Archives par mot-clé : duel

Le duel inclusif est-il compatible avec un autre argument de première personne?

Dans un article précédent (p85), j’ai affirmé qu’il était impossible dans une même forme verbale en japhug de combiner une première personne inclusive avec un autre argument de première ou deuxième personne. Ainsi, pour exprimer le sens de la phrase « Je nous ai vu tous les deux dans le miroir », il faut dire:

(1) χɕɤlzgoŋ ɯ-ŋgɯ kɤ-ntɕhɤr-tɕi nɯra pɯ-mto-t-a
miroir 3SG.POSS-intérieur PFV-apparaître-1DU DEM:PL PFV-voir-PST-1SG
« Je nous ai vu dans le miroir = j’ai vu que nous étions visibles dans le miroir. »

Une contrainte similaire existe en limbou, et j’en avais tiré la conclusion hâtive que cette configuration était impossible dans tous les cas. Je n’ai jamais trouvé de cas de ce type dans le corpus japhug.

Toutefois, inspiré par une suggestion d’Aimée Lahaussois durant les journées d’étude sur les langues kiranties, j’ai essayé ce matin la phrase « tu vas nous retarder », un des rares cas de configuration combinant duel inclusif avec une première personne qui ne soit pas étrange du point de vue pragmatique. Sans hésiter, Tshendzin a proposé la phrase (2), ici présentée avec l’enregistrement obtenu par Skype. J’ai bien revérifié que l’interprétation n’est pas avec l’exclusif « tu vas nous (moi et lui) faire arriver en retard. »

(2) mɯ́j-tɯ-mbɣom ri tha kɯ-z-maqhu-tɕi
NEG:SENS-2-être.pressé LNK bientôt 2>1-CAUS-être.après-1du
‘(Comme) tu ne te presses pas, tu vas nous (toi et moi) faire arriver en retard.’

La forme utilisée est celle de 2 > 1DU (kɯ-…-tɕi; les langues rgyalrongs ne distinguent pas l’inclusif et l’exclusif dans la morphologie verbale). Plus de recherches vont donc être nécessaires pour évaluer quelles sont les configurations possibles. Espérons que des exemples pourront être mis au jour dans le corpus de textes.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le duel inclusif est-il compatible avec un autre argument de première personne?," Panchronica, 28/12/2016, https://panchr.hypotheses.org/1586 (ISSN 2494-775X)

Le roi des rgyalrongois

En japhug, la possession est exprimée par un préfixe possessif coréférent avec le possesseur sur le possédé, auquel peut s’adjoindre optionnellement une marque de génitif, comme en (1) et en (2).

(1) rɟɤlpu (ɣɯ) ɯ-ŋga
roi (GEN) 3SG.POSS-habit
« les habits du roi »

(2) jla nɯni (ɣɯ) ndʑi-rpaʁ
yak.hybride DEM.DUEL (GEN) 3DU.POSS-épaule
« Les épaules des deux yaks hybrides »

Pour les possesseurs de troisième personne, ce préfixe est ɯ- au singulier (1), ndʑi- au duel (2) et nɯ- au pluriel.

Un fait intéressant, que je n’ai pas pour le moment observé dans d’autres langues, est que lorsque l’on désigne le seigneur ou le roi d’une région, il est impératif d’employer un préfixe de pluriel, comme dans:

(3) ndzaʁlaŋ ʑɯŋkhɤm nɯ-rɟɤlpu
Jambudvîpa pays 3PL.POSS-roi
« Le roi de Jambudvîpa »

La raison pour ce fait curieux est à mon avis que l’expression signifie en fait non pas « roi de X » mais « roi de ceux de X », car l’on peut ajouter une marque de pluriel optionnelle ra:

(4) iɕqha sɤtɕha ra ɣɯ nɯ-rɟɤlpu
à.l’instant endroit PL GEN 3PL.POSS-roi
« Le roi de (ceux de) cet endroit »

Toutefois, dans les textes que j’ai fait traduire du chinois, cette expression se retrouve même pour des lieux qui ne sont pas censé avoir d’habitants; ainsi « le seigneur du mont Taishan » (泰山之主) est traduit par taishan ra ɣɯ nɯ-rɟɤlpu.

En français et dans les autres langues d’Europe, on trouve au moins deux constructions, illustrées par les titres historiquement attestés de roi de France et de roi des français. Le japhug (et peut-être d’autres langues de la région) semble ne permettre que la seconde possibilité.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le roi des rgyalrongois," Panchronica, 29/10/2016, https://panchr.hypotheses.org/1516 (ISSN 2494-775X)