cerf ». Le buyang est une langue assez extraordinaire, c’est la seule parmi les langues kra-dai à préserver les dissyllabes hérités de l’autronésien (voir à ce propos les comparaisons dans le tableau 6 de cet article) dont l’existence avaient été pressentie par Haudricourt.

Selon BS2014, le buyang, ayant maintenu ces dissyllabes, a également préservé les présyllabes dans les mots empruntés au chinois à l’époque antique, et selon leur interprétation ma lɔk 11 « cerf », qui provient de 鹿 lù (chinois médiéval luwk) « cerf » à une époque où ce mot avait encore une présyllabe *mə, d’où leur reconstruction *mə-rˁok (la présence d’une préinitiale est confirmée par d’autres données).

He Da’an objecte en affirmant que ce mot est d’origine Zhuang, et que la présyllabe a été rajoutée par un mécanisme morphologique. Sur quoi se base la première affirmation? He Daan cite Li Jinfang (1999) de la façon suivante:

Ainsi, comme le mot ma lɔk 11 est au ton 11, il serait nécessairement un emprunt, d’après l’interprétation que He Da’an propose de cette source. Il cite aussi l’original, et j’ai revérifié ce matin que la citation est bien exacte:

Toutefois, He Da’an ne s’est pas rendu compte que la phrase était ambiguë. En effet dans:

塞声韵只出现在11、54调上,少数出现在31调,是壮语借词

la dernière proposition (是壮语借词 « ce sont des emprunts zhuang ») n’a de portée que sur la proposition qui précède immédiatement (少数出现在31调 « il y en a une minorité (de mots à occlusives finales) qui apparaissent au ton 31 ») et non pas sur la précédente (塞声韵只出现在11、54调上 « les rimes à occlusives n’apparaissent qu’aux tons 11 et 54 »). La traduction de He Da’an est donc erronée, et il faut comprendre:

Les rimes à occlusives finales n’apparaissent qu’aux tons 11 et 54; une minorité apparaissent au ton 31, ce sont des emprunts zhuang.

La phrase étant ambiguë, comment puis-je affirmer avec certitude que le découpage syntaxique de He Daan est incorrect, et que le mien l’est? Il suffit de regarder quelques mots au ton 11, comme « l’oiseau » ma nuk 11, dont la première syllabe correspond clairement à celle du mot austronésien *manuk, alors le zhuang de Wuming a ɣok avec lénition (d’autres dialectes on des initiales différentes comme l-, mais pas n-) du *n dans les mots à anciennes présyllabes. De toute évidence, ce mot ne peut pas être un emprunt au zhuang (et l’on peut citer une montagne d’exemples du même type).

Donc, l’argument de He Da’an sur l’origine Zhuang prétendue de ce mot ne tient pas. Chacun a le droit de commettre des erreurs (et j’en ai commis moi-même, notamment lorsque j’ai le malheur de citer du birman sans tout revérifier…), mais même les philologues ont parfois besoin d’explication de texte.

Un cas de dégrammaticalisation? L’étymologie du nom ɯ-thoʁ « le sol » en japhug

Le japhug ɯ-thoʁ « le sol, par terre » n’est pas un nom comme les autres: il est anormal en ayant un préfixe de troisième personne obligatoire ɯ-, ce qui est peu commun pour un nom désignant le sol. Depuis longtemps, je me posais des questions sur son étymologie, et je crois avoir trouvé la solution.

En tibétain, la syllabe ཐོག་ tʰog, parmi de nombreux autres sens, peu signifier ‘le dessus’, et s’emploie communément comme nom relateur signifiant « sur », en combinaison avec les cas terminatif (ཐོག་ཏུ་ tʰog.tu) et allatif (ཐོག་ལ་ tʰog.la).

Il peut s’employer en particulier pour dire « sur le sol » ou « sur la terre », comme dans སའི་ཐོག་ཏུ་ sa’i tʰog tu (ce n’est pas la manière la plus courante de le dire, je le reconnais, mais c’est attesté). Mon hypothèse est que le japhug a:

(1) Emprunté ཐོག་ tʰog sous la forme attendue ɯ-thoʁ (avec un préfixe de troisième personne comme tous les noms relateurs) dans le sens de « sur ». Il était en compétition avec le mot local ɯ-taʁ « sur » — ce n’est pas très surprenant pour cette langue, où l’on a aussi deux formes en compétition pour le datif, ɯ-phe et et ɯ-ɕki.

(2) Ce nom relateur a dû être souvent employé dans une collocation « sur la terre », peut-être *sɤtɕha ɯ-thoʁ zɯ (avec le zɯ locatif), et a fini par se spécialiser et se restreindre à cette expression. Noter que le japhug utilise le nom tibétain ས་ཆ་ sɤtɕha pour désigner la terre, aussi bien comme matériau que comme extension spatiale.

(3) L’expression *sɤtɕha ɯ-thoʁ zɯ « sur la terre » est réduite en ɯ-thoʁ zɯ « sur la terre », une forme attestée.

(4) On crée par dérivation inverse ɯ-thoʁ « le sol » de ɯ-thoʁ zɯ « sur la terre ».

Cette idée explique le préfixe bizarre dans ce nom ainsi que son étymologie; à ma connaissance il n’existe pas d’étymologie locale potentielle. Je suis curieux de savoir si les lecteurs connaissent des cas similaires dans les langues qu’ils étudient.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Un cas de dégrammaticalisation? L’étymologie du nom ɯ-thoʁ « le sol » en japhug," Panchronica, 06/03/2016, http://panchr.hypotheses.org/904 (ISSN 2494-775X)

« Chauve-souris » en sino-tibétain

On trouve dans le vocabulaire potentiellement reconstructible du sino-tibétain (je dis « potentiellement » car sommes très loin d’avoir quoi que ce soit ressemblant à un système de reconstruction) des mots inattendus, pour lesquels aucun étymon équivalent n’existe dans le vocabulaire hérité de familles mieux connues comme l’indo-européen.

L’un de ces étymons est celui de la chauve-souris; le STEDT présente une liste de mots qui sont assez certainement cognats, et qui incluent le Khaling पाक्ति pakti et le chinois 蝠 *pɨk. En kiranti, ce mot n’est attesté sinon à ma connaissance qu’en dumi (on l’on a प्वाक्ती pwakti dans le dictionnaire de Netramani Rai; le -w- est inattendu).

Le fait que cet étymon soit attesté en chinois, en sal (bobo-garo, naga du nord), en kuki-chin et en kiranti mais pas en tibéto-birman central (tibétain, birmo-qianguique) est à mon avis une bonne indication qu’il n’a pas pu être transmis par contact, et qu’il est donc très certainement hérité dans toutes ces langues. Par contraste, en indo-européen chaque branche a créé, et renouvelé en permanence, le vocabulaire pour désigner cet animal. Comment expliquer sa préservation en ST? Peut-être son usage culinaire?
En tous les cas, je doute que cette information soit cruciale pour déterminer l’emplacement de l’Urheimat sino-tibétaine, car on trouve des espèces de chauves-souris dans toutes les régions pour lesquelles le berceau de la famille a été proposé (y compris la Chine du nord, le Sichuan, l’Arunachal, le Bhutan etc).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "« Chauve-souris » en sino-tibétain," Panchronica, 28/02/2016, http://panchr.hypotheses.org/885 (ISSN 2494-775X)