Archives par mot-clé : dégrammaticalisation

Le prohibitif en tujia

Comme nous l’avons vu dans un précédant billet, en tujia les *-a deviennent -i après dentale (li35 « tigre », tsi21 « riz » = japhug ndza « manger ») et restent -a après vélaire (ŋa35 « moi », ka35 « manger, mordre » = japhug nɤŋka « ronger »).
Le tujia -a a visiblement de nombreuses autres origines, dont *-ak (tha55 « tisser » = japhug taʁ), certaines voyelles antérieures dans un contexte à préciser (-ma55 « suffixe pour les noms d’agent » = japhug tɯrme« homme »)
A ce titre, le prohibitif tha55 est intéressant (example 1, Chen 2006:114)

(1) a55xoŋ55 tha55 ka35
cru NEG manger
« Il ne faut pas manger d’aliments crus. »

Ce marqueur fait immédiatement penser au prohibitif qui se trouve dans beaucoup de langues trans-himalayennes (mais pas le tibétain et le rgyalrong), comme en tangoute 𘅇 1734 tji¹ < *tja¹, où il est homophone du verbe "poser" (japhug ta). Le STEDT considère en effet ce mot tujia comme un réflexe de cet étymon. La voyelle pose toutefois problème; devant dentale, on attendrait un -i.

Toutefois, on remarque que ce marqueur de prohibitif dérive en fait d’un verbe existentiel négatif tha55 (au futur thai35, au perfectif thau35), illustré par l’exemple suivant (Chen 2006:95-96) par une très banale grammaticalisation.

(2) lai53 lau21tshi21 thai35
aujourd’hui soleil ne.pas.avoir:FUT
« Aujourd’hui il n’y aura plus de soleil. »

A moins de supposer donc (i) que le changement *-a > -i après dentale n’a pas eu lieu dans ce mot (pour une raison à préciser) et (ii) que ce marqueur de prohibition a pu être dégrammaticalisé, pour devenir un verbe existentiel négatif, il est donc peu vraisemblable d’imaginer que, malgré la ressemblance superficielle de ce préfixe avec son équivalent en lolo-birman, il y soit apparenté. Même si j’ignore l’étymologie de l’existentiel négatif tha55 (mais aussi celle des mots tujia non empruntés au chinois dans leur très grande majorité), ce cas illustre à quel point il est dangereux et contre-productif de pratiquer l’étymologie à partir de listes de mots, sans s’intéresser à la grammaire et l’histoire détaillée de chaque mot.

Références
陈康 2006. 土家语研究。北京:中央民族大学出版社

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le prohibitif en tujia," Panchronica, 28/10/2017, http://panchr.hypotheses.org/2030 (ISSN 2494-775X)

Un cas de dégrammaticalisation? L’étymologie du nom ɯ-thoʁ « le sol » en japhug

Le japhug ɯ-thoʁ « le sol, par terre » n’est pas un nom comme les autres: il est anormal en ayant un préfixe de troisième personne obligatoire ɯ-, ce qui est peu commun pour un nom désignant le sol. Depuis longtemps, je me posais des questions sur son étymologie, et je crois avoir trouvé la solution.

En tibétain, la syllabe ཐོག་ tʰog, parmi de nombreux autres sens, peu signifier ‘le dessus’, et s’emploie communément comme nom relateur signifiant « sur », en combinaison avec les cas terminatif (ཐོག་ཏུ་ tʰog.tu) et allatif (ཐོག་ལ་ tʰog.la).

Il peut s’employer en particulier pour dire « sur le sol » ou « sur la terre », comme dans སའི་ཐོག་ཏུ་ sa’i tʰog tu (ce n’est pas la manière la plus courante de le dire, je le reconnais, mais c’est attesté). Mon hypothèse est que le japhug a:

(1) Emprunté ཐོག་ tʰog sous la forme attendue ɯ-thoʁ (avec un préfixe de troisième personne comme tous les noms relateurs) dans le sens de « sur ». Il était en compétition avec le mot local ɯ-taʁ « sur » — ce n’est pas très surprenant pour cette langue, où l’on a aussi deux formes en compétition pour le datif, ɯ-phe et et ɯ-ɕki.

(2) Ce nom relateur a dû être souvent employé dans une collocation « sur la terre », peut-être *sɤtɕha ɯ-thoʁ zɯ (avec le zɯ locatif), et a fini par se spécialiser et se restreindre à cette expression. Noter que le japhug utilise le nom tibétain ས་ཆ་ sɤtɕha pour désigner la terre, aussi bien comme matériau que comme extension spatiale.

(3) L’expression *sɤtɕha ɯ-thoʁ zɯ « sur la terre » est réduite en ɯ-thoʁ zɯ « sur la terre », une forme attestée.

(4) On crée par dérivation inverse ɯ-thoʁ « le sol » de ɯ-thoʁ zɯ « sur la terre ».

Cette idée explique le préfixe bizarre dans ce nom ainsi que son étymologie; à ma connaissance il n’existe pas d’étymologie locale potentielle. Je suis curieux de savoir si les lecteurs connaissent des cas similaires dans les langues qu’ils étudient.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Un cas de dégrammaticalisation? L’étymologie du nom ɯ-thoʁ « le sol » en japhug," Panchronica, 06/03/2016, http://panchr.hypotheses.org/904 (ISSN 2494-775X)