Archives par mot-clé : diachronie

Les proto-langues en danger

Si appliquer le terme « d’extinction » à une proto-langue peut prêter à sourire, surtout du point de vue de familles de langues étudiées par un nombre important de spécialistes telles que l’indo-européen, il me semble important de souligner à quel point le savoir cumulatif en linguistique comparative est fragile.

En effet, même si les publications ne risquent pas (au moins à moyen terme) de disparaître, la linguistique comparative ne se limite pas aux livres et aux articles, c.à.d. aux résultats des travaux. En effet, apprendre cette discipline en lisant seulement des livres n’a pas de sens; c’est avant tout une pratique d’analyse des données, que l’on ne peut l’acquérir qu’en réfléchissant soi-même sur des problèmes concrets (étymologies, lois phonétiques, reconstruction de paradigmes), et l’on ne la développe de façon satisfaisante qu’avec l’aide de chercheurs plus expérimentés et par des collègues rigoureux.

La linguistique comparative a donc besoin pour vivre d’une communauté de chercheurs partageant les mêmes connaissances de bases et les mêmes compétences techniques. Malheureusement, de telles communautés n’existent que pour une infime minorité des familles de langues, telles que l’indo-européen, l’ouralique, le sémitique, l’austronésien ou le chinois.

En algonquien par exemple, si le niveau que les spécialistes sont parvenus à atteindre est très élevé, le nombre de chercheurs qui maîtrise vraiment ces connaissances se compte sur les doigts d’une seule main, et leur moyenne d’âge est malheureusement assez haute. On peut réellement s’interroger sur le devenir de cette discipline lorsque cette génération aura disparu.

En sioux, la situation est encore bien moins favorable. Si le Comparative Siouan Dictionary (essentiellement écrit par Bob Rankin) a été publié de façon posthume, c’est un travail qui a les marques d’une oeuvre inachevée – certaines contradictions n’ont pas été résolues, et il n’existe pas de traité explicitant dans tous leurs détails les lois phonétiques des langues sioux telles qu’elles sont admises par les auteurs du CSD. En outre: (i) une part importante, voire l’essentiel des travaux sur les langues de cette famille n’est accessible au mieux que sous forme de littérature grise, (ii) la majorité de ces langues sont disparues ou au bord de l’extinction (toutes à part le Dakota/Lakota/Nakoda et le Crow), (iii) les transcriptions anciennes ne sont pas d’une fiabilité sans reproche (en particulier en ce qui concerne la longueur des voyelles), et (iv) plus aucun siouaniste en activité ne comprend intégralement ce système de reconstruction. Utiliser le CSD demande donc en fait de comprendre le raisonnement des auteurs par rétro-ingénierie, et de redécouvrir le modèle de reconstruction implicite qui est à la base de ce travail.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les proto-langues en danger," Panchronica, 28/12/2016, http://panchr.hypotheses.org/1579 (ISSN 2494-775X)

Wir müssen wissen, wir werden wissen

On observe parmi un nombre non-négligeable de linguistes, même en linguistique historique, un courant inductiviste et hyper-sceptique qui jette le doute sur la possibilité même d’établir des étymologies entre formes non-superficiellement similaires, de reconstruire des proto-langues et d’explorer les relations historiques éventuelles entre familles de langue.

Ce triomphe de l’ars nesciendi me semble la pire attitude possible qu’un chercheur peut avoir; refuser par principe de se poser certaines questions sous prétexte de rigueur scientifique équivaut à se complaire dans l’ignorance et à jeter l’anathème sur ceux qui ne s’y résignent pas.

Si l’extrême inverse — celui des spéculations basées sur un examen superficiel de données, contribue à augmenter la proportion de « bruit » dans les publications et nuit aussi à sa façon à la science, il est préférable de poursuivre toute sa vie un mirage que de s’auto-congratuler de son manque d’audace et d’originalité. A condition de se donner les moyens intellectuels nécessaires à réaliser son projet et à se refuser à toute falsification de données et/ou utilisation d’arguments malhonnêtes, un chercheur ne doit pas craindre de proposer des idées non-triviales, même si elles peuvent sembler incompréhensibles par ses pairs; les découvertes brillantes en linguistique historique paraissent souvent être des élucubrations à ceux qui n’ont pas le temps ou les moyens de les comprendre.

A l’aphorisme de Wittgenstein, je préfère l’optimisme de Hilbert: Wir müssen wissen, wir werden wissen. L’ignorance n’est ni tolérable ni inéluctable.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Wir müssen wissen, wir werden wissen," Panchronica, 12/06/2016, http://panchr.hypotheses.org/1351 (ISSN 2494-775X)

Mon travail sur le japhug (1)

La langue japhug est parlée dans la partie tibétaine du Sichuan (par moins de dix mille personnes); j’étudie la variété du village de Kamnyu, situé ici:

J’invite tout d’abord les lecteurs de ce blog à se faire par eux-mêmes une idée de la sonorité de cette langue en consultant le corpus japhug sur l’archive Pangloss.

Je travaille sur le japhug depuis 2002; mon travail consiste à collecter des histoires traditionnelles et des conversations, à compiler un dictionnaire multimédia (qui devrait paraître très bientôt sur le site Pangloss) et à analyser la grammaire de cette langue à travers des livres et des articles. Cette approche boasienne me semble la seule appropriée pour obtenir des données fiables en linguistique et en ethnologie sur les langues et les cultures de tradition orale menacées.

Voici une photographie de mes informateurs principaux, Tshendzin 陈珍 et Dpalcan 柏尔青, prise chez eux en 2012 (malheureusement je suis un piètre photographe). En plus de séjours de terrain presque tous les ans, je suis en contact téléphonique régulier avec eux et d’autres amis de la région.

IMG_0185

Quel est l’intérêt plus général de travailler sur une langue obscure, inconnue du grand public en Chine et même dans les régions tibétaines, où on la considère comme un dialecte bizarre du tibétain?

Tout d’abord, c’est le véhicule de la culture locale. Le corpus d’histoires traditionnelles et de films que j’ai recueilli (transcrit mais pas encore traduit) contient des descriptions originales de la faune et de la flore locale, ainsi que des informations d’un grand intérêt sur les techniques agricoles, de construction de maisons et de tissage.

Ensuite, c’est une langue dont la structure grammaticale est très particulière, voire unique au monde. Le japhug et quelques langues voisines sont les seules langues en dehors des Amériques à avoir un système d’accord de type direct-inverse, font partie des rares langues à la fois verbe-finales et majoritairement préfixantes, les seules langues de Chine à incorporation nominale et quasiment les seules langues d’Eurasie avec un antipassif qui ne soit pas en même temps moyen, autobénéfactif ou réfléchi. Le japhug est la seule langue au monde dont l’inverse marque aussi le générique du sujet transitif. Il a aussi un système très riche d’idéophones, qui donnent à cette langue une forme d’expressivité peu commune.

Enfin, c’est une langue qui présente des traits conservateurs parmi les langues sino-tibétaines du point de vue de la morphologie verbale et de la phonologie. Cette langue permet de mieux comprendre l’histoire de langues littéraires plus « importantes » comme le chinois et le tibétain. Son importance pour la reconstruction de l’histoire des langues sino-tibétaines est comparable à celle du sanskrit pour l’indo-européen. Mais si personne n’oserait se prétendre indo-européaniste sans connaître le sanskrit, le japhug et les autres langues gyalrongs sont malheureusement négligées par les linguistes.

C’est pour cette raison que j’essaie de mettre en place à Paris une équipe de spécialistes de langues gyalronguiques, comprenant pour le moment Lai Yunfan, spécialiste du Khroskyabs et Gong Xun du zbu. Espérons que nous parviendrons à terme à décrire de façon satisfaisante ces langues vulnérables, et à leur donner la place qu’elle méritent en linguistique historique et typologique. Peut-être qu’un jour la connaissance d’une langue rgyalrong, en plus du chinois et du tibétain, sera un pré-requis pour faire un doctorat en linguistique comparée du sino-tibétain, comme c’est le cas avec le sanskrit en indo-européen.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Mon travail sur le japhug (1)," Panchronica, 10/05/2015, http://panchr.hypotheses.org/264 (ISSN 2494-775X)

La linguistique de la longue durée

Il existe quatre langues pour lesquelles on dispose d’une documentation quasi-continue sur plus trois mille ans. Il s’agit du grec, du chinois, de l’araméen et de l’égyptien-copte. J’exclus de ce groupe très restreint l’hébreu (qui, s’il n’a jamais été oublié, a cessé d’être une langue maternelle jusqu’à sa renaissance à la fin du dix-neuvième siècle) et les langues indo-aryennes (car d’une part le védique est difficile à dater, et d’autre part les étapes intermédiaires entre sanskrit et langues modernes sont insuffisamment bien attestées).

Ces quatre langues ont un rôle prééminent à jouer en linguistique historique car elles offrent une fenêtre unique sur l’évolution morphosyntaxique sur le long terme. Si la méthode comparative permet de reconstruire phonologie et morphologie, cette méthode est beaucoup plus difficile à appliquer à la syntaxe, et les études en syntaxe panchronique doivent, à mon avis, se baser en priorité sur des évolutions attestées dans des textes. Pour la plupart des langues du monde, on ne dispose hélas au mieux que de deux ou trois siècles d’attestation continue, ce qui est insuffisant pour observer des changements de grande ampleur.

Peu, voire aucun linguiste, ne maîtrise ces quatre langues (même si certains s’en approchent, comme par exemple Eitan Grossman, qui connaît le grec et les langues sémitiques du nord-ouest en plus de l’égyptien, sa spécialité première), et les études sur ces langues appartiennent à des traditions d’études assez distinctes, ce qui élève des obstacles à la mise en place d’une linguistique de la longue durée: l’observation détaillée des changements morphosyntaxiques sur plusieurs millénaires et la mesure de la durée et de la vitesse à laquelle ils ont lieu.

Les langues de l’antiquité la plus profonde présentent des difficultés spécifiques: les systèmes d’écritures de ces quatre langues, à leurs stades les plus anciens, ne représentent qu’imparfaitement la prononciation et n’indiquent qu’une faible partie de la morphologie. Le cas le plus évident est celui du chinois, dont l’écriture est difficile à interpréter et omet presque complètement la morphologie dérivationnelle que l’on peut reconstruire indépendamment (Sagart 1999). Néanmoins, pour l’araméen non-vocalisé et l’égyptien (pré-copte), les voyelles, qui pourtant apportent des informations cruciales sur la morphologie (ne serait-ce que la distinction des suffixes de personne à l’accompli), ne sont pas représentées dans l’écriture. Dans le cas du grec, on dispose d’un système perfectionné qui représente de façon relativement fiable le système phonologique du Ve siècle avant notre ère, mais qui est trompeur pour les textes épiques (où certains passages préservent des vers datant de l’époque où le grec avait encore des r voyelle). Le grec mycénien quand à lui est transcrit dans un système d’écriture profondément inadapté qui rend malaisée l’interprétation des documents les plus anciens dans cette langue. Néanmoins, ces difficultés peuvent être contournées grâce à des stades ultérieurs mieux attestés de ces langues (y compris les emprunts dans les langues voisines et le comparatisme) qui permettent d’extrapoler les données manquantes.

Les spécialistes de ces quatre domaines pourraient gagner à travailler ensemble et à considérer que l’étude de ces quatre langues (plus l’indo-iranien et éventuellement le latin, car la richesse des langues romanes compense partiellement sa moins grande profondeur historique) forment un sous-domaine cohérent de la linguistique historique. Il faut démocratiser l’accès à la compréhension détaillée de l’histoire de ces langues cruciales, souvent engluées dans une tradition philologique peu abordable, et leur redonner la place centrale qu’elles méritent dans notre discipline.

Bibliographie
Sagart, Laurent. 1999. The roots of Old Chinese. Amsterdam: Benjamins.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La linguistique de la longue durée," Panchronica, 06/05/2015, http://panchr.hypotheses.org/242 (ISSN 2494-775X)

Le comparatisme est-il un primitivisme?

Aux yeux des non-spécialistes, la linguistique historique comparative apparaît comme un domaine ésotérique et difficile d’accès. La légitimité de proposer des reconstructions et de prétendre reconstruire des proto-langues, c’est à dire des formes hypothétiques supposées représenter l’ancêtre commun d’un groupe de langues particulier, peut par ailleurs sembler contestable. En particulier, une critique récurrente à l’encontre du comparatisme est qu’il s’agirait d’un « primitivisme », autrement dit que les pratiquants de ce domaine s’intéressent davantage aux états pré-historiques reconstruits des langues qu’aux données réelles, et que leur but ultime n’est pas d’expliquer le fonctionnement des langues, mais de remonter à l’état le plus ancien possible.

Dans ce billet, je ne vais pas retracer l’histoire de la discipline (il existe pour cela des références nombreuses sur internet), mais plutôt exposer mon point de vue épistémologique personnel sur la question.

Aux yeux des comparatistes, la reconstruction n’est pas un but en soi, mais c’est en revanche un outil nécessaire pour établir un modèle revérifiable d’évolution des langues. Les reconstructions permettent de rendre compte à la fois des correspondances observées entre langues apparentées, et aussi d’expliquer les formes irrégulières (ce dernier point serait traité dans un autre billet). Il faut insister aussi sur le fait que dans un modèle de reconstruction complet, il n’y a pas « une » reconstruction dans la proto-langue pour un mot particulier: on établit plutôt une suite de reconstructions, une proto-forme suivie d’étapes intermédiaires jusqu’aux formes attestées dans les différentes langues.

Qu’est ce qu’une proto-forme et comment s’en servir? Je ne parlerai pas ici de la méthodologie de la reconstruction (comment établir un système de reconstruction et comment parvenir à une proto-forme pour un étymon particulier), sujet que j’aborderai sans doute dans d’autres billets. La question ici sera comment interpréter les reconstructions.

Pour qu’un comparatiste propose une forme reconstruite (avec une étoile *), deux conditions préliminaires doivent être respectées.

Premièrement, il doit exister un système de lois phonétiques permettant de dériver de cette proto-forme les formes des langues modernes de façon mécanique. Autrement dit, il est possible de représenter le passage de la proto-langue aux langues attestées comme une suite d’expressions régulières s’appliquant à l’ensemble du vocabulaire hérité. Cette manière de procéder est basée sur l’hypothèse de la régularité des changements phonétiques (die Ausnahmslosigkeit der Lautgesetze), autrement dit qu’en dehors des mots empruntés ou remodelés par l’analogie, le changement linguistique est déterministe.

Deuxièmement, il doit exister au moins une forme dans une des langues attestées pouvant descendre de la proto-forme par les lois phonétiques définies auparavant.

Malheureusement, ces conditions ne sont pas toujours explicitées dans les articles de linguistique; les spécialistes d’autres domaines, lisant donc des travaux faisant usage de reconstructions, ne sont pas forcément en mesure de juger de la validité de ces hypothèses et peuvent regarder cette discipline avec suspicion. Pire, certains comparatistes proposent des reconstructions sans que la condition (1) ne soit satisfaite. C’est la cas notamment pour les essais de reconstruction de proto-langues très anciennes comme le proto-sino-tibétain ou le proto-niger-congo.

Pour toute vraie reconstruction, il est possible d’écrire un programme appliquant les lois phonétiques qui dérive régulièrement les formes modernes à partir des formes anciennes. A mon avis, l’avenir de la linguistique historique va de pair avec l’usage de la programmation, d’abord pour s’assurer que les lois phonétiques ont été correctement définies, et d’autre part pour fournir aux lecteurs non-spécialistes un moyen aisé de revérifier immédiatement la cohérence d’une hypothèse historique particulière. Dans l’ensemble, les reconstructions de familles telles que l’indo-européen ou l’algonquien fonctionnent de façon assez satisfaisante (les exceptions aux lois phonétiques sont relativement peu nombreuses).

Pour tester la validité de la reconstruction du proto-algonquien, j’ai moi-même écrit un programme dérivant les formes de l’arapaho (une des langues à la phonologie historique la plus complexe dans la famille). Les lois phonétiques sont basées sur les travaux de Goddard (1974, 1998). Voici le résultat de l’application de ce programme pour deux mots (choisis parce qu’ils présentent des correspondances récurrentes, mais aussi pour la différence formelle frappante avec le proto-algonquien).

sens: écorce sens:foie
*welakeeθki *weθkweni
01-02. olakeeθki 01-02. oθkoni
01-02. ilakeeθki 01-02. iθkini
32. ilakeeʃki 32. iʃkini
31. ilakeeʃki 31. iʃkini
29. ilakeeʃki 29. iʃkini
30. ilakeeʃki 30. iʃkini
04. ilakeeʃki 04. iʃkini
03. inakeeʃki 03. iʃkini
39-41. inakeeʃki 39-41. iʃkini
36. inakeeʃki 36. iʃkini
43-44. inakeeʃk 43-44. iʃkin
11. inakeeʃk 11. iʃkin
38. inakeeʃk 38. iʃkin
05. inaeeʃ 05. iʃin
??. inaeeʃ ??. iʃin
??. inaeeʃ ??. iʃin
??. inaeeʃ ??. iʃin
12-14. inoeeʃ 12-14. iʃin
16. inoeeʃ 16. iʃin
17-19. inoeex 17-19. ixin
26. inooox 26. ixin
15. inooox 15. ixin
20-25. inooox 20-25. isin
10. inooox 10. isin
07-09. inooox 07-09. isin
06. inooox 06. isin
33. hinooox 33. hisin
34. hinooox 34. hisin
35. hinooox 35. hisin
37. hinooox 37. hisin
30. hinooox 30. hisin
47. hinooox 47. hisi
48. hinooox 48. hisə
47. hinooox 47. hisə
49. hinooox 49. his

Le lecteur intéressé pourra revérifier les formes de l’arapaho générées ici (n°49) avec celles du dictionnaire de L. Conathan: http://linguistics.berkeley.edu/~arapaho/arapaho_english.html

Reconstruire le proto-algonquien n’est pas le but ultime de cet exercice (d’ailleurs, le proto-algonquien avait originellement été reconstruit sans l’arapaho, c’est dans un second temps que l’on s’est aperçu qu’il permettait aussi de prédire les formes de cette langue). C’est plutôt la première étape nécessaire à une étude approfondie de l’histoire des langues de cette famille. Le proto-algonquien n’est pas intrinsèquement plus intéressant que l’arapaho ou les autres langues algonquiennes attestées, mais sans ce modèle, l’étude de leur histoire ne serait pas possible de façon aussi détaillée.

Par ailleurs, cette étude permet de contribuer à l’étude des principes généraux des changements phonétiques dans une perspective panchronique, intéressée non seulement à établir l’inventaire des changements phonétiques possibles, mais aussi à déterminer les conditions dans lesquelles ces changements ont lieu.

Concernant ce dernier objectif, certains lecteurs pourraient objecter qu’il est préférable, si l’on s’intéresse aux principes généraux des changements linguistiques, de travailler en priorité sur des langues dont la forme ancienne est attestée par des textes, comme les langues romanes (avec le latin), les langues tibétaines ou les « dialectes » arabes, et éviter de se baser sur des reconstructions, qui ne sont après tout que des hypothèses.

Le problème de ce point de vue est que nous ne disposons de données anciennes que pour une infime minorité des langues du monde, et presque exclusivement en Eurasie. Se limiter à ces données serait dommageable à un projet de recherche prétendant s’intéresser aux changements linguistiques indépendamment d’un groupe de langues particulier. Un nombre considérable de changements phonétiques ne sont en effet pas du tout attestés dans les langues ayant une histoire écrite; par exemple, l’arapaho connaît un changement en chaîne *k > 0, *p > k qui contribue fortement à rendre méconnaissables les étymons hérités. Ce changement n’est à ma connaissance attesté dans aucune autre langue et s’il n’avait pas été mis à jour en arapaho, il est fort probable qu’il aurait été considéré comme impossible. La linguistique historique ne peut donc pas se limiter aux langues à écriture, et l’usage de reconstructions satisfaisant les deux conditions exposées ci-dessus est par conséquent nécessaire.

Les comparatistes doivent toutefois faire en sorte de faciliter la revérifiabilité de leur travail en rendant accessibles des outils permettant de tester leurs modèles. Il est nécessaire d’abandonner le style ésotérique et les raisonnements implicites qui sont habituels, en particulier dans les travaux d’indo-européen.

Biliographie
Goddard, Ives. 1974. An Outline of the Historical Phonology of Arapaho and Atsina. International Journal of American Linguistics 40.2: 102–116.

Goddard, Ives. 1998. Recovering Arapaho etymologies by reconstructing forwards. In Melchert, Craig & Jasanoff, Jay H. (eds.) Mír Curad: Studies in Honor of Calvert Watkins, Innsbruck: Institut für Sprachwissenschaft der Universität Innsbruck, Innsbrucker Beiträge zur Sprachwissenschaft 92, pp.183–200.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le comparatisme est-il un primitivisme?," Panchronica, 12/10/2013, http://panchr.hypotheses.org/77 (ISSN 2494-775X)